Navigation – Plan du site
Dossier

Les dossiers individuels de mission conservés aux Archives nationales et leur apport à l’histoire de l’archéologie

L’exemple de la fouille d’Aphrodisias en 1905
Armelle Le Goff et Nadia Coutsinas
p. 40-47

Texte intégral

1Aux Archives nationales, la sous-série F/17 est dédiée aux papiers issus des administrations ayant eu en charge l’enseignement depuis la Révolution. C’est sous la monarchie de Juillet, en 1832, qu’a été constitué un véritable ministère de l’Instruction publique autonome. Il reçut alors la charge, non seulement des services de l’enseignement, mais encore des sciences et belles-lettres, confiées à une division des établissements scientifiques et littéraires dont Marie-Élisabeth Antoine (1977) a retracé la généalogie administrative. En 1842, la création d’un service des missions au sein de cette division marqua le renforcement d’une volonté de soutien du ministère de l’Instruction publique aux chercheurs désireux de collecter des données scientifiques sur le terrain. En effet, ce nouvel espace institutionnel était destiné à encourager les voyages dirigés « vers des recherches physiques et géographiques ou des études appliquées aux langues, à l’histoire, à tout ce qui peut en général intéresser notre civilisation ». La nécessité de rationaliser le choix des missions subventionnées amena la création, en 1874, d’une commission des missions : formée de sommités scientifiques de différentes spécialités, elle fut chargée d’examiner le bienfondé et le sérieux des demandes pour aider le ministre à choisir celles qui devaient être soutenues.

2Les archives produites par le service des missions et versées aux archives nationales ont fait l’objet, il y a une vingtaine d’années, d’un simple répertoire numérique sous la direction de Marie-Élisabeth Antoine (Antoine et Olivier 1975 ; Antoine 1981). Ces archives se composent, d’une part de dossiers administratifs résultant de l’organisation et du fonctionnement du service et de l’autre, des dossiers résultant de ses objets d’activité. Ces derniers constituent plusieurs ensembles jusqu’en 1940 environ : missions scientifiques collectives (exploration du Mexique, 1864 ; passage de Vénus en 1875 ; exploration scientifique de la Tunisie, 1884-1894, etc.), missions permanentes (École française d’Athènes, 1846-1930 ; École française de Rome, 1874-1934 ; Mission archéologique en Perse, 1895-1939, etc.), tutelle sur les services des Antiquités (Algérie, 1897-1923 ; Régence de Tunis, 1884-1934 ; Antiquités égyptiennes, 1890-1935, etc.) et missions individuelles.

3Il sera question dans cet article du groupe concernant les missions individuelles, soit près de 200 cartons. Le répertoire recense par ordre alphabétique, en deux tranches chronologiques, les noms des missionnés, la date et l’objet de l’arrêté de leur mission. Une simple lecture fait apparaître que, malgré des aléas budgétaires, les missions individuelles octroyées par le ministère ont été très nombreuses (environ 2 300), très variées, couvrant toutes les disciplines. On y relève le nom d’érudits, de scientifiques et de tous les grands explorateurs (par exemple Chaffanjon, Champoiseau, Charnay, Clermont-Ganneau, Foureau, Alexandra David-Neel, Jacques de Morgan, Pasteur, Renan, Savorgnan de Brazza, Soleillet, Paul-Émile Victor, etc.), et l’on constate que ces missions ont touché tous les continents, manifestant ainsi la mainmise de l’Europe industrielle et de ses sciences sur toute la planète.

4Dans le cadre de la collaboration des Archives nationales avec le réseau Area « Archives de l’archéologie européenne », il a été décidé en 2006 de dépouiller systématiquement tous les dossiers de demandes de missions adressées au ministère de l’Instruction publique et ayant pour objectif la Grèce et l’Asie Mineure, pour permettre une vision globale de toutes les sources concernant l’archéologie grecque dans la sous-série F/17.

Les dossiers individuels de mission : quels documents ?

5Le terme « missions individuelles » signifie que, plus que pour les missions permanentes ou collectives, le facteur humain – l’idée, le besoin, l’hypothèse à vérifier, la passion, le rêve d’un des acteurs de la recherche de terrain – a primé dans les demandes. Les dossiers administratifs constitués pour chacune des demandes au sein du service des missions permettent de suivre le cycle entier de ces missions, du dépôt de la demande à l’achèvement et parfois au-delà. Ils nous révèlent comment ces destins individuels se sont inscrits dans le destin collectif d’une nation ainsi que dans l’affirmation des disciplines scientifiques.

6Du point de vue typologique, ils se composent aux différentes étapes du déroulement des missions, des rapports du missionné, des comptes rendus des membres de l’Institut ou, à partir de 1874, des membres de la commission des missions sur l’opportunité du voyage et ses résultats, de correspondance de l’administration, de notes du service des bureaux au ministre et de pièces justificatives les plus diverses, appuyant la demande ou rendant compte des résultats (brochures écrites par le missionné, dessins et tirages de photographies réalisés pendant la mission, estampages, relevés météorologiques, listes des objets envoyés par le missionné).

