Navigation – Plan du site

Rapports scientifiques de fouilles programmées et publications de Bibracte

Réflexions, acquis et perspectives
Bruno Desachy, Sébastien Durost, Myriam Giudicelli et Vincent Guichard
p. 58-64

Texte intégral

1L’oppidum gaulois de Bibracte (Mont Beuvray, Bourgogne) est fouillé depuis 1984 dans le cadre du Centre archéologique européen, aujourd’hui intégré à l’établissement public de coopération culturelle (Epcc) Bibracte (http://www.bibracte.fr/​). Cette opération de fouille programmée pluriannuelle, dont le titulaire est le directeur scientifique du Centre archéologique européen (Vincent Guichard), a comme spécificité de réunir de multiples interventions effectuées par différents chercheurs et équipes universitaires français et européens. En pratique, plusieurs chantiers de fouilles et diverses études transversales (mobilier, archéoenvironnement) sont menés en parallèle.

2Le directeur scientifique du Centre, titulaire de la décision de fouille, réunit deux fois par an en assemblée plénière les chercheurs associés au programme de recherche, afin d’en assurer la coordination. Pour conduire ce programme, il s’appuie sur un conseil scientifique réunissant des experts européens de la période traitée (âge du Fer et romanisation), des représentants de l’inspection générale du patrimoine, du service régional de l’archéologie (Sra), et des représentants des chercheurs associés.

3L’infrastructure (accueil des chercheurs, moyens matériels des fouilles, gestion et conservation du mobilier et de la documentation scientifique, bibliothèque…) est fournie par le Centre archéologique européen. Ce dernier a aussi développé une activité d’édition scientifique (publication des recherches sur Bibracte, ainsi que de colloques, tables rondes, etc.) qui inclut la mise en forme et l’édition des rapports de fouilles annuels et triennaux.

Les rapports de fouille de Bibracte, une réflexion devenue nécessaire

4Comme toute opération programmée, les recherches sur Bibracte sont soumises à l’évaluation de la Commission interrégionale de la recherche archéologique (Cira). En 2010, celle-ci a rejeté une première mouture du rapport 2009, signifiant clairement la nécessité d’améliorations de fond et de forme. Une deuxième version corrigée et complétée du rapport, jugée recevable, a permis la poursuite du programme. À la suite de cette alerte, la direction scientifique de Bibracte a souhaité engager, avec la collaboration des chercheurs et du conseil scientifique, une révision profonde de la conception des rapports. Il s’agit non seulement de mettre fin aux problèmes constatés par les évaluateurs mais, au-delà, d’atteindre le plus haut niveau de qualité de rendu scientifique des résultats du programme de recherche, dans un système harmonieux intégrant rapports et publications.

5Une telle démarche nécessite un effort interne d’analyse, de proposition et de discussion. Elle doit s’adapter au temps long (depuis 1984) et au caractère pluriel (multiplicité des intervenants) de Bibracte. Elle est loin d’être aboutie ; mais cet effort collectif des acteurs du programme de recherche de Bibracte a permis d’atteindre un palier significatif en 2012, avec la mise en place effective d’une nouvelle organisation d’ensemble des rapports. Dès lors, il nous a paru intéressant de témoigner de cette expérience en cours, pour contribuer au débat plus large sur le contenu et l’évolution des rapports d’opérations programmées.

Le rapport annuel : un document de référence scientifique

  • 1  À l’échelon national, l’archéologie programmée a récemment fait l’objet de recommandations d’un gr (...)

6Les rapports d’opérations programmées ne relèvent pas de la réglementation qui précise le contenu des rapports finaux d’opération (Rfo) d’archéologie préventive1. Il fallait donc en premier lieu clarifier la notion même de rapport au sein du programme de recherche de Bibracte. Un premier choix fondamental a été entériné par le conseil scientifique : considérer dorénavant le rapport annuel comme un document de référence scientifique complet, contenant la totalité de l’information et des données produites. En effet, si cette conception du rapport peut sembler évidente aux chercheurs habitués aux normes des Rfo d’archéologie préventive, elle n’était pas acquise dans les pratiques de Bibracte. Le rapport annuel ainsi conçu est utile d’abord aux chercheurs de Bibracte eux-mêmes, leur permettant d’accéder à toutes les données produites au sein du programme de recherche et scientifiquement validées ; il devient de ce fait l’étape de base du processus de production scientifique, de l’amont (la fouille et l’étude) à l’aval (la publication).

