Navigation – Plan du site
Dossier

Archives de l’École française d’Athènes

Caterine Pottet-De Boel et Dominique Mulliez
p. 47-51

Texte intégral

Présentation des archives manuscrites

1L’École française d’Athènes, fondée en 1846, possède une bibliothèque et un fonds d’archives. Si la première remonte presque à la fondation de l’École, l’existence des archives remonte pour l’essentiel au xxe siècle, à quelques exceptions notoires près, concernant les premières grandes fouilles.

2Les archives de l’École française d’Athènes peuvent se définir en trois ensembles ou fonds : un fonds d’archives manuscrites – qui se décomposent elles-mêmes en archives administratives et scientifiques – confié à la bibliothèque ; un fonds d’estampages épigraphiques (6 000 environ), confié aux membres épigraphistes de l’École ; un fonds iconographique confié à la photothèque-planothèque composé d’une part de documents photographiques (environ 600 000 clichés, dont 14 000 plaques de verre), d’autre part de plans, relevés topographiques ou architecturaux, dessins (près de 38 000 documents, dont près de 250 aquarelles datant pour l’essentiel des grandes fouilles de Delphes et de Délos).

3Même si ces dépôts sont éclatés entre différentes entités et différents inventaires, ils ont des points communs : leur localisation à l’École française d’Athènes, leur caractère d’archives vivantes, en perpétuel accroissement, leur rôle documentaire pour des chercheurs habilités.

  • 1 Cet article doit beaucoup aux notes de mes prédécesseurs et en particulier Évelyne Rocchetto, conse (...)

4En tant que responsable actuel de la bibliothèque, nous ne parlerons principalement que des archives manuscrites 1. Les archives iconographiques sont autonomes par rapport à la bibliothèque.

5Les archives manuscrites renferment des documents remontant au xixe siècle pour les uns comme les carnets de fouilles, datant du xxe siècle pour la plupart des autres – les rapports scientifiques, la correspondance administrative, les mémoires des membres, leurs thèses et les travaux des chercheurs stagiaires ou associés, comme géographes, topographes, restaurateurs. Elles contiennent aussi, au sein des dossiers, des documents graphiques – cartes, plans, dessins et photographies – ainsi que des documents numériques, CD et plus rarement audio-visuels.

6Le statut intellectuel de ces archives est très divers. Certains documents émanent de services ou d’équipes, d’autres sont des documents individuels produits par des archéologues, des architectes, des stagiaires, des étudiants. Les uns constituent des sources primaires comme les carnets de fouilles, les études ; les autres, destinés dès leur production à la communication, relèvent de la littérature grise, comme les mémoires, les thèses et les rapports. On distingue dans les archives scientifiques d’une part les documents liés à une activité de terrain (un site, une date) comme les carnets, les rapports, les plans, les relevés, d’autre part les études.

7Un cadre de classement a introduit une dichotomie entre archives scientifiques et archives administratives. Dans la pratique, cette partition souvent arbitraire a entraîné au fil des classements de nombreux doubles involontaires. Au fur et à mesure du traitement, elle s’avère aussi parfois difficile d’application. Ainsi, la cote ADM 6.2.1 Voyages, missions, fouilles (ordres de mission, moyens, correspondance, rapports, carnets…) est, jusqu’à maintenant, vide et la plupart des documents pouvant en dépendre ont été insérés dans les archives scientifiques du site auquel ils se rattachent ; la sous-série 7 des archives scientifiques, dévolue aux moyens, reste aussi peu utilisée pour cause de versement dans les archives administratives.

8Leur statut juridique est diversifié : archives définitives, publiques ou privées. La plupart des fonds ont un statut mixte : archives liées à un site, mais aussi à une personne. Certains sont, de manière nette, des archives privées, entrées le plus souvent par don de la veuve ou des descendants. Ce sont les papiers d’archéologues regroupés sous la cote FPArch. Notons, que la correspondance se raréfiant dans les dépôts les plus récents, les fonds ont tendance à être plus généralement publics.