7À la lumière de ces dossiers administratifs, il est possible de s’interroger sur la qualité de préparation scientifique des voyageurs et sur l’essor des disciplines qu’ils représentent, disciplines en quête de maturité, ainsi que sur les attentes, le contrôle, et l’appui logistique de l’administration. En outre, comme il est sans cesse question de finances à justifier dans ces dossiers, ils ont un côté « confesseur », « narratif »… Les missionnés expriment sans trop de retenue au cours de leurs voyages leurs espoirs, leurs désillusions, les difficultés de l’action au quotidien, leurs retards, leurs découvertes.

8En ce qui concerne la logistique des missions, les dossiers montrent le rôle de facilitateur du ministère, au-delà de son aide financière directe : il correspond avec le ministère de la Marine pour des prêts d’instruments techniques coûteux ou des passages sur les transports de l’État, avec le ministère de la Guerre pour des prêts d’armes et de tentes de campements, avec les Affaires étrangères pour obtenir des passeports, recommander les missionnés aux agents diplomatiques et informer si nécessaire les gouvernements étrangers de l’objet de la mission confiée en leur demandant des facilités de circulation tant pour le voyageur que pour son matériel et les objets récoltés.

9Le ministère attend des résultats de son investissement. Les missions représentent en effet un effort financier, et il doit lui-même rendre compte de son budget au Parlement : le contenu des dossiers permet de suivre la gestion de l’administration, ses calculs, son contrôle sur les missions, le mécanisme des décisions et les négociations préalables à celles-ci, l’arbitrage du ministre avec tout l’aspect diplomatique des documents, mentions marginales ou phrases soulignées en rouge – ce qui donne une vision de son fonctionnement interne.

10Les collections qui résultent de ces missions subventionnées sont en droit des collections d’État, et ce principe est rappelé dans les instructions données aux missionnés. Les objets doivent être rassemblés et envoyés en France pour former des collections et servir de base aux recherches des savants ; les missionnés sont aussi tenus de rédiger un rapport final au ministre et les meilleurs rapports sont généralement publiés sous les auspices du ministère.

11L’étude des dossiers de missions permet d’identifier des collections, de connaître les conditions de leur collecte, leur date exacte d’entrée dans le lieu choisi pour leur conservation, donc de les replacer dans un contexte de production, voire même de soulever des problèmes éthiques : ont-ils été achetés, offerts, et à qui – aux voyageurs à titre personnel ou à la France ? Les voyageurs ont-ils ou non respecté les législations des pays visant à protéger leur patrimoine et à contrôler les exportations de pièces archéologiques ?

12La répartition des objets provenant des missions se fait entre plusieurs institutions : les objets relatifs à l’ethnographie reviennent au Muséum ethnographique des missions scientifiques créé en 1877, les collections d’anthropologie et d’histoire naturelle au Muséum, les collections d’archéologie préhistorique et les antiquités gallo-romaines provenant des missions entreprises en France au musée de Saint-Germain, celles provenant de missions entreprises en Italie, en Grèce, en Égypte et en Orient, relatives à l’art ou à l’histoire de ces contrées, au Musée de Louvre, les médailles, les livres, les manuscrits de toute provenance à la Bibliothèque nationale.

13Les dossiers individuels peuvent, en outre, renseigner sur le devenir des individus au retour de leur mission : suivi de leurs publications, propositions aux Palmes académiques, à la Légion d’honneur ou autres décorations étrangères. Les rapports jugés les plus intéressants sont publiés intégralement ou par extraits, accompagnés de cartes et de photographies sous les auspices du ministère. Avant 1849, on les recherche dans le Journal général de l’instruction publique, puis l’administration lance, sous le titre Archives des Missions scientifiques et littéraires, un recueil destiné à les reproduire intégralement, par extraits, ou en résumés. Le premier volume de cette collection qui, malgré quelques interruptions, a duré jusqu’à la guerre de 1914, paraît en 1850. À la fin de 1889, les Archives des Missions scientifiques et littéraires formaient trois séries : la première comprenait huit volumes (1850-1859), la seconde sept volumes (1864-1872) et la troisième quinze volumes (1872-1889) et une table (volume 16 de la série III).

L’apport des dossiers à l’histoire de l’archéologie : l’exemple de la fouille d’Aphrodisias de Carie (Turquie) en 1905

14Parmi tous les dossiers dépouillés au cours de la campagne d’étude des missions en Grèce et en Asie Mineure (Le Goff et Coutsinas 2006), nous avons choisi de nous concentrer sur celui de la fouille d’Aphrodisias de Carie en 1905, qui sera prétexte à aborder divers thèmes récurrents mais qui offre également une documentation inédite sur son déroulement particulier.

15Le site d’Aphrodisias a d’abord été connu pour ses inscriptions, copiées par de nombreux voyageurs occidentaux depuis le xviiie siècle (Roueché 2002 : 48-51). Parmi les savants français, signalons notamment Charles Texier, chargé en 1833-1837 de l’exploration de l’Asie Mineure (F/17/3008 ; Texier 1839-1849), et Philippe Le Bas qui a bénéficié en 1842-1844 d’une mission du ministère de l’Instruction publique afin de recueillir en Grèce et en Asie Mineure des inscriptions inédites (F/17/2982/B ; Le Bas et Waddington 1847-1873).

