Navigation – Plan du site
Dossier

L’invention de la préhistoire par les objets

Essai sur la collection Boucher de Perthes conservée au Muséum national d’histoire naturelle
The invention of the prehistory by objects: essay on the collection "Boucher de Perthes" preserved in the National natural history museum, the Paris
Rachel Orliac
p. 13-20

Résumés

Les collections archéologiques que Jacques Boucher de Perthes 1788-1868) expédia en 1860 au Muséum national d’Histoire naturelle, demeurent peu connues. Ce don adressé à Armand de Quatrefages,(1810-1892) devait constituer un matériel d’étude destiné à être présenté dans les galeries de l’Anthropologie selon un agencement précis indiqué par Boucher de Perthes lui-même. Aujourd’hui, il ne reste aucun échantillon dans les salles publiques du Muséum. Cependant lors de la dernière exposition qui eut lieu au Musée de l’Homme en février 2007, des bifaces provenant de la Somme ainsi qu’une mandibule humaine dite «mâchoire de Moulin-Quignon» (Abbeville) ont été présentés au public. D’après les cartels, l’origine des pièces semblait ancienne : «Abbeville, vallée de la Somme. France. Etiquette annotée de la main de Boucher de Perthes, préhistorien français (1788-1868). Collection de Préhistoire. M.N.H.N. M.H.» La mention «annotées de la main de Boucher de Perthes» allait susciter de nombreuses questions. Ces vestiges faisaient-ils partie d’un ensemble? Quelle était l’amplitude et la nature de ce fond? Enfin où celui-ci était-il localisé aujourd’hui? Les pièces exposées en 2007, devaient nous guider, non sans de nombreux détours, du Jardin des Plantes au Musée de l’Homme, afin de reconstituer la toute première collection archéologique que J. Boucher de Perthes expédia au «Muséum de Paris».

Haut de page

Texte intégral

L’auteur remercie les personnes qui, par leur constante disponibilité et leur accueil, ont favorisé le déroulement de cette étude dans les réserves du Muséum national d’histoire naturelle : Christine Argot du département Sciences de la Terre, Stéphanie Renault, Claire Sagne, Aurélie Fort, Delphine Braban de la Direction des Collections, Philippe Mennecier du département Hommes, natures et sociétés, Claire Gaillard, Odile Romain, David Pleurdeau du département Préhistoire.

1Les collections d’une grande institution comme le Muséum national d’histoire naturelle recèlent encore bien des énigmes. Ainsi en est-il fréquemment des pièces dites « historiques », parmi lesquelles figure un ensemble attribué aux recherches de Jacques Boucher de Perthes (1788-1868) dans les terrasses alluviales de la Somme, mais dont l’origine exacte semble imprécise. S’agit-il de dons directs au Muséum ? De collections privées ?

  • 1 « La saga de l’Homme, épisode 1 : l’Homme exposé », exposition au Musée de l’Homme (Trocadéro, Pari (...)

2Ces collections Boucher de Perthes sont peu connues. Essentiellement adressées à l’anthropologue Armand de Quatrefages (1810-1892), elles devaient constituer un matériel d’étude destiné à être présenté dans les galeries d’anthropologie du Jardin des Plantes, selon un agencement précis indiqué par Boucher de Perthes lui-même. Aujourd’hui, il ne reste aucun échantillon dans les salles publiques du Muséum. Cependant, lors de la dernière exposition qui eut lieu au Musée de l’Homme en février 20071, des bifaces provenant de la Somme ainsi que la mandibule humaine dite « mâchoire de Moulin-Quignon » (Abbeville) ont été présentés au public. D’après les cartels, l’origine des pièces semblait ancienne « Abbeville, vallée de la Somme. France. Étiquette annotée de la main de Boucher de Perthes, préhistorien français (1788-1868). Collection de Préhistoire. M.N.H.N. M.H. » La mention « annotées de la main de Boucher de Perthes » allait susciter de nombreuses questions.

  • 2 Rappelons que les archives exceptionnelles conservées à Abbeville dans la maison familiale de Bouch (...)

3La nécessité de documenter ces objets s’impose. La recherche d’indices s’appuie en premier lieu sur les sources imprimées2 : les publications de Boucher de Perthes, Antiquités celtiques et antédiluviennes et correspondance choisie publiée par ses soins dans Sous dix rois, ainsi que les comptes rendus des séances de Sociétés savantes qui recèlent autant de pistes, dont au premier chef les Mémoires de la Société d’Émulation d’Abbeville, travaux historiographiques réalisés depuis la fin du xixe siècle par des préhistoriens, géologues et historiens.

