Navigation – Plan du site
Dossier

Introduction

Grégory Pereira
p. 3-7

Texte intégral

1Depuis une trentaine d’années, l’étude des comportements funéraires dans les sociétés du passé a bénéficié d’apports méthodologiques majeurs. La taphonomie du cadavre et, plus largement, les diverses approches développées dans le cadre de l’archéo-anthropologie ont fourni aux spécialistes des questions funéraires des clefs de lecture plus performantes pour comprendre l’organisation des pratiques mortuaires. Il n’est pas aujourd’hui d’étude des sépultures qui n’intègre des notions telles que la taphonomie du cadavre, l’analyse fine des vestiges en contexte ou le problème du recrutement des ensembles funéraires. Parmi les publications qui ont marqué ce développement (Duday & Masset 1987 ; Crubézy et al. 1990), on compte le numéro 40 des Nouvelles de l’archéologie (1990). Porté par Pascal Sellier et Claude Masset, le dossier auquel il était consacré présentait un large éventail d’approches groupées sous l’acception générale de paléo-anthropologie funéraire. Il exprimait une tendance qui a durablement marqué l’étude des sépultures, faisant des restes du défunt le point focal et l’objet de recherche privilégié de ces contextes.

2Après plus de vingt années, il n’est pas question de proposer une version actualisée de ce numéro, tant les champs qui y sont évoqués sont vastes et ont fait depuis l’objet de nombreux développements. Nous n’avons nullement la prétention de faire ici un état des lieux par ailleurs établi (Castex et al. 1996 ; Dutour et al. 2005). Si nous nous référons aujourd’hui à ce dossier, c’est parce que, dans les contributions que nous proposons, les restes humains sont toujours au centre de nos préoccupations. Cependant, ils ne sont, pour ainsi dire, que le prétexte ou, plus justement, les témoins privilégiés du véritable objet de nos études : l’ensemble des pratiques post mortem développées avant ou après la mise en place de la sépulture, lesquelles s’inscrivent dans un temps funéraire. Il s’agit donc plutôt de revenir sur une réflexion qui relève davantage de l’archéologie que de l’anthropologie biologique, et qu’un article publié par Jean Leclerc en 1990 avait notablement initiée. Tout naturellement, ce recueil d’articles consacrés au temps funéraire est dédié à sa mémoire, car ses réflexions n’ont cessé de fertiliser les recherches dans ce domaine.

3Notre dossier part d’un paradoxe : bien que résultant d’un processus dynamique, le témoin funéraire archéologique, souvent une sépulture, est conçu comme un ensemble statique en trois dimensions. Les développements méthodologiques dans l’étude des structures funéraires et de leur contenu permettent désormais d’avoir une image de plus en plus précise de la sépulture initiale. Cependant, pouvons-nous regarder au-delà ? Comment est-il possible d’introduire une quatrième dimension dans l’étude de ces vestiges, celle du temps funéraire ?

4L’interrogation peut paraître oiseuse ou ne relever que du seul défi tant cette dimension est difficilement accessible en archéologie. Il faut aussi reconnaître qu’elle a déjà été soulevée ici et là, à l’occasion de considérations théoriques ou au détour d’une interprétation. Toutefois, elle n’a pas, à notre connaissance, été posée en tant que telle et elle est bien trop souvent oubliée, la sépulture, même fidèlement restituée, étant perçue comme un instantané. En cela, il n’est pas inutile de mettre la question en exergue et de montrer, à travers un certain nombre d’exemples, comment elle peut être envisagée. C’est à notre avis d’autant plus important que, précisément – et paradoxalement encore –, cette partie de l’iceberg, immergée pour nous, était « visible » pour les sociétés que nous étudions. C’est dans la dimension du temps funéraire que se jouaient et s’exprimaient les relations entre le mort et la société.

5Les pratiques funéraires sont vues comme une séquence de gestes et de comportements codifiés organisés dans le temps – en d’autres termes, une chaîne opératoire – dont le but est d’assurer le devenir spirituel et matériel des morts. Ce que nous cherchons à pister concerne donc moins la sépulture proprement dite que les moments qui précèdent ou suivent sa mise en place. C’est cependant à l’intérieur ou à proximité de cette sépulture qu’il nous faut chercher les témoins de ces étapes.

  • 1  La notion de mort est éminemment variable culturellement et le moment où la mort est effectivement (...)

