Navigation – Plan du site

Un inventaire, des inventaires

Rolande Simon-Millot
p. 22-23

Texte intégral

1Quelle est la place de l’inventaire du mobilier archéologique dans le circuit qui le mène de la fouille préventive au musée ? Quel est son statut ? En a-t-il seulement un ? Telles sont les questions qui préoccupent à juste titre les gestionnaires du mobilier archéologique chargés de démêler les questions de propriété, de partage et de transfert.

2Le mobilier archéologique peut passer par différentes formes d’inventaire au cours de la chaîne opératoire qui le mène de la fouille au musée (fig. 1). Dans un premier temps, et dès sa mise au jour, le matériel à l’étude chez l’opérateur d’archéologie préventive ou le responsable de fouille programmée fait l’objet d’un inventaire scientifique détaillé. Cet inventaire de travail est en constante évolution tout au long de la phase d’étude, que l’on soit dans le cadre d’une opération préventive ou d’une fouille programmée. Il comprend des supports divers : feuilles d’enregistrement, base de données terrain, inventaire des spécialistes, compte rendu des analyses réalisées, fichiers des stabilisations effectuées, inventaire global du responsable d’opération… Toutes les informations recueillies au cours de la phase de terrain (localisation, stratigraphie, unité d’enregistrement…), tout ce qui fonde le contexte de l’objet et donc son intérêt scientifique est dans ce premier inventaire. Il comprend également le résultat des études (analyses, morphologie, typologie, chronologie…), des traitements et des stabilisations effectuées… Études et traitements font souvent l’objet d’un enregistrement spécifique : chaque spécialiste ou chaque laboratoire dispose généralement de sa propre base de données, qui sera, le cas échéant, reversée au sein d’un inventaire global. Les catalogues de mobilier encore à l’étude sont réalisés dans une grande majorité des cas sur support informatique, soit par l’intermédiaire d’une base de données, soit sur simple tableur de type excel© ou calc©. Ils serviront de support pour la réalisation du rapport d’opération.

Fig. 1

Fig. 1

Les principaux types d’inventaire de la fouille au musée

3À l’issue de l’étude, l’inventaire du mobilier apparaît sous forme unique, parfois extrêmement simplifiée, dans un tableau sommaire disposé en annexe du rapport final d’opération (Rfo). Cet inventaire technique et systématique du mobilier archéologique est défini par l’arrêté du 27 septembre 2004 portant définition des normes de contenu et de présentation des rapports d’opérations d’archéologie préventive : il doit être « ordonné par catégorie, par unité d’enregistrement et par parcelle cadastrale, sous forme de listes ou de tableaux. Il peut être réalisé par ensembles quantifiés de mobiliers, en détaillant les éléments caractéristiques et leur stade d’étude. Il indique le lieu de conservation et l’état sanitaire du mobilier archéologique en précisant les mesures engagées ou envisagées pour sa préservation ». Cet inventaire est réglementé, mais non normalisé. Il n’est par exemple précisé nulle part les catégories et le nombre de champs obligatoires, cela restant à l’appréciation des responsables d’opération et des services régionaux de l’archéologie. Chaque région a ainsi pu développer son propre modèle sur la base d’un minimum de champs à renseigner. En conséquence, l’inventaire du Rfo s’est construit sur le « moins-disant » plutôt que sur le « mieux-disant » : il ne reprend que très rarement l’ensemble des informations scientifiques réunies au cours de l’étude, se contentant trop souvent des seuls champs pointés comme obligatoires. Afin de pallier cette absence de cadre, la sous-direction de l’archéologie du ministère de la Culture et de la Communication est en train de mettre en place une normalisation de l’inventaire technique et systématique du mobilier archéologique présent dans le rapport final d’opération. Il s’agit notamment de permettre une meilleure homogénéité des informations au niveau national.

4L’inventaire du Rfo renvoie une image figée du mobilier provenant d’une opération d’archéologie préventive. Cette image est déterminante car c’est sur la base de cet inventaire que se fera, le cas échéant, le partage du mobilier entre l’état et le propriétaire du terrain. Dans le cadre trop souvent oublié de l’archéologie programmée, l’importance de l’inventaire n’est pas moins grande. C’est en effet grâce à la mise en œuvre d’un catalogue détaillé que le propriétaire du terrain – mais aussi, de fait, du mobilier mis au jour – pourra faire don de tout ou partie du mobilier à l’état, à une collectivité ou à un musée. C’est dire le poids d’un tel outil dans le processus de conservation du mobilier archéologique de la fouille au musée.

