Navigation – Plan du site
Dossier: Financement et réglementation étatique de la pratique de l'archéologie (fin XIXe-début XXe siècle)

L’archéologie, une affaire publique: les enjeux de la réglementation et du financement

Marc-Antoine Kaeser
p. 6-9

Résumés

Servant d'introduction au dossier, notre contribution expose les objectifs heuristiques des organisateurs des Journées d'étude de Neuchâtel et souligne leur pertinence dans le contexte actuel des recherches en histoire de l'archéologie. Les comparaisons internationales illustrent l'extrême disparité historique des cadres réglementaires et financiers de la pratique archéologique depuis le XIXe siècle. D'un pays ou d'une région à l'autre, ces grandes différences trahissent le caractère très circonstanciel de la mise en place des instruments de pilotage de l'archéologie en Europe. Témoignant de la fragilité du statut de la discipline, cette observation peut néanmoins être interprétée de manière positive, pour souligner la responsabilité des acteurs de l'archéologie. Historiquement, il apparaît en effet que sur ces bases fragiles, les avancées sur les terrains juridique et financier sont généralement le fruit d'efforts ciblés consentis par quelques archéologues sur le terrain des politiques de l'archéologie. De plus, l'histoire de la recherche montre que par-delà leurs apparences technocratiques, ces développements ont souvent connu un impact épistémologique majeur pour la discipline archéologique.

Haut de page

Texte intégral

Cette introduction se fonde sur des discussions approfondies avec Arnaud Hurel, que nous souhaitons remercier vivement ici, de même que François-Xavier Chauvière, Géraldine Delley et Gianna Reginelli Servais, pour leur relecture critique d’une première version du manuscrit.

1S’il découle d’une logique propre à l’avancement des travaux du Pcr Déchelette, le choix de la thématique des Journées d’études de Neuchâtel s’inscrit aussi parfaitement dans les tendances présentes en histoire de l’archéologie. Au cours de ces dernières décennies, le développement de ce domaine de recherche s’est en effet traduit par un renouvellement notable des approches et des perspectives (Schlanger 2002 ; Murray & Evans 2008 ; Schlanger & Nordbladh 2008 ; Moro Abadía 2009). Après les travaux pionniers, qui relevaient principalement de l’histoire des idées, les études historiographiques en archéologie se sont ainsi déployées simultanément sur deux axes : le premier dédié à l’examen épistémologique de la discipline envisagée dans le cadre général de l’histoire des sciences, et le second embrassant les enjeux politiques, sociaux et idéologiques, anciens et récents, dont elle est porteuse (Trigger 2001).

2Depuis quelques années, l’histoire de l’archéologie est marquée, partout en Europe, par un essor des approches institutionnelles (Kaeser 2006a) qui témoigne de la reconnaissance conférée désormais aux perspectives historiographiques au sein de la discipline archéologique. Cette « nouvelle » histoire réflexive des institutions archéologiques s’est généralement affranchie des travers complaisants de l’historiographie commémorative traditionnelle (Kaeser 2005). Mais à nos yeux, cet essor résulte surtout de motifs heuristiques : comme la biographie (Kaeser 2003, 2006b), l’histoire des institutions présente en effet justement l’avantage d’articuler les enjeux épistémologiques et sociaux de l’exercice de la science. Elle permet donc de pallier avantageusement l’éclatement potentiel des perspectives explorées sur les deux axes évoqués ci-dessus.

3Or ces approches institutionnelles ont logiquement favorisé la réflexion sur l’histoire des pratiques : en partant des acteurs institutionnels, on a été amené à s’intéresser à leurs activités concrètes – notamment la conduite des fouilles, l’application des méthodes, les outils et les techniques des archéologues, ainsi que leurs pratiques de collection (Jensen 2012). Mais comme l’ont montré les travaux récents du Pcr Déchelette, cette histoire des pratiques exige dorénavant une meilleure prise en compte de leurs conditions d’exercice.

