Navigation – Plan du site
Dossier

Les archives de l’équipe « Protohistoire européenne, de la sédentarisation à l’État » (Maison René Ginouvès, archéologie et ethnologie)

Élisabeth Bellon et Aurélie Montagne-Bôrras

Texte intégral

Les archives scientifiques de la Maison René-Ginouvès

1La Maison René-Ginouvès, membre du réseau national des Maisons des sciences de l’homme, relève du Centre national de la recherche scientifique (Cnrs) et des universités de Paris-X et Paris-I. Créée en 1996 sur le campus de l’université de Paris-X- Nanterre, elle associe archéologie, préhistoire et protohistoire, ethnologie et sociologie comparative, histoire ancienne et médiévale. Les chercheurs travaillent sur tous les continents, de la préhistoire à l’époque contemporaine.

2Depuis 2000, la Maison René-Ginouvès dispose d’une structure d’archivage collectif, le service des archives scientifiques, dont la mission est de gérer les archives des unités, des équipes de recherche et des chercheurs. Il assure leur collecte, leur traitement – classement, tri et élimination, analyse archivistique –, leur conservation matérielle, la réalisation des inventaires, la communication des documents et la valorisation des fonds. En étroite collaboration avec les personnes rattachées à la Maison (chercheurs, enseignants chercheurs, Ita – ingénieurs, techniciens et administratifs) et avec la direction des Archives de France, il constitue des outils prévisionnels de gestion d’archives.

3Une majorité des unités et des équipes de recherche existantes correspond à d’anciens laboratoires créés pour la plupart dans les années 1970 et restructurés peu après leur rattachement à la Maison René-Ginouvès. Les archives anciennes, alors stockées dans les locaux des unités, ont été successivement confiées au service des archives et des documents plus récents sont venus compléter les fonds déposés. À ce jour, il conserve vingt fonds historiques dont la chronologie s’échelonne principalement des années 1950 à nos jours. La volumétrie globale est d’environ 200 mètres linéaires. Les fonds ont été déposés par des unités d’archéologie, des équipes ou des chercheurs archéologues. Les locaux de stockage étant saturés, la collecte est momentanément interrompue et de nombreux fonds sont par conséquent en attente de versement.

4Les ensembles conservés peuvent être regroupés en différentes catégories à partir des activités de leurs producteurs. Une première catégorie est représentée par les -documents de terrain produits au cours des fouilles et des prospections, et issus en majorité d’opérations conduites dans le cadre de missions archéologiques françaises à l’étranger, principalement au Proche et Moyen-Orient, depuis les années 1950 jusqu’à nos jours. Ces archives (carnets de terrain, relevés, photographies de terrain…) sont principalement réutilisées par les archéologues eux-mêmes qui reviennent vers les données «  brutes », parfois bien longtemps après la publication des résultats des recherches et souvent avec l’objectif de réinterpréter ces informations à la lumière des progrès de la recherche. À terme, elles peuvent intéresser l’historien de l’archéologie qui étudie, par exemple, l’évolution des techniques de fouilles et l’élaboration des hypothèses scientifiques. Une deuxième catégorie de documents, qui est souvent en lien direct avec la première, témoigne des différentes étapes du travail de l’archéologue sur ses thématiques d’étude  : les rapports scientifiques, les textes de projet, les textes préliminaires de publication, la documentation rassemblée, etc. sont révélateurs des démarches intellectuelles d’un chercheur ou d’une équipe et contribuent ainsi à retracer l’évolution de la discipline. La correspondance scientifique constitue souvent un ensemble matériellement important dans les fonds. Elle permet d’étudier, en particulier, les réseaux de recherche et les filiations. Les dossiers liés aux actions de communication des connaissances auprès de la communauté scientifique, des étudiants ou du grand public apportent de précieux renseignements sur les pratiques des chercheurs en matière de transmission de leur savoir. Les fonds contiennent aussi des documents liés à l’organisation et à la gestion de la recherche. À cette catégorie d’archives peuvent être rattachés les dossiers issus de la participation d’un chercheur à des missions d’expertise dans ce domaine auprès des établissements de recherche. Directement en lien avec les archives qui en sont issues, ils contribuent à la connaissance du fonctionnement institutionnel de la recherche en général.

5Les archives de l’équipe «  Protohistoire européenne, de la sédentarisation à l’État » témoignent de l’activité d’un laboratoire d’archéologie, rattaché au Cnrs et à l’université de Paris-I, depuis les années 1970 jusqu’à nos jours. Peu après sa venue à la Maison René-Ginouvès en 1997, l’unité est devenue une équipe de l’unité mixte de recherche Umr 7 041 «  Archéologies et sciences de l’antiquité » sous la direction d’Anne-Marie Guimier-Sorbets. Ses archives ont été déposées principalement par Anick Coudart et Jean-Paul Demoule, qui y ont été rattachés dès sa création et qui en ont assuré la direction entre 1993 et 2004.

