Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Silence, on fouille! L’archéologie entre science et fiction au musée Archéa de Louvres

Armelle Bonis
p. 60-62

Texte intégral

1Après Ripailles et rogatons, qui présentait les pratiques culinaires et les habitudes alimentaires des campagnes du Pays de France au Moyen Âge, le musée Archéa décrypte les représentations stéréotypées que donnent, des archéologues, les auteurs de romans, bandes dessinées, films ou jeux vidéos. Bien qu’elles irritent souvent les professionnels concernés, le propos n’est pas d’établir leur degré de pertinence ou de condamner leur invraisemblance. Il est, bien au contraire, de s’immerger dans la fiction pour comprendre la place faite par la société occidentale à une archéologie fantasmée.

2Pour mener à bien ce projet, Archéa a bénéficié de prêts généreux consentis par des collectionneurs privés et des institutions publiques prestigieuses – la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque Forney, les musées du Louvre, de l’Archéologie nationale et de Picardie, la Cinémathèque française et celle de Toulouse.

3La grande frise chronologique déroulée à l’entrée de l’exposition met en relation les grandes œuvres de la “fiction archéologique” – de la publication, en 1652, du traité Œdipus Aegyptiacus par Athanase Kircher, à celle du roman Pars vite et reviens tard de Fred Vargas, en 2001, et du film Mummy de Karl Freund, sorti sur les écrans en 1932, à la diffusion de la série Bonekickers par la BBC en 2008 – aux découvertes fondatrices de la « science archéologique » : premières fouilles à Pompéi et Herculanum en 1738, déchiffrement de la pierre de Rosette par Jean-François Champollion en 1822 ou découverte du tombeau de Toutankhamon par Howard Carter et Lord Carnavon dans la Vallée des Rois en 1922.

4Silence, on fouille ! raconte ensuite, en trois chapitres ou sections appuyés sur des photographies et carnets de fouilles, affiches et extraits de films, albums de bandes dessinées et romans, comment les auteurs de fiction imaginent et donnent à imaginer le métier d’archéologue…

Fig 1

Fig 1

Affiche de l’exposition

Savants, détectives et experts

5La plupart des représentations populaires privilégient la dimension scientifique de l’archéologie et la déclinent selon trois types.

6Auguste Mariette (1821-1881) ou Gaston Maspéro (1846-1916), les deux premiers directeurs du service des Antiquités de l’Égypte, offrent deux modèles aboutis de l’archéologue en savant. Les méthodes qu’ils inventent – le fait, par exemple, de consigner chaque jour par écrit leurs découvertes dans des carnets de fouilles, ou encore le déchiffrement des hiéroglyphes – s’imposent vite aux illustrateurs comme aux romanciers.

7Fils de leur temps, ces savants habillés de coutil blanc et coiffés d’un casque colonial travaillent dans un pays exotique au milieu d’indigènes parfois menaçants. Dans le secret de leur laboratoire, ils empruntent les traits donnés par Théophile Gauthier au docteur Rumphius du Roman de la momie (1858) : tout comme lui, le professeur Henry Jones, père du fameux Indiana, est un vieil homme à costume noir et nœud papillon, barbu, myope et distrait. Et parfois, les patronymes ridicules dont ils sont gratifiés – Philémon Siclone dans Tintin ou professeur Fouilletou dans Picsou – tempèrent encore le sérieux de leurs recherches.

Fig. 2

Fig. 2

Dans les griffes de la momie, John Gilling, 1966

© Hammer Films, photographie de plateau. DR

8Les romancières Agatha Christie, épouse de l’archéologue Max Mallowan, et Fred Vargas, archéozoologue de profession, assimilent volontiers la fouille à une enquête policière. Mais, alors que Hercule Poirot démasque un assassin au sein de l’équipe de fouilles employée sur le chantier de Tell Yarimjah (Meurtre en Mésopotomie, 1936), c’est le préhistorien Mathias Delamarre, dit Saint-Mathieu, qui se fait détective cinquante ans plus tard : le commissaire Adamsberg doit en effet faire appel à lui, seul capable de déchiffrer, à même la terre, les traces qui échappent aux policiers égarés Dans les bois éternels (2006).