4En d’autres termes, on ne peut apprécier historiquement la valeur, la portée et l’écho des activités de nos prédécesseurs si l’on méconnaît les contraintes matérielles et juridiques auxquelles ceux-ci étaient confrontés. À cet effet, les historiens de l’archéologie doivent donc s’interroger sur les cadres légaux, réglementaires et financiers de l’exercice de l’archéologie. C’est l’objectif que se sont fixé ces Journées d’études au Laténium.

Une approche multifocale et des perspectives supranationales sur la longue durée

5Compte tenu du caractère encore fragmentaire et hétérogène de nos connaissances sur ces questions, le choix des organisateurs s’est porté sur un cadre chronologique large, du milieu du xixe siècle jusqu’à nos jours. Les mêmes motifs ont encouragé une approche multifocale associant des analyses pointues, ciblées sur des cas précis, à des études plus générales, ainsi que des perspectives supranationales. De fait, si la situation française est désormais bien documentée, grâce notamment aux travaux d’Arnaud Hurel (2007, 2010 et ci-dessous, p. 8-12), les conséquences effectives des changements de régimes juridiques ou financiers ne peuvent être mesurées efficacement qu’à une aune comparative.

6Or, à cet égard, les comparaisons internationales illustrent la grande disparité historique des cadres concrets de l’exercice de l’archéologie. Comme le montrent les diverses contributions publiées dans ce dossier, la réglementation patrimoniale et le financement de la recherche archéologique ont connu, d’un pays à l’autre (voire d’une province à l’autre, dans les états fédéralistes), des évolutions extrêmement différentes, tant dans le rythme des changements mis en œuvre que dans l’ordre relatif manifeste des priorités.

Les motifs de l’hétérogénéité du développement des cadres réglementaires et financiers

7De notre point de vue, les facteurs « externes » (politiques, sociaux, économiques ou idéologiques) ayant influé sur les « agendas » respectifs de l’archéologie n’expliquent que partiellement des disparités aussi fortes. Celles-ci témoignent probablement aussi de la diversité des attentes, des besoins et des positions des différentes communautés savantes, qui ont défendu une institutionnalisation gouvernée soit par des enjeux plutôt patrimoniaux, soit par des enjeux plutôt heuristiques. Dans sa contribution liminaire (ci-dessous, p. 8-12), Arnaud Hurel détaille ainsi la réaction parfois virulente des archéologues eux-mêmes qui, en France, ont pu envisager les premières mesures de réglementation étatiques comme une atteinte à la liberté de la science, où les savants représentant les institutions officielles se voyaient reprocher de s’arroger des privilèges que certains, en Suisse, s’étaient déjà plu à comparer aux prébendes d’Ancien Régime… (Kaeser 2004 : 325-329).

8Cela posé, on peut se demander si, au-delà des causes immédiates, ces disparités ne trahissent pas, plus profondément, la précarité de notre discipline. Comme semblent l’indiquer les contributions présentées aux Journées d’études de Neuchâtel, les développements si différents d’un pays ou d’une région à l’autre ne s’expliqueraient ainsi pas par la puissance des facteurs externes évoqués ci-dessus, mais plutôt par la faiblesse du statut de l’archéologie, qui la rendait sensible aux plus faibles souffles de brise. Si l’on suit cette logique, on comprend mieux à quel point la définition et l’affirmation des cadres réglementaires et financiers de son exercice ont été soumises à des facteurs souvent circonstanciels, parfois presque anecdotiques. Ce constat rejoint d’ailleurs les observations de Noël Coye (1989 ; également Kaeser 2011), qui a montré que certaines « affaires » de fraudes et de falsifications archéologiques ont stimulé la formalisation des procédures de terrain et des méthodes de l’archéologie ; et, comme l’a montré Arnaud Hurel (2007), la médiatisation de ces « affaires » a souvent été instrumentalisée pour soutenir la mise en œuvre de la réglementation de la fouille et de la prospection archéologiques.

