Navigation – Plan du site
Dossier
3/ Du souvenir à l'oubli: le temps des ossements

Du cadavre à l’oubli

Désindividualisation et déshumanisation des restes dans les sépultures collectives néolithiques
Arnaud Blin et Philippe Chambon
p. 65-70

Résumés

La fin du temps funéraire est difficile à appréhender. L’archéologie ne restituera jamais le processus de perte de la mémoire d’un défunt. Elle permet toutefois de s’interroger sur le devenir des restes humains au sein d’un site funéraire. Ils restent, un temps, le support de la mémoire des morts avant de n’être plus considérés que comme de simples objets. Le cas favorable des sépultures collectives néolithiques nous permet d’identifier les deux étapes de cette transformation : la désindividualisation puis la deshumanisation des ossements. Leur désindividualisation est inscrite dans le programme funéraire de ces tombes. Les os disloqués sont souvent déplacés et maintenus au sein de l’espace sépulcral, démontrant qu’ils restent rattachés à la communauté des morts. Un niveau homogène d'inhumations secondaires témoigne également de cette transformation des vestiges. Les os deviennent parfois des déchets dénués de toute substance symbolique. La vidange permet alors, sans ménagement, de purger le contenu ostéologique d’un monument pour assurer la succession des dépôts. Le complet déclassement des ossements humains apparaît aussi à travers les condamnations de quelques sites, marquées par des creusements dans les niveaux anciens d’inhumation. Les pratiques funéraires définies dans les sépultures collectives néolithiques suggèrent que la priorité des opérateurs est souvent de prolonger la durée de vie du monument, au détriment de l’intégralité des squelettes, démontrant ainsi qu’il est le support même de l’identité d’une population.

Haut de page

Texte intégral

La mémoire désincarnée

1Le temps funéraire s’achève avec la dernière commémoration du défunt, c’est-à-dire bien souvent avec son oubli définitif. Il est impossible de déterminer le moment exact où les défunts trop distants ne peuvent plus être évoqués par la mémoire, surtout lorsque cette évocation se réduit à une liste de noms. Support bien mince, mais support tout de même, témoignant que les morts existent encore pour les vivants. Il va de soi que l’archéologie n’est ici d’aucun secours. Pour l’archéologue, le souvenir du mort s’est effacé lorsque plus aucun témoin matériel n’en fait l’écho. Parmi ces témoins, les plus faciles à appréhender sont les ossements, ultimes vestiges tangibles d’un défunt. De fait, identifier le moment où les restes humains ne peuvent plus être les supports de la mémoire des morts ne paraît guère insurmontable. La prise en compte du temps long, l’abandon d’un site funéraire sans trace de retour postérieur, témoignent aisément que les dépouilles qui y reposent ne font plus l’objet d’aucune attention. Pour autant, peut-on percevoir le processus de réification des restes osseux ou, inversement, le moment où la mémoire du défunt change de support ? À travers le cas favorable des sépultures collectives néolithiques, nous proposons d’identifier deux étapes de cette transformation : la désindividualisation des restes osseux, puis leur deshumanisation. Avec elles, c’est bien le devenir du défunt que nous questionnerons.

Méthodologie

2Mener une réflexion sur l’oubli des défunts, à partir du fonctionnement de monuments funéraires ayant été construits plusieurs milliers d’années auparavant, peut paraître une gageure. La méthode d’approche d’une sépulture collective, mise en place et développée depuis une cinquantaine d’années (Leroi-Gourhan et al. 1962), en mettant l’accent sur les pratiques funéraires qui y ont été réalisées, permet désormais d’entrer dans le détail de ses modalités d’utilisation. Celles-ci se définissent par des éléments d’ordre spatial – localisation et position des inhumations, organisation interne (Leclerc 1997) – et par la temporalité ou l’ampleur temporelle des gestes funéraires – chronologie des dépôts, remaniements secondaires.