4Dans un deuxième temps, afin de compléter ces données, un réexamen des collections des réserves des départements scientifiques du Muséum – paléontologie, anthropologie, minéralogie, préhistoire – s’organise. Ces recherches in situ se focalisent sur l’étude des collections et des registres d’inventaires. L’un d’eux, le Catalogue des objets renfermés dans la Galerie d’Anthropologie du Muséum du Jardin des Plantes. Paris-1857. Nos 1 à 4999, conservé au laboratoire d’anthropologie biologique du département Hommes, natures et sociétés, livre nombre des réponses attendues. Depuis 1857 y sont référencées les pièces anthropologiques et ethnographiques collectées dès le début du xixe siècle. Ce document contient l’enregistrement d’un ensemble de vestiges donnés par Boucher de Perthes en mai 1860. L’étude bibliographique proposait des pistes que les registres d’inventaire allaient confirmer (fig. 1).

5Ainsi se profile l’esquisse d’une reconstitution de la collection Boucher de Perthes, telle que ce dernier l’expédia au Muséum, plus riche, en nombre et en nature, que les quelques bifaces exposés pouvaient le laisser à penser.

Fig. 1

Fig. 1

Catalogue des objets renfermés dans la Galerie d’Anthropologie du Muséum du Jardin des Plantes. Paris-1857, page de garde (collection Mnhn)

L’entrée de la « collection Boucher de Perthes » à l’inventaire du Muséum national d’histoire naturelle

6Boucher de Perthes présente ses Antiquités celtiques et antédiluviennes comme un « récit presque journalier des fouilles » (Boucher de Perthes 1847 : 203), un compte rendu circonstancié de la mise au jour du matériel extrait des sablières et terrains tourbeux d’Abbeville et des environs. Chaque découverte y est reportée d’une façon qui se veut la plus détaillée possible : contexte, localisation, niveaux stratigraphiques, compréhension des niveaux géologiques, observation des phénomènes que de manière anachronique nous appellerions aujourd’hui taphonomiques, description et état des vestiges, interprétation de leur possible destination. Boucher de Perthes s’attache à expliquer ce qu’il constate sur le terrain et tente de dégager les arguments qui valident sa théorie sur la haute antiquité de l’Homme. Ses connaissances sont probablement initiées par le docteur Casimir Picard (1806-1841), naturaliste éclectique, prématurément décédé, et avec lequel on constate des similitudes de méthodologie, notamment en ce qui concerne les descriptions du matériel exhumé et l’analyse des contextes stratigraphiques (Picard 1835, 1837). La quête de l’Homme très ancien, fil conducteur des recherches du préhistorien « en devenir », se poursuit dans le cadre de collaborations étroites avec des géologues de la région, comme François-Prosper Ravin (1795-1849) et Charles-Joseph Buteux (1794-1876), et d’échanges réguliers avec des savants du Muséum national d’histoire naturelle auxquels il expédie des échantillons d’industrie lithique, de faune et de sédiments.

7Ses préoccupations archéologiques sont constantes, bien qu’il poursuive sa production littéraire foisonnante, la rédaction d’essais et assouvisse son goût pour les voyages dans toute l’Europe. Boucher de Perthes écrit beaucoup et trouve néanmoins le temps de publier dans Sous dix rois un éventail de sa correspondance en huit tomes. On y retrouve notamment les requêtes qu’il effectua auprès d’institutions parisiennes dès le début des années 1840 – le futur musée de Cluny, puis le Louvre – auxquelles il se propose de donner ses collections. Offres qui, le temps s’écoulant, restèrent lettres mortes et semblèrent davantage embarrasser les potentiels bénéficiaires qu’elles ne suscitèrent leur intérêt (Boucher de Perthes 1863-1868, VII : 295-296). Aborder la haute antiquité de l’Homme lui attire des inimitiés. Les savants ne sont pas prêts, ainsi qu’il l’écrit en 1856 :

« Cet homme tertiaire arrivait donc là, pour me servir d’un proverbe vulgaire, comme un chien dans un jeu de quilles : aussi fut-il reçu de même à coups de pieds. » (Boucher de Perthes 1863-1868, VII : 149-158).

  • 3 Au sein du Muséum, Boucher de Perthes trouve des appuis auprès d’Édouard Lartet (1801-1871), Isidor (...)

8À l’hiver 1859, Boucher de Perthes réitère cette offre auprès des « Professeurs administrateurs du Muséum » Eugène Chevreul (1786-1889), alors directeur de l’établissement, et Armand de Quatrefages (1810-1892), professeur de la chaire d’anthropologie. À cette époque, Boucher de Perthes vient enfin de remporter une victoire décisive sur les opposants à ses travaux. Géologues et paléontologues anglais et français ont reconnu dans les carrières d’Abbeville et d’Amiens la contemporanéité de l’homme avec des espèces disparues. Fort de ce succès, auquel le Muséum a contribué3, il souhaite faire le don à cette institution d’une partie de sa « collection archéologique qui rentre dans le cadre des sciences qu’on y professe » (Boucher de Perthes 1863-1868, VII : 381). Dans une lettre du 13 décembre 1859, il décrit le matériel qu’il espère leur expédier, dont des os fossiles pour lesquels il reconnaît avoir « trop peu de sciences pour déterminer ceux qui ne l’ont pas encore été » et prie ses savants correspondants « de bien vouloir désigner quelqu’un pour [le] seconder dans ce triage » (Boucher de Perthes 1863-1868, VII : 149-158).

