Navigation – Plan du site
Dossier
2/ Du cadavre aux ossements

Différer la décomposition: le temps suspendu?

Les signes d’une momification préalable
Interrupting the Decay: Is Time Suspended ? Skeletal Evidence for Previously Mummified Bodies
Pascal Sellier et Julio Bendezu-Sarmiento
p. 30-36

Résumés

Artificielle ou naturelle, la momification a souvent pour objet d’empêcher la transformation du cadavre en squelette et de déposer dans la sépulture un corps aussi peu altéré que possible. C’est une étape particulière de certaines chaînes opératoires mortuaires, qui fonctionne comme une sorte de pause ou de suspension du temps funéraire, au même titre que les pratiques de sépulture provisoire. Cependant, la putréfaction reprend le plus souvent quand le corps est finalement déposé dans son lieu sépulcral définitif ou lorsque les conditions de conservation (froid, dessiccation, etc.) se transforment. Les archéologues doivent alors pouvoir identifier cette pratique de momification préalable, même quand tous les tissus ont disparu et qu’ils ne retrouvent que des restes osseux. Les exemples proposés ici, dans des contextes archéologiques et climatiques différents (corps gelés des kourganes pillés de l’Altaï ; exposition et manipulation des corps à Dzharkutan, Ouzbékistan ; momification par dessiccation des anciens habitants des îles Marquises, Polynésie française), montrent que la clé de l’identification d’une momification des corps réside dans l’examen archéo-anthropologique des dislocations et des connexions des articulations des squelettes in situ. La coexistence de la rupture d’articulations réputées persistantes, conjointement au maintien des connexions de certaines articulations labiles, constitue un « ordre paradoxal » de dislocation des articulations. L’inversion de l’ordre habituel de dislocation des articulations du corps est le signe avéré d’une momification préalable.

Haut de page

Texte intégral

1Avec des techniques variées et des motivations différentes, un grand nombre de populations ont ou ont eu recours à des méthodes de conservation du cadavre. Pour la période contemporaine, ce sont souvent de véritables pratiques de thanatopraxie, sorte de chirurgie post mortem faisant intervenir l’injection de fluides d’embaumement ; pour les époques anciennes, c’est, en général, un processus de momification ou plus simplement de dessiccation qui permet de retarder, voire de totalement arrêter la décomposition du corps.

Arrêt ou suspension du temps funéraire

2La momification introduit un arrêt, une réorientation ou un changement de dimension des temps funéraires ; le cadavre garde plus ou moins l’apparence de la vie, quoique l’on ne puisse pas savoir s’il s’agit alors de perpétuer le sujet lui-même, ses actions, son nom (« keeping ancestors alive » : Guillen 2003) ou bien, justement, de prolonger le « temps du cadavre ». Comme le dit Luisa Reiblich, à propos des corps embaumés de Lénine, d’Eva Perón et de Mao Zedong, c’est, en quelque sorte, « une mort plus longue que la vie » (Reiblich 2007 : 173, « Ein Tod, länger als das Leben »).

3Mais parfois, il ne s’agit que d’une pause, d’une suspension du temps funéraire où les phénomènes biologiques de dégradation et de putréfaction sont seulement différés : le déplacement ou l’inhumation finale du cadavre conservé induiront inévitablement la reprise des phénomènes de décomposition. Il est donc fondamental, pour les archéo-anthropologues, de pouvoir identifier ces premiers gestes funéraires de « conservation » sur des restes osseux n’offrant plus de signes évidents de momification, quand le sujet est finalement « squelettisé » (« skeletonized » comme le disent les anglophones), même s’ils ont été plus ou moins brouillés ou effacés par l’inhumation, les déplacements et la décomposition ultérieurs.

Un cas particulier de sépulture provisoire ?

4Du point de vue de la typologie des gestes funéraires, il s’agit, au moins dans les cas où la momie est déposée dans un lieu spécifique, d’une forme particulière de « sépulture secondaire » au sens strict puisque le lieu de décomposition et de dépôt où les restes humains sont retrouvés n’est pas celui du dépôt primaire du cadavre à « l’état frais » ; comme le dit Robert Hertz : « Il paraît donc légitime de considérer la momification comme un cas particulier et dérivé de la sépulture provisoire » (Hertz 1907 : 69).

5La conservation même peut être naturelle ou d’origine anthropique (avec des techniques variées), elle est parfois une combinaison des deux, mais, même spontanée, elle est rarement fortuite : les populations ont pu utiliser sciemment certains lieux ou certains milieux connus, par expérience, pour favoriser la conservation des individus décédés (Thomas 1980). On peut en effet penser que, quelles que soient les modalités techniques, « l’embaumement a précisément pour objet d’empêcher la corruption des chairs et la transformation du corps en squelette » et que, dans tous ces cas, il s’agit finalement « de faire entrer dans la sépulture définitive un corps aussi peu altéré que possible » (Hertz 1907 : 69).