16Au xixe siècle, l’Asie Mineure est le lieu de concurrence des nations occidentales (Allemagne, Autriche, France, Grande-Bretagne) pour qui l’archéologie n’est qu’un moyen parmi d’autres d’asseoir leur influence politique dans la région. À la fin du siècle, on considère que la Turquie a l’avantage, au contraire de la Grèce, de posséder des réserves archéologiques encore largement inexploitées, et de ne pas encore avoir une population d’érudits locaux se consacrant à l’étude des vestiges antiques (Tassignon 2004 : 172 note 31). Les sites archéologiques représentent donc des enjeux diplomatiques autant que scientifiques.

Une demande de mission atypique

17Dans l’ensemble des missions étudiées, la procédure est toujours la même : dans un premier temps, la demande de mission émane d’un érudit français. Ce sont pour la plupart des professeurs, souvent des universitaires, dans un tiers des cas, d’anciens membres de l’École française d’Athènes. Ceux-ci, à l’issue de leur séjour en Grèce, sollicitent généralement auprès du ministère de l’Instruction publique le financement de missions destinées à poursuivre et à compléter les travaux entrepris en tant que membres de l’École. La demande émane d’ailleurs parfois en premier lieu du directeur de celle-ci, particulièrement sous le premier mandat de Théophile Homolle (1890-1903), très actif auprès du ministère. Devenu par la suite directeur des Musées nationaux, membre de la Commission des missions, c’est souvent à lui que sont adressées les demandes de mission afin qu’il juge de leur légitimité. Quand la mission est acceptée, si elle a pour cadre l’Empire ottoman, le ministère de l’Instruction publique prend contact d’une part, avec le ministère des Affaires étrangères pour la délivrance d’un passeport diplomatique et d’une lettre de recommandation auprès des agents de la France à l’étranger et, d’autre part, avec l’ambassadeur de France à Constantinople qui se charge d’obtenir de la Sublime Porte le firman (permis) indispensable sur place. À ce propos, il convient de souligner le rôle actif de Paul Cambon, ambassadeur de France à Constantinople de 1891 à 1898, qui a beaucoup œuvré à développer l’influence de la France, notamment au travers de l’archéologie et en collaboration avec Théophile Homolle, tout en cherchant à contrer les initiatives allemandes (Tassignon 2004 : 170-171).

18Or, la demande de mission à Aphrodisias émane non pas d’un intellectuel français mais d’un ingénieur, Paul Gaudin (1858-1921). D’abord ingénieur des chemins de fer à la Compagnie de l’Ouest, il poursuit sa carrière à l’étranger et en particulier en Turquie à partir de 1892. Il est d’abord chef sur la ligne Moudania-Brousse, puis directeur de la ligne Smyrne-Kassaba (Picaud 2004 : 137). Fin août 1905, il est contraint de quitter Smyrne car un iradé (décret impérial) du sultan le nomme directeur général de la ligne du Hedjaz allant de Damas à La Mecque (rapport du 23 juin 1906). L’Empire ottoman, qui met en place à partir de la fin du xixe siècle un vaste programme de modernisation de ses infrastructures, constitue un important débouché pour l’industrie française, toujours en concurrence avec l’Allemagne notamment dans le cadre de la mise en place des lignes de chemin de fer. Il est intéressant de constater le lien qui existe alors entre archéologie et chemin de fer. Un autre Français, Félix Sartiaux, ingénieur à la Compagnie des chemins de fer du Nord, a obtenu en 1913-1914 puis 1919-1920 une mission du ministère de l’Instruction publique afin d’effectuer des fouilles à Phocée (F/17/17284).

19Le site d’Aphrodisias est visité en 1892 par Osman Hamdy Bey (1842-1910), le directeur des Musées impériaux ottomans. Ce dernier obtient en 1898 un permis de fouille qu’il ne peut mettre en œuvre par manque de moyens. Hamdy Bey, francophile, ayant étudié en France et marié à une Française, est un grand soutien pour l’archéologie française dans l’Empire ottoman, mais il est également le promoteur d’une archéologie turque (Chevalier 2002 : 35-37). Au musée impérial de Constantinople, il s’entoure de savants français, avec l’appui financier du ministère de l’Instruction publique : André Joubin en 1891-1894 (F/17/2978) et Gustave Mendel en 1903-1914 (F/17/17243) (Thobie 2000 : 91-92 ; Chevalier 2002 : 67-68, 100-102). En 1904, il propose à Paul Gaudin, qui dispose de moyens financiers, de main-d’œuvre et de matériel, d’entreprendre à Aphrodisias, pour le compte du musée impérial, des fouilles qui s’avèrent très fructueuses (Collignon 1904 ; Erim 1967 : 233-234). Cette demande n’est pas extraordinaire à une époque où la recherche archéologique est parfois le fruit d’amateurs. Or Paul Gaudin, passionné d’archéologie, s’était déjà fait connaître, entre autres, par la fouille de la nécropole de Yortan en Mysie (Chevalier 2002 : 110).

