Navigation – Plan du site

« L’archéologie en images » à la Maison René-Ginouvès pour l’Institut du numérique de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense

Élisabeth Bellon, Brigitte Lequeux et Nathalie Le Tellier-Becquart
p. 54-57

Texte intégral

1Créé en octobre 2010 par le conseil d’administration de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, l’Institut du numérique de Paris Ouest, dénommé Ecrin, a l’ambition de devenir la plate-forme d’échanges, de propositions et de recommandations, d’études et de recherches pour accompagner le développement de l’économie numérique et la progression impressionnante des usages numériques innovants. Il est soutenu par le conseil général des Hauts-de-Seine (http://ecrin.u-paris10.fr/​index.php?static/​Presentation).

Numérisation d’archives scientifiques à la Mae1 : de la préservation du patrimoine à la création d’outils pour la recherche2

Interview d’Élisabeth Bellon réalisée par Valelia Muni Toke (Idn) le 29 avril 2011

Quels types d’archives traitez-vous et comment ?

Le service a en charge les archives scientifiques et administratives des laboratoires et des chercheurs de la Mae : archives de terrain des archéologues et des ethnologues, mais aussi documents relatifs aux programmes de recherche, à l’enseignement, à l’administration de la recherche…, en fait, tous les documents issus de la recherche individuelle ou collective et ce, quel que soit leur support, archives papier mais aussi archives électroniques. La gestion de ces documents est réalisée suivant les règles de l’archivistique et la réglementation définie dans le Code du patrimoine.

Ces règles sont peu connues au sein de la communauté des chercheurs car les services d’archives scientifiques sont rares… L’approche du document est différente de celle des bibliothèques et des centres de documentation – plus présents dans les universités ou au Cnrs. Implanter une fonction archives auprès des chercheurs implique donc tout un travail d’information et de sensibilisation. Les chercheurs de la Mae sont nombreux maintenant à réaliser l’intérêt d’une telle démarche pour la recherche. Notre travail ne se limite pas à la conservation des données ; il consiste aussi à valoriser les documents, à les diffuser auprès de la communauté scientifique internationale pour en permettre l’exploitation selon des objectifs principalement scientifiques et historiques. L’objectif du projet est aussi de répondre à un enjeu important pour les universités, à savoir de développer cette fonction archives, encore trop peu représentée, au risque de voir toute une partie du patrimoine scientifique disparaître !

Dans ce contexte, quels sont les enjeux de la numérisation ?

Il s’agit d’assurer la conservation pérenne des documents, et en particulier des archives de terrain qui sont conservées sur des supports fragiles (diapositives et négatifs, relevés au crayon…). Le deuxième enjeu est de faciliter l’accès aux documents pour les producteurs eux-mêmes, qui les réutilisent, mais aussi pour les autres chercheurs, français et étrangers, les étudiants… Le troisième enjeu concerne plus particulièrement les archives des fouilles françaises à l’étranger. La numérisation permet de restituer les données de fouilles au pays d’accueil et donc une partie de leur patrimoine détruit par la fouille. La numérisation s’est donc révélée être un outil formidable pour la diffusion des données de la recherche, et pas seulement un outil pour l’archivage sur le long terme.

Qui sont les acteurs impliqués dans ce projet de numérisation d’archives de fouilles archéologiques ?

Archivistes, informaticiens et photographes sont mobilisés en interne : c’est notamment le service photographique de la Mae qui valide les propositions du prestataire extérieur. La Maison René-Ginouvès ne dispose pas du matériel nécessaire pour mettre en œuvre des programmes de numérisation à grande échelle. En revanche, c’est bien là que sont préparés et classés les documents physiques en vue de leur numérisation : on organise leur transport puis leur récupération. On passe donc par une phase de récolement puis de numérisation – avec tous les tests et les vérifications intermédiaires que cela suppose. Lorsque le prestataire a livré la numérisation et son rapport final, les archives numérisées sont mises en ligne après accord du ou des chercheurs concernés. Les documents sont associés aux analyses figurant dans l’instrument de recherche. Le portail en ligne met à disposition une visionneuse. Le service utilise le logiciel libre Pleade (http://www.pleade.org/​fr/​presentation/​annonce.html) couplé au logiciel d’archives payant Arkheia (sociétés Anaphore et AJLSM ; http://www.anaphore.eu/​produits.php).

