Navigation – Plan du site
Dossier

Regards croisés sur les sciences de l’Antiquité. Les correspondances savantes européennes

Les fonds d’archives personnelles de la bibliothèque de l’Institut de France
Eve Gran-Aymerich
p. 38-39

Texte intégral

  • 1  Voir par exemple les travaux de K. Christ, de Glynn Daniel et T. Murray, d’A. Momigliano ou de W.M (...)

1La dimension européenne du programme Area « Archives de l’archéologie européenne » s’est pleinement déployée dans son application aux fonds d’archives personnelles conservés par la bibliothèque de l’Institut de France. En effet, les archives léguées par les représentants des sciences de l’Antiquité au sein de l’Académie des inscriptions et belles-lettres comportent une proportion importante de documents épistolaires qui témoignent des échanges entre savants français et étrangers. La présentation analytique de ces fonds, réalisée dans la perspective de leur mise en valeur et de leur exploitation scientifique, concourt à l’essor des recherches d’ordre historiographique, qui, en France, ont encore quelque peine à s’imposer. L’« histoire de l’historiographie », telle qu’elle s’est définie en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Italie ou encore aux États-Unis1, repose non seulement sur l’édition critique et commentée des œuvres majeures, mais aussi et, avant tout, sur l’étude et l’édition des correspondances savantes qui restituent les conditions des transferts scientifiques et culturels à l’œuvre en Europe et dans le reste du monde.

2Les correspondances analysées fournissent de nombreuses perspectives de recherche sur l’histoire des sciences considérées  : histoire d’une science particulière – l’archéologie classique ou orientale, l’épigraphie, la numismatique, etc. –, histoire des relations interdisciplinaires, histoire institutionnelle, histoire des relations et transferts entre les différents milieux scientifiques européens… Les fonds légués par les savants du xixe siècle permettent d’explorer toutes ces voies distinctes et complémentaires et d’établir une réalité historique complexe qui s’inscrit dans l’histoire culturelle et politique européenne.

  • 2   Bibliothèque de l’Institut de France, Bif mss. 2065, mss. 2245-2249, mss. 2647-2656.

3C’est ainsi que l’abondante correspondance entretenue par Charles Clermont-Ganneau (1846-1923) s’inscrit dans l’histoire de l’orientalisme et que son étude concourt à l’éclairer (Gran-Aymerich 2004). L’examen des fonds a permis de mettre en évidence certaines lignes de forces et tout particulièrement la richesse des relations entre savants français et allemands, qui, tout au long du xixe siècle, ont assuré les progrès des sciences de l’Antiquité dans leur ensemble. De ce point de vue, les fonds Désiré Raoul-Rochette (1789-1854), Jean de Witte (1808-1889) et Alfred Maury (1817-1892)2 revêtent une importance fondamentale ; ils éclairent la formation et l’évolution des sciences de l’Antiquité et la mise en place des institutions nécessaires à leur épanouissement, entre deux moments cruciaux  : la fondation en 1829 de l’Institut de correspondance archéologique de Rome et celle de l’École française de Rome en 1873(Gran-Aymerich 2006).

  • 3  Karl Otfried Müller (1797-1840) pour D. Raoul-rochette, Otto Jahn (1813-1869) et Teodor Mommsen (1 (...)

4D. Raoul-Rochette, conservateur au Cabinet des Médailles et Antiques de la Bibliothèque du Roi (Gran-Aymerich 2007), est en contact avec tous les savants européens, mais la correspondance conservée est significative de la grande richesse de ses relations avec ses collègues allemands, historiens, philologues et archéologues de premier plan. Il poursuit sur la voie ouverte par son prédécesseur Aubin-Louis Millin (1759-1818), qui avait entretenu avec K.A. Böttiger (1760-1835) une correspondance importante (Espagne et Savoy 2005). Il assure ainsi les liens scientifiques entre la France et l’Allemagne, au même titre que son collègue Karl Benedikt Hase (1780-1864), philologue d’origine allemande devenu conservateur du département des manuscrits à la Bibliothèque royale et membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui joue un rôle important dans la médiation entre les deux pays. Tous deux ont été en étroite relation et leur action en faveur des échanges au sein de la République des savants a été conjointe et complémentaire  : c’est pourquoi la correspondance de K.B. Hase, conservée au Goethe-und-Schiller Archiv de Weimar, a fait l’objet d’une exploration et d’une étude systématiques, qui permettront de réunir dans une édition partielle leur correspondance mutuelle et croisée avec certains de leurs collègues allemands3.

  • 4  Le fonds J. de Witte conservé à la bibliothèque de l’Institut de France (Bif mss. 2245-2249) compr (...)
  • 5  Préparés pour la publication mais restés inédits : Bif mss. 2647-2653, sept volumes reliés.
  • 6  L’ensemble de al correspondance française des membres allemands de l’Institut de correspondance ar (...)