20En 1905, après avoir personnellement financé dans leur intégralité les fouilles d’août 1904, il se tourne vers le ministère de l’Instruction publique et sollicite une subvention de 10 000 francs afin de poursuivre ses recherches, dans une optique plus scientifique que la simple récolte d’objets d’art. Cette démarche intervient à la suite d’entretiens avec Charles Bayet, directeur de l’Enseignement supérieur, et Théophile Homolle, directeur du Louvre (lettre du 28 février 1905).

Un financement particulier : le destin des objets mis au jour

21En reconnaissance pour la prise en charge exclusive des frais de fouille, Paul Gaudin se voit concéder par Hamdy Bey un lot d’objets à l’issue de la campagne de 1904 (Erim 1967 : 235). C’est par leur vente qu’il récupère ses avances et renouvelle ses ressources. Cet arrangement particulier est en désaccord complet avec le très strict règlement ottoman de 1884 sur les antiquités, qui stipule que tous les objets provenant de fouilles dans l’Empire appartiennent de droit à l’État et que leur exportation à l’étranger est formellement interdite (Thobie 2000 : 93 ; Chevalier 2002 : 497-500). Paul Gaudin est un habitué de ce type d’exportation. Dans les différentes fouilles qu’il a effectuées, son but semble être uniquement la recherche d’antiquités (Picaud 2004 : 139). À travers la correspondance qu’il entretient avec Edmond Pottier, de l’Institut, et qui est conservée au Louvre pour les années 1895-1902, il apparaît qu’il sert d’intermédiaire dans l’acquisition et l’envoi des antiquités vers la France. Dans ses lettres, il donne l’inventaire complet des objets qu’il expédie, avec grande difficulté, vers la France. De plus, résidant à Smyrne, il est au courant, par ses relations, des diverses fouilles et découvertes des archéologues étrangers et se propose, en 1895, de communiquer ces informations à Edmond Pottier s’il le souhaite (Picaud 2004 : 137). Sophie Picaud a émis l’hypothèse que la concession par Hamdy Bey de la fouille d’Aphrodisias à Paul Gaudin a pu être une mesure de contrôle de son activité d’exportation d’antiquités (Picaud 2004 : 137 note 14).

22En 1905, Paul Gaudin souhaite donner un caractère plus scientifique à sa fouille. Il est difficile de comprendre d’après ses lettres si cette initiative est personnelle, née d’un désir de reconnaissance scientifique, ou suggérée par un tiers, comme une occasion inespérée pour la France de disposer à peu de frais d’une fouille en Orient. Il propose un programme de « récolte » d’épigraphies et de dégagement méthodique des monuments antiques, deux objectifs qui n’intéressent pas le musée impérial et ne peuvent donc pas soulever d’objections, et il demande la collaboration de savants et d’un architecte français (lettre du 28 février 1905). Il s’engage à donner au Louvre la priorité pour l’acquisition des objets importants ou ayant une forte valeur marchande. Enfin, dans le but de s’assurer les bonnes grâces des autorités locales, il sollicite également pour Ismaïl Naïly Bey, directeur de l’Instruction publique de Smyrne et commissaire impérial aux fouilles d’Aphrodisias, la rosette de l’Instruction publique qui lui avait déjà été promise lors des fouilles de Didymes en 1895-1896, site depuis lors passé aux Allemands. Cette demande est satisfaite par le ministre (lettre du 5 août 1905 à Charles Bayet).

23Le 21 mars 1905, Théophile Homolle, directeur des Musées nationaux, envoie au ministère de l’Instruction publique un rapport de onze pages sur le projet de fouilles de Paul Gaudin à Aphrodisias. Il y détaille les avantages qu’aurait la France à participer, somme toute de façon fort modeste, au financement de la fouille. La subvention sollicitée n’est que de 10 000 francs alors que le budget prévisionnel de la campagne de 1905 est de 35 000 francs. La question centrale est celle du sort des objets découverts. On apprend la lourde procédure d’achat de pièces par les musées nationaux. Dans un premier temps, les photos des objets concédés à Paul Gaudin doivent être soumises pour examen à la direction des Musées nationaux. Dans un second temps, les pièces choisies doivent être expédiées en France afin de passer devant le comité consultatif et le Conseil des musées. Ce n’est qu’à l’issue de cette procédure que les pièces seront éventuellement achetées. La possibilité d’acquérir des antiquités, que la loi ottomane interdit normalement, et le privilège exclusif de publication des trouvailles, sont les deux arguments majeurs mis en avant par Théophile Homolle. Mais il souligne également, « en passant », l’importance de reprendre place en Orient après avoir laissé si longtemps le champ libre aux nations étrangères (rapport du 21 mars 1905 : 5). Il précise les quelques exigences de Paul Gaudin : dispense des formalités de comptabilité, adjonction de son nom à celui de ses collaborateurs pour la publication finale, création au Louvre d’une « salle d’Aphrodisias ». Son désintéressement et son dévouement à la France sont soulignés. Enfin, la participation financière presque assurée (mais semble-t-il non encore sollicitée) de deux autres institutions françaises est évoquée : la commission Piot de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et l’École française d’Athènes. Théophile Homolle propose que cette dernière participe également par l’envoi sur la fouille, à titre gracieux, d’un ou deux pensionnaires. Il suggère les noms de Gustave Mendel pour l’archéologie figurée et de Joseph Replat, l’architecte de l’École, un épigraphiste étant également souhaité. L’occasion est trop belle, pour l’École française d’Athènes, de s’implanter à peu de frais en Orient alors qu’une grande part du budget de fouille est réservée depuis 1892 à la « grande fouille » de Delphes, à laquelle s’ajoute, depuis 1903, l’exploration systématique de Délos. En effet, si les archéologues français multiplient les voyages d’exploration en Asie Mineure, la France, contrairement à l’Allemagne, ne met en œuvre aucune grande fouille dans la région, essentiellement par manque de moyens (Tassignon 2004 : 173, 176 ; Le Roy 1996).

