Navigation – Plan du site

Les archives et l’archéologie

Le service d’archives départemental comme ressource documentaire au service de l’archéologie
Antide Viand
p. 50-52

Texte intégral

1Le développement sans précédent de l’archéologie dite « préventive » et le renouvellement profond des structures qui la mettent en œuvre ont, d’une certaine manière, changé la relation des archéologues aux fonds d’archives. Jusqu’alors, il a en effet souvent été d’usage de les consulter pour répondre à des interrogations ponctuelles. Que l’enquête documentaire ait été préalable ou consécutive à l’intervention, son objet avait le plus souvent trait à l’accumulation de données relatives à un objet patrimonial, un individu voire un événement.

2L’évolution de la discipline archéologique ayant pour corollaire celle de l’exigence en termes de restitution des résultats, cette relation, largement soutenue par le développement des technologies de l’information, a été amenée à prendre de nouvelles formes. D’opportuniste, cette relation est en somme devenue structurelle : les archives sont désormais interrogées de manière plus large, autorisant ainsi la constitution d’outils nouveaux, plus que jamais tournés vers la connaissance des territoires. Cet aspect, particulièrement développé au sein des services archéologiques de collectivité, fait écho à la diversification des structures, à la montée des enjeux patrimoniaux et à la mise en place de relations transversales entre services. Par ailleurs, numérisation et mise en ligne d’une partie des données contribuent à leur diffusion et à la mise en place d’une relation plus forte entre archives et archéologie. Cette relation aboutit de manière naturelle à la création de données nouvelles, constituant une strate supplémentaire des archives de l’archéologie.

Les archives départementales

3Le décret du 7 septembre 1790 institue les Archives nationales et leur confie la conservation des fonds administratifs de l’Ancien régime, ceux des nouvelles institutions ainsi que les archives saisies comme biens nationaux. Afin d’assurer une conservation en province, la loi du 5 brumaire an V (26 octobre 1796) instaure les Archives départementales. Celles-ci ont également pour vocation première de conserver les archives de l’Ancien régime, conjointement à celles des nouvelles institutions. Progressivement, les fonds à la fois publics et privés s’enrichissent et se diversifient. C’est ainsi que la loi du 21 décembre 1970 prévoit l’obligation, pour les communes de moins de 2 000 habitants, de déposer leurs archives anciennes auprès des départements. Ce dépôt reste facultatif pour les autres communes.

4Les Archives départementales conservent par ailleurs les documents produits par les conseils généraux, les préfectures et les administrations déconcentrées de l’État. En théorie donc, les pieces produites ou conservées par les services régionaux de l’archéologie devraient y être versées elles aussi. De manière générale, si la nature des fonds conservés par les Archives départementales est fixée par l’article R212-62 du Code du patrimoine, leur cadre de classement a connu un certain nombre de modifications.

Archives départementales et services départementaux d’archéologie

5À l’évidence, des relations privilégiées se font jour dès lors que les services participent d’une même autorité territoriale. C’est notamment le cas des archives et de l’archéologie, dont les objets d’étude se rejoignent parfois, au gré d’approches certes différentes mais complémentaires. La multiplication récente des services archéologiques départementaux s’appuie donc le plus souvent sur des notions de transversalité et de partage de l’information, auxquelles s’adjoint régulièrement une nécessité de valorisation. Leur rattachement au sein d’un organigramme reste toutefois d’un intérêt très limité, étant entendu que le champ de l’archéologie rencontre des domaines très variés, depuis la culture jusqu’à l’aménagement du territoire.

L’exemple des Hauts-de-Seine : les fonds d’un département récent

  • 1  Les séries M à Z correspondent aux archives dites « modernes ». Elles sont dénommées ainsi par opp (...)

6Créé en 1964, le département des Hauts-de-Seine est une entité administrative jeune. Il est constitué de 27 communes de l’ancienne Seine et de 9 de l’ex-Seine-et-Oise. De fait, les séries anciennes (A à I) et d’époque révolutionnaire (K et L) sont en général réparties entre les archives départementales des Yvelines et les archives de Paris, en raison de l’ancien découpage territorial. Par voie de conséquence, les fonds conservés aux archives départementales de Hauts-de-Seine concernent pour l’essentiel les séries modernes (M à Z), contemporaines (W)1 et les fonds d’origine privée entrés par voie extraordinaire (J, Fi et AV). S’il est donc exclu d’y réaliser des recherches sur le Moyen Âge et l’Époque moderne (au sens historique et archéologique du terme), les archives des Hauts-de-Seine recèlent cependant des documents parfaitement exploitables au plan archéologique.

