Navigation – Plan du site
Dossier: Des mers de glace à la Terre de feu. Archéologie française en Amérique

Des mers de glace à la Terre de feu1

Archéologie française en Amérique
Stéphen Rostain
p. 4-8

Entrées d’index

Index de mots-clés :

archéologie

Index géographique :

Amérique
Haut de page

Notes de la rédaction

Le dossier « Des mers de glace à la Terre de Feu. Archéologie française en Amérique » se propose de faire le point sur l’avancée des différents travaux archéologiques français menés sur ce continent, en faisant directement parler les principaux acteurs des projets en cours ou récemment achevés. Il s’adresse à la fois aux archéologues métropolitains et aux américanistes eux-mêmes qui ne sont pas toujours au fait des récents avancements de leurs collègues, tant français que francophones. En ce sens, le présent dossier complète celui sur « L’archéologie des départements français d’Amérique » publié il y a moins d’un an dans le numéro 108-109 des Nouvelles de l’archéologie. Ainsi s’achèvera ce petit tour de l’archéologie française dans ce continent. L’idée de ce nouveau numéro était de présenter des projets institutionnels qui rassemblent la quasi-totalité des chercheurs français.

Texte intégral

  • 1  Je remercie Françoise Audouze pour sa relecture minutieuse et ses suggestions.

1Des explorateurs et savants français s’intéressent à l’archéologie des Amériques dès le xixe siècle, mais il faut attendre la seconde moitié du xxe siècle pour qu’une véritable archéologie française structurée voie le jour dans les Amériques. Elle concerne essentiellement l’Amérique latine, et plus particulièrement la Mésoamérique et les pays andins. Grâce à la création de centres permanents au Pérou et au Mexique, sous l’impulsion du ministère des Affaires étrangères, de véritables recherches archéologiques sont alors initiées dans ces pays. Elles s’y organisent dans le cadre de l’Institut français d’études andines (Ifea), créé à Lima en 1948 dans le but d’initier des travaux multidisciplinaires, et du Centre d’études mexicaines et centraméricaines (Cemca) créé par Guy Stresser-Péan en 1961. Au Mexique, une orientation vers les sciences humaines est donnée dès le départ avec la naissance de la Mission archéologique et ethnologique française en 1961 (Lavallée et Michelet 2005). Guy Stresser-Péan, premier directeur et du Cemca, donne l'impulsion initiale à l’archéologie française au Mexique et privilégie tout d’abord les cultures des régions périphériques plutôt que de rejoindre les archéologues mexicains sur les sociétés prestigieuses du Yucatán et du bassin de Mexico (Michelet 1998). À partir de 1970, des postes de pensionnaires sont mis en place dans ces centres qui permettent aux américanistes de mener à bien des projets d’envergure.

Fig. 1

Fig. 1

Carte de localisation des projets archéologiques

Dessin Déodat

2En France, le Cnrs fédère les archéologues travaillant sur l’Amérique latine en créant l’Ura « Préhistoire des régions andines » en 1977 et l’Ura « Archéologie du Mexique et de l’Amérique centrale » en 1981. Elles fusionnent en 1992 pour devenir l’Ura « Archéologie de l’Amérique préhispanique », puis l’Umr « Archéologie des Amériques » le 1er janvier 2000. Cette unité rassemble aujourd’hui quinze membres titulaires et trente membres associés, regroupant ainsi le Cnrs, l’université de Paris-I, le ministère de la Culture et le musée du quai Branly.

3De son côté, l’Orstom, devenu Institut de recherche et de développement (Ird), engage un archéologue américaniste en 1985, puis un autre en 1990, intégrés au laboratoire d’archéologie tropicale et d’anthropologie historique (Latah) puis à l’unité de recherche « Adaptations humaines aux environnements tropicaux durant l’holocène » (Adenthro) en 2001.

4Dès 1971, c’est à la demande du Mexique qu’un enseignement de l’archéologie précolombienne est créé à l’université de Paris-I. Il est complété par un Centre de recherche en archéologie précolombienne en 1980 et compte aujourd’hui trois enseignants-chercheurs. Durant ces années, soixante-cinq thèses de doctorat y ont été soutenues. Plus récemment, en 2001, un enseignement sur l’Amérique préhispanique a également été ouvert à l’université Paris-IV, rassemblant trois enseignants et un ingénieur.

