Navigation – Plan du site
Politique de la recherche

À propos de deux droits de réponse

Vincent Blouet
p. 63-64

Texte intégral

1Dans le numéro 127 des Nouvelles de l’Archéologie intitulé « Autour d’une agitatrice de l’archéologie : Anick Coudart », nous avons, Laurence Manolokakis et moi-même, écrit un article au titre explicite : « Archéologie préventive ; mettre fin à la concurrence commerciale ». Rédigé sous une forme volontairement pamphlétaire, cet article poursuivait un double objectif : rendre hommage à l’engagement militant d’Anick et, à un moment où une alternative politique s’annonçait en France, relancer le débat sur le cadre juridique dans lequel l’archéologie préventive s’est développée ces dix dernières années. Dans ce cadre, nous avancions deux propositions qui n’ont rien de révolutionnaire puisqu’elles prévalent dans de nombreux pays européens :

21/ rendre la maîtrise d’ouvrage des fouilles préventives à la puissance publique qui en a été dépossédée dans la loi de 2003 qui a confié cette compétence aux aménageurs ;

32/ faire reconnaître que le mobilier archéologique autre que les trésors est propriété de la collectivité nationale, contrairement à ce qui prévaut en France depuis 1941.

4Cet article a suscité deux droits de réponse publiés dans le no 128 des Nouvelles.

5Le premier, intitulé « Pourquoi faut-il, Madame, Monsieur, que nous ayons quelque chose à vous dire », émane de Frédéric Rossi, président du Syndicat national des professionnels de l’archéologie (Snpa). Cette contribution se contente d’affirmer que l’archéologie française, telle qu’issue de la loi de 2003, est « une des plus efficientes d’Europe » car elle a mis fin « aux dérives dues au principe de l’opérateur unique et omnipotent en terme de délais d’intervention, de coûts et de fonctionnement ». Elle ne recommande, à titre de réforme, que l’application des quatorze mesures proposées par le Sénat en juillet 2011.

  • 1  Proposition 7 : prévoir le développement de projets de recherche […] qui intégreraient des personn (...)

6Il n’est pas illogique que le prési-dent du Snpa demande le maintien du système actuel et l’application des propositions du Sénat dont quatre1 résultent directement de l’action de lobbying exercé par son syndicat. Par ailleurs, M. Rossi est également PDG de Archeodunum SA, société suisse au capital de 150 000 francs suisses, dont il est l’unique actionnaire. Cette société est propriétaire unique d’Archeodunum, société française au capital de 50 000 euros. Selon les données du registre de commerce, la branche française a réalisé en six ans un bénéfice net cumulé qui porte le total des capitaux propres de cette société à 496 879 euros. Il semble donc naturel que M. Rossi défende un système qui ne défavorise pas ses intérêts économiques comme ceux des autres propriétaires de sociétés archéologiques privées regroupées au sein du Snpa.

7Plus problématique est le deu-xième droit de réponse, « De nouveaux auteurs dans le champ de l’archéologie : les intellectuels d’organismes », émanant de Jean Chapelot. Sur deux pages, l’auteur développe une thèse selon laquelle l’objectif réel de la démarche poursuivie par Laurence et moi-même « n’est pas de réfléchir sur une discipline, les conditions de ceux qui la pratiquent et la production de résultats à destination de tous les publics » mais « la ré-attribution à l’Inrap du monopole de l’archéologie préventive, ce qui signifierait la disparition des sociétés privées mais aussi des services de collectivité ». Heureusement, selon Jean Chapelot, « certains élus se sont constitué un réseau d’experts qui leur permet de contrôler les informations qui peuvent être fournies. Les temps ont changé […] il ne se trouvera jamais plus au Parlement une majorité d’adorateurs du tout Inrap ».

  • 2 L’article « Retour critique sur l’évolution de l’archéologie médiévale depuis dix ans » (Chapelot 2 (...)

8Libre à Jean Chapelot de continuer à répandre sa vindicte contre l’Inrap et ses agents2, mais j’ai beau relire notre prose, je ne trouve pas une ligne faisant l’apologie de cet établissement public. Par ailleurs, selon Jean Chapelot, dans cette démarche, nous « avançons masqués » et il lui revient de faire des révélations sur « la personnalité de ces auteurs ». Moi-même, « naguère en effet en poste au Sra de Lorraine » et « depuis des années, secrétaire national de la Cgt-Culture Union fédérale des fédérations de fonctionnaires », tandis que « le second auteur […], protohistorienne, est une proche de Jean-Paul Demoule ». Mon appartenance à la Cgt n’est un secret pour personne mais même, si la précaution est prise de préciser que cela « ne disqualifie en rien la réflexion de ces auteurs », le procédé rappelle des souvenirs nauséabonds. Je tiens à préciser que la fiche de police de M. Chapelot n’est pas vraiment à jour. Cela fait longtemps que je n’ai plus aucune responsabilité à la Cgt-Culture puisque, depuis près de dix ans, j’exerce mes activités syndicales au niveau de la fonction publique où je suis plus particulièrement les questions européennes. Toutefois, n’étant pas déchargé syndical à plein temps, je suis toujours en activité au Sra de Lorraine où je dirige plusieurs projets de recherche. C’est dans le cadre de cette activité professionnelle que j’ai pu constater ce qui fait l’objet du développement sur la mise en concurrence commerciale dans le no 127 des Nouvelles. Les faiblesses dans le dispositif actuel de contrôle permettent des dérives, et ce d’autant qu’aujourd’hui, ce sont les opérateurs, Inrap et services de collectivités compris, qui sont soumis à la pression des aménageurs et à des impératifs de rentabilité. Dans le cadre de mes fonctions syndicales, j’ai pu en outre vérifier que le dispositif mis en place pour l’archéologie préventive en 2003, et aggravé par la suite, était en tous points identique aux mécanismes de destruction des services publics prônés, dans toute l’Europe, par les plus dogmatiques des néolibéraux. Nul doute que « le réseau d’experts » cité par Jean Chapelot et qui s’est constitué auprès des élus de la tendance politique qui a été battue dans les urnes au printemps dernier a joué un rôle majeur dans l’accompagnement de ces « réformes ».

