Navigation – Plan du site
Dossier
2/ Du cadavre aux ossements

Brûler le défunt pour traverser le temps des funérailles

Isabelle Le Goff
p. 41-47

Résumés

Les situations archéologiques illustrent la complexité du fonctionnement d’un bûcher. S’y déroule la transformation physique et symbolique d’un corps de sorte que ce type de structure est potentiellement à la fois un lieu de combustion, un espace sépulcral ou cultuel. La transformation du cadavre met en jeu un processus qui peut paraître évident au premier abord : on brûle le corps puis on traite les os. En fait, la nature des gestes, leur diversité constituent des séquences d’actions complexes. On identifie de plus en plus de gestes lors des fouilles actuelles de sorte qu’il devient possible de mieux comprendre les règles de leur enchaînement. Quelques sources ethnoarchéologiques sont mises à profit, ici, pour identifier les actions liées à la combustion d’un corps humain et préciser comment elles se succèdent. Ce travail s’inscrit dans un questionnement sur l’identification des gestes funéraires et propose une orientation des recherches vers la restitution des chaînes opératoires, passage qui nous semble obligé pour essayer d’identifier les étapes de la transformation funéraire du défunt.

Haut de page

Texte intégral

1Dans nos cultures, la crémation est seulement perçue comme une destruction : « Détachée de toute assise métaphysique qui valorise son usage comme passage pour le mort du visible à l’invisible, notre perception de la crémation, acceptée ou refusée, consiste en général à n’y voir “qu’une technique expéditive et radicale pour faire disparaître un cadavre encombrant et sceptique” » (Urbain 2004 : 1209).L’idée que la crémation puisse conduire à autre chose qu’à la destruction de la dépouille s’est progressivement installée à partir de la fin des années 1970, de sorte qu’il est tentant de lier l’évolution de ces perceptions négatives du feu funéraire avec les actuelles perspectives d’études de bûchers anciens. Le fonctionnement du bûcher résulte effectivement d’une dynamique plus complexe que la seule et évidente disparition du corps. Telle qu’elle est envisagée dans Homère, par exemple, la crémation vise à produire quelque chose : « la forme extérieure périssable s’efface, la forme intérieure durable se révèle » (Poplin 1995 : 254). Les gestes que nous savons maintenant reconnaître lors des fouilles ont fait évoluer les schémas interprétatifs des structures liées à la crémation : de fait, « il nous a fallu rompre avec l’idée qu’à une structure qui nous paraît spécifique correspond une interprétation unique (bûcher, tombe, dépôt, tombe-bûcher) » (Blaizot 2009 : 345).

2Cette contribution présente les modalités de la transformation du défunt à travers le cas du bûcher individuel. La première partie de l’article rend compte de la pluralité fonctionnelle des bûchers perçue à travers leurs traces archéologiques et évoque les difficultés à caractériser les fonctions et les séquences de gestes qui s’y déroulaient. Si la succession temporelle des actions paraît relativement évidente (brûler le corps puis collecter les os), il n’en est pas de même pour l’articulation précise des gestes de la crémation, les règles de leur enchaînement ou les délais entre deux actions.

3La seconde partie de notre propos vise, quant à elle, à préciser la transformation matérielle du cadavre lors de la crémation. Pour ce faire, nous avons mis à profit les études ethnoarchéologiques, qui se multiplient depuis quelques décennies en vue d’enrichir et d’approcher d’une autre manière la documentation archéologique. Les observations extraites sont reprises ici de façon à mettre en relief l’agencement temporel des gestes grâce au déroulé des chaînes opératoires. Cette façon de les classer dans un « temps technique » paraît « un moyen simple de caractériser les éléments impliqués et les étapes de transformation matérielle voulues par un agent [humain] et comment il intervient, ce qu’il cherche à contrôler » (Lemonnier 2004 : 20). Ce moyen, certes compliqué, appliqué à l’archéologie, nous paraît une voie fructueuse pour mieux comprendre l’ordonnancement des gestes ainsi que la composition des séquences techniques. Plus largement, l’enjeu est de placer notre perception archéologique du geste funéraire dans une perspective dynamique, celle du déroulé des gestes techniques, qui nous semble une des voies pour discuter de sa place dans une autre temporalité, celle des funérailles. Au travers de la transformation technique du cadavre, c’est bien la transformation rituelle du défunt qui est visée.

Plusieurs fonctions funéraires pour un même lieu

  • 1  Par décomposition ou par incinération.
  • 2  Ce texte doit beaucoup aux échanges avec Jean Leclerc, suscités lors d’un projet de séminaire sur (...)