7Sur un plan thématique, on retiendra par exemple le fort potentiel dans la perspective d’une archéologie industrielle. Installations classées, archives privées issues d’entreprises, mais aussi cadastre rénové de 1930 fournissent des informations indispensables à la connaissance de ce passé récent. Le département des Hauts-de-Seine, situé en petite couronne ouest de Paris, est en effet très tôt industrialisé, en raison notamment du large méandre décrit par la Seine, des nombreuses ressources géologiques et minéralogiques et des très denses réseaux de circulation terrestre. La mise en place de la première ligne ferroviaire pour voyageurs dès 1837 (de Paris à Saint-Germain-en-Laye) souligne le potentiel du secteur et la richesse de la documentation ainsi constituée. L’urbanisation actuelle et la très forte pression foncière ayant fait définitivement disparaître bon nombre de sites industriels en périphérie parisienne, la connaissance de ce patrimoine passe donc avant tout par les archives et l’archéologie.

8Dans la série P, les tableaux d’assemblage, les feuilles et les matrices du cadastre napoléonien représentent une ressource majeure. Considérant leur dimension figurée (par opposition aux matrices), ces éléments sont directement exploitables au titre de l’archéologie et participent pleinement d’études liées à l’évolution de l’urbanisme et des axes de circulation. C’est cependant une véritable transformation physique de la source cartographique qui en permet l’exploitation la plus actuelle, au moyen de l’outil informatique. Dans ce cadre, la numérisation des plans et leur géoréférencement permettent une intégration efficace au système d’information géographique.

De la numérisation des fonds à la mise en ligne des données

9La transcription de documents anciens en format numérique présente des avantages variés, parmi lesquels on retiendra avant toute chose la pérennisation de l’information et la facilité accrue de sa diffusion. Les manipulations sont ainsi considérablement limitées tandis que le nouveau document généré offre des modes d’utilisation renouvelés.

10Parallèlement, les politiques de numérisation et de dématérialisation ont pour effet la mise en ligne croissante d’une partie de la documentation. Ces projets d’envergure sont soutenus par le ministère de la Culture et de la Communication par le biais du programme national de numérisation du patrimoine culturel et de la création (« services numériques culturels innovants »), dans le cadre des objectifs retenus par la Commission européenne de construction d’Europeana. En 2012, l’accent a été mis sur l’innovation numérique afin d’encourager le renouvellement des usages culturels en assurant l’accroissement de la disponibilité de ce type de contenu. Expérimentation d’approches alternatives, promotion de nouveaux modes de consultation, veille technologique et partenariats interinstitutionnels comptent ainsi parmi les objectifs de cet appel à projets.

11La politique de numérisation et de mise en ligne des archives départementales des Hauts-de-Seine s’inscrit dans ce cadre, fournissant à l’archéologie l’opportunité d’accéder aux fonds dématérialisés, mais également celle de les enrichir. Ainsi, l’intégralité des feuilles et des tableaux d’assemblage du cadastre napoléonien sont numérisés et mis en ligne, tandis que, parallèlement, une campagne de géoréférencement permet au service archéologique d’intégrer ces fonds à son système d’information géographique. À terme, la mise en place d’une solution intégrée établissant un lien fonctionnel fort entre le Sgbd et le Sig autorisera une mise en ligne sous forme d’atlas, à la suite de l’Atlas du patrimoine de la Seine-Saint-Denis (http://www.atlas-patrimoine93.fr/​) et de l’Atlas des patrimoines du ministère de la Culture. Il restera à définir les relations formelles que cette architecture pourra entretenir avec la carte archéologique nationale, particulièrement dans le cadre de sa réforme et de la mise en place de Patriarche 2.

12Dans cette attente, le site récemment créé « Archives & patrimoine des Hauts-de-Seine » (http://archives.hauts-de-seine.net/​) regroupe et présente aux publics différents contenus patrimoniaux organisés en trois pôles : les archives, le riche fonds de la bibliothèque André-Desguines, l’archéologie. Au titre de cette dernière sont développés des contenus plus ou moins spécifiques, depuis les notices historiques de communes jusqu’aux notices scientifiques d’opérations. Une attention particulière a été portée à la diversité de la fréquentation, les aménageurs pouvant y trouver une aide technique en ligne tandis que chercheurs, amateurs et étudiants ont accès à des bibliographies thématiques et chronologiques.

