Navigation – Plan du site
Dossier
3/ Du souvenir à l'oubli: le temps des ossements

Du provisoire conçu pour durer?

Le statut des restes dans les dépôts funéraires partiels
Frédérique Valentin, Grégory Pereira et Jennifer Kerner
p. 60-65

Résumés

Lorsque les funérailles se déroulent en plusieurs temps, le premier dépôt est généralement considéré comme un « dispositif provisoire » de traitement du corps différant clairement du second dépôt qui est un « dispositif définitif », conçu pour durer. Si ce dernier recèle des traces matérielles de la relation privilégiée que les survivants entretenaient avec le défunt, le premier, en revanche, apparait généralement comme peu important, les restes humains composant ce dépôt funéraire devenu partiel semblant « déshumanisés » (Leclerc 1990 : 17). Utilisant trois exemples archéologiques, très différents dans le temps et l’espace : Skateholm (Scania, Suède, 6000-4000 av. J.-C.), Potrero de Guadalupe (Michoacán, Mexique, 600-900 apr. J.-C.) et Teouma (Efate, Vanuatu, 1000 av. J.-C), cet article démontre qu’il demeure difficile de généraliser, valeur pouvant être accordée aux restes maintenus dans la structure initiale. Les pratiques en deux (ou plusieurs) temps ne devraient alors pas être analysées avec un schéma interprétatif unique, opposant un dépôt provisoire, à un dépôt définitif, mais selon un modèle où la gestion des structures serait comprise dans la durée, avec une mise en valeur du dépôt, de forme et intensité variables, intervenant à différentes étapes de la séquence funéraire.

Haut de page

Texte intégral

1L’attachement aux morts et aux restes mortels est une caractéristique du comportement humain qui est éminemment variable d’une culture à l’autre, au gré de l’évolution des mentalités d’ici et d’ailleurs, d’autrefois et d’aujourd’hui. Pour Jean Leclerc, « Les gestes funéraires accomplis dans les sépultures ont leur manière propre de prendre en charge les restes des défunts et les sentiments des survivants » et « de façon très générale, et dans l’intention des acteurs, une sépulture est conçue pour toujours » (Leclerc 1990 : 15-16). Par ailleurs, comme d’autres, Jean Leclerc laisse entendre que, lorsque les funérailles sont décalées ou se déroulent en plusieurs temps (Hertz 1907), le premier dépôt du défunt est un « dispositif provisoire » de traitement du corps différant clairement du second dépôt qui est un dispositif conçu pour durer. « De ces deux types de structures funéraires, ni les caractères (éloignement du séjour des vivants, position des restes, mobilier) ni l’interprétation ne sont semblables », des traces matérielles de la relation privilégiée entretenue avec le mort devant se retrouver à l’emplacement de la sépulture définitive (Leclerc 1990 : 16). Plusieurs exemples ethnographiques renforcent ce point de vue. Ainsi, pour la Nouvelle-Calédonie où des funérailles en plusieurs temps se pratiquaient encore au xxe siècle, Maurice Leenhardt rapporte  : « Avec de longues sagaies, ils [les officiants Kanak] dispersèrent de tous côtés les ossements ; ils balayèrent ensuite l’emplacement pour qu’il ne reste pas une feuille ; ils prennent enfin le crâne avec soin […] et l’emportent au lieu où sont les crânes des ancêtres » (1930 : 159). Dans cet exemple, le squelette et son dispositif d’accueil sont déstructurés puis abandonnés ; les ossements non sélectionnés apparaissent « réifiés » (Thomas 1980 : 98) ou « déshumanisés » (Leclerc 1990 : 17). Pourtant, et au-delà de l’identification des différents stades d’une chaîne opératoire et des processus de transformation des contextes funéraires (notamment Duday et al. 1990 ; Weiss-Krejci 2001), il peut être délicat d’arrêter le statut réel des « dispositifs provisoires » de traitement du corps mis au jour par les archéologues. « Lorsque les os destinés à être réinhumés eurent été prélevés, la sépulture provisoire – désormais devenue partielle – a-t-elle conservé sa valeur aux yeux du groupe qui l’a constituée, ou les ossements résiduels sont-ils passés à l’état de déchets réifiés ? » (Boulestin & Duday 2005 : 25).