5Dès que le rapport final d’opération a été validé, l’opérateur d’archéologie préventive a obligation de verser à l’État l’ensemble du mobilier et des « archives de fouilles » inventoriés. Il remet généralement une version numérique de l’inventaire du Rfo afin que celui-ci soit intégré à l’inventaire régional ou à celui du centre de conservation et d’étude (Cce) local. L’inscription de chaque pièce ou lot d’objets sur ce dernier est indispensable pour conserver une trace du mobilier et de son histoire : le localiser d’abord, l’identifier et en assurer la gestion ensuite. L’inventaire est l’incarnation de la mémoire de l’objet ! Pour le mobilier archéologique, cela est d’autant plus vrai qu’il constitue déjà lui-même une trace de la fouille, l’ultime élément brut issu d’un site disparu. Une fois le mobilier déposé, partagé, redonné à son propriétaire, l’inventaire du Cce n’est plus qu’une pâle évocation de cette trace, mais il garde en mémoire le destin du mobilier. S’il reprend entièrement l’inventaire remis par l’opérateur de la fouille au moment du versement, il l’a considérablement enrichi par la notification de ses différents mouvements, de ses changements de statut, des études réalisées ultérieurement, des restaurations effectuées et, parfois, de sa délocalisation après partage ou dépôt à un musée. L’inventaire du Cce comme celui du mobilier à l’étude est un outil perpétuellement modifiable. Il parle aussi bien de ce qui est que de ce qui n’est plus, de ce qui a été, et de ce qui est ailleurs ! Un super inventaire en somme, ou extra-inventaire ! On peut imaginer, d’ici quelques années, un inventaire de Cce considérant plus d’éléments à l’extérieur qu’à l’intérieur de ses collections. à la différence de celui des musées qui est d’abord un recensement de présence, l’inventaire d’un Cce est un recueil de mouvements qui doit s’adapter aux différentes formes prises par le mobilier au cours de sa vie.

6Enfin, le mobilier dont le statut juridique a été réglé et dont la propriété a pu être transférée au musée a vocation à rejoindre l’inventaire « dix-huit colonnes » réglementé strictement par l’arrêté du 25 mai 2004 fixant les normes techniques relatives à la tenue de l’inventaire, du registre des biens déposés dans un musée de France et au récolement. Dans leur grande majorité, les musées ne courent pas après l’ensemble du matériel archéologique issu d’une opération préventive de fouille : trop volumineux, trop divers, trop complexe. Depuis peu, la direction des musées de France permet que les « collections archéologiques » clairement identifiées et documentées soient inventoriées sous un numéro d’inventaire unique du type « ensemble complexe », qui renvoie à un sous-inventaire listant la totalité des lots ou objets de la « collection ». Le musée affecte alors un numéro d’inventaire de lot comportant uniquement l’année de dévolution au musée et le numéro d’ordre dans l’année. La rubrique « précision sur la genèse » explicitera clairement le mode de constitution du lot. Les objets qui seront individualisés, ceux qui vont être exposés, par exemple, devront avoir un numéro unique dans « l’ensemble complexe », surtout s’ils doivent faire l’objet d’une restauration. Le sous-inventaire est obligatoire, il peut être une copie de la partie correspondante de l’inventaire du rapport ou une impression de celui du dépôt archéologique ou du Cce. Dans le cadre de l’inventaire du dépôt, le conservateur peut prendre l’inventaire accompagnant la « collection » et rajouter simplement « D » devant tous les numéros créés par le responsable d’opération ou le gestionnaire de mobilier.

7L’inventaire du mobilier archéologique, encore considéré trop souvent comme une simple annexe du rapport final d’opération, recouvre ainsi différentes réalités au cours de la vie du mobilier. Il est tout à la fois un moyen de gestion et un outil scientifique… Il a également une utilité juridique : l’inventaire du Rfo est en effet le seul document qui établisse le corpus du mobilier en copropriété soumis à partage. Il est ainsi le moyen par lequel le responsable d’opération désigne le mobilier archéologique comme tel aux yeux des propriétaires des terrains sur lesquels a lieu l’opération, des institutions et de l’administration. D’une certaine façon, l’inventaire donne à ce qui a été mis au jour le titre de mobilier archéologique, ce qui fonde sa qualité, ce qui scelle son destin d’objet.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Les principaux types d’inventaire de la fouille au musée
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1933/img-1.png
Fichier image/png, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rolande Simon-Millot, « Un inventaire, des inventaires », Les nouvelles de l'archéologie, 130 | 2012, 22-23.

Référence électronique

Rolande Simon-Millot, « Un inventaire, des inventaires », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 130 | 2012, mis en ligne le 30 décembre 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1933 ; DOI : 10.4000/nda.1933

Haut de page

Auteur

Rolande Simon-Millot

Service régional de l’archéologie, Drac Lorraine,
rolande.simon-millot@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org