Navigation – Plan du site
Dossier: Financement et réglementation étatique de la pratique de l'archéologie (fin XIXe-début XXe siècle)
1/Légiférer et protéger

La sauvegarde du patrimoine archéologique allemand au temps de Joseph Déchelette

Allard Mees
Traduction de Karoline Mazurié de Keroualin
p. 20-24

Résumés

La création de lois relatives à la sauvegarde du patrimoine archéologique dans les États allemands autour de 1900 a emprunté des voies très différentes. Dans les États dominés par la Prusse, l’empereur Guillaume imposait ses propres idées. Les grandes quantités d’argent ainsi mises à disposition permirent de pratiquer l’archéologie à un très haut niveau, mais cette démarche fut obscurcie par ses tentatives de favoriser ouvertement des intérêts politiques personnels en se servant de la sauvegarde du patrimoine. Dans les États du sud de l’Allemagne, la discussion fut plus fortement influencée par la législation française alors en développement. Le nouveau concept juridique de la protection à des fins « d’intérêt publique » dans la loi promulguée dans la Hesse en 1902 se dressait avant tout contre l‘Église.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Église, Guillaume II, Hesse, politique, protection, Prusse
Haut de page

Texte intégral

1Lorsque Joseph Déchelette (1862-1914) entreprit, à partir de 1903, des voyages d’étude en Allemagne pour compléter sa collection de pièces archéologiques, la législation concernant la sauvegarde du patrimoine s’y trouvait alors en plein développement. L’autonomie culturelle des différents grands-duchés et principautés, inscrite en 1871 dans l’acte de fondation de l’Empire, était à l’origine de rythmes de développement différents dans chacun des États. Dans le même temps, l’intervention directe de l’empereur Guillaume II (1859-1941) dans l’aire prussienne ouvrait la porte à des approches parfois complètement opposées.

2Dans la présente contribution, on s’attachera à décrire ce développement dans trois États allemands, qui reflètent au mieux les différentes étapes de ce processus : la Prusse, le Bade-Wurtemberg et la Hesse.

Du royaume de Prusse à l’Empire allemand (1794-1902)

3Le plus grand État au sein de la Confédération germanique, le royaume de Prusse, possédait probablement la tradition législative la plus ancienne en matière de sauvegarde du patrimoine (Kraus 2012). En effet, la première loi se référant aux « trésors découverts » remontait à 1794. Les dispositions plus tardives visant la protection des tombes mégalithiques (1844) partaient d’une bonne intention. Cependant, le résultat final, c’est-à-dire la loi du 26 mars 1914 relative aux fouilles (Ausgrabungsgesetz), présentait, du point de vue actuel, deux insuffisances majeures. Premièrement, les biens ecclésiastiques étaient exclus de ce règlement, et deuxièmement, la protection de la propriété aboutissait au compromis suivant : les vestiges découverts sur un terrain privé revenaient pour moitié au propriétaire. En revanche, des trouvailles faites sur un terrain appartenant à l’État lui revenaient en totalité.

4Les réticences manifestées par l’Église vis-à-vis de la législation en matière de sauvegarde du patrimoine sont également apparentes dans les initiatives législatives précoces du grand-duché de Bade (Planck 2003) : l’Église a notamment contrecarré la proposition de loi de 1887, qui prévoyait une protection universelle des monuments et des biens mobiliers.

5Il est évident que l’initiative de la Bade de 1887 en matière de protection des monuments a été élaborée sous l’influence de la législation française créée la même année, et qui avait été notamment bien discutée en Alsace et en Lorraine voisines.

6Le caractère progressiste de la mentalité badoise en faveur des monuments historiques se manifesta très clairement dans la discussion autour de la conservation du château de Heidelberg, qui aboutit à la décision de ne pas reconstruire les ruines mais de les conserver en l’état. Ces travaux de conservation, qui exigèrent la somme considérable de 520 000 marks, se déroulèrent entre 1897 et 1900.

7L’intensification des initiatives concernant la sauvegarde des monuments historiques conduisit l’Association générale des sociétés d’histoire et d’archéologie allemandes(Gesamtverein der deutschen Geschichts- und Altertumsvereine) à proposer, à Strasbourg, une résolution qui fut signée par 124 sociétés d’histoire et d’archéologie. Cette déclaration envisageait en particulier la possibilité d’exproprier des propriétés privées, à l’exception toutefois des domaines appartenant à l’Église.