3Ces deux paramètres sont à prendre en compte pour discuter de la façon dont la population « inhumante » a géré la dispersion des squelettes et les os isolés qui en résultent. Des pratiques funéraires leur sont adaptées dans l’espace sépulcral. Cet intérêt pour les restes humains est le reflet des valeurs qu’ils peuvent encore véhiculer malgré la disparition des traits physiques du défunt, puis la dislocation de son squelette. Ce sont par ces valeurs que les processus de désindividualisation et de déshumanisation des ossements peuvent être mis en évidence.

4La question du sens porté par les vestiges peut être abordée par le biais des priorités fixées par les opérateurs dans les gestes qu’ils ont réalisés. Rien n’empêche, théoriquement, que l’intégrité des inhumés soit préservée, par exemple en procédant à de régulières réductions de corps. Pourtant, seules deux priorités sont clairement identifiées (Blin 2011). La première vise à préserver l’intégralité des squelettes dans le monument. Malgré la succession des dépôts, de nombreux ossements, bien que disloqués, y sont alors conservés, entravant en partie la circulation dans le caveau, limitant l’espace disponible pour de nouveaux dépôts et réduisant ainsi la durée de fonctionnement des structures funéraires. Le maintien des restes au sein du caveau malgré l’encombrement qu’ils suscitent témoigne de la valeur qui leur est attachée. La seconde priorité vise, au contraire, à prolonger l’utilisation des espaces affectés aux dépôts. Dans ces conditions, l’enlèvement périodique des amas osseux paraît inévitable. Un tel geste témoigne d’une toute d’autre perception des restes humains.

5Ces priorités traduisent d’un côté la désindividualisation des pièces osseuses et de l’autre leur déshumanisation totale. Les recherches menées sur la gestion des sépultures collectives ont mis en évidence de telles transformations dans la perception des restes humains. À défaut d’une histoire précise et détaillée de la sépulture, le devenir des restes osseux après décomposition doit pouvoir être discuté, ce qui suppose des plans réalisés à partir de démontages photographiques systématiques et des inventaires osseux exhaustifs. Ainsi, des exemples tirés de monuments tels ceux de Bury (Oise), La Chaussée-Tirancourt (Somme), Balloy (Seine-et-Marne) et quelques autres permettront de bien cerner les pratiques funéraires assurant la gestion des restes isolés (Salanova 2007 ; Blin 2011 ; Chambon 2003).

La désindividualisation

6La désindividualisation des ossements peut être considérée comme le principe de base de la sépulture collective. La perte de l’identité individuelle se note souvent en négatif, par l’absence de geste après la décomposition : les réductions de corps sont exceptionnelles dans les sépultures collectives néolithiques (Chambon 2008 : 89). Les squelettes se disloquent petit à petit, au fur à mesure des inhumations. Cette dispersion peut être accentuée par les opérateurs, toute intervention sur l’amas osseux ne faisant qu’accélérer le processus.

7Le temps nécessaire à la perte de l’identité de la dépouille est difficile à appréhender. Le choix de déposer un cadavre par-dessus un squelette peut encore indiquer le désir d’associer deux défunts bien identifiés. Cependant, à l’achèvement de la décomposition du second, il devient impossible de distinguer l’un de l’autre. Au bout de combien de temps l’usage d’une sépulture collective conduit-elle à cette situation ? Dans un caveau spacieux, une gestion raisonnée des dépôts (par exemple, du fond vers l’entrée, puis de gauche à droite) pouvait permettre de retrouver les vestiges d’un individu longtemps après la décomposition.

8Désindividualisés, un os isolé ou des restes disloqués ne sont pas pour autant vides de sens. Ils sont encore susceptibles d’être rattachés à la communauté des morts. La volonté des opérateurs de maintenir des ossements dans l’espace sépulcral témoigne de l’attention particulière qui leur est accordée. Ils peuvent être regroupés en une zone dédiée à la conservation de restes isolés pour assurer le bon fonctionnement de l’espace affecté aux corps (Leclerc 1997). L’augmentation du nombre de sujets impose des règles de bonne gestion. Par leur caractère volumineux, les blocs crânio-faciaux sont en toute logique ceux que l’on déplace le plus souvent. Il est peu probable que l’identité de leurs propriétaires influe sur leurs déplacements, à moins d’envisager un quelconque marquage de ces restes encore non identifiés par l’archéologie.