Les facteurs de conservation

6Quand un corps totalement ou partiellement conservé est parvenu jusqu’à nous, la question de la momification/conservation préalable est résolue d’emblée et son étude relève plus de la médecine légale que de la bioarchéologie. On trouvera un état très complet de la question des momies, naturelles ou non, que nous nous contenterons d’évoquer ici de façon très brève, dans les ouvrages de Wieczoreck et al. (2007) et Aufderheide (2003) (on trouve aussi, depuis 1992, beaucoup d’informations dans les World Congress on Mummy Studies).

7La momification artificielle la plus classique associe l’enlèvement de certains organes (éviscération, extraction du cerveau, des poumons, etc.) et l’application d’une solution ou l’immersion dans un produit particulier, hostile aux bactéries, comme le natron (des lacs salés) utilisé par les anciens Égyptiens à partir du Moyen Empire. Les possibilités sont larges et ont, même en Égypte, varié au cours du temps et selon les classes sociales des défunts (Aufderheide 2003). C’est selon ce principe technique qu’ont été réalisées les plus anciennes momies artificielles connues, celles des Chinchorro du Chili et du Pérou (datées de 5000 à 3000 av. J.-C.) mais aussi celles plus récentes de la culture scythe de Pazyryk dans l’Altaï (cf. infra), des Guanche des îles Canaries, des Inca, etc. Souvent, ces techniques artificielles bénéficient aussi de conditions naturelles propices.

8Les hommes des tourbières (âge du Fer de l’Europe du Nord, peu avant notre ère) sont plutôt « tannés » que momifiés : ils ont profité de la faible teneur en oxygène et de l’acide tannique de la tourbe, ainsi que du froid (van der Sanden 1996 ; Asingh & Lynnerup 2007) ; le même constat vaut à peu près pour les « mound people » de l’âge du Bronze qui les précèdent dans les mêmes régions, en particulier au Danemark (Ier millénaire av. J.-C.) : sous leur tumulus, le coffre ou le cercueil en chêne fournit l’acide tannique nécessaire à la préservation des défunts (Rosendahl 2007). Ces deux exemples sont probablement les seuls suggérant que la conservation des corps n’était pas recherchée par les populations.

9D’autres terrains, en particulier calcaires, semblent conserver les corps de façon naturelle et les dessécher pour en faire des momies, comme l’illustre un petit secteur du cimetière paroissial Saint-Michel de Bordeaux dont les momies exhumées ont été, en 1794-1796 (Ferrus 1923), installées dans la crypte du clocher de l’église (fig. 1). Les exemples sont nombreux dans les « catacombes », cryptes ou chapelles, comme celles des dominicains de Vác (Hongrie), de Santa Maria delle Grazie (Comiso, Italie), des capucins de Santa Maria della Concezione (Rome), de Floriana (Malte), de Brno (République tchèque), de Santa Maria della Pace à Palerme, etc. ; mais, dans ce dernier cas comme dans de nombreux autres, un procédé supplémentaire assure la momification (pour Palerme, selon les individus et les époques : égouttage sur des poteries, bain de vinaigre, d’arsenic ou d’eau de chaux, et même éviscération : Koudounaris 2011).

Fig. 1

Fig. 1

Vue de la crypte du clocher de l’église Saint-Michel de Bordeaux avec des cadavres conservés par momification naturelle

(dessin et lithographie de J. Philippe ; Ducourneau 1842 : 20-21)

10Toutefois, les deux principaux agents de conservation et de momification naturelle des corps (humains ou animaux) sont le froid et la sécheresse des milieux désertiques (Rosendahl 2007 ; Thomas 1980). Le froid nous a livré Ötzi, le célèbre homme des glaces néolithique (2600-3300 av. J.-C.) du massif tyrolien du Similaun, les sujets des kourganes gelés de l’Altaï (cf. infra), les momies de Qilakitsoq au Groenland (xve siècle ap. J.-C. ; Hart Hansen & Gulløv 1989), de nombreuses momies andines et, plus près de nous, les membres de l’expédition arctique de Sir John Franklin, de 1845-1847. Les conditions désertiques et le climat aride agissent aussi dans le sens de la momification, comme pour les momies médiévales de ‘AsilHadat au Liban (Gersl 1994), celles du désert du Taklamakan au Xinjiang chinois, celles (xixe siècle de notre ère) de Guanajuato au Mexique, etc. (pour tous ces cas, voir les références dans Wieczoreck et al. 2007 et Aufderheide 2003).

11Cependant, nous ne retrouvons pas toujours les tissus momifiés, comme dans les exemples précédents ; quel que soit le processus de momification, il faut pouvoir identifier une telle pratique quand, après la reprise du processus de décomposition, ne nous sont plus parvenus que des restes osseux.