4Ces dernières décennies ont montré combien les gestes restitués lors de la fouille d’un bûcher exprimaient une réalité plus riche qu’on ne le pensait auparavant. La faible complexité spatiale (une structure unique, petite) rimait de façon bien illusoire avec une séquence temporelle courte. Au contraire, les situations montrent la succession de moments des funérailles (traitement du cadavre et gestion de ses restes ritualisés avec une intention positive), voire au-delà, si l’on considère que « le concept de funéraire dépasse largement la simple appartenance aux funérailles : pour les sociologues et les ethnologues, le rite funéraire englobe tous les temps du rite de passage qu’il est en réalité » (Boulestin & Duday 2005 : 21). Le bûcher combine en effet plusieurs des quatre fonctions funéraires qui, comme l’écrit Jean Leclerc, « doivent toujours être assurées d’une façon ou d’une autre : destruction des cadavres1, conservation des restes, lieu cérémoniel, lieu de mémoire » (Leclerc à paraître)2. La fouille d’un bûcher documente pour le moins le moment de destruction active du cadavre par le feu, accompagnée ou non par des opérateurs (Soupart et al. à paraître ; Blaizot 2009). Est alors produite une autre réalité matérielle qui se traduit archéologiquement par une couche de combustion associant des os humains ou d’animaux incinérés, éventuellement des reliquats d’objets ou d’aliments brûlés et divers combustibles plus ou moins carbonisés.

5Les quatre fonctions funéraires énoncées ci-dessus ne prennent pas en compte l’étape suivante. Survient un moment de transition qui prépare la tombe. Les produits de la crémation sont alors intégrés à d’autres séquences gestuelles pré-sépulcrales qui conduisent vers un ou plusieurs lieux de dépôt définitif. Cette transition ne se marque pas directement par une situation archéologique spécifique. Les gestes qui la composent sont en effet restitués indirectement, d’une part d’après ce qui subsiste de la crémation à l’issue des remaniements et des extractions (Le Goff & Guillot 2005) et, d’autre part, d’après l’observation des dépôts osseux ou cendreux effectués dans les tombes. Les modes de dépôt dans les ossuaires peuvent renvoyer aux gestes de collecte sur le bûcher (Le Goff 2009, 2012a et b). Moment délicat à mettre en relief, il se révèle pourtant comme un prolongement du temps de la transformation du défunt. Les interventions sur le bûcher éteint préparent les éléments destinés à la tombe par une sélection (conservation d’une partie seulement des os…), une exclusion (suppression des cendres, de certains objets…) ou par leur assemblage avec d’autres éléments jusque-là hors du champ crématoire (ajout de plantes, de parures…). Ces choix élaborent ce qui représentera physiquement le défunt dans la tombe ; les os, réorganisés, y accèdent alors à un nouveau statut social.

6La structure de crémation peut égalementdevenir le lieu de dépôt définitif, acquérant, grâce à des séquences gestuelles et des attitudes corporelles appropriées, le statut de sépulture. Le bûcher assure alors la fonction conservatoire centrale des restes du défunt. Elle est identifiable lorsque des os humains extraits du bûcher sont agencés pour créer un ossuaire sur le lieu même de la combustion. Quelquefois, un dépôt secondaire d’objets est inséré à l’ossuaire. Ces séquences gestuelles modifient l’état matériel des restes du défunt (création d’un amas, usage d’une urne…) et constituent pour l’archéologue l’indice que le statut du bûcher a changé. En revanche, il est plus délicat d’identifier un changement de fonction lorsque subsiste in situ un squelette complet non remanié ou que l’extraction limitée à quelques os laisse intact le reste du squelette comme sur le site antique des Oblets à Thérouanne, dans le Pas-de-Calais (Thuillier 2000). Dans ce cas, c’est l’introduction d’un dépôt secondaire de mobilier qui oriente l’interprétation de l’état du bûcher.

7La fonction conservatoire des restes de crémation s’étend au-delà des os du mort, comme en témoignent les bûchers vidés en partie seulement des restes de la combustion. Après la collecte de certains os, bien que manipulés à divers moments (crémation, extraction des os), les vestiges encore présents sont les indices de gestes, certes fugaces, mais restituables grâce à une analyse stratigraphique et spatiale, combinée à l’étude des altérations thermiques des différentes composantes du bûcher. Les situations observées montrent des tris, des rangements ou le souhait de séparer (par exemple des restes mis dans un coffre), comme sur le site de Cassel, dans le département du Nord (Soupart et al. à paraître), ou de Peyre-Plantade à Clermont-l’Hérault dans l’Hérault (Blaizot 2009). L’introduction de vases entiers ou de portions de pot, après crémation, confirme que le lieu et ses vestiges restent support de rites. La fréquence des fosses à dépôts de résidus de combustion, pendant l'âge du Bronze ou dans l'Antiquité, souligne d’une autre manière l’importance, pour ces cultures, de la conservation des vestiges du bûcher.

8Après l’extraction des vestiges, la structure de combustion elle-même peut faire l’objet d’une intention conservatoire, par remblaiement avec du sédiment ou avec des portions de parois des fosses crématoires.

9Quant à la fonction cérémonielle des bûchers, elle s’exerce à différents moments, entre l’installation du corps sur le bûcher et l’extraction des os. Il est probable que des cérémonies marquent les différents aspects de la fonction conservatoire évoquée ci-dessus. Difficiles à restituer avec les moyens de l’archéologie, on retiendra qu’elles sont sans doute multiples et que certaines laissent des traces matérielles discrètes. Comment reconnaître, en fouille, le rôle des trois petites pierres posées à la place de la tête du défunt après la crémation, comme cela se pratique en Sibérie chez les Koriaks (tabl. 1) ?

