Navigation – Plan du site

Le réseau «gestion des biens archéologiques»du ministère de la Culture

Un outil d’entraide et d’assistance en ligne
Rolande Simon-Millot
p. 26-28

Texte intégral

1Nous vivons dans un monde de réseaux, un monde de plus en plus intégré et interconnecté où les idées, les informations et les documents s’échangent en un clin d’œil. En 2011, la sous-direction de l’archéologie a ainsi souhaité favoriser l’émergence d’un réseau de responsables du mobilier archéologique au sein de ses services régionaux. Dès sa création, ce réseau prend la forme d’une liste d’échange permettant à chacun de partager des informations, des documents et des expériences. Après plus d’un an d’existence, nous pouvons déjà tenter d’en faire un premier bilan.

2Pour expliquer la naissance de ce réseau, il faut revenir quelques années en arrière, avec la réforme de l’archéologie préventive et la création des premiers centres de conservation et d’étude (Cce). En 2008, le ministère de la Culture et de la Communication lançait, sous le double patronage de la direction des musées de France et de la direction de l’architecture et du patrimoine (aujourd’hui direction générale des patrimoines), l’idée d’une structure spécifique à la conservation du mobilier archéologique, ni dépôt-sas, ni dépôt-silo, ni réserves de musée, mais un peu tout cela à la fois et pouvant accueillir au besoin un laboratoire d’études, une salle de consultation, un atelier de restauration… Les centres de conservation et d’étude étaient nés. Leur principale caractéristique tenait dans l’idée que la conservation des archives, du mobilier archéologique comme de la documentation scientifique, nécessitait non seulement des espaces adaptés à leur préservation mais également à leur consultation et demandait donc la présence d’un personnel compétent. Une idée révolutionnaire qui prenait tout son sens suite à la réforme de l’archéologie préventive et au rappel des responsabilités de l’État concernant le mobilier archéologique : l’État, propriétaire de la moitié des biens issus des opérations préventives, en était clairement désigné comme le responsable, en charge de son partage et de son transfert aux propriétaires privés et aux collectivités. Il ne pouvait plus ignorer le chantier du mobilier archéologique, objet, depuis plus de vingt ans, de nombreux rapports restés malheureusement sans effet faute de temps et de moyens.

3Présentés comme LA solution, les centres de conservation et d’étude, structures généralement mixtes associant l’État et les collectivités territoriales dans la gestion des collections, souvent en étroite collaboration avec les musées locaux, ont connu très vite un franc succès, que ce soit par la rénovation d’anciens dépôts, par la « labellisation » de structures en cours de construction, ou bien encore par la conception de projets de création de bâtiments neufs. Les études de programmes se sont multipliées. à travers ces différents projets, la question de la gestion du mobilier archéologique a rapidement suscité quelques interrogations dans les services régionaux de l’archéologie, la première d’entre elles étant : qui fait quoi ?

4à cet égard, deux événements ont fait date dans l’émergence du réseau : d’une part, la formation organisée par l’Institut national du patrimoine à Marseille du 13 au 15 janvier 2009, intitulée sobrement « Pour une meilleure gestion du mobilier archéologique – une perspective : les centres de conservation et d’étude » et, d’autre part, le séminaire de l’Inp de Paris, organisé les 16 et 17 décembre 2010, sur le thème « Centres de conservation et d’étude : chantiers des collections et expériences en cours ». Ces deux formations ont été l’occasion de prendre la mesure de la très forte attente de la part des gestionnaires de mobilier, toutes structures confondues, d’échanger et de partager les expériences, les idées, les problèmes de conservation, les difficultés et leurs solutions, les outils de travail, les projets… bref de constituer un réseau. De la part des agents de l’état chargés de suivre les dossiers Cce et d’assurer le suivi scientifique et juridique du mobilier, l’attente se doublait d’une prise de conscience. D’une part, nous n’étions pas très nombreux dans les services régionaux de l’archéologie à nous intéresser de près à la question du mobilier archéologique. D’autre part, nous faisions tous le constat que les missions des services de l’État concernant le mobilier archéologique s’étaient considérablement étoffées depuis la réforme de la loi sur l’archéologie préventive. L’ampleur de ces missions était d’autant plus vertigineuse que nous n’y étions, pour l’essentiel, pas préparés.

5L’idée du réseau « gestion des biens archéologiques » du ministère de la Culture est donc née de ce double constat d’isolement et d’impréparation des agents de l’état à leurs nouvelles missions. La formation de l’Inp à Marseille en 2009 fut ainsi l’occasion d’évoquer pour la première fois la création d’un groupe de travail ouvert à tous les gestionnaires de mobilier archéologique. En étroite collaboration avec le bureau de la gestion des vestiges et de la documentation archéologiques à la sous-direction de l’archéologie, nous avons commencé à réfléchir à un mode de communication simple d’accès permettant de partager des documents volumineux. Au départ envisagé sous la forme d’un lieu d’échange ouvert à l’ensemble des gestionnaires, nous nous sommes finalement concentrés sur les seuls agents des services régionaux, dont l’attente immédiate était la plus forte. Se posait en effet cruellement la question de la gestion effective du mobilier archéologique dans les services régionaux : le règlement du statut des biens archéologiques, la mise en œuvre des procédures de partage, la question des transferts de propriété aux musées… tous ces aspects spécifiques aux Sra et particulièrement difficiles à mettre en place dans des services souvent exsangues. Il apparaissait donc urgent de créer un espace où l’expérience de chacun profiterait à tous.

