Navigation – Plan du site

Le centre de conservation et d’étude de Campagne (Dordogne)

The Conservation and Research Center of Campagne
Jean-Paul Lhomme et Patrice Buraud
p. 34-37

Résumé

Les centres de conservation et d’étude (CCE) ont pour vocation de répondre, dans le cadre de l’application du code du Patrimoine, aux nouvelles attentes en matière de gestion du mobilier archéologique : conservation préventive pérenne du mobilier stocké, accessibilité du mobilier et de la documentation scientifique aux chercheurs, puis transfert des collections archéologiques en vue de leur valorisation patrimoniale aux musées de France ou à des structures agréées entrant dans un schéma régional de présentation muséographique (maison du patrimoine, musées de sites, etc..) Ils sont gérés par les Services régionaux d’Archéologie. Inscrit dans un schéma régional aquitain, le CCE de Campagne, basé au cœur de la vallée de la Vézère, à 6 km au sud-est des Eyzies-de-Tayac (Dordogne), est intégré à un Pôle mixte de recherche. Cette création novatrice regroupe un ensemble de structures institutionnelles qui développent des axes de recherche principalement dans le domaine de la préhistoire et favorise des liens étroits entre les différents partenaires français et étrangers. Ce lieu a donc pour vocation d’accueillir les acteurs de l’archéologie, de conserver et d’étudier les collections issues des opérations préventives et programmées, de mettre à disposition les archives scientifiques, d’organiser des séminaires et des programmes de formation, de participer à la diffusion des résultats de la recherche à destination de la communauté scientifique.

The aim of Conservation and Research Centers (Centres de Conservation et d’Etude: CCE) is to contribute to meeting new requirements for the management of archaeological materials in the framework of the application of Heritage laws. These requirements consist of permanent preventive conservation of archaeological materials, providing access to materials and scientific documentation to researchers, and the transfer of archaeological collections to French museums and accredited institutions for display and educational programs in the context of regional museographic programs (maison du patrimoine, site museums, etc.). These are managed by the Regional Archaeology Services. The CCE of Campagne is part of the Aquitaine regional program and is integrated within a Multi-research center (Pôle mixte de recherche). It is located in the heart of the Vezere Valley, 6 km to the south-east of Les Eyzies-de-Tayac (Dordogne). This innovative creation brings together several institutions whose research is mainly concentrated on the field of prehistory and enables close relationships between its French and International partners. The aim of this Center is to accommodate the actors of archeological research, to conserve and study the collections originating from preventive and programmed operations, to organize seminars and training programs, and to participate in the diffusion of research results to the scientific community.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Circulaire n° 2007/020 du 6 juillet 2007 relative au lancement du projet « Centres de conservation (...)

1Les centres de conservation et d’étude (Cce)1 ont pour vocation de répondre, dans le cadre de l’application du Code du patrimoine, aux nouvelles attentes en matière de gestion du mobilier archéologique : conservation préventive pérenne du mobilier stocké, accessibilité du mobilier et de la documentation scientifique aux chercheurs, puis transfert des collections archéologiques en vue de leur valorisation patrimoniale aux musées de France ou à des structures agréées entrant dans un schéma régional de présentation muséographique (maison du patrimoine, musées de sites, etc.).