5Désiré Raoul-Rochette, comme J. de Witte, Charles Lenormant (1802-1859)4 ou encore Jean Antoine Letronne (1786-1848), a été membre de l’Institut de correspondance archéologique dès sa fondation à Rome en 1829, et il a joué, au sein de la section française présidée par le duc de Luynes, un rôle important de médiateur entre savants français et allemands, en particulier, au cours de la crise que traversa l’Institut en 1834-1836. Quant à J. de Witte, il a assuré le secrétariat de la section française et, en collaboration avec Teodor Panofka (1800-1858) puis Richard Lepsius (1810-1884), il a veillé à la publication à Paris des Annales et des Monuments inédits ; sa correspondance avec les savants allemands -attachés à la direction romaine de l’Institut se maintient au cours de sa longue vie et constitue une source importante d’information pour restituer l’histoire des relations franco-allemandes au sein de l’institution. Par ailleurs, l’histoire des sciences de l’Antiquité, partagée par les savants européens jusqu’à la fin du Second Empire, s’alimente de la correspondance et des Souvenirs d’un homme de lettres5 d’Alfred Maury, témoin et acteur de premier plan puisque, conseiller littéraire de Napoléon III pour la rédaction de son Histoire de Jules César, il a contribué avec Léon Renier (1809-1885) et Hortense Cornu (1809-1875) à la mise en œuvre d’une véritable politique archéologique (collectif 2001). Toutes ces correspondances réunies à l’Institut de France réclamaient, pour servir à l’histoire européenne des sciences de l’Antiquité, de retrouver leurs compléments préservés dans les collections de manuscrits de l’Institut archéologique allemand de Rome et les fonds de la Bibliothèque nationale de Berlin6  : c’est l’ensemble de la correspondance franco-allemande échangée par les plus grands représentants des sciences de l’Antiquité de part et d’autre qui permet d’éclairer le processus de formation et d’essor des différentes disciplines sur le terreau des échanges internationaux.

6Les correspondances savantes ainsi croisées restituent les conditions dans lesquelles la République des savants antiquisants a subi les atteintes des nationalismes, inspirateurs de la scission, qui, au sein de la communauté scientifique internationale, se traduit en 1871 par la proclamation de l’Institut archéologique allemand et la création d’une École française dans la capitale italienne, où avait vu le jour la première institution archéologique internationale.

Haut de page

Bibliographie

Collectif. 2001. Napoléon III et l’archéologie. Une politique archéologique nationale sous le Second Empire. Actes du colloque de Compiègne, 14 et 15 octobre 2000, Bulletin de la Société historique de Compiègne, t. 37, 329 p.

Espagne, G. et B. Savoy (dir.). 2005. Aubin-Louis Millin et l’Allemagne. Le Magasin encyclopédique-Les lettres à Karl-August Böttiger. Hildesheim-Zürich-New York, Georg Olms Verlag, 594 p.

Gran-Aymerich, È. 2004. « Diplomatie et archéologie  : Charles Clermont-Ganneau (1846-1923) au Proche-Orient », in  : V. Krings et I. Tassignon (dir.), Archéologie dans l’Empire ottoman autour de 1900  : entre politique, économie et science. Bruxelles-Rome, Institut historique belge de Rome  : 197-213.

Gran-Aymerich, È. 2006. « L’histoire des sciences de l’Antiquité et les correspondances savantes  : transferts culturels et mise en place des institutions (1797-1873) », Anabases, 3  : 241-246.

Gran-Aymerich, È. 2007. « Dictionnaire biographique d’archéologie », in  : È. Gran-Aymerich, Les chercheurs de passé. 1798/1945. Aux sources de l’archéologie. Paris, Cnrs Éditions  : 1089-1092.

Haut de page

Notes

1  Voir par exemple les travaux de K. Christ, de Glynn Daniel et T. Murray, d’A. Momigliano ou de W.M. Calder III.

2   Bibliothèque de l’Institut de France, Bif mss. 2065, mss. 2245-2249, mss. 2647-2656.

3  Karl Otfried Müller (1797-1840) pour D. Raoul-rochette, Otto Jahn (1813-1869) et Teodor Mommsen (1817-1903) pour K.B. Hase. Cette entreprise est conduite en collaboration avec M. Jürgen von Ungern-Sternberg, professeur d’histoire ancienne à l’université de Bâle.

4  Le fonds J. de Witte conservé à la bibliothèque de l’Institut de France (Bif mss. 2245-2249) comprend la correspondance de Charles et François Lenormand, ainsi que celle de Mme Lenormand (mss. 246, 2248, 2249).

5  Préparés pour la publication mais restés inédits : Bif mss. 2647-2653, sept volumes reliés.

6  L’ensemble de al correspondance française des membres allemands de l’Institut de correspondance archéologique puis du Dai (Deutsches archäologisches Institut) a été analysé grâce à l’obligeance de MM. D. Mertens et T. Fröhlich, respectivement directeur de l’Institut et direcetur de la bibliothèque. La Staatsbibliotek de Berlin, département des manuscrits, nous a offert la possibilité d’effectuer le dépouillement et l’analyse de la correspondance française de T. Mommsen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eve Gran-Aymerich, « Regards croisés sur les sciences de l’Antiquité. Les correspondances savantes européennes », Les nouvelles de l'archéologie, 110 | 2007, 38-39.

Référence électronique

Eve Gran-Aymerich, « Regards croisés sur les sciences de l’Antiquité. Les correspondances savantes européennes », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 110 | 2007, mis en ligne le 05 mai 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/191 ; DOI : 10.4000/nda.191

Haut de page

Auteur

Eve Gran-Aymerich

Chercheur auprès de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
aymerich@ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org