Navigation – Plan du site
Dossier

Les archives Émile Cartailhac de l’Institut de paléontologie humaine

Arnaud Hurel et Sébastien Hameau
p. 56-60

Texte intégral

1Le département de préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle et la Fondation Institut de paléontologie humaine (Iph) conservent un ensemble varié de fonds documentaires anciens. De par l’histoire spécifique de ces entités, ces archives sont intimement liées au développement des sciences préhistoriques depuis la fin du xixe siècle. Ceci est également vrai des instruments scientifiques ou des fonds photographiques – en l’occurrence plusieurs milliers de plaques de verres qui, à leur manière, représentent autant de témoignages instantanés de l’évolution des concepts archéologiques ou des us de la communauté des préhistoriens.

2Très longtemps, à l’image de la situation faite en France à la quasi-totalité des archives scientifiques, ces ensembles n’ont bénéficié d’aucune mesure particulière de conservation et de valorisation. Ce n’est que depuis les années 2000 que des opérations de classement ont été entreprises. Elles ont permis, entre autres mesures, l’inventaire des archives historiques de l’Iph qui, bien qu’hétérogènes, représentent une source scientifique de première importance. En effet, cette institution occupe une place sans équivalent dans l’histoire de la préhistoire car, si le xixe siècle a vu l’émergence des sciences préhistoriques, il a fallu attendre 1910 pour que la France dispose, avec l’Institut de paléontologie humaine - Fondation Prince Albert Ier de Monaco, du premier centre de recherche permanent. Fruit du mécénat du souverain monégasque, il a été fondé sur un projet scientifique pluridisciplinaire – «  le progrès de la Science sur toutes les questions relatives à l’origine et à l’histoire de l’homme fossile » c’est-àdire, à la fois l’étude des caractères et évolutions physiques, mais également les comportements culturels et cultuels – défini par le professeur Marcellin Boule (1861-1942) et l’abbé Henri Breuil (1877-1961). Sa création a marqué une rupture avec les pratiques antérieures, dans le sens d’une professionnalisation, dans la mesure où des chercheurs pouvaient enfin se consacrer de façon exclusive et pérenne à leurs études et à la diffusion du savoir archéologique.

Le destin accessoire des archives scientifiques

3Il semblait donc légitime que la première étape du partenariat développé depuis 2004 entre le réseau Area «  Archives de l’archéologie européenne », le Muséum national d’histoire naturelle à travers son département de préhistoire, et la Fondation Iph s’appuie sur cette originalité. La problématique retenue a été l’histoire institutionnelle des sciences préhistoriques, avec pour objectif d’étudier la constitution et le fonctionnement des structures et, dans une approche plus prosopographique, de fournir des données nouvelles utiles à la compréhension des ancrages et des réseaux d’échanges au sein de la communauté des préhistoriens. En adéquation avec ce cadre d’analyse, les «  papiers Cartailhac » conservés à l’Iph ont été retenus au titre de la première phase de ce programme. Rappelons qu’Émile Cartailhac (1845-1921) a été un acteur essentiel du développement de la préhistoire en France, tant du point de vue des -recherches que de la diffusion et de la vulgarisation des connaissances, comme enseignant, directeur de musée (le musée d’histoire naturelle puis le musée Saint-Raymond de Toulouse) ou éditeur (les Matériaux pour l’histoire naturelle et primitive de l’homme puis L’Anthropologie).