Les composantes de base du rapport annuel : rapports de terrain et rapports d’étude

7Concrètement, l’information contenue dans le rapport scientifique annuel est formée d’une part des données de fouille – les observations de terrain – et d’autre part des données d’études spécialisées, qui portent sur les éléments matériels recueillis. Les premières font l’objet de rapports de terrain, les secondes de rapports d’étude. À Bibracte, plusieurs rapports d’études, élaborés par différents spécialistes (céramologie, mobilier métallique, numismatique, carpologie…), trouvent naturellement place dans le même rapport annuel. Par ailleurs, l’existence de plusieurs chantiers de fouille menés simultanément amène la présence de plusieurs rapports de terrain au sein de ce même rapport annuel.

8Cette distinction pragmatique entre rapports de terrain et d’étude a été retenue comme base de l’organisation de l’information dans le rapport annuel, car elle recouvre effectivement des contributions de natures distinctes, reflétant chacune un travail scientifique propre et correspondant le plus souvent à des contributeurs différents (fouilleurs et praticiens de différentes spécialités). Méthodologiquement, cette distinction est utile pour clarifier la confrontation des sources menant aux synthèses (la stratigraphie par exemple, comme chacun le sait, doit être établie d’après les seules observations de terrain, indépendamment des datations de mobilier, pour éviter les cercles vicieux ultérieurs dans la construction de la chronologie).

9Rapports d’études et de terrain sont néanmoins liés et font appel les uns aux autres dans la construction de la connaissance. L’actuelle production scientifique de Bibracte converge en effet vers deux types de travaux synthétiques menant à des publications :

10• des synthèses basées sur l’analyse de l’espace fouillé et de son évolution ; ce type de synthèses, issues des données d’un chantier de fouilles (par exemple Paunier & Luginbühl 2004 ; Barral & Richard 2009), est élaboré sous la conduite des archéologues responsables de la fouille ; les rapports de terrain, qui livrent les données de fouille, doivent aussi rendre compte de l’avancement de ces synthèses mobilisant des résultats d’études spécialisées ;

11• des études transversales abordant le site et la société étudiée par un aspect de la culture matérielle ou des relations entre société et environnement (par exemple Olmer 2003 ; Gruel & Popovitch 2007). Portées par les spécialistes concernés, ces études d’ensemble mobilisent et mettent en relation les données de plusieurs fouilles. Toutes les études spécialisées à Bibracte, outre leurs apports à chaque fouille, ont vocation à s’intégrer dans de telles synthèses transversales ; les rapports d’étude doivent donc produire les matériaux de ces synthèses et rendre compte de leur avancement.

Une distinction structurelle entre référentiel analytique et exposé synthétique

12Chaque rapport de terrain ou d’étude doit ainsi rendre compte de l’avancement de la recherche par une présentation synthétique des résultats de la fouille ou de l’étude en question, mais il doit aussi présenter de façon complète et accessible les observations et résultats analytiques qui fondent ces synthèses, de sorte que le lecteur puisse aisément à la fois distinguer l’essentiel et retrouver chaque détail. La structure retenue pour les rapports de terrain et d’étude repose sur la distinction et la complémentarité de ces deux parts de l’information, synthétique et analytique, dont les caractéristiques et l’utilisation diffèrent (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Bibracte, exposé de synthèse et référentiel archéologique dans le rapport annuel du programme de recherche