5L’archéologie française en Amérique a toujours privilégié la coopération avec les pays hôtes. Ainsi, au Mexique, le Cemca est né à la suite d’un accord signé avec l’Instituto Nacional de Antropología e Historia (Inah) (Michelet 1998). La présence permanente sur place du Cemca, de l’Ifea et des antennes de l’Ird permet des collaborations privilégiées avec les institutions locales qui se manifestent par la participation des archéologues locaux aux projets. Par ailleurs, plusieurs étudiants latino-américains, et même nord-américains, sont venus suivre leurs études au Cercle de recherche et d’action pédagogique (Crap) de l’université de Paris-I et quinze d’entre eux y ont passé leur thèse de doctorat. Ces doctorants réalisent, pour la plupart, leur recherche dans le cadre des projets français menés dans les Amériques, participant ainsi à la synergie scientifique des laboratoires d’accueil.

Fig. 2

Fig. 2

« Temples des stèles à Tikal ». Désiré Charnay (1884 :35) fut l’un des premiers Français à avertir de l’urgence de sauvegarder les sites mayas

  • 2  Il n’y a pas de mission française actuellement au Canada. Claire Alix mène un projet ethnoarchéolo (...)

6Évidemment, les conditions économiques des pays concernés sont très variables, et influent notablement sur les conditions de la recherche. Le Mexique, le Brésil, les États-Unis et le Canada2 ont bien doté leur archéologie et possèdent des institutions universitaires et muséographiques fortes, permettant aux archéologues nationaux de réaliser un excellent travail. C’est, hélas, moins le cas en Équateur, au Pérou, au Chili et en Dominique, où les chercheurs nationaux ont du mal à monter des projets. La coopération est donc pour eux un bon moyen de réaliser leur recherche. Les missions françaises respectent les exigences patrimoniales des pays d’accueil et sont parfois obligées de passer sous les fourches caudines des collèges d’archéologues locaux, certains de ces Samnites imposant parfois des barrières difficilement franchissables.

7Il eût été dommage de se priver, dans ce dossier, des contributions de nos voisins helvétiques, les seuls travaillant dans les Amériques étant à l’université de Neuchâtel. Par ailleurs, les archéologues de l’université de Neuchâtel travaillant en Équateur sont très liés aux chercheurs français et la présentation des résultats de leur travail complète avantageusement celle des projets français. Leurs recherches sont financées par le Fonds de recherche suisse. Mentionnons brièvement, car nous n’avons pu les joindre, l’équipe belge de Peter Eeckhout, qui poursuit depuis 1995 des recherches sur le grand sanctuaire de Pachacamac, à côté de Lima.

8S’il est indéniable qu’une grande part de l’archéologie française en Amérique s’est concentrée, autrefois, sur la Mésomérique et les Andes, elle a su depuis se diversifier vers d’autres régions. Il y a quatre projets français au Mexique, quatre au Pérou, quatre en Équateur, deux au Brésil (bientôt trois), un en Alaska, un au Chili, un en Argentine et un à la Dominique. Les chercheurs français couvrent aujourd’hui une grande variété de champs géographiques et culturels. Des projets se déroulent dans les terres glacées du nord de l’Alaska, dans le désert ou la forêt du Mexique, sur la côte Pacifique d’Amérique du Sud, dans les Andes, la forêt amazonienne, le plateau central du Brésil ou encore à la pointe de Patagonie. Dans des milieux aussi extrêmes ou contraignants, l’interdisciplinarité est une évidence. La présence des géographes et des naturalistes de l’Ird y a largement contribué.

9Aucune logique géographique ou par type de milieu ne permettait de présenter les dix-neuf contributions de façon claire et raisonnée. Il nous a semblé plus opportun de les regrouper par mode d’organisation socio-économique et culturelle, en suivant un relatif ordre chronologique.