La professionnalisation de l’archéologie : une question secondaire ?

9C’est également dans ce registre que l’on devrait pouvoir dégager les lignes de force historiographiques de la « professionnalisation » de notre discipline. De toute évidence, c’est en effet la reconnaissance de l’intérêt public de l’archéologie qui a motivé la réglementation et le financement de cette activité scientifique et patrimoniale. Or, dès le xixe siècle, et surtout dans la première moitié du xxe siècle, on voit que les premières étapes de cette professionnalisation ont logiquement procédé de la nécessité, pour les pouvoirs publics, de disposer d’une main-d’œuvre compétente (et crédible), apte à faire respecter les dispositions étatiques (Callmer et al. 2006). En somme, la professionnalisation de l’archéologie apparaît donc comme une sorte de sous-produit des changements historiques dans les domaines de la réglementation et du financement.

10L’actualité scientifique confirme du reste l’importance de cette réflexion sur le financement de l’archéologie. Ainsi, la mise en œuvre de l’archéologie préventive peut être considérée comme une véritable « révolution épistémologique » de la discipline (Demoule 2007, 2012 ; Bofinger & Krausse 2012). Pourtant, si elle a entraîné en France un essor formidable de la professionnalisation, elle constitue aussi une conséquence directe des nouveaux modes de financement induits par les lois de 2001 et 2003. Et quarante ans plus tôt, en Suisse, c’était déjà un modeste arrêté technocratique voté dans l’indifférence générale qui avait autorisé le financement proprement pharaonique de l’archéologie « autoroutière » (Kaenel 1998, 2002 ; Kaeser 2012), provoquant l’ouverture de chantiers où des centaines de fouilleurs (souvent français, d’ailleurs) ont débuté dans le « métier », puisqu’il s’agissait enfin d’une véritable activité professionnelle.

11Qu’on ne se méprenne pas : nous n’entendons bien sûr pas que l’archéologie a été façonnée, dans son développement, par ces aléas juridiques ou budgétaires. Nous estimons au contraire que ce sont les défaillances dans la reconnaissance publique de l’archéologie qui brident d’ordinaire son développement « naturel ». Et, comme le montrent les diverses contributions publiées dans ce numéro, ce sont souvent des interventions réglementaires ou des dispositifs financiers ponctuels, dont les motifs s’avèrent parfois très circonstanciels, qui, à l’image d’une écluse enfin ouverte, permettent soudain aux archéologues de « rattraper le retard », en quelque sorte.

Une historiographie modeste pour une communauté archéologique plus ambitieuse ?

12Depuis les années 1980, l’essor de l’histoire de l’archéologie a été porté par le souffle de la critique réflexive. Or, dans la mesure où la recherche historiographique s’est engagée en priorité sur des terrains sensibles (Trigger 1984), comme l’impact du colonialisme, des nationalismes ou des idéologies totalitaires, elle s’est souvent laissée emballer par l’enjeu que représente la manipulation du passé, pour en arriver à confondre parfois la gravité des dévoiements de notre discipline avec son importance sociale, culturelle et politique. En d’autres termes, ce n’est pas parce que l’archéologie a pu contribuer à l’affirmation de notions condamnables que son soutien a nécessairement eu un poids significatif dans la diffusion de ces notions – ni même, surtout, qu’il ait été sollicité, souhaité ou reconnu par les acteurs politiques contemporains…

  • 1  « Lors des fouilles archéologiques des habitats de nos ancêtres des temps préchrétiens, on s’excit (...)