8Dans le grand-duché de Hesse, la première loi allemande explicite concernant la sauvegarde du patrimoine est entrée en vigueur en 1902 (Hönes 2002). Là encore, la législation héritée des Français en Alsace et en Lorraine joua un rôle important. Le fait que cette loi mentionne explicitement le matériel trouvé lors de fouilles fut d’une grande importance pour l’archéologie. Par ailleurs, elle fut aussi la première à se référer à « l’intérêt public », un concept juridique abstrait dont l’emploi masquait la possibilité de disposer également des biens ecclésiastiques (Künow 2002). Il est intéressant de noter que ce principe a été rajouté peu de temps avant l’adoption du texte. De ce fait, le contenu de la loi de 1902 allait beaucoup plus loin que la déclaration de Strasbourg qui lui est antérieure. L’idée restrictive, par rapport aux biens à protéger, que nous nous faisons aujourd’hui de « l’intérêt public » était en effet tout autre à l’époque et visait notamment à limiter l’influence de l’Église.

Autonomie provinciale versus centralisme impérial

9Le concept d’État a été déterminant dans le processus d’élaboration d’une législation pour la sauvegarde du patrimoine. Celui-ci étant au fondement de l’identité nationale, sa protection devenait, par conséquent, une obligation de l’État. Un tel développement est contemporain des travaux d’envergure provoqués par l’industrialisation du nouveau territoire impérial, qui mettaient au jour un nombre considérable de vestiges. La construction d’un réseau ferroviaire dense, l’urbanisation et son corollaire, la forte réduction des terres agricoles sont les conséquences de cette industrialisation (fig. 1). Mais l’expression nouvelle d’une « protection du patrimoine par l’État » faisait entrer de manière inopinée l’empereur sur la scène archéologique.

Fig. 1

Fig. 1

L’industrialisation 1871-1914 au sein de l’Empire allemand (selon les données publiées dans Speitkamp 2011 : 25-36)

  • 1  Inauguré en 1867, le musée des Antiquités nationales est devenu en 2005 le musée d’Archéologie nat (...)

10Avant la fondation de l’Empire allemand, la seule influence impériale à s’exercer était celle de Napoléon III (1808-1873), et elle était limitée à la partie occidentale de la Confédération germanique. Le musée central romain-germanique de Mayence (Römisch-Germanisches Zentralmuseum [Rgzm]) fut fondé en 1852 pour exposer, si possible sous forme de copies, les nombreuses trouvailles faites par les sociétés d’archéologie florissantes dans la Confédération. La question de son financement n’était alors pas résolue mais les premières années, les dons de l’empereur français jouèrent un rôle très important. Ces dons valaient reconnaissance des mérites du préhistorien Ludwig Lindenschmit (1809-1893), le fondateur du Rgzm, lors de la création, en 1862, d’un « musée d’antiquités celtiques et gallo-romaines » au château de Saint-Germain-en-Laye1. C’est d’ailleurs sans doute pour la même raison que Ludwig Lindenschmit fut élevé au rang de chevalier de la légion d’honneur (Frey 2009 ; Panke 1998).

11La fondation de l’Empire allemand à Versailles en 1871, puis l’avènement de Guillaume II en 1888, favorisèrent le développement d’un climat très propice aux transformations structurelles de la recherche historique. Un vaste réseau de grands musées provinciaux fut créé à Bonn, Trèves, Munich et Posen. En parallèle, ces institutions devenaient les intendances responsables des fouilles sur une vaste zone (Kraus 2012). C’est ainsi qu’en 1875, Ernst Wagner devint à la fois conservateur des collections du grand-duché de Bade et archéologue (Planck 2003). En conséquence, toute une série d’inventaires de trouvailles fut dressée. Dans le même ordre d’idées, le décret prussien de 1887 concernant la création et l’inventaire des collections archéologiques servit de base à d’importantes publications destinées à leur description.

12En 1886, l’installation du musée des Antiquités nationales de Berlin (Museum Vaterländischer Altertümer) – aujourd’hui Museum für Vor- und Frühgeschichte der Staatlichen Museen zu Berlin (musée de Préhistoire et de Protohistoire des musées nationaux de Berlin) – manifestait la volonté de créer une institution centrale dotée d’un pouvoir financier important. Cependant, dans la mesure où les différents musées régionaux de l’Empire prussien avaient désormais le droit de réclamer le matériel provenant des fouilles entreprises sur leur territoire, leurs relations s’envenimèrent : ainsi furent-ils tenus de prêter des pièces importantes pour l’exposition organisée à Berlin en 1880 par le Museum Vaterländischer Altertümer, sans que celui-ci ne se sente tenu de les citer ni de les remercier dans le catalogue.