    • 3  Il y a de sérieux doutes sur l’origine anthropique de ce site pour lequel il existe des dates de 4 (...)

    Une première partie traite des chasseurs-cueilleurs. L’histoire des premiers Américains demeure un des thèmes les plus porteurs de l’archéologie des Amériques, aussi n’est-il pas étonnant que plusieurs projets s’y intéressent. Les problématiques et les aires concernées sont très diverses. Danièle Lavallée et Michèle Julien, Denis et Águeda Vialou, André Prous et leurs équipes fouillent au Pérou et au Brésil les plus anciens sites d’Amérique du Sud, certains datés de plus de 10 000 ans. Michel Rasse devrait prochainement commencer une fouille dans la région du Piaui qui permettra – on l’espère – de résoudre le problème chronologique du site de la Pedra Furada3. Dominique Legoupil et Brigitte Faugère travaillent, elles, sur des sites archaïques plus récents (6000-4500 ans BP), dans des régions jusqu’alors peu explorées, la Patagonie pour l’une et la région occidentale du Mexique pour l’autre. Tout comme André Prous ou Águeda et Denis Vialou au Brésil, Jean Guffroy consacre une partie de sa recherche à l’art rupestre, qui s’est développé au Pérou il y a 8 000 ans pour traverser toutes les époques jusqu’à la conquête espagnole. Enfin, Claire Alix mène une recherche ethnoarchéologique sur la technologie du bois des chasseurs-pêcheurs d’Alaska.

  1. La seconde partie rassemble des contributions sur les sociétés d’horti-culteurs, parfois complexes, qui apparaissent dans les Amériques à partir des VIIe-VIe millénaires av. J.-C. Ces populations vont dominer le paysage jusqu’à l’avènement de communautés plus stratifiées. Elles prennent des visages très différents selon les aires qu’elles occupent. Véronique Darras, Brigitte Faugère et Grégory Pereira étudient les cultures de l’Ouest mexicain montagnard et semi-aride. L’archéologie de la Caraïbe est abordée par les travaux de Benoît Bérard dans la Dominique. Yann Graber, Nicolas Guillaume-Gentil, Francisco Valdez et Jean-François Bouchard s’intéressent aux groupes des littoraux humides et secs d’Équateur. De l’autre côté des Andes, le piémont équatorien fait l’objet de recherches de Francisco Valdez et de Stéphen Rostain.

  2. La troisième partie s’intéresse aux sociétés très hiérarchisées qui s’épanouissent très tôt dans certaines régions. Elles sont bien connues du grand public par leurs monumentales réalisations. Les Mayas du Mexique sont ainsi au centre du projet de Dominique Michelet et Marie-Charlotte Arnaudt. Claude Chauchat et ses collègues mettent au jour un grand site mochica de la côte septentrionale péruvienne. Enfin, Patrice Lecoq fouille un site inca et pré-inca haut perché dans les Andes du Pérou.

Fig. 3

Fig. 3

Aujourd’hui les conditions de voyage sont bien différentes de celle des premiers explorateurs, par exemple ici, cette périlleuse traversée des Andes (André 1883 :349)

10Il y a sept ans, dans ces mêmes pages, Françoise Audouze et Pierre Chuvin (2001) dressaient un bilan de l’archéologie française dans les Amériques, à la demande du ministère des Affaires étrangères. Ils terminaient leurs articles par un certain nombre de conseils quant au devenir de ces recherches. Quelles suites ont eu leurs recommandations ?