9Les couches ossuaires s’inscrivent dans la même dynamique (Leclerc & Masset 2006). La sous-couche V-1 de l’allée sépulcrale néolithique de La Chausssée-Tirancourt témoigne de différents types de déplacements de restes humains, sans rapport avec les individus auxquels ils appartenaient (fig. 1). Elle contient tout d’abord quelques dépôts primaires remaniés sur place (Blin 2011). Au cours de cette phase d’inhumation, des ossements provenant du niveau inférieur, la sous-couche V-3, sont remaniés verticalement pour faire de la place aux nouveaux dépôts. Enfin, les blocs cranio-faciaux sont largement surreprésentés dans la sous-couche V-1, la plupart ayant été découverts isolés à son sommet. Ils proviennent, pour la plupart, de la sous-couche V-3 où ils ont été prélevés puis évacués du caveau avant leur dépôt définitif dans la sous-couche V-1 et la condamnation de l’ensemble par le sédiment IV (Blin 2011). Ces différents gestes montrent une volonté de conserver une grande partie des ossements dans leur contexte d’origine, bien que les squelettes y soient depuis longtemps disloqués et que leurs propriétaires ne soient sans doute plus identifiables.

Fig. 1

Fig. 1

Répartition des individus et des blocs crânio-faciaux (en pointillés) de la sous-couche V-1, dans la partie antérieure de l’allée sépulcrale de La Chaussée-Tirancourt (Somme) (Blin 2011). Les traits pleins délimitent des secteurs d’inhumation, les tirets des témoins négatifs. En encadré, le plan de la sépulture

10Un niveau homogène d’inhumations secondaires témoigne également de la désindividualisation des restes humains. En effet, si les vestiges de plusieurs individus sont déposés, mélangés dans l’espace sépulcral, aucun os ne peut être directement relié à un sujet. C’est le cas du premier dépôt dans la sépulture 13 de Balloy. Celle-ci est divisée en deux zones : l’une, à l’est, comprend des dépôts primaires, et chevauche en partie une zone ossuaire située à l’ouest (Chambon 2003 : 186) (fig. 2). La première comprend les squelettes d’au moins neuf individus alors que les restes d’au moins trente-huit sujets ont été recensés dans la seconde. Dans l’ossuaire, aucun regroupement anatomique par type d’os ou par individu n’a été identifié. Les appariements nombreux relient des pièces situées à différents niveaux du tas et séparées par des distances importantes (ibid. : 190). Ils caractérisent une inhumation secondaire unique, déposée au fond de la tombe. L’aspect individuel des os s’efface ici derrière le caractère collectif du dépôt funéraire. Le groupe conserve en revanche une forte identité : les ossements sont ceux d’individus adultes et ce critère de recrutement sera maintenu pour les inhumations suivantes qu’accueillera la sépulture. Le plus important est bien ici la communauté des morts manifestée par l’assemblage osseux.

11La désindividualisation des restes osseux est inscrite dans le programme funéraire des sépultures collectives néolithiques. La dislocation des squelettes fut une donnée de base pour les opérateurs. La seule question fut de savoir comment la gérer. Les pratiques funéraires qui témoignent de la désindividualisation des ossements marquent un attachement encore présent à ces mêmes ossements, et a fortiori aux squelettes dans leur acception générale. Elles marquent la volonté de préserver l’intégralité des squelettes ou au pire le plus grand nombre d’os possible.

Fig. 2

Fig. 2

Balloy, les Réaudins, sépulture 13 (Seine-et-Marne). Le dépôt secondaire inaugure la tombe ; les os des trente-huit individus sont totalement mélangés

(photographie D. Mordant)

La déshumanisation

12Si, rapidement, les ossements ne sont plus le support de l’identité individuelle au sein d’une sépulture collective, il ne s’agit que d’une étape dans leur réification. Une fois devenus des déchets dénués de toute substance symbolique, ils sont traités comme des restes encombrants ou, pire, totalement ignorés.