6Mais si la notion de temps funéraire ne fait pas débat en tant que telle, la limite assignée à ce temps et son découpage interne sont en revanche plus discutés. Le début du temps funéraire ne pose a priori pas de problème puisque la réalité de la mort biologique finit toujours par s’imposer1, mais sa fin est source d’éternelles discussions tant les définitions du terme « funéraire » (Boulestin & Duday 2005 : 21 ; Boulestin 2012) et son usage relèvent d’acceptions plus ou moins étendues.

7Dans le cas présent, et puisqu’il s’agit d’honorer la mémoire de Jean Leclerc, c’est à sa conception du temps funéraire que nous nous référerons : « Après avoir traversé le temps des funérailles et le temps du deuil, c’est seulement en entrant dans le temps de l’oubli que les restes humains sortent véritablement du temps funéraire » (Leclerc 1990 : 17). Il s’agit donc d’une notion large qui a le mérite d’inclure une gamme étendue de gestes et qui peut être abordée, non sans difficultés, sur la base des documents archéologiques.

8Le second problème qu’implique cette notion de temps funéraire est celui de son découpage. Il tient avant tout à la corrélation entre les données archéologiques et celles issues d’autres sources d’information. À cet égard, l’approche archéologique a fréquemment, et de façon plus ou moins explicite, recours à deux référentiels incontournables :

  • celui de la biologie (Fig. 1) qui, sous le terme de taphonomie (Lyman 1994), se réfère à l’ensemble des changements qui affectent l’organisme après la mort et dont les premières phases, connues sous le terme de thanatomorphose, sont bien documentées par la médecine légale (Thomas 1980 : 14-30 ;  Charlier & Durigon 2008) ;

    • 2  Située entre la mort et les funérailles, cette période est souvent limitée dans le temps, sauf dan (...)

    celui de l’anthropologie sociale (fig. 2) qui, à travers des sources variées (ethnographie, sociologie, histoire…), s’attache avant tout à la dimension rituelle et sociale des pratiques funéraires. Des notions comme les funérailles, uniques ou en plusieurs temps, ou le deuil en sont issues (Hertz 1907) et sont régulièrement évoquées dans les écrits des archéologues (Leclerc 1990 ; Boulestin & Duday 2005). La structure ternaire des rites funéraires, assimilés à une forme de rite de passage (Hertz 1907 ; Van Gennep 1909 ; Thomas 1985), a elle aussi connu un certain écho chez les spécialistes de l’archéologie de la mort – anglo-saxons plutôt que francophones d’ailleurs. Dans le schéma que nous présentons figure 2, il nous a semblé nécessaire d’ajouter deux autres étapes situées en amont et en aval : celle marquée par les rites de « retenue du mort » (Thomas 1985 : 141)2 et celle qui correspond aux commémorations.

Fig. 1

Fig. 1

Perspectives bilogiques de l’évolution post mortem des restes humains

Fig. 2 

Fig. 2 

Perspectives de l’anthropologie sociale concernant les divisions des temps funéraires

Fig. 3

Fig. 3

Perspectives archéologiques proposées

  • 3  Fait funéraire qui, bien évidemment, doit être argumenté et ne pas être confondu avec d’autres pra (...)

9Par l’étude des restes humains dans un contexte qui résulte d’un fait funéraire3, il semble légitime de tenter de raccorder les faits archéologiques à ces deux séquences. La référence à la première offre la possibilité d’ordonner les faits archéologiques dans le temps et d’envisager l’état du mort au moment où tel ou tel geste a été exécuté. Le développement important des approches taphonomiques au cours de ces trente dernières années fournit de nombreuses clefs pour aborder ces questions. En revanche, il n’est guère aisé de corréler les étapes du temps funéraire telles qu’elles sont conçues par les vivants – et dont rendent compte sociologues, ethnologues et historiens – avec celles qui président à la transformation des restes et auxquelles les archéologues ont un accès privilégié. Certes, plusieurs auteurs ont souligné le fréquent parallèle entre les changements d’état de la dépouille et les étapes du rite funéraire (Hertz 1907 ; Thomas 1980, 1985). Si l’évolution du cadavre est un facteur essentiel des pratiques funéraires, les contre-exemples sont trop nombreux pour conclure à un lien direct et univoque entre les états successifs du corps plus ou moins modifiés par l’action humaine et les étapes des rites funéraires. La perspective de l’anthropologie sociale ne peut donc être plaquée directement sur les faits archéologiques. Les relations entre les deux domaines doivent faire l’objet d’une discussion au cas par cas.

