Navigation – Plan du site
Dossier

L’archéologie devant le parlement des savants

Les archives de l’Institut de France explorées par le programme Area
Mireille Lamarque, Gersende Piernas et Fabienne Queyroux
p. 30-38

Texte intégral

  • 1  Une présentation générale de l’Institut et des différentes académies est disponible en ligne : www (...)

1L’Institut de France réunit cinq académies nationales, dont certaines existent depuis le xviie siècle  : dans l’ordre chronologique de leur création, l’Académie française (1635), l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1663), l’Académie des sciences (1666), l’Académie des beaux-arts (1803) et l’Académie des sciences morales et politiques (1832)1. Ces institutions, en elles-mêmes et parce qu’elles accueillent les personnages les plus éminents dans toutes les disciplines, ont joui depuis leur origine d’un véritable rayonnement international, tenant une place prépondérante dans la validation et la diffusion des savoirs. L’activité des académies et les travaux de leurs membres ont produit d’importantes et riches archives, tant officielles que privées, aujourd’hui conservées à l’Institut par les différents services d’archives et la bibliothèque.

2Ces fonds sont incontournables pour quiconque s’intéresse au développement de la science archéologique française, européenne et même mondiale. En effet, l’Institut de France, particulièrement l’Académie des inscriptions et belles-lettres et dans une moindre mesure l’Académie des sciences et l’Académie des beaux-arts, a joué un rôle très important dans le patronage et la coordination de travaux, d’entreprises et de missions archéologiques, en France métropolitaine, en Italie et en Grèce, en Afrique du Nord, en Égypte et au Proche-Orient.

3Depuis le début du xixe siècle, l’Académie des inscriptions et belles-lettres, compétente pour l’Antiquité, le Moyen Âge, la Renaissance, l’orientalisme, est appelée à une triple mission  : rôle de conseil et fonction de tutelle pour les études historiques, archéologiques et philologiques ; foyer de résonance des travaux menés en ces domaines ; publication d’instruments de travail fondamentaux. Elle a ainsi suscité, grâce à la mise en place de commissions ad hoc, l’organisation de grandes entreprises archéologiques (Lamarque à paraître). Aussi bien comme corps que par l’action individuelle de ses membres, elle a favorisé la mise en place progressive d’institutions vouées aux sciences de l’Antiquité et à l’archéologie, en coopération avec d’autres institutions et instances nationales. L’Académie a notamment joué un rôle déterminant dans la création et l’évolution des écoles et instituts archéologiques français implantés à Athènes, Rome et Madrid, au Caire, à Jérusalem, Istanbul, Beyrouth et Damas ; ceux-ci sont aujourd’hui encore placés sous sa tutelle ou sont en étroite relation avec elle. Elle a aussi contribué, par l’élection de membres associés et de correspondants étrangers, à créer, entretenir et renforcer les liens entre les archéologues de différentes nations (Gran-Aymerich 1998 ; Gran-Aymerich ce numéro).

4L’Académie des beaux-arts a contribué au développement de la science archéologique de façon plus indirecte. Par exemple, elle impose dès les années 1770 aux pensionnaires architectes de l’Académie de France à Rome la réalisation d’un travail archéologique au cours de leur première année (Pinon et Amprimoz 1988 ; L’Académie de France à Rome 2002). Elle a parfois aussi proposé que des artistes et architectes soient associés aux missions diplomatiques ou militaires françaises à l’étranger. Ainsi, Pascal Coste et Pierre-Eugène Flandin se joignent en 1840 à la mission diplomatique menée en Perse par le comte de Sercey, pour faire œuvre de peintres de reportage mais, surtout, dessiner le plus exactement possible les monuments et « restes d’antiquité d’époques diverses» qui peuvent subsister, le long de leur itinéraire en Turquie, Iran, Irak, Syrie et au Liban. Il est vrai qu’à cette époque, le secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts est Désiré Raoul-Rochette, par ailleurs membre éminent de l’Académie des inscriptions ; il établit personnellement l’itinéraire de la mission. Ce cas de double appartenance n’est pas isolé  : Léon Heuzey en fournit un autre exemple. Néanmoins, les interventions de l’Académie des beaux-arts dans le domaine de l’archéologie ne sont nullement systématiques. Plutôt occasionnelles, elles tendent à diminuer, au fur et à mesure que s’affirme la dimension historique et scientifique de la discipline.

5L’Académie des sciences pour sa part s’est beaucoup intéressée à l’archéologie, dès l’Ancien Régime ; nombre de ses membres étaient d’ailleurs également membres de l’Académie des inscriptions, car les scientifiques étaient des « honnêtes hommes» (Leclant2002). De plus, à l’occasion de recherches scientifiques sur le terrain, il arrive fréquemment que l’on trouve par hasard des vestiges enfouis  : le savant se fait alors archéologue pour les étudier. Au xviiie siècle, les savants commencent à introduire des méthodes scientifiques dans l’archéologie. La datation et l’analyse des ossements humains, des momies, des ruines, du matériel de fouilles exhumé, en France comme à l’étranger, nécessitent une rigueur scientifique. La sanction de l’Académie des sciences a donc aussi contribué à transformer l’archéologie en science et lui a conféré une nouvelle dimension.

  • 2  L’institut participe régulièrement à des entreprises collectives de signalement des fonds (par exe (...)
  • 3  Ces découvertes font parfois l’objet de communications adressées à l’Académie des sciences : Piern (...)

6Ce rôle central de l’Institut de France dans l’histoire de l’archéologie a tout naturellement justifié sa participation au réseau Area « Archives de l’archéologie européenne», afin d’offrir aux chercheurs un accès à des archives essentielles. En effet, cette documentation est à la fois très visible, exploitée par de nombreux travaux, et largement méconnue. Si des instruments de recherche existent depuis longtemps, tant aux archives qu’à la bibliothèque, ils demeurent relativement peu diffusés  : soit parce qu’ils ne sont pas publiés mais seulement consultables sur place, soit parce que leur publication sur papier se révèle obsolète et inopérante à l’heure des réseaux et de la recherche en ligne. Il faut bien reconnaître aussi que la ligne de partage entre les différentes instances de conservation des fonds au sein même de l’Institut de France n’est pas très lisible pour le chercheur français et, a fortiori, étranger. La base de données Area, par sa dimension d’emblée internationale et son orientation thématique, apparaissait dans ce contexte comme un canal susceptible d’aider notre institution à remplir sa mission de diffusion du savoir2. C’était l’occasion de dépasser les divisions documentaires créées par les logiques archivistiques institutionnelles et d’effectuer une sorte d’exploration longitudinale pour une mise en lumière de la richesse, de la complémentarité et de la diversité des sources  : entre archives organiques (suscitées par les activités des académies) et fonds privés (archives personnelles de savants) ; entre documents isolés (Queyroux 2004) (telle petite série de précieuses photographies anciennes, quelques rouleaux d’estampages…) et vastes réservoirs (fonds comprenant plusieurs dizaines de cartons d’archives) ; entre recherches programmées, comme celles que menaient les missions officielles, et découvertes inopinées3 ; enfin, entre fonds identifiés et déjà explorés par la recherche, et fonds encore complètement inconnus car restés en attente de classement.