Histoire de l’équipe «  Protohistoire européenne »

6L’équipe «  Protohistoire européenne, de la sédentarisation à l’État » est fondée en 1973 par Bohumil Soudsky (1922-1976), professeur de protohistoire à l’université de Paris-I. Dès l’origine, l’unité (Ura 12) est intégrée au centre de recherches archéologiques du Cnrs. Parallèlement, en 1973, il crée le centre de recherches protohistoriques (université de Paris-I) auquel elle est associée. Alors que le Néolithique du nord de la France était encore peu étudié, B. Soudsky met en place en 1972 le premier enseignement de protohistoire à l’université de Paris-I et le programme de sauvetage archéologique de la vallée de l’Aisne. Il va ainsi développer une méthodologie de recherche novatrice, tant au niveau des recherches de terrain (méthodologie des sauvetages et des grands décapages), qu’au niveau des méthodes de traitement et d’analyse des données archéologiques. Après sa mort en 1976, l’unité, dirigée par Gérard Bailloud, étend progressivement son champ d’activités. Des chantiers sont ouverts dans d’autres régions et, dans le même temps, les chercheurs s’intéressent aux périodes plus récentes de la protohistoire (âges des métaux). À partir de la seconde moitié des années 1980, les terrains sur lesquels travaillent les chercheurs sont de plus en plus nombreux  : le Bassin parisien (vallée de l’Aisne, confluence Seine-Yonne ou Bassée, bassin moyen de la Seine, vallée de l’Eure, basse vallée de la Marne, confluence Seine-Marne, vallée de la Loire)  ; la Belgique moyenne  ; le Poitou  ; le Jura  ; la Nouvelle-Guinée et la péninsule Balkanique. Parallèlement à cet élargissement, l’équipe développe des problématiques plus générales comme la «  Néolithisation de l’Europe », le «  Développement des sociétés complexes et hiérarchisées », la «  Définition des entités culturelles », les «  Théories de l’organisation et du changement social », l’«  Analyse de l’espace ». Dans les années 1990, l’unité, d’abord dirigée par Patrice Brun à partir de 1989, puis, par Anick Coudart et Jean-Paul Demoule dès 1993, poursuit ses recherches sur les mêmes thématiques alors que le nombre de membres s’accroît. Néanmoins, de nombreux chercheurs ne bénéficient que de contrats précaires.

7Dès sa création, l’équipe travaille à la constitution d’une documentation bibliographique protohistorique qui deviendra un instrument de recherche sans équivalent en France. Ses activités documentaires portent aussi sur la constitution de nombreuses collections (diathèque, collections de référence…) et de bases de données.

8Les membres mènent des activités d’enseignement et de formation, principalement à l’université de Paris-I. Par ailleurs, des stages de fouilles sont régulièrement organisés pour les étudiants sur les sites de la vallée de l’Aisne, devenus ainsi des chantiers-écoles.

9L’équipe s’investit fortement dans des actions de diffusion auprès du grand public  : elle participe à l’organisation de nombreuses expositions, à des tournages de films, et publie des ouvrages de vulgarisation.

10Enfin, certains membres de l’Ura 12, en particulier Jean-Paul Demoule et Anick Coudart, s’intéressent à la politique de la recherche. Face aux problèmes liés à l’archéologie de sauvetage, l’équipe s’engage au niveau concret du terrain avec le programme de la vallée de l’Aisne, et au niveau de formes plus générales d’actions et de réflexion au sein des institutions. À partir de la fin des années 1980, la politique et l’histoire de la discipline deviennent l’un des thèmes de recherche privilégiés.

Composition du fonds d’archives

11Il représente une volumétrie totale de 10 mètres linéaires (83 cartons). Les documents s’échelonnent de 1970 à 2004. Les archives, accumulées depuis plus de trente ans dans les bureaux de l’unité, ont fait l’objet de plusieurs versements au service des archives de la Maison René-Ginouvès, entre 2000 et 2006. Le classement du fonds, sa description, la rédaction de l’inventaire ont été réalisés entre 2005 et 2006, grâce à un financement du réseau Area «  Archives de l'archéologie européenne ».

12Les ensembles d’archives, constitués principalement à partir des types d’activités de l’équipe, puis suivant un classement globalement chronologique, sont au nombre de neuf.