9Ce glissement des codes de la représentation tient à l’impératif de vraisemblance qui incite les auteurs à intégrer les progrès des méthodes et techniques. Il explique, et illustre, la substitution de l’expert au savant. Pourtant, la fiction persiste à offrir une vision stéréotypée de la vie scientifique. Pour être immédiatement compris de leur public, romanciers, cinéastes ou illustrateurs privilégient systématiquement le carbone 14 par rapport aux autres méthodes de datation. Et, à la collecte des données sur le terrain, ils préfèrent l’évocation des analyses en laboratoire, comme dans la série américaine Bones, inspirée des romans de Kathy Reichs, professeur d’anthropologie à l’université de Charlotte, en Caroline du Nord aux États-Unis.

Aventuriers, aventurières

10Archétype de l’archéologie du sensationnel à laquelle se complaisent la plupart des médias, l’archéologue aventurier surpasse aisément le savant, le détective ou l’expert en termes de popularité. Indiana Jones en est la figure la plus connue et Lara Croft, héroïne passée du jeu vidéo au cinéma, son avatar féminin.

11L’assimilation de l’archéologue à un chercheur de trésors s’ancre sur des faits réels, comme l’invention de Troie puis de Mycènes par l’homme d’affaires Henri Schliemann en 1871 en 1874, ou celle du Machu Picchu par Hiram Bingham en 1911. Ces découvertes retentissantes ont inspiré toute une littérature romanesque vouée à la recherche de mondes disparus et centrée sur les deux mythes de l’immortalité et de la réincarnation. Dans le Voyage au centre de la terre de Jules Verne (1864), Axel plonge dans le passé et aperçoit un homme préhistorique. L’héroïne de Sir Henry Rider Haggard (She. A History of Adventure, 1885) a bu un élixir qui la rend éternelle ; après quelques milliers d’années, elle reconnaît l’amant dont elle a causé la mort sous les traits du jeune explorateur parti en Afrique chercher les mines du roi Salomon.

12Un siècle plus tard, la veine est loin d’être tarie. De 1957 à 1995, le Bob Morane du Belge Henri Vernes a parcouru le globe et « retrouvé » toutes sortes de civilisations, authentiques ou légendaires. Et, faute de continents vierges, le Dirk Pitt de l’Américain Clive Cussler écume les océans depuis 1988 et y trouve des vestiges tous plus extraordinaires les uns que les autres…

Fig. 3

Fig. 3

MAD, n° 5, 1982. Coll. D. Alexandre-Bidon

© DC Comics. Photo Jean-Yves Lacôte

Une figure ambiguë

13Les archéologues de Georges Méliès (Cléopâtre, 1899) ou de Jean Durand (Onésime et l’œuvre d’art, 1913) sont des apprentis sorciers sur lesquels s’abat la vengeance d’une momie ou d’une statue. Le 17 janvier 1923, l’égyptologue Howard Carter ouvre la sépulture de Toutankhamon. La mort brutale de Lord Carnavon, le 5 avril, puis, la même année, de quatre autres membres de l’expédition renforce la rumeur d’une « malédiction du pharaon ». En 1932, Karl Freund (Mummy) lui prête les traits de Boris Karloff et l’élève au rang de Frankenstein ou Dracula. Depuis, le remake signé par Stephan Sommers en 1998, suivi de deux autres épisodes en 2001 et 2008, n’a fait qu’accentuer son caractère horrifique et son pouvoir maléfique.

 « Aussi curieux que cela puisse paraître, de nombreux archéologues de cinéma se sont inspirés du personnage de Victor Frankenstein, dont la quête obsessionnelle pour insuffler une vie artificielle à des cadavres donnera naissance à une créature incontrôlable », souligne Peter Hitscock dans le catalogue, selon lequel les œuvres cinématographiques dépeignent « les archéologues comme des individus intéressés et dangereux qui, par leur quête et leur connaissance du passé, mettent en péril leurs compagnons et leur société ».