Quelle forme physique ont les données que vous numérisez ?

Il s’agit d’archives de fouilles archéologiques : carnets de terrain, inventaires de matériel, fiches-objet, relevés de terrain, dessins de matériel, négatifs, diapositives… L’urgence pour nous est de numériser les documents les plus fragiles : les photos argentiques, les écrits au crayon. Le premier lot a concerné le site néolithique de Khirokitia à Chypre : cette opération a été financée par le Tge Adonis du Cnrs en 2008 (http://www.tge-adonis.fr/​). Les fouilles ont eu lieu entre 1976 et 2009 et, depuis 1998, le site est classé au patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco. L’équipe de Khirokitia est internationale et rassemble des chercheurs de spécialités diverses : anthropologue, géoarchéologue, archéozoologue, céramologue… L’intérêt de la numérisation est de stabiliser ces données et de les rendre accessibles. Les fouilles se font sur des temps longs et il est important que l’équipe puisse avoir une visibilité de l’ensemble des données accumulées afin de les réinterpréter au besoin, au vu des découvertes successives. Dernièrement, nous avons remis au département des Antiquités de Chypre la totalité des archives des fouilles conduites sous la direction d’Alain Le Brun et d’Odile Daune-Le Brun.

Que numérisez-vous actuellement ?

On s’attelle à présent à quatre lots différents d’archives de fouilles : les plans et diapositives de la mission préhistorique au Kenya, dirigée par Hélène Roche depuis 1983 (fig. 1) ; les négatifs de la mission franco-jordanienne de Khirbet edh-Dharih, dirigée par François Villeneuve de 1984 à 2008 (fig. 2) ; les journaux graphiques de la mission française de Tel Yarmouth en Israël, dirigée par Pierre de Mirochedji de 1986 à 2009 ; les diapositives et plans de la mission franco-chinoise de la Keriya, Xinjiang, en Chine, dirigée par Corinne Debaine-Francfort de 1991 à 2009. Ce sont plus de 10 000 documents qui sont actuellement en cours de numérisation, au format .tif pour la conservation et .jpeg pour la diffusion. Une partie des archives sera immédiatement mise en ligne. Les autres documents seront diffusés après la publication des fouilles.

Fig. 1

Fig. 1

Vue générale du site d’Isenya et des stratigraphies lors de la campagne de 1986. Mission préhistorique au Kenya

(cl. H. Roche. Arch. Maison René-Ginouvès, HR83_03_666)

Fig. 2

Fig. 2

Panneau décoratif de la façade du temple de Khirbet adh-Dharih, campagne de 1984. Mission archéologique franco-jordanienne de Khirbet edh-Dharih

(cl. F. Villeneuve. Arch. Maison René-Ginouvès, FV104_66_10)

Quelles métadonnées pour ces documents mis en ligne ?

Les métadonnées externes sont celles de l’instrument de recherche en lien avec les archives numérisées. La description archivistique est hiérarchisée selon le principe de la norme générale et internationale de description archivistique ISAD(G). Le niveau de description le plus bas est celui du dossier, ou éventuellement du sous-dossier suivant le degré de précision donné par les chercheurs. Par ailleurs, certaines métadonnées sont directement associées aux fichiers images comme la description, le lieu de conservation, l’auteur du document, le copyright.

Le grand public est-il concerné également ?

Dans une moindre mesure, car ces documents sont essentiellement exploitables par des archéologues. Les historiens des sciences constituent eux aussi naturellement une audience directement visée dans la mesure où, par exemple, la méthodologie des fouilles peut être un objet de recherche. Au sein de la Mae, le service de documentation travaille plus directement à destination du grand public avec un projet documentaire de valorisation des travaux de la recherche.

Une vitrine multimédia pour l’archéologie3

2Les acteurs, souvent méconnus, de l’archéologie francilienne conservent précieusement les données collectées sur le terrain, cette discipline ayant pour particularité de détruire l’objet de son étude pendant la fouille. C’est à partir de ces données que sont produits les documents scientifiques. Parmi ces documents, l’image occupe une place importante : elle est à la fois un support de travail pour l’archéologue et un outil de communication permettant d’appréhender ce qu’est l’archéologie.

