Navigation – Plan du site

Réflexions autour du partage de la documentation en archéologie préventive

Gilles Bellan
p. 48-50

Texte intégral

1D’évidence, l’expression « documentation archéologique » désigne globalement la totalité des documents en rapport avec l’archéologie. Vaste ensemble qui regroupe des documents de nature physique et de degrés d’élaboration différents, mais qui toujours désignent, décrivent, commentent, imagent, montrent, exhibent « l’archéologique ». Quelquefois même, selon la législation mais aussi au gré des usages, des collections d’artefacts peuvent être considérées comme y appartenant. Mais nous préférons dans ce cas parler de « collection archéologique », par référence à « collecte » – et sans référence à collectionneur ! – et par souci de ne pas confondre le sujet en soi (objet, site, séquence sédimentaire, etc.) avec le traitement, le commentaire ou la représentation qu’on en fait (catalogue, plan, stratigraphie, etc.).

2Laissant de côté cette acception étendue du domaine documentaire et, arbitrairement mais momentanément, ce qui ressortit du genre de la « publication » éditée, les réflexions qui suivent s’appliquent en priorité à tout ce que peut produire la profession, plus particulièrement à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), depuis la fiche d’enregistrement et le carnet de fouilles jusqu’à la base de données et la « littérature grise », rapports préliminaires, intermédiaires et finaux en tous genres, mais encore minutes de fouilles, croquis, plans, cartes, clichés photographiques, etc. Ainsi diminué, le corpus n’en demeure pas moins considérable et surtout essentiel pour la profession.

3Considérable en raison du développement de l’archéologie préventive depuis trente ans : à plusieurs dizaines de milliers d’opérations archéologiques s’attachent des lots documentaires de nature et de qualité variées. Alors qu’au début du xxe siècle, un Déchelette maîtrisait globalement l’information archéologique de sa spécialité au point d’en pouvoir faire un manuel, un siècle plus tard, la « production » est telle que le même exercice est d’évidence impossible, qu’il s’agisse dans un premier temps d’accéder à la documentation ou d’en connaître seulement l’existence.

4Mais encore un corpus essentiel en raison du caractère fondamentalement testimonial de cette documentation, faisant part d’observations non réitérables, portant témoignage sur des réalités disparues ou difficilement disponibles. La démarche archéologique procédant par comparaison, parallèle, similarité ou disparité, continuité ou rupture des phénomènes, la confrontation documentaire est partie intégrante de la recherche, au même titre que le comptage et la statistique des données. En quelque sorte, la « valeur » de la documentation tient à la pérennité et à l’ubiquité que le document assure au sujet dont elle traite.

5Dans ces conditions, l’enjeu documentaire n’est pas des moindres et il est apparu nécessaire pour l’Inrap, à la fin de l’année 2005, de prendre en compte cette étape de la recherche. La finalité était double : d’une part, il s’agissait de mettre en partage la documentation scientifique en interne ; d’autre part, il s’agissait d’en signaler publiquement l’existence. D’emblée, la priorité a été donnée au rapport d’opération qui, naturellement, concentre un maximum de renseignements encore inédits et constitue en quelque sorte la « publication primaire » du site auquel il est associé. Qu’il s’agisse de préparer une opération à venir, une publication ou de participer à un projet collectif de recherche, l’utilité d’organiser le corpus des rapports conservé par l’Inrap allait de soi.

  • 1  Un treizième poste a complété le dispositif en 2009.

6La phase préparatoire menée à partir de 2006 a porté sur la structure et les normes du futur catalogue Dolia (basé sur le format international et interopérable Unimarc apte à cataloguer n’importe quel type de document, de la classique monographie à la minute de terrain), sur la recherche de l’outil de gestion documentaire (cahier des charges et acquisition), sur le périmètre documentaire et la politique de dotation en ouvrages. Par ailleurs, le projet prévoyait le recrutement de douze gestionnaires de documentation1 dont il fallait organiser les missions nationales et la répartition territoriale. Leur installation et l’ouverture d’espaces de documentation au sein des centres archéologiques, la « mise en production » du catalogue Dolia – rapidement accessible par l’internet – ont été effectives au cours de l’année 2008 (Bryas 2010, Souvant 2010).