9Le projet d’un local mieux adapté à la conservation et à l’accroissement des collections ouvre, pour 2007, des perspectives nouvelles.

Fonds complémentaires

10Les archives de l’École française d’Athènes ont été éclatées au fil des années entre celles de ses différentes tutelles : archives du ministère de l’Instruction publique devenues série F/17 des Archives nationales ; de l’Académie, séries G et K ; de la bibliothèque de l’Institut ; du centre des archives contemporaines (Fontainebleau) ; archives diplomatiques (Nantes), de la défense (Vincennes) ; de l’École normale supérieure ; des musées du Louvre et des Antiquités nationales ; de la Bibliothèque nationale de France ; du département des Monnaies, Médailles et Antiques ; de l’Institut national d’histoire de l’art ; de la bibliothèque Méjanes (Aix-en-Provence) ou encore l’Institut archéologique de Tirana (Albanie). Pour toutes ces localisations, le site de l’Area « Archives de l'archéologie européenne » est extrêmement précieux.

La gestion des archives de 1998 à 2007

11Jusqu’en 1998, la gestion des archives manuscrites comme celle de la bibliothèque a été dévolue à des archéologues, des historiens, souvent anciens membres de l’École. Différentes initiatives ont été prises durant cette période.

12En 1920, les premiers inventaires des archives administratives sont établis sous la direction Picard et un numéro est attribué aux documents traités. En 1970, un service des archives est créé avec cahier d’enregistrement pour les documents et organisation du classement en trois rubriques : « Sites », « Eco », « Divers ». À partir de 1998, le traitement des archives est enfin confié à des professionnels, mais, à vrai dire, bibliothécaires plutôt qu’archivistes. Les seuls archivistes présents aux archives – et de manière temporaire – ont été des stagiaires de l’École des Chartes, par exemple, ou un jeune vacataire titulaire du Dess Histoire et archives (université d’Angers). Avec le transfert des archives dans leur local actuel, l’année 1998 marque le recours non plus seulement au classement, mais aussi à la description. À partir de cette date aussi, nous disposons de rapports d’activité spécifiques pour les archives.

Archives scientifiques

13Jusqu’en 1998, les archives scientifiques sont enregistrées sur un cahier d’inventaire selon un classement topographique (par sites), par ordre d’enregistrement et avec une description succincte. Il en est de même pour les archives administratives, mais sans classement. En outre, un certain nombre de documents sont classés dans des dossiers, sans enregistrement. Beaucoup, enfin, ne trouvent aucune place et constituent au fil des années un vrac impressionnant.

14Classement : Le classement adopté pour les archives scientifiques se fonde sur le tri par site et se décompose ensuite en sept sous-séries : 1 – rapports de fouilles et documents liés ; 2 – carnets ; 3 – études ou dossiers thématiques ; 4 – fonds ; 5 et 6 – mémoires, thèses et littérature grise des membres de l’École (en 5) et des auteurs extérieurs à l’École (en 6) ; 7 – moyens.

15Traitement informatique : Le travail du responsable des archives, alias conservateur de la bibliothèque, celui de différents stagiaires des Chartes et de vacataires, ainsi que la collaboration active de l’Area ont permis, en moins de dix ans, de verser au catalogue informatisé plus de 1 970 notices correspondant à des unités archivistiques, c’est-à-dire des dossiers décrits selon trois niveaux : titre d’ensemble selon des descripteurs normalisés, dépouillement en sous-dossiers, indexation par le sujet. Durant cette période, 26 fonds différents ont été classés, conditionnés et décrits au format bibliographique du catalogue informatisé. La plupart correspondent aux grands sites de fouilles attitrés de l’École française d’Athènes, soit, pour les citer par ordre chronologique de l’ouverture des fouilles : Delphes, Délos, Argos, Thasos, Philippes, Malia, Amathonte (Chypre), Dikili Tash. Il s’y ajoute les dossiers concernant les régions ou sites suivants (par ordre alphabétique) : Albanie, Asie Mineure, Attique, Béotie, Chalcidique, Chypre, Crète, Epire, Grèce centrale, Îles, Macédoine, Phocide-Locride, Ptoïon, Thessalie, Thrace. La notice du dernier fonds versé au catalogue informatisé de la bibliothèque, le fonds Georges Daux, apparaîtra sur le site Area dès la refonte de ce dernier. En 2007, restent à traiter les fonds Attique et Péloponnèse. Le vrac est presque totalement ventilé.