Identifier une momification préalable

12La reconstitution des gestes funéraires et du milieu de décomposition s’appuie essentiellement sur les données maintenant bien connues de l’archéo-anthropologie, mais aussi de l’anatomie et de l’anthropologie légale (« forensic anthropology »), c’est-à-dire sur l’interprétation et la compréhension des causes ayant pu entraîner la modification des relations naturelles entre ossements, en particulier le maintien ou la dislocation (et le degré de dislocation) des différentes articulations au cours de la décomposition et de la transformation du cadavre en un squelette ou un ensemble d’ossements (Duday 1990, 2009 ; Duday & Sellier 1990 ; Duday et al. 1990 ; Duday & Guillon 2006 ; Garland & Janaway 1989 ; Maureille & Sellier 1996 ; Sellier 1990, 1992).

13Cela nécessite avant tout la prise en compte de l’ordre de décomposition (et donc en général de dislocation) des articulations du squelette humain au cours de cette transformation, et aussi au cours de déplacements ou de réinterventions éventuels : les auteurs s’accordent pour classer les articulations selon un gradient de fragilité quant à leur rupture lors de la décomposition du cadavre (pas forcément en relation avec leur solidité sur le vivant). Les plus fragiles, comme la temporo-mandibulaire ou les articulations des parties distales des pieds et des mains, sont dites « labiles », tandis qu’à l’autre bout de ce gradient, les articulations dites « persistantes » cèdent le plus tardivement lors du processus de décomposition (atlanto-occipitale, tibio-fémorale, sacro-iliaque, etc.). S’il faut, bien évidemment, tenir compte des conditions mêmes de putréfaction et des interventions humaines possibles durant la phase de décomposition, c’est à la lumière de cette grille d’analyse que les interprétations archéo-anthropologiques sont proposées.

14La momification des corps (naturelle ou anthropogène) permet la conservation des relations anatomiques entre tous les éléments du squelette mais, en cas de reprise de la putréfaction, elle modifie alors l’ordre de dislocation des articulations pour aboutir à un « ordre paradoxal » (Maureille & Sellier 1996) dont nous allons examiner quelques exemples.

Conditions climatiques et cadre chrono-culturel en Asie centrale

15Éloignée des océans, l’Asie centrale se caractérise par un climat continental, très chaud en été et très froid en hiver. Sa partie septentrionale, de la Volga jusqu’en Mongolie en passant par la Sibérie et le Kazakhstan, est une vaste zone de steppes où le nomadisme pastoral fut le mode de vie le mieux adapté, notamment durant l’âge du Fer (entre la seconde moitié du IIe et le Ier millénaire avant J.C.), et où l’inhumation en kourgane (tertre funéraire en pierres et/ou en terre) fut alors largement diffusée (Bendezu-Sarmiento 2007). Dans sa partie sud, entre l’Ouzbékistan, le Turkménistan et le nord de l’Afghanistan, s’étendent des territoires désertiques ou semi-désertiques, avec des oasis où se développèrent des sociétés sédentaires. À l’âge du Fer, le « Complexe culturel sine sepulchro » de Transoxiane (Bendezu-Sarmiento & Lhuillier s.p.), qui succède aux grandes nécropoles à inhumation de l’âge du Bronze, est dominé par des pratiques de décharnement qui renvoient, pour certains chercheurs, à l’apparition d’une nouvelle religion liée au zoroastrisme (Sarianidi 1998).

16Deux exemples illustrent l’interprétation des dislocations paradoxales dans ce contexte climatique et culturel contrasté. Dans les froides montagnes de l’Altaï (1 500-2 000 m d’altitude), les corps, une fois inhumés dans les fameux kourganes (et souvent accompagnés de chevaux et d’un ample matériel), sont préservés par le phénomène de permafrost provoquant une momification naturelle. Si la structure n’a pas été pillée, nous retrouvons, des siècles plus tard, ce matériel congelé, en particulier de grands chevaux et des humains momifiés en bon état. Dans la même région, il existe aussi d’authentiques momifications artificielles, avec éviscération, etc., réservées aux sujets de haut rang social, en particulier dans la culture de Pazyryk. Plus au sud, dans une zone aride à l’atmosphère sèche et chaude comme celle de Dzharkutan (au sud de l’actuel Ouzbékistan), on trouve des momifications naturelles par dessiccation.

Les kourganes pillés de l’Altaï

17Dans la nécropole d’Ak-Alakha-5 dans l’Altaï (Polosmak 2001), appartenant à la culture de Pazyryk (seconde moitié du Ier millénaire av. J.C.), le kourgane en pierres n° 3 abrite deux sujets dans une chambre funéraire en bois très bien conservée, faite de planches ajustées très hermétiquement dans une grande fosse quadrangulaire, à une profondeur de 2,20-3 m ; quatre chevaux ont été déposés dans la fosse, contre la chambre en bois, tous richement harnachés avec des objets plaqués à la feuille d’or.