Référentiel analytique

13La part analytique s’organise en catalogues de données sémantiques et mesurées (par exemple, catalogues d’unités stratigraphiques, ou d’objets mobiliers étudiés) ainsi qu’en collections de documents graphiques. Elle peut être volumineuse, mais elle est destinée à la consultation et non à une lecture linéaire du début à la fin. Nous la qualifierons donc de « référentiel », terme préféré à « annexes » ou « inventaires », car cette information analytique est essentielle et non pas accessoire, et elle ne se réduit pas à de simples listes énumératives. Ces données sont primaires au sens où elles sont à la base des constructions intellectuelles ultérieures, mais elles sont déjà traitées car elles résultent de protocoles analytiques précis (observations guidées par un enregistrement normalisé, identifications typologiques, déterminations issues de sciences naturelles ou expérimentales appliquées, etc.). Pour que l’information soit complète, ces protocoles et traitements doivent être explicites : le référentiel doit inclure leur description ou renvoyer à un document accessible qui fournit celle-ci.

14Pratiquement, à Bibracte, les référentiels intégrés au rapport annuel sont produits à l’aide du système d’enregistrement informatisé du Centre archéologique européen bdB (base de données Bibracte), qui reçoit les données de terrain et d’étude saisies par les chercheurs (Chaillou et al. 2008). Mais il est important de noter que l’édition du référentiel à partir de la base de données n’est pas une simple opération technique. Elle marque un changement de statut de l’information. Les données du référentiel sont réputées fiables, garanties par leur(s) auteur(s). Avant leur édition dans le référentiel, les données simplement saisies dans la base sont considérées comme encore en cours d’élaboration et donc susceptibles d’être entachées de fautes ou de lacunes. La vérification des données saisies fait partie du travail de production du référentiel et amène en retour un archivage fiable dans la base de données.

Exposé synthétique

15L’autre part, synthétique, du rapport de terrain ou d’étude expose les caractères généraux et les interprétations et hypothèses (chronologiques, fonctionnelles, spatiales, etc.) issus des données contenues dans le référentiel. Il s’agit d’un exposé construit et argumenté qui relève d’une lecture linéaire intégrale. Il est recommandé de le rédiger comme une démonstration complète, avançant tous les arguments fondant les interprétations et hypothèses exposées, mais concise, ne mobilisant que ce qui est nécessaire à la démonstration sans s’encombrer de descriptions de détail ni du souci de présentation exhaustive des données (fig. 2). C’est le référentiel qui assure ce dernier rôle, auquel la synthèse renvoie systématiquement. L’information ainsi répartie en un texte synthétique concis (à lire) et un référentiel complet (à consulter) est en effet préférable à un texte « agglutinant » accumulant les descriptions de détail dans une narration linéaire, lourd à lire et difficile à consulter.

Fig. 2

Fig. 2

Complémentarité entre exposé synthétique et référentiel analytique : exemple pour un rapport de terrain

Rapport de terrain : référentiel et synthèse

16Le référentiel de terrain doit fournir les données de contexte et de stratigraphie correspondant à l’information détruite par la fouille. Il est cumulatif : le référentiel de chaque nouveau rapport d’une fouille complète et actualise celui de l’année précédente. Il comprend :

  • • le catalogue des unités de fouille (unités stratigraphiques et ensembles structurels) avec leur description et leur interprétation, incluant en particulier leur valeur contextuelle (en termes « d’ensembles clos » par exemple) et les arguments fondant celle-ci ;

    • 2  Le problème du temps important de réalisation du diagramme stratigraphique est aujourd’hui largeme (...)

    • le diagramme stratigraphique ; dans le rapport, celui-ci doit s’utiliser comme un document de référence complémentaire au catalogue des unités stratigraphiques, fournissant la totalité de la chronologie relative stratigraphique et la position de chaque unité au sein de celle-ci ; ce document, dont la Cira a souligné la nécessité, doit être à jour et complet2 ;

  • • l’enregistrement spatial, topographique et photographique : à Bibracte, comme ailleurs, cette documentation graphique est en pleine mutation sous l’effet des outils numériques ; quels que soient les outils employés, le principe est de disposer d’une représentation géométrale complète (relevés à l’échelle : plans, coupe, ou représentation 3D), géoréférencée (située dans l’espace topographique de référence commun au site) et interprétée (qui figure et indique les unités et interfaces stratigraphiques), ainsi que d’un enregistrement de l’aspect du terrain (photos) ;

  • • un premier inventaire sommaire mais complet des éléments matériels recueillis par unité de fouille (identification et quantification avant études et traitements spécialisés).