Organisation du travail

7Les premières prises de contact entre l’Institut de France et le réseau Area eurent lieu dès la fin de l’année 2000. L’Institut de France est devenu officiellement un partenaire du programme Area au début de sa phase III (janvier 2002). Un peu plus tard, au printemps 2003, une convention a été signée pour formaliser les engagements des deux parties. Le travail sur les fonds a débuté effectivement en juillet 2002 et s’est terminé en octobre 2004.

8L’équipe réunie à l’Institut de France a mis en commun des compétences diverses et complémentaires  : archivistiques, documentaires et scientifiques. L’une des originalités de l’organisation du travail a été la forte implication des personnels scientifiques de l’institution auprès des chargés de mission recrutés par Area.

9Quatre conservateurs et un chercheur ont consacré pendant toute la durée des opérations une partie de leur temps au projet, dans des proportions variables selon les périodes. Quatre chargés de mission du côté Area (étudiants de Dea ou de thèse) ont bénéficié d’un total de vingt et un mois de vacations à mi-temps.

10Les fonds retenus ont été attribués aux membres de l’équipe en fonction de critères précis, notamment leur état de classement et l’état de leurs inventaires et catalogues. Chacun produisait ses propres notices descriptives qui faisaient ensuite l’objet d’un triple contrôle, scientifique, archivistique et éditorial, puis d’une traduction anglaise. Elles ont été transmises en deux lots (septembre 2003 et octobre 2004) aux responsables du réseau, pour versement dans la base de données interrogeable sur Internet.

Un champ documentaire à définir

11La délimitation des fonds concernés à l’Institut de France a suscité un débat animé au sein de l’équipe de travail et plusieurs concertations avec l’équipe Area. Fallait-il viser l’exhaustivité ? Tous étaient d’accord pour tenter de s’en rapprocher. Mais que fallait-il comprendre par « fonds d’intérêt archéologique» ? Devait-on inclure dans le champ tous les archéologues ayant laissé des papiers à l’Institut, même si lesdits papiers n’avaient pas de rapport avec l’archéologie ? Devait-on, comme certains autres participants au réseau Area l’ont fait, inclure des pièces isolées, ou de tout petits ensembles, qui parfois pouvaient présenter un intérêt historique très élevé ? Il semblait difficile, pour des raisons de temps et d’efficacité, de se fixer un tel objectif qui, d’ailleurs, risquait de diluer l’intérêt des descriptions en multipliant des détails qui auraient fait perdre de vue les grands ensembles. Il semblait parfois aussi injuste de traiter de la même façon un fonds de plusieurs dizaines de cartons et un dossier de quelques pièces. Enfin, quelle part devait-on accorder respectivement à la description contextuelle – c’est-à-dire aux informations sur le producteur des fonds, à la bibliographie, etc. – et à la description strictement documentaire, celle des dossiers eux-mêmes ? Et jusqu’où aller dans la finesse et le détail des descriptions ?

12À l’Institut de France, il a été finalement décidé de procéder avec une certaine souplesse, sans fixer de limites trop rigides. Très logiquement, les papiers d’archéologues qui ne concernaient pas l’archéologie ont été exclus du champ, afin de conserver une cohérence thématique aux fonds décrits. L’équipe s’est accordée sur la définition d’une description minimale et une certaine latitude a été laissée aux rédacteurs pour enrichir ce substrat, en fonction de l’intérêt des fonds, de la disponibilité des instruments de recherche, et des compétences de chacun.

Typologie des fonds documentaires

13Quatre cas de figure se présentaient, exigeant des traitements différents et donc une charge et un temps de travail très variable.

14Tout d’abord, on trouvait des fonds déjà classés, pour lesquels on disposait d’un catalogue ou d’un inventaire assez précis. C’était surtout le cas des fonds de la bibliothèque, recensés dans les catalogues publiés. Une liste identifiant quarante-quatre fonds a été établie. Le travail consistait donc à examiner ces documents pour en rédiger des descriptions plus ciblées et mettre en évidence leur intérêt scientifique ; en revanche, il n’était pas nécessaire de procéder à un quelconque reclassement, sauf de façon très ponctuelle et anecdotique.

15Ensuite, furent repérés des fonds non classés. Ils nécessitaient un travail tout à fait différent, beaucoup plus lourd, puisqu’on avait affaire à des fonds volumineux totalement « en vrac». La première étape, indispensable fut de classer ces fonds et d’établir leurs inventaires scientifiques, selon les normes archivistiques les plus rigoureuses et les plus actuelles. La deuxième étape a consisté à rédiger des notices descriptives pour la base Area. Deux fonds importants étaient concernés  : le fonds Dussaud aux archives de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (21 cotes) ; le fonds Lantier à la bibliothèque de l’Institut de France (56 cotes).

16Troisième cas de figure, celui des fonds classés et inventoriés sommairement, cas majoritaire aux archives de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Un repérage initial en avait recensé onze ; en cours de travail, cinq autres furent identifiés et pris en compte.

17Enfin, on trouvait des fonds classés, mais sans organisation thématique, et qui devaient donner lieu à une exploration destinée à évaluer leur richesse pour l’histoire de l’archéologie. C’était le cas des archives de l’Académie des sciences. Le travail y était donc de nature complètement différente, puisque aucune liste préliminaire n’avait pu être établie.