4La présence des «  papiers Cartailhac » à l’Iph est directement liée à l’histoire de la bibliothèque de l’institut. Dans les premières années, en l’absence de personnel ad hoc, la mise en place de ce service s’est révélée être un très gros travail auquel aucun des scientifiques de l’institut n’était réellement préparé. Cela explique pour partie que la question des archives n’ait été envisagée à aucun moment. Jusqu’en 1922, la bibliothèque s’est enrichie au rythme assez lent des dons, essentiellement ceux de Boule et Breuil. Au décès de Cartailhac, l’acquisition de sa bibliothèque personnelle, qui comporte un fonds abondant pour les xviiie et xixe siècles mais réduit pour les années postérieures à 1910, offre la possibilité de l’enrichir substantiellement. Lors du conseil d’administration de l’Iph du 4 février 1922, Boule exprime le désir que «  le conseil s’assure de la bibliothèque du regretté Cartailhac » qui avait été autrefois son maître à l’université de Toulouse. À cette date, de nombreux livres (grandes collections de périodiques par exemple) ont déjà été dispersés, donnés à des amis du défunt ou vendus. Il en est de même de ses archives scientifiques personnelles. Lorsque les envoyés de l’Iph viennent prendre possession de l’ensemble, ils constatent que les documents ont, à l’évidence, été triés – Cartailhac a lui-même procédé à plusieurs de ces reclassements selon une logique qui lui est propre –, que plusieurs manques notables de livres sont à signaler et, surtout, «  l’absence presque totale de manuscrits ». Cependant, le reliquat est acheté par l’Iph pour une somme équivalant à un peu plus de 27 700 euros. À l’été 1922, il faut plusieurs jours pour empaqueter les milliers de livres, brochures et tirés à part (l’ensemble représentant 10 m3) et les très nombreux papiers épars. À Paris, les paquets d’archives acquises en même temps que les ouvrages n’intéressent personne. L’ensemble est tout de suite remisé soit dans des tiroirs de la bibliothèque de l’Iph (cartes), soit sous les combles du bâtiment dans la réserve destinée aux stocks de publications. Pendant près de quatre-vingts ans, il y demeure, ou est parfois soumis aux aléas des réaménagements successifs des locaux.

5L’essentiel des «  papiers Cartailhac » concerne la commission de la topographie des Gaules et le Dictionnaire archéologique de la Gaule. Époque celtique. Cet épisode, fruit de la passion de Napoléon III pour la guerre des Gaules, a permis de réunir le premier réseau national de préhistoriens autour d’un projet éditorial d’inventaire et de cartographie, mais également de favoriser la création du musée des Antiquités nationales. Par ailleurs, il illustre la tendance, encore prédominante, au recours à la preuve écrite (en l’espèce les Commentaires sur la guerre des Gaules de César) que l’enquête de terrain vient corroborer. Enfin, ce projet marque également une tentative d’appropriation par le pouvoir central des initiatives locales en faveur du patrimoine archéologique. Cette fois, ce ne sont plus les sociétés savantes et les groupements d’érudits qui initient les opérations et les supervisent mais Paris qui fait converger l’ensemble des informations à des fins de synthèse.

La première prise en compte institutionnelle de l’archéologie préhistorique

6Le 17 juillet 1858, sur ordre de Napoléon III, le ministre de l’Instruction publique Gustave Rouland (1806-1878) institue une commission «  à l’effet d’étudier la géographie, l’histoire et l’archéologie nationale jusqu’à l’avènement de Charlemagne ». Présidée par Félicien de Saulcy (1807-1880), elle se met rapidement au travail avec pour premier objectif de dresser trois cartes – une de la Gaule jusqu’au proconsulat de César, une de la géographie de la période romaine à celle de Constantin, une de la France mérovingienne – de telle sorte «  que l’on puisse suivre, en passant d’une carte à l’autre, la transformation des contrées et des localités sous les Celtes, les Romains et les Francs ». En complément de ces cartes, un dictionnaire d’archéologie celtique et un dictionnaire d’archéologie gallo-romaine devaient être publiés.

  • 1  Amédée Thierry (1797-1873), Joseph-Daniel Guigniaut (1794-1876), Natalis de Wailly (1805-1886), Al (...)

7La Commission, qui s’appuie sur quelques hiérarques de l’Empire 1, fait directement appel aux érudits locaux en entrant en relation avec toutes les sociétés archéologiques de France et de Rhénanie et finance quelques travaux de fouilles (Bibracte au Mont-Beuvray, sépulture de Magny-Lambert, tombes gauloises dans la Marne). Dès le 5 avril 1859, elle adresse au ministre de l’Instruction publique et des Cultes un état de ses travaux  : à cette date 2 495 fiches de recensement ont déjà été préparées. En 1860, parce qu’il prépare son Histoire de Jules César, Napoléon III charge la Commission de participer aux fouilles qu’il commandite à Alise-Sainte-Reine. Pendant deux ans, elle va mener de front ces travaux particuliers et sa mission générale.