18Comme tant d’autres, ce kourgane a été partiellement pillé dès l’Antiquité (Polosmak 2001) : il s’agit donc d’une intervention et de manipulations non funéraires, post-dépositionelles, visant à dépouiller les inhumés. Les deux individus (fig. 2), deux adultes masculins de 20-30 ans, semblent positionnés comme les autres défunts de la culture de Pazyryk : décubitus latéral gauche, membres fléchis, tête à l’est. Mais ils ne sont plus au centre de la chambre funéraire et portent témoignage des déplacements importants faits par les pilleurs dans l’espace vide de la chambre funéraire : ils ont été tirés, probablement par les membres supérieurs, contre la paroi est (notamment celui de droite), le tronc du sujet de gauche basculant sur le dos et celui de droite sur le ventre, ce qui a produit des dislocations et des fracturations comme celle de la jambe gauche du sujet de droite (fig. 2, n° 7) ; les membres inférieurs, toujours fléchis, sont restés plus ou moins à leur emplacement d’origine.

Fig. 2

Fig. 2

Kourgane n° 3, nécropole d’Ak-Alakha-5 (d’après Polosmak, 2001 : pl. XIII). Les deux corps ont été déplacés par des pilleurs, laissant in situ une partie des membres inférieurs. Les articulations labiles des mains et des pieds (1 à 3) sont maintenues, malgré des déplacements importants (genoux, coudes, hanches, épaules), la rupture d’articulations persistantes (4 : lombo-sacrée ; 5 et 6 : genoux) et la fracture des os d’une jambe (7)

19Notre interprétation est que le permafrost avait déjà momifié les corps comme en témoignent les dislocations paradoxales, en particulier le maintien des articulations labiles des mains et des pieds (fig. 2, nos 1 à 3) alors qu’il existe des déplacements importants et la rupture d’articulations persistantes (atlanto-occipitale, épaules, coudes, genoux des deux sujets et lombo-sacrée de celui de droite : fig. 2, nos 4 à 6). Le pillage et l’ouverture de la chambre funéraire ont dû, avec la rupture de la chaîne du froid, activer la reprise de la décomposition, ce qui explique que seuls des squelettes aient été retrouvés par les archéologues.

Dislocations paradoxales et sépulture secondaire : le cas de Dzharkutan

20Sur la rive gauche du Bustansaj, en Ouzbékistan, le site de Dzharkutan compte deux ensembles de l’âge du Bronze, la nécropole et l’établissement (Bendezu-Sarmiento & Mustafakulov s.p.) ; ce dernier a été occupé jusqu’à l’âge du Fer ancien, notamment dans la zone dite de la citadelle où la sépulture secondaire plurielle n° 1034 occupe une fosse-silo regroupant les restes de quatre individus (deux adultes et deux immatures).

21L’individu n° I, le mieux représenté au niveau osseux, est une femme adulte (fig. 3). La colonne vertébrale, à partir de la 5e cervicale, est en connexion jusqu’au pelvis (lui-même en connexion stricte) ; les côtes gauches sont partiellement en connexion avec le sternum ; les membres supérieurs manquent ; la hanche gauche est en connexion (avec le fémur en place : fig. 3, n° 1) mais la droite est disloquée, comme le genou gauche (n° 6) alors que tibia et pied gauches semblent être en position d’origine (n° 3). Il est clair que cet individu a été déposé sur le côté gauche avec les membres inférieurs fléchis. On retrouve, sous et contre le bassin de l’individu n° II (cf. infra ; fig. 3, encadré), et soigneusement calées sur trois grands galets, une tête (mandibule en connexion) et ses quatre premières cervicales en connexion que l’on peut attribuer à l’individu n° I (congruence articulaire C4/C5, format, etc.).

Fig. 3

Fig. 3

Sépulture secondaire plurielle n° 1034 de Dzharkutan (Ouzbékistan) de quatre individus dont deux adultes (sujets nos I et II). Ces corps morcelés présentent des articulations labiles en place : hanches (nos 1 et 4), pied (n° 3), cervicales et temporo-mandibulaires (n° 2), tandis que des articulations persistantes sont disloquées (genoux : nos 5 à 7)

(photo J. Bendezu-Sarmiento)

22Sur ce premier sujet, les restes d’un deuxième adulte (n° II), masculin, ont été déposés perpendiculairement (fig. 3) ; ce sont, en fait, les restes incomplets d’un sujet déposé sur le côté droit. La hanche droite est en connexion (fig. 3, n° 4). D’autres éléments osseux appartiennent à des adultes mais sont difficiles à attribuer à l’un ou l’autre des sujets (scapulas, côtes, humérus droit, partie distale d’un radius avec sa main gauche en connexion), sauf pour un certain nombre de vertèbres qui ne peuvent pas appartenir à l’individu I (qui les possède déjà toutes). En tout cas, il y a très peu de restes des membres supérieurs pour ces deux adultes. On peut proposer que le sujet II, qui porte des tra ces de morsure d'un carnivore sur la partie distale de la diaphyse fémorale droite, s'est décomposé temporairement à l’air libre (ou a été très peu protégé).

