Navigation – Plan du site

L’accès à la documentation scientifique

Claire Besson et Dorothée Chaoui-Derieux
p. 3-5

Texte intégral

1La montée en puissance de l’archéologie préventive depuis une trentaine d’années, le nombre toujours croissant d’opérations de terrain – et d’opérateurs –, l’apparition de spécialités de plus en plus pointues tant sur le terrain qu’en phase d’étude sont autant de facteurs à l’origine d’une masse considérable de données documentaires, publiées pour certaines, en attente d’étude ou de synthèse pour d’autres, à l’état d’archives mortes pour les moins chanceuses (et les plus nombreuses !).

2Ce constat s’impose pour le mobilier comme pour ce que l’on a longtemps appelé les « archives de fouilles », et qui est très clairement défini en tant que « documentation scientifique » par la réglementation, précisément dans le cadre de l’archéologie préventive. Ainsi, l’article 1er de l’arrêté du 16 septembre 2004 y distingue six « catégories » qui se répartissent entre, d’une part, les documents créés par l’opérateur : « graphiques : plans, relevés, minutes, dessins », « photographiques et audiovisuels », « numériques », « écrits : carnets et fiches d’enregistrement de terrain, correspondance, rapports d’étude », « moulages et empreintes » ; et, d’autre part, les « matériaux naturels et de nature biologique recueillis lors de l’opération ». C’est tout spécialement sur ces catégories de documents et leurs modalités d’accès que nous avons souhaité mettre l’accent dans le cadre de ce dossier : où trouver l’information scientifique une fois que le site a été fouillé (et donc détruit) et comment y avoir accès ?

3La réflexion sur ces sujets n’est pas nouvelle. En témoignent le séminaire organisé par le ministère de la Culture et de la Communication (sous-direction Archetis) en collaboration avec le Centre archéologique du Mont-Beuvray en 2006, à destination des agents des services régionaux de l’archéologie sur le thème « gestion de la documentation scientifique et des mobiliers issus des opérations archéologiques dans le cadre de la réglementation actuelle »1 – et qui a fait l’objet d’un compte rendu dans cette revue (Desachy 2006) ; la journée organisée par le réseau Archéo-IdF à la Bibliothèque nationale de France sur les rapports de fouille (Soulier 2010) ; ou encore l’article de présentation du projet des centres de conservation et d’étude (Cce), toujours dans ces colonnes (Charnier 2008) ; ainsi que les différents rapports commandités depuis de nombreuses années sur le mobilier (Papinot, Verron 1998 ; Duval 2004 ; Magnant et al. 2007). Néanmoins, si le sujet s’étoffe, les problèmes demeurent.

4Le parcours de la documentation scientifique depuis l’opération de terrain jusqu’à sa conservation définitive et sa mise à disposition est très spécifiquement encadré par les textes. Ainsi, sa remise à l’État dans son intégralité en même temps que le mobilier est une obligation légale à la charge de l’opérateur (article L523-11 du Code du patrimoine). Néanmoins, si l’État en a la responsabilité, sa propriété reste celle de l’opérateur qui l’a produite : documentation et mobilier ne sont donc pas soumis aux mêmes règles de partage. Ce point n’est pas sans poser problème, au moins scientifiquement : en offrant deux traitements juridiques bien distincts au mobilier et à la documentation, la législation cautionne – du moins implicitement – la séparation de fait entre les deux, alors même que la logique scientifique voudrait qu’ils restent indissociables.

5Outre ces enjeux de propriété, les différentes catégories qui composent la documentation scientifique n’ont pas toutes le même régime juridique en « fin de parcours », et les modalités d’accès s’en ressentent. Ainsi, les documents écrits, graphiques, audiovisuels, numériques et photographiques créés par l’opérateur, considérés comme des documents administratifs au sens de la loi de 1978, sont statutairement des archives publiques (sous le contrôle des archives de France) et doivent donc être versés dans les dix ans au service départemental des archives du chef-lieu de région. La contribution proposée ici par Antide Viand, du conseil général des Hauts-de-Seine, met l’accent sur ce point spécifique. En revanche, les moulages, empreintes et matériaux naturels seront conservés dans le même lieu et selon les mêmes conditions que les vestiges mobiliers, et seront donc accessibles selon les mêmes modalités.