9Le catalogue des objets de la galerie d’anthropologie du Muséum contient l’inventaire du matériel que le préhistorien a finalement expédié en mai 1860 et auquel il joint une lettre adressée au titulaire de la chaire d’anthropologie (fig. 2). Boucher de Perthes y décrit les séries d’objets qu’il a sélectionnés et rappelle le contexte géologique de leur découverte afin d’en faciliter le classement et l’agencement futur dans les vitrines des galeries publiques :

« À Monsieur de Quatrefages de l’académie des sciences, Abbeville, 11 mai 1860.

Monsieur,

J’ai fait mettre hier à votre adresse Galerie d’Anthropologie au Muséum d’histoire naturelle, une caisse de pierres taillées celtiques et antédiluviennes. Les silex celtiques divisés en 25 paquets, étiquetés Celtiques sont placés au-dessus. Les silex diluviens en 28 paquets étiquetés Diluvium sont au-dessous. Chaque paquet contient des silex de taille et de forme analogues. Ils doivent être placés ensemble. Parmi les diluviens les plus grossièrement taillés étant probablement les plus anciens, doivent commencer la série […] Tous les silex contenus dans les paquets portent l’indication de leur origine, leur date de découverte et pour beaucoup la profondeur du banc ou de la tourbière. »

Fig. 2

Fig. 2

Lettre du 11 mai 1860 de Jacques Boucher de Perthes à Armand de Quatrefages. Réserves d’anthropologie biologique (collection Mnhn)

10La collection est inscrite, dès 1860, dans le Catalogue des objets renfermés dans la Galerie d’Anthropologie du Muséum du Jardin des Plantes. Paris-1857 en respectant la classification chronologique et les thématiques définies par Boucher de Perthe, que d’autres dons accroîtront les années suivantes :

  • « Collections de silex taillés donnés en mai 1860 par M. Boucher de Perthes. 1re série. Diluvium-période antédiluvienne » (pièces n° 2127 à 2181)

  • « Collection de silex taillés donnés en mai 1860 par M. Boucher de Perthes. 2e série. Période celtique » (pièces n° 2182 à 2262)

  • « 7 crânes provenant du département de la Somme (environs d’Abbeville) ont été donnés par M. Boucher de Perthes en 1860 » (pièces n° 2263 à 2269)

  • « Collection de silex taillés ou dentés, quelques-uns emmanchés dans des os d’animaux ou des bois de cerfs et se rapportant à l’industrie primitive, provenant du département de la Somme, de Zélande, du Danemark et de l’Océanie, donnés en juin 1860 par M. Boucher de Perthes » (pièces n° 2355 à 2386)

  • « Ossements, fragments de poteries et de pirogue celtique. Donnés par M. Boucher de Perthes (juin 1860) » (pièces n° 2387 à 2551)

  • « Os brisés de mammifères, sépultures celtiques de l’arrondissement d’Abbeville » (pièces n° 2552 à 2582)

  • « Une dizaine d’os d’oiseaux provenant de sépultures celtiques » ont été « envoyés à l’ornithologie »

  • « Collection Boucher de Perthes (Tourbières de la Somme) » (pièces n° 2585 à 2603)

  • « Suite de la collection donnée par M. Boucher de Perthes – Diluvium » (pièces n° 2604 à 2655)

  • « Collection de silex taillés donnés en 1861 par M. Boucher de Perthes. Diluvium. Période antédiluvienne » (pièces n° 2833 à 2839 et n° 2848 à 2855). « Période celtique » (pièces n° 2840 à 2844)

  • « 1863 : don constitué d’une mandibule inférieure dite “Mâchoire de Moulin-Quignon”, d’un cadre renfermant deux photographies de ladite mâchoire, et des haches dégagées par A. de Quatrefages, de la même couche où fut découverte cette mandibule »

11Des annotations rajoutées à l’encre rouge dans la marge du catalogue indiquent que des prélèvements d’objets ont été opérés au profit des chaires de géologie et de paléontologie :

  • 4 Gabriel Daubrée (1814-1896), professeur titulaire de la chaire de géologie, successeur de Louis Cor (...)

« Sorti le 14 janvier 1862, a été donné à Monsieur Daubrée »4

« Envoyé à la paléontologie (1878, n° 7) »

« Paléontologie, sortie 1881, n° 8 »

12À l’évidence, la « collection Boucher de Perthes » s’est trouvée fragmentée très rapidement après son entrée à l’inventaire du Muséum. Par la suite, elle a subi les restructurations successives de l’institution et le mouvement de création-disparition des chaires scientifiques.