16Les archives de l’Éfa sont aussi riches en fonds d’archéologues : les fonds Yves Béquignon (1899-1990), Paul Courbin (1922-1994), Georges Daux (1899-1988) et Charles Picard (1883-1965) – soit 34 boîtes d’archives – figurent au catalogue informatisé de la bibliothèque. Sont en attente de traitement les archives classées de différents membres de l’École comme Johannes Pâris, membre en 1907, Gustave Blum, membre en 1911, ou encore Charles Delvoye (1917-…), Jean Deshayes (1924-1979), Michel Feyel (1911-1945), Albert Grenier (1878-1961), Jean Jannoray (1909-1958), Gabriel Leroux (1879-1915), Nikolaos G. Svoronos (1911-1989), et René Vallois (1882-1962). Tout récemment, une partie des archives Pierre Amandry (1912-2006) a rejoint l’Éfa. Les dépôts d’archives scientifiques sont toujours les bienvenus.

  • 2 Pactols : Peuples et cultures, Anthroponymes, Chronologie relative, Toponymie, Œuvres, Lieux, Sujet (...)

17Catalogage et indexation : En 1998, décision est prise de décrire les unités archivistiques dans le format bibliographique informatisé Marc 21. En quelques années, le niveau de description et le choix du thésaurus de référence pour les descripteurs sont déterminés. Depuis 2004, est appliquée une méthode de description qui fixe la répartition des données dans les zones de la notice bibliographique et utilise les descripteurs du thésaurus Pactols 2 de Frantiq, adapté à nos besoins.

Les archives et leur public

18Qui a recours à ces archives ? Les membres de l’École pour leurs travaux de fouilles et recherches, mais aussi tout chercheur étranger à l’École. La consultation est soumise à autorisation, accordée ou non en fonction à la fois de la pertinence de la demande et de l’état des documents.

19La numérisation a été mise en place pour les documents iconographiques de 2000 à 2003, pour l’épigraphie de Delphes (6 000 documents), la sculpture d’Argos (400 documents), les sites de Dikili Tash (2 730 documents) et de Malia (2 820 documents) et sera bientôt à l’étude pour les archives scientifiques.

20Étrange silence, toutefois, des publications de l’École sur les sources internes disponibles. L’ouvrage La redécouverte de Delphes, publié en 1992 pour le centenaire des fouilles du site, ne fait apparaître les archives de l’École dans aucune des contributions. Seul le remarquable chapitre « En feuilletant le Journal de la grande Fouille » (p. 149-179), dû à Anne Jacquemin, ne cache pas ses sources. Elle s’attache à montrer combien évoluent le ton et la méthode du journal en fonction de ses rédacteurs et annotateurs successifs et comment ce texte permet d’esquisser un portrait des archéologues sur le site, d’Émile Bourguet à G. Colin. En vérité, il nous semble lire à travers ce volume un certain désamour de l’École pour ses archives manuscrites ou, du moins, un manque de curiosité pour l’exploration, certes parfois difficile à cette période 1992-1996, mais si riche et vivante.

21Dans le numéro spécial du Bulletin de correspondance hellénique consacré au cent cinquantenaire de l’Éfa (Bch, 120-1 (1996) : 242-243), on cite les archives de la Société archéologique d’Athènes, les Archives centrales de l’État, les archives du service archéologique du Musée national, celles de l’éphorie de Delphes. Les archives propres de l’École restent pratiquement dans l’anonymat.