6Bien qu’encadrées par la législation en vigueur, les modalités d’accès à la documentation restent en grande partie à inventer : de la théorie à la pratique, des ajustements se révèlent nécessaires, en fonction des moyens mais aussi des volontés réelles, la situation étant extrêmement variable d’une région à l’autre. Or, faire vivre ce matériau documentaire et répondre aux besoins des chercheurs dans les meilleures conditions possibles reste une urgence. Nous proposons donc un survol des initiatives menées dans des régions différentes, des réflexions en cours et des avancées notables, afin de tirer parti de ces retours d’expérience.

7Donner accès à la documentation doit d’abord faire l’objet d’une mise au point sur ce qui en relève ou non. Le développement juridique proposé par Noé Wagener (université de Paris-Sud) nous fait d’emblée entrer dans ces discrètes contradictions liées au sort des « matériaux naturels et de nature biologique », qui peuvent sous certaines conditions ressortir davantage au mobilier, mais dont les textes s’attachent à l’exclure. Poursuivant la réflexion dans ce domaine, la contribution de Cécile Callou et Chloé Martin (Muséum national d’histoire naturelle) fait état de l’expérience concrète des Inventaires archéozoologiques et archéobotaniques de France, amorçant le thème de l’accessibilité des données.

8En un sens, le premier média d’accès à l’information archéologique est le rapport d’opération, obligation légale pour un titulaire d’autorisation de fouille, mais également obligation morale pour faire profiter des résultats obtenus la communauté archéologique et le public. Plusieurs textes officiels définissent ainsi comment le rapport d’opération archéologique doit être transmis et diffusé. Le collectif Archéo-IdF plaide régulièrement en faveur d’une meilleure prise en compte du statut spécifique du rapport (Soulier 2010). Ce document à la fois administratif, scientifique et intellectuel doit en effet trouver sa place au sein d’institutions détentrices très diverses, au lectorat varié, sans jamais perdre de vue son objectif premier : rendre compte d’une opération scientifique non renouvelable. La contribution du collectif francilien insiste ainsi sur le statut clef du rapport de fouille dans la chaîne qui documente une opération, tandis que Rolande Simon-Millot (Sra Lorraine) précise la nature des inventaires et le rôle qu’ils sont amenés à jouer pour structurer l’information et faciliter les échanges d’un support à un autre. Accéder aux rapports est une étape, accéder à une information de qualité est une exigence supplémentaire à laquelle il peut être simple de répondre, notamment grâce aux avis émis par la Commission interrégionale de la recherche archéologique (Cira), comme l’évoque le texte de Claire Besson, corédactrice de ce dossier.

9La mise en place d’un groupe de travail pour les gestionnaires de l’information archéologique (mobilier et documentation liée) dont rend compte le témoignage de Rolande Simon-Millot, grâce à des rencontres axées « métier » et à une liste de diffusion permettant de partager les acquis comme les interrogations, témoigne par ailleurs d’une volonté réelle de progresser sur le sujet délicat des lieux de conservation. Si le projet de créer des centres de conservation et d’étude (Cce) visait à concilier les exigences de stockage, préservation et mise à disposition en un seul lieu d’une documentation au sens large trop souvent éclatée (mobilier remarquable au musée, tessonnaille au dépôt, rapport et archives de fouilles au Sra – quand toutefois elles sont versées, le travail par ordinateur tendant à supprimer ces étapes de « brouillon »), leur réalisation est à la peine. C’est par la présentation des premiers centres en fonctionnement que sera abordé le sujet. Les cas de l’Alsace (avec Marie Stahl et Juliette Rémy, Drac Alsace, et Raphaël Angevin, Drac Centre) et de l’Aquitaine (avec Jean-Paul Lhomme et Patrice Buraud, Drac Aquitaine) qui seront évoqués ont eu à cœur, avec des modalités différentes, de faciliter l’accès des publics (professionnel et large selon les cas) à leurs richesses documentaires. La première évidence qui s’impose est qu’il ne suffit pas de disposer d’un local et que le projet doit être accompagné par des équipes dynamiques, capables d’inventer des solutions (notamment informatiques) novatrices pour réellement faire exister l’information.