Tabl. 1

Façon de faire 

Nature du geste et agent

Composantes

Interaction avec le cadavre

Ce qu’il en est dit par les Koriaks

Édification du bûcher

Homme : ramassage

Bois de cèdre pour allumer le bûcher

Mort placé à distance

Chacun des hommes : apporter sur le lieu de crémation

Rondin

Certaines femmes : déposer devant le bûcher

Saucisson rituel

Doter la nouvelle demeure du mort

Le parent le plus âgé : organiser

Bois agencé selon des règles précises

Séquence concernant
les activités autour de la personne

Femmes âgées et proches parentes : assises, bavarder avec le défunt

Défunt sur le traîneau qui l’a conduit sur le lieu de crémation ou au sol sur sa peau de renne. Assistance proche du défunt étendu, le visage couvert.

Située sur le côté ouest du bûcher

Empêcher le défunt de nuire

Femme : découvrir le visage du défunt

Plastron, capuche positionnés avant l’arrivée sur le lieu de crémation

Action effectuée quand le bûcher est prêt, avant de placer le mort

Le défunt fait ses adieux ;
il est encouragé à ne pas revenir

Installer le défunt

Pied vers le soleil montant

Deux parents (fils ou deux femmes âgées n’appartenant pas à la parentèle) : couper

Femmes vêtues de vêtements particuliers : manches d’herbe, ceinture, mousse dans la bouche

=> transformation des officiants en corbeau.

Couteau

- Couper la courroie qui entoure le défunt par des nœuds

- Taillader le ventre du mort

(jusqu’à couper le cadavre selon les groupes)

- Chacun des nœuds représente un membre de la famille. Le dernier coupé correspond au défunt.

- Conserver les viscères pour la réincarnation, connaître les causes du décès, supprimer les esprits responsables de la mort

Les mêmes agents : couper

Tendons des mains et pieds

Empêcher le corps de se recroqueviller

Quelqu’un : déposer sur le bûcher

Objet appartenant au défunt et des cadeaux pour des trépassés

Est expédié avec le mort, tout ce que lui facilitera sa « vie » ultérieure

Certaines femmes : ajouter

Une croix à la ceinture du mort

Contact avec le corps

Faciliter la rencontre avec les chiens, premier contact du défunt avec l’au-delà

Séquence concernant
la crémation du cadavre

Parenté masculine : allumer le bûcher. Les femmes-corbeaux sur le bûcher en descendent

Homme : branche de cèdre

Femme-corbeau : surveiller le mort

Femme-corbeau ; empêcher le défunt de se lever

Les hommes : regarder et deviner les signes (repas pendant la crémation)

Bonne mort : combustion rapide du vêtement - mouvement des pieds et des mains

Voir si le mort est allé dans le royaume des morts

Femmes : chanter

Ne pas regarder le bûcher

Façon de ne pas retenir le mort

Hommes : ajouter

Activer le feu et fouir le foyer avec la perche dans le bûcher

Branchage

Longue perche droite

Sur le corps

Homme : délimiter

Morceau de bois

Cercle autour du bûcher

Nouvelle demeure du mort. Porte ouverte entre mondes des vivants et des morts

Retour de funérailles, purification. 

Assistance, biens du mort

(…)

(…)

(…)

Séquence concernant les os

Parents éloignés : visiter le lieu de crémation (pas de témoignages).

Enfouir, pousser les os

Branchage de cèdres, branches, dépôt de pierres, d’aliments.

Usage d’une branche et de branchettes d’aulnes

- Enfouir les os dans la cendre

- Rassembler les os avec une branche ou enfouir dans le bûcher

- Recouvrir les os de branchettes et entourer le bûcher de branchage

- Dépôt d’aliments et de 3 pierres à l’endroit de la tête

- tout ce qui est utilisé pour la crémation évoque la demeure nouvelle du mort => séparation avec les vivants

Visite à 1 mois, 40 jours et à 1 an

(…)

(…)

(…)

Pratiques crématoires des Koriaks d’après les travaux ethnoarchéologiques de V. Gorbatcheva (2002-2003) et de S. Beyries & C. Karlin (2007-2008). En sont extraits les gestes se rapportant principalement à la transformation du corps

10Comment savoir si le geste est de nature funéraire ? On citera à titre d’exemple les sacrifices de nourriture effectués au cours des funérailles dans la Rome antique, ouvrant des contacts entre les dieux et les hommes (Scheid 2005 : 172-173). Une truie était immolée en présence du mort, déjà placé sur le bûcher, mais avant le début de la crémation. Il revenait au défunt une portion de viande, déposée probablement sur le bûcher avant sa combustion. Selon John Scheid, le rite ne s’adressait pas au défunt, qui n’appartenait pas encore aux dieux Mânes, ni aux dieux infernaux impliqués dans les funérailles ; il constituait un sacrifice non funéraire dédié à la déesse qui exerçait son autorité à ce moment de la cérémonie funèbre, à laquelle le défunt participait en tant que célébrant, partenaire du sacrifice.