Dans les réserves du Jardin des Plantes

13Le fonds Boucher de Perthes conservé dans les réserves de la galerie de paléontologie du Muséum est constitué d’un matériel ostéologique fossile provenant principalement des tourbières et des tombes celtiques (« tombelles ») d’Abbeville et des environs (fig. 3). Il s’agit de restes fauniques exhumés entre 1830 et 1860. Ce matériel apparaît dans le catalogue de 1857 aux chapitres :

  • « Ossements, fragments de poteries et de pirogues celtiques. Donnés par M. Boucher de Perthes (juin 1860) » (n° 2409 à 2551)

  • « Os brisés de mammifères, sépultures celtiques de l’arrondissement d’Abbeville » (pièces n° 2552 à 2589)

  • « Collection Boucher de Perthes (Tourbières de la Somme) » (pièces n° 2590 à 2593)

Fig. 3

Fig. 3

Vue du tiroir conservé dans les réserves de paléontologie (collection Mnhn)

  • 5 n° 2544 : « Tortue, Abbeville 1852. Trouvée sous le lit de la Somme sous une légère couche de tourb (...)

14Cet ensemble comprend des pièces appartenant à une faune allant de très ancienne (crocodile) à plus récente (chien) et représentée à la fois par des crânes, dents, mandibules et hémi-mandibules, andouillers et bois de cervidés, dont quelques-uns sont perforés en leur centre, et par des restes postcrâniens. Ceux-ci se composent d’os longs entiers ou fragmentés – voire fracturés et certains portant des marques de boucherie –, vertèbres, sacrum, omoplates… Une partie de ces ossements a été déterminée de manière explicite : bœuf des tourbières, cochon, chat (Felis catus), cheval (Equus caballus), chien, loutre, renard, biche (Cervus elaphus), chevreuil (Cervus capreolus), ours brun (Ursus arctos), sanglier, tortue (probablement des plaques dorsales5), dauphin pilote (Globicephalus melas), crocodile (plaque dorsale). Un fragment d’une mandibule de poisson plantée de dents acérées et divers restes d’oiseaux d’espèces indéterminées sont également présents.

15La couleur brune et l’aspect lustré d’un grand nombre de ces ossements indiquent un séjour prolongé dans un substrat tourbeux. Une note du catalogue de 1857 apporte des précisions sur les contextes stratigraphiques et environnementaux dans lesquels une partie de ces pièces a été exhumée :

« Note. Ces os brisés de mammifères sont trouvés dans les tourbières à 6 ou 7 mètres de la superficie, ou 5 à 6 mètres au-dessous du niveau de la Somme à sa plus grande hauteur, et 4 à 5 mètres de son niveau moyen. Ces os qui portent quelquefois des traces de feu sont semés autour des vases cinéraires avec les silex taillés. On en rencontre même des fragments parmi les cendres et charbons que contiennent ces vases. Ces os ont été recueillis par M. Boucher de Perthes, de 1830 à 1845, ainsi que les pierres taillées et les poteries qu’ils accompagnaient. Cette note est commune à tous les os brisés qui font partie de la collection donnée par M. Boucher de Perthes. »

  • 6 Il n’est pas précisé s’il s’agit du naturaliste Emmanuel Baillon (1742-1802) ou de son fils Françoi (...)

16Deux autres séries de restes fauniques sont associées à cet ensemble. L’une concerne des vestiges issus des prospections de « M. Baillon »6 (fig. 4), l’autre consiste en une série de dents de chevaux et de bisons, découvertes à Saint-Acheul en 1859, par Albert Gaudry (1827-1908). Ces deux séries ne figurent pas dans le catalogue de 1857.

Fig. 4

Fig. 4

Fragments de faune provenant des tourbières de la Somme, attribués à M. Baillon. Réserves de paléontologie (collection Mnhn)

17La série « Baillon » comprend des restes postcrâniens et des dents de grandes faunes, cervidés, équidés, bovidés, grand félin (tigre). Bien que les os ne soient pas marqués, certains sont légendés par d’anciens cartels d’exposition :

« Cheval fossile. Dents molaires inférieures trouvées dans les sables à Abbeville avec une dent canine de tigre. Donné par M. Baillon »

« Métatarsien d’un ruminant voisin du cerf d’Islande et de l’élan des environs d’Abbeville (Somme). Donné par M. Baillon »

« Molaires supérieures de cheval fossile. Trouvé dans un ancien lit de la Somme asséché depuis près de 1 500 ans par M. Baillon. »

18La présence d’un matériel attribué à « M. Baillon » (Boucher de Perthes 1847 : 225) atteste une nouvelle fois des relations scientifiques établies depuis la fin du xviiie siècle entre le Muséum et ses correspondants de la Somme. Jules Armand Guillaume Boucher de Crèvecoeur (1757-1841), père de Jacques Boucher de Perthes, Laurent-Joseph Traullé (1758-1829), Emmanuel et François Baillon et d’autres « se promenaient » dans la vallée de la Somme, comme dans les sablières d’Abbeville – notamment à Menchecourt –, bien avant que Boucher de Perthes ne s’engage lui-même dans l’archéologie antéhistorique (Aufrère 1940, 2007).