22Roland Etienne, dans son introduction à L’espace grec : 150 ans de fouilles de l’École française d’Athènes, consacre quelques lignes au centre de documentation exceptionnel dont disposent les chercheurs et présente ainsi les archives scientifiques : « [elles] concernent pour l’essentiel les fouilles de l’Éfa en Grèce, à Chypre et en Turquie, ainsi que des collections de musée publiées par l’Éfa. Elles sont constituées de photographies, de plans et d’archives manuscrites (notamment les carnets de fouilles) ». C’est évacuer bien vite la grande diversité des archives manuscrites qui évoquent les fouilles au quotidien, aussi bien sous leur aspect purement scientifique qu’administratif et matériel (demandes de moyens, d’autorisations de fouilles, de prélèvements, d’analyses topographiques), qui évoquent aussi les coûts en personnel et en argent des campagnes de fouilles, les incidents qui émaillent les chantiers, parfois drôles, parfois éprouvants – une piqûre de scorpion, une insolation…

Fig. 1

Fig. 1

Découverte de l’Antinoüs (13 juillet 1894), Journal de la grande fouille à Delphes 1892-1901

Archives de l’École française d’Athènes, cote : delphes 2-C-DPH 23 f. 211

Des exemples récents de l’utilisation des archives

23Si les chercheurs associés aux programmes de l’Éfa ont depuis longtemps l’habitude de recourir aux fonds de la photothèque et de la planothèque, qu’ils alimentent progressivement à mesure de leurs travaux, il n’en va pas de même pour les archives manuscrites. C’est que des archives non référencées sont des archives mortes. Le travail de classement et le signalement a désormais redonné vie à un ensemble dont toute la richesse est loin d’avoir été exploitée. Désormais signalées sur le site de l’Éfa dans le même catalogue que la bibliothèque et sur le site de l’Area, les archives manuscrites, de mieux en mieux connues, sont également de plus en plus consultées. Leur utilisation prend deux orientations principales, historiographique et archéologique.

Fig. 2

Fig. 2

Découverte de l’Aurige (28 avril 1896). Journal de la grande fouille à Delphes 1892-1901

Archives de l’École française d’Athènes, cote : delphes 2-C DPH 23 f. 447

24Dans le premier cas, il s’agit de trouver des éléments susceptibles de nourrir l’histoire de l’institution dans ses relations avec son ministère de tutelle, avec l’Académie des inscriptions et belles-lettres, avec les autorités grecques et avec les chercheurs eux-mêmes. Il s’agit aussi – et surtout jusqu’à présent – de rétablir les conditions de l’exploration archéologique de tel ou tel site. C’est ainsi, par exemple, que les éditions Kapon publieront très prochainement en grec et en anglais un ouvrage richement illustré et intitulé Les grands moments de l’archéologie. L’École française d’Athènes a naturellement été sollicitée pour produire les chapitres consacrés à Delphes et Délos. La redécouverte de Delphes avait déjà fourni jusque dans le détail la trame de l’histoire de la fouille conduite entre 1892 et 1902. Pour Délos, on s’est davantage intéressé à la période 1903-1913 et on a exploité, en particulier, le rapport adressé par le chef de travaux, Henri Convert, à l’issue de l’année 1903 et dont on trouvera ci-dessous un extrait :

Le matériel des fouilles est celui qui servit à Delphes. Il se composait, au 19 juin [1903], de 35 wagonnets, une plate-forme et de 1 700 mètres de voie de 0 m 90 de largeur, transportés l’année dernière à Délos pour les fouilles du portique tétragone. Ce matériel est insuffisant pour la campagne à entreprendre ; aussi, après un commencement d’organisation, vers la fin de juin, Sotiri Agious est envoyé à Delphes et en revient avec 1 300 mètres de voie, 22 wagonnets, 2 plates-formes, tout le matériel de l’atelier de réparation, des outils divers, des bois, des tuiles, etc. Alors, d’autres ouvriers sont appelés, les chantiers deviennent importants et le travail va bon train. L’impulsion donnée est telle que le matériel est encore insuffisant. Le 10 octobre, un caïque nous arrive du Pirée apportant du matériel qui venait de servir aux fouilles de Tégée et comprenant : 11 wagonnets, une plate-forme, 478 mètres de voie de 0 m 90, 2 croisements et quelques outils ; ce même caïque nous apporte aussi une fourniture de rivets, écrous, boulons, barres de fer et d’acier, coussinets, etc. qui permettront de faire toutes les réparations au matériel détérioré par 10 années d’usage.