17La synthèse expose les résultats de la fouille suivant un plan d’abord chronologique (par phases), puis par ensembles structurels. Interprétations et hypothèses peuvent être provisoires, en l’état des données de terrain et des données des études. La mise en phases peut ainsi être complétée ou remise en cause ultérieurement. Différentes hypothèses alternatives peuvent le cas échéant être présentées. Le texte est accompagné de documents graphiques choisis, illustrations synthétiques ou exprimant les interprétations et hypothèses sur l’espace fouillé. La synthèse et le référentiel de terrain peuvent recourir aux données des études ; ils n’incluent dans ce cas que les éléments utiles pour leur propos et renvoient aux rapports d’étude concernés.

Rapport d’étude spécialisée : synthèse et référentiel

18Le contenu précis des référentiels et synthèses des rapports d’études spécialisées dépend du type d’étude et des protocoles employés. Ces protocoles ont fait l’objet de nombreux travaux à Bibracte concernant le matériel métallique, les études archéo-environnementales ou la céramologie (par exemple Paunier & Luginbühl 2004 : 381-396) et sont aujourd’hui en cours de reprise.

19D’une façon générale, l’exposé synthétique du rapport d’étude présente les résultats et interprétations d’ensemble propres au matériel étudié (chronologie, provenance, technique de fabrication, etc.), confrontés aux données disponibles de contexte. S’agissant du matériel provenant d’une fouille, cette synthèse peut se baser sur la mise en phase proposée dans le rapport de terrain, la confirmer, la remettre en question et/ou proposer des modifications. Elle met en œuvre si besoin des analyses statistiques.

20Le référentiel présente les résultats analytiques proprement dits : identifications et quantification, catalogue des éléments étudiés avec, s’il y a lieu, descriptions, dessins et photos. Le lecteur doit pouvoir accéder aux protocoles de traitement employé, soit par une référence bibliographique, soit par une explication intégrée au rapport. Les données de terrain mobilisées dans un rapport d’étude sont citées autant que nécessaire mais ne sont pas reproduites exhaustivement, elles renvoient au rapport de terrain concerné.

Du terrain à la publication, un processus intégré

Un processus inscrit dans le temps de la recherche programmée

21Le temps compacté des opérations d’archéologie préventive inclut terrain et « postfouille » dans un unique rendu, le rapport. Le temps progressif dont bénéficie l’archéologie programmée permet d’organiser le rendu des données de terrains et des études spécialisées dans un enchaînement de rapports annuels inscrit dans un rythme pluriannuel.

De l’année N à l’année N+1, l’enchaînement des rapports de terrain et d’étude

22Dans le processus, la première étape est la réalisation du rapport de terrain. Celui-ci est inclus dans le rapport scientifique annuel de l’année de la fouille. Le référentiel et la synthèse de terrain doivent donc être produits avant la fin de cette même année. Cette règle doit être respectée afin de ne pas enrayer le processus dont la deuxième étape est la réalisation des rapports d’études spécialisées. Mener à bien ces études spécialisées des éléments issus de la fouille nécessite de disposer des données de contexte (identification des ensembles clos, de la stratigraphie…), données dont l’état validé est fourni par le rapport de terrain. Afin que les rapports d’études puissent tenir compte des rapports de terrain, il a donc été décidé d’admettre un décalage chronologique entre les premiers et les derniers. Les rapports d’étude de l’année N intègrent donc le rapport scientifique annuel de l’année N+1 (voire plus si des raisons techniques explicites et argumentées imposent un délai d’étude plus long) (fig. 3).