10En définitive, les perspectives de l’archéologie de la mort sont étroitement liées aux sources dont elle dispose. Elle ne voit que les pratiques funéraires qui ont laissé des traces matérielles. Mais elle a la chance d’avoir accès à l’un des principaux personnages de ces rites, le mort, dont la transformation inéluctable est la source d’innombrables pratiques et comportements. L’approche archéologique – et c’est peut-être là son originalité – rend compte d’une relation essentielle : celle, plus ou moins investie, durable, complexe et changeante que les membres d’une société donnée entretiennent avec les restes de leurs défunts.

11Dans le présent dossier, on proposera une mise en séquence du temps funéraire tenant compte des grandes phases d’évolution des restes humains. On pourra ainsi distinguer au moins trois temps (fig. 3) :

  • 1. le temps du cadavre,

  • 2. le temps des transformations,

  • 3. le temps des ossements.

12Cette segmentation peut paraître a priori un peu simple, mais elle ne constitue en fait qu’un point de départ et offre certains avantages dans le cadre de notre démarche archéologique. D’une part, parce qu’elle s’appuie sur un processus – les états successifs de la dépouille induits par des conditions naturelles et surtout culturelles –, donc sur une temporalité qu’il est possible d’appréhender à travers les restes. D’autre part, parce que les pratiques funéraires influent plus ou moins fortement sur la durée de ces étapes, par le recours à des procédés divers. Enfin, parce que ces diverses étapes sont souvent, quoique pas toujours de façon stricte, corrélées à des changements significatifs dans les attitudes des survivants. Quand manipule-t-on le mort ? De quelle manière ? Quand les restes ou les lieux qui les reçoivent cessent-ils d’être le support d’expres-sion de l’individualité du défunt ? Quand cessent-ils d’être le support d’un culte aux morts ? Il existe, pour chacune de ces -questions, une multitude de réponses possibles qui, de façon plus ou moins directe, nous renseignent sur l’appréhension de la mort par les sociétés anciennes.

13Bien que les restes humains constituent la colonne vertébrale de cette approche, celle-ci ne saurait s’en contenter. Elle ne prend de sens qu’en intégrant l’ensemble des éléments du contexte dans lequel ils s’inscrivent. De la stratigraphie au mobilier, de l’architecture aux témoins localisés au-dessus ou autour des tombes, c’est évidemment par l’étude conjointe de ces éléments constitutifs du contexte archéologique que l’on peut espérer retrouver ces attitudes anciennes face à la mort.

14Le présent dossier a été organisé en fonction des trois temps définis plus haut. Dans le temps du cadavre, on recherchera les indices qui permettent d’appréhender les soins qui lui ont été prodigués, lesquels sont souvent antérieurs aux funérailles (préparation du corps, présentation), mais peuvent aussi intervenir tout au long de celles-ci (transport du corps, disposition dans la tombe).

  • 4  Au sens de « l’ensemble des accessoires, produits, objets qui servent à se parer », TLF.

15Les deux premiers articles abordent la toilette4 du défunt et exposent les perspectives offertes par certains mobiliers. Jean-Gabriel Pariat et Florence Dussère soulignent l’apport des objets métalliques dont la corrosion est susceptible de « piéger » des éléments périssables. Les informations obtenues à partir d’un ensemble funéraire de l’âge du Fer ouvrent des perspectives nouvelles pour aborder une question a priori inaccessible à l’archéologie : le vêtement du mort. Pour sa part, Sandrine Bonnardin se penche sur la place de la parure funéraire dans le discours des archéologues et montre, à travers quelques exemples néolithiques, que ces objets peuvent relever de pratiques et d’usages funéraires bien distincts.

16L’article de Corinne Thevenet étudie les implications des contenants mobiles de type cercueil sur le déroulement des pratiques présépulcrales (exposition ou occultation du cadavre, transport). Constatant l’existence, dès le Néolithique ancien allemand, d’indices taphonomiques attribuables à ce genre de contenants, elle propose de lier cette innovation à un changement des pratiques touchant au cadavre.

17Dans un tout autre registre, Dominique Castex et Sacha Kacki s’interrogent sur les implications présumées des crises de mortalité épidémiques sur le temps funéraire et, plus précisément, sur celui qui touche au cadavre. Dans l’imaginaire collectif, ces événements ont été associés à une gestion expéditive des morts. Les recherches archéologiques récentes nuancent considérablement cette image.

18La seconde partie du dossier regroupe trois articles où l’accent est mis cette fois sur quelques procédés liés à la transformation du cadavre frais, constamment menacé par la décomposition, en un élément stable et durable.

19Pascal Sellier et Julio Bendezu-Sarmiento traitent de la momification qui a été utilisée dans de nombreuses parties du monde afin de limiter durablement ou temporairement la dégradation du cadavre. Ils montrent en particulier que, dans plusieurs cas, ces procédés n’ont pas été définitifs et que certains indices taphonomiques permettent de détecter leur existence.