  • 2  Selon que le rapport bénéficie d’un avis positif de la part de la Cira et que sa mise en ligne ne (...)

7Outre la nécessité d’ordonner une documentation dispersée, le projet était d’étendre l’accès des rapports d’opérations de fouille à un plus grand nombre de lecteurs par leur mise en ligne. Après une phase test sur l’intranet de l’Inrap, une sélection2 de ces rapports devient accessible sur l’internet via le catalogue Dolia à partir de fin 2009 ; au même moment, l’Inrap entreprend de faire numériser progressivement les plus anciens qui ne subsistent dans ses fonds que sous la forme papier.

8Désormais, le corpus détenu par l’Inrap est mieux cerné, avec un catalogue comptant plus de 16 200 notices dont environ 13 300 sont mises en ligne via Dolia (plus de 11 400 rapports de diagnostic et 1 800 rapports de fouille) ; la consultation des exemplaires papier est possible dans les centres de recherche archéologique selon des dispositions propres à l’Inrap et, toujours, dans les services régionaux de l’archéologie, tandis que la mise en ligne des rapports de fouille (plus de 300) et la numérisation se poursuivent.

  • 3  Cette exigence est rappelée dans le Contrat de performance entre l’Inrap et l’État : 2011-2013. Pa (...)

9Mais, pour l’Inrap, si cet effort sur le rapport d’opération doit se maintenir et réclame le dépôt systématique des rapports des autres opérateurs de l’archéologie préventive (article L. 523-11 du Code du patrimoine)3, il pourrait s’étendre encore à d’autres types de documents, comme les rapports d’activités, rapports techniques et rapports d’expertises en tous genres ; bref, s’étendre à l’ensemble de la littérature grise dont souvent l’intérêt scientifique reste méconnu sinon limité au cercle des initiés qui l’ont produite. Simultanément, il devient aussi urgent de mieux organiser la transmission des originaux des archives opérationnelles aux services de l’État avec le mobilier afférent tout en veillant à ce que ces données restent aisément disponibles pour les équipes opérationnelles de l’institut. À l’Inrap, ce versement s’organise désormais grâce à un nouveau réseau de gestionnaires de collection.

10Ce dispositif n’est jamais que la mise en ordre normale qu’un établissement (public) scientifique doit garantir à ses agents pour l’accomplissement de leur mission. Mais la mise en ligne progressive des rapports de fouille (à l’Inrap ou chez d’autres opérateurs comme la Communauté d’agglomération du Douaisis et à Archéodunum) n’est pas un acte anodin vis-à-vis de la communauté archéologique. Rendus publics, diffusés, validés par les Cira, les rapports de fouilles sont aujourd’hui à regarder autrement qu’il y a 20 ans. Nonobstant leur statut administratif propre à leur caractère contractuel, nonobstant leur nature de compte rendu d’activité professionnelle, un rapport est aussi un « document initial d’analyse ». À ce titre, il appartient à une catégorie de… publication, aussi spécifique soit-elle (Bellan 2010). Ne s’y trompant pas, l’Aéres considère d’ailleurs les rapports de fouilles comme appartenant à la production scientifique (Aéres 2012 : 11 et 36). Leur mise en ligne constitue donc un pas important vers un meilleur accès à l’information scientifique pour d’autres acteurs de l’archéologie.

11Mais du chemin reste à parcourir à la fois sur la « mise à disposition » et sur la « mise en commun », en particulier pour ce qu’il est d’usage d’appeler la « donnée », terme désignant toujours l’individu minimal d’une série enregistrée, qu’il s’agisse d’une unité stratigraphique ou construite, d’un tesson, d’un vase, d’un éclat… Même si, dans le rapport d’opération, ces données sont au minimum signalées, souvent analysées, respectivement dans les sections III et II des rapports d’archéologie préventive – telles que définies par l’arrêté du 27 septembre 2004 –, celui-ci est un document par nature « figé » qui physiquement ne permet pas une réexploitation des données qui lui servent de fonds. Par ailleurs, force est de constater qu’il s’agit là surtout d’informations primaires difficilement ou inégalement accessibles à la communauté scientifique. À cela bien des raisons : dispersion historique de la discipline, partage interinstitutionnel, pluralité des opérateurs, fractures des spécialités, toutes pouvant même se décliner en particularismes régionaux. Mais encore, en dépit de leur caractère public, ces informations primaires demeurent souvent confidentielles, lorsqu’elles ne s’enfouissent pas en archives de fouilles, pour finir par s’annihiler faute d’en avoir prévu la sauvegarde.