11Il s’avère délicat de situer un geste dans le déroulement des funérailles à partir de vestiges archéologiques. Finalement, il apparaît plus aisé de repérer les séquences gestuelles lorsque les composantes matérielles sont marquées ou non par le feu, de telle façon que les gestes trouvent leur place dans le déroulé des funérailles. On sait par exemple distinguer la distance temporelle entre deux actions, telles qu’un dépôt primaire d’objet (brûlé) et un dépôt secondaire (non brûlé), à la condition que leur réalisation altère différemment la matière. Les contrastes d’altération thermique restent un critère fondamental pour restituer l’agencement chronologique des gestes. En revanche, des actions aux portées aussi différentes que « jeter son gobelet vide dans le feu au cours des funérailles », « déposer un morceau de viande issu d’un sacrifice » ou « placer sur le corps un cadeau destiné aux trépassés avant crémation », risquent d’être interprétées comme une action unique, traduite temporellement comme une seule séquence (dépôt primaire d’objet). La succession des gestes funéraires se heurte souvent à cette absence d’indices manifestant une distance temporelle. Or, dans la chaîne opératoire, surtout en contexte à dominante rituelle, un geste n’est pas porteur du même sens selon qu’il se trouve rattaché à un temps funéraire plutôt qu’à un autre.

Brûler pour devenir autre : éléments de la chaîne opératoire

12Des différentes fonctions funéraires possibles pour un bûcher, la destruction du cadavre va à présent nous occuper plus longuement. L’enjeu consiste, d’une part, à préciser la dimension technique de cette transformation du mort en un autre état matériel et, d’autre part, à contribuer à la compréhension de l’enchaînement des actions effectuées.

13Les lacunes archéologiques sur les chaînes opératoires ont conduit à s’appuyer sur des études ethnoarchéologiques. Au nombre de quatre, elles sont menées en Thaïlande du Nord (Pautreau 2004 et Pautreau & Mornais 2005), dans le sud-est de l’Inde, au Népal (Grévin 2004a et b, 2005, 2007-2008) et chez les Koriaks (Gorbatcheva 2002-2003 ; Beyries & Karlin 2007-2008). Elles ont pour objectifs partagés d’identifier les modalités de combustion du cadavre, la forme du bûcher et son fonctionnement, l’état et le devenir des os. Toutes furent motivées par la rareté des observations ethnologiques concernant la crémation. La communauté des objectifs facilite le rapprochement des différentes sources, de sorte que nous avons pu en extraire aisément les gestes en liaison avec le cadavre.

14Nous avons ensuite distribué ces données selon trois séquences liées à l’état du défunt : les actions sur le corps de la personne installée sur le bûcher, les gestes de crémation du cadavre et, enfin, le traitement des reliquats de combustion in situ. Par ailleurs, le déroulement des séquences est restitué en mettant l’accent sur la nature du geste, son auteur et ses composantes. Dans le cadre de ce travail, sont seulement évoquées celles en relation directe avec le cadavre. La fonction du geste, selon leurs acteurs, est indiquée lorsque l’information est disponible. Le cas des Koriaks illustre ce travail de classement sous la forme d’un tableau (tabl. 1). Ce groupe, établi en Sibérie dans le Kamtchatka, est nomade et éleveur de rennes, mais vit de façon sédentaire sur le littoral. « La mort était perçue comme un passage de l’homme vers un nouveau domicile où sa vie se poursuivait dans un entourage de parents trépassés. L’attitude envers le mort est double ; d’un côté et jusqu’à la crémation, on le traite comme s’il était vivant, en le mettant sur la route. Mais dans le même temps, on le considère comme dangereux pour les vivants » (Gorbatcheva 2002-2003 : 125).