Les fonds déjà classés  : la bibliothèque de l’Institut

18La bibliothèque de l’Institut de France existe depuis 1797. Héritière en partie des fonds des anciennes académies royales, sa vocation est depuis son origine encyclopédique, puisqu’elle sert les cinq académies. Dès cette époque, elle accueille des livres imprimés, mais aussi des manuscrits, des objets, des documents iconographiques… Ses collections s’accroissent à mesure que l’Institut de France développe son rayonnement  : elle collecte ainsi des papiers d’académiciens, mais aussi des fonds qui lui sont confiés en raison du prestige de l’institution (Pastoureau 1995 ; Pastoureau, Chassagne et Queyroux 1997). Avant l’organisation des services d’archives, les académies lui remettaient parfois des documents présentés en séance. Richesse, abondance et diversité caractérisent donc les fonds intéressant l’histoire de l’archéologie  : lettres, dossiers de travail, carnets, récits, relevés, dessins, photographies, estampages, documents administratifs… Les descriptions que l’on trouve aujourd’hui dans la base Area en illustrent bien la variété.

  • 4  Bouteron, Tremblot 1928 ; Tremblot de La Croix 1962 ; et plusieurs suppléments et compléments cons (...)

19Grâce aux catalogues publiés en 1928 et 19624, les collections de la bibliothèque de l’Institut sont depuis longtemps explorées par les chercheurs. Aussi bien pour des monographies que pour des recherches très ciblées ou la préparation d’expositions, les grands fonds Mariette-Maspero, Renan, Mohl, Chabas, Maury, de Witte…, entrés à la bibliothèque avant les années 1930, ont été repérés ; les énormes correspondances qu’ils contiennent sont des mines particulièrement exploitées. D’autres fonds en revanche, entrés plus récemment, comme les papiers de Pierre Lacau, restent encore assez peu connus. Certains éclairent des pans d’activité inattendus  : par exemple, les papiers du duc de Luynes montrent son implication dans les sociétés d’histoire locale de l’Île-de-France. L’inscription de tous ces fonds d’archives personnelles d’archéologues dans la base de données Area constitue une mise en valeur supplémentaire, en faisant apparaître les liens qu’ils peuvent avoir entre eux. Par exemple, on voit clairement à travers les quatre grands fonds d’égyptologues les passages de témoin entre les générations, et l’évolution des réseaux internationaux.

20À côté de ces ensembles très complets, provenant d’archéologues professionnels, un monde d’explorateurs, d’aventuriers, d’amateurs passionnés se révèle. L’ingénieur des ponts et chaussées Matty de Latour étudie à la faveur de ses différentes affectations les voies romaines (et prône vers 1860 le retour à leurs méthodes de construction) ; l’architecte Antoine Niveleau explore en 1826 les galeries souterraines du Bavay gallo-romain. Étienne Aymonier, résident de France à Phnom Penh, pénètre entre 1882 et 1885 dans des régions interdites du Cambodge pour y relever de précieuses inscriptions khmères et sanscrites. Dutreuil de Rhins, géographe, accompagné du jeune orientaliste Fernand Grenard, part en Haute Asie à la recherche des sources des grands fleuves asiatiques (1891-1894)  : il est assassiné par des bandits tibétains, et une partie de ses notes disparaît, mais sa mission a largement renouvelé les connaissances sur l’Asie centrale, au point de vue géographique, historique, archéologique, ethnographique et linguistique. Méhier de Mathuisieulx se déguise en marchand égyptien pour pénétrer clandestinement sur le site de Cyrène (1905-1906) ; il y prend à ses risques et périls des photographies et lève le plan des ruines, rapportant un témoignage unique qui ne sera pas diffusé en raison du caractère illégal de ses opérations. Georges de Gironcourt, explorateur de la boucle du Niger, a rassemblé à l’issue d’un long et éprouvant voyage une collection de plus de 800 estampages d’inscriptions arabes et tifinar et de nombreux manuscrits (1911-1912).

21L’étude des fonds menée dans le cadre du réseau Area a donc permis de dépasser le caractère encyclopédique et généraliste des catalogues existants pour mettre en évidence un ensemble de sources aux multiples facettes.

Les fonds inventoriés sommairement  : les archives de l’Académie des inscriptions et belles-lettres

22Les archives de l’Académie des inscriptions et belles-lettres sont le produit de l’activité de l’Académie. Elles renferment les procès-verbaux des séances, leurs annexes (mémoires, rapports, correspondance), les papiers administratifs des commissions et des fondations gérées par l’Académie, ainsi que des dossiers documentaires, assez disparates, réunis par les secrétariats à partir de la fin du xixe siècle sur les académiciens, des manuscrits de concours et des fonds entrés par voie extraordinaire (fonds privés et papiers d’érudits).

23Tous ces types de documents peuvent receler des pièces intéressant l’archéologie. Le chercheur doit donc se lancer dans une enquête ponctuelle, dans des fonds au classement chronologique. Les procès-verbaux et leurs annexes forment le cœur de l’activité académique (série E). D’approche plus thématique, les papiers des commissions (série G) et des fondations (série J) comportent, eux aussi, des procès-verbaux et des rapports d’activité ; leur contenu est toutefois variable. On peut y trouver de la correspondance, des rapports établis sur le terrain, des mémoires… comme des documents à caractère strictement administratif. Ainsi, en dépit d’un titre alléchant, la commission chargée de l’exécution de la Description de l’Égypte, loin de transporter le chercheur sur les rives du Nil, le plonge dans les comptes de gestion consacrés à l’impression du célèbre ouvrage.

24Plus aisément repérables par leur thématique même, ce sont les archives des commissions et les fondations qui ont retenu l’attention dans le cadre du programme Area  : commissions de la Forma Orbis Romani Galliae, du Corpus Vasorum antiquorum, des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, d’Extrême-Orient, de Syrie-Palestine, d’Afrique du Nord, ainsi que les papiers de Paul Pelliot pour la commission consultative des fouilles en Afghanistan au ministère de l’Instruction publique ; fondations Piot et de Clercq destinées à aider à la réalisation de missions, fouilles et publications archéologiques ; fondation Benoît Garnier, qui subventionne les voyages d’exploration scientifique dans l’Afrique centrale ou les régions de la Haute Asie ; fondation Auguste Pellechet pour la restauration de monuments en France ou aux colonies. À cette pléiade d’instances, il convient d’ajouter les dossiers et mémoires de la commission des Antiquités de la France et les fonds entrés par voie extraordinaire (série K), comme les papiers d’Antoine Mongez, notes de travail, manuscrits et correspondance scientifique, la commission pour la Description de l’Égypte citée plus haut, et le fonds René Dussaud.