23Sur aucun ossement on ne peut voir de stries ou de traces de découpe (mais l’état de conservation est assez mauvais), alors même que le morcellement des corps est bien réel. Dans ce contexte, on ne peut qu’être frappé par le maintien de connexions labiles (vertèbres cervicales après C2, pied, main, coxo-fémorales, temporo-mandibulaire : nos 1 à 4), et en même temps par les désarticulations de connexions persistantes, comme celles des vertèbres lombaires et des genoux (n° 5 à 6), et les déplacements, forcément secondaires, qui auraient dû affecter au moins les connexions labiles. Ces observations suggèrent deux hypothèses complémentaires : les corps (au moins le sujet I) devaient être en partie momifiés avant leur déplacement ou celui de certains de leurs éléments ; c’est la seule façon d’expliquer les dislocations paradoxales que nous avons relevées. Enfin, une sélection de certains éléments anatomiques a été effectuée sur le premier lieu de dépôt (et de momification), en vue de l’inhumation finale dans cette fosse-silo (où décomposition et « squelettisation » sont intervenues), à moins que les éléments manquants aient disparu (emportés par des animaux, par exemple).

24Pour le moment, aucune zone dédiée à l’exposition des corps n’a été trouvée en Asie centrale pour l’âge du Fer mais nous nous demandons s’il n’existait pas des structures sur estrades de bois – comme les aranas iakoutes que la colonisation russe fit disparaître (Roux 1963) – qui, en protégeant les corps, permettaient leur dessiccation et/ou la disparition des chairs (avant que des « morceaux de corps » ne soient ramassés pour être déposés ailleurs).

Le site funéraire de Manihina (îles Marquises) et la momification polynésienne

25Le site funéraire de Manihina (Conte 2002) est installé sur une dune en bordure de mer, sur l’île de Ua Huka (archipel des Marquises, Polynésie française), sous un climat tout différent de celui des exemples précédents, chaud et humide (Ua Huka est à 700 km au sud de l’équateur). Cet ensemble date d’avant l’arrivée des premiers Européens qui ne découvriront le groupe Sud qu’en 1595 et le groupe des îles du Nord (dont Ua Huka) qu’en 1791 (la véritable colonisation/évangélisation et l’abandon des pratiques ancestrales ne datent que des années 1840) ; une date radiocarbone (calibrée) sur os humain place le site aux alentours du xve siècle ap. J.-C. Il regroupe une quarantaine de sujets humains, de tous les âges et des deux sexes, mais aussi une dizaine de cochons et deux chiens, également inhumés.

26Les gestes funéraires sont variés mais doivent être compris dans l’ensemble d’une chaîne opératoire mortuaire assez complexe (Sellier et al. 2007 ; Sellier 2013). On compte des inhumations individuelles en fosse, en coffre, en cercueil-pirogue mais aussi des inhumations doubles (simultanées), des sépultures secondaires et tout un ensemble d’interventions avant ou après le dépôt des corps, y compris la réouverture de certaines sépultures et le prélèvement d’éléments anatomiques divers (surtout les blocs crânio-faciaux). On observe parfois la rupture ou la dislocation complète de certaines articulations sans pourtant déceler aucune trace de découpe ou de dépeçage. On s'attendrait donc à constater une certaine logique dans la rupture de ces articulations, qui devrait à la fois correspondre à l’ancienneté de la décomposition (donc du dépôt) et concerner en priorité les articulations labiles, c’est-à-dire suivre l’ordre habituel repéré en général par tous les archéo-anthropologues (cf. supra). Pourtant nos observations témoignent, ici encore, d’un phénomène de dislocation en ordre paradoxal.

27La sépulture de l’adulte masculin SQ5 (fig. 4) présente des preuves indubitables de manipulation du cadavre. La mandibule et les trois premières vertèbres cervicales, comme l’humérus et le radius droits, sont isolées et, pour certaines, associées au contenu d’autres sépultures ; le bloc crânio-facial, totalement déconnecté, est en vue supérieure et très décalé à droite. Le reste de l’individu est majoritairement en connexion et la plupart des ossements sont dans une situation cohérente avec la position générale du sujet (un décubitus ventral avec une composante latérale gauche, les membres inférieurs fléchis et l’avant-bras gauche fléchi passant sous le thorax) et compatible aussi avec certains déplacements bien connus en espace vide (humérus gauche tourné en vue antérieure, scapula gauche comme glissée sous le thorax, etc.). La position de l’os coxal gauche (dont on voit bien la surface auriculaire : fig. 4, n° 7) est sans doute aussi à mettre en relation avec une réintervention sur le cadavre (Maureille & Sellier 1996). Mais le plus important pour notre propos est la coexistence paradoxale sur le même individu de connexions concernant des articulations labiles et de dislocations touchant des articulations réputées persistantes. Pour les premières, ce sont les articulations des deux mains (du côté droit, la main est encore en relation normale avec l’ulna alors que le coude est disloqué et que le radius a été déplacé), la coxo-fémorale gauche, les deux patellas et les deux pieds, sauf le talus et le naviculaire droits (fig. 4, nos 1 à 4) ; au nombre des articulations persistantes rompues, on compte l’atlanto-occipitale, le coude droit, la sacro-iliaque gauche, les deux talo-crurales et, du côté droit, la subtalienne et la talo-calcanéo-naviculaire (fig. 4, nos 5 à 8).