13Le premier regroupe des dossiers de préparation de publication (manuscrits, dessins et notes) produits par Bohumil Soudsky entre 1970 et 1976.

14Le deuxième (9 cartons, 1,10 mètre linéaire) contient les archives relatives à la création et au renouvellement de l’équipe, les programmes et rapports d’activités, les comptes rendus des réunions de l’équipe et des conseils du centre de recherches archéologiques. Les documents s’échelonnent de 1973 à 2001.

15Les cartons suivants, d’une volumétrie de près de 4 mètres linéaires, rassemblent essentiellement les archives des programmes  : «  Sauvetage archéologique de la vallée de l’Aisne » (1972-2004) et «  Archéologie en Belgique moyenne /Hainaut » (1977-2002). Des documents relatifs au programme «  Politique de l’archéologie nationale » (1971-1999) complètent cet ensemble.

16Les archives relatives au «  Sauvetage archéologique de la vallée de l’Aisne » représentent un quart de la volumétrie totale du fonds. On distingue la documentation (notes d’enquête, publications, notes de travail) réunie par l’équipe au début des fouilles  ; les rapports de fouilles  ; les dossiers relatifs à divers programmes de recherche  ; les comptes rendus des réunions de l’équipe de fouilles  ; les dossiers relatifs à la gestion des locaux de fouilles  ; les documents concernant l’organisation de stages de formation en archéologie  ; la correspondance entre l’équipe de la vallée de l’Aisne et ses nombreux partenaires scientifiques et institutionnels.

17Le programme «  Archéologie en Belgique moyenne /Hainaut », dirigé entre 1977 et 2002 par Claude Constantin et Laurence Burnez-Lanotte, est représenté par les rapports de fouilles et les dossiers de comptes annuels.

18Les archives relatives au programme «  Politique de l’archéologie nationale » constituent 10  % du fonds (1 mètre linéaire, 9 cartons). Les dossiers contiennent en particulier des rapports et des textes de réflexion sur la politique de l’archéologie nationale, réunis principalement au cours des années 1980. Plusieurs sont consacrés spécifiquement à la politique de l’archéo-logie au Cnrs et de l’archéologie préventive. Ils témoignent des différentes crises liées aux réformes de l’archéologie en France. Cet ensemble est complété par des dossiers issus de la participation des membres de l’équipe à des congrès sur la politique de l’archéologie en France et en Europe.

19Les cartons suivants (0,55 mètre linéaire) font état de la participation de l’équipe à divers groupes de recherche entre 1973 et 1995  : par exemple, le groupe de recherche informatique et archéologie (Gria) entre 1973 et 1982, le groupe de travail sur le Néolithique du Bassin parisien dirigé par Claude Constantin entre 1980 et 1995, le groupement de recherche (Gdr) «  Terrains et théorie en archéologie » dirigé par Jean-Louis Huot entre 1984 à 1995.

20Trois cartons représentant 0,30 mètre linéaire rassemblent les archives des expositions auxquelles l’équipe a participé entre 1973 et 1993, pour la plupart consacrées aux recherches dans la vallée de l’Aisne.

21Plusieurs dossiers (5 cartons, 0,50 mètre linéaire) sont liés aux congrès et aux séminaires scientifiques organisés par l’équipe entre 1980 et 1999, et plus spécifiquement aux conférences de Jean-Paul Demoule et d’Anick Coudart.

22Quelques dossiers (1 carton, 0,10 mètre linéaire) contiennent des textes préparatoires et des notes liés à des projets de publication dont la plupart semblent inédits. Les documents s’échelonnent de 1976 à 1995.

23Les documents relatifs aux missions de conseil et d’expertise conduites par Anick Coudart et Jean-Paul Demoule sont répartis dans 13 cartons (1,65 mètre linéaire). Certains dossiers témoignent de la participation d’Anick Coudart à la revue Les Nouvelles de l’archéologie qu’elle dirigea de 1985 à 1988 puis de 1993 à 2001. D’autres sont liés aux activités de Jean-Paul Demoule, chargé de mission auprès du département des sciences de l’homme et de la société du Cnrs entre 1983 et 1986, puis membre du Conseil supérieur de la recherche archéologique entre 1990 et 1992.

24Le dernier ensemble d’archives conservées dans 11 cartons (1,20 mètre linéaire) concerne les relations administratives et scientifiques de l’équipe entre 1971 et 1999. Des correspondances, divers textes de projets, rapports et comptes rendus de réunion témoignent des relations entretenues principalement avec les tutelles (Cnrs, université de Paris-I), avec des chercheurs français et étrangers, des éditeurs et la presse.