13La vidange d’une sépulture est un geste ambigu pour l’archéologue. Quelle motivation, en effet, a présidé à cette simple opération : le retrait des ossements ? Les conséquences se résument à un gain de place et à des vestiges humains qui ne sont plus dans la tombe. La motivation tient-elle dans le premier constat, la libération d’espace sans souci des restes, ou dans le second, la volonté de récupérer des restes hautement signifiants, ou encore dans les deux ? Il est toujours difficile de trancher. Plus que la reprise des inhumations après la vidange, c’est surtout son caractère brutal que nous pistons. Si les ossements n’ont pas été ménagés, s’il subsiste dans la sépulture des fragments, piétinés ou brisés lors de l’opération, on peut envisager qu’ils ont été assimilés à des déchets et traités comme tels.

14Les exemples de la chambre B2 de Bougon (Deux-Sèvres) et de la sépulture mégalithique de Mailleton à Malesherbes (Loiret), datés du Néolithique moyen, illustrent bien ce type de traitement (Chambon 2003 : 156 et 148). Dans les deux cas, les chambres ont été purgées des ossements qu’elles contenaient : le terme « purgé » semble adapté à l’opération en raison du manque de respect manifesté envers les restes humains. De nombreux petits vestiges ont en effet été oubliés dans les caveaux et d’abondantes esquilles d’os long ou de bloc crânio-facial témoignent du faible attachement porté à l’intégrité des ossements. Dans ces tombes, cependant, la condamnation du caveau suit immédiatement la vidange, laissant un doute sur la possibilité qu’elle ait visé une ultime et rapide récupération des restes des morts de la communauté.

15De fait, évoquer la déshumanisation des restes osseux lors d’une vidange est plus aisé lorsque leur devenir est connu, à l’image de la tombe mégalithique de Santoche (Doubs) ou pour les fosses jumelées du Vieux-Tordoir à Berry-au-Bac (Aisne). Dans le premier gisement, les ossements ont été évacués de la chambre à deux reprises, ou plus exactement, simplement expulsés  : ils gisent à l’extérieur, épars et concassés (Chambon 2003 : 172). L’hypothèse la plus vraisemblable ici est que la vidange précède à chaque fois une nouvelle utilisation de la tombe. Les opérateurs ont voulu faire place nette pour leurs défunts et ont donc débarrassé le caveau. Le second gisement ne correspond pas à une sépulture : il s’agit au contraire de ce qui en a été extrait, les ossements et divers éléments mobiliers (ibid. : 175). Ces vestiges fragmentés et fragmentaires sont inclus sans ordre au remblai de deux fosses accolées. Lors de l’étude, les liaisons que nous avons pu réaliser, qu’il s’agisse d’appariements ou de remontages, témoignent du brassage des ossements avant même le comblement des fosses. L’absence de soin et d’organisation à l'intérieur, la fracturation des pièces et leur mélange complet indiquent qu’ils font partie du comblement au même titre que le sédiment qui les enrobe et qu’ils n’ont donc plus guère de signification.

16La déshumanisation n’est pas forcément totale. Parfois, elle n’atteint pas de la même façon les différentes parties du squelette. L’une peut être déplacée et préservée dans le monument funéraire tandis que l’autre est évacuée, comme l’illustre le fonctionnement des sous-couches III-3 et III-1 de La Chaussée-Tirancourt. Ces niveaux sont caractérisés par la présence d’au moins cinq cases d’inhumation, c’est-à-dire de petits espaces affectés aux dépôts, circonscrits par des limites en matériau périssable et aménagés à l’intérieur du caveau (Leclerc & Masset 2006). Ces structures de petites dimensions, qui renvoient à plusieurs sous-groupes de la population inhumée, ont reçu en majorité des dépôts primaires, poussant les opérateurs à remanier régulièrement les amas osseux qui s’y trouvaient afin de prolonger leur durée de fonctionnement (Blin 2011). Alors que les éléments du squelette infra-crânien sont purgés sans attention, les blocs -cranio-faciaux sont déplacés vers l’espace intercase, caractérisé par la présence de plus de quatre-vingt-dix blocs isolés, regroupés en trois pôles. Leur maintien dans le sépulcre, entravant en partie la circulation, suggère un attachement tout particulier à ces pièces osseuses. L’identité passée des blocs cranio-faciaux n’a pu cependant être préservée précisément durant toute l’utilisation des sous-couches III-3 et III-1 : ces pièces osseuses, sans doute plus évocatrices que le reste du squelette, pouvaient encore manifester la présence « de morts anciens » dans la tombe. La pratique apparaît aussi comme un geste de mémoire aux défunts, compensant peut-être la rapidité du passage de leur dépouille dans le monument funéraire collectif.