8La Commission dresse néanmoins une première carte (carte de la Gaule sous le proconsulat de César) tirée en couleur à l’échelle 1/600 000. En 1861, elle est présentée à l’Empereur et distribuée à quelques rares personnes ou sociétés savantes. Mais l’Empereur, en désaccord avec le tracé des campagnes de César, fait savoir aux membres de la Commission qu’il n’accepte pas leur travail. Cette critique n’est pas isolée, puisque d’autres l’expriment également au sein de la Société de géographie. Pour Vivien de Saint-Martin (1802-1897), ce fiasco est avant tout celui d’une administration, d’une méthode de travail, une commission officielle portant en elle-même son échec  : «  La carte des Gaules est l’œuvre d’une commission officielle  ; en d’autres termes c’est une œuvre administrative. Or – et en ceci les exemples ne sont que trop nombreux –, jamais œuvre d’érudition administrative n’est née viable. Est-ce la faute des hommes  ? Non, c’est la conséquence fatale du système. » (Reinach 1915  : 213).

9Désavouée par l’Empereur, la Commission se tourne vers d’autres travaux dont la rédaction du Dictionnaire archéologique de la Gaule. Époque celtique, pour lequel sont préparées des cartes des cavernes et des dolmens. En 1866, les premiers articles de la lettre A de l’ouvrage paraissent, imprimés aux frais de la Commission et édités sous la forme d’un petit fascicule par la Revue archéologique. Mais à partir du mois d’août 1870, la guerre et la chute de l’Empire forcent la Commission à interrompre ses travaux. Elle ne les reprend qu’à l’été 1871. En 1872, elle publie le bilan suivant  : «  carte orohydrographique de la Gaule », «  carte des campagnes de César, aujourd’hui épuisée », «  trois fascicules du dictionnaire d’archéologie celtique », «  carte des dolmens et monuments mégalithiques », «  carte des cavernes habitées aux temps préhistoriques », «  carte préparatoire de la Gaule au ve siècle », «  quatre cahiers d’instructions » avec planches pour les correspondants, et entame la préfabrication de plusieurs planches pour les prochains fascicules. De 1870 à 1873, elle fait en son nom plusieurs dons au tout nouveau musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye  : produit des fouilles d’Ernest Chantre (1843-1924) au lac de Paladru, fouilles de l’abbé Cérès des dolmens de l’Aveyron et des objets de Solutré.

10La commission de la topographie des Gaules a développé un réseau de correspondants par département (une liste publiée en 1872 des «  collaborateurs les plus actifs » livre 107 noms) qui collectent les informations et rectifient au fur et à mesure celles qui sont centralisées. Bien évidemment, ce travail est bénévole et ces partenaires ne peuvent qu’espérer voir leur nom inscrit «  en tête du volume qui se prépare » ou bénéficier d’une petite aide financière pour leurs recherches sur le terrain et leur défraiement. De fait, l’étude de leurs correspondances et des questionnaires échangés avec la Commission démontre une forte implication de chacun. Nombre de ces collaborateurs ont le sentiment de participer à une œuvre importante et inédite. Bref, tout le monde constate qu’une dynamique s’est enclenchée et qu’une communauté savante nouvelle est en train de naître  : «  Ces travaux de recherches, faits par les savants du pays, ont singulièrement développé le goût et l’étude de l’archéologie en province  ; des résultats importants ont été obtenus pour la science, et des objets précieux, inconnus jusque-là, ont été exhumés et sont venus prendre place dans les musées de l’État et dans ceux des départements. La Commission des Gaules a donc pu ainsi exercer une action générale en popularisant l’étude de l’archéologie. En outre, la Commission compte parmi ses collaborateurs les archéologues les plus actifs et les plus distingués de chaque département. » (Mortillet 1872  : 47). Cependant, l’échec de la Commission ne va pas tarder à poindre, de façon significative à travers les défaillances de la «  tête » parisienne du projet, débordée et désorganisée.

Des tentatives de relance de l’entreprise

11Le tome premier du Dictionnaire (lettres A-G) paraît bien en 1875 mais, à partir de 1876, la Commission est désorganisée  : de Saulcy, son président, ne vient plus aux séances et de nombreux membres sont inactifs. Les pages 1 à 96 du second tome commencent à paraître en 1878, à l’occasion de l’Exposition universelle, avec Gabriel de Mortillet (1821-1898) pour auteur unique de la lettre H. Une dernière fois, le Journal officiel du 1er juillet 1879 évoque la Commission et annonce la publication de plusieurs cartes et de la lettre M du dictionnaire.

  • 2  Le Dictionnaire est arrêté à la lettre L. Il comprend une carte des cavernes habitées, une carte d (...)