Le programme de sauvetage archéologique de la vallée de l’Aisne  : l’apport des archives à l’histoire de l’archéologie préventive

25Les archives du programme de sauvetage archéologique de la vallée de l’Aisne (1972-2004) témoignent de la mise en place d’un projet de recherche de grande envergure s’appuyant sur des fouilles en partie financées par le département. La genèse de ce programme se situe au début de l’explosion du nombre des fouilles de sauvetage, à un moment où la multiplication des grands travaux menaçait, comme jamais auparavant, les vestiges archéologiques de la France.

26Les documents permettent de suivre le fonctionnement du programme pendant plusieurs décennies et, en particulier, les différentes actions de partenariats mises en œuvre. Elles concernent principalement le financement et l’organisation des fouilles, l’obtention de locaux de recherche dans le département et la valorisation de l’archéologie dans l’Aisne.

27L’objectif du programme de recherche archéologique dans la vallée de l’Aisne était d’entreprendre des fouilles systématiques de la vallée afin de reconnaître et d’expliquer les changements du mode de vie et du mode d’occupation à l’échelle du village et de la région, depuis l’installation des premiers paysans sédentaires (5000 av. J.-C.), l’apparition des -formations étatiques de l’âge du bronze et surtout de l’âge du fer, jusqu’à la fin de l’indépendance gauloise (vers 20 av. J.-C.).

28Depuis 1967, la vallée de l’Aisne faisait l’objet d’une surveillance systématique organisée par l’office du tourisme du département de l’Aisne. Ce département allait être le théâtre de grands travaux (canal, sablières, autoroutes…) entraînant de nombreuses destructions archéologiques. Ces grands chantiers représentaient par ailleurs l’opportunité de mener des fouilles à de nouvelles échelles de plus grande envergure – du site à la vallée –, révolutionnant ainsi les connaissances en archéologie.

29Deux rapports présents dans le fonds constituent le point de départ de ce programme de sauvetage de la vallée de l’Aisne. En 1973, la direction des antiquités préhistoriques de Picardie remet à la direction de la navigation intérieure un rapport intitulé «  Aménagement au grand gabarit entre Compiègne et Reims », qui répertorie plusieurs centaines de sites archéologiques dans la vallée et propose une évaluation du coût des opérations de sauvetage. En complément, B. Soudsky présente au ministère de l’Équipement et à la délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (Datar), un projet portant sur l’environnement et l’aménagement du territoire dans le cadre du sauvetage archéologique de la vallée de l’Aisne. Ce projet, déposé en 1975 et planifié sur trois ans, intègre des considérations économiques et culturelles. L’Ura 12 remet aussi au département un projet scientifique intitulé «  Étude du premier peuplement sédentaire de la vallée de l’Aisne dans le cadre de sa mise au grand gabarit », qui entre en fonction au début de l’année 1974. Dès lors, l’équipe va multiplier les démarches auprès des organismes départementaux et régionaux, des institutions archéologiques et des associations afin de nouer des partenariats pour obtenir des moyens.

30En 1975, une première convention bipartite de cinq ans est signée entre le département de l’Aisne (conseil général, comité départemental du tourisme de l’Aisne) et le service des fouilles. L’Ura 12 et le centre de recherches protohistoriques de l’université de Paris-I assurent l’encadrement scientifique du programme et consacrent une partie importante de leur budget aux études du matériel ainsi qu’à l’organisation de stages de formation aux techniques de fouilles. L’équipe de la vallée de l’Aisne bénéficie aussi de deux autres sources de crédits venant de l’université de Paris-VII et de la délégation générale à la recherche scientifique et technique (Dgrst). Elle met en place un contrat «  Action concertée Informatique et sciences humaines » avec la Dgrst, qui va aider au financement de projets de recherche pour le traitement informatique des données de terrain, des contrats pour les archéologues et de l’achat d’équipement lourd jusqu’au début des années 1980.

31En 1985, l’Ura 12 remet à la sous-direction de l’archéologie un rapport intitulé Propositions pour un programme de sauvetage archéologique régional dans le cadre des exploitations de granulats dans la vallée de l’Aisne. L’objectif est de réactualiser le dossier rendu en 1973, en s’appuyant sur les acquis du programme de la vallée de l’Aisne et en prenant en compte l’évolution de la politique de gestion du patrimoine archéologique et de son financement. À la suite, une nouvelle convention annuelle est signée entre la sous--direction de l’archéologie, l’association française pour l’archéologie nationale, le département de l’Aisne, la région Picardie et les exploitants de carrières, principaux destructeurs des vestiges archéologiques. Cette convention permet un meilleur contrôle des destructions en contexte alluvial et le financement d’une certaine quantité de sauvetages. Afin d’obtenir des moyens supplémentaires, d’autres accords sont passés.