19La seconde série attribuée à Gaudry est tout à fait exceptionnelle. Elle se compose de dents de chevaux et de bisons, marquées à l’encre sur l’émail et documentées par des cartels anciens (fig. 5) :

« Molaires supérieures et inférieures de cheval (E. caballus). Diluvium de Saint-Acheul. Ces dents ont été trouvées avec les silex taillés en 1859 par M. Gaudry »

« Molaires de bœuf (Bison europoeus). Diluvium de Saint-Acheul. Ces dents ont été trouvées avec les silex taillés en 1859 par M. Gaudry »

Fig. 5

Fig. 5

Dents de bison trouvées en 1859 à Saint-Acheul par Albert Gaudry. Réserves de paléontologie (collection Mnhn)

20Les circonstances de la mise au jour de ces dents leur confèrent un statut à part, celui de preuves définitives. En septembre 1859, Gaudry, alors dépêché par le Muséum à Saint-Acheul, met au jour neuf haches associées à des restes de faunes éteintes, dont des dents de chevaux et de bison. Cette découverte venait en écho de celles effectuées quelques mois plus tôt par les savants anglais venus prospecter les terrains de la Somme et, depuis, acquis aux idées de Boucher de Perthes. En cette année 1859, cette conjonction des découvertes anglo-françaises validait la pertinence des travaux de Boucher de Perthes sur l’existence de l’Homme antédiluvien.

21Les premiers prélèvements sur le don initial de Boucher de Perthes de 1860 sont effectués en janvier 1862 et sont destinés à la galerie de géologie à l’attention du professeur Daubrée. Il s’agit d’une dizaine d’échantillons de minéraux et d’artefacts récoltés entre 1831 et 1840 à Abbeville et dans les tourbières des environs de Saint-Riquier. Les registres du laboratoire de géologie révèlent d’autres informations tout à fait intéressantes concernant les entrées ou sorties de pièces données antérieurement par Boucher de Perthes et qui ne figurent pas dans le catalogue de 1857.

Catalogue Carré I ; Collection 196 : « M. Boucher de Perthes, dir. des douanes Abbeville ; 1842. Roches diverses. 3 échantillons dont 2 silex et poudingue siliceux dont 2 localisés »

Catalogue Carré III ; Collection 570 : « M. Boucher de Perthes ; 1861. Silex taillé du Diluvium et de tombes d’Abbeville (Somme). 8 échantillons de silex taillés et de haches »

Catalogue Carré III ; Collection 653 : « M. Boucher de Perthes ; 1853. Haches en silex taillé du Moulin Quignon près Abbeville (Somme). 2 échantillons sortis et donnés à l’Anthropologie sous le n° 7 le 21 avril 1921. »

Du côté du Musée de l’Homme

22Les réserves des collections d’anthropologie biologique sont essentiellement composées des collections anthropologiques du Jardin des Plantes et de celles du Musée ethnographique du Trocadéro, toutes deux réunies à la création du Musée de l’Homme en 1938.

23De la collection donnée par Boucher de Perthes en 1860, il reste des fragments de crânes. Cependant, le préhistorien fit des envois de pièces jusqu’en 1864 parmi lesquelles se trouvent plusieurs éléments crâniens et postcrâniens provenant du gisement de Moulin-Quignon, dont la célèbre hémi-mandibule dite « mâchoire de Moulin-Quignon ».

  • 7 Fouille dirigée par Jean-Pierre Hecquet d’Orval (1783-1859) en mai et juin 1835, financée par la So (...)

24À la lecture des registres, on découvre que les collections anthropologiques réunies sous le vocable « collections Boucher de Perthes » se sont constituées progressivement de 1835 à 1864. L’étude du catalogue révèle l’entrée de restes humains provenant de la Somme expédiés dès 1835. Dans les premières pages sont inventoriées plusieurs « têtes humaines » provenant d’une fouille effectuée en 18357 par la Société d’émulation d’Abbeville et données au Muséum au nom de cette société savante dont Boucher de Perthes était alors le président. On peut y lire la description de cette découverte rapportée avec précision :

« 209. Crâne celte extrait de la tombelle dite Butte de Saint-Ouen à Noyelles-sur-Mer (Somme). Cette tombelle contenait un cône formé de têtes humaines dont le nombre s’élevait à plusieurs centaines. La mâchoire inférieure qui se trouvait à toutes ces têtes prouve qu’elles [ces têtes] ont été mises là fraîches et nouvellement détachées du tronc. Ce monument paraît celtique ; la tombelle a été ouverte le 12 juin 1835 par les soins de la Société d’émulation d’Abbeville. » (fig. 6).