La création de nouvelles données numériques

13Outre la numérisation de documents anciens, et notamment des plans, l’approche cartographique du territoire peut s’appuyer sur de nouveaux outils dédiés. L’utilisation de Gps pour les relevés topographiques permet désormais non seulement de générer des couches d’information géographique, mais aussi de les associer à des fonds numérisés. Il est ainsi possible de naviguer en temps réel dans le cadastre napoléonien ou dans tout autre plan numérisé, géoréférencé et chargé dans le terminal Gps. Entre autres exemples, il devient ainsi possible de vérifier en temps réel la concordance des vestiges in situ (bâtiments, jardins, voies, etc.) avec leur représentation cartographique. Les documents numérisés deviennent alors portables et mobiles, conduisant à mettre en œuvre la première étape de la recherche en archives directement sur le chantier archéologique.

Les archives de l’archéologie

14En tant que discipline collectrice d’informations matérielle et immatérielle, l’archéologie produit des documents qui doivent être considérés comme des archives à part entière et traités comme telles (article L523-65 du Code du patrimoine). On distinguera à cet effet les productions de synthèses (rapports de diagnostics ou de fouilles) de la documentation brute qui en aura permis la réalisation. Si les premières sont, au moins en théorie, duplicables, les secondes demeurent des sources uniques en tant qu’originales. Selon ce principe, les archives départementales du département, chef-lieu de région, ont vocation, au nom du service interministériel des archives de France, à conserver définitivement la documentation originale et les rapports d’opérations archéologiques. Une synthèse récente des textes régissant ce principe a été proposée lors de la journée d’étude consacrée au rapport de fouille (Billard 2010).

15Enfin, le regroupement des fonds concernant l’archéologie au sein des archives départementales gagnerait en cohérence si les archives des services régionaux de l’archéologie et surtout les rapports d’opérations archéologiques étaient versés de manière effective. Ainsi viendraient-ils compléter la documentation scientifique sur laquelle ils se sont appuyés. Dans le cas de départements dotés de services d’archéologie, le regroupement en un même lieu des archives de fouilles, des productions scientifiques (rapports, publication, etc.) et des collections offrirait une cohérence scientifique, documentaire et patrimoniale rarement atteinte.

16Une autre possibilité pourrait être offerte par les centres de conservation et d’étude promus par le ministère de la Culture et mis en œuvre grâce à des partenariats enrichissants. Au-delà de la conservation des collections dans des conditions optimales, la réunion en un même lieu de l’ensemble de la documentation scientifique pose les bases d’une exploitation optimale et d’une valorisation efficace. C’est probablement vers ce modèle dédié aux productions de l’archéologie, à leur conservation, à leur étude et à leur transmission qu’il conviendra préférentiellement de tendre.

Haut de page

Bibliographie

Billard, V. 2010. « Le cadre juridique de la conservation, de la communication et de l’exploitation du rapport de fouille », in : Ph. Soulier (dir.), Le rapport de fouille archéologique : réglementation, conservation, diffusion. Paris,De Boccard (Travaux de la Maison René-Ginouvès ; 11), 190 p.

Haut de page

Notes

1  Les séries M à Z correspondent aux archives dites « modernes ». Elles sont dénommées ainsi par opposition aux séries anciennes (antérieures à 1790) et aux séries d’époque révolutionnaire (1790-1800). À l’image de la diversité des entrées qui les constituent, les séries modernes sont des fonds très riches. Dans une démarche archéologique, elles livreront une documentation abondante sur l’urbanisme et l’archéologie industrielle (série S), le patrimoine religieux (série V) et les domaines (série Q). À ces quelques exemples s’adjoignent naturellement la série O des archives des ex-Sdap (service départementaux d’architecture), la série T des affaires culturelles, et particulièrement la sous-série 4T (monuments historiques, sites, fouilles, relations avec les sociétés savantes, etc.). Les archives contemporaines, au sens du cadre de classement, entrées par voie ordinaire sont regroupées au sein de la série W. Elles regroupent les fonds postérieurs au 10 juillet 1940, soit une énorme masse documentaire pour une archéologie du passé récent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antide Viand, « Les archives et l’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie, 130 | 2012, 50-52.

Référence électronique

Antide Viand, « Les archives et l’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 130 | 2012, mis en ligne le 30 décembre 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1951 ; DOI : 10.4000/nda.1951

Haut de page

Auteur

Antide Viand

Service archéologique des Hauts-de-Seine,
aviand@cg92.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org