Navigation – Plan du site
Dossier: Financement et réglementation étatique de la pratique de l'archéologie (fin XIXe-début XXe siècle)
1/Légiférer et protéger

Fouilles, sites ou monuments ?

Serge Lewuillon
p. 14-19

Résumés

Dans le courant du xixe siècle, le développement de l’iconographie est inséparable de la restauration des monuments français, qui avaient beaucoup souffert sous la Révolution. Mais les lithographes ne pouvaient se résoudre à dissocier les monuments de leur décor naturel. Cette conception mixte donna naissance à la notion de site. Vers le milieu du siècle, la photographie y ajouta la rigueur de l’inventaire, l’appliquant même aux milieux naturels. Ces nouveaux cadres de perception eurent une grande influence sur la prise conscience environnementale et culturelle. Les règlements, puis la législation s’en mêlèrent. Mais dans quel ordre ? L’étude des processus de préservation du patrimoine révèle que la préférence des Français n’allait pas nécessairement à l’exigence idéologique ni à l’intuition historique.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

montagne, monument, patrimoine, paysage, protection, site
Haut de page

Texte intégral

Paysage vivant, paysage savant

  • 1  Référence d’autant plus indiquée ici qu’elle renvoie autant à la représentation des paysages qu’à (...)

1En référence à la « théorie des sacrifices », chère aux peintres et aux photographes du xixe siècle1, serait-il envisageable que la politique de protection du patrimoine se poursuive dans l’intérêt des sites naturels et des monuments, tout en s’affranchissant discrètement de la charge des vestiges archéologiques ? Question rhétorique, dira-t-on, et pourtant, l’histoire du patrimoine montre que, sans être formulée de manière aussi provocante, elle s’est déjà posée dans les faits. C’est que la politique d’encadrement du patrimoine ne découle pas du droit naturel : c’est une notion éminemment empirique, litigieuse et surtout de parti-pris, car elle est née avec la Restauration, sous le signe surdéterminant du monument médiéval – le trait le plus évident de la noblesse féodale, dont les qualités originaires étaient alors certifiées par les historiens de la nation.

2Auparavant, la Révolution avait changé la donne, la noblesse et l’Église ayant dû céder le pas. Châteaux et monuments religieux payèrent ce bouleversement au prix fort et faillirent même disparaître. De ce risque mortel naquit l’exigence de leur conservation. N’était-ce donc que cela, le patrimoine : une vague notion d’héritage, la conformité au modèle monumental et quelques épaves arrachées in extremis aux sans-culottes ? Une autre filiation était possible. Caylus, qui avait commencé par traiter de l’Égypte, de la Grèce et de Rome, s’était mis à partir de son troisième tome aux antiquités gauloises ; d’Anville en avait dressé l’inventaire et Millin y avait accolé le nom d’antiquités nationales (Caylus 1752 ; Anville 1760 ; Millin 1790). Par la considération que leur accordaient ces « antiquaires novateurs », celles-ci gagnèrent en légitimité historiographique. Le romantisme, qui se propageait par la littérature et l’iconographie, leur donna un coup de pouce et la lithographie, récemment importée de Bavière, définit le paysage français comme une suite de lieux pittoresques dont l’argument était presque toujours un monument : le site était né. Les antiquités n’étaient pas en reste. Bien adaptée à l’illustration scientifique et se pliant à tous les genres de l’édition, la nouvelle iconographie enrichit l’inventaire des ressources historiographiques et archéologiques, esquissant le contour des provinces intellectuelles du xixe siècle (Lewuillon 2001, 2002). Paysages naturel et culturel allaient désormais de pair.

3La lithographie ne demeura pas longtemps sans concurrence. Les positions qu’avait acquises l’estampe sous toutes ses formes à l’aube du xixe siècle étaient déjà menacées à la fin des années 1840, sitôt l’image argentique révélée. Le nouveau procédé voulut se substituer à la gravure, en imitant sa manière et ses sujets. Mais la qualité de l’image n’était pas au rendez-vous. Les photographes cherchèrent alors à rendre de nouvelles perceptions de la réalité, telles que l’iconographie n’avait osé les imaginer. On vit des essais consacrés aux paysages panoramiques, aux découvertes scientifiques, aux explorations, aux avancées médicales, à l’enquête sociologique et finalement à la restauration des monuments – un genre parmi d’autres, en somme.