Séquence 1 : agir sur le corps de la personne décédée

15Lors des premiers moments autour du bûcher, les gestes s’adressent au mort ou émanent de lui : le défunt « fait » ses adieux ; on lui signifie la séparation d’avec les vivants ; on le dote d’objets portés ou déposés sur le bûcher… Puis la crémation du corps, en contexte rituel, implique de l’installer sur ou dans la structure de combustion et, ensuite seulement, d’enflammer le combustible. Le défunt, nu, dans son suaire ou avec ses vêtements funéraires, est alors soit enfoui dans le dispositif, soit placé dans un cercueil ; dans ces deux cas, il se trouve caché aux yeux de l’assistance (Thaïlande du Nord, Inde du Sud-Est). Dans d’autres cas, il reste visible, placé sur le combustible, simplement recouvert de feuilles fraîches, de paille (Inde du Sud-Est, Népal), de branchages (Koriaks). Les officiants, professionnels ou membres de la parentèle du mort, s’assurent de la solidité du dispositif, gage du bon déroulement technique de l’opération. Puis se mettent en place d’autres cérémonies (bris d’objets, sacrifices), afin par exemple d’établir une relation favorable avec des divinités sollicitées ou de limiter l’action néfaste d’esprits redoutés. Parmi les gestes préparatifs à la crémation, certains anticipent des phénomènes physiques liés à la combustion du cadavre et témoignent d’une volonté de la contrôler : l’assèchement des tendons, la déshydratation des muscles provoquent en effet des mouvements spontanés tels que la flexion des membres (posture du boxeur), observée aussi bien sur un bûcher traditionnel que dans un four (Grévin 2004a, 2005). La flexion des coudes survient rapidement, entre les cinq et quinze premières minutes de la combustion (Bohnert et al. 1998 ; Depierre 2010). Dans un four, les flexions sont de faible ampleur pour les jambes (202 cas observés à Mayence) alors que « lors de l’évaporation de l’eau, les muscles et les tendons rétrécissent, ce qui a pour effet une lente ascension du bras, parfois jusqu’au-dessus de la tête » (Whal 1981 : 172). Au cours de la combustion, les mouvements s’étendent à tout le corps (bascule de la tête, épaules relevées, rotation du corps…) avec une ampleur et une puissance suffisantes pour qu’un coude repousse la paroi d’un cercueil en combustion (Depierrre 2010 ; Whal 1981). De fait, un cadavre brûlé en espace ouvert peut être éjecté ainsi que le relate Pline l’Ancien lors de la crémation du consul M. Lepidus (Histoire Naturelle, VII). Les pratiques crématoires qui ont bénéficié d’observations ethnoarchéologiques montrent que le contrôle des mouvements corporels est prévu bien avant l’allumage du bûcher, par le dépôt de bûches sur les jambes (Népal, Thaïlande) ou de rondins disposés en bâtière sur le défunt (Inde). L’anticipation et la prévention des mouvements du cadavre vont jusqu’à modifier le corps par la découpe des tendons des pieds et des mains (Koriaks). En revanche, les crémations en four, effectuées en espace fermé et contenu, à l’abri des regards, ne nécessitent pas de tels dispositifs.

16Considérés comme indésirables ou néfastes par certaines cultures, les mouvements empêchés immobilisent définitivement la personne décédée, lui ôtant, en quelque sorte, les derniers signes de vie qui sont considérés comme « gênants » pour l’étape suivante des funérailles : peut-on brûler un cadavre vu en mouvement ? Dans nos cultures, tel que le montre R. Hélié au travers des représentations du cadavre au cinéma, le mort est montré en mouvement par la volonté de personnes qui entament avec lui un voyage en voiture ou par un autre moyen de locomotion. Cette mobilité le détourne un temps de la tombe en lui accordant les derniers signes de la vie, incompatibles avec la crémation ou l’inhumation (Hélié 2012 : 215). Pour ces raisons, nous serions tentés de considérer qu’avant la crémation même, c’est l’immobilisation du corps sur le bûcher qui marque le début du passage du défunt vers un autre état physique.

Séquence 2 : brûler le cadavre

17Les professionnels impliqués lors de l’installation du corps continuent de suivre la combustion sous les yeux de l’assistance, qui est regroupée autour du bûcher (Inde du Sud-Est, Népal, Thaïlande) ou maintenue à l’écart (crématorium, France). Chez les Koriaks, ce sont les membres de la communauté du mort qui se répartissent les tâches : les hommes allument le feu et le tisonnent. Alors que les femmes détournent le visage, ils regardent la combustion pour y lire les signes du bon cheminement du défunt vers le monde des trépassés. Lors de cette étape, les interventions portent sur le combustible qu’il s’agit de rassembler, de ringarder afin de relancer la température du bûcher.

18Les actions modifiant le cadavre visent à gérer le cas particulier de la boîte crânienne, à faciliter la squelettisation du corps et ensuite, selon les cultures, à augmenter la fragmentation des os. La boîte crânienne forme un espace clos qui peut éclater spontanément sous l’effet de la pression de la vapeur et des gaz. Si les orifices naturels ou les fentes générées par l’ouverture des sutures crâniennes suffisent parfois à les évacuer (Grévin 2004a et b, 2005 ; Depierre 2010), il arrive aussi que le crâne soit fracturé, après l’allumage du bûcher, à l’aide d’un bâton. Au cours de la squelettisation du corps, c’est le tronc qui résiste le plus longtemps. Les tissus mous, mauvais conducteurs thermiques, protègent les organes profonds, de sorte que les os se dénudent tardivement. En Thaïlande, environ 30 minutes après l’allumage du bûcher, on facilite la combustion des entrailles et la désarticulation du tronc à l’aide d’une longue perche, en soulevant, retournant et frappant cette partie du corps. Alors que les membres se segmentent facilement, les os des ceintures scapulaire et pelvienne conservent longtemps leurs connexions car ces secteurs, protégés vraisemblablement par la masse musculaire qui les enveloppe, demeurent longtemps au stade de carbonisation.

19D’autres gestes mêlent étroitement réduction du volume squelettique et du bûcher (Thaïlande, Népal). Ainsi, on brise les articulations tibio-fémorales quelque 30 minutes après l’allumage afin de juxtaposer les cuisses et le reste des jambes. « Au fur et à mesure que la crémation progresse, [l’opérateur] s’emploie constamment, au moyen de la même perche, à diminuer jusqu’à l’extrême limite le volume du bûcher » (Grévin 2004a : 131). Les bûchers construits pour une combustion « ventrale » sont plus courts, les jambes du défunt dépassent, car les participants anticipent la possibilité qu’offre cette posture de replier aisément le corps. Les nombreuses actions de ringardage conduisent par ailleurs à une forte fragmentation des os.