2Nous présentons ici trois exemples archéologiques ayant livré des dépôts funéraires partiels, que nous entendons ici comme des contextes renfermant les restes d’un individu (ou plusieurs), initialement complet et en connexion anatomique, pour lequel l’absence d’un ou plusieurs os peut être interprétée comme le résultat d’un prélèvement intentionnel réalisé dans le cadre d’un programme funéraire. Il s’agit des ensembles funéraires de Skateholm (Scania, Suède, circa 6000-4000 av. J.-C.), de Potrero de Guadalupe (Michoacán, Mexique, 600-900 ap. J.-C.) et de Teouma (Efate, Vanuatu Central, circa 1000 av. J.-C.). Ces exemples, très différents dans le temps et l’espace, vont nous permettre de montrer qu’une valeur, d’expression et de degré variables, a pu être accordée à certains de ces contextes alors qu’ils sont souvent considérés a priori comme des résidus peu importants pour la société qui les a produits.

Les dépôts funéraires partiels : études de cas

Les sépultures mésolithiques de Skateholm (Scania, Suède)

3L’ensemble funéraire mésolithique tardif de Skateholm, subdivisé en deux sous-ensembles (Skateholm I et II), compte quatre-vingt-sept sépultures humaines (Nilsson Stuzt 2003 ; Fahlander 2010). Parmi les soixante-cinq sépultures formant le sous-ensemble Skateholm I, trois inhumations primaires d’adultes présentent des manques osseux (tabl. 1), malgré des conditions de conservation satisfaisantes. L’une d’elles (sépulture 28, Nilsson Stutz 2003 : 242, photo 28) se caractérise par l’absence des avant-bras, os coxal et fémur gauches, et deux autres (sépultures 7 et 35) sont dépourvues du fémur gauche. Ces structures, bien documentées pour les deux premières, semblent obéir à une même séquence technique dont les différentes étapes auraient été projetées dès l’initiation du processus funéraire (Nilsson Stutz 2003 : 312 et catalogue). Plusieurs autres contextes funéraires du site présentent aussi des manques osseux mais, dans ces cas, d’autres facteurs (amputation ou recoupement de structures) sont évoqués pour les expliquer (Nilsson Stutz 2003).

4Localisées au centre de l’aire funéraire, les sépultures de Skateholm I « devenues partielles » se trouvent autour de la structure 10, interprétée comme un bâtiment pouvant être postérieur aux dépôts sépulcraux (Fahlander 2010 : 25). Le premier dépôt a été réalisé dans tous les cas selon la même méthode. Dans ces sépultures (tabl. 1), comme dans les autres retrouvées sur le même site, les corps reposent sur le dos avec les membres étendus, ou sur le côté avec les membres fléchis, et des traces de contenants y ont été détectées (Nilsson Stutz 2003, 2010). Des éléments de mobilier – bois de cervidés, aiguille en os, pointe de flèche, lame en pierre – analogues à ceux trouvés dans les autres sépultures sont déposés aux mêmes emplacements par rapport au défunt. Cette similitude entre les objets et leur localisation ainsi que l’absence d’indice de remaniement suggèrent que leur dépôt dans la tombe est contemporain non pas de la réouverture mais de la phase initiale d’inhumation.

5Les prélèvements d’éléments osseux ont été effectués avec une attention particulière : l’ordonnancement des os adjacents n’a pas été bouleversé malgré la squelettisation. Dans un cas au moins, la reprise des ossements a pu être facilitée par l’installation d’un dispositif de couverture isolant partiellement le corps du sédiment(Nilsson Stutz 2003 : 312 et catalogue). Cet aménagement semble traduire une anticipation du prélèvement et donc l’insertion de ce geste dans le programme funéraire associé à certains défunts (Nilsson Stutz 2003 : 312).