  • 2  Pourtant, dès 1902, cette commission fut mise sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères (...)
  • 3  Situé dans le massif du Taunus (Hesse), cet ancien fort romain est inscrit depuis 2005 sur la list (...)

13Les différents États étaient si attachés à l’autonomie culturelle qui leur avait été concédée en 1871 que Theodor Mommsen (1817-1903) échoua à faire de la Commission romain-germanique (Römisch-Germanische Kommission [Rgk]) un institut archéologique centralisé et contrôlé par l’État2 – tentative dans laquelle il s’était lancée pour faire contrepoids au musée central romain-germanique de Mayence. De la même façon, l’autonomie culturelle des États régionaux s’imposa face à Berlin et contraria localement cette tendance à la centralisation lors de la distribution des trouvailles par la Commission impériale sur le limes (Reichslimeskommission), notamment en ce qui concerne les vestiges de la Saalburg3 (Braun 1997).

Les ambiguïtés d’une politique impériale

14Quand il était jeune, lors d’une cure à Bad Homburg, le prince Guillaume s’était promené avec son père dans les ruines antiques de la Saalburg (fig. 2). Lorsqu’en 1867 le royaume de Prusse annexa le grand-duché de Hesse, des possibilités inédites s’offrirent pour financer les projets de reconstruction du camp militaire romain (Dölemeyer 1997). Attaché à ses souvenirs de jeunesse, l’empereur mit à disposition, à partir de 1897, d’importantes sommes pour reconstruire le site. S’il acceptait les conseils de l’archéologue-architecte Louis Jacobi (1836-1910), les recommandations des commissions scientifiques l’importunaient et il souhaitait que cette reconstruction se fasse selon ses goûts. Cela ne veut pas dire qu’il n’a pas encouragé la science : les fouilles dans la Saalburg bénéficièrent des moyens techniques les plus avancés de l’époque et les toutes premières méthodes photogrammétriques y ont été employées (fig. 3).

Fig. 2

Fig. 2

Vue aérienne de la Saalburg (Schallmayer 1997 : 2)

Fig. 3

Fig. 3

La Saalburg. Coupe de terrain à travers la Porta Praetoria et sa reconstruction (Weber 1997 : 121)

15Nul n’aurait pu soupçonner, toutefois, la mise en scène imaginée par l’empereur lors d’un festival costumé en l’an 1900. Souhaitant afficher ses prétentions au gouvernement de toute l’Allemagne en tant que nouveau Pontifex Maximus, il procéda à un « sacrifice rituel » et arbora des inscriptions du type « in honorem domus divinum » (fig. 4). Cette mise en scène constituait d’une part un affront à l’encontre des autres princes allemands, le grand-duc de Bade, le roi du Wurtemberg, le régent de Bavière, qui n’avaient accepté la proclamation de l’empire qu’en raison de son caractère de monarchie constitutionnelle. Roi « par la grâce de Dieu », Guillaume II ne l’était qu’en Prusse et user de ce titre sur le territoire de la Hesse était une violation évidente de l’ordre instauré en 1871 (fig. 5). D’autre part, ce détournement de l’histoire et l’ambition avouée d’incarner le nouvel empereur romain suscitèrent la méfiance de l’étranger, en particulier du Royaume-Uni et de la Suisse.

16Étant donnée la censure en vigueur – un aspect souvent oublié dans l’analyse des faux pas de Guillaume II –, aucune réaction en Allemagne n’a été reportée mais l’événement fut incontestablement gênant pour les archéologues prussiens. Leurs collègues de la région de la Saalburg, qui dépendaient financièrement de l’empereur, furent bien entendu forcés de participer à cette mascarade. Theodor Mommsen, en revanche, contracta une subite « maladie diplomatique » qui lui permit d’y échapper et Ernst Fabricius (1857-1942), professeur d’histoire ancienne à l’université de Fribourg-en-Brisgau, dans le Bade-Wurtemberg, fit ouvertement connaître sa désapprobation.