Fig. 4

Fig. 4

Dislocations paradoxales sur le sujet SQ5 de Manihina (Ua Huka, archipel des Marquises ; cxve s. ap. J.C.). Articulations labiles en connexion : la totalité des deux mains (1), la hanche gauche (2, « labile emboîtante »), les deux patellas (3), les tarsométacarpiennes (4). Articulations persistantes disloquées : atlanto-occipitale (5), coude droit (6), sacro-iliaque gauche (7), talo-crurale et talo-calcanéo-naviculaire droites (8)

(photo P. Sellier)

28Ces « dislocations paradoxales » (Maureille & Sellier 1996) sont bien pour nous le signe d’une inhumation différée de cet individu après un temps plus ou moins long où le cadavre était momifié ; cela a favorisé le maintien d’articulations en principe fragiles (une fois desséchées, les mains, par exemple, peuvent être très solides) et a permis la rupture de certains éléments trop chargés en fluides corporels (l’abdomen, certaines masses musculaires importantes, etc.). Cela peut paraître étonnant sous un climat plutôt chaud et humide mais cette pratique de momification des cadavres est très bien attestée par certains voyageurs européens. C’est une coutume qui n’est pas spécifique aux Marquises mais qui a été observée pratiquement dans toute la Polynésie. À Tahiti, par exemple, James Cook rapporte qu’il a visité, en août 1777, le fare tupapa’u (maison des morts) du chef tahitien du district de Taiarapu dont le cadavre momifié était vieux de vingt mois ; un autre voyageur européen a assisté au décès de ce personnage de haut rang (Beaglehole 1967 : 190-191). En 1792, George Tobin, le troisième maître de HMS Providence, lors du second voyage du capitaine William Bligh (le premier ayant été interrompu par la célèbre mutinerie de l’équipage de la Bounty) tient un journal personnel (Oliver 1988) et réalise une aquarelle du cadavre momifié d’un autre haut personnage décédé quatre mois auparavant. Pour les îles Marquises, cette pratique est particulièrement bien attestée par les premiers voyageurs ; malgré le climat, des préservations très longues sont aussi avérées (Linton 1925 ; Melville 1846) et il semble que la technique la plus courante ne fasse pas intervenir d’éviscération mais un long dessèchement du cadavre, à l’abri de la pluie sous un toit amovible en cas de besoin, doublé d’une application quotidienne d’huile de coco et parfois d’autres substances. La disposition finale des restes humains est également variée mais tend vers l’inhumation et la récupération de certains ossements (Handy 1923 ; Sellier 2013).

La clé des dislocations paradoxales

29En présence de restes réduits à des ossements, même sans aucun matériau organique, on peut donc tout de même reconnaître les signes d’une momification (naturelle ou non) préalable à l’inhumation (définitive ou non). C’est la coexistence de la rupture d’articulations réputées persistantes, conjointement au maintien des connexions de certaines articulations labiles, qui permet de proposer une telle hypothèse. Si, de plus, on constate des signes de déplacement de tout ou partie de l’individu inhumé, de pair avec le maintien, sur ces éléments mobilisés, d’articulations labiles, le diagnostic est d’autant plus assuré.

Haut de page

Bibliographie

Asingh P. & Lynnerup N. (eds.). 2007. Grauballe Man. An Iron Age Bog Body Revisited. Moesgaard, Højbjerg (Danmark), Moesgaard Museum/Jutland Archaeological Society (Jutland Archaeological Society Publications, 49).

Aufderheide A. C. 2003. The Scientific Study of Mummies. Cambridge (UK), Cambridge University Press.

Beaglehole J. C. (ed.). 1967. The Journals of Captain James Cook on his Voyages of Discovery. III. The Voyage of the Resolution and Discovery, 1776-1780. London, Cambridge University Press for the Hakluyt Society (Hakluyt Society Extra Series, 36), 2 vol.

Bendezu-Sarmiento J. 2007. De l’âge du bronze à l’âge du fer au Kazakhstan, gestes funéraires et paramètres biologiques. Identités culturelles des populations Andronovo et Saka. Paris, de Boccard (Mémoires de la Mission archéologique française en Asie Centrale, 12).

Bendezu-Sarmiento J. & Lhuillier J. Sous presse. « Sine sepulchro Cultural Complex of Transoxiana (between 1,500 and the middle of the 1st millennium BC). Funerary practices of the Iron Age in southern Central Asia: Recent work, old data, and new hypotheses », Archäologischer Mitteilungen aus Iran und Turan, 45.

Bendezu-Sarmiento J. & Mustafakulov S. Sous presse. « Nouvelles recherches sur la citadelle à Dzharkutan : résultats préliminaires », in: J. Bendezu-Sarmiento (dir.), Archéologie française en Asie centrale post-soviétique. Un enjeu sociopolitique et culturel. Paris, Éditions Petra (Cahiers d’Asie centrale, 21-22).