10En complément des deux premières contributions qui se penchent sur « les matériaux naturels et de nature biologique », nous avons retenu un autre cas très spécifique d’information archéologique : le moulage, traité par Pascal Raymond (Inrap). Alors même que sa forme physique tendrait à le ranger dans la catégorie du « mobilier archéologique », les textes sont cependant sans ambiguïté, il fait partie intégrante de la « documentation scientifique » puisqu’il a été produit par l’archéologue pour informer son site. à ce titre, le moulage fournit en réalité deux types d’accès à l’information : d’une part il donne à voir un objet qui n’est plus disponible (détruit, fragile), d’autre part il apparaît comme un témoignage matériel d’une opération archéologique (empreinte d’un sol disparu à la fouille, d’un amas de matériaux prélevés). évoquer ce type de documentation ouvre la voie pour notre dossier au sujet plus large des modalités de restitution, ainsi que de sauvegarde par la dématérialisation.

11La numérisation massive de documents influence indéniablement les modes de consultation mais également le traitement de l’information primaire : à un format de collecte adapté pourra correspondre un format de consultation novateur. Concrètement, il faut sortir du format papier si l’on veut toucher un large public. Dès 1996, le ministère de la Culture lançait le plan national de numérisation, à destination de ses services, de ceux des collectivités, des associations et des fondations (depuis 2000 pour ces trois derniers). L’archéologie y occupe une véritable place, et 150 projets sont consultables sur le site internet Patrimoine numérique (www.numerique.culture.fr) parmi lesquels : le corpus des archives photographiques et graphiques du service régional de l’archéologie d’Aquitaine (17 000 phototypes) ; la numérisation des archives graphiques des fouilles (plans et relevés) exécutées entre 1977 et 1993 à Orléans, couplée à un enregistrement photographique de chacun des chantiers et du mobilier archéologique collecté ; le projet de numérisation du musée national d’Archéo-logie intitulé « Documentation de fouilles et de collections archéologiques, 1850-1945 », ou encore le projet NuMel de la ville de Melun décrit dans ce numéro par Diane Laneluc (service municipal d’archéologie) et Clotilde Périgault (médiathèque de Melun).

12à ce plan est désormais couplé un programme national de numérisation en 3D du patrimoine (3D Monuments : http://www.map.archi.fr/​3D-monuments/​index.html), répondant à une volonté de conservation « par la prise “d’empreinte numérique” dont l’enregistrement constitue une archive dont l’exploitation fournira un modèle géométrique destiné à représenter la morphologie des édifices relevés ainsi que leur aspect, lorsque la mesure s’accompagne d’un relevé photographique ». Ainsi, parmi les projets retenus dans l’appel à projets 2011, figure par exemple la numérisation 3D de la grotte de Font-de-Gaume (Dordogne).

13L’expérience chartraine présentée dans ce numéro permet d’évoquer ces nouveaux procédés d’acquisition des données archéologiques via la 3D et, partant, les nouvelles modalités de constitution de la documentation, ainsi que de sa restitution et diffusion auprès du public (Cyrille Ben Kaddour et François Fouriaux, service archéologie de Chartres).

14à travers ces questions d’accès se pose également la question des publics. Car, finalement, plus l’accès est dématérialisé, plus le public concerné est large. Si les Cce, les centres de documentation des Sra ou des services archéologiques de collectivités sont essentiellement fréquentés par des professionnels ou des étudiants en archéologie, en revanche les archives municipales, départementales, ou encore les sites internet dédiés à ces questions connaissent un public beaucoup plus large. Gilles Bellan (Inrap) présente le projet Dolia de mise en ligne des rapports publiés par l’Inrap, un opérateur d’archéologie préventive : cette base –qui est amenée à développer la mise à disposition d’autres types de document – se veut accessible aux chercheurs de la structure mais également à toute personne désireuse de la consulter, sous réserve d’une simple inscription préalable qui délivre identifiant et mot de passe. La dématérialisation entraîne ainsi un effet d’ouverture au public et d’ouverture des publics : les consultations sont plus aisées et incitées, y compris pour les non-professionnels qui n’ont plus à justifier d’une recherche. Le choix qui est fait de numériser en priorité des documents anciens et précieux, ou dans un état de conservation problématique, répond ainsi à un double objectif : faire vivre ces documents tout en les préservant de trop nombreuses manipulations. Cette volonté de large diffusion préside à la mise en œuvre de la base Patrimoine du conseil général des Hauts-de-Seine présentée par Antide Viand, ou la base NuMel de Melun déjà évoquée.