20Dans un four, bien que la nature du combustible (gaz) ne nécessite pas de ringardage, l’opérateur brasse, une à deux fois, son contenu avec une longue perche. Rassemblant les restes du cadavre et du cercueil vers la porte, il les trie de façon à guider les portions de cercueil sous les flammes d’un brûleur (Depierre 2010). Le dispositif prévoit également d’augmenter la fragmentation des os par broyage dans un cendrier intégré dans le four ou placé à l’extérieur (observations personnelles, crématorium de Valenton et de Cardiff).

21Peu d’interventions en cours de crémation sont signalées chez les Koriaks : l’état du corps éviscéré avant combustion facilite-t-il la combustion du tronc ? La crémation peut se dérouler également sans aucun accompagnement, comme l’attestent certains cas d’Inde du Sud-Est. Le corps se consume, sans intervention, en milieu clos : la fosse contenant le cadavre est recouverte de combustible (plaques de bouse séchée, paille) et d’une chape de boue liquide qui durcit sous l’action du feu.

22L’aspersion de liquide, autre type d’intervention possible, survient plus tardivement, lorsqu’une extinction rapide du bûcher est souhaitée.

Séquence 3 : devenir autre, la sépulture en projet

23Après l’extinction du feu, les principales actions conduisent à remanier le contenu du bûcher. Les variations portent principalement sur l’ampleur de ces interventions et les distances mises entre le bûcher et la tombe.

24Chez les Koriaks, les os, peu déplacés, sont enfouis in situ, dans la cendre ou dans un fosse creusée dans le bûcher, après avoir été rassemblés avec une branche. À l’inverse, en Inde du Sud-Est, l’objectif consiste à extraire, sans distinction, les os et les résidus de la combustion pour les jeter dans un endroit sans vocation sépulcrale (zone de rejet, rivière, temple). Seule une partie des os est regroupée en un tas, recouvert de plus grands fragments de calotte crânienne et placé à l’extrémité du bûcher où se trouvait la tête du défunt. Aspergé d’eau lustrale, cet amas est transféré ultérieurement dans une urne. Le processus, dans ses grandes lignes, est semblable en Thaïlande ; il prévoit en plus un broyage des os avant rejet et dispersion. Ceux-ci peuvent également rester sur le bûcher. L’ampleur des interventions au Népal est telle qu’elles conduisent à nettoyer complètement l’aire de combustion, os et restes de crémation étant balayés dans le fleuve tout proche. Dans les crématoriums, les opérateurs vident également soigneusement les fours afin d’éviter le mélange des « cendres » de plusieurs personnes (observations personnelles, Valenton). L’usage englobant des pelles en vannerie sert à regrouper os et combustibles dans le projet d’évacuer ensemble ces vestiges. Plus simplement, un tri peut être effectué au moment de l’extraction des os, à l’aide d’outils qui permettent de sélectionner les pièces osseuses (pince, branche…), laissant dans ce cas, les cendres in situ.

25Cette phase de remaniement devient l’occasion, dans certains cas, de concasser les os, en particulier ceux qui ne sont pas destinés à la tombe. Quant aux os prévus pour l’ossuaire, ils peuvent être manipulés dans le bûcher (aspersion, fracturation, modelage en une figurine humaine…).

26Après extraction des os destinés à la tombe, les actions de remaniement peuvent se poursuivre et prévoient l’évacuation de tout ou partie des reliquats de la crémation encore en place. L’évacuation du combustible se met en place, parfois en cours de crémation. Ainsi, dans les fours, une soufflerie écarte les cendres du cercueil (observations personnelles, Valenton), ou les portions du cercueil, séparées des os, sont menées sous les becs de gaz pour assurer leur disparition (Depierre 2010).

Conclusion : séquences de transformation du cadavre

27Au terme de ce rapide déroulé des actions réalisées autour de la crémation d’un corps, deux séquences de gestes marquent significativement un changement d’état physique du défunt : la squelettisation de son cadavre par le feu et le traitement de ses ossements.

28Avec la squelettisation, le cadavre disparaît tandis qu’au cours du traitement des os, se prépare potentiellement une autre étape des funérailles, celle de la conservation des restes du défunt. Pour certains des cas ethnoarchéologiques observés, la séquence est brève, puisque os et reliquats du combustible sont simplement poussés dans le cours d’eau qui longe l’aire de combustion. Pour d’autres cultures, les gestes réalisés dans le bûcher pourraient être qualifiés de présépulcraux car ils préparent ce qui représentera matériellement le mort dans la tombe. Ils annoncent l’étape conservatoire des funérailles, par des tris (sélection d’une partie des os…), des exclusions (séparation des os et résidus de combustion), des manipulations spécifiques des os destinés à la tombe ou inversement, des traitements particuliers réservés qu’à ceux rejetés hors du champ sépulcral. On notera par ailleurs que la séquence de traitement des os apparaît à différents moments de la transformation du défunt. Ainsi, les actions visant à « fracturer les os » et « éliminer les résidus de combustion » s’intègrent parfois très tôt, dès la séquence de squelettisation. Les cendres sont soufflées au cours de la combustion en four ou sur bûcher, la réduction du cadavre, tourné, replié pour assurer la combustion des chairs, se prolonge par le concassage des os. Pour d’autres contextes culturels, l’action sur les os (tri, concassage…) ne se met en place qu’après extinction du bûcher.