4La technique de la photographie n’était pas encore stabilisée qu’une poignée de pionniers, titillés par la commande publique, s’enthousiasmèrent pour l’inventaire monumental, inaugurant un genre qui serait imité pendant près d’un siècle et popularisé ensuite par la carte postale : il y avait d’un côté les artistes officiels, mobilisés pour l’ambitieuse mission héliographique de 1851 ; de l’autre, des francs-tireurs éclectiques, adeptes du daguerréotype, puis du papier albuminé, qui réalisèrent de remarquables inventaires officieux (Roman 1997). On leur doit le tableau photographique de la Provence gréco-romaine, dont les monuments se trouvèrent consacrés tant par leur singularité architecturale que par la ruine qui les menaçait (Mérimée 2003 : 57). Le double regard, propre à l’attitude romantique, dépassait la vision architecturale et touristique pour atteindre à la contemplation. Mais cet inventaire des ruines et des écroulements résonnait aussi comme une invitation à la restauration et comme un encouragement à la commission des monuments historiques.

5Malheureusement, la photographie connut bien des déboires dans l’édition, en raison de la difficulté à imprimer en une même opération le texte et les images et des coûts excessifs de la réalisation de planches hors-texte, qui entraîna l’abandon des grands albums illustrés (Lewuillon 2008 : 41-44). Il fallut attendre les années 1890 pour que des procédés innovants plaçant la reproduction de l’image à hauteur typographique permissent les tirages en nombre de textes illustrés (Renié 2007 : 29-33).

Photographie : le nouvel inventaire

6L’histoire de l’illustration patrimoniale est révélatrice des progrès du goût pour l’environnement : la prégnance des paysages monumentaux est une constante d’un bout à l’autre du xixe siècle. En revanche, au début du Second Empire, les photographies archéologiques se comptaient sur les doigts des deux mains (hormis les planches typologiques du musée des antiquités nationales, alignant les séries d’objets métalliques issus des fossés d’Alésia [Lewuillon 2008 : fig. 5]) : la tranchée de Saint-Acheul ; une scène de prospection parmi les tombelles d’Alsace ; les premières tranchées de Gergovie ; quelques étals d’objets issus de fouilles : une misère, à côté de la photographie des monuments et des sites dont le public s’élargissait, grâce à l’invention du tourisme.

  • 2  Collection conservée à la bibliothèque du musée J. Déchelette.

7À l’exception de sites spectaculaires, il manque à la photographie archéologique un décor qui humanise la scène et alerte la sensibilité. Certains archéologues l’ont ressenti : préfigurant la photographie humaniste, A. de Mortillet invite un enfant à prendre la pose, juché sur un menhir (A. de Mortillet, Stantare de Grossa, papier albuminé, v. 1883 [Mérimée 2003 : 7]). Cette recette fera le bonheur de la carte postale que collectionnent des archéologues professionnels tel Joseph Déchelette, documentant son Manuel 2… Dans ces modestes images promises à la plus large diffusion, on retrouve le style de la mission héliographique (Mondenard 1997, 2002) ou celui de l’inventaire des monuments du Midi (le pont de Saint-Chamas, l’arc de Saintes, la tour Magne et l’amphithéâtre de Nîmes), quand ce n’est pas celui des anciens albums d’estampes, par exemple des Antiquités de Sens, un album factice de 84 planches dues à François Thiollet, composé entre 1847 et 1859, réimprimé par la Société archéologique de Sens en 1994 (Thiollet 1994) (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

La vue du théâtre d’Arles et de ses deux colonnes (fonds Léon & Lévy) est installée dans le paysage arlésien depuis le xviie siècle. Les photographies de références sont celles de Baldus (avant 1862 et v. 1870) et de Roman (v. 1860) pour ce cadrage-ci, mais de nombreuses aquarelles, gravures, dessins et lithographies les ont précédées (Serena 1991 : 73, 76, 78-79 ; Roman 1997 : 56-57, n. 19-22).