3La « vitrine multimédia pour l’archéologie », projet porté par le service Ingénierie documentaire et réseaux pour l’archéologie (Sidra), a pour objectif de rendre accessible à un large public (archéologues, chercheurs, étudiants, lycéens, amateurs…) ces ressources numériques produites par les chercheurs. Ces documents, présentés sous forme de dossiers à finalité pédagogique, permettront de répondre à certaines questions : en quoi consiste le travail de l’archéologue ? quels métiers peut-on exercer dans ce domaine ? quelles sont les activités des archéologues ? Les premiers reportages mis en ligne montreront différents aspects du travail des archéologues, du terrain à la communication des savoirs en passant par l’analyse en laboratoire.

4Ils porteront sur :

  • les fouilles du site chypriote de Khirokitia : des fouilles, menées pendant 30 ans, à la reconstitution d’un village du néolithique précéramique ;

  • quelques résultats et le fonctionnement d’un service d’imagerie et de microscopie optique de la Maison René-Ginouvès, Archéologie et Ethnologie ;

  • des reportages sur le travail des archéologues, comme l’archéo-logie expérimentale en matière de céramologie (fig. 3), la taille du silex…

Fig. 3

Fig. 3

Extrait du dossier sur l’école thématique «Technologie céramique», organisée par Valentine Roux et Laure Salanova du laboratoire Préhistoire et Technologie de la Mae (Umr 7055).

5Ce projet sera mis en ligne grâce à un outil de gestion d’images fixes et animées normalisé (Dublin Core) géré par le service Ingénierie documentaire et réseaux pour l’archéologie (http://www.mae.u-paris10.fr/​usr3225/​Presentation,32.html) de la Maison René-Ginouvès, Archéologie et Ethnologie. Il permettra aux chercheurs et aux communicants de la Maison d’intégrer dynamiquement dans leurs pages web des dossiers thématiques et/ou des images à des fins pédagogiques et/ou de valorisation scientifique :

6http://multimedia.mae.u-paris10.fr/​

7http://www.mae.u-paris10.fr/​prehistoire/​

8http://mae.hypotheses.org/​

Frantiq

Frantiq (Fédération et ressources sur l’Antiquité) est à la fois un réseau, un regroupement de bases de données et un ensemble d’outils. Créé en 1984, le réseau rassemble une trentaine de laboratoires et d’équipes de recherche (Cnrs, universités, ministère de la Culture, deux centres européens) qui ont accepté de mettre en commun sur internet leurs ressources documentaires sur « l’archéologie et les sciences de l’Antiquité depuis la préhistoire jusqu’à l’an Mil ». Cette coopérative a été institutionnalisée en 2010 avec la création d’un Groupement de services (Gds 3378) rattaché à l’Institut des sciences de l’homme et de la société (Inshs) du Cnrs et conventionné avec les partenaires non Cnrs : Inrap, Communauté d’agglomérations du Douaisis, Epcc Bibracte, ministère de la Culture (en cours), etc. Frantiq assure le développement et la maintenance de quatre principaux services à vocation documentaire :

1 – Le réseau Frantiq est à la fois un réseau humain de professionnels de l’information scientifique et technique (Ist) dépendant des laboratoires associés dans le Gds et un réseau de production de données. Le Groupement de services est piloté par un comité constitué d’une direction, d’une cellule de documentation localisée à la Mae (Nanterre) et d’une cellule informatique, localisée à la Maison de l’Orient méditerranéen (Mom) à Lyon. Il accompagne l’informatisation et/ou la migration des fichiers des producteurs, met en valeur et diffuse les informations du réseau, en tenant compte constamment des évolutions et en développant des partenariats tant nationaux qu’européens. Des groupes de travail ouverts à tous les partenaires s’organisent autour de projets spécifiques. Le Gds s’appuie, d’une part, sur des accords d’association avec les unités de recherche signataires ou sur des conventions de partenariat et, d’autre part, sur un conseil scientifique qui examine les bilans, définit des objectifs et aide aux orientations stratégiques.