20Les deux articles suivants illustrent, au contraire, les procédés utilisés pour accélérer la destruction des parties molles. C’est à partir des vestiges issus de la culture capsienne que Louiza Aoudia-Chouakri restitue, par l’étude des traces visibles sur les os, une séquence complexe de gestes impliquant le démembrement, le décharnement et, enfin, la transformation artificielle de certaines portions du squelette.

21Isabelle Le Goff évoque, quant à elle, la complexité des gestes et des fonctions du bûcher funéraire. Derrière une fonction technique simple a priori (la destruction du cadavre) se cache une grande variété de pratiques qui vont au-delà de la seule crémation. Les témoins archéologiques et ethno-archéologiques invitent à interroger autrement les vestiges.

22La dernière section du dossier s’intéresse aux pratiques qui interviennent alors que la transformation du cadavre en ossements « purs et durs » s’est déjà produite. Ces dernières correspondent, pour certaines, à l’issue du rite de passage et leur insertion dans le temps funéraire est discutée (Boulestin & Duday 2005 : 21). Dans la perspective adoptée ici, elles en font bel et bien partie, même si les formes que peuvent prendre les pratiques commémoratives sont bien différentes. Quoi qu’il en soit, c’est ici la question de la mémoire et de son négatif, l’oubli, qui est posée. Aspect difficile à cerner tant il recouvre de formes et de supports matériels et immatériels variés.

23Sur cette question, le cas des enclos funéraires de Pompéi présenté par Henri Duday et William Van Andringa offre un contexte d’étude exceptionnel par la richesse des données recueillies, autant dans les tombes que sur les espaces superficiels qui les entouraient. Les auteurs démontrent combien cette mémoire des morts, pour un même ensemble et une même période, peut se décliner en une multitude de manifestations matérielles.

24Dans les sociétés où aucun témoignage autre qu’archéologique ne nous est parvenu, les indices sont plus maigres et l’interprétation des faits archéologiques plus délicate. La traduction matérielle de la mémoire des morts n’en reste pas moins perceptible et montre des configurations si différentes qu’il est légitime de s’interroger sur leurs significations.

25Les crânes surmodelés du Proche-Orient néolithique sont emblématiques des débats que peuvent susciter ces témoins. Du crâne de l’ancêtre au crâne-trophée de l’ennemi, c’est toujours la volonté de perpétuer la mémoire au-delà de la disparition des chairs qui est en jeu. Proposant un état des lieux sur ce point, Fanny Bocquentin souligne les interprétations contradictoires qu’il suscite et insiste sur les lacunes documentaires qui entravent le débat.

26L’article signé par Frédérique Valentin, Grégory Pereira et Jennifer Kerner revient sur le thème de ce que les ethnologues ont appelé les « funérailles en deux temps ». Moins étudiés que les dépôts dits « secondaires », les dépôts primaires où des indices de prélèvement ont été observés sont ici au centre de l’attention. La discussion suscitée par différents exemples archéologiques permet de nuancer l’idée selon laquelle le premier lieu de dépôt, souvent qualifié de dépôt provisoire, perdrait toute signification aux yeux des survivants après que les prélèvements ont été effectués.

27La dernière contribution du dossier soulève le problème de la frontière, difficile à tracer, entre la mémoire et l’oubli. Sur la base des données, maintenant nombreuses, issues des sépultures collectives néolithiques du nord de la France, Arnaud Blin et Philippe Chambon proposent d’examiner le passage plus ou moins rapide, souvent progressif, qui sépare le souvenir du mort dans son identité individuelle de la déshumanisation ou réification des restes, dernier terme de l’oubli. L’importance qu’ont pu occuper les monuments funéraires de cette époque dans la mémoire collective est ici posée.

Fig. 4

Fig. 4

Jean Leclerc sur la fouille de Bazoches-sur-Vesles, 1990

(fonds photographique Jean Leclerc)

28Au regard de l’ampleur du sujet traité, ces onze contributions ne prétendent en aucune façon faire le tour de la question. Elles ne constituent qu’un aperçu des possibilités. Mais nous espérons qu’elles pourront rendre compte de la richesse des questions que permet de poser cette approche du temps funéraire, comprise comme une étude dynamique des interactions entre la société et les restes matériels liés à leurs défunts. La voie ouverte par Jean Leclerc mérite d’être suivie, et poursuivie après lui.