8Malgré tout, dans ces clichés, ce n’est pas l’intention archéologique qui l’emporte. La référence monumentale reste de mise, comme l’illustre l’histoire du statut des mégalithes, qui étaient depuis longtemps négligés, tombés, enterrés ou détruits quand on les redécouvrit dans la seconde moitié du xixe siècle. W. Lukis entreprit leur recensement dans les années 1860, prélude à leur inventaire photographique et à leur étude scientifique (Lukis 1868 ; Lewuillon 2008 : 44-45). Mais l’intérêt pour ces vestiges ne se manifesta qu’après que l’État se fut porté acquéreur de certains ensembles mégalithiques et qu’une sous-commission des mégalithes eût été créée, en 1879, auprès de la commission des monuments historiques (fig. 2). Enfin, de tous les genres nourrissant l’iconographie patrimoniale, les paysages montagnards, connotés positivement par Viollet-le-Duc, s’imposèrent à la fin du xixe siècle comme la nouvelle clé de la perception environnementale (Baridon 1996 ; Frey & Grenier 1993).

Fig. 2

Fig. 2

« Grande allée couverte » de Bagneux (49). Même si le point de vue diffère, il rappelle celui de la mission héliographique de 1851 (« grande allée couverte », Le Gray et Mestral, négatif de papier ciré sec, Musée d’Orsay).

Cliché appartenant au fonds Neurdein (coll. part.).

Le patrimoine pour tous

9Entre la disparition de Viollet-le-Duc (1879) et le vote de la loi sur les monuments historiques (1913), les initiatives en faveur de la protection des monuments historiques ont été plus nombreuses (15) que celles en faveur des sites et des paysages (13), mais celles-ci ont bénéficié de mesures de meilleure portée. Le projet de restauration des terrains en montagne (Restaurer la montagne 2004 : 15-23) faisait suite à l’observation de la dégradation des pentes dans les départements alpins et dans les Cévennes, dont les déboisements incessants depuis le xviie siècle et le ravinement qui s’ensuivit étaient rendus responsables par les ingénieurs et les forestiers. Après les lois de 1860 et 1864 sur le reboisement, celle de 1882 proposa une méthode de restauration des terrains qui ménageait autant que possible les populations concernées, en instituant une politique d’indemnisations. Si le diagnostic fut unanime, l’application du remède n’alla pas sans difficultés ni échecs. Les résultats de ce travail colossal, dont les progrès furent enregistrés par une enquête photographique, commencèrent néanmoins à se faire sentir au début du xxe siècle. L’intérêt général pour la protection de la nature et des paysages s’en trouva encore renforcé.

10La notion de site fut la première instance patrimoniale à en bénéficier : dans un souci d’efficacité, la protection du patrimoine naturel passerait par la loi. Le processus législatif fut efficace et l’acharnement militant des défenseurs du patrimoine naturel fut décisif : il ne s’écoula que sept années entre la naissance du programme « Sites et monuments » et le vote de la loi « Paysages et sites » de 1906. La Société pour la protection des paysages de France (Sppf), emmenée par l’énergique député du Doubs, Charles Beauquier, œuvra beaucoup, avec la complicité d’associations comme le Touring Club de France et le Club alpin français, pour imposer la notion de « monument naturel ». Pour sa promotion, on agita l’audacieuse idée que « le droit de propriété “inviolable et sacré” issu de la Révolution pouvait être limité pour préserver des beautés de la nature, pour conserver, au bénéfice de tous, des paysages remarquables ou pittoresques » (Medd 2006). Par un étrange retour des choses, les défenseurs de l’environnement firent du cas montagnard une cause plus large incluant l’espace urbain : toute atteinte visuelle au patrimoine, quel qu’il fût, méritait d’être dénoncée. Dès lors, la Sppf mena un combat acharné contre l’affichage sauvage : la loi de 1902, qui l’interdit sur les édifices à caractère artistique, fut complétée par celle de 1910 qui le proscrivit dans le périmètre des monuments classés.