Les archives de l’Académie des beaux-arts

25Le cas des archives de l’Académie des beaux-arts est seulement évoqué pour mémoire. En effet, elles se présentent sous la même forme que celles de l’Académie des inscriptions et belles-lettres  : procès-verbaux et pièces annexes, classés par ordre chronologique. Il convient donc d’explorer une période donnée pour trouver les correspondances et rapports relatifs à une mission particulière. L’exemple des artistes Coste et Flandin dans les années 1840 est révélateur dans ce domaine  : une étude ponctuelle permet de retrouver leurs comptes rendus et demandes souvent pressantes de subsides, au fur et à mesure de leur voyage. En revanche, l’Académie des beaux-arts ne détient ni archives de commissions à spécialité archéologique ni fonds privés, et les dossiers des académiciens, aussi fragmentaires que ceux de l’Académie des inscriptions, sont de création assez récente (xxe siècle).

Deux fonds révélés  : les archives de René Dussaud et celles de Raymond Lantier

Fonds René Dussaud

26Le fonds René Dussaud a été remis aux archives de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en don par M. André Parrot, académicien, ami et exécuteur testamentaire de Mme veuve René Dussaud, décédée en 1971. À ce don, Mme André Parrot ajouta un complément en 1987, après le décès de son mari. L’ensemble comprend des documents émanant de l’activité professionnelle de René Dussaud, des manuscrits de certaines de ses publications, et de la correspondance provenant essentiellement d’archéologues et d’académiciens, au premier rang desquels figurent André Parrot, Claude Schaeffer, Henri Seyrig et Charles Virolleaud.

27René Dussaud (1868-1958) était le fils d’un ingénieur marseillais, assistant de Ferdinand de Lesseps. D’abord élève de l’École centrale des arts et manufactures, il se détourna bientôt de cette voie pour suivre les cours d’arabe à l’École nationale des langues orientales et le cours d’hébreu à l’École pratique des hautes études, ainsi que la conférence d’épigraphie sémitique du Collège de France. Sa vocation d’orientaliste trouva son accomplissement, quand, en 1895, il fut chargé par le gouvernement français d’une mission en Syrie, suivie de plusieurs autres jusqu’en 1901. Il rapporta de ses voyages une ample moisson d’inscriptions en diverses langues sémitiques, dont dix carnets conservés dans ses archives donnent un aperçu. Ses talents exceptionnels d’épigraphiste lui permirent de renouveler complètement la question de l’origine de l’alphabet.

28Professeur à l’École d’anthropologie (1901-1910), professeur suppléant au Collège de France (1905-1910), il devint en 1910 conservateur au département des Antiquités orientales du musée du Louvre et en même temps professeur à l’École du Louvre, où il passa le reste de sa carrière jusqu’à sa retraite, en 1936. Ses archives permettent de suivre l’évolution et la modernité de son enseignement tout au long de cette période, puisqu’il rend compte des derniers résultats des fouilles en Syrie. La plupart des textes de ses cours sont conservés dans le fonds.

29Parallèlement à sa vie professionnelle, il étendit ses recherches dans les domaines de l’épigraphie, de la numismatique, et devint un spécialiste des religions. Avec l’instauration du mandat français au Liban et en Syrie, en 1920, René Dussaud devint l’instigateur de la recherche archéologique au Proche-Orient et concourut à la création de la revue Syria, suivie en 1921 par la Bibliothèque archéologique et historique du service des antiquités de Syrie. Il était déjà depuis 1908 co-directeur de la Revue de l’histoire des religions. Il fit autorité dans ses ouvrages consacrés à l’histoire des religions et à l’archéologie orientale, particulièrement à propos des tablettes de Ras Shamra, dont le déchiffrement avait apporté des renseignements d’une valeur exceptionnelle sur le panthéon phénicien et l’histoire des traditions patriarcales transmises aux Israélites. Il consacra à ces sujets beaucoup d’articles et de conférences, qui sont pour bonne part conservés dans le fonds, sous forme de manuscrits.

30Élu en 1923 à l’Académie des inscriptions et belles-lettres au fauteuil de son maître Charles Clermont-Ganneau, il en devint le secrétaire perpétuel (1937-1948). Son activité au sein de la Compagnie fut considérable, tant par ses communications que par ses prises de position dans la controverse qui entoura les fouilles de Glozel. Il fut le chef de file des « antiglozéliens», jusque devant les tribunaux, dans cette affaire qui divisa le monde des archéologues, sans épargner l’Académie. Sur cette période, somme toute assez brève (1927-1929) mais fertile en péripéties, le fonds Dussaud permet de se faire une idée de l’ampleur de la polémique, tant par les notes relatives au procès en diffamation intenté par les inventeurs du site à René Dussaud, que par la correspondance émanant de préhistoriens français et étrangers, et par l’impressionnante revue de presse rassemblant plus de 1100 articles répartis en trois albums et feuillets séparés, rien que sur la période de septembre 1927 à mars 1928.

31Mais c’est la Syrie, essentiellement à l’époque du Mandat, qui est le centre de la fantastique activité de René Dussaud, du rayonnement de son influence auprès des archéologues sur le terrain, jusqu’en Palestine, où l’École biblique et archéologique de Jérusalem est en contact fréquent avec lui. Les plus éminents archéologues du temps lui narrent, régulièrement et avec force détails, les progrès, découvertes et difficultés rencontrés sur les grands chantiers de fouilles (Byblos, Mari, Doura-Europos, Palmyre, Tello…). Depuis Paris, à l’Académie ou à la rédaction de Syria, René Dussaud se révèle le pivot de la présence française sur les champs de fouilles du Moyen-Orient, et sa volumineuse correspondance scientifique (7 cartons), inédite, en est le plus beau témoignage.

Fonds Raymond Lantier

32Raymond Lantier (1886-1980) fut à la fois archéologue, spécialiste de la préhistoire et protohistoire de la Gaule et de l’Espagne, enseignant, directeur de revues, conservateur de musée et membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. De cette longue carrière archéologique et institutionnelle, il reste un volumineux fonds d’archives, légué par sa veuve à l’Académie et déposé depuis 1995 à la bibliothèque de l’Institut de France. Un premier travail de récolement avait été effectué, mais le fonds restait incommunicable en l’état. Le projet Area a permis à un chargé de mission d’en terminer le classement et l’inventaire et de le signaler et le valoriser grâce à une douzaine de fiches dans la base de données Area (Jandin et Piernas 2003). Cette mission a rendu accessible un fonds archéologique très complet, très riche en documentation et documents iconographiques. Il se classe en sept séries  : papiers de famille et dossier personnel ; carrière administrative ; congrès ; sociétés savantes ; ouvrages, articles, conférences ; correspondance générale ; iconographie.