Les Cce en Aquitaine : un schéma régional

2Depuis 1987, la direction régionale des affaires culturelles et son service régional de l’archéologie (Sra) ont initié une politique de création d’un ou deux lieux de conservation par département. Le but était de disposer d’un centre par département ou d’un centre couvrant une aire géographique d’un rayon de 50 km. Ainsi, l’ensemble du territoire aquitain était concerné. Ces structures ont été réalisées par convention entre l’État et des collectivités (municipalité, communauté de communes ou conseils généraux) propriétaires du bâti avec une mise à disposition gratuite auprès de l’état, en contrepartie de l’aide financière de ce dernier pour leur création. À ce jour, sept centres de conservation sont en fonction dans les cinq départements aquitains : Coulounieix-Chamiers (banlieue de Périgueux) et Campagne (vallée de la Vézère) en Dordogne, Pessac (banlieue bordelaise) et Vertheuil (Médoc) pour la Gironde, Mont-de-Marsan et Arthous pour les Landes, Aiguillon dans le Lot-et-Garonne, Hasparren en Pyrénées-Atlantiques. Deux nouveaux centres, l’un à Agen dans le Lot-et-Garonne (ouverture en 2013, en liaison avec le musée d’Agen et le conseil général du Lot-et-Garonne) et l’autre à Audenge sur le bassin d’Arcachon (ouverture en 2014, en partenariat avec le conseil général de la Gironde) vont compléter et finaliser le maillage territorial.

Le Cce de Campagne, pôle mixte de recherche

3C’est en réponse aux vœux exprimés dans le testament du marquis de Campagne, lors du don de cette propriété à l’État en février 1970, que la direction régionale des affaires culturelles d’Aquitaine a proposé en 2004 de créer, dans les communs du château, un pôle mixte de recherche à dominante préhistoire et regroupant, par convention, diverses institutions : l’Inrap, le service départemental d’archéologie (conseil général de la Dordogne), le service régional de l’archéologie (Drac Aquitaine) et l’Umr 5199 Pacea composée de l’université de Bordeaux 1, du Cnrs et du Mcc.

4Basé au cœur de la vallée de la Vézère, à 6 km au sud-est des Éyzies-de-Tayac, le domaine de Campagne (composé d’un château et de ses communs au sein d’un parc arboré) a fait l’objet, en août 2007, d’un transfert de propriété au conseil général de la Dordogne qui, par bail, met l’ensemble des communs à disposition de l’État, à titre gratuit, pour une durée de 20 ans renouvelable (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

En arrière-plan, façade sud des communs restaurés (cl. Viktor Karmanov)

5Les travaux de restauration ont été confiés au cabinet d’architectes bordelais Martine Arrivet et Jean-Charles Zebo. La réhabilitation des communs a débuté au printemps 2008, sous la maîtrise d’ouvrage de l’État (Crmh), pour un montant de 4 790 000 e intégralement financé par le ministère de la Culture (études et travaux). L’ensemble a été livré en juillet 2009.

  • 2 Hugues Plisson, tracéologue, chargé de recherches au Cnrs.

6Le centre de conservation et d’étude se développe sur quatre niveaux pour une superficie de 1 500 m² (fig. 2). Il comprend un espace de conservation des collections (un agent du Sra est affecté sur place et gère notamment 1 480 m linéaires de stockage), une antenne de l’Inrap Grand Sud-Ouest regroupant 21 personnes et intégrant leur propre lieu de conservation pour étude, des bureaux pour le service départemental de l’archéologie et un espace pour l’expérimentation et la tracéologie géré par le laboratoire Pacea représenté sur les lieux par un chargé de recherches2. Les espaces de traitement du mobilier archéologique (salle de lavage), les salles de réunion et d’étude, ainsi que les espaces de détente ont été mutualisés (Didelot 2010). Chaque occupant a la charge de son secteur, le service régional de l’archéologie assurant la coordination du fonctionnement du pôle mixte de recherche.

Fig. 2

Fig. 2

Axonométrie de l’ensemble des communs (© Cabinet d’architecture MAJCZ)

7Une deuxième phase de construction, dans le prolongement de l’existant (démarrage des travaux fin 2012), va permettre au musée national de Préhistoire d’y installer des réserves supplémentaires destinées à accueillir les résultats des récentes opérations préventives régionales, une salle d’étude et une petite unité de restauration des industries osseuses. Gérée directement par le musée, cette extension complétera le dispositif actuel.