12Mais, à cette date, l’entreprise est manifestement dans une impasse. Le 20 janvier 1880, le ministre de l’Instruction publique tente de la relancer en créant la «  Commission de géographie historique de l’ancienne France » qui se substitue officiellement à la commission de la topographie des Gaules et est rattachée le 9 mars 1880 au comité des travaux historiques. Elle est présidée par l’historien et sénateur Henri Martin (1810-1883), qui dirige également la sous-commission responsable de l’inventaire des monuments mégalithiques et des blocs erratiques de France et de l’Algérie de la commission des monuments historiques. La tâche est énorme et sans doute démesurée  : terminer les travaux commencés par la précédente Commission 2, centraliser toutes les informations concernant la géographie historique du pays depuis les époques les plus reculées jusqu’aux Temps modernes, c’est-à-dire, après débats, à la fois l’Antiquité et le Moyen âge.

13Sa première démarche est de faire appel aux bonnes volontés du réseau de correspondants précédemment constitué et de tenter de «  multiplier le nombre de ses collaborateurs, en associant à son œuvre tous les érudits qui, chacun dans leur département, peuvent seuls la mettre à même de remplir sa mission » (Martin 1880). Pour cela, plusieurs circulaires sont adressées à partir du mois de juin 1880.

14En ce qui concerne la période préhistorique, le matériau de départ est maigre. En juin 1878, un bilan des dolmens et allées couvertes de la Gaule classés par départements a bien été publié. Établi «  d’après les documents recueillis par la Commission de la topographie de la Gaule » («  Liste des dolmens… » 1878  : 316-333), il représente une liste partielle fondée sur 66 départements et 1 118 communes, pour un total de 2 546 «  monuments funéraires mégalithiques de la Gaule ». Parce que cette liste nécessite d’être complétée, la direction de la Revue archéologique demande à ses lecteurs de lui adresser «  leurs observations, rectifications et renseignements complémentaires ».

15Le 20 juin 1881, Auguste Longnon (1844-1911), qui prépare son Atlas historique de la France depuis César jusqu’à nos jours, présente dans un rapport sur les travaux de la Commission l’état des lieux suivant (Longnon 1882  : 421-431)  : le Dictionnaire archéologique de la Gaule reste bloqué à la lettre L, plusieurs cartes sont en préparation («  carte des alluvions quaternaires où la présence de silex taillés par l’homme a été constatée », «  carte de l’ancienne configuration du littoral de la Gaule », «  carte des forêts de la Gaule » fondée sur les recherches de Maury, «  carte des tumulus et cimetières gaulois », «  carte des cimetières mérovingiens de la rive droite et de la rive gauche du Rhin »). D’autres travaux sont en cours  : poursuite de l’étude des voies romaines et mise à jour de la «  carte de la Gaule à l’époque du proconsulat de César » distribuée en 1865, préparation d’un atlas des oppida et enceintes fortifiées antérieurs au xe siècle, édition critique de la Notitia provinciarum et civitatum Galliæ, relevé exhaustif des noms de lieux-dits, rédaction du catalogue général des monnaies gauloises.

  • 3  En 1889, paraîtra le Catalogue des monnaies gauloises de la Bibliothèque nationale et, en 1892, l’(...)

16En décembre 1882, dans la circulaire n°  4, le président de la Commission prend la décision d’arrêter définitivement l’enquête et adresse à chacun des correspondants l’ensemble des éléments nouveaux accumulés au cours des quatre années qui viennent de s’écouler. La Commission est dissoute le 13 mars 1883. à cette date, n’ont paru que le premier volume du Dictionnaire archéologique de la Gaule. Époque celtique (lettres A-G, 1875), et le premier fascicule du second volume3.

Cartailhac au chevet d’un moribond…

17En 1890, Ernest Théodore Hamy (1842-1908) suggère à Cartailhac de reprendre la publication du Dictionnaire. Le 17 novembre 1892, le ministre de l’Instruction publique le «  charge de reprendre et de terminer » cette publication «  dont l’achèvement préoccupe depuis longtemps [son] administration ainsi que le Comité [le Cths] » (Reinach 1915  : 217). Cartailhac ainsi missionné se met au travail. Il tente de reconstituer les archives des Commissions qui l’ont précédé dans cette œuvre mais, très vite, réalise l’ampleur du travail qui reste à accomplir du fait d’une documentation lacunaire et, sur de nombreux points, obsolète. Loin d’être une révision, voire une simple mise à jour, il s’agit en réalité de réexaminer l’ensemble des documents et de procéder à une nouvelle rédaction. Armé de ses notes personnelles, il reprend les dossiers, les complète. Au cours des années, il délaisse quelque temps son pensum puis s’y attelle de nouveau, mais ne se fait guère d’illusion sur son travail  : «  Mais mon gros travail, qui n’est pas moins mécanique, c’est le dictionnaire qui n’en finit pas. Œuvre ridicule parce qu’il n’y a pas moyen de la bien faire sans avoir des correspondants sérieux, dévoués… Je fais imprimer sans joie un texte meilleur souvent que celui qu’on imprimait avant moi, mais bien insuffisant et on ne saura jamais le mal que j’ai eu. » (Boule 1921  : 595).