32À partir de 1991, l’État (ministère de la Culture) et l’association régionale des producteurs de granulats signent une convention annuelle qui oblige les aménageurs à assumer une part du coût des sauvetages. Entre 1996 et 1998, des problèmes de financement dus au blocage des subventions départementales provoquent une crise de l’archéologie préventive dans l’Aisne. Certains élus du département accusent les archéologues de «  bloquer » l’activité économique. L’équipe envoie alors des courriers à Mme Bernadette Chirac, à M. Jacques Pelletier, médiateur de la République et au cabinet du ministre de la Culture, afin de débloquer cette situation conflictuelle.

33Les collaborations de l’équipe «  Protohistoire européenne » avec d’autres institutions françaises ou étrangères sont nombreuses. Elle travaille ainsi de 1983 jusqu’à la fin des années 1990 avec l’université de Durham sur les processus d’urbanisation de la région au Ier siècle av. J.-C. et l’impact de la romanisation sur l’habitat rural. Dans les années 1990, elle obtient des financements dans le cadre de plusieurs programmes de recherches internationaux consacrés aux systèmes d’informations géographiques et à la télédétection appliqués à l’archéologie.

34Depuis ses débuts, l’équipe a voulu s’implanter dans le département de l’Aisne de manière durable. L’objectif était de créer en partenariat avec le département, un lieu permanent pour les recherches archéologiques menées dans la région. Un premier projet d’implantation du laboratoire à Soissons, lancé en 1977, reçoit l’agrément de la Datar, de la Dgrst, de la ville de Soissons et du Conseil général, mais il n’aboutit pas. En 1982, l’équipe installe une base permanente à Cuiry-lès-Chaudardes, dans une maison louée à la municipalité. Deux ans plus tard, des locaux sont mis à sa disposition au centre archéologique départemental de Soissons. En 1993, l’équipe participe au projet de création d’un musée consacré à l’archéologie et à l’histoire du sud de la Picardie. Ce musée, implanté à Soissons, devait être aussi un pôle de recherche régional. Il ne verra pas le jour.

35L’équipe multiplie les actions de valorisation des fouilles dans l’Aisne et de sensibilisation du public en organisant régulièrement des expositions, des stages archéologiques et des ateliers pédagogiques.

36Elle est à l’origine de la création du centre d’archéologie expérimentale de Chassemy, mis en place en 1980 grâce à la coopération du département de l’Aisne (Cdta) et du ministère de l’Environnement, à la suite de la réalisation en 1977, d’un film diffusé par TF1, pour lequel elle avait reconstitué une maison danubienne de Cuiry-lès-Chaudardes. Ce centre d’archéologie en plein air, consacré à l’archéologie expérimentale et à l’ethnoarchéologie, permet de faire partager les résultats des recherches menées par l’Ura 12.

37À partir de 1981, l’Ura 12 collabore avec la fédération départementale des archéologues de l’Aisne. Ces derniers participent aux fouilles de la vallée de l’Aisne, assurent des formations techniques et méthodologiques, organisent des manifestations et diffusent des publications. L’équipe travaille aussi avec le conseil régional de Picardie à valoriser le patrimoine dans cette région.

38Les archives du programme de sauvetage archéologique de la vallée de l’Aisne témoignent des multiples relations de l’équipe avec ses tutelles et ses partenaires. Elles attestent aussi de tous les moyens mis en œuvre successivement pour faire fonctionner ce programme pendant plusieurs décennies. Ce dernier s’inscrit dans un contexte institutionnel bien reflété dans le fonds, qu’il s’agisse des services de l’État (ministère de la Culture, Cnrs, universités) ou des collectivités (département de l’Aisne, région Picardie, villes de Cuiry-lès-Chaudardes et de Soissons). Ces archives éclairent ainsi la gestion des fouilles de sauvetage et aident à mieux saisir la question stratégique de leur financement. Elles témoignent d’une période de croissance et de crise de l’archéologie française entre 1970 et 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Bellon et Aurélie Montagne-Bôrras, « Les archives de l’équipe « Protohistoire européenne, de la sédentarisation à l’État » (Maison René Ginouvès, archéologie et ethnologie) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 110 | 2007, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/205 ; DOI : 10.4000/nda.205

Haut de page

Auteurs

Élisabeth Bellon

Responsable du service des archives scientifiques de la Maison René Ginouvès
elisabeth.bellon@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Aurélie Montagne-Bôrras

Contractuelle au service des archives scientifiques de la maison René Ginouvès
Aurelie.montagne-borras@mae.u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org