2 – Le catalogue collectif indexé (Cci) est composé, pour moitié, de monographies, de littérature grise (rapports de fouille, travaux universitaires…) et de documents en ligne ; l’autre moitié recense et analyse des articles issus de publications en série, d’actes de colloques, de mélanges, etc. L’élaboration du Frantiq-Cci repose sur Koha, un système intégré de gestion de bibliothèque libre, qui permet aux partenaires de partager les tâches de catalogage : plus de la moitié ont déjà adopté ce nouveau mode de travail communautaire. L’enrichissement des notices par des indexations et des résumés est un des objectifs majeurs de développement, comme l’ajout des liens vers le texte intégral grâce à une collaboration en cours avec Persée (http://www.persee.fr)et Revues.org (http://www.revues.org/​). Le Frantiq-Cci comprend quelques 400 000 notices et permet leur transfert dans Zotero, gestionnaire gratuit de références bibliographiques.

3 – Le thesaurus Pactols (Peuples, anthroponymes, chronologie, toponymes, œuvres, lieux et sujets), spécialisé sur les sciences de l’Antiquité et l’archéologie de la préhistoire à la seconde guerre mondiale, est polyhiérarchique, évolutif et multilingue. Il répond aux normes internationales de description des ontologies. Élaboré avec l’aide des spécialistes, chercheurs et ingénieurs du réseau, il permet aux bibliothécaires et documentalistes d’indexer les documents de façon cumulative. Ce thesaurus est utilisable par tous, sous licence CreativeCommons. Il est interrogeable à partir d’un gestionnaire développé en opensource pour son usage OpenTheso.

4 - Le portail Frantiq offre à la communauté scientifique de nombreuses ressources documentaires issues d’une veille scientifique répartie : accès au catalogue, au thesaurus, à des sélections de liens…, et présente des actualités, des brèves, des offres d’emploi, etc. Il se veut collaboratif dans le respect de la charte de fonctionnement adoptée en 2011. Ces services, mis en ligne sur le web dès 1993, sont accessibles gratuitement sur www.frantiq.fr.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Vue générale du site d’Isenya et des stratigraphies lors de la campagne de 1986. Mission préhistorique au Kenya
Crédits (cl. H. Roche. Arch. Maison René-Ginouvès, HR83_03_666)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1959/img-1.png
Fichier image/png, 344k
Titre Fig. 2
Légende Panneau décoratif de la façade du temple de Khirbet adh-Dharih, campagne de 1984. Mission archéologique franco-jordanienne de Khirbet edh-Dharih
Crédits (cl. F. Villeneuve. Arch. Maison René-Ginouvès, FV104_66_10)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1959/img-2.png
Fichier image/png, 376k
Titre Fig. 3
Légende Extrait du dossier sur l’école thématique « Technologie céramique », organisée par Valentine Roux et Laure Salanova du laboratoire Préhistoire et Technologie de la Mae (Umr 7055).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1959/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Bellon, Brigitte Lequeux et Nathalie Le Tellier-Becquart, « « L’archéologie en images » à la Maison René-Ginouvès pour l’Institut du numérique de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense », Les nouvelles de l'archéologie, 130 | 2012, 54-57.

Référence électronique

Élisabeth Bellon, Brigitte Lequeux et Nathalie Le Tellier-Becquart, « « L’archéologie en images » à la Maison René-Ginouvès pour l’Institut du numérique de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 130 | 2012, mis en ligne le 30 décembre 2015, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1959 ; DOI : 10.4000/nda.1959

Haut de page

Auteurs

Élisabeth Bellon

Maison René-Ginouvès, Archéologie et Ethnologie, Usr 3225-Cnrs,
elisabeth.bellon@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Brigitte Lequeux

Maison René-Ginouvès, Archéologie et Ethnologie, Usr 3225-Cnrs,
brigitte.lequeux@mae.u-paris10.fr

Nathalie Le Tellier-Becquart

Maison René-Ginouvès, Archéologie et Ethnologie, Usr 3225-Cnrs,
nathalie.le-tellier-becquart@mae.u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org