24Un arrêté du 1er avril 1905 attribue à Paul Gaudin une indemnité de 5 000 francs, qui lui paraît tout à fait insuffisante et contraire aux accords verbaux passés. Il demande une révision de la décision car la contribution de la Fondation Piot ne s’élève qu’à 3 000 francs (lettre du 14 avril 1905). Edmond Pottier intervient auprès du ministre pour trouver un compromis : « Il serait très regrettable de se brouiller et de laisser échapper ces fouilles françaises. » (Lettre du 23 avril 1905) Le 15 mai 1905, Paul Gaudin est informé de la participation à la campagne de l’École française d’Athènes, avec un crédit de 2 000 francs et la mise à sa disposition d’un archéologue et d’un architecte.

25Dans une lettre du 5 août 1905 adressée au ministre de l’Instruction publique, Paul Gaudin, afin que tout soit bien clair, revient en détail sur les différents accords concernant le déroulement de la fouille, la publication finale et les conditions d’acquisitions des objets par le Louvre. Il s’engage à envoyer aux musées nationaux la photographie de tous les objets concédés par le Musée impérial ottoman. Les Français disposeront alors d’un délai de trois mois pour désigner les pièces qu’ils voudraient acquérir.

Un bilan mitigé

26La campagne de fouille se déroule du 19 août au 30 septembre 1905 (Mendel 1906 : 163), en grande partie en l’absence de Paul Gaudin, contraint de quitter le chantier au mois d’août à la suite de sa nomination à Damas (lettre du 5 août 1905 à Charles Bayet). Celui-ci a cependant laissé pour le représenter sa femme et sa belle-sœur (Reinach 1908 : 499), tout en confiant la direction scientifique des fouilles à Gustave Mendel (rapport du 23 juin 1906 : 4). Cette campagne, tout comme la précédente, est très riche en matériel, tant en inscriptions (Reinach 1906) qu’en sculptures (Roueché 2002 : 51-52). Mais il semble que les relations entre les responsables n’aient pas été aussi positives. À l’issue de la mission, le 23 juin 1906, Paul Gaudin envoie au ministère le rapport d’usage, accompagné de certains documents plus inhabituels.

Fig. 1

Fig. 1

Paul Gaudin surveillant le levage d’un bloc sculpté. Extrait de la lettre commentée du 9 octobre 1905 (Archives nationales F/17/17243. Fonds du ministère de l’Instruction publique)

27Le rapport de seize pages a un intérêt strictement scientifique. Il expose les principaux acquis de la campagne de l’été 1905, d’après le journal de fouilles tenu par Gustave Mendel. Les fouilles ont surtout porté sur les thermes mais, à la demande de Gustave Mendel, des sondages ont également été effectués dans le temple. Il apparaît que Paul Gaudin a dû acquérir au préalable les terrains qu’il désirait fouiller, selon l’usage dans l’Empire ottoman, bien que le règlement sur les antiquités de 1884 n’exige que le consentement du propriétaire du terrain (Chevalier 2002 : 498, article 17). On apprend l’organisation matérielle du chantier et notamment l’utilisation d’une voie ferrée portative pour l’élimination des déblais. Paul Gaudin énumère les espaces dégagés et les objets mis au jour, d’abord dans les thermes puis dans le temple. Son rapport est un document très important pour l’histoire des fouilles sur le site d’Aphrodisias, même si une partie des informations qu’il contient a été publiée en 1906 par Gustave Mendel dans les Comptes-rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (Mendel 1906) 1. Le rapport se termine sur une pointe d’amertume, Paul Gaudin se plaignant d’être tenu à l’écart des résultats scientifiques de la campagne, n’ayant reçu de ses « collaborateurs » aucun rapport, relevé ou plan de la fouille.