8Ce pôle mixte doit contribuer au développement de la recherche, notamment en préhistoire, et favoriser des liens plus étroits entre les différents partenaires français et étrangers : personnels des musées, universitaires, membres du Cnrs, agents de la Culture et des collectivités territoriales, personnel de l’Inrap, bénévoles des associations… Ce lieu a donc pour vocation d’accueillir les acteurs de l’archéologie, de conserver et d’étudier les collections issues des opérations préventives et programmées, d’aider au développement d’axes de recherche, d’organiser des séminaires et des programmes de formation, de participer à la diffusion des résultats à destination de la communauté scientifique.

Réception, conservation et gestion des collections archéologiques

  • 3 Arrêté du 16 septembre 2004 portant définition des normes d’identification, d’inventaire, de classe (...)

9La politique régionale pour la création d’un maillage territorial de centres de conservation et d’étude s’accompagne de la mise en place d’une pratique encadrée pour la réception, la conservation et la gestion des collections archéologiques et leur documentation. Cette pratique élaborée depuis plusieurs années est renforcée aujourd’hui par les deux arrêtés de 20043relatifs à l’archéologie préventive sur le territoire national.

10La réception des archives de fouille et des collections archéologiques ainsi que leur gestion a toujours été l’une des priorités du service régional de l’archéologie d’Aquitaine (Laprie & Lhomme 2008). En 1995, à l’occasion de la réalisation de l’autoroute A89, une base de données relationnelles destinée aux opérateurs de terrain devait permettre de disposer des inventaires exhaustifs de toutes les archives de fouilles, mobilier archéologique compris. Cet outil cohérent, mais reconnu un peu « lourd » dans son utilisation, ne répond pas pleinement à des objectifs de gestion des archives scientifiques.

11Aujourd’hui, fort de quelques années d’expérience, le Sra Aquitaine a défini une nouvelle base de données régionale d’enregistrement et d’inventaire (dédiée uniquement au mobilier) plus souple et plus conforme à l’arrêté du 16 septembre 2004. Cette base reprend comme identifiant le numéro O.A. (opération archéologique) de Patriarche, ce qui assure le lien entre les différentes informations et productions administratives, scientifiques et techniques d’une même opération de terrain. Une réflexion est en cours avec l’ensemble des opérateurs œuvrant sur la région pour la mise à disposition de cette base auprès de chaque responsable de fouille qui l’alimentera par ses propres inventaires à l’issu d’une opération archéologique. Il reviendra aux responsables des Cce de compléter les champs intéressant la localisation de chaque collection ainsi inventoriée.

12À terme, les inventaires et la gestion des lieux de conservation seront placés sur un serveur qui pourra être interrogé via l’internet et sur autorisation du Sra Aquitaine. Afin d’harmoniser les espaces de stockages appropriés à la conservation et d’en faciliter leur mode de gestion, tous les lieux reçoivent les mêmes équipements, depuis les rayonnages jusqu’aux conditionnements.

Les archives du sous-sol à la disposition des chercheurs

13Comme tout autre Cce, celui de Campagne est placé sous la responsabilité et le contrôle scientifique du service régional de l’archéologie. À ce titre, l’accueil de tout chercheur, dans le cadre d’une étude sur des collections archéologiques, fait l’objet d’une autorisation donnée par le conservateur régional de l’archéologie après examen d’un dossier de demande. Cette autorisation établie en deux exemplaires est accompagnée d’un règlement intérieur du centre. La configuration des lieux permet à toute personne autorisée de disposer, suivant un planning prédéterminé, d’espaces fonctionnels mutualisés pour mener à bien sa recherche, à l’exemple de la salle d’étude de 150 m² (fig. 3) qui permet l’accueil simultané de plusieurs chercheurs.