Fig. 3

Fig. 3

Bibracte, principe de succession des étapes de réalisation du rapport annuel

23Ainsi, dans le calendrier de Bibracte, la campagne de fouille de l’été de l’année N est suivie par la réalisation des rapports de terrain, inclus dans le rapport scientifique de cette même année N et remis en fin d’année au Sra. Les rapports de terrain sont dès lors disponibles pour les études spécialisées qui se poursuivent au début de l’année N+1. Dans l’idéal, leurs premiers résultats sont disponibles au printemps N+1, permettant en retour aux fouilleurs d’en tenir compte pour la campagne de fouille de l’été N+1. Ces études spécialisées sur les éléments issus de la fouille de l’année N, achevées en N+1, figurent donc dans le rapport scientifique N+1.

24Ce décalage n’est pas obligatoire : une étude spécialisée peut être remise dans l’année de la fouille d’où proviennent les éléments étudiés, ce qui suppose que le travail du spécialiste et sa communication avec le fouilleur soient immédiats. Quand cela n’est pas possible, ce décalage permet d’éviter les déficits scientifiques entraînés par une prise en compte insuffisante des indications de contexte dans les études.

25Ce décalage rend provisoire la synthèse de terrain de l’année N mais tant que dure la fouille, cette synthèse est de toute façon provisoire, car évolutive. Si par ailleurs des éléments du référentiel de terrain produits en N sont complétés ou modifiés par des résultats d’études disponibles en N+1 (l’interprétation d’une unité stratigraphique par exemple), ils sont explicitement mis à jour dans le référentiel (cumulatif) du rapport de terrain N+1.

26La principale objection soulevée a été le manque de temps pour réaliser les rapports de terrain complets exigés par ce processus, dans le bref délai qui court entre la fin d’une campagne de fouille et la fin de l’année. La solution est de limiter le temps de la fouille proprement dite pour dégager celui nécessaire à l’élaboration du rapport, en particulier en intégrant la production du référentiel de terrain dans la durée de la campagne de fouille. Cette solution est seule à même de résoudre le problème, présent à Bibracte, de l’accumulation de données de terrain (en particulier stratigraphiques) non dépouillées et indisponibles pour les études ultérieures.

Rythme et projets pluriannuels

27Documents de référence assurant une livraison régulière des données primaires et des états successifs de synthèse tirée de ces données, les rapports annuels fondent le processus de production archéologique. Les rapports scientifiques d’opération programmée ont une deuxième fonction : celle de conduite de projet, de bilan et d’évaluation. Cette fonction stratégique s’inscrit dans l’actuel rythme triennal, appelé à devenir quadriennal, de la programmation de la recherche.

28Les rapports des premières années d’un programme pluriannuel sont « intermédiaires », en ce sens qu’ils résultent d’un programme en cours précédemment défini et approuvé par la Cira. Outre la production archéologique proprement dite (rapports de terrain et d’étude), ils comprennent une partie spécifique faisant le bilan de l’avancement du programme de recherche. Ce bilan, établi par le directeur scientifique de Bibracte, replace les résultats de l’année au regard des objectifs du programme en cours. Il s’agit d’un exercice de synthèse et d’autoévaluation utile pour le pilotage de la recherche, et souhaité par les évaluateurs du Sra et de la Cira.

29Dans le rapport de la dernière année du programme, ce bilan porte sur l’ensemble du programme écoulé et met en évidence les acquis et les points en suspens par rapport aux objectifs initiaux. Il est suivi d’une partie spécifiquement consacrée au projet de recherche, qui présente la proposition de programme pour les quatre ans à venir, ainsi que les perspectives à long terme dans lesquelles cette proposition s’inscrit. Ce bilan et ce projet se situent au niveau synthétique des problématiques d’étude du site, ils renvoient aux rapports annuels de terrain et d’étude pour le détail des résultats. Ils sont élaborés en concertation avec les chercheurs, en tenant compte de leurs problématiques spécifiques, mais établis in fine par la direction scientifique de Bibracte après avis du conseil scientifique. Ce cycle pluriannuel de suivi de la programmation scientifique s’ajoute ainsi, dans les rapports scientifiques, au cycle annuel de la production d’information.