28En annexe se trouve une liste des trouvailles mentionnant 117 pièces, dont certaines ont été photographiées. Un catalogue présente les 35 objets jugés les plus intéressants par Paul Gaudin, sculptures ou membres architecturaux. Chacun est illustré d’une photographie accompagnée de la mention de l’emplacement exact de découverte, et, pour les statues, d’une description détaillée avec la mention des dimensions des pièces. Ce document n’avait jamais été signalé jusqu’à présent. Il vient compléter les archives photographiques déjà connues des fouilles de Paul Gaudin à Aphrodisias : d’une part, des photos de la campagne de 1905 conservées aux archives du Musée archéologique d’Istanbul, avec la correspondance entre Paul Gaudin et Hamdy Bey (Erim 1967 : 235 note 7) ; d’autre part, deux livrets illustrés de la campagne de 1904, destinés par Paul Gaudin aux bibliothèques du Musée archéologique d’Istanbul et de l’Institut archéologique allemand d’Athènes, où ils se trouvent encore (Erim 1967 : 237 note 19).

29Ces divers documents à caractère d’information scientifique sont accompagnés de deux autres, au ton bien plus personnel, méprisant et vindicatif, d’où ressort la mésentente profonde entre Paul Gaudin et Gustave Mendel.

30Dans une lettre de six pages adressée au ministre de l’Instruction publique, Paul Gaudin, très amer, se lamente de la tournure prise par la campagne. Il pense avoir été méprisé en tant que chef de mission, autant par ses collaborateurs que par le ministère. Il regrette que Gustave Mendel, assisté de Joseph Replat, ait préféré porter son attention sur le temple alors que d’après l’accord avec le Musée impérial, ce sont les thermes qui devaient faire l’objet d’une fouille approfondie. Il s’offense que Gustave Mendel, malgré la condition selon laquelle toute communication sur Aphrodisias devait être faite au nom de Paul Gaudin accompagné de celui de ses collaborateurs, ait cherché à organiser, à l’hiver 1905-1906, une conférence à Athènes sur les fouilles d’Aphrodisias sans même l’en informer (lettre de Gustave Mendel à Ismaïl Naïly Bey du 6 janvier 1906), conférence annulée sur intervention de Hamdy Bey. Enfin, il évoque une lettre que lui a envoyée Gustave Mendel le 9 octobre 1905, dans laquelle il critique l’organisation générale et la conduite des travaux.

31Une copie de cette lettre, dont Paul Gaudin commente point par point les remarques avec virulence, est adressée au ministre avec un dossier de trente-quatre pages. On ressent fortement la blessure d’un homme probablement plus habitué aux félicitations pour ses initiatives dans le domaine de l’archéologie, qui s’est retrouvé confronté à l’opposition systématique de celui qui devait être son collaborateur. Les critiques de Gustave Mendel portent sur divers points : retard du matériel, désistement – finalement jugé positif – du photographe au dernier moment, mauvais choix de l’emplacement des fouilles – à l’intérieur de l’édifice principal des thermes alors que cela pose un problème pour l’évacuation des blocs qui y sont amoncelés –, mauvais choix du champ acheté pour servir de décharge, trop proche du bâtiment fouillé, incapacité et inutilité de certains membres du personnel, dépenses inconsidérées de matériel photographique, incompétence du contremaître et des chaous (chefs d’équipe) turcs, sacrifice du matériel de transport au profit du matériel de levage, conditions de logement peu favorables au travail, mauvaise conduite des travaux dans les thermes, mauvaise évacuation des déblais, techniques de fouille incorrectes, ouvriers en trop grand nombre et inexpérimentés aux méthodes de levage à l’aide d’appareils. Gustave Mendel termine son propos en énumérant les mesures à prendre à l’avenir afin de régler ces problèmes : préparation chaque année de la campagne suivante et mise en œuvre des expropriations nécessaires, choix de bons contremaîtres, extension de la campagne à dix semaines, augmentation du matériel de transport, construction d’un nouveau baraquement, accord d’un jour de repos, photographies prises en cours de fouille par les fouilleurs eux-mêmes et non par un professionnel coûteux, direction du chantier concédée à l’architecte. Au-delà du bien-fondé ou non de ces critiques, il faut noter, avec Paul Gaudin, que Gustave Mendel a étrangement attendu la fin des travaux pour lui adresser ses remarques au lieu de les lui exposer sur le terrain, au moment même de ses désaccords.

Fig. 2

Fig. 2

Blocs provenant de la galerie centrale des thermes : console à tête de Zeus. Extrait du catalogue illustré des trouvailles (Publication in Comptes rendus de l’Académie des inscriptions, 1906, fig. 5, p. 176 ; Archives nationales F/17/17243. Fonds du ministère de l’Instruction publique)

32Il apparaît que l’opposition des deux hommes correspond dans le fond à l’opposition de deux générations et de deux méthodes : d’un côté l’archéologie d’amateurs, en la personne de Paul Gaudin, âgé de 47 ans, et de l’autre l’archéologie professionnalisée, institutionnalisée, en la personne de Gustave Mendel, âgé de 32 ans.