Fig. 4

Fig. 4

L’empereur Guillaume II, déguisé en Pontifex Maximus, procède au sacrifice rituel. À l’arrière-plan, un décor de temple portant l’inscription « In Honorum Domus Divinae  » (Obmann & Wirtz 1997 : 43, fig. 36)

Fig. 5

Fig. 5

Statue d’Antonin le Pieux sur la Saalburg avec la plaque commémorative de l’empereur (Fless 1997 : 61, fig. 52)

17À Haltern am See, sur le lieu présumé de la défaite de Varus (46 av. J.-C.-9 ap. J.-C.), une reconstruction analogue du plus important camp romain de Westphalie fut également réalisée, exclusivement en bois.

18De telles reconstructions étaient en contradiction totale avec l’approche moderne de la sauvegarde du patrimoine développée au même moment dans la discussion autour de la conservation du château de Heidelberg. En raison de l’autonomie culturelle du grand-duché de Bade, l’empereur n’avait aucune possibilité d’influencer cette discussion de façon autoritaire.

19Mais il faut aussi voir les conséquences positives de ses interventions autoritaires : il a fortement encouragé le monumental Corpus Inscriptionum Latinarum de l’Académie des sciences de Berlin (Schmidt 2007). De même, en 1892, il réactiva la commission destinée à l’étude du limes imperii Romani (Commission zur Erforschung des Limes Imperii Romani), instaurée en 1852, en créant la Commission impériale sur le limes (Reichslimeskommission), chargée de rechercher celui-ci dans son intégralité et de le publier.

20La réalisation de ce projet mégalomane, inimaginable sans le soutien inconditionnel de l’empereur, révèle un autre pan de son action. Planifié sur une durée de plus de quarante ans, il concernait en effet plusieurs États allemands et eut été d’emblée voué à l’échec s’il n’avait pas bénéficié d’une gouvernance forte. Quant à la participation de l’armée, si elle n’a pas forcément contribué à son succès, elle est caractéristique d’une époque et d’un règne où n’existait pas de véritable séparation entre le gouvernement civil et le pouvoir militaire – facteur qui précipita l’Empire allemand dans la Première Guerre mondiale et accéléra sa chute.

21De tels projets gigantesques ont dû impressionner, sinon choquer, le voyageur Joseph Déchelette. En France, il était alors lui-même impliqué dans les tentatives de rachat de l’importante collection de sigillées du docteur Plicque, incluant les céramiques que celui-ci avait trouvées à Lezoux dans le Puy-de-Dôme (Mees 2011). Cette collection avait été dispersée entre les héritiers et en partie vendue – chose alors impossible en Allemagne, par exemple dans le grand-duché de Hesse.

22Joseph Déchelette a dû prendre conscience qu’à long terme, la situation de son pays ne pouvait pas représenter l’avenir de l’archéologie européenne. Quant à l’ambiguïté de la situation allemande pour tout ce qui touchait à la sauvegarde du patrimoine, où les législations progressistes des États du Sud, sous influence française, coexistaient avec les résultats considérables mais discutables des recherches développées à l’initiative de l’empereur, elle constitua sûrement pour lui un champ d’observation passionnant.

Haut de page

Bibliographie

Braun R. 1997. « Die Saalburg als Reichs-Limesmuseum? Die Gründung des Saalburg-museums im Widerspiel von Zentralismus und Föderalismus », in : E. Schallmayer (éd.), Hundert Jahre Saalburg. Vom römischen Grenzposten zum europäischen Museum. Mainz : 55-59.

Dölemeyer B. 1997. « Der Baumeister und sein Kaiser. Kaiser Wilhelm II., Louis Jacobi und die Saalburg », in : E. Schallmayer (éd.), Hundert Jahre Saalburg. Vom römischen Grenzposten zum europäischen Museum. Mainz : 28-32.

Fless F. 1997. « Präsenz des Kaisers auf der Salaburg. Die antiken und antikisierenden Porträts », in : E. Schallmayer (éd.), Hundert Jahre Saalburg. Vom römischen Grenzposten zum europäischen Museum, Mainz : 60-68.

Frey A. éd. 2009. Ludwig Lindenschmit d. Ä. Begleitbuch zur Ausstellung aus Anlass seines 200. Geburtstages im Römisch-Germanischen Zentralmuseum. Mainz, Mosaiksteine. Forschungen am Römisch-Germanischen Zentralmuseum, 5.

Hönes E.R. 2002. 100 Jahre Denkmalschutzgesetz in Hessen [http://www.dnk.de/_uploads/beitrag-pdf/25bad9c5c5587187a34a16b435bbbc5d.pdf] (page consultée le 20.05.2013).