11Un de leurs souhaits était de donner encore plus de visibilité internationale aux résultats français qui constituent souvent des avancées scientifiques notables. La dynamique de diffusion s’est amplifiée : les colloques se sont multipliés et ont généralement donné suite à des publications remarquées, sous forme de livres ou dans des numéros des revues Bulletin de l’Ifea et Traces. Citons, entre autres monographies de sites, le projet sur l’urbanisme mésoaméricain coordonné par l’université d’état de Pennsylvanie, l’université Paris-I, l’Inah de Mexico et l’Umr 8096, la monographie sur le site de La Joyanca au Guatemala (Arnauld et al. 2004), les deux volumes sur deux sites du Mato Grosso (Vialou 2006a et b). Parmi les colloques publiés, on peut signaler « L’abandon d’implantations précolombiennes » (Darras 2003) ; « Les interactions culturelles précolombiennes » (Faugère 2007), « Les champs surélevés à Quito » (Valdez 2006) et le symposium sur l’archéologie de l’Équateur au sein du 52e Congrès international des américanistes à Séville (Guinea et Bouchard 2006). En outre les équipes publient régulièrement leurs résultats dans le Journal de la Société des américanistes. Enfin, Éric Taladoire dirige dans la Bar International Serie une collection d’ouvrages d’archéologie américaniste en français, anglais ou espagnol, et en publie actuellement le 19e volume.

12Françoise Audouze et Pierre Chuvin souhaitaient également voir se poursuivre et s’amplifier les bourses et les relations bilatérales entre la France et les pays hôtes. Cette politique s’est largement développée et chaque doctorant réalise sa thèse à l’aide d’une allocation. Près d’une dizaine d’étudiants latino-américains (Mexique, Chili, Pérou, Brésil), mais également une Italienne et un Nord-américain, suivent les cours de Paris-I. Des chercheurs étrangers sont présents dans tous les projets et, à l’inverse, des archéologues français participent à des projets locaux ou à double tutelle. Par exemple, Grégory Pereira intervient sur la fouille de Teotihuacán, Patrice Lecoq à Choquek’iraw et Claude Chauchat à la Hueca de la Luna. Les trois archéologues américanistes qui composent l’unité patrimoniale des Amériques du musée du quai Branly – André Delpuech, Fabienne de Pierrebourg et Paz Núñez-Regueiro – développent ce type de coopération bilatérale. Ainsi, une exposition sur le grand site mexicain de Teotihuacán sera organisée dans le musée par des chercheurs mexicains. En outre, Danièle Lavallée est commissaire d’une exposition qui vient d’y être inaugurée sur les textiles paracas, avec des collections du Musée national d’archéologie, d’anthropologie et d’histoire du Pérou de Lima.

  • 4  Rappelons à ce propos que le ministère soutient également les Nouvelles de l’archéologie.

13Il est nécessaire de souligner que, si des financements privés sont quelquefois octroyés aux projets archéologiques français d’Amérique, l’essentiel du soutien provient de la sous direction de l’archéologie du ministère des Affaires étrangères4. Sans cette aide, et l’appui logistique des institutions françaises en place (Ifea et Cemca), une recherche d’envergure serait beaucoup moins envisageable. Claire Alix, Francisco Valdez et Jean Guffroy ne bénéficiant pas de ce type de financement n’en sont que plus méritants d’arriver à mener de brillants travaux.

14Une grande partie des projets présentés sont engagés depuis plusieurs années et sont en voie d’achèvement. Beaucoup d’équipes sont actuellement en phase de rédaction des résultats finaux et de publication, aussi est-il à prévoir la mise en place de nouveaux projets dans les prochaines années. Le renouveau des problématiques de recherche est assuré, les interrogations se portent actuellement plutôt sur l’avenir de la recherche elle-même…Depuis plus de 500 ans, ce Nouveau Monde n’en finit pas d’être découvert et la tâche des archéologues reste immense pour apprendre à connaître les premiers habitants de cette autre terre.

Haut de page

Bibliographie

André, E. 1883. « L’Amérique équinoxiale », Le Tour du Monde, XLV, Paris, Librairie Hachette : 337-416.

Arnauld, M.-C. et al. 2004. La Joyanca (La Libertad, Guatemala) : Antigua Ciudad Maya Del Noroeste Del Peten. Guatemala, Cemca.

Audouze, F. et P. Chuvin, 2001. « Les fouilles françaises dans les Amériques », Les Nouvelles de l’archéologie, 83/84 : 79-96.

Charnay, D. 1884. « Voyage au Yucatán et au pays des Lacandons », Le Tour du Monde, XLVIII, Paris, Librairie Hachette : 337-48.