11Défenseurs des monuments historiques et défenseurs des sites devinrent ainsi des alliés objectifs. Au cours du dernier quart du xixe siècle, les mesures de protection du patrimoine monumental et environnemental marquèrent une accélération : dès le début des années 1870, des projets de loi sur la compétence de la commission des monuments historiques ou sur les circonstances dans lesquelles les fouilles archéologiques pouvaient être pratiquées furent débattus dans les assemblées. En 1887, il en sortit une loi qui concernait essentiellement la conservation des monuments historiques et des objets d’art de propriété publique. La même année, le ministère de l’Intérieur promulgua des instructions sur les fouilles, les gisements et les structures préhistoriques. Mais ce ne fut qu’un feu de paille, et l’on n’entendit plus parler d’archéologie pour une bonne vingtaine d’années ; sauf en Alsace-Lorraine (annexée) où, en 1903, les « monuments archéologiques » furent inclus dans la nouvelle liste de protection des monuments architecturaux et où, en 1907, le rôle des associations archéologiques fut reconnu par la loi. L’année 1910 fut particulièrement riche. Trois projets de loi furent examinés : celui de Beauquier, à propos de l’embellissement des villes, celui de Briant et Doumergue, sur l’encadrement des fouilles, qui fit long feu en raison de l’attitude pour le moins paradoxale de la Sppf (Hurel 2007 : 185-203), et celui de Briant et Faure, sur les monuments historiques. Celle-ci fut votée à la veille de la guerre (1913) et rendue applicable à l’Algérie dix ans plus tard. Deux lois sur l’embellissement des villes virent le jour en 1919 et 1924. Enfin, en 1930, la grande loi sur la protection des sites historiques, scientifiques, légendaires et pittoresques remplaça la loi « paysage » de 1906.

12Il fallut attendre plusieurs décennies après les premières lois sur l’environnement naturel et culturel pour que le législateur mît un terme, dans un contexte particulier, à la palinodie de la réglementation archéologique. Encore la loi Carcopino de 1941, validée en 1945, fut-elle rédigée dans un esprit très différent des autres mesures de protection, inspirées d’une doctrine de libre disposition des biens naturels et culturels. Au contraire, le droit des fouilles archéologiques et le statut des objets découverts demeuraient étroitement liés à la notion de propriété privée défendue par l’article 257 du code pénal. Cent trente et un ans après sa rédaction – la même année que l’enquête de Montalivet, un siècle avant le projet de loi Briant et Doumergue –, la ligne de défense conservatrice de l’archéologie n’avait pas bougé.

Associations militantes vs sociétés savantes

13L’intérêt pour les monuments historiques est lié à la transformation de l’idéologie révolutionnaire : il s’affirme au gré des régimes successifs, jusqu’à ce que l’État décide de leur prise en charge (le vote des premiers crédits de restauration date de 1830). Le patrimoine naturel, de reconnaissance plus récente, suscite dès le début une étonnante frénésie réglementaire. L’archéologie, dont la pratique assez ancienne aurait dû être soutenue par le réseau des sociétés savantes, est livrée à elle-même, dans la pénombre réglementaire.

14Vers la fin du xixe siècle, des associations plus militantes qu’érudites prirent fait et cause pour l’environnement. Dans le monde rural comme dans les zones urbaines, la défense du paysage traditionnel fut pensée comme celle des valeurs fondamentales de la société française. La restauration des terrains en montagne apparut clairement à ses acteurs comme la consolidation des moyens de production d’une paysannerie en difficulté. En milieu urbain, les arguments se devaient d’être plus subtils.