33La fouille d’Aphrodisias, seule fouille française en Asie Mineure à cette époque, n’a jamais repris dans les années suivantes. Faut-il y voir le résultat de cette mésentente entre les deux responsables (Erim 1967 : 234, où il est question d’animosités personnelles en France contre Paul Gaudin) ? Est-ce en raison de la nomination de Paul Gaudin en Syrie et de son éloignement du site ? Y a-t-il eu un conflit avec Hamdy Bey ? Peut-être tout cela à la fois. Ce n’est que trois ans après la mort de l’influent directeur des Musées impériaux que la France reprend des travaux à Aphrodisias. En 1913 en effet, la fouille est confiée à André Boulanger, alors membre actif de l’École française d’Athènes, et à Joseph Replat (F/17/17243 ; Le Roy 1996 : 378). Dans une lettre du 4 novembre 1913 à Charles Bayet, Paul Gaudin s’offusque de ce qu’il ait été tenu à l’écart de travaux qu’il considère comme sa création et qu’il devrait de droit diriger. Mais ces fouilles françaises n’ont pas eu plus d’avenir, en raison de la guerre et de l’instabilité politique de la région de 1914 à 1922. En 1923 est fondée l’American Society for Archeological Research in Asia Minor, qui finance dans les années suivantes les voyages d’exploration de plusieurs savants, dont Louis Robert. Puis, la région connaît l’influence grandissante de l’Italie qui envoie une expédition à Aphrodisias en 1937 – restée sans suite en raison de l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale (Roueché 2002 : 52). Depuis 1961, les recherches sur le site se font désormais sous les auspices de l’université de New York qui y a entrepris une fouille systématique.

Fig. 3

Fig. 3

Mission archéologique pour les chapelles coptes de Baouit (Égypte) de Jean Cledat 1904. Épreuve photographique sur papier albuminé, 16,5x11 cm, jointe au premier rapport de fouilles, 1904 (Archives nationales F/17/17270, dossier 27. Fonds du ministère de l’Instruction publique)

Cliché atelier de photographie des Archives nationales

34Les dossiers individuels de missions archéologiques accordées par le ministère de l’Instruction publique sont un matériel précieux pour les chercheurs. Il convient aussi de signaler l’aide qu’apportera l’édition critique des procès-verbaux de la commission des missions (1874-1889) actuellement en cours (par Armelle Le Goff) sous les auspices du Comité des travaux historiques et scientifiques (Cths). Pour compléter l’étude de ces missions, il faut se mettre en quête du sort subi par les papiers personnels des archéologues. Ainsi dans la série F/17, est conservé pour l’archéologue Jean Clédat, un dossier de mission individuelle en Égypte pour la poursuite des fouilles qu’il a commencées à Baouit. Ce dossier contient en particulier ses rapports de fouilles commentés par Maspéro et les tirages sur papier albuminé d’environ soixante clichés. Or la Photothèque chrétienne et byzantine de la section des sciences religieuses de l’École pratique des hautes études possède, grâce à la personnalité de son fondateur Gabriel Millet, qui a suscité des dons d’artistes et de chercheurs, des documents précieux pour la recherche en arts chrétiens du Proche-Orient. Le fonds Clédat y est constitué d’un lot de négatifs sur plaques de verre et de photographies concernant les résultats des campagnes de fouilles de Baouit, entre 1901 et 1905. Les missionnés ont également publié des articles scientifiques dans des revues relevant de leur discipline, publications privées comme celles de la société de géographie, les bulletins de la société d’ethnographie et de la société asiatique, les Annales du musée Guimet ou encore, pour les missions en Grèce et en Asie Mineure, le Bulletin de correspondance hellénique, les Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres ou la Revue archéologique. Il importe donc de mener des recherches bibliographiques pour chaque voyageur.

35La collaboration entre les Archives nationales et le réseau Area a permis d’avancer le programme de reconditionnement de ces dossiers et de mise sous pochette et protection adaptée des calques et tirages photographiques qu’ils contiennent. Il est souhaitable que d’autres collaborations s’engagent avec les musées et bibliothèques destinataires des objets et images résultant de ces missions pour une histoire efficace de leurs collections.

Haut de page

Bibliographie

Pour les dossiers conservés aux Archives nationales, c’est leur cote qui est indiquée en référence.

Antoine, M.-É. 1977. « La division des Sciences et Lettres du ministère de l’Instruction publique », Comité des travaux historiques, bulletin de la section d’histoire moderne et contemporaine, fasc. 10, 72 p.

Antoine, M.-É. 1981. Inventaire des papiers de la division des Sciences et Lettres du ministère de l’Instruction publique et des services qui en sont issus (sous-série F/17). Paris, Archives nationales, t. II : 382-971.

Antoine, M.-É. et S. Olivier. 1975. Inventaire des papiers de la division des Sciences et Lettres du ministère de l’Instruction publique et des services qui en sont issus (sous-série F/17). Paris, Archives nationales, t. I :1-374.

Chevalier, N. 2002. La recherche archéologique française au Moyen-Orient 1842-1947. Paris, Éditions Recherches sur les civilisations, 630 p.