Haut de page

Bibliographie

Boulestin B. 2012. « Champ de la discipline : concepts et mise en œuvre », in : L. Bonnabel (éd.), Archéologie de la mort en France. Paris, La Découverte : 25-41.

Boulestin B. & Duday H. 2005. « Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire », in : C. Mordant & G. Depierre (éd.), Les Pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France. Actes de la table ronde de Sens-en-Bourgogne, 10-12 juin 1998. Paris/Sens, Comité des travaux historiques et scientifiques/Société archéologique de Sens : 17-30.

Castex D., Courtaud P., Sellier P., Duday H. & Bruzek J. (dir.). 1996. Les ensembles funéraires. Actes du colloqueMéthodes d’étude des sépultures”, Gujan-Mestras, Gironde, 27-29 septembre 1995. Société d’anthropologie de Paris, Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, nouvelle série, tome 8, n° 3-4.

Charlier P. & Durigon M. 2008. « L’apport de la médecine légale à la paléopathologie », in : P. Charlier (éd.), Ostéo-archéologie et techni-ques médico-légales. Tendances et perspectives. Pour un “manuel de paléopathologie humaine”. Paris, De Boccard : 55-69.

Crubézy É., Duday H., Sellier P. & Tillier A.-M. (dir.). 1990. Anthropologie et archéologie : dialogue sur les ensembles funéraires : actes de la Réunion organisée par la Société d’anthropologie de Paris au Musée d’Aquitaine les 15 et 16 juin 1990. Société d’anthropologie de Paris, Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, nouvelle série, tome 2, n° 3-4.

Duday H. & Masset C. 1987. Anthropologie physique et archéologie : méthodes d’étude des sépultures. Actes du colloque de Toulouse, 4-6 novembre 1982. Paris, Éditions du Cnrs.

Dutour O., Hublin J.-J. & Vandermeersch B. (dir.). 2005. Objets et méthodes en paléoanthropologie. Paris, Comité des travaux historiques et scien--tifiques.

Hertz R. 1907. « Contribution à une étude sur la représentation collective de la mort », Année sociologique, tome X : 43-137.

Leclerc J. 1990. « La notion de sépulture », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, tome 2, n° 3-4 : 13-18.

Lyman L. R. 1994. Vertebrate taphonomy. Cambridge, Cambridge University Press (Cambridge Manuals in Archaeology).

Sellier P. & Masset C. 1990. « La paléoanthropologie funéraire », Les Nouvelles de l’archéologie, 40 : 5-48.

Thomas L.-V. 1980. Le cadavre : de la biologie à l’anthropologie. Bruxelles, Éditions Complexe.

Thomas L.-V. 1985. Rites de mort : pour la paix des vivants. Paris, Fayard.

Van Gennep A. 1909. Les rites de passage. Paris, Nourry.

Haut de page

Notes

1  La notion de mort est éminemment variable culturellement et le moment où la mort est effectivement reconnue et prise en charge par la société ne coïncide pas forcément avec la mort biologique, mais cette dernière demeure bien sûr la condition sine qua none du commencement des rites funéraires.

2  Située entre la mort et les funérailles, cette période est souvent limitée dans le temps, sauf dans le cas de la momification ; elle est marquée par les rites (toilette, habillement, veillée, exposition du cadavre) qui feignent de retenir le mort dont l’apparence n’a pas encore été défigurée par la décomposition. L. V. Thomas utilise curieusement le terme de « rites d’oblation » pour qualifier ces pratiques.

3  Fait funéraire qui, bien évidemment, doit être argumenté et ne pas être confondu avec d’autres pratiques impliquant la mort (cf. Boulestin 2012 : 26-31).

4  Au sens de « l’ensemble des accessoires, produits, objets qui servent à se parer », TLF.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Perspectives bilogiques de l’évolution post mortem des restes humains
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2064/img-1.png
Fichier image/png, 39k
Titre Fig. 2 
Légende Perspectives de l’anthropologie sociale concernant les divisions des temps funéraires
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2064/img-2.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 3
Légende Perspectives archéologiques proposées
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2064/img-3.png
Fichier image/png, 43k
Titre Fig. 4
Légende Jean Leclerc sur la fouille de Bazoches-sur-Vesles, 1990
Crédits (fonds photographique Jean Leclerc)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/2064/img-4.png
Fichier image/png, 256k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Pereira, « Introduction », Les nouvelles de l'archéologie, 132 | 2013, 3-7.

Référence électronique

Grégory Pereira, « Introduction », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 132 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/2064

Haut de page

Auteur

Grégory Pereira

Cnrs, Umr 8096, ArchAm,
gregory.pereira@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org