25D’autres entrées sont également documentées :

« 368. Crâne ancien avec trois vertèbres et un anneau de fer trouvés le 16 décembre 1834 non loin des ruines de la Chapelle de Saint-Pierre, près du Crotoy (Somme). L’anneau de fer soudé était passé au cou, et paraît avoir tenu une chaîne. Donné par M. Boucher de Perthes. »

  • 8 « Pirogue trouvée dans la tourbe près d’Abbeville en 1859 et qui s’est dissoute au contact de l’air (...)
  • 9 Terme alors utilisé par les paysans des environs d’Abbeville.

26En ce qui concerne les collections archéologiques, c’est actuellement le département Préhistoire du Muséum qui est le maître d’œuvre de leur gestion scientifique. L’inventaire de 1857 décrit le corpus archéologique de la collection Boucher de Perthes comme un matériel hétéroclite. Il consiste en plusieurs centaines d’objets « celtiques » et « antédiluviens» provenant des sites d’extraction de sable, des travaux d’aménagements urbains et des terrains tourbeux : fragments de bronze, haches polies, bris de vases cinéraires, débris de faunes – dont certains présentent des traces d’origine anthropique –, « gaine en corne de cerf », fragments de pirogue8, échantillons de tourbe, de sédiments, quelques rares débris de restes humains, de nombreuses séries lithiques – dont les « coins »9 extraits du diluvium et que Boucher de Perthes reconnaissait comme faits de main d’homme.

27Ce matériel archéologique, parfois prélevé du substrat par Boucher de Perthes lui-même, fut le plus souvent récolté par les terrassiers que ce dernier avait pris le soin de former et auxquels il payait – souvent par avance –, le produit de leurs trouvailles.

28Cet ensemble est inventorié dans le catalogue de 1857 et concerne le matériel numéroté 2127 à 2262, 2355 à 2589, et de 2585 jusqu’à 2655.

Fig. 6

Fig. 6

Crâne provenant de Noyelles-sur-Mer, donné en 1835 par la Société d’émulation d’Abbeville. Réserves d’anthropologie biologique (collection Mnhn)

29La consultation du catalogue livre des précisions sur les pièces qui constituent le fonds, dont le contexte de leur exhumation, les observations techniques relatives aux modes de fabrication, leur état de conservation.

  • « n° 2158 : Silex. Diluvium, trouvé à 5 mètres ½ de profondeur, dans le sable jaune, en 1856, avec des os fossiles non loin du Pont Marcadé (Menchecourt-les-Abbeville) »

  • « n° 2132 : Silex, croûte brune qui recouvre le milieu du côté droit de cette hache, creusé à sa partie la plus rapprochée de la pointe, indique le mode de travail. Trouvé en 1839 par M. Boucher de Perthes (Abbeville, Banc de l’Hôpital) »

  • « n° 2154 : Couteau de deux couleurs trouvé en 1845 à quatre mètres et demi de profondeur, entre deux couches grise et jaune »

  • « n° 2147 : Hache roulée par les eaux diluviennes trouvée avec des os roulés, 1845 (Abbeville, Moulin-Quignon) »

  • « n° 2166 : Hache brisée, noire, à patine blanche et rose ; trouvée à 8 mètres de profondeur (Menchecourt-les-Abbeville), 1841. »

  • 10 Étiquettes artisanales, découpées dans une feuille de papier selon la taille de l’objet, et comment (...)

30Ces informations concernent quelques dizaines d’objets et sont probablement la transcription des étiquettes collées sur les pièces10et reportées dans le registre. Néanmoins, elles contribuent à la reconstitution de la cartographie des visites de Boucher de Perthes sur les sites d’Abbeville et de sa région : Menchecourt, Saint-Gilles, Banc de l’Hôpital (fig. 7), Moulin-Quignon, La Portelette, Saint-Riquier, Yonval, Porte Marcadé, Porte d’Hoquet, La Bouvaque. Se confirme ainsi le parcours archéologique des mises au jour, strate après strate, d’objets trouvés parfois en place, partant des couches situées sous le couvert végétal jusqu’aux niveaux les plus profonds où sont enfouies les haches antédiluviennes.