Tabl. 1

Skateholm I (Scania, Suède)

Tombe 28

Tombe 7

Tombe 35

Représentation squelettique

Éléments absents

Squelette incomplet

Radius gauche, ulna gauche, os coxal gauche, fémur gauche absent

Squelette incomplet

Fémur gauche absent

Squelette incomplet

Fémur gauche absent

Traitement

Position initiale

Comblement

Dépôt primaire

Sur le dos, membres étendus

Comblement immédiat

Dépôt primaire

Sur le dos avec composante latérale, membres fléchis sur la poitrine

Comblement immédiat

Dépôt primaire

Sur le côté, membres fléchis
sur la poitrine

Comblement immédiat

Contenant

Mobilier

Traces de contenant

Trois bois de cervidé près du crâne

 -

Une aiguille en os, une pointe de flèche au coude droit, une lame près du crâne, ossements de cervidés près du pied droit

 -

Absent

Description des dépôts funéraires partiels de Skateholm I (Scania, Suéde).

6Si les sépultures « désormais partielles » n’apparaissent pas réinvesties par l’apport de mobilier au moment de la manipulation et de la fermeture définitive, elles sont tout au moins préservées dans un état proche de l’état originel. Elles ont dû faire l’objet d’un comblement rapide après le prélèvement, comme le suggère le très bon état des connexions anatomiques découvertes. Il apparaît donc une volonté de conserver intact ce qu’il reste du défunt. Cette préoccupation pour l’intégrité du corps semble une constante à Skateholm I, les autres sépultures tout comme celles-ci ayant été immédiatement comblées (Nilsson Stutz 2010 : 37).

7Ces structures « devenues partielles » possèdent de nombreux attributs dignes d’une sépulture à part entière dont l’intégrité semble avoir été conservée avec soin, malgré le prélèvement de pièces osseuses. Envisager ces sépultures de Skateholm I comme de simples dispositifs provisoires destinés à accueillir momentanément les corps dans l’attente de la squelettisation semble donc délicat, alors que le respect lié à l’ancienne individualité du défunt apparaît conservé.

Les sépultures prétarasques de Potrero de Guadalupe (Michoacán, Mexique)

8Second cas évoqué ici, la nécropole de Potrero de Guadalupe, utilisée entre 600 et 900 ap. J.-C. par des groupes prétarasques (Arnauld et al. 1993 ; Pereira 1999), montre plus clairement encore que la réouverture du dépôt initial n’implique pas forcément une dissolution de la valeur accordée aux restes. Cette nécropole a livré un ensemble d’une quarantaine de contextes funéraires distincts – en fosse, cistes ou chambres maçonnées – abritant les restes de 108 individus. La coexistence, souvent au sein d’un même espace sépulcral, de dépôts primaires et secondaires constitue un élément saillant du système funéraire (Pereira 1997, 1999 : 174-177). Des indices de manipulation, et même de transfert des ossements, ont été repérés dans une vingtaine de cas (entre 60 et 70 % des inhumés). Ceux-ci peuvent faire l’objet d’un dépôt isolé mais, le plus souvent, ils prennent place aux côtés d’une inhumation primaire ou sur la couverture de l’une d’elles. Fréquent et varié dans les contextes primaires, le mobilier funéraire (céramiques, outils et armes en pierre ou en os, parure) est rare parmi les restes déplacés après décomposition. On remarque là une opposition entre le traitement personnalisé réservé au cadavre et le caractère, certes soigneux mais anonyme, de celui auquel sont soumis les os décharnés. Ce point est particulièrement notable pour une grande chambre funéraire collective où l’intégrité individuelle des 25 à 30 sujets introduits à l’état d’os sec a été totalement gommée lorsqu’ils ont été répartis entre les deux ossuaires disposés le long des parois (Pereira 1999 : 16-17).

  • 1  L’attribution de ces ilions au sujet 1 est assurée par le recollage d’un fragment retrouvé dans la (...)