33L’un des intérêts principaux du fonds est sa complétude, puisqu’il illustre la biographie et le parcours d’un archéologue, depuis ses années de formation et ses premières fouilles dans le Lisieux gallo-romain en 1912, puis en Espagne qui devient son domaine de prédilection entre 1913 et 1935. Il y rencontre en 1915 l’abbé Breuil, son futur maître, avec qui il entame une longue collaboration.

34Toutes les étapes de la carrière officielle de Lantier sont présentes  : l’inspection des antiquités en Tunisie (1921-1926) ; le poste de conservateur-adjoint puis de directeur au musée des Antiquités nationales de 1926 à 1956 ; ses fonctions d’enseignant à l’École du Louvre, où il occupe la chaire des Antiquités nationales et préhistoriques de 1927 à 1956, et à l’Institut d’études hispaniques (l’ensemble de ses cours est conservé) ; les activités à l’Académie des inscriptions et belles-lettres à partir de 1948, avec notamment les importants dossiers rassemblés pour la continuation du Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, qu’Émile Espérandieu avait publié en onze volumes entre 1905 et 1913 et dont Raymond Lantier publie les volumes XII à XVI ; enfin la participation à la commission des monuments historiques, qui donne un véritable panorama des fouilles organisées par des amateurs et des professionnels en France entre 1921 et 1964.

35Un autre axe très important du fonds est constitué par les recherches et travaux personnels de Lantier  : documentation iconographique sur des sites et des objets (négatifs, photographies, albums, plaques de verre, cartes postales), manuscrits, épreuves, tirés à part, ouvrages. Il poursuit aussi ses propres fouilles  : sa découverte la plus importante a lieu en France dans les années 1936-1937, lorsqu’il met au jour le cimetière wisigothique d’Estagel dans les Pyrénées-Orientales.

36Les archives permettent aussi de retracer le rôle central de Raymond Lantier dans les milieux archéologiques français et internationaux. Ce rôle s’exerce par la direction de la Revue archéologique (1929-1964), la fondation de la revue Préhistoire (1932-1969) et l’animation de la revue Gallia (1946-1970), ainsi qu’à travers une très abondante correspondance  : Lantier travaille et collabore avec les grands noms de l’archéologie française (Bégoüen, Breuil, Corot, Fabre, Martin, Picard, Piette, Poinssot…) et étrangère (Bersu, Bosch-Gimpera, Pericot…) de son époque.

37Raymond Lantier a largement contribué à faire entrer l’étude de la préhistoire dans une nouvelle phase, plus scientifique et plus développée du point de vue des recherches, de l’enseignement, des publications, de la diffusion et des échanges. Ses archives, si riches en documents inédits, donnent un éclairage unique sur ce moment de transition et d’évolution.

Un fonds non spécialisé  : l’archéologie à l’Académie des sciences, 1667-1965

38L’Académie des sciences, fondée en 1666, regroupe des savants des disciplines mathématiques (géométrie, astronomie, mécanique) et physiques (anatomie, chimie, botanique). Ses compétences se sont élargies au fil du temps, pour prendre en compte les nouvelles découvertes et disciplines scientifiques.

39Depuis ses origines, l’Académie se réunit chaque semaine. Des membres et des intervenants invités communiquent leurs dernières recherches, leurs procédés nouveaux, dont ils peuvent laisser le secret sous pli cacheté à l’assemblée, qui joue le rôle de tribunal des techniques et des sciences. À partir de 1835, l’Académie publie les comptes rendus de ses séances.

40Tous les sujets scientifiques y sont abordés. Parmi la diversité des centres d’intérêt des membres de l’Académie des sciences, l’archéologie trouve une place non négligeable. La science archéologique n’est pas encore née en tant que telle, mais elle plonge ses racines dans la rationalité scientifique à laquelle contribuent beaucoup d’académiciens.

41Les archives de l’Académie des sciences renferment donc de nombreux éléments permettant de mettre en évidence la naissance et le développement de la science archéologique en France et la diversification des disciplines connexes. Cependant ces fonds ne sont pas facilement accessibles. Ils sont classés par grandes séries de documents, notamment :

  • les procès-verbaux des séances, depuis 1667, publiés à partir de l’an VIII sous le titre de comptes rendus ;

  • les pochettes de séances, rassemblant les nombreux mémoires, rapports, lettres et manuscrits, lus ou présentés au cours des séances. Elles sont classées par ordre chronologique ;

  • les dossiers biographiques de tous les savants ayant appartenu à l’Académie depuis sa création. Rangés par ordre alphabétique, ils comportent des pièces manuscrites, des documents iconographiques et de la documentation.

42Il n’existe ni inventaire détaillé, ni index par matière ou par auteur. Les clés indispensables pour l’exploitation de ces archives sont des noms et surtout des dates, ce qui est évidemment peu commode lorsqu’on entame une recherche thématique.

43La chargée de mission pour le programme Area a donc lancé une exploration systématique et rédigé à partir de ses résultats une notice signalétique pour la base de données Area. Elle est partie de l’Index biographique de l’Académie des sciences afin de relever le nom des membres qui avaient, en plus de leurs activités scientifiques, des intérêts archéologiques  : principalement les membres de l’Académie des sciences qui ont aussi été membres de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Cette première liste de noms a permis de consulter les dossiers biographiques, qui ne contenaient aucun manuscrit à teneur archéologique mais pouvaient avoir un grand intérêt pour compléter les connaissances disponibles sur ces personnages.

44Ensuite, les diverses publications de l’Académie des sciences ont été dépouillées grâce à leurs tables décennales, où figure l’entrée d’index thématique « archéologie». De nombreuses communications ou mentions d’intérêt archéologique ont été ainsi mises en évidence, sans toujours avoir été publiées in extenso. Toutes celles qui n’avaient été transcrites qu’en partie ou qui étaient simplement mentionnées ont fait l’objet d’une seconde recherche dans les pochettes de séance, afin de retrouver les manuscrits originaux.