18En 1902, son manuscrit est terminé et de nombreuses épreuves corrigées. Pourtant, l’ensemble ne paraît pas. Les premières corrections ont rendu nécessaires de nouvelles études sur le terrain, voire une refonte générale, que le ministère ne semble pas prêt à financer d’autant plus qu’il ne dispose d’aucun crédit pour entamer la publication.

19En 1912, Joseph Déchelette (1862-1914) fait acte de candidature pour reprendre le travail, au cas où «  Cartailhac renoncerait à son projet ». Il écrit en ce sens à Salomon Reinach (1858-1932) (Reinach 1914  : 325), lequel lui fait clairement sentir le peu de soutien à attendre des pouvoirs publics dans cette affaire. En réalité, Déchelette, déjà très accaparé par la rédaction de la deuxième partie du tome II de son Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine et informé par Cartailhac de la tâche qui l’attend, se décourage et abandonne le projet.

20Pendant plus de dix ans le manuscrit du Dictionnaire va demeurer oublié. Ce n’est qu’en 1915, parce que le ministère de l’Instruction publique constate que l’Imprimerie nationale touche chaque année de l’argent pour la conservation des feuilles composées mais non encore tirées du Dictionnaire,que Reinach prépare, avec l’aide de Camille Jullian (1859-1933) et Émile Espérandieu (1857-1939), une édition complète (lettres L-Z). De 1919 à 1923, soit plus de soixante ans après la mise en œuvre de la commission porteuse du projet, le Dictionnaire archéologique de la Gaule. Époque celtique, tome second, peut enfin être diffusé.

Un outil archivistique au service de la recherche

21Le travail mené dans le cadre de la convention Area/Iph/Mnhn avait pour objet de rétablir la cohérence de ce fonds, d’en confirmer l’importance scientifique et de disposer des outils (mesures conservatoires, base de données) permettant sa valorisation. Les archives de la commission de la topographie des Gaules (cartes topographiques, formulaires d’inventaires des sites archéologiques complétés par les correspondants, lettres échangées entre la Commission et ses correspondants, croquis…) représentent la majeure partie des «  papiers Cartailhac ». Les éléments liés au parcours personnel de Cartailhac (correspondances, notes manuscrites, brouillons de ses cours, carnets de notes) y sont rares. L’ensemble du fonds ayant été stocké pendant plusieurs dizaines d’années sans être particulièrement protégé, il a parfois été nécessaire de procéder à un dépoussiérage. Cependant, les documents étaient dans leur grande majorité en parfait état. Seuls quelques-uns ont nécessité une attention particulière (relevés cartographiques sur calques, tirages photographiques, dessins au crayon). Le classement antérieur du fonds a largement influencé le conditionnement et la nouvelle cotation attribuée à l’ensemble  : tris par départements et époques (celtique ou gallo-romaine) et intitulés ont été presque tous conservés. La rédaction et la saisie d’un inventaire informatique détaillé permettent des recherches en fonction de mots-clés. On accède ainsi, outre aux paramètres de la cotation, au type de document, à son intitulé, éventuellement au sujet décrit, au nombre de feuillets et à son auteur lorsqu’il est identifié de façon certaine. Chaque niveau de description se présente sous la forme d’une fiche, soit au total treize fiches descriptives correspondant au fonds, aux sous-fonds et aux séries. Accessibles dans leurs éléments majeurs sur le site Internet d’Area, elles permettent de localiser et faciliter l’accès à l’ensemble des données.

22L’aventure de la commission de la topographie des Gaules a coûté très cher, nécessité un travail de recherche et d’inventaire considérable pour un résultat qui, au moment de sa publication, n’était plus à la hauteur des connaissances. Pour nombre des amis de Cartailhac, ce Dictionnaire «  absorba le meilleur de son temps au détriment d’autres travaux à la fois plus agréables et plus utiles » (Boule 1921  : 595). L’historien se doit de nuancer ce jugement sévère.