15Dans son premier bulletin, la Société pour la protection des paysages de France édicta les principes de son action, placée sous le signe de la morale et de l’utilité publique. Elle prônait la conciliation entre la modernité et le maintien d’une réserve naturelle censée abriter le principe civilisateur de la France. Si l’image de la montagne était abîmée par les ravages causés aux terrains déboisés, c’est par une injure d’un autre ordre que l’esthétique des villes était menacée. Dès ses premiers numéros, le Bulletin de la Sppf n’a cessé d’alerter ses lecteurs sur les débordements des « affiches barbares ». L’effort des associations militantes se porta donc explicitement contre la marchandisation du paysage, dont l’affichage sauvage était le symbole, mais aussi contre la captation des ressources naturelles par les entrepreneurs privés. La résurgence du Lison, dans une des reculées du Jura, est un site assez spectaculaire. L’exploitation industrielle envisagée par son propriétaire suscita l’opposition résolue des habitants du lieu et se termina par leur victoire devant les tribunaux avant que, sous la conduite de Charles Beauquier, l’affaire ne prélude à la législation de 1906. Mais la Sppf ne s’en tint pas là. Elle comprit, avec un sens remarquable de l’anticipation, que les carriers et ceux qui faisaient commerce de la pierre représentaient une menace pour de nombreux sites pittoresques. L’exploitation sauvage des roches de La Clarté était déjà spectaculaire, mais le scandale de la vente des rochers de Ploumanac’h était encore plus explicite (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Les rochers de Ploumanac’h (Côtes-d’Armor) (Bsppf 1903 : 51). La résistance aux aménageurs est à la racine du mouvement de protection des sites.

16À cette vigilance, les associations ajoutèrent le discernement, ne cantonnant pas l’action en faveur du patrimoine naturel à ses aspects esthétiques. À plusieurs reprises, le Tcf et les commissions départementales de la Sppf eurent l’intelligence de s’appuyer sur « leur » loi pour faire classer des sites archéologiques :

« La division du service architecture du sous-secrétariat des Beaux-Arts nous informe que : “le camp romain de César ou d’Afrique (Meurthe-et-Moselle) et le camp celtique de Bierre (Orne) viennent d’être classés par arrêtés de M. le sous-secrétaire d’État des Beaux-Arts, en vertu de la loi Beauquier du 21 avril 1906, comme il avait été fait précédemment, sur la demande de la société pour la protection des paysages pour l’île de Bréhat (Côtes-du-Nord)”. Nous sommes heureux d’enregistrer le classement des trois sites, en attendant ce que nous promettent les procédures en cours dans les divers services de l’administration supérieure, comme d’autre part elle nous en avise. On remarquera que cette application de la loi, concernant les vestiges archéologiques, répond aux vœux émis par un autre délégué en divers congrès scientifiques, M. Adrien de Villemereuil. » (Bsppf 1910).

17Même dans la définition des sujets et des causes archéologiques, les associations firent preuve d’une étonnante modernité et d’un réel éclectisme. Dès la fin de la Grande Guerre, elles exprimèrent l’exigence de conservation des « ruines sacrées », en pleine période de la « victoire triste », alors que les priorités allaient à l’évaluation des dommages de guerre et à la recherche des réparations :

« La conservation des grandes ruines de la guerre préoccupe à un très haut degré l’opinion publique. Il importe que les principales d’entre elles, comme des jalons dans l’immortelle histoire de la France, restent des témoins de la lutte gigantesque de la grande civilisée contre la grande barbare. D’une manière définitive, elles doivent être protégées contre l’oubli, contre l’abandon. La France ne veut pas effacer de son territoire les traces effroyables de la plus satanique sauvagerie. » (Bsppf 1921 : 7).

L’archéologie qu’on mérite…

  • 3  Source : dépouillement de la bibliographie nationale (revues et institutions, bibliographie généra (...)
  • 4  Source : tableau des données annuelles, les mesures étant réparties en 8 classes (de la moins impo (...)
  • 5  Système analogue à celui du patrimoine historique et archéologique.