Fig. 7

Fig. 7

Banc de l’Hopital, Abbeville, 1839. Exposition « La saga de l’Homme », 2007, Musée de l’Homme (collection Mnhn)

31Confrontée aux sources bibliographiques, cette collection archéologique représente un échantillon significatif du matériel que Boucher de Perthes a pu réunir dans sa demeure familiale d’Abbeville en trente ans de récoltes. Cependant, une catégorie d’objet n’est pas mentionnée dans le catalogue de 1857. Il s’agit des pièces lithiques dont l’authenticité apparaît comme discutable et qui ont contribué à décrédibiliser l’ensemble du travail accompli par Boucher de Perthes. On attribue ces « faux » à des terrassiers des exploitations sablières (Aufrère 1936). Le succès engendré par la découverte des silex dans les terrains mêmes où ils travaillaient leur aurait donné l’idée d’en fabriquer – de façon plus ou moins habile selon leur dextérité –, afin de les vendre à ces savants messieurs venus de France et d’Angleterre pour découvrir les œuvres de l’homme antédiluvien. Cette pratique semblait s’être répandue au point qu’elle devait contribuer à jeter directement le discrédit sur l’authenticité et l’ancienneté des objets présentés par Boucher de Perthes, malgré les arguments qu’il y opposait.

32À l’examen, il paraît probable que quelques-uns de ces « faux » fassent partie de la collection Boucher de Perthes du Muséum. Si ces pièces ne présentent pas d’intérêt sur le plan archéologique, elles participent pleinement à l’histoire de la préhistoire en constituant des documents primaires des controverses qu’elles ont suscitées. Cette assertion fait naître une interrogation : les collections Boucher de Perthes sont-elles des collections scientifiques ?

Conclusion

33Cent cinquante ans se sont écoulés depuis le premier envoi au Muséum des collections archéologiques de Boucher de Perthes. Soumis à l’édacité du temps et aux progrès des sciences préhistoriques, ce matériel a vu son souvenir progressivement s’estomper. Issu principalement de récoltes, il est aujourd’hui souvent difficile, voire impossible, de le rattacher avec certitude à un niveau stratigraphique précis.

34Les informations qu’offrent ces objets sont incomplètes. Les descriptions de l’industrie lithique et la typologie utilisée par Boucher de Perthes sont souvent empiriques. De même, la consultation du catalogue de 1857 ne permet pas toujours d’identifier de façon claire le matériel. Enfin, un grand nombre de débris d’animaux ne sont pas déterminés ; certains présentent des traces de découpe ou de façonnage signalés par Boucher de Perthes, mais ils n’ont pas ou peu fait l’objet d’études approfondies. En définitive, ce qui constituait l’argument central de la démonstration de Boucher de Perthes sur la haute antiquité de l’Homme, la découverte d’industries associées à de la faune disparue, a perdu sa cohérence originelle : faunes et industries se trouvent aujourd’hui séparées.

  • 11 Voir l’article d’Alain Tuffreau dans ce même dossier et Antoine et al. 2011. Signalons également le (...)

35Dans cette situation, on ne peut qu’être tenté d’espérer une reprise de cette collection, envisagée dans son ensemble, afin de la réétudier. Car même sortis de leur contexte archéologique, ces ensembles de faune et d’artefacts témoignent des longues périodes d’occupations humaines d’Abbeville et de sa région, lieu de passage ou de convergence, d’activité saisonnière ou d’occupations permanentes. La mise à contribution des disciplines développées aujourd’hui par les sciences préhistoriques permettrait peut-être d’établir une jonction entre les travaux de Boucher de Perthes et les préhistoriens qui, après lui, ont poursuivi des recherches dans la région tels que Geoffroy d’Ault du Mesnil (1843-1821), Victor Commont (1866-1918), l’abbé Henri Breuil (1877-1961), Léon Aufrère (1889-1977), Franck Bourdier (1910-1985) et les chercheurs d’aujourd’hui11.

36Ces collections « historiques », « pierres angulaires » de la fondation de la préhistoire, ont sans doute encore bien des informations à livrer.

Haut de page

Bibliographie

Antoine, P., J.-J. Bahain, P. Auguste, J.-P. Fagnart, N. Limondin-Lozouet, J.-L. Locht. 2011. « Quaternaire et préhistoire dans la vallée de la Somme : 150 ans d’histoire commune », in : A. Hurel & N. Coye (dir.), Dans l’épaisseur du temps, archéologues et géologues inventent la préhistoire. Paris, Publications scientifiques du Muséum (Archives) : 341-381.

Aufrère, L. 1936. « Les sablières de Menchecourt », Bulletin de la Société préhistorique française, 33, 2 : 139-149.

Aufrère, L. 1940. « Figures de préhistoriens, I. Boucher de Perthes », Préhistoire, 7 : 7-134.

Aufrère, L. 2007. Le cercle d’Abbeville. Paléontologie et préhistoire dans la France romantique. Turnhout, Brepols, 396 p.

Boucher de Perthes, J. 1847. Antiquités celtiques et antédiluviennes, mémoire sur l’industrie primitive et les arts à leur origine, t. 1. Paris, Treuttel et Wurtz, XII-.