13Bien entendu, nous ne prétendons pas acquitter la discipline des innombrables compromissions dont elle a pu ou su profiter, hier comme aujourd’hui. Mais nous souhaitons rappeler encore que la manipulation du passé peut aussi s’affranchir de l’appui, de la participation ou de la caution de la communauté scientifique. À ce propos, on rappellera qu’Adolf Hitler lui-même1 éprouvait un mépris certain pour les malheureux tessons brandis par les préhistoriens pour la glorification du passé germanique…

14Par-delà son apparence provocatrice, notre position assez réservée quant à la reconnaissance publique du statut et de la portée de la discipline archéologique ne doit cependant pas être envisagée comme l’expression d’un relativisme désenchanté. Au contraire. Car nous estimons en définitive que la mise en évidence du caractère circonstanciel, voire aléatoire, de l’action publique en matière d’archéologie devrait au contraire renforcer, parmi les archéologues, la conscience de leur propre responsabilité, tant scientifique que sociale. De fait, si l’on admet que le développement de la discipline n’est pas seulement le fruit de grands courants structurants, et qu’il est également soumis aux impacts volatils de certaines mesures circonstancielles (certes habilement préparées, voire opportunément exploitées par quelques archéologues), cela signifie par voie de conséquence que les acteurs de l’archéologie disposent d’une marge de manœuvre bien plus large qu’ils ne le croient souvent eux-mêmes…

15Face aux enjeux présents, les enseignements de cette approche historiographique « modeste » encouragent en somme les archéologues à prendre conscience de la portée potentielle de leurs efforts les plus discrets pour la protection du patrimoine, la promotion de la recherche scientifique et la mise en valeur du passé. De fait, aussi prosaïques ou technocratiques qu’elles puissent paraître, les mesures relatives à la réglementation et au mode de financement de l’archéologie peuvent avoir des conséquences scientifiques et épistémologiques majeures. Au lendemain de la publication, en France, du Livre blanc de l’archéologie préventive (Garcia 2013), chaque archéologue devrait donc se sentir appelé à s’engager, en toute humilité, sur le terrain des politiques du patrimoine.

Haut de page

Bibliographie

Bofinger J. & Krausse D. (eds). 2012. Large-scale excavations in Europe : Fieldwork strategies and scientific outcome, Proceedings of the International Conference of the European Archaeological Council, Esslingen am Neckar, Germany, 7th – 8th October 2008. Budapest, Archaeolingua.

Callmer J. (eds) et al. 2006. Die Anfänge der ur- und frühgeschichtlichen Archäologie als archäologisches Fach (1890-1930) im europäischen Vergleich. Internationale Tagung an der Humboldt-Universität zu Berlin vom 13.-16. März 2003. Rahden, M. Leidorf (Berliner Archäologische Forschungen ; 2).

Coye N. 1989. « Une conscience pour le fouilleur : méthode et techniques de terrain en archéologie préhistorique avant 1950 », Travaux du LAPMO : 7-28.

Demoule J.-P. (dir.). 2007. L’archéologie préventive dans le monde. Apports de l’archéologie préventive à la connaissance du passé. Paris, La Découverte.

Demoule J.-P. 2012. On a retrouvé l’histoire de France : Comment l’archéologie raconte notre passé. Paris, Robert Laffont.

Garcia D. 2013. Livre blanc de l’archéologie préventive. Rapport remis à Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, le 29 mars 2013 [http://www.culturecommunication.gouv.fr/content/download/63970/488966/file/livre_blanc_archeologie_preventive.pdf].

Halle U. 2002. “Die Externsteine sind bis auf weiteres germanisch!”: Prähistorische Archäologie im Dritten Reich. Bielefeld, Verlag für Regionalgeschichte.

Hurel A. 2007. La France préhistorienne, de 1789 à 1941. Paris, Cnrs.

Hurel A. 2010. « Préhistoire, préhistoriens et pouvoirs publics en France : La tardive émergence d’une conscience patrimoniale spécifique », Histoire, Économie et Société, 29/2 : 65-79.

Jensen O. W. (ed.). 2012. Histories of archaeological practices. Stockholm, National Historical Museum.

Kaenel G. (éd.). 1998. 30 ans de grands travaux. Quel bilan pour la préhistoire suisse ? Actes du colloque du Groupe de travail pour les recherches préhistoriques en Suisse (GPS/AGUS), Bâle, 13-14 mars 1998. Lausanne, AGUS/GPS.