Chevalier, N. 2004. « Peut-on parler d’une archéologie française dans l’Empire ottoman à la veille de la Première Guerre mondiale ? », in : V. Krings et I. Tassignon (dir.), Archéologie dans l’Empire ottoman autour de 1900 : entre politique, économie et science. Brepols, Bruxelles, Rome, Institut historique belge de Rome : 153-164.

Collignon, M. 1904. « Note sur les fouilles exécutées à Aphrodisias par M. Paul Gaudin », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions : 703-711.

Erim, K. T. 1967. « De Aphrodisiade », American Journal of Archaeology, 71.3 : 233-243.

Le Bas, P. et W. H. Waddington. 1847-1873. Voyage archéologique en Grèce et en Asie Mineure, fait par ordre du gouvernement français pendant les années 1843 et 1844. Paris, Firmin-Didot, 162 p.

Le Goff A. et N. Coutsinas. 2006. Missions scientifiques et littéraires en Grèce et en Asie Mineure (1838-1938). Inventaire thématique. [http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/edi/sm/F/EDIF17.html]

Le Roy, C. 1996. « L’École française d’Athènes et l’Asie Mineure », Bulletin de correspondance hellénique, 120.1 : 373-387. [Numéro spécial cent cinquantenaire.]

Mendel, G. 1906. « Seconde note sur les fouilles exécutées à Aphrodisias par M. Paul Gaudin, campagne de 1905 », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions :158-184.

Picaud, S. 2004. « Misthos, Grec de Smyrne & Gaudin, ingénieur français. Leur vision de l’archéologie dans l’Empire ottoman », in : V. Krings et I. Tassignon (dir.), Archéologie dans l’Empire ottoman autour de 1900 : entre politique, économie et science. Brepols, Bruxelles, Rome, Institut historique belge de Rome : 133-140.

Reinach T. 1906. « Inscriptions d’Aphrodisias », Revue des études grecques, 19 :79-150, 205-298.

Reinach, T. 1908. « ΠΑΡΘΕΝΩΝ », Bulletin de correspondance hellénique, 32 : 499-513.

Roueché, C. M. 2002. « Texts and Stones : Reading the Past at Aphrodisias in Caria », in : J. A. Todd, D. Komini-Dialeti et D. Hatzivassiliou (ed.), Greek Archaeology without Frontiers. Athènes, The National Hellenic Research Foundation, A. G. Leventis Foundation : 47-66.

Tassignon, I. 2004. « Voyages d’exploration de membres de l’École française d’Athènes et influence française en Asie mineure dans les dernières années du xixe siècle », in : V. Krings et I. Tassignon (dir.), Archéologie dans l’Empire ottoman autour de 1900 : entre politique, économie et science. Brepols, Bruxelles, Rome, Institut historique belge de Rome : 165-179.

Texier, C. 1839-1849. Description de l’Asie Mineure : faite par ordre du gouvernement franç ais de 1833 à 1837, et publiée par le Ministère de l’instruction publique. Paris, Firmin-Didot, 3 volumes in-folio.

Thobie, J. 2000. « Archéologie et diplomatie française au Moyen-Orient des années 1880 au début des années 1930 », in : É. Roland (dir.), Les politiques de l’archéologie du milieu du xixe siècle à l’orée du xxie. Paris, De Boccard (Champs helléniques modernes et contemporains 2) : 79-111. [Colloque organisé par l’École française d’Athènes à l’occasion de la célébration du 150e anniversaire de sa fondation.]

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Paul Gaudin surveillant le levage d’un bloc sculpté. Extrait de la lettre commentée du 9 octobre 1905 (Archives nationales F/17/17243. Fonds du ministère de l’Instruction publique)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/193/img-1.png
Fichier image/png, 715k
Titre Fig. 2
Légende Blocs provenant de la galerie centrale des thermes : console à tête de Zeus. Extrait du catalogue illustré des trouvailles (Publication in Comptes rendus de l’Académie des inscriptions, 1906, fig. 5, p. 176 ; Archives nationales F/17/17243. Fonds du ministère de l’Instruction publique)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/193/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 3
Légende Mission archéologique pour les chapelles coptes de Baouit (Égypte) de Jean Cledat 1904. Épreuve photographique sur papier albuminé, 16,5x11 cm, jointe au premier rapport de fouilles, 1904 (Archives nationales F/17/17270, dossier 27. Fonds du ministère de l’Instruction publique)
Crédits Cliché atelier de photographie des Archives nationales
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/193/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Armelle Le Goff et Nadia Coutsinas, « Les dossiers individuels de mission conservés aux Archives nationales et leur apport à l’histoire de l’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie, 110 | 2007, 40-47.

Référence électronique

Armelle Le Goff et Nadia Coutsinas, « Les dossiers individuels de mission conservés aux Archives nationales et leur apport à l’histoire de l’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 110 | 2007, mis en ligne le 05 mai 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/193 ; DOI : 10.4000/nda.193

Haut de page

Auteurs

Armelle Le Goff

Conservateur en chef du patrimoine, archives nationales, site de Paris
armelle.le-goff@culture.gouv.fr

Nadia Coutsinas

Doctorante en archéologie, université de Paris-I
nadia.coutsinas@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org