45Cet effort de prospection a permis de recenser l’ensemble des références archéologiques, imprimées ou non, produites par l’Académie des sciences, afin d’en donner un panorama complet (Piernas 2003). On relève ainsi  : 17 références dans les publications de l’Académie de 1691 à 1877 ; plus de 550 références dans les procès-verbaux et les comptes rendus de séances (1667-1965) ; 79 pochettes de séances renfermant des informations archéologiques sous forme de correspondance, notes manuscrites, croquis (1667-1965) ; enfin 8 dossiers biographiques concernant des archéologues des xviiie-xixe siècles et contenant pièces d’archives, coupures de presses, rapports, correspondance, mémoires, iconographie.

46Les manuscrits, déposés par leurs auteurs à l’issue des séances de l’Académie, sont au nombre de 98  : 13 pour les années 1750-an IX, 4 entre l’an VIII et 1835, et enfin 81 pour la période 1835-1894.

4760  % des travaux présentés relèvent de la paléontologie, 18 % de l’étude des sciences et des techniques antiques, le reste se partageant entre l’Égypte (10  %), le continent américain (4  %), les îles Canaries (4  %), et l’archéologie moderne (3  %). Pour la paléontologie, presque la moitié des communications s’intéresse à l’espèce humaine (ossements, évolution, population…), un tiers à l’industrie humaine (silex, outils…), les autres à l’occupation du sol (architecture, habitat, station…) ou à la géologie comme moyen de datation. Pour l’Antiquité, ce sont surtout les objets qui attirent l’attention  : monnaies, papyri, poterie, verre, navires. Quant aux pays mentionnés plus haut, les communications présentées s’attachent surtout aux momies et aux techniques d’embaumement.

48Les archives examinées à l’Académie des sciences dans le cadre du programme Area illustrent donc parfaitement la pluridisciplinarité qu’exige l’archéologie. La prospection ainsi menée a permis d’attirer l’attention sur des sources inédites pour l’histoire de l’archéologie.

Résultats du programme Area à l’Institut de France

49Au total, 57 fonds ont été examinés, correspondant approximativement à 697 dossiers d’archives, 504 cotes de manuscrits (la notion de cote recouvre parfois des réalités très différentes  : cela peut aller d’un seul carnet à plusieurs centaines de documents, comme pour les recueils de correspondance), plus de 3000 estampages et plus de 800 photographies ; 97 notices ont été rédigées et incluses dans la base de données Area.

50Les chiffres ne traduisent évidemment pas toute la richesse des résultats obtenus, qui doivent être examinés selon deux axes principaux.

51Tout d’abord, du point de vue de l’institution  : les différents services de l’Institut impliqués dans le programme Area ont eu pour la première fois l’objectif d’une exploration aussi exhaustive que possible dans la perspective thématique de l’histoire de l’archéologie. Par suite, ils ont acquis une meilleure connaissance de leurs propres collections dans l’ensemble et de leurs fonds d’intérêt archéologique en particulier.

52De plus, ces travaux ont souvent permis d’améliorer ou de préciser les instruments de recherche existants, catalogues ou inventaires. C’est le cas notamment pour les archives de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, qui ne disposaient que d’un inventaire sommaire. Ces améliorations donnent donc aux équipes des archives et de la bibliothèque la possibilité d’offrir, sur place, un service encore meilleur aux chercheurs. Au sein même de l’Institut, les informations descriptives rassemblées à l’occasion du programme Area seront bientôt mises au service des chercheurs et du public institutionnel, dans le respect de la convention signée avec le réseau.

53Enfin, dans certains cas, les travaux menés ont donné l’occasion aux services de procéder à des évaluations de l’état matériel des collections, et ainsi d’intégrer des données supplémentaires dans leurs plans d’actions de préservation. Certains fonds ont même bénéficié, au fil du travail de description, d’opérations de conservation et de protection très importantes. Par exemple, à la bibliothèque, le fonds Léon Heuzey, qui contenait de nombreuses photographies anciennes, a fait l’objet d’une campagne de protection systématique avec du matériel répondant aux normes actuelles de conservation.

54Du point de vue de la recherche, ensuite  : on constate des bénéfices aussi bien pour les fonds déjà connus que pour les fonds nouvellement rendus accessibles. Le signalement des premiers dans la base de données Area permet de mieux les faire connaître, même si la plupart d’entre eux ont déjà été explorés. Il pallie le manque de diffusion des instruments de recherche traditionnels et complète les informations jusqu’alors disponibles, notamment en signalant systématiquement les sources complémentaires.

55Le travail réalisé pour Area a permis de traiter deux nouveaux fonds, riches et volumineux, jusque-là totalement inconnus et inaccessibles, le fonds Lantier et le fonds Dussaud. À la croisée de la recherche individuelle et de la recherche institutionnelle, entre les archives privées et les archives publiques, ces fonds apportent des éclairages nouveaux sur toute une période de l’archéologie française.

56Aux archives de l’Académie des sciences, le travail accompli revient à la première évaluation systématique de la richesse de ce fonds pour l’histoire de l’archéologie et a abouti à la rédaction d’un nouvel instrument de recherche, un répertoire exhaustif des documents repérés, avec index. Il contribue ainsi efficacement au développement d’un nouveau champ d’étude de type historiographique concernant la mise en place d’une archéologie scientifique entre les pôles concurrents, mais complémentaires, des sciences dites dures et des sciences humaines.

57Surtout, la recherche reçoit toujours un grand bénéfice de la constitution d’un réseau, seul capable de mettre en correspondance des sources séparées les unes des autres par les hasards de l’histoire ou les logiques institutionnelles. Les travaux menés à l’Institut de France ont ainsi mis en évidence de nombreux cas où les archives conservées pouvaient s’éclairer et se répondre à distance, transformant du même coup leur portée et leur sens.

58Cela peut se produire au sein même de l’institution. Les archives de René Dussaud en offrent un bon exemple  : une partie en avait été déposée par lui-même à la bibliothèque, tandis que la plus importante est allée, après sa mort, au service des archives ; les deux se complètent tout naturellement. Des liens ont aussi pu être établis entre des dossiers spécifiques (archives des commissions de l’Académie des inscriptions et belles-lettres) et les séries de correspondance générale. De même, on a pu relier les superbes planches d’archéologie médiévale du chevalier Du Mège, aujourd’hui déposées à la bibliothèque, aux copieux mémoires qu’elles accompagnaient et qui sont conservés dans les archives. Les travaux personnels d’Adrien Blanchet et son abondante correspondance, légués à la Bibliothèque, viennent compléter les dossiers qu’il avait lui-même déposés aux archives et qui rendaient compte de son activité dans la mise en place de la Forma Orbis Romani Galliae, l’ancêtre de la Carte archéologique de la Gaule romaine.