  • 1  Outil de gestion et d’inventaire du mobilier archéologique et de ce qui y est associé (unités d’en (...)

6La première pierre du réseau fut posée le 6 juin 2011 lors d’une réunion des agents des services régionaux chargés du mobilier à la direction générale des patrimoines. à cette occasion, seules dix régions avaient pu être représentées, les autres n’ayant pas pu se libérer. En réponse aux différentes questions abordées lors de cette journée, une liste de diffusion fonctionnant grâce à un logiciel de gestion de listes Sympa a été mise en place en novembre 2011 par le bureau de la gestion des vestiges et de la documentation archéologiques à la sous-direction de l’archéologie. Le groupe d’abonnés peut ainsi recevoir automatiquement par courrier électronique l’ensemble des messages expédiés à la liste et a également la possibilité de poster et de télécharger de la documentation. À ce jour, la liste compte quarante abonnés et comprend au moins un représentant par service. S’il n’y a pas de personne dédiée à la gestion du mobilier dans un service, c’est généralement le conservateur général de l’archéologie qui est membre de la liste. Plus de soixante documents sont disponibles sur le site : ils comprennent des états des lieux régionaux, des contacts, des modèles de convention, des procédures de récolement, des rapports de chantier des collections, des cahiers des charges, des protocoles de conservation, des fiches de consultation… Cette documentation répond d’abord aux problèmes technico-juridiques que rencontrent régulièrement les agents chargés des collections. Elle est à l’image des priorités qui se posent aujourd’hui aux Sra en matière de mobilier. Les messages échangés sur la liste, depuis 2011, concernent ainsi en grande partie des demandes de conseils pour les procédures juridiques à mettre en place (par exemple pour le partage et le transfert du mobilier), mais aussi des demandes de documents ou de modèles (cahiers des charges d’étude de programmation, de convention de gestion des dépôts, des Cce…) ; enfin, dans une moindre mesure, des échanges d’information concernant les bases de données et le catalogage des biens archéologiques (travaux actuels menés sur la base de données Ishtar1 notamment, recherche de modèles, retours sur expérience…).

7Les questions de l’accès aux biens archéologiques, notamment celles concernant leur inventaire, leur documentation et leur consultation, n’ont pour l’instant été que rarement abordées dans le cadre de notre liste de diffusion. Cela s’explique sans doute par la jeunesse de notre réseau et nous indique que ce chantier-là est encore à ouvrir au sein des Sra. Il est probable que ces problématiques seront davantage abordées lorsque sera créée une liste ouverte à l’ensemble des gestionnaires de mobilier archéologique, notamment aux collectivités qui gèrent, parfois depuis longtemps, d’importantes collections archéologiques inventoriées et accessibles aux chercheurs, pour lesquelles les problèmes de récolement, reconditionnement, déménagement, prêt pour exposition, campagne de restauration, etc. sont un lot quotidien. Avec l’ouverture toujours plus grande (et c’est tant mieux) de l’archéologie au grand public et les besoins médiatiques indispensables à la diffusion du savoir (publications, expositions, journées de communication), toutes ces problématiques liées à la régie d’œuvre et à la valorisation des biens archéologiques sont amenées à prendre une importance accrue dans les années à venir, chez les opérateurs d’archéologie préventive comme dans les centres de conservation et d’étude et dans les services régionaux d’archéologie. Dans cette perspective, le réseau « gestion des biens archéologiques » du ministère de la Culture pourra continuer à être un soutien technique, scientifique et juridique aux agents gestionnaires. Il devra cependant devenir plus qu’un outil : un espace de réflexion et de questionnement sur la conservation du mobilier archéologique, son accès et sa valorisation.

Haut de page

Notes

1  Outil de gestion et d’inventaire du mobilier archéologique et de ce qui y est associé (unités d’enregistrement, documents, opérations, etc.), en cours de développement, accessible via l’internet, qui : permet l’enregistrement et la consultation des données de terrain par des archéologues, des responsables de laboratoires de restauration ou de musées ; fournit des inventaires conformes aux normes en vigueur ; assure la traçabilité complète des traitements subis par le mobilier archéologique, les prêts ou autres, de la fouille jusqu’au musée. Conçu comme un projet libre et ouvert, Ishtar vise à des adaptations locales fondées sur un socle commun et au développement de modules optionnels associés à des besoins spécifiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rolande Simon-Millot, « Le réseau «gestion des biens archéologiques»du ministère de la Culture », Les nouvelles de l'archéologie, 130 | 2012, 26-28.

Référence électronique

Rolande Simon-Millot, « Le réseau «gestion des biens archéologiques»du ministère de la Culture », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 130 | 2012, mis en ligne le 06 mars 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1936 ; DOI : 10.4000/nda.1936

Haut de page

Auteur

Rolande Simon-Millot

Service régional de l’archéologie, Drac Lorraine,
rolande.simon-millot@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org