29Comment se fait la squelettisation ou comment le cadavre devientil invisible ? On retiendra ici les nuances importantes observées dans l’ampleur des interventions au cours de la crémation et dans le degré de réduction du corps. Si toutes les pratiques crématoires observées conduisent à la squelettisation du cadavre, certaines multiplient les interventions de sorte qu’il est « travaillé », ringardé quasiment sans relâche. S’intègrent alors, en plus de la réduction du cadavre, des gestes visant à réduire également les os. Pour d’autres, les interactions matérielles avec la dépouille se limitent au minimum, consistant à laisser la combustion se dérouler naturellement après l’allumage du bûcher. Dans ce cas, la séquence de squelettisation se réduit à la surveillance de la structure de combustion et à l’ajout de combustible. Le cadavre devient alors invisible dans tous les sens du terme : sa squelettisation se déroule à l’abri des regards, dissimulée sous une chape d’argile ou dans un four à l’écart des proches (crématorium).

30Quand débute vraiment la transformation matérielle du défunt ? Dans les cas ethnoarchéologiques évoqués, la personne sociale continue d’exister à son arrivée dans le champ crématoire ou près du bûcher, et parfois même lorsque le corps est installé sur l’édicule de bois. Le changement de statut du défunt pourrait s’opérer au cours des actions visant à « installer le corps sur le bûcher ». Plusieurs des gestes, à la finalité matérielle évidente, ont pour objectif de contrôler sa mobilité pendant la crémation. Au plus simple, ils se limitent à poser un rondin de bois sur les parties du corps susceptibles de se mobiliser lors de la combustion. D’autres fois, ils vont jusqu'à le modifier (section des tendons). Au-delà de l’enjeu d’immobilisation du cadavre lors de la combustion des chairs, nous formulons pour ces raisons l’hypothèse qu’elle ne doit plus présenter de signe de vie une fois exposée au feu. La série d’actions autour de l’installation marquerait en fait le début de la transformation du corps car il est alors pensé et traité comme matière à brûler. Ces gestes constitueraient une troisième séquence de transformation du défunt, sur le bûcher.

31Après ce premier essai de comparaison de processus de transformation matérielle du défunt, trois séquences gestuelles au moins se déroulent sur le bûcher :

  • les actions autour du passage du corps de la personne vers celui de cadavre à brûler ; l’immobilisation du corps sur le bûcher pourrait en être le geste central ;

  • les actions autour de la squelettisation ;

  • les actions préparatoires en vue de la création d’un ou plusieurs dépôts cinéraires destinés au sépulcre et à d’autres types de structure (fosse à dépôt de résidus de combustion…) à vocation conservatoire.

32Si, intuitivement, on peut penser que les activités matérielles se suivent, on s’aperçoit en fait que les deux dernières séquences ne se succèdent pas forcément : le traitement des os peut prolonger ou se mêler à la squelettisation du cadavre, ou alors se mettre en place après une rupture temporelle (extinction du bûcher). On se rend compte que le processus de transformation (brûler le corps et extraire les os) connu dans son ensemble restitue une réalité simplifiée ; il ne renseigne pas sur la façon dont les opérateurs s’y prennent pour réaliser le passage matériel d’un état du défunt à un autre.

Haut de page

Bibliographie

Beyries S. & Karlin C. 2007-2008. « Le traitement des morts chez les Koriaks du Kamtchatka », Cahier des thèmes transversaux ArScAn (vol. IX), thème VI : 135-146.

Blaizot B. (éd.). 2009. Pratiques et espaces funéraires de la Gaule durant l’Antiquité. Paris, Cnrs éditions, Gallia, t. 66-1 (Archéologie de la France antique).

Bohnert M., Rost T. & Pollak S. 1998. « The degree of destruction of human bodies in relation to the duration of the fire », Forensic Science International, 95 : 11-21.

Boulestin B. & Duday H. 2005. « Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire », in : C. Mordant & G. Depierre (éd.), Les Pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France. Sens, Société archéologique de Sens : 17-30.

Depierre G. 2010. Des incinérations du passé aux crémations en milieu à haute technologie. Approches méthodologiques et réalités archéologiques. Thèse, université de Bourgogne.

Grévin G. 2004a. « Crémations traditionnelles en Thaïlande du Nord », in :V. Porra-Kuteni (éd.), Des vases pour l’éternité. La nécropole de Negabous et la Protohistoire du Roussillon. Pôle d’archéologie départemental, Conseil général des Pyrénées-Orientales : 126-133.

Grévin G. 2004b. « L’ethnologie au secours des archéologues. L’étude des crémations sur bûchers », Archéologia, 408 : 44-51.