18Ces observations, qu’on pourrait multiplier, n’ont de sens que rapportées à l’histoire du patrimoine tout entier ; en voici une interprétation analytique, tirée d’une ample enquête bibliographique. Sur le tableau de la figure 4, la ligne brisée représente l’évolution de l’érudition savante entre la fin de -l’Ancien Régime et la Seconde Guerre mondiale, en données constantes3. La courbe lissée visualise l’impact des mesures institutionnelles, réglementaires et administratives prises en faveur du patrimoine historique et archéologique4. Les actions de protection du patrimoine environnemental sont figurées par les « arbres », dont la taille est relative à l’importance de la mesure5. L’examen de ce tableau suggère deux commentaires : s’il est possible de rapporter chaque pic et chaque creux des courbes à un moment historique précis, une telle remarque est de faible portée car, si les deux courbes ont un comportement analogue, l’effet de la première anticipe toujours celui de la seconde. En d’autres termes, c’est la politique officielle qui produit un effet incitatif sur les recherches en antiquités nationales et non l’inverse. Il n’y a donc que peu de chose à attendre du contexte historique, la courbe des mesures officielles représentant des données primaires. En revanche, il reste à comprendre si les mesures officielles orientent l’esprit de conservation ou si elles entérinent un mouvement d’opinion (fig. 4).

Fig. 4

Fig. 4

La protection du patrimoine naturel et culturel.

19L’analyse des mesures en faveur du patrimoine naturel, indépendantes de la production érudite, peut nous éclairer. En effet, les sociétés savantes s’intéressant à l’environnement sont rarissimes. L’exemple type en est laSociété des touristes du Dauphiné, créée en 1875, dont l’annuaire publie des relations d’excursions et, à l’occasion, des récits de rencontres archéologiques (Craper 1876 ; Valentin 1881). Mais le gros des amateurs de paysages se trouve au sein d’instances spécialisées comme le Touring Club de France, le Club alpin français, qui édite La Montagne à partir de 1905 et, naturellement, la Sppf. Enfin, bien que l’intérêt pour les sites et les paysages soit apparu plus tard que celui pour les monuments et les antiquités, son évolution ne s’écarte pas vraiment de la ligne générale de la protection patrimoniale. Il existait donc bien une tendance générale en faveur de la préservation du patrimoine environnemental ; par sa vigueur, elle donna l’impulsion du mouvement législatif, ce qui, en définitive, s’avéra profitable au patrimoine culturel.

20Il faut bien reconnaître que le goût français pour le patrimoine est une passion modulable. À la fin du xviiie siècle, alors que le patrimoine représentait encore l’héritage de la nation, la distinction entre ses parties n’était pas de mise. Avant de l’offrir en partage, on embrassait tout à la fois : les antiquités et les monuments, installés dans leur décor naturel. Sous la Monarchie de Juillet, on se rendit compte que pour préserver cet héritage, il faudrait le consolider et d’abord l’inventorier. La modernité aidant et l’Empire poussant à la nouveauté, la doctrine iconographique commença d’évoluer : outre les monuments, le frai, la brisure, les lacunes des choses, tout était montrable, pourvu que ce fût exact ; et dans cette exigence, la photographie était insurpassable. Encore fallait-il qu’il y eût quelque chose à voir. Or, l’archéologie scientifique, née en même temps que le daguerréotype, avait rompu avec les pratiques d’antiquaires : elle s’enterrait dans ses tranchées, où les objets émergeaient à peine de la gangue argileuse. Recoins ombreux, coupes arides, terre sur terre, sans relief ni contraste, rien n’y faisait l’affaire du photographe. De plus, voici que le sujet se montrait à la mesure de l’image ; on disputait du sort de ces rêches trouvailles : relevaient-elles de la propriété privée ou était-ce du lot commun, comme le commandait la notion d’héritage ? On biaisait, tergiversait, temporisait. Quand un savant étranger s’établit marchand de squelettes dans les bonnes places de la Dordogne, on cria au scandale, on en appela aux pouvoirs publics, on pensa légiférer. Puis on s’avisa, non sans ridicule, que si l’État s’en mêlait, c’en serait fini de la liberté de fouiller. Le projet fut sabordé par ceux-là mêmes qui l’avaient poussé et la loi, ajournée sine die. Les passionnés des monuments et des paysages, eux, n’avaient que faire de telles mesquineries : leur cause était juste, morale et à la portée de tous ; rien n’était dissimulé ni vénal, tout était beau.