Kaenel G. 2002. « Autoroutes et archéologie en Suisse », Revue du Nord, 348 : 33-41.

Kaeser M.-A. 2003. « La science vécue. Les potentialités de la biographie en histoire des sciences », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 8 : 139-160.

Kaeser M.-A. 2004. L’univers du préhistorien. Science, foi et politique dans l’œuvre et la vie d’Edouard Desor (1811-1882). Paris, L’Harmattan.

Kaeser M.-A. 2005. « L’histoire des recherches lacustres. De l’instrument disciplinaire à un historicisme réflexif », in : Ph. Della Casa & M. Trachsel (éd.), WES’04 : Wetland Economies and Societies. Proceedings of the International Conference, Zurich, 10-13 March 2004. Zurich, Chronos/Swiss National Museum (Collectio Archaeologica ;  3) : 17-24.

Kaeser M.-A. 2006a. « The First Establishment of Prehistoric Science. The Shortcomings of Autonomy », in : J. Callmer et al. (eds), Die Anfänge der ur- und frühgeschichtlichen Archäologie als archäologisches Fach (1890-1930) im europäischen Vergleich. Internationale Tagung an der Humboldt-Universität zu Berlin vom 13.-16. März 2003. Rahden, M. Leidorf (Berliner Archäologische Forschungen ; 2) : 149-160.

Kaeser M.-A. 2006b. « Mikrohistorie und Wissenschaftsgeschichte. Über die Relevanz der Biographie in der Forschungsgeschichte der Archäologie », Archäologisches Nachrichtenblatt, 11/4 : 307-313.

Kaeser M.-A. (dir.). 2011. L’âge du Faux. L’authenticité en archéologie. Hauterive, Laténium.

Kaeser M.-A. (dir.). 2012. L’archéologie des grands travaux. Hauterive, Laténium.

Moro Abadía O. 2009. « The History of Archaeology as seen through the Externalism-Internalism Debate : Historical Development and current Challenges », Bulletin of the history of archaeology, 19/2 : 13-26.

Murray T. & Evans C. (eds). 2008. Histories of Archaeology. A Reader in the History of Archaeology. Oxford, Oxford University Press.

Trigger B. 1984. « Alternative archaeologies : Nationalist, Colonialist, Imperialist », Man, 19/3 : 355-370.

Trigger B. 2001. « Historiography », in : T. Murray, Encyclopedia of Archaeology : History and Discoveries. Santa Barbara, ABC-CLIO Press : 630-639.

Schlanger N. 2002. « Ancestral Archives : Explorations in the History of Archaeology », Antiquity, 76 : 127-131.

Schlanger N. & Nordbladh J. (éd.). 2008. Archives, Ancestors, Practices : Archaeology in the Light of its History. New York, Berghahn Books.

Haut de page

Notes

1  « Lors des fouilles archéologiques des habitats de nos ancêtres des temps préchrétiens, on s’excite toujours et on pousse de hauts cris […] ; nos préhistoriens font beaucoup de bruit pour des bassins en pierre et des cruches en terre » : recueil de Propos de table d’Adolf Hitler (7 juillet 1942), cité par Halle (2002 : 58), qui détaille le caractère inégal et très erratique de l’intérêt pour, et des soutiens à l’archéologie préhistorique au sein de l’administration du IIIe Reich.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc-Antoine Kaeser, « L’archéologie, une affaire publique: les enjeux de la réglementation et du financement », Les nouvelles de l'archéologie, 133 | 2013, 6-9.

Référence électronique

Marc-Antoine Kaeser, « L’archéologie, une affaire publique: les enjeux de la réglementation et du financement », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 133 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/2092 ; DOI : 10.4000/nda.2092

Haut de page

Auteur

Marc-Antoine Kaeser

Institut d’archéologie de l’Université de Neuchâtel/Laténium
marc-antoine.kaeser@unine.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org