Du rapport à la publication : la diffusion d’états successifs de la recherche

30En aval de la recherche se pose la question de la publication et de son articulation avec les rapports. À Bibracte, l’objectif est d’intégrer rapports et publication en un même système de diffusion des différentes étapes de la recherche, recourant à des supports adaptés à la structure de l’information.

La publication : l’aboutissement d’une recherche

31Un rapport d’opération archéologique a l’existence juridique d’un « document administratif » (après réception par l’État), qui le rend consultable par tout chercheur (les rapports de Bibracte, munis d’un Isbn, ont de plus le statut d’un document publié). Rendant compte d’une recherche en cours, il livre un état à jour mais non définitif de l’information. Dans le processus de Bibracte, la succession des rapports d’étude ou de terrain doit mener à une publication, ici conçue comme l’état abouti d’une recherche suivant les deux axes de synthèses indiqués plus haut (portant sur un espace fouillé, ou portant sur un thème transversal).

32Il est proposé que ces publications reprennent la division structurelle des rapports, en synthèse et référentiel. En ce qui concerne les publications de fouilles, le référentiel serait directement issu du dernier rapport (référentiel cumulé à jour pour toute la fouille). La synthèse publiée mettrait à jour les synthèses provisoires des rapports de terrain, en intégrant tous les résultats d’études spécialisées, et les élargirait en replaçant les apports de la fouille dans leur contexte chrono-culturel, à commencer par celui de l’ensemble du site de Bibracte.

33Les données primaires de terrain étant en principe totalement traitées dès le terme de la dernière année de fouille grâce au référentiel tenu à jour, le temps propre de publication ne comprendrait que l’achèvement des études spécialisées et l’élaboration de cette synthèse plus aboutie. Le délai de publication peut donc être maîtrisé et rapide, même pour des fouilles importantes ; rompant ainsi avec la pratique consistant à accumuler des années durant les données de terrain non traitées (en particulier stratigraphiques), comptant sur la phase de publication pour ce traitement. Non seulement cette pratique est dommageable aux études spécialisées transversales, mais elle induit des délais de publication incontrôlables.

Supports et modalités de diffusion des rapports et publications

34Le principe d’un rapport scientifique ou d’une publication intégrant des référentiels complets se heurte à des coûts importants d’impression et de diffusion en édition traditionnelle. Le recours aux nouveaux supports et standards numériques lève cet obstacle. La distinction entre synthèse et référentiel est matérialisée par une division en deux volumes (cf. supra, fig. 1). Ces volumes sont tous deux maquettés, mis en pages et imprimables. Ils sont tous deux disponibles et diffusés sous forme numérique (format Pdf). Cependant, seul le volume de synthèse est diffusé sous forme papier. Cette solution a pour effet critiquable de reporter sur le lecteur le coût de l’impression du référentiel (s’il souhaite l’imprimer), mais elle permet une transmission sans perte de qualité des photos, documents de grande taille, documents géoréférencés, et même des représentations 3D (avec les dernières évolutions du format Pdf). De plus, le support numérique convient bien à la consultation du référentiel, grâce aux outils de recherche textuelle (présents dans tous les logiciels gratuits de lecture de fichiers Pdf).

Une mise en pratique progressive

35Les précédents rapports annuels de Bibracte (2010 et 2011) intégraient déjà des éléments d’amélioration. Le rapport 2012 franchit un double cap : celui d’une production régulée suivant une « chaîne éditoriale » aux étapes et délais définis, et celui d’une organisation de l’information s’inscrivant dans les principes exposés plus haut. Un chapitre « méthodologie de la recherche » présente l’évolution des protocoles et des outils employés (thésaurus analytiques, base de données, traitement de l’information spatiale, stratigraphique, chronologique…) et contient une version longue du présent article. Les deux volumes de référentiels et de synthèses sont disponibles en ligne (www.bibracte.fr ; mot-clé : Rapport).

36Il n’est cependant qu’une étape dans une démarche collective d’amélioration des rendus scientifiques dont les premiers effets, déjà sensibles, ont amené de meilleures évaluations. Cependant, bien des choses restent à débattre, à développer, à mettre au point méthodologiquement et pratiquement. Nous avons bien compris que ces évaluations plus positives sont un encouragement à poursuivre l’effort, et non à le relâcher.