Conte É. 2002. « Current research on the Island of Ua Huka, Marquesas Archipelago, French Polynesia », Asian Perspectives, 41 : 258-268.

Ducourneau A. 1842. La Guienne historique et monumentale. Tome premier, première partie. Tome premier, deuxième partie. Bordeaux, Imprimerie de P. Coudert. my.yoolib.com/ad24/collection/1672-la-guienne-historique-et-monumentale (accès le 20.12.2012).

Duday H. 1990. « Observations ostéologiques et décomposition du cadavre : sépulture colmatée ou en espace vide », Revue archéologique du Centre de la France, 29 : 193-196.

Duday H. 2009. The Archaeology of the Dead. Lectures in Archaeo-thanatology. Oxford, Oxbow Books.

Duday H., Courtaud P., Crubézy É., Sellier P. & Tillier 1990. « L’anthropologie “de terrain” : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropo-logie de Paris, 2 (n.s.) : 29-49.

Duday H. & Guillon M. 2006. « Understanding the Circumstances of Decomposition When the Body is Skeletonized », in : A. Schmitt, E. Cunha & J. Pinheiro (eds.), Forensic Anthropology and Medicine. Complementary Sciences From Recovery to Cause of Death. Totowa, New Jersey, Humana Press : 117-157.

Duday H. & Sellier P. 1990. « L’archéologie des gestes funéraires et la taphonomie », Les Nouvelles de l’archéologie, 40 : 12-14.

Ferrus M. 1923. Les Momies de Saint-Michel. Bordeaux, Imprimeries Gounouilhou.

Garland A. N. & Janaway R. C. 1989. « The taphonomy of inhumation burials », in:  C. A. Roberts, F. Lee & J. Bintliff (eds.), Burial Archaeology: Current Research, Methods and Developments. Oxford, B.A.R (BAR British Series, 211) : 15-37.

Gersl (Groupe d’études et de recherches souterraines du Liban). 1994. Momies du Liban. Rapport préliminaire sur la découverte archéologique de ‘Asi-l-Hadat (xiiie siècle). Paris, Edifra.

Guillen S. 2003. « Keeping Ancestors Alive: The Mummies from Laguna De Los Condores, Amazonas, Peru », in: N. Lynnerup, C. Andreasen & J. Berglund (eds.), Mummies in a New Millenium. Proceedings of the 4th World Congress on Mummy Studies. Copenhagen : Greenland National Museum and Archives/Danish Polar Center : 162-164.

Handy E. S. C. 1923. The Native Culture in the Marquesas. Honolulu, Hawaii, Bernice P. Bishop Museum (Bernice P. Bishop Museum Bulletin, 9).

Hart Hansen J. J. & Gulløv H. C. (eds.). 1989. The mummies from Qilakitsoq - Eskimos in the 15th century. Copenhagen, Kommissionen for videnskabelige Undersøgelser i Grønland (Meddelelser om Grønland, Man & Society, 12).

Hertz R. 1907. « Contribution à une étude sur la représentation collective de la mort », in : É. Durkheim (dir.), L’Année sociologique, dixième année (1905-1906). Paris, Félix Alcan (Bibliothèque de philosophie contemporaine) : 48-137.

Koudounaris P. 2011. The Empire of Death. A Cultural History of Ossuaries and Charnel Houses. London, Thames & Hudson.

Linton R. 1925. Archaeology of the Marquesas Islands. Honolulu, Hawaii, Bernice P. Bishop Museum (Bernice P. Bishop Museum Bulletin, 23).

Maureille B. & Sellier P. 1996. « Dislocation en ordre paradoxal, momification et décomposition : observations et hypothèses », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 8 : 313-327.

Melville H. 1846 [1985]. Narrative of a Four Months’ Residence Among the Natives of a Valley of the Marquesas Islands; or, A Peep at Polynesian Life. London, John Murray. [1re éd. britannique, rééd. anastatique 1985 (sous le titre désormais courant de Typee), London : Kegan Paul Inc.]

Oliver D. L. 1988. Return to Tahiti. Bligh’s Second Breadfruit Voyage. Carlton (Victoria, Australia), Melbourne University Press at the Miegunyah Press.

Polosmak N. V. 2001. Vsadniki Ukoka. Novosibirsk, Infolio-Press.

Reiblich L. 2007. « Ein Tod, länger als das Leben — Lenin, Mao Evita », in: A. Wieczoreck, M. Tellenbach & W. Rosendahl (eds.), Mumien. Der Traum vom ewigen Leben. Mannheim, Reiss-Engelhorn-Museen/Mainz am Rhein, Verlag Philipp von Zabern : 172-179.

Rosendahl W. 2007. « Natürliche Mumifizierung — selten, aber vielfältig », in : A. Wieczoreck, M. Tellenbach & W. Rosendahl (eds.), Mumien. Der Traum vom ewigen Leben. Mannheim, Reiss-Engelhorn-Museen/Mainz am Rhein, Verlag Philipp von Zabern : 23-33.