Fig. 3

Fig. 3

Salle d’étude mutualisée

(Cl. Sra)

14Outre l’activité journalière du pôle mixte de recherche, la mise à disposition des archives du sous-sol (via la base de données pour la gestion des collections) et l’accueil des chercheurs d’horizons divers donnent tout son sens à ce lieu puisqu’il illustre les objectifs d’un Cce. Les collections archéologiques sont des archives vivantes qui, au fil du temps, alimentent par l’étude le discours scientifique. à l’heure actuelle, hormis les rapports d’opérations, les archives de fouilles sont réceptionnées et consultables au centre de documentation de la Drac à Bordeaux. À terme, la mise en œuvre de duplicata et de plans de numérisation va permettre au Cce de disposer de copies pour une consultation sur place.

15Une des particularités de ce centre tient au fait que bon nombre de responsables d’opérations, dont les collections qu’ils ont constituées sont conservées in situ, sont présents sur place par l’intermédiaire de leurs institutions associées au pôle mixte. Cette présence assure des contacts et des échanges lors de l’examen d’une série archéologique. Cette relation directe renforce la dynamique de recherche.

16Par sa spécificité de pôle mixte représentant toute la chaîne opératoire depuis le terrain jusqu’à la conservation, puis la diffusion, ce Cce autorise l’apparition de nouveaux programmes d’études sur les mobiliers et de recherches expérimentales pour les professionnels et les étudiants en archéologie. Ainsi, le laboratoire Pacea développe sur place la constitution de collections expérimentales de référence sur les technologies de la pierre taillée au Paléolithique. Il est de même envisagé la création d’une lithothèque régionale. Enfin, la proximité du musée national de Préhistoire et l’implantation prochaine de son « dépôt-silo » à Campagne faciliteront la dévolution définitive des collections paléolithiques vers un musée contrôlé. Depuis son ouverture, le pôle mixte de recherche affiche son dynamisme par des actions de formation et de recherche sur des programmes nationaux et internationaux :

atelier de photographie « Imagerie tracéologique 2D et 3D » rassemblant des participants russes, espagnols et hollandais, du 6 au 8 mai 2011 ;

rencontre pour la définition et la préparation d’un programme scientifique international franco-russe en mai 2011 ;

stage international « Technologie de la pierre taillée préhistorique : méthodologie et initiation pratique » organisé par le Cnrs et le laboratoire Pacea et lors duquel vingt-cinq participants de différents pays (France, Angleterre, Espagne, Pays-Bas, Russie, Iran, Afrique-du-Sud) ont été accueillis une quinzaine de jours, du 19 au 30 octobre 2011 (fig. 4) ;

accueil, pendant plusieurs mois, de deux doctorants syrien et américain pour l’étude de séries lithiques dans le cadre d’une collaboration scientifique avec l’Inrap.

Fig. 4

Fig. 4

Espace d’expérimentation lors du stage international sur la technologie de la pierre taillée

(cl. Sra)

17À ces quelques exemples, il faut ajouter l’accueil d’une dizaine de chercheurs et d’étudiants dans le cadre de la mise à disposition de collections.

18La réalisation récente du Cce de Campagne est le fruit de plusieurs années d’expérience qui ont permis d’optimiser un tel site. Ainsi, l’accès à la documentation scientifique ne se résume pas à une simple mise à disposition de documents et de mobiliers, mais permet la rencontre, le partage et la confrontation d’idées sur un même lieu. Une meilleure maîtrise de la conservation et de la gestion des archives scientifiques assure la qualité de leur transmission à des fins d’étude. Associé à un lieu pluripartenarial, cet accès à la documentation génère, pour la communauté scientifique, des ouvertures de recherches nationales et internationales. Tels sont les objectifs du Cce de Campagne, implanté dans la vallée de la Vézère, un des hauts lieux de la préhistoire mondiale.