17Bien que plus indirectement, le complet déclassement des ossements humains apparaît nettement à travers les condamnations finales de quelques monuments. De telles opérations perforent les couches d’inhumations, sectionnant, extrayant et dispersant sans les voir les ossements situés sur le trajet des pelles et des pioches. Les allées sépulcrales de Bury et de La Chaussée-Tirancourt illustrent parfaitement cet aspect. Au terme d’une histoire débutée plus de 1 000 ans auparavant, ces monuments ont été condamnés. La fermeture définitive s’est accompagnée d’une destruction partielle, ou plus exactement de la volonté de les faire disparaître. Des blocs, éléments de l’architecture monumentale, ont été débités, d’autres ont été arrachés et parfois enfouis au sein même de la sépulture. Pour ce faire, il a fallu creuser dans la tombe déjà remplie (Salanova & Sohn 2012 : 222 et fig. 2). Les niveaux d’ossements ont été perforés au même titre que les couches stériles, le matériel dispersé. La condamnation se préoccupe du monument, pas des ossements : seul le premier est à cette date encore signifiant.

Le monument funéraire : support de l’identité collective ?

18L’exemple du fonctionnement des sous-couches III-3 et III-1 de La Chaussée-Tirancourt suggère que le support de l’identité collective n’est plus l’os (à l’exception des blocs crânio-faciaux), mais les cases d’inhumation qui accueillent plusieurs sous-groupes de la population inhumée (fig. 3). Le passage « éclair » des défunts indique que le transfert de cette -identité est finalement rapide ; ce ne sont pas les amas osseux des cases qui reflètent la communauté des morts. Tous les gestes funéraires convergent vers un seul objectif : le prolongement de la durée de vie des cases. Ce sont donc elles qui, au cours de leur utilisation, sont des marqueurs communautaires.

Fig. 3

Fig. 3

Sous-couche III-1 dans la cellule d’inhumation ω, située dans le chevet de l’allée sépulcrale de La Chaussée-Tirancourt (Somme). Le mètre carré B2 a révélé de nombreux os longs et blocs crânio-faciaux isolés

(photographies C. Masset) (Blin 2011)

19Le transfert de l’identité collective des restes humains aux structures funéraires peut encore aller plus loin. Même après la fin de l’utilisation sépulcrale de certaines tombes collectives, les monuments sont et restent des lieux de mémoire. Ainsi, la fin des inhumations ne marque pas l’arrêt de la fréquentation de l’allée sépulcrale de Méréaucourt (Somme) (Masset et al. à paraître). Dans le vestibule, le sommet de la couche de condamnation II est marqué par un dépôt collectif de mobilier composé d’une herminette polie, d’une gaine de hache en bois de cerf, d’un poignard pressignien, d’une croche de cerf, d’éclats de débitage dont certains utilisés, de quelques tessons d’une poterie et d’un grattoir sur pièce cassée en silex pressignien (Sohn 2006). L'ensemble reflète la poursuite d’une forme de ritualisation du caveau qui, en l’absence d’inhumation, est le seul élément auquel se référer en mémoire de la communauté des morts.