Grévin G. 2005. « La crémation sur bûcher dans l’Antiquité à la lumière de l’ethnoarchéologie », Khéma, 30 : 15-20.

Grévin G. 2007-2008. « Crémation et combustion du corps humain. Apport ethnoarchéologique », Cahier des thèmes transversaux ArSaCan (vol. IX), thème VI : Cultes, rites et religions : 127-129.

Gorbatcheva V. 2002-2003. « Représentation des causes des maladies, des moyens de les traiter et de rites funéraires chez les Koriaks », Boréales, Revue du centre de recherches inter-nordiques, n° 8-89 : 105-134.

Hélié R. 2012. « D’une image à l’autre : le cadavre en mouvement », in : H. Guyet al. (dir.), Rencontre autour du cadavre. Actes du colloque de Marseille, décembre 2010. Saint-Germain-en-Laye, Gaaf : 211-215.

Le Goff I. & Guillot H. 2005. « Contribution à la reconstruction des gestes funéraires : mise en évidence des modalités de collecte des os humains incinérés », in : C. Mordant & G. Depierre (éd.), Les Pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France. Sens, Société archéologique de Sens : 155-168.

Le Goff I. 2009. « Le devenir du cadavre incinéré en Gaule Belgique. Méthode et analyse de cas », in :E. Pinard & S. Desenne, Les gestuelles funéraires au second âge du Fer.Actes de la table-ronde, Soissons, novembre 2008. Revue archéologique de Picardie, n° 3-4 : 113-128.

Le Goff I. 2012a. « Percevoir le temps des funérailles : le cas des crémations », in : L. Bonnabel (éd.), Archéologie de la mort en France. Paris, La Découverte : 62-81.

Le Goff I. 2012b. « La constitution des dépôts cinéraires : le séquençage des gestes », poster de l’exposition La “chaîne opératoire” funéraire : exemples de gestes et de séquences décrits par les ethnologues et reconstruits par les archéologues, tenue en mars-avril 2012 à la Maison archéologie et ethnologie, Nanterre.

Leclerc J. À paraître. « Espaces funéraires : introduction au séminaire “Caractéristiques et fluctuations de l’espace funéraire” », Cahier XI des thèmes transversaux ArScAn-Umr 7041, thème VI, 2011-2012.

Lemonnier P. 2004. « Mythiques chaînes opératoires », in : Techniques & culture, 43-44 (en ligne), « Mythes. L’origine des manières de faire. Genèses et valeurs » [http://tc.revues.org/1054].

Poplin F. 1995. « L’homme et l’animal dans le bûcher de Patrocle (Iliade, XXIII) », Anthropozoologica, 21 : 253-265.

Pautreau J.-P., d’après les travaux conduits avec P. Mornais & M. Mataro i Pladelasala.2004. « Crémations traditionnelles en Thaïlande du Nord », in : Porra-Kuteni V. (éd.), Des vases pour l’éternité. La nécropole de Negabous et la Protohistoire du Roussillon. Pôle d’archéologie départemental, Conseil général des Pyrénées-Orientales : 118-125.

Pautreau J.-P. & Mornais P. 2005. « Quelques aspects des crémations actuelles en Thaïlande du Nord », in : C. Mordant & G. Depierre (éd.), Les Pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France. Sens, Société archéologique de Sens : 47-60.

Scheid J. 2005. Quand faire, c’est croire. Les rites sacrificiels des Romains. Paris, Flammarion (Collection historique).

Soupart N., Le Goff I., Clotuche R. avec la collab. de Loridant F., Ducrocq P. & Laperle G. À paraître. « La nécropole antique de Cassel et son aire de crémation inédite du nord de la Gaule », Revue archéologique du Nord.

Thuillier F. 2000. « Les incinérations primaires de la nécropole gallo-romaine des “Oblets” à Thérouanne (Pas-de-Calais) », in : É. Crubezyetal., L’archéologie funéraire. Paris, Ed. Errance (Collection « Archéo-logiques ») : 130-133.

Urbain J.-J. 2004. « La crémation et la trace. La vogue de la crémation », in : F. Lenoire & J.-P. de Tonnac, La mort et l’immortalité. Encyclopédie des savoirs et des croyances. Paris, éd. Bayard : 1 207-1 217.

Whal J. 1981. « Beobachtungen zur Verbrennung Menschlicher Leichname », Archäologisches Korrespondenzblatt,11 : 271-279.

Haut de page

Notes

1  Par décomposition ou par incinération.

2  Ce texte doit beaucoup aux échanges avec Jean Leclerc, suscités lors d’un projet de séminaire sur la crémation qui n’a pu voir le jour et qui devait « s’attaquer à un problème central pour l’interprétation, celui de l’analyse fonctionnelle des espaces et des séquences temporelles ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Le Goff, « Brûler le défunt pour traverser le temps des funérailles », Les nouvelles de l'archéologie, 132 | 2013, 41-47.

Référence électronique

Isabelle Le Goff, « Brûler le défunt pour traverser le temps des funérailles », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 132 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/2073 ; DOI : 10.4000/nda.2073

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org