12Face à ces difficultés, on peut souhaiter un projet fédérateur visant à mettre en place une « plateforme » d’informations archéologiques « primaires », ordonnées et indexées, accessible aux chercheurs via l’internet ; une sorte de « dépôt légal » des séries de données issues de l’archéologie préventive. Pour ce faire, un des « chantiers » préalables, assorti d’une réflexion sur les droits d’auteur attachés à ces données, devrait être celui d’une réflexion pour l’établissement systématique de catalogues raisonnés des structures et des mobiliers observés lors des opérations archéologiques. Cette réflexion est complémentaire de celle en cours à la sous-direction de l’archéologie sur les inventaires de la section III des rapports d’opération.

13L’enjeu est non seulement de s’inscrire dans la politique de sauvegarde patrimoniale par la connaissance en créant des dispositifs complémentaires de ceux déjà existants, en particulier concernant la pérennité des formats d’enregistrement, mais encore de dynamiser la recherche en fluidifiant l’accès à l’information.

14Combiné à la mise en ligne des rapports de fouilles, ce partage des données aurait assurément pour conséquence de susciter d’autres ambitions pour les programmes et aux publications archéologiques qui, pour certains, consistent justement à publier une documentation dispersée et qui, pour d’autres, demandent trop souvent un lourd investissement en recherches documentaires. En outre, un tel « service » serait propice à constituer des corpus thématiques, des corpus typologiques de mobiliers ou de structures. Enfin, ce partage serait sans aucun doute la meilleure des garanties face aux risques réels ou imaginés de pillage des données…

Haut de page

Bibliographie

Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur. 2012. Critères d’évaluation des entités de recherche, le référentiel de l’Aéres.

Bellan, G. 2010. « 25 ans de rapports archéologiques : auto-édition et publication », in : Ph. Soulier (dir.), Le rapport de fouille archéologique : réglementation, conservation, diffusion.Paris, De Boccard (Travaux de la Maison René-Ginouvès ; 11) : 129-135.

Bryas, E. 2010. « Le projet documentaire de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) », in : Ph. Soulier (dir.), Le rapport de fouille archéologique : réglementation, conservation, diffusion.Paris, De Boccard (Travaux de la Maison René-Ginouvès ; 11) : 183-188.

Souvant, P. 2010. « Le projet documentaire de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) », in : Ph. Soulier (dir.), Le rapport de fouille archéologique : réglementation, conservation, diffusion.Paris, De Boccard (Travaux de la Maison René-Ginouvès ; 11) : 154-157.

Haut de page

Notes

1  Un treizième poste a complété le dispositif en 2009.

2  Selon que le rapport bénéficie d’un avis positif de la part de la Cira et que sa mise en ligne ne vienne pas compromettre un projet de publication dans un délai raisonnable.

3  Cette exigence est rappelée dans le Contrat de performance entre l’Inrap et l’État : 2011-2013. Paris : Inrap, 2011, § 3.1.1, p. 50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bellan, « Réflexions autour du partage de la documentation en archéologie préventive », Les nouvelles de l'archéologie, 130 | 2012, 48-50.

Référence électronique

Gilles Bellan, « Réflexions autour du partage de la documentation en archéologie préventive », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 130 | 2012, mis en ligne le 30 décembre 2015, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1949 ; DOI : 10.4000/nda.1949

Haut de page

Auteur

Gilles Bellan

Chargé de la production documentaire scientifique à l’Inrap, direction scientifique et technique/service mobilier et documentation archéologiques,
gilles.bellan@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org