Roux J.-P. 1963. La mort chez les peuples altaïques anciens et médiévaux (d’après les documents écrits). Paris, Adrien Maisonneuve.

Sarianidi V. I. 1998. Margiana and Protozoroastrism. Athens, Kapon.

Sellier P. 1990. « Anthropologie de terrain et gestes funéraires : le cimetière néolithique de Mehrgarh (Pakistan) », Les Nouvelles de l’archéologie, 40 : 19-21.

Sellier P. 1992. « The Contribution of Paleoanthropology to the Interpretation of a Functional Funerary Structure: the Graves from Neolithic Mehrgarh IB », in: C. Jarrige, J. P. Gerry & R. H. Meadow (eds.), South Asian Archaeology 1989. Madison (Wisconsin), Prehistory Press (Monographs in World Archaeology, 14) : 253-266.

Sellier P. 2013. « Le long processus technique de la chaîne opératoire funéraire des anciens Marquisiens », in : F. Valentin, I. Rivoal, C. Thevenet & P. Sellier (dir.), La chaîne opératoire funéraire : ethnologie et archéologie de la mort. Paris, de Boccard (Travaux de la Maison René-Ginouvès) : 36-37.

Sellier P., Murail P. & Conte E. 2007. « Compound funerary practices and final burial in ancient Marquesas as seen from Manihina (Ua Huka) ». Communication au colloque VIIth International Conference on Easter Island and the Pacific. Gotland University/Easter Island Foundation, Visby (Suède), 20-25 August 2007.

Thomas L.-V. 1980. Le cadavre. De la biologie à l’anthropologie. Bruxelles, Éditions Complexe.

van der Sanden W. 1996. Udødeliggjorte i mosen. Historierne om nordvesteuropæiske moselig. Amsterdam, Batavian Lion International.

Wieczoreck A., Tellenbach M. & Rosendahl W. (eds.). 2007. Mumien. Der Traum vom ewigen Leben. Mannheim, Reiss-Engelhorn-Museen/Mainz am Rhein, Verlag Philipp von Zabern (Publikationen der Reiss-Engelhorn-Museen, 24).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Vue de la crypte du clocher de l’église Saint-Michel de Bordeaux avec des cadavres conservés par momification naturelle
Crédits (dessin et lithographie de J. Philippe ; Ducourneau 1842 : 20-21)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2071/img-1.png
Fichier image/png, 745k
Titre Fig. 2
Légende Kourgane n° 3, nécropole d’Ak-Alakha-5 (d’après Polosmak, 2001 : pl. XIII). Les deux corps ont été déplacés par des pilleurs, laissant in situ une partie des membres inférieurs. Les articulations labiles des mains et des pieds (1 à 3) sont maintenues, malgré des déplacements importants (genoux, coudes, hanches, épaules), la rupture d’articulations persistantes (4 : lombo-sacrée ; 5 et 6 : genoux) et la fracture des os d’une jambe (7)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2071/img-2.png
Fichier image/png, 374k
Titre Fig. 3
Légende Sépulture secondaire plurielle n° 1034 de Dzharkutan (Ouzbékistan) de quatre individus dont deux adultes (sujets nos I et II). Ces corps morcelés présentent des articulations labiles en place : hanches (nos 1 et 4), pied (n° 3), cervicales et temporo-mandibulaires (n° 2), tandis que des articulations persistantes sont disloquées (genoux : nos 5 à 7)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2071/img-3.png
Fichier image/png, 377k
Titre Fig. 4
Légende Dislocations paradoxales sur le sujet SQ5 de Manihina (Ua Huka, archipel des Marquises ; c. xve s. ap. J.‑C.). Articulations labiles en connexion : la totalité des deux mains (1), la hanche gauche (2, « labile emboîtante »), les deux patellas (3), les tarso‑métacarpiennes (4). Articulations persistantes disloquées : atlanto-occipitale (5), coude droit (6), sacro-iliaque gauche (7), talo-crurale et talo-calcanéo-naviculaire droites (8)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2071/img-4.png
Fichier image/png, 331k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Sellier et Julio Bendezu-Sarmiento, « Différer la décomposition: le temps suspendu? », Les nouvelles de l'archéologie, 132 | 2013, 30-36.

Référence électronique

Pascal Sellier et Julio Bendezu-Sarmiento, « Différer la décomposition: le temps suspendu? », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 132 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/2071 ; DOI : 10.4000/nda.2071

Haut de page

Auteurs

Pascal Sellier

Cnrs, Umr 7041, ArScAn, équipe Ethnologie préhistorique, Maison archéologie et ethnologie, Nanterre,
pascal.sellier@mae.u-paris10.fr

Julio Bendezu-Sarmiento

Cnrs, Umr 7041, ArScAn, équipe Archéologie de l’Asie centrale, Maison archéologie et ethnologie, Nanterre,
julio.bendezu@mae.u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org