59À l’échelon national, de nombreux fonds présents à l’Institut de France trouvent des extensions et des compléments dans d’autres institutions françaises, dont certaines ont déjà été explorées sous les auspices du programme Area. On peut ainsi citer à nouveau le fonds Lantier  : la majorité des papiers sont aujourd’hui à la bibliothèque de l’Institut, mais des archives complémentaires se trouvent au musée des Antiquités nationales à Saint-Germain-en-Laye. Autre exemple, les commissions spécialisées de l’Académie des inscriptions et belles-lettres ont travaillé en étroite coopération avec divers services des ministères des Affaires étrangères et de l’Instruction publique et des beaux-arts. De nombreux dossiers aujourd’hui conservés aux Archives nationales répondent ainsi aux archives des commissions de l’Académie, notamment dans la sous-série F/17 explorée par le programme Area (voir Armelle Le Goff et Nadia Coutsinas supra  : 26-34). Par exemple, les archives personnelles de Théophile Homolle à la bibliothèque de l’Institut renvoient à la commission des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, qui elle-même renvoie aux Archives nationales et aux archives de l’École française d’Athènes.

60Enfin, au niveau européen, les archives personnelles des savants tissent un réseau de sociabilité et d’échanges scientifiques. Par exemple, la correspondance de Raoul-Rochette, conservée à la bibliothèque de l’Institut, trouve son pendant dans les fonds des savants allemands Carl-Ottfried Müller à Göttingen et August Boeckh à Berlin. Les papiers d’Henri Breuil qui sont restés entre les mains de son ami Raymond Lantier et se trouvent à présent dans son fonds d’archives forment une petite partie de la galaxie archivistique constituée par ce savant au Muséum national d’histoire naturelle et dans bien d’autres institutions à travers le monde.

61Presque trois ans après la clôture de la participation de l’Institut au programme Area, le temps est venu de tirer un bilan de l’expérience.

62L’exemple de l’Institut de France démontre clairement à la fois la pertinence du projet Area, en ce qu’il est conçu pour dépasser le cadre institutionnel et national, et ses limites actuelles, à surmonter pour réaliser pleinement son potentiel. On a vu en effet que les résultats obtenus ne constituent pas une simple accumulation de connaissances, mais participent plutôt d’une évolution dynamique de la recherche, en ouvrant des voies nouvelles, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’institution  : en ce sens, le succès est complet.

63Pourtant, des questions non résolues subsistent encore. Ainsi les problèmes de définition du champ documentaire, évoqués plus haut, ne sont pas propres à l’Institut de France mais elles sont mis en évidence dans la base de données telle qu’elle s’est construite au fil des ans et des différentes étapes du programme Area, auprès des différents partenaires internationaux. Ils n’ont sans doute pas de réponse unique  : tout dépend de la nature des fonds concernés et des moyens humains. Mais ils relèvent aussi, et peut-être surtout, de la conception originaire de la base de données, initialement prévue pour servir de répertoire des fonds explorés par des projets de recherche  : un rôle un peu auxiliaire, en somme, qui a évolué au fur et à mesure des extensions du programme, et a fini par devenir central lorsque les premières institutions françaises ont été associées au programme – mais sans que des consignes très précises soient pour autant données aux participants. Du coup, on constate que les données descriptives sont hétérogènes  : en finesse, en précision, en importance des données contextuelles…, et surtout en rigueur, dans la structuration et dans l’indexation. Ces disparités ne sont pas seulement « esthétiques»  : elles deviendront vite très gênantes pour la recherche d’information si la base de données continue de s’enrichir. Autres nécessités à prendre en compte  : une maintenance technique efficace et une actualisation régulière. À l’Institut de France, depuis 2004, quelques nouveaux fonds sont entrés, et des informations complémentaires sur les fonds déjà recensés sont apparues  : il faudrait pouvoir les intégrer.

64Réseau et base de données ne pourront donner leur pleine mesure que s’ils s’étendent à d’autres institutions et continuent à se développer, mais de manière systématique et raisonnée  : alors seulement on pourra voir se dessiner, à terme, une véritable carte documentaire des fonds intéressant l’histoire de l’archéologie en Europe.

Haut de page

Bibliographie

L’Académie de France à Rome aux xixe et xxe siècles  : entre tradition, modernité et création. 2002. Paris, Somogy, XVII-268 p.

Bouteron, M. et J. Tremblot. 1928. Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Paris. Bibliothèque de l’Institut – ancien et nouveau fonds. Paris, Plon, XV-758 p.

Gran-Aymerich, E. 1998. Naissance de l’archéologie moderne  : 1798-1945, Paris, Cnrs Éditions, 533 p.

Jandin, S. et G. Piernas. 2003. Inventaire des archives personnelles de Raymond Lantier. Non publié, consultable sur place, 174 p.

Lamarque, M. À paraître. « L’histoire des voyages scientifiques dans les archives de l’Académie des inscriptions et belles-lettres», in  : Les sources de l’histoire des voyages. Paris, Cths.

Leclant, J. 2002. « Sur les relations de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et de l’Académie des sciences», in  : C. Demeulenaere-Douyère et É. Brian (dir.), Règlement, usage et science dans la France de l’absolutisme. Paris, Lavoisier  : 95-108.

Pastoureau, M. 1995. « Bibliothèque de l’Institut de France», in  : Ministère de la Culture, Patrimoine des bibliothèques de France. Paris, Payot, t. I  : 144-153.

Pastoureau, M., A. Chassagne et F.Queyroux. 1997. « Les fonds patrimoniaux de la bibliothèque de l’Institut de France», Bulletin des Bibliothèques de France, 2  : 41-49.

Piernas, G. 2003. L’archéologie à l’Académie des sciences, 1667-1965. Non publié, consultable sur place.

Pinon, P. et F.-X.Amprimoz. 1988. Les envois de Rome (1778-1968)  : architecture et archéologie. Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome 110), XII-455 p.

Queyroux, F. 2004. Documents isolés d’intérêt archéologique conservés à la Bibliothèque de l’Institut de France  : répertoire établi pour le réseau Area. Non publié, consultable sur place.

Tremblot de La Croix, J. 1962. Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Tome LIV : Paris. Bibliothèque de l’Institut de France, supplément. Paris, Bibliothèque nationale, XIX-321 p.