Darras, V. (coord.). 2003. « Abandono de asentamientos prehispánicos e hispánicos », Trace, 43, Mexico, Cemca.

Eeckhout, P. 2003. « Ancient monuments and patterns of power at Pachacamac, Central Coast of Peru », Beiträge zur Allgemeine und Vergleichenden Archäologie, 23 : 139-182.

Faugère, B. (coord.). 2007. Dinámicas culturales entre el Occidente, el Centronorte y la Cuenca de Mexico del Preclasico al Epiclasico. Mexico, El Colegio de Michoacán/Cemca.

Guinea, M. et J.-F. Bouchard (dir.). 2006. Bulletin de l’Ifea, 35(3), numéro thématique « Avances de investigación en el Ecuador prehispánico ».

Lavallée, D. 2005. « Les recherches françaises en Amérique du Sud », in : Archéologies. Vingt ans de recherches françaises dans le monde. Paris, Ministère des Affaires étrangères, Maisonneuve et Larose, Adpf/Erc : 678-681.

Lavallée, D. et D. Michelet. 2005. « Dans les Amériques : introduction », in : Archéologies. Vingt ans de recherches françaises dans le monde, Paris, Ministère des Affaires étrangères, Maisonneuve et Larose, Adpf/Erc : 655.

Michelet, D. 1998. « El Cemca : cuaranta años de investigaciones antropológicas en México », XXV mesa redonda de la Sma, Mexico, multigr., 13 p.

Michelet, D., 2005 « Les recherches françaises en Mésoamérique », in : Archéologies. Vingt ans de recherches françaises dans le monde, Paris, Ministère des Affaires étrangères, Maisonneuve et Larose, Adpf/Erc : 656-659.

Taladoire, É. 2001. « French archaeology in the Americas », in : T. Murray (ed.), Encyclopedia of Archaeology. History and Discoveries, vol. II (E-M). Santa Barbara (California), Abc/Clio : 535-544.

Valdez, F. (dir.), 2006. Agricultura ancestral, camellones y albarradas : contexto social, usos y retos del pasado y del presente. Quito, Abya-Yala, Ird, Ifea, Cnrs, Inpc, Paris-I, Banco Central del Ecuador, Ambassade de France.

Vialou, A. 2006a. Pré-história do Mato Grosso. Vol. 1, Santa Elina. São Paulo, Edusp.

Vialou, A., 2006b. Pré-história do Mato Grosso. Vol. 2. Cidade de Pedra. São Paulo, Edusp.

Haut de page

Notes

1  Je remercie Françoise Audouze pour sa relecture minutieuse et ses suggestions.

2  Il n’y a pas de mission française actuellement au Canada. Claire Alix mène un projet ethnoarchéologique en Alaska.

3  Il y a de sérieux doutes sur l’origine anthropique de ce site pour lequel il existe des dates de 48 000 à 12 000 BP, et qui bouleverseraient toutes les théories des premiers peuplements de l’Amérique si les pièces lithiques ont réellement été taillées par l’homme. Des recherches sur un site voisin devraient permettre de trancher.

4  Rappelons à ce propos que le ministère soutient également les Nouvelles de l’archéologie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte de localisation des projets archéologiques
Crédits Dessin Déodat
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/211/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 2
Légende « Temples des stèles à Tikal ». Désiré Charnay (1884 :35) fut l’un des premiers Français à avertir de l’urgence de sauvegarder les sites mayas
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/211/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 3
Légende Aujourd’hui les conditions de voyage sont bien différentes de celle des premiers explorateurs, par exemple ici, cette périlleuse traversée des Andes (André 1883 :349)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/211/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphen Rostain, « Des mers de glace à la Terre de feu », Les nouvelles de l'archéologie, 111/112 | 2008, 4-8.

Référence électronique

Stéphen Rostain, « Des mers de glace à la Terre de feu », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 111/112 | 2008, mis en ligne le 10 juin 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/211 ; DOI : 10.4000/nda.211

Haut de page

Auteur

Stéphen Rostain

Cnrs, Umr 8096 « Archéologie des Amériques », Nanterre
stephen.rostain@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org