9Pourtant, les restes laissés dans le dépôt initial ne semblent paradoxalement pas tomber dans l’oubli une fois les prélèvements effectués. Sept dépôts, où des indices probants de prélèvement ont été remarqués, conservent non seulement leur mobilier d’origine mais la structure qui les abrite a fait l’objet de nouvelles attentions. La sépulture 9, une petite chambre funéraire contenant les restes de trois jeunes enfants (Pereira 1999 : 48-52), illustre bien ces comportements (fig. 1). Les squelettes des deux plus âgés ont fait l’objet de prélèvements ciblés. Certains restes, comme les diaphyses des fémurs gauche (sujet 1) et droit (sujet 2), ont disparu malgré la bonne conservation générale des restes (points d’ossification secondaires correspondants présents pour le sujet 2). D’autres os, comme les ilions du sujet 1, ont été extraits de la chambre puis posés sur la couverture de la tombe1. L’extraction d’un ou plusieurs os coxaux et leur dépôt à l’extérieur de la tombe semblent correspondre à une modalité de condamnation spécifique des chambres funéraires (sépultures 1, 13, 43). Le dépôt de mobilier dans les zones d’accès constitue un autre aspect de ces gestes tardifs. Dans la sépulture 9, dix récipients ont été disposés le long de la dalle de fermeture de la tombe. Dans deux autres cas, le décalage typo-chronologique remarqué entre les céramiques présentes dans la tombe et celles composant ce dépôt final suggère que certaines ne faisaient pas partie du contenu initial. De plus, une partie importante de ce mobilier initial demeure aux côtés des restes non prélevés (1609 objets de parures associés aux deux sujets prélevés de la sépulture 9).

Fig. 1

Fig. 1

Indices de manipulations des ossements et du mobilier dans la sépulture 9 de Potrero de Guadalupe. a) Schéma de conservation de l’individu 1 (d’après celui élaboré par Patrick Moinat) ; b) répartition des vestiges à l’intérieur de la tombe

10Ainsi, loin d’être réifiés, les restes et, plus généralement, le lieu de décomposition, paraissent encore investis d’une certaine valeur aux yeux des survivants. Pendant un temps qui dépasse l’échéance de la décomposition, ils demeurent un support mémoriel de la singularité du défunt.

Les sépultures Lapita de Teouma (Efate, Vanuatu)

11Il y a 3 000 ans à Teouma, le squelette des adultes a été l’élément central des activités funéraires (Bedford et al. 2006, 2009 ; Valentin et al. 2010, 2011). C’est autour de lui que les premiers colons du centre du Vanuatu, associés à la culture Lapita (Bedford 2006), avaient ordonné tout un ensemble de gestes et d’opérations dont témoignent 68 entités sépulcrales regroupées en un cimetière (Valentin et al. 2010, 2011). Des ossements ont été soustraits à toutes les structures initiales alors que la décomposition des chairs était largement engagée (fig. 2). Les crânes en situation anatomique sont systématiquement absents ; les sternums, clavicules, et scapulas manquent fréquemment, les os des avant-bras dans environ 70 % des cas (Valentin et al. 2010). Les pièces manquantes étaient présentes au moment du dépôt initial, comme l’indiquent des dents, os hyoïde et os des mains trouvés en situation anatomique. L’impact de ces prélèvements sur les individus a été variable, allant d’une faible modification de l’ordonnancement des squelettes à des réarrangements d’ossements et manipulations de corps partiellement décomposés.

12La mise en place du dispositif initial apparaît peu réglementée. Des indices d’une manipulation présépulcrale, d’un aménagement sommaire de l’espace sépulcral (fosses de dimensions restreintes et utilisation du substrat rocheux encaissant), ainsi que de l’emploi de contenants mobiles isolant temporairement le corps du contact du sédiment ont été décelés pour plusieurs individus (Valentin et al. 2010). Les parures en situation de port sont rares (trois cas seulement) et limitées à des bracelets en coquillage, alors que des coquillages non modifiés ont été placés avec quelques autres individus (Bedford et al. 2009). Et surtout, la position initiale des corps, restituée dans 95 % des cas, se caractérise par une grande diversité et un nombre remarquable d'attitudes singulières (fig. 2). Il semblerait, en revanche, que le traitement devait au minimum assurer la protection du corps durant la décomposition et l’accessibilité aux ossements désirés. La position initiale, en association avec une décomposition du corps en espace vide, témoigne en effet d’une anticipation de l’opération de retrait. La tête et la partie supérieure du corps sont redressées dans près de 75 % et les avant-bras pourraient avoir été placés à la verticale dans dix cas au moins.