Haut de page

Annexe

Liste des fonds recensés par ordre alphabétique

L’équipe réunie à l’Institut de France pour le programme Area se composait de : Mireille Pastoureaux, directeur de la bibliothèque de l’Institut de France ; Florence Greffe, responsable des archives de l’Académie des sciences ; Mireille Lamarque, responsable des archives de l’Institut ; Fabienne Queyroux, chargée des collections de manuscrits et papiers savants à la bibliothèque de l’Institut de France ; Eve Gran-Aymerich, chercheur associé à l’Académie des inscriptions et belles-lettres ; Gersende Piernas, chargée de mission ; Emmanuelle Champion, chargée de mission ; Léocadie Foucart, chargée de mission.

Abréviations  :

Aibl = Archives de l’Académie des inscriptions et belles lettres ;

Bif = Bibliothèque de l’Institut de France.

Pour les cotes, se reporter à la base de données Area.

– Archives de l’Académie des sciences relatives à l’archéologie ;

– Aymonier, Étienne. Estampages d’inscriptions sanscrites du Cambodge  : Bif ;

– Blanchet, Adrien. Papiers  : Bif ;

– Borghesi, Bartolomeo. Papiers  : Bif ;

– Carcopino, Jérôme. Correspondance  : Bif ;

– Chabas, François. Correspondance  : Bif ;

– Clermont-Ganneau, Charles. Papiers  : Bif ;

– Commission Athènes-Rome  : Aibl ;

– Commission chargée de la Description de l’Égypte  : Aibl ;

– Commission de l’Afrique du Nord  : Aibl ;

– Commission de l’École française d’Extrême-Orient  : Aibl ;

– Commission des Antiquités de la France  : Aibl ;

– Commission des fouilles d’Afghanistan  : Aibl ;

– Commission du Corpus vasorum  : Aibl ;

– Commission Syrie-Palestine  : Aibl ;

– Coste, Pascal. Dessins  : Bif ;

– Du Mège, Alexandre. Planches d’archéologie médiévale  : Bif ;

– Dumont, Albert. Papiers  : Bif ;

– Dussaud, René. Fonds  : Aibl ; Dussaud, René. Papiers  : Bif ;

– Dutreuil de Rhins, Mission en Haute Asie. – Manuscrits, objets, estampages  : Bif ;

– Flandin, Eugène. Dessins  : Bif ;

– Pellechet, Auguste. Fondation  : Aibl ;

– Garnier, Benoît. Fondation  : Aibl ;

– Clercq, Louis de. Fondation  : Aibl ;

– Piot, Fondation  : Aibl ;

– Forma Orbis Romani Galliae  : Aibl ;

– Gironcourt, Georges de. Manuscrits et estampages  : Bif ;

– Haussoullier, Bernard. Papiers et estampages  : Bif ;

– Héron de Villefosse, Antoine. Collection d’estampages  : Bif ;

– Heuzey, Léon. Papiers  : Bif ;

– Homolle, Théophile. Papiers et estampages  : Bif ;

– Lacau, Pierre. Papiers  : Bif ;

– Lantier, Raymond. Archives  : Bif ;

– Le Blant, Edmond. Papiers  : Bif ;

– Luynes, Honoré d’Albert, duc de. Manuscrits  : Bif ;

– Mariette, Pierre-Jean. Dossiers sur Palmyre et Baalbek  : Bif ;

– Mariette, Auguste. Papiers  : Bif ;

– Maspero, Gaston. Papiers  : Bif ;

– Matty de Latour. Recherches sur les voies romaines  : Bif ;

– Maury, Alfred. Papiers  : Bif ;

– Méhier de Mathuisieulx, Henri. Mission archéologique en Cyrénaïque  : Bif ;

– Menant, Joachim. Papiers et correspondance  : Bif ;

– Mexique. Photographies de monuments précolombiens  : Bif ;

– Mohl, Jules. Papiers  : Bif ;

– Monceaux, Paul. Collection d’estampages  : Bif ;

– Mongez, Antoine. Papiers  : Aibl ;

– Niveleau, Antoine. Manuscrit sur les antiquités de Bavay  : Bif ;

– Oppert, Jules. Collection de photographies d’inscriptions cunéiformes  : Bif ;

– Piot, Eugène. Papiers  : Bif ;

– Pricot de Sainte-Marie, Édouard. Estampages d’inscriptions puniques  : Bif ;

– Raoul-Rochette, Désiré. Papiers  : Bif ;

– Rayet, Olivier. Estampages et notes épigraphiques  : Bif ;

– Renan, Ernest. Lettres à Charles Gaillardot et Hortense Cornu : Bif ; Renan, Ernest. Mission en Phénicie  : Bif ;

– Service archéologique de l’armée d’Orient. Papiers : Bif ;

– Witte, Jean de. Correspondance : Bif.

Haut de page

Notes

1  Une présentation générale de l’Institut et des différentes académies est disponible en ligne : www.institut-de-france.fr (avec des liens vers les sites de chaque académie)

2  L’institut participe régulièrement à des entreprises collectives de signalement des fonds (par exemple le Répertoire national des manuscrits littéraires français du xxe siècle). La bibliothèque est aussi engagée dans une opération massive d’informatisation de ses fichiers, tant pour les livres imprimés que pour les manuscrits, dans le cadre de programmes nationaux.

3  Ces découvertes font parfois l’objet de communications adressées à l’Académie des sciences : Piernas 2003.

4  Bouteron, Tremblot 1928 ; Tremblot de La Croix 1962 ; et plusieurs suppléments et compléments consultables sur place (manuscrits reçus après 1962, objets, dépouillements de correspondance).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Lamarque, Gersende Piernas et Fabienne Queyroux, « L’archéologie devant le parlement des savants », Les nouvelles de l'archéologie, 110 | 2007, 30-38.

Référence électronique

Mireille Lamarque, Gersende Piernas et Fabienne Queyroux, « L’archéologie devant le parlement des savants », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 110 | 2007, mis en ligne le 05 mai 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/190 ; DOI : 10.4000/nda.190

Haut de page

Auteurs

Mireille Lamarque

Responsable des archives de l’Institut de France
archives@institut-de-France.fr

Gersende Piernas

Responsable des archives d’entreprises et des programmes de numérisation aux Archives nationales du monde du travail
gersende.piernas@culture.gouv.fr

Fabienne Queyroux

Chargée des collections de manuscrits et papiers savants de la bibliothèque de l’Institut de France
mailto:fabienne.queyroux@bif.univ-paris5.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org