15Enfin l’entretien avec Brigitte Lequeux et Élisabeth Bellon (Maison René-Ginouvès, Nanterre) permet de mesurer l’importance des archives numériques ou numérisées des laboratoires de recherche et des missions archéologiques, notamment pour transmettre un double des données auprès du pays d’accueil d’une mission scientifique, grâce à une reproduction fidèle de tous les documents. Cette dernière contribution permet par ailleurs d’ouvrir ce dossier à des perspectives plus larges, en abordant l’archéologie en dehors du territoire français et sous la forme de projets interministériels et internationaux.

16Il faut bien avouer que la coordination de ce dossier nous a amenés à des constats plutôt pessimistes : le projet des Cce qui apparaissait comme une solution à tous les maux tarde à couvrir le territoire ; et les services régionaux de l’archéologie sont rarement en capacité de traiter correctement la manne documentaire qui leur échoit : les « archives de fouilles » – quand elles sont déposées – ne sont ni triées ni inventoriées, tandis que le mobilier est stocké dans des locaux inappropriés et non accessibles au public. Si les sonnettes d’alarme sont tirées régulièrement, notamment encore très récemment lors du colloque « Le patrimoine archéologique et son droit », organisé en octobre 2012 par le centre d’études sur la coopération juridique internationale (Cecoji-Cnrs), la direction générale des patrimoines, sous-direction de l’archéologie (ministère de la Culture et de la Communication) et le musée du quai Branly, les solutions sur le terrain ne vont pas de soi.

17Espérons que ce survol choisi d’initiatives menées avec dynamisme et succès dans diverses régions et institutions, de réflexions poussées qui prouvent que le sujet passionne et reste un véritable enjeu, permettra de stimuler de nouvelles expérimentations, voire de remédier ici et là avec énergie à ces problèmes récurrents.

Haut de page

Bibliographie

Desachy, B. 2006. « Des mobiliers et de la documentation scientifique, compte rendu de la table ronde de Bibracte », Nouvelles de l’archéologie, 106 : 66-69.

Charnier, J.-F. 2008. « Les centres de conservation et d’étude : une nouvelle politique de l’État vers les dépôts archéologiques et la gestion des mobiliers du patrimoine », Nouvelles de l’archéologie, 113 : 47-50.

Duval, A. 2004. Étude de la situation et du statut des collections archéologiques appartenant à l’État. Rapport à l’attention de Madame la directrice des musées de France et de Monsieur le directeur de l’architecture et du patrimoine, 137 p.

Magnant, A., G. Aubin, M. Rutschkowsky & N. Bel. 2007. L’application des textes relatifs au mobilier archéologique. Paris, ministère de la Culture et de la Communication, Inspection générale de l’administration des affaires culturelles, 77 p.

papinot, J.-C. & G. Verron 1998. La conservation du mobilier archéologique. Rapport à Monsieur le directeur de l’architecture et du patrimoine. Décembre 1998. I. Rapport de synthèse ; II. Analyses et développements ; III. Le réseau des dépôts archéologiques, 222 p.

Soulier, P. (dir.). 2010. Le rapport de fouille archéologique : réglementation, conservation, diffusion. Paris, De Boccard (Travaux de la Maison René-Ginouvès ; 11), 190 p.

Haut de page

Notes

1  Actes disponibles sur le site http://www.archeologie.culture.gouv.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Besson et Dorothée Chaoui-Derieux, « L’accès à la documentation scientifique », Les nouvelles de l'archéologie, 130 | 2012, 3-5.

Référence électronique

Claire Besson et Dorothée Chaoui-Derieux, « L’accès à la documentation scientifique », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 130 | 2012, mis en ligne le 30 décembre 2015, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://nda.revues.org/1897 ; DOI : 10.4000/nda.1897

Haut de page

Auteurs

Claire Besson

Service régional de l’archéologie, Drac Île-de-France,
claire.besson@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Dorothée Chaoui-Derieux

Service régional de l’archéologie, Drac Île-de-France,
dorothee.derieux@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org