14Dans la saga Indiana Jones, Steven Spielberg met en scène la lutte des bons (Indiana Jones et son père, le professeur Henry Jones) et des méchants (le Dr Elsa Schneider, archéologue autrichienne et agent secret au service des nazis) mais, aussi sympathique soit-il, le héros n’est pas entièrement positif : il élimine sans scrupule ceux qui se mettent en travers de son chemin, pille sans vergogne les trésors qu’il découvre ou les détruit sans hésitation. Dans Indiana Jones et la dernière croisade (1989), la différence entre son ennemie et lui, tous deux en quête du Graal, est ténue, et il faut que son père agonise pour qu’il renonce à devenir maître du monde et lui tende le calice empli du sang du Christ, s’acceptant par là comme simple mortel.

15L’objet même des recherches archéologiques peut être vu comme une menace susceptible d’ébranler l’ordre établi, que ce soit dans un film de science-fiction comme La Planète des singes (Franklin J. Schaffner, 1968), ou dans un film d’aventure comme Lara Croft Tomb raider – The Cradle of Life (Jan de Bont, 2003), qui tourne autour de la (re)découverte de la boîte de Pandore dont l’ouverture serait fatale à l’humanité.

16Le montage audiovisuel qui conclut l’exposition renoue avec une actualité plus conforme à la pratique contemporaine, en présentant l’institutionnalisation des fouilles préventives et l’importance de la communication institutionnelle qui met en avant le rôle de sauveteurs du patrimoine qu’assument et revendiquent les archéologues. Dès lors, les actualités télévisées, le cinéma et les docu-fictions qui ont le vent en poupe en donnent une image moins fantaisiste, mieux contrôlée et plus conforme à la réalité.

17Silence, on fouille ! L’archéologie entre science et fiction

18Jusqu’au 23 décembre au Musée Archéa

1956, rue de Paris – 95380 Louvres – 01 34 09 01 02

20Ouvert du mercredi au vendredi de 13 h à 18 h, les samedis, dimanches et jours fériés de 11 h à 18 h.

21www.archea-roissyportedefrance.fr

22Catalogue de 144 p. avec des contributions de Danièle Alexandre-Bidon, archéologue médiéviste à l’Ehess, Rémi Ancel documentaliste au sein d’Archéa, Patrick Glâtre, chargé de mission Images & Cinéma au Conseil général du Val-d’Oise, Mark A. Hall, conservateur au Perth Museum and Art Gallery (Écosse), Peter Hiscock, professeur au département d’Archéologie et d’Anthropologie de l’Australian National University de Canberra, Renan Pollès, archéologue et réalisateur, Cécile Sauvage, commissaire de l’exposition et directrice d’Archéa, Pascal Semonsut, docteur en préhistoire et professeur d’histoire, Alain Zamaron, enseignant-chercheur honoraire à l’Observatoire de recherche en littérature actuelle et contemporaine (Orlac) de l’université de Provence à Aix-en-Provence.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig 1
Légende Affiche de l’exposition
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1887/img-1.png
Fichier image/png, 299k
Titre Fig. 2
Légende Dans les griffes de la momie, John Gilling, 1966
Crédits © Hammer Films, photographie de plateau. DR
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1887/img-2.png
Fichier image/png, 514k
Titre Fig. 3
Légende MAD, n° 5, 1982. Coll. D. Alexandre-Bidon
Crédits © DC Comics. Photo Jean-Yves Lacôte
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1887/img-3.png
Fichier image/png, 608k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Armelle Bonis, « Silence, on fouille! L’archéologie entre science et fiction au musée Archéa de Louvres », Les nouvelles de l'archéologie, 129 | 2012, 60-62.

Référence électronique

Armelle Bonis, « Silence, on fouille! L’archéologie entre science et fiction au musée Archéa de Louvres », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 129 | 2012, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1887 ; DOI : 10.4000/nda.1887

Haut de page

Auteur

Armelle Bonis

Conseil général du Val-d'Oise, direction de l'action culturelle,
armelle.bonis@valdoise.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org