Fig. 2

Fig. 2

Positions d’inhumation et prélèvements osseux (ossements présents en pourcentage) à Teouma (Efate, Vanuatu) (d’après Valentin et al. 2010)

13La phase de fermeture des dépôts devenus partiels, concomitante de l’épisode de prélèvement compte tenu de la faible dispersion des ossements, suggère néanmoins l’affirmation ou la réaffirmation de la dimension funéraire. Des éléments de mobilier, tels les anneaux en coquillage trouvés là où le crâne aurait dû être, des poteries, parfois de provenance exotique, et des ossements humains pourraient avoir été ajoutés dans ou près de certaines structures à ce stade (Bedford et al. 2006, 2009 ; Valentin et al. 2010). Enfin, des blocs de corail et, parfois, des carapaces de tortue, ont été empilés au-dessous des squelettes, condamnant définitivement les structures (Valentin et al. 2011).

14Cet ensemble de gestes souligne la double nature de l’inhumation pratiquée sur le site de Teouma. L’entité contenant les restes physiques du défunt Lapita n’est pas seulement un dispositif provisoire, un lieu de transformation du corps, elle est aussi un lieu de mémoire et donc une forme de sépulture définitive.

La « valorisation » des dépôts funéraires partiels

15Si certains exemples ethnographiques et historiques suggèrent la possibilité d’une déstructuration du squelette allant de pair avec une « réification » des ossements, les exemples archéologiques présentés montrent que ce comportement ne constitue pas une règle générale. L’intérêt des officiants pour le premier dépôt peut s’afficher à plusieurs niveaux du protocole funéraire avec des fluctuations d’ordres spatial et temporel. Trois ensembles de données émergent, témoignant de cette relation aux restes et de ses variations : les modalités 1) de mise en place, 2) de prélèvement et 3) de fermeture du dispositif initial.

16Celui-ci peut présenter des caractères intrinsèques et contextuels amenant l’archéologue à l’identifier comme une « véritable sépulture », reflétant « une pratique dont le but était d’honorer le mort » (Boulestin 2012 : 38). C’est le cas de nos exemples mésolithiques suédois et prétarasques mexicains, qui ne peuvent être vus comme de simples dispositifs provisoires. Cette interprétation pourrait éventuellement être envisagée dans le cas lapita vanuatais où l’objectif principal du dépôt initial semble n’être, à première vue, que de protéger le corps durant la décomposition et de simplifier le retrait de certains restes, hypothèse que les gestes subséquents invitent cependant à réfuter.

17Témoignant aussi de la valeur accordée au défunt et à la structure initiale, le geste de reprise peut, par des prélèvements ciblés, respecter ou perturber le moins possible l’agencement originel des vestiges. Les exemples mésolithique et prétarasque suggèrent que le maintien de la cohérence anatomique des restes pourrait aller de pair avec la conservation de l’individualité, voire de l’identité du défunt (Nilsson Stutz 2003, 2010 ; Pereira 1999 : 176). La préservation de la cohérence anatomique du squelette n’est toutefois pas un comportement systématique. L’exemple lapita montre des variations à cet égard, des ossements ou des corps partiellement décomposés ayant été manipulés et réarrangés in situ dans quelques cas. Toutefois, ces gestes ne signeraient pas pour autant le franchissement du temps de l’oubli et une forme de réification des restes, les éléments non repris restant groupés à l’emplacement de la décomposition (voir Blin et Chambon, ce volume).

18Par ailleurs, si la dimension funéraire du dispositif initial peut paraître simplement maintenue, comme le suggère l’exemple mésolithique, les deux autres exemples montrent que celle-ci peut aussi être confirmée ou affirmée. La considération que les contemporains pouvaient avoir pour le dépôt « devenu » partiel est indiquée, dans l’exemple lapita, par l’ajout d’éléments mobiliers et/ou de crânes humains au squelette incomplet, selon un schéma récurrent à haute valeur symbolique (anneau en coquillage ou poteries contenant un crâne à l’emplacement du crâne manquant dans un cas, alignement de trois blocs cranio-faciaux sur la cage thoracique dans un autre : Valentin et al. 2010), et par la fermeture élaborée de la structure qui suggèrent des comportements nous rapprochant du temps du souvenir. Cette mémoire du défunt, voire de sa singularité, dépassant le temps nécessaire à la décomposition, trouve également une expression dans l’exemple prétarasque mexicain. Dans ce cas, le premier dépôt conserve non seulement les attributs qui signent l’individualité du défunt, mais il fait aussi l’objet d’une attention renouvelée associée à la phase de clôture finale de l’espace sépulcral, marquée par un second dépôt de céramiques et d’ossements humains.