23Le fonds Cartailhac de l’Institut de paléontologie humaine constitue un témoignage et un outil essentiels pour la compréhension du processus d’institutionnalisation de l’archéologie préhistorique en France. En effet, l’action de la Commission est demeurée, jusqu’à la promulgation de la loi du 27 septembre 1941 sur les fouilles, quasiment un cas unique de politique publique en la matière. Sous la IIIe République, les textes préparés n’ont été en général que des textes de circonstance, souvent avancés sous la pression des événements.

24La création de la commission de la topographie des Gaules ouvre une ère nouvelle. L’inventaire général dont elle est chargée par Napoléon III, en intégrant toutes les périodes fondatrices de la nation, de la Gaule romaine aux temps antéhistoriques, permet de facto une première reconnaissance publique de la préhistoire. Dans les régions, les correspondants se mobilisent et les inventaires des monuments mégalithiques se multiplient avec pour effet l’émergence d’une conscience patrimoniale. La fondation du musée des Antiquités nationales en 1862, conséquence de cette impulsion décisive, est, à cet égard, à la fois un asile pour les collections et un point d’ancrage officiel pour la recherche en préhistoire. Enfin, autour de ce projet collectif d’inventaire et de Dictionnaire, c’est bel et bien une communauté savante qui se fédère dès le Second Empire et au sein de laquelle se révèlent ceux qui, comme Mortillet, seront rapidement les principaux moteurs des avancées conceptuelles des sciences préhistoriques.

Haut de page

Bibliographie

Boule, M. 1921. «  Émile Cartailhac (1845-1921) », L’Anthropologie, 31  : 595.

«  Liste des dolmens et allées couvertes de la Gaule », Revue archéologique, 1878, 35  : 316-333.

Longnon, A. 1882. «  Rapport sur les travaux de la Commission de géographie historique de l’ancienne France », Revue des Sociétés savantes des départements, 6  : 421-431.

Martin, H. 1880. «  Circulaire de la commission de la géographie de l’ancienne France », ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts.

Mortillet, G. de. 1872. «  Commission de la topographie des Gaules », L’Indicateur de l’archéologue, Saint-Germain-en-Laye, E. Heutte et Cie.

Reinach, S. 1914. «  Joseph Déchelette », Revue archéologique, 24  : 315-327.

Reinach, S. 1915. «  La commission de topographie et le Dictionnaire archéologique de la Gaule », Revue archéologique, 2  : 209-227.

Haut de page

Notes

1  Amédée Thierry (1797-1873), Joseph-Daniel Guigniaut (1794-1876), Natalis de Wailly (1805-1886), Alfred Maury (1817-1892), Léon Régnier (1809-1885), les généraux Creuly et Blondel (directeur du Dépôt de la guerre), le colonel Raymond de Coynard (chef d’escadron d’état-major), Adolphe Chéruel (1809-1891) inspecteur d’académie à Paris, Alexandre Bertrand (1820-1902), Gustave Rouland (homonyme du ministre), Alfred Jacobs (1827-1862), Anatole de Barthélemy (1821-1904). Maury et Bertrand remplissent au sein de la Commission les fonctions de secrétaires correspondants et de rédacteurs des travaux préparatoires.

2  Le Dictionnaire est arrêté à la lettre L. Il comprend une carte des cavernes habitées, une carte des dolmens et 60 planches. La carte des bornes milliaires est en phase de fabrication (gravure), celle des cités gauloises est à peu près terminée, celle des voies antiques de la Gaule (Nord-Ouest, Nord-Est) est dessinée.

3  En 1889, paraîtra le Catalogue des monnaies gauloises de la Bibliothèque nationale et, en 1892, l’Atlas des monnaies gauloises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Hurel et Sébastien Hameau, « Les archives Émile Cartailhac de l’Institut de paléontologie humaine », Les nouvelles de l'archéologie, 110 | 2007, 56-60.

Référence électronique

Arnaud Hurel et Sébastien Hameau, « Les archives Émile Cartailhac de l’Institut de paléontologie humaine », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 110 | 2007, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/202 ; DOI : 10.4000/nda.202

Haut de page

Auteurs

Arnaud Hurel

Département de préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle
hurel@mnhn.fr

Articles du même auteur

Sébastien Hameau

Département de préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle
Sebastien_hameau@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org