Haut de page

Bibliographie

Barral Ph. & H. Richard (dir.). 2009. Fouilles de la fontaine Saint-Pierre au Mont Beuvray (1988-1992, 1996). Aménagements d’une source sur l’oppidum de Bibracte. Glux-en-Glenne, Bibracte (Bibracte ; 17), 263 p.

Chaillou A., R. Moreau & V. Guichard. 2008. « L’archivage et la gestion des données de fouille à Bibracte, centre archéologique européen », in : Gestion de la documentation scientifique et des mobiliers issus des opérations archéologiques dans le cadre de la réglementation actuelle. actes du séminaire au Centre archéologique européen du Mont-Beuvray Glux-en-Glenne (Nièvre), 25-27 septembre 2006. Paris, ministère de la Culture et de la Communication : 158-173 [http://www.culture.gouv.fr/culture/dp/archeo/pdf/bibracte_2006.pdf].

Desachy, B. 2008. « Le Stratifiant, un outil de traitement des données stratigraphiques », Archeologia e calcolatori, 19 : 187-194 [http://soi.cnr.it/archcalc/indice/PDF19/15_Desachy.pdf].

Gruel, K. & L. Popovitch. 2007. Les monnaies gauloises et romaines de l’oppidum de Bibracte. Glux-en-Glenne, Bibracte (Bibracte ; 13), 384 p.

Olmer, F. 2003. Les amphores de Bibracte (2). Le commerce du vin chez les Éduens d’après les timbres d’amphores. Catalogue des timbres de Bibracte de 1984 à 1998. Catalogue des timbres de Bourgogne. Glux-en-Glenne, Bibracte (Bibracte ; 7), 375 p.

Paunier, D. & Th. Luginbühl (dir.). 2004. Le site de la maison 1 du Parc aux chevaux (PC 1). Des origines de l’oppidum au règne de Tibère. Glux-en-Glenne, Bibracte (Bibracte ; 8), 240 p.

Haut de page

Notes

1  À l’échelon national, l’archéologie programmée a récemment fait l’objet de recommandations d’un groupe de travail du Cnra (Conseil national de la recherche archéologique, Conclusions du groupe de travail sur l’archéologie programmée, séance de clôture du 29 juin 2012).

2  Le problème du temps important de réalisation du diagramme stratigraphique est aujourd’hui largement résolu par l’existence d’outils informatiques ; l’un d’entre eux (« Le Stratifiant », Desachy 2008) est mis à disposition des chercheurs de Bibracte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Bibracte, exposé de synthèse et référentiel archéologique dans le rapport annuel du programme de recherche
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1960/img-1.png
Fichier image/png, 34k
Titre Fig. 2
Légende Complémentarité entre exposé synthétique et référentiel analytique : exemple pour un rapport de terrain
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1960/img-2.png
Fichier image/png, 50k
Titre Fig. 3
Légende Bibracte, principe de succession des étapes de réalisation du rapport annuel
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1960/img-3.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Desachy, Sébastien Durost, Myriam Giudicelli et Vincent Guichard, « Rapports scientifiques de fouilles programmées et publications de Bibracte », Les nouvelles de l'archéologie, 130 | 2012, 58-64.

Référence électronique

Bruno Desachy, Sébastien Durost, Myriam Giudicelli et Vincent Guichard, « Rapports scientifiques de fouilles programmées et publications de Bibracte », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 130 | 2012, mis en ligne le 30 décembre 2015, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/1960 ; DOI : 10.4000/nda.1960

Haut de page

Auteurs

Bruno Desachy

Epcc Bibracte, ministère de la Culture, Umr 7041,
b.desachy@bibracte.fr

Sébastien Durost

Epcc Bibracte,
s.durost@bibracte.fr

Myriam Giudicelli

Epcc Bibracte,
m.giudicelli@bibracte.fr

Vincent Guichard

Epcc Bibracte,
v.guichard@bibracte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org