Conclusion

19Notre étude montre finalement que, dans certains cas, une valeur a pu être accordée aux restes maintenus dans la structure initiale. Dès lors, les pratiques en deux ou plusieurs temps ne devraient pas être lues selon un schéma interprétatif unique, opposant un dépôt provisoire, dont les vestiges ne seraient que des déchets, à un dépôt définitif, seul témoin de la sépulture véritable. Nos exemples engagent plutôt à considérer un modèle où la gestion des structures doit être comprise dans la durée, avec une mise en valeur du dépôt, de forme et intensité variables, intervenant à différentes étapes de la séquence funéraire.

20Concernant le début de la séquence, le dépôt initial est clairement valorisé dans les exemples mésolithique et prétarasque où l’individu est soigneusement disposé, paré, mis en scène, avec quelques variations au sein du même ensemble, tandis que l’investissement initial paraît limité dans l’exemple lapita. Concernant la fin de la séquence, les gestes faisant suite à la décomposition et au prélèvement témoignent d’une diversité des rapports au dépôt devenu partiel. À Skateholm I, les prélèvements, effectués sur quelques sujets seulement, ont été réalisés avec assez de soin pour ne pas déstructurer le squelette alors qu’aucun autre indice d’activité autour de la structure initiale n’est perceptible. À Potrero de Guadalupe, les indices de manipulations d’ossements sont plus fréquents et les structures, où des restes ont été soustraits, ont non seulement été préservées mais « revalorisées » par de nouveaux dépôts, avec une intensité variable d’une tombe à l’autre. À Teouma, où la reprise d’ossements est attestée sur tous les squelettes adultes, les gestes associés au prélèvement, contrastant avec la sobriété du dépôt initial, indiquent une valorisation a posteriori du dépôt devenu incomplet, d’expression variable et observable dans certaines structures seulement.

21Cette étude nous amène également à rappeler encore une fois que les restes d’un même individu peuvent être promis à des destins multiples et variés. Nos exemples soulignent en effet qu’ils peuvent demeurer dans la structure initiale, être déposés en un autre lieu, être associés aux restes d’autres membres de la communauté ou être déposés, au même titre que certains objets, dans ou sur la tombe au moment de sa fermeture définitive. S’il est vraisemblable que la valeur accordée aux ossements maintenus dans ces différents contextes était variable, ils ne paraissent pas pour autant dénués de sens aux yeux des survivants, pour un temps qui outrepasse celui de la décomposition.

Haut de page

Bibliographie

Arnauld M.-C., Carot P. & Fauvet-Berthelot M.-F. (éd.). 1993. Arqueología de las Lomas en la cuenca lacustre de Zacapu, Michoacán, México. México, Centre d’études mexicaines et centraméricaines (Cuaderno de Estudios Michoacanos, 5).

Bedford S. 2006. Pieces of the Vanuatu Puzzle: Archaeology of the North, South and Centre. Canberra, The Australian National University, Pandanus Press (Terra Australis, 23).

Bedford S., Spriggs M. & Regenvanu R. 2006. « The Teouma Lapita site and the early human settlement of the Pacific islands »,Antiquity, 80/310 : 812-828.

Bedford S., Spriggs M., Buckley H., Valentin F. & Regenvanu R. 2009. « The Teouma Lapita site, South Efate, Vanuatu: a summary of three field seasons (2004-2006) », in : P. Sheppard, T. Thomas & G. Summerhayes (éd.), Lapita: Ancestors and Descendants. Auckland, New Zealand Archaeological Association (Monograph, 28) : 215-234.

Boulestin B. 2012. « Champ de la discipline : concepts et mise en œuvre », in : L. Bonnabel (éd.), Archéologie de la mort en France. Paris, La Découverte : 24-41.

Boulestin B. & Duday H. 2005. « Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire », in : C. Mordant & G. Depierre (éd.), Les Pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France. Paris/Sens, éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques/Société archéologique de Sens : 17-30.