Le matériel qui est à Délos se compose donc de : 68 wagonnets d’une contenance d’un demi-mètre cube, 4 plates-formes, 3 478 mètres de voies de 0 m 90 de largeur avec 8 croisements, un treuil à vis sans fin pouvant lever 5 000 kilos, une barque à voile.

Le petit matériel se compose de pelles, pioches, sapes, leviers, crics, brouettes, couffins et barils.

Un atelier de forgeron contenant une forge, enclumes, machine à percer, étaux, provenant de Delphes ; enfin une installation telle que l’on peut faire, sur place, toutes les réparations.

Tout le matériel peut être enfermé dans 3 magasins dont un faisant suite à l’atelier et deux autres y attenant à l’est et à l’ouest.

Une écurie pouvant contenir deux chevaux est adossée à l’atelier, à l’ouest. (Sous la cote Délos 1-1903)

25Pareil chantier supposait également une solide organisation, puisque durant les vingt-et-une semaines que dura la fouille en 1903, par exemple, on employa, selon les périodes, de 42 à 192 ouvriers : « sauf quelques anciens et bons ouvriers de Delphes, précise H. Convert, tous sont de Mykonos. Chaque lundi matin, un caïque les prend au port de Mykonos avec leurs provisions d’une semaine, car on ne trouve rien à Délos, et le samedi suivant, le soir, le même caïque les ramène au port pour d’autres provisions et la journée du dimanche à passer en famille ». Henri Convert, qui tint un compte précis, semaine après semaine, du nombre d’ouvriers recrutés, du nombre de wagonnets enlevés et du nombre de bêtes de somme utilisées (on compte jusqu’à 10 chevaux et mulets), ne manque pas non plus de noter les jours chômés à cause des « nombreuses fêtes de leur calendrier spécial », à cause du vilain temps qui empêche le départ du caïque de Mykonos ou encore, au début du mois d’octobre, parce que « beaucoup d’ouvriers vont faire leurs semailles ».

26Autre exemple : au moment où l’intérêt de l’École française d’Athènes se porte de nouveau sur la région du Mirabello, en Crète, on a examiné l’ensemble des archives disponibles à l’Éfa, en particulier pour les sites de Latô, Dréros et Sta Lénika. Grâce à la correspondance conservée et aux rapports de fouille adressés au directeur de l’époque, les archives de Dréros, notamment, ont éclairé certains aspects de la fouille des années 1932 et 1936, conduite par Pierre Demargne seul, puis par Pierre Demargne et H. Van Effenterre.

27Dernier exemple : s’est récemment tenu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres un colloque consacré aux frères Reinach, Joseph, Salomon et Théodore, auxquels a été associé le fils de Joseph, Adolphe Reinach 3. Les archives concernant Salomon Reinach (1858-1932) sont foisonnantes : une partie est conservée à Lyon, une autre, rendue accessible au public depuis le 1er janvier 2000, est conservée à la Méjanes à Aix-en-Provence. Les archives de l’Éfa conservent également un certain nombre de documents qui illustrent d’une manière ou d’une autre l’activité prolifique de cette famille. Parmi les archives de Salomon Reinach, on citera en particulier un ensemble de documents concernant l’affaire de la tiare de Saïtaphernès, un faux acheté par le musée du Louvre en 1896, mais aussi des carnets ou des copies de Salomon Reinach et de son neveu Adolphe Joseph (1887-1914), qui furent tous deux membres de l’Éfa.