21Le sort des trois composantes du patrimoine français est bien inégal au regard de leur encadrement juridique : la raison s’en trouve dans l’estime sociale portée à chacune d’elles au début de leur histoire commune. Les Français vouèrent à leurs paysages comme à leurs monuments une sorte de culte, qui participe aujourd’hui encore du discours touristique. La jouissance de ces biens étant commune, leur protection appelait un principe d’ouverture. L’archéologie, qui avait tout pour être consensuelle, n’était alors pas de cette veine. Dédaigneuse du spectacle – sinon impénétrable –, d’esprit contentieux, volontiers poseuse dans ses justifications et propice aux malentendus, elle témoignait d’une passion ombrageuse et secrète, dont la sauvegarde procédait d’un principe de fermeture. La connaissance de ces difficultés passées, au lieu qu’on les occulte, mérite d’être approfondie, afin d’éclairer les archéologues dans les choix, c’est-à-dire les sacrifices, qui s’imposeront à eux dans les crises présentes et à venir. Tout ne pourra pas être éternellement conservé.

Haut de page

Bibliographie

Anville J.-B. B. d’. 1760. Notice de l’ancienne Gaule tirée des monumens romains. Paris, Desaint, Saillant & Durand.

Aubenas S. 2002. « Les paysages : la forêt de Fontainebleau, 1852-1856 », in : Gustave Le Gray, l’œuvre d’une vie. Archives des expositions de la BnF [http://expositions.bnf.fr/legray/arret_sur/1/index1e.htm].

Baridon L. 1996. L’imaginaire scientifique de Viollet-le-Duc. Paris, L’Harmattan (Villes).

Bsppf : Bulletin de la Sppf.

Caylus A. C. P., Comte de. 1752. Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines, gauloises… Paris, N. M. Tilliard, 1752-1767.

Craper E. 1876. « À propos de quelques monuments celtiques du Dauphiné », Annuaire de la Société des touristes du Dauphiné, vol. 2 : 167 sq.

Frey P. A. & Grenier L. 1993. Viollet-le-Duc et la montagne. Paris, Glénat.

Hurel A. 2007. La France préhistorienne : de 1789 à 1941. Paris, Cnrs Éd. (Cnrs histoire).

Lewuillon S. 2001. « Destins d’estampes. L’image archéologique dans la seconde moitié du xixe siècle en France », in : Actes du colloque “Napoléon III et l’archéologie”, Compiègne, 14-15 octobre 2000, Bulletin de la Société historique de Compiègne, vol. 37 : 49-70.

Lewuillon S. 2002. « Archæological Design : a new Development in 19th Century Science », Antiquity, vol. 76, 291 : 223-234.

Lewuillon S. 2008. « Positif/Négatif. Les antiquités nationales, l’estampe et la photographie », Les Nouvelles de l’archéologie, 113 : 37-45.

Lukis W. C. 1868. Liste des plans des monuments mégalithiques français (1844-1868).

Medd 2006. Ministère de l’Écologie et du Développement durable, Communiqué du 21 novembre 2006 [http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Centenaire_de_la_loi_du_21_avril_1906.pdf].

Mérimée. 2003. Mérimée. Paris, Monum - Éditions du Patrimoine (Connaissance des Arts), catalogue d’exposition.

Millin A.-L. 1790. Antiquités nationales ou recueil de monuments pour servir à l’histoire générale et particulière de l’Empire français. Paris, Drouhin, 1790-[1799].

Mondenard A. de. 1997. « La mission héliographique : mythe et histoire », Études photographiques, 2 : 60-81.

Mondenard A. de. 2002. La mission héliographique. Cinq photographes parcourent la France en 1851. Paris, Ed. du Patrimoine.

Renié P.-L. 2007. « De l’imprimerie photographique à la photographie imprimée », Études photographiques, 20 : 18-33.