Duday H., Courtaud P., Crubézy E., Sellier P. & Tillier A.-M. 1990. « L’anthropologie “de terrain” : Reconnaissance et interprétation des gestes funéraires », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, t. 2, 3/4: 29-50.

Fahlander F. 2010. « Messing with the dead: post-depositional manipulations of burials and bodies in the South Scandinavian Stone Age », Documenta Praehistorica, XXXVII : 22-32.

Hertz R. 1907. « Contribution à une étude sur la représentation collective de la mort », Année sociologique, tome X : 43-137.

Leclerc J. 1990. « La notion de sépulture », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, t. 2, 3/4 : 13-18.

Leenhardt M. 1930. Notes d’ethnologie néo-calédonienne. Paris, Institut d’Ethnologie.

Nilsson Stutz L. 2003. Embodied rituals and ritualized bodies: tracing ritual practices in late Mesolithic burials. Lund/Stockholm, Acta archaeologica ludensia/Almqvist & Wiksell International.

Nilsson Stutz L. 2010. « The way we bury our dead. Reflections on mortuary ritual, community and identity at the time of the Mesolithic-Neolithic transition », Documenta Praehistorica XXXVII : 33-42.

Pereira G. 1997. « Manipulaciones de restos óseos en la loma de Guadalupe, un sitio funerario del periodo clásico de la cuenca de Zacapu, Michoacán », in : E. Malvido, G. Pereira & V. Tiesler Blos (éd.), El cuerpo humano y su tratamiento mortuorio. México, Institaut national d’anthropologi ete d’histoire, Centre d’études mexicaines et centraméricaines : 161-178.

Pereira G. 1999. Potrero de Guadalupe : anthropologie funéraire d’une communauté pré-tarasque du nord du Michoacán, Mexique. Oxford, Archaeopress (B.A.R. International Series, 816 ; Monographs in American Archaeology, 5).

Thomas L.-V. 1980. Le cadavre. Bruxelles, Éditions Complexe.

Valentin F., Bedford S., Buckley H. & Spriggs M. 2010. « Inhumations, exhumations and bone treatment in a Lapita community as reflected at the Teouma burial ground, Vanuatu», Journal of island and coastal archaeology, 5 (2) : 212-235.

Valentin F., Spriggs M., Bedford S. & Buckley H. 2011. « Vanuatu mortuary practices over three millennia: Lapita to the early European contact period», Journal of pacific archaeology, 2 (2) : 49-65.

Weiss-Krejci E. 2001. « Restless corpses. “Secondary burials” in the Babenberg and Habsburg dynasties », Antiquity, 75 : 769-780.

Haut de page

Notes

1  L’attribution de ces ilions au sujet 1 est assurée par le recollage d’un fragment retrouvé dans la tombe. La configuration de la chambre funéraire, parfaitement scellée, montre que ce déplacement ne peut être le fait d’un animal fouisseur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Indices de manipulations des ossements et du mobilier dans la sépulture 9 de Potrero de Guadalupe. a) Schéma de conservation de l’individu 1 (d’après celui élaboré par Patrick Moinat) ; b) répartition des vestiges à l’intérieur de la tombe
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2077/img-1.png
Fichier image/png, 312k
Titre Fig. 2
Légende Positions d’inhumation et prélèvements osseux (ossements présents en pourcentage) à Teouma (Efate, Vanuatu) (d’après Valentin et al. 2010)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2077/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Valentin, Grégory Pereira et Jennifer Kerner, « Du provisoire conçu pour durer? », Les nouvelles de l'archéologie, 132 | 2013, 60-65.

Référence électronique

Frédérique Valentin, Grégory Pereira et Jennifer Kerner, « Du provisoire conçu pour durer? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 132 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 26 février 2017. URL : http://nda.revues.org/2077 ; DOI : 10.4000/nda.2077

Haut de page

Auteurs

Frédérique Valentin

Cnrs, Umr 7041 ArScAn, Ethnologie préhistorique,
frederique.valentin@mae.u-paris10.fr

Grégory Pereira

Cnrs, Umr 8096, Archéologie des Amériques,
gregory pereira@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Jennifer Kerner

Umr 7055, Préhistoire et Technologie,
kerner.jennifer@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org