Boucher de Perthes, J. 1863-1868. Sous dix rois, Souvenirs de 1791 à 1867. Paris, Jung-Treuttel, Derache, Dumoulin, Didron, 8 vol.

Hurel, A. & N. Coye. 2011. Dans l’épaisseur du temps, archéologues et géologues inventent la préhistoire. Paris, Publications scientifiques du Muséum (Archives), 442 p.

Picard, C. 1835. « Notice sur des instruments celtiques en corne de cerf », Mémoires de la Société royale d’Émulation d’Abbeville : 94-116.

Picard, C. 1837. « Notice sur quelques instruments celtiques », Mémoires de la Société royale d’Émulation d’Abbeville : 221-272.

Haut de page

Notes

1 « La saga de l’Homme, épisode 1 : l’Homme exposé », exposition au Musée de l’Homme (Trocadéro, Paris) du 21 février 2007 au 15 janvier 2009.

2 Rappelons que les archives exceptionnelles conservées à Abbeville dans la maison familiale de Boucher de Perthes ont été détruites en 1940.

3 Au sein du Muséum, Boucher de Perthes trouve des appuis auprès d’Édouard Lartet (1801-1871), Isidore Geoffroy-Saint-Hilaire (1805-1861) ou encore Albert Gaudry (1827-1908) ; voir Hurel & Coye 2011 : 18 et suiv.

4 Gabriel Daubrée (1814-1896), professeur titulaire de la chaire de géologie, successeur de Louis Cordier en 1861.

5 n° 2544 : « Tortue, Abbeville 1852. Trouvée sous le lit de la Somme sous une légère couche de tourbe. »

6 Il n’est pas précisé s’il s’agit du naturaliste Emmanuel Baillon (1742-1802) ou de son fils François Baillon (1778-1855).

7 Fouille dirigée par Jean-Pierre Hecquet d’Orval (1783-1859) en mai et juin 1835, financée par la Société d’émulation d’Abbeville.

8 « Pirogue trouvée dans la tourbe près d’Abbeville en 1859 et qui s’est dissoute au contact de l’air ».

9 Terme alors utilisé par les paysans des environs d’Abbeville.

10 Étiquettes artisanales, découpées dans une feuille de papier selon la taille de l’objet, et commentées par Boucher de Perthes lui-même. Des étiquettes pré-imprimées furent également utilisées, probablement pour faire face à la quantité de matériel collecté.

11 Voir l’article d’Alain Tuffreau dans ce même dossier et Antoine et al. 2011. Signalons également le travail actuellement mené par Marie-Hélène Moncel et les équipes de recherche associées à son programme ANR PremAcheuSept. Le programme étudie les modalités d’apparition de l’Acheuléen en Europe septentrionale, entre autres à travers la mise en concordance de collections « historiques » avec la reprise des fouilles de gisements classiques de la vallée de la Somme.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Catalogue des objets renfermés dans la Galerie d’Anthropologie du Muséum du Jardin des Plantes. Paris-1857, page de garde (collection Mnhn)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1871/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig. 2
Légende Lettre du 11 mai 1860 de Jacques Boucher de Perthes à Armand de Quatrefages. Réserves d’anthropologie biologique (collection Mnhn)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1871/img-2.png
Fichier image/png, 4,1M
Titre Fig. 3
Légende Vue du tiroir conservé dans les réserves de paléontologie (collection Mnhn)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1871/img-3.png
Fichier image/png, 532k
Titre Fig. 4
Légende Fragments de faune provenant des tourbières de la Somme, attribués à M. Baillon. Réserves de paléontologie (collection Mnhn)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1871/img-4.png
Fichier image/png, 551k
Titre Fig. 5
Légende Dents de bison trouvées en 1859 à Saint-Acheul par Albert Gaudry. Réserves de paléontologie (collection Mnhn)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1871/img-5.png
Fichier image/png, 554k
Titre Fig. 6
Légende Crâne provenant de Noyelles-sur-Mer, donné en 1835 par la Société d’émulation d’Abbeville. Réserves d’anthropologie biologique (collection Mnhn)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1871/img-6.png
Fichier image/png, 510k
Titre Fig. 7
Légende Banc de l’Hopital, Abbeville, 1839. Exposition « La saga de l’Homme », 2007, Musée de l’Homme (collection Mnhn)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1871/img-7.png
Fichier image/png, 324k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rachel Orliac, « L’invention de la préhistoire par les objets », Les nouvelles de l'archéologie, 129 | 2012, 13-20.

Référence électronique

Rachel Orliac, « L’invention de la préhistoire par les objets », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 129 | 2012, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1871 ; DOI : 10.4000/nda.1871

Haut de page

Auteur

Rachel Orliac

Conservation préventive des collections de préhistoire, Direction des collections du Muséum national d’histoire naturelle, Paris,
rorliac@mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org