Vers une gestion concertée des centres de conservation et d’étude

19La création d’un Cce doit s’accompagner de personnel affecté sur place pour le contrôle journalier des inventaires, des états sanitaires et des mouvements de collections. Si Campagne dispose d’un tel personnel, il n’en va pas de même pour l’ensemble des lieux de conservation cités plus haut. Sur le territoire aquitain, les Cce sont dans 90 % des cas la propriété foncière et immobilière soit de collectivités territoriales (conseils généraux ou communautés de communes), soit de municipalités. Afin de renforcer les effectifs, le Sra a récemment proposé à ses partenaires que sont ces collectivités territoriales l’élaboration, pour chaque département, d’une convention de cogestion des centres de conservation et d’étude.

20Ainsi, en 2011, a été signée entre le conseil général des Landes et l’État une convention de cogestion des Cce des Landes regroupant ceux de Mont-de-Marsan et d’Arthous. Elle permet la mise à disposition d’un personnel compétent de la collectivité territoriale pour le suivi, la gestion de l’ensemble des collections conservées et l’accueil des chercheurs sous le contrôle scientifique du Sra. En contrepartie, le conseil général des Landes a accès à ces lieux pour l’étude et la valorisation des collections dont il est propriétaire ou le sera à terme. Ce type de convention confirme le partenariat étroit qui doit s’établir entre l’État et une collectivité lorsqu’est créé un Cce. Elle permet également d’inscrire ces centres de conservation et d’étude dans la politique culturelle et patrimoniale de chaque département concerné.

21Remerciement à Charlotte Périn, en charge du dossier des Cce à la direction générale des patrimoines, pour son soutien au programme régional aquitain de création de centres de conservation et d’étude.

Haut de page

Bibliographie

Didelot, C. 2010. Cce aide-mémoire, Utica, téléchargeable en ligne au format pdf.

Laprie, M. & J.-P. Lhomme. 2008. « Expérience et bilan en Aquitaine : mise en application de l’arrêté du 27 septembre 2004 », in : Gestion de la documentation scientifique et des mobiliers issus des opérations archéologiques dans le cadre de la réglementation actuelle. Actes du séminaire, Centre archéologique européen du Mont-Beuvray, 25-27 septembre 2006. Ministère de la Culture et de la Communication, direction de l’architecture et du patrimoine, sous-direction de l’archéologie, de l’ethnologie, de l’inventaire et du système d’information : 80-104.

Haut de page

Notes

1 Circulaire n° 2007/020 du 6 juillet 2007 relative au lancement du projet « Centres de conservation et d’étude » pour l’évolution des « dépôts archéologiques ».

2 Hugues Plisson, tracéologue, chargé de recherches au Cnrs.

3 Arrêté du 16 septembre 2004 portant définition des normes d’identification, d’inventaire, de classement et de conditionnement de la documentation scientifique et du mobilier issus des diagnostics et des fouilles archéologiques. Arrêté du 27 septembre 2004 portant définition des normes de contenu et de présentation des rapports d’opérations archéologiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende En arrière-plan, façade sud des communs restaurés (cl. Viktor Karmanov)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1937/img-1.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 2
Légende Axonométrie de l’ensemble des communs (© Cabinet d’architecture MAJCZ)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1937/img-2.png
Fichier image/png, 521k
Titre Fig. 3
Légende Salle d’étude mutualisée
Crédits (Cl. Sra)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1937/img-3.png
Fichier image/png, 1008k
Titre Fig. 4
Légende Espace d’expérimentation lors du stage international sur la technologie de la pierre taillée
Crédits (cl. Sra)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1937/img-4.png
Fichier image/png, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Lhomme et Patrice Buraud, « Le centre de conservation et d’étude de Campagne (Dordogne) », Les nouvelles de l'archéologie, 130 | 2012, 34-37.

Référence électronique

Jean-Paul Lhomme et Patrice Buraud, « Le centre de conservation et d’étude de Campagne (Dordogne) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 130 | 2012, mis en ligne le 30 décembre 2015, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1937 ; DOI : 10.4000/nda.1937

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Lhomme

Service régional de l’archéologie, Drac Aquitaine

Patrice Buraud

Service régional de l’archéologie, Drac Aquitaine, détaché sur le Cce de Campagne

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org