20Les monuments funéraires dans lesquels l’inhumation collective a été pratiquée peuvent faire l’objet d’importantes modifications architecturales (aménagement ou obstruction d’entrées…). Ces réaménagements suggéreraient que la substance de la tombe – espace des morts – ne se définit pas par sa matérialité. Elle peut-être reconstruite, restructurée, réadaptée en fonction de l’évolution des pratiques. À l’instar des murs de nos cimetières actuels, il s'agit seulement de délimiter un espace, l'espace funéraire, qui se suffit finalement à lui-même pour évoquer les défunts. Ni les squelettes, ni les ossements ne sont assez pérennes pour les incarner durablement, indéfiniment dans l’esprit des vivants.

21Dès lors, comment considérer la désindividualisation et la déshumanisation des restes humains si le monument peut également être le support d’une identité communautaire ? Le contenu et le contenant sont-ils des supports concomitants d’un même discours sur la mort dans une sépulture collective ? Cette question montre le lien étroit existant entre les aspects spatial et temporel des pratiques funéraires ; l’un ne peut être étudié sans l’autre.

22Si la destruction systématique de l’intégrité physique du défunt par la dispersion de ses restes, dans les sépultures collectives, suggère que la désindividualisation fait partie du programme initial des sépultures collectives, il est plus difficile de l’assurer en ce qui concerne l’étape suivante, la déshumanisation. Pour pérenniser l’utilisation du caveau, on peut bien évoquer un cycle « dépôt-dispersion-vidange » mais, si cette réification progressive paraît logique, elle n’en demeure pas moins théorique. D’une part, les vidanges de tombes manifestent régulièrement des ruptures dans leur fonctionnement, et d’autre part, leur motivation n’est sûrement pas univoque à l’échelle de l’ensemble des sépultures collectives.

23Le parallèle avec le cimetière paroissial médiéval est finalement tentant. L’emplacement du mort se perd vite au sein de l’espace attribué à la communauté des défunts. Cependant, leur matérialité doit demeurer dans cet espace enclos et consacré : les morts ne doivent pas quitter le cimetière. Lorsque des os gênent la mise en place de nouvelles inhumations, ils sont regroupés dans des ossuaires, souvent le long des murs. Il va de soi que l’entassement des morts dans un espace délimité impose quelques arbitrages. La dissolution complète du squelette, après la décomposition du cadavre, est sûrement la solution souhaitée par les gestionnaires du cimetière. Elle n’est cependant qu’exceptionnelle. Les ossements se trouvent en un lieu consacré, ils bénéficient de cette consécration ; rien n’indique que leur valeur dépasse celle de la terre elle-même. S’il faut choisir entre l’espace et les ossements, c’est naturellement le premier qui sera privilégié.

24Pour les sépultures collectives néolithiques, un facteur peut toutefois faire varier l’interprétation : le changement de la population qui utilise le caveau. L’étalement des inhumations sur plus d’un millénaire, pour des tombes comme Bury ou La Chaussée-Tirancourt, permet d’envisager une telle hypothèse. Lorsque la population change, comment les nouveaux arrivants considèrent-ils les dépouilles anciennes ? S’ils font place nette, est-ce parce qu’il faut repousser les anciens morts, les morts des autres, ou bien simplement parce que ces restes n’ont plus aucun sens ? Une telle question, qui nous renvoie à la perception de l’altérité par les sociétés néolithiques, est hors de notre portée.

25Quelles que soient les priorités visées par les pratiques funéraires, le monument, parce qu’il ceint l’espace des morts, incarne toujours le degré ultime d’identité auquel la population vivante peut se référer. Il permet de dépasser la somme des identités individuelles et des identités collectives limitées spatialement ou temporellement. Il les résume et les transcende à la fois. Il est plus que la somme des communautés des morts « du moment » et de ses sous-groupes. Il est l’incarnation même des ancêtres et constitue donc un support de l’identité de la population.

Haut de page

Bibliographie

Blin A. 2011. La gestion des sépultures collectives du Bassin parisien à la fin du Néolithique. Thèse de doctorat de l’Université de Paris Ouest (direction C. Perlès).

Chambon P. 2003. Les morts dans les sépultures collectives néolithiques en France : du cadavre aux restes ultimes. Paris, Éditions du Cnrs (xxve supplément à Gallia Préhistoire).