Kraus S. 2012. Die Entstehung und Entwicklung der staatlichen Bodendenkmalpflege in den preussischen Provinzen Rheinland und Westfalen. Aichwald, Schriften zur Bodendenkmalpflege in Nordrhein-Westfalen 10.

Künow J. 2002. « Die Entwicklung von archäologischen Organisationen und Institutionen in Deutschland im 19. und 20. Jahrhundert und das “öffentliche Interesse” – Bedeutungsgewinne und Bedeutungsverluste und deren Folgen », in : P.F. Biehl, A. Gramsch, A. Marcinak (eds), Archäologien Europas / Archaeologies of Europe. Geschichte, Methoden und Theorien / History, Methods and Theories. Münster / New York / München / Berlin, Tübinger Archäologische Taschenbücher, 3 : 147-183.

Mees A.W. 2011. « Joseph Déchelette et la tradition des recherches sur la sigillée en Allemagne, Angleterre et France », Revue des Études Anciennes, 113, 1 : 167-189.

Obmann J. & Wirtz D. 1997. « Sie muß den Kaiser auf der Saalburg sehen. Die Grundsteinlegung des wiedererrichteten Römerkastells am 11. Oktober 1900 », in : E. Schallmayer (éd.), Hundert Jahre Saalburg. Vom römischen Grenzposten zum europäischen Museum, Mainz : 33-54.

Panke T. 1998. « Altermumskunde zwischen Fortschritt und Beharrung : Ludwig Lindenschmitt d. Ä. (1809-1893) in seiner Zeit », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseum, 45 : 711-773.

Planck D. 2003. « 50 Jahre Denkmalpflege in Baden-Württemberg », Zur Geschichte der Denkmalpflege. Denkmalpflege in Baden-Württemberg, 32, 1 : 13-18.

Schmidt M.G. 2007. Corpus Inscriptionum Latinarum. Berlin.

Speitkamp W. 2011. « Die Verwaltung der Geschichte. Denkmalpflege und Staat in Deutschland 1871-1933 », Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft, 114, Göttingen.

Weber G. 1997. « So getreu wie möglich in römischer Bauweise. Zur Rekonstruktion der Saalburg », in : E. Schallmayer éd., Hundert Jahre Saalburg. Vom römischen Grenzposten zum europäischen Museum, Mainz : 119-125.

Haut de page

Notes

1  Inauguré en 1867, le musée des Antiquités nationales est devenu en 2005 le musée d’Archéologie nationale.

2  Pourtant, dès 1902, cette commission fut mise sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères à Berlin.

3  Situé dans le massif du Taunus (Hesse), cet ancien fort romain est inscrit depuis 2005 sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, avec l’ensemble du limes de Germanie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende L’industrialisation 1871-1914 au sein de l’Empire allemand (selon les données publiées dans Speitkamp 2011 : 25-36)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2108/img-1.png
Fichier image/png, 17k
Titre Fig. 2
Légende Vue aérienne de la Saalburg (Schallmayer 1997 : 2)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2108/img-2.png
Fichier image/png, 5,3M
Titre Fig. 3
Légende La Saalburg. Coupe de terrain à travers la Porta Praetoria et sa reconstruction (Weber 1997 : 121)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2108/img-3.png
Fichier image/png, 201k
Titre Fig. 4
Légende L’empereur Guillaume II, déguisé en Pontifex Maximus, procède au sacrifice rituel. À l’arrière-plan, un décor de temple portant l’inscription « In Honorum Domus Divinae  » (Obmann & Wirtz 1997 : 43, fig. 36)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2108/img-4.png
Fichier image/png, 305k
Titre Fig. 5
Légende Statue d’Antonin le Pieux sur la Saalburg avec la plaque commémorative de l’empereur (Fless 1997 : 61, fig. 52)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2108/img-5.png
Fichier image/png, 348k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Allard Mees, « La sauvegarde du patrimoine archéologique allemand au temps de Joseph Déchelette », Les nouvelles de l'archéologie, 133 | 2013, 20-24.

Référence électronique

Allard Mees, « La sauvegarde du patrimoine archéologique allemand au temps de Joseph Déchelette », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 133 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/2108 ; DOI : 10.4000/nda.2108

Haut de page

Auteur

Allard Mees

Römisch-Germanisches Zentralmuseum (Rgzm),
mees@rgzm.de

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org