Roman. 1997. Dominique Roman (1824-1911). Objectif Provence. Arles, Museon Arlaten, catalogue d’exposition.

Restaurer la montagne 2004. Restaurer la montagne. Photographies des eaux et forêts du xixe siècle. Arles-Paris, Museon Arlaten-Somogy, catalogue d’exposition.

Serena D. e.a. dir. 1991. Le goût de l’antique. Quatre siècles d’archéologie arlésienne. Arles, catalogue d’exposition.

Thiollet Fr. 1994. Antiquités de Sens [1847-1859]. Sens, Société archéologique de Sens, rééd.

Valentin Fl. 1881. « Excursions archéologiques dans les Alpes Cottiennes et Graies », Annuaire de la Société des touristes du Dauphiné, vol. 7 : 163 sq., où il est question de géographie ancienne et de voies romaines.

Haut de page

Notes

1  Référence d’autant plus indiquée ici qu’elle renvoie autant à la représentation des paysages qu’à la photographie, « […] cette «théorie des sacrifices» que Le Gray (et Delacroix et Nadar avec lui) juge indispensable d’étendre de la peinture à la photographie afin d’éviter le piège d’une vérité trop crue : “À mon point de vue, la beauté artistique d’une épreuve photographique consiste au contraire presque toujours dans le sacrifice de certains détails, de manière à produire une mise à l’effet qui va quelquefois jusqu’au sublime de l’art” » (Aubenas 2002).

2  Collection conservée à la bibliothèque du musée J. Déchelette.

3  Source : dépouillement de la bibliographie nationale (revues et institutions, bibliographie générale) et régionale (publications des sociétés savantes à finalité historique et archéologique) – env. 180 000 titres ; thème : antiquités nationales. Données personnelles (Le fonds gaulois – inédit).

4  Source : tableau des données annuelles, les mesures étant réparties en 8 classes (de la moins importante – la création d’une revue ou d’un enseignement national – à la plus importante – le vote d’une loi), chaque classe étant affectée d’un coefficient spécifique, chaque année totalisant les scores des mesures. La courbe est issue des totaux annuels. Données personnelles (Le fonds gaulois – inédit).

5  Système analogue à celui du patrimoine historique et archéologique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende La vue du théâtre d’Arles et de ses deux colonnes (fonds Léon & Lévy) est installée dans le paysage arlésien depuis le xviie siècle. Les photographies de références sont celles de Baldus (avant 1862 et v. 1870) et de Roman (v. 1860) pour ce cadrage-ci, mais de nombreuses aquarelles, gravures, dessins et lithographies les ont précédées (Serena 1991 : 73, 76, 78-79 ; Roman 1997 : 56-57, n. 19-22).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2104/img-1.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Fig. 2
Légende « Grande allée couverte » de Bagneux (49). Même si le point de vue diffère, il rappelle celui de la mission héliographique de 1851 (« grande allée couverte », Le Gray et Mestral, négatif de papier ciré sec, Musée d’Orsay).
Crédits Cliché appartenant au fonds Neurdein (coll. part.).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2104/img-2.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Fig. 3
Légende Les rochers de Ploumanac’h (Côtes-d’Armor) (Bsppf 1903 : 51). La résistance aux aménageurs est à la racine du mouvement de protection des sites.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2104/img-3.png
Fichier image/png, 854k
Titre Fig. 4
Légende La protection du patrimoine naturel et culturel.
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2104/img-4.png
Fichier image/png, 167k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Lewuillon, « Fouilles, sites ou monuments ? », Les nouvelles de l'archéologie, 133 | 2013, 14-19.

Référence électronique

Serge Lewuillon, « Fouilles, sites ou monuments ? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 133 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/2104 ; DOI : 10.4000/nda.2104

Haut de page

Auteur

Serge Lewuillon

Université de Picardie Jules-Verne,
tae.lewuillon@wanadoo.fr

Articles du même auteur

  • Positif/négatif [Texte intégral]
    Les antiquités nationales, l’estampe et la photographie
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 113 | 2008
Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org