Chambon P. 2008. « Les rangements dans les sépultures collectives néolithiques : une utopie archéologique ? », in : J.-E. Brochier, A. Guilcher & M. Pagni (éd.) : Archéologie de Provence et d’ailleurs. Mélanges offerts à G. Congès et G. Sauzade. Aix-en-Provence, Association Provence archéologie (suppl. n° 5 au Bulletin archéologique de la Provence) : 87-94.

Leclerc J. 1997. « Analyse spatiale des sites funéraires néolithiques », in : A. Boquet (éd.), G. Auxiette, L. Hachem & B. Robert (dir.), Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’âge du Fer, actes du 119e congrès du Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 26-30 octobre 1994. Paris, édition du Cths : 397-405.

Leclerc J. & Masset C. 2006. « L’évolution de la pratique funéraire dans la sépulture collective néolithique de La Chaussée-Tirancourt (Somme) », Bulletin de la Société préhistorique française, 103/1 : 87116.

Leroi-Gourhan A., Bailloud G., Brézillon M. 1962. « L’hypogée II des Mournouards (Mesnil-sur-Oger, Marne) », Gallia Préhistoire, 5, 1 : 23133.

Masset A., Blin A., Jagu D., Girard M., Mazhoud F., Pelegrin J. & Plisson H. À paraître. « L’allée sépulcrale de Méréaucourt (Somme) », Gallia Préhistoire.

Salanova L. (dir.). 2007. Allée sépulcrale de Saint-Claude à Bury (Oise), rapport sur les opérations de fouilles 2001-2007. Amiens, Service régional de l’archéologie de Picardie.

Salanova L. & Sohn M. 2012. « L’architecture en bois de la sépulture collective néolithique de Bury (Oise) », in : F. Carré & F. Henrion (éd.), Le Bois dans l’architecture et l’aménagement de la tombe : quelles approches ? Actes de la table ronde d’Auxerre, 15-17 octobre 2009, Saint-Germain-en-Laye. Éditions de l’Association française d’archéologie mérovingienne (Mémoire, 23) : 221-228.

Sohn M. 2006. Du collectif à l’individuel : évolution des dépôts mobiliers dans les sépultures collectives d’Europe occidentale de la fin du iv e à la fin du iiie millénaire avant J.C. Thèse de doctorat de l’Université de Paris (M. Lichardus dir.), tomes 1 et 2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Répartition des individus et des blocs crânio-faciaux (en pointillés) de la sous-couche V-1, dans la partie antérieure de l’allée sépulcrale de La Chaussée-Tirancourt (Somme) (Blin 2011). Les traits pleins délimitent des secteurs d’inhumation, les tirets des témoins négatifs. En encadré, le plan de la sépulture
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2078/img-1.png
Fichier image/png, 165k
Titre Fig. 2
Légende Balloy, les Réaudins, sépulture 13 (Seine-et-Marne). Le dépôt secondaire inaugure la tombe ; les os des trente-huit individus sont totalement mélangés
Crédits (photographie D. Mordant)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2078/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 3
Légende Sous-couche III-1 dans la cellule d’inhumation ω, située dans le chevet de l’allée sépulcrale de La Chaussée-Tirancourt (Somme). Le mètre carré B2 a révélé de nombreux os longs et blocs crânio-faciaux isolés
Crédits (photographies C. Masset) (Blin 2011)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2078/img-3.png
Fichier image/png, 514k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Blin et Philippe Chambon, « Du cadavre à l’oubli », Les nouvelles de l'archéologie, 132 | 2013, 65-70.

Référence électronique

Arnaud Blin et Philippe Chambon, « Du cadavre à l’oubli », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 132 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/2078 ; DOI : 10.4000/nda.2078

Haut de page

Auteurs

Arnaud Blin

Post-doctorant, Umr 7041, Ethnologie préhistorique,
arnaud.blin@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Philippe Chambon

Cnrs, Umr 7041, Ethnologie préhistorique,
philippe.chambon@mae.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org