28Les archives sont également utilisées à des fins heuristiques. L’un des derniers exemples en date est la recherche de l’Américaine Caitlin Ellis Barrett sur les figurines égyptianisantes découvertes à Délos, qui vise à les replacer dans leur contexte d’origine. La publication qui en a été donnée n’apportant que peu de lumière sur ces questions, Caitlin Ellis Barrett a sollicité l’autorisation de consulter les archives de l’Éfa, afin de disposer de descriptions des lieux de trouvaille. Elle a pu ainsi réévaluer le contexte archéologique et apprécier la place et l’importance de ces objets dans d’un ensemble mobilier plus large. Il s’agit de comprendre la situation sociale et l’arrière-plan culturel des occupants des maisons où ont été retrouvées ces figurines. Non seulement les archives ont permis de localiser la provenance jusque-là inconnue de figurines, mais aussi de préciser certaines localisations demeurées trop vagues dans la publication pour être utiles au projet de recherche. Souvent, les archives indiquent dans quelle pièce les figurines ont été retrouvées – même s’il ne faut pas confondre lieu de découverte et lieu d’usage –, voire précisent le contexte stratigraphique. Enfin, elles fournissent aussi la liste du matériel associé.

29La conclusion du chercheur résume assez bien l’apport des archives en la circonstance :

these objects do not seem to have been localized in any single area of the city, nor do they appear associated only with other Egyptian artifacts. Instead, they appear to have been absorbed completely and seamlessly into the religious life of the community, used by people from a wide variety of origins rather than Egyptian expatriates alone. This evidence of widespread religious syncretism testifies not only to the cosmopolitanism of late-Hellenistic society on Delos, but also to the inestimable value of the excavation notebooks in the Efa archives as research tools. Through my use of these archival materials to recover data on the archaeological context of the figurines, I hope to pay tribute to the authors of these notebooks : the skilled École française archaeologists whose meticulous recording and careful work have made it possible to reconstruct so much information about the life of the late-Hellenistic Delian community.

(Rapport remis à l'Éfa par C. Ellis Barrett)

30Il ne fait pas de doute que le signalement de ces archives et la mise en évidence de leur concours au progrès de la recherche favoriseront leur utilisation accrue dans les années à venir. En ce sens, la politique de valorisation doit aller de pair avec une extension des surfaces dévolues à cette documentation.

Haut de page

Notes

1 Cet article doit beaucoup aux notes de mes prédécesseurs et en particulier Évelyne Rocchetto, conservateur de 2001 à 2006. Je les en remercie.

2 Pactols : Peuples et cultures, Anthroponymes, Chronologie relative, Toponymie, Œuvres, Lieux, Sujets. Voir http://frantiq.mom.fr/html/pactols/pactols.html. Frantiq: réseau et bases de données des sciences de l’Antiquité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Découverte de l’Antinoüs (13 juillet 1894), Journal de la grande fouille à Delphes 1892-1901
Crédits Archives de l’École française d’Athènes, cote : delphes 2-C-DPH 23 f. 211
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/196/img-1.png
Fichier image/png, 550k
Titre Fig. 2
Légende Découverte de l’Aurige (28 avril 1896). Journal de la grande fouille à Delphes 1892-1901
Crédits Archives de l’École française d’Athènes, cote : delphes 2-C DPH 23 f. 447
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/196/img-2.png
Fichier image/png, 567k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caterine Pottet-De Boel et Dominique Mulliez, « Archives de l’École française d’Athènes », Les nouvelles de l'archéologie, 110 | 2007, 47-51.

Référence électronique

Caterine Pottet-De Boel et Dominique Mulliez, « Archives de l’École française d’Athènes », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 110 | 2007, mis en ligne le 05 mai 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/196 ; DOI : 10.4000/nda.196

Haut de page

Auteurs

Caterine Pottet-De Boel

Conservateur de la bibliothèque, École française d’Athènes
catherine.pottet-deboel@efa.gr

Dominique Mulliez

Direcetur de l’École française d’Athènes
dominique.mulliez@efa.gr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org