9Si l’on consulte les nombreux comptes rendus des débats, tables rondes ou rapports du Sénat et de l’Assemblée nationale consacrés à l’archéologie ces dix dernières années, on pourrait conclure que ce réseau est constitué principalement de quelques chefs d’entreprises privées d’archéologie et d’un ancien directeur de recherche au Cnrs.

10En chute de son Droit de réponse, Jean Chapelot croit pou--voir compléter, avec Laurence et moi-même, la typologie des intellectuels définis par Antonio Gramsci qui, selon lui, « distinguait les intellectuels organiques et les intellectuels indépendants […] Les auteurs de ce texte […] appartiennent à une catégorie nouvelle : celle des intellectuels d’organisme […]. Ce qui leur importe est la prospérité financière d’un établissement public administratif ». C’est cette découverte majeure qui justifie le titre de l’article.

11La référence est osée, si l’on rappelle qu’Antonio Gramsci, fondateur du parti communiste italien, a écrit ses Quaderni del carcere dans les geôles de Mussolini où il a été enfermé de 1929 à 1936, date de sa mort. Mais n’est pas Gramsci qui veut. Gramsci n’a jamais parlé d’intellectuels indépendants, catégorie dans laquelle Jean Chapelot semble vouloir se ranger. Au contraire, partant du postulat que « les intellectuels sont reliés organiquement aux classes sociales », il définit les catégories d’intellectuels « par la place et la fonction qu’ils occupent au sein d’une structure sociale historiquement déterminée » (Piotte 1970).

12S’agissant des intellectuels qui, dans le système capitaliste, sont liés aux intérêts économiques et sociaux dominants, Gramsci précise qu’ils « sont les commis du groupe dominant pour les fonctions subalternes de l’hégémonie sociale et du gouvernement politique » (Gramsci 1959 : 436).

13À chacun de se forger son opinion quant à la place des uns et des autres dans la classification des intellectuels proposée par Gramsci.

Haut de page

Bibliographie

Chapelot, J. 2010. Retour sur l’évolution des dispositifs de recherche dans l’archéologie médiévale, mis en ligne le 10 juillet 2010, http://acrh.revues.org/index2734.html.

Gramsci, A. 1959. Œuvres choisies. Paris, Éditions sociales, 1959, 539 p.

Piotte, J.-M. 1970. La pensée politique de Gramsci. Montréal, Éditions Parti Pris (coll. Sociologie de la connaissance, dirigée par Lucien Goldmann), 302 p.

Haut de page

Notes

1  Proposition 7 : prévoir le développement de projets de recherche […] qui intégreraient des personnels […] des opérateurs privés agréés. Ces derniers pourraient alors bénéficier d’une allocation en jours/hommes de recherche. Proposition 8 : prévoir la possibilité d’associer les opérateurs privés aux travaux du Cnra. Proposition 9 : organiser tous les trois ans des entretiens de l’archéologie préventive réunissant les deux ministères de tutelle, le Cnra et les opérateurs agréés – collectivités territoriales et opérateurs privés ainsi que les aménageurs. Proposition 13 : prévoir une assistance à maîtrise d’ouvrage auprès des aménageurs (assurée par des opérateurs privés agréés).

2 L’article « Retour critique sur l’évolution de l’archéologie médiévale depuis dix ans » (Chapelot 2010) en constitue le meilleur exemple. Sur les 39 pages du texte, l’Inrap est cité 52 fois, l’acronyme étant associé quarante fois à des termes à connotation négative (totalitarisme, malaise, problématique, grotesque…) et jamais à caractère positif. Les sommets sont atteints concernant les agents de cet établissement. Entre autres exemples : « une part très faible du personnel de l’Inrap possède les diplômes lui permettant une certaine mobilité » ; « l’Inrap emploie en majorité des personnels qui sont assimilables aux catégories B et C de la fonction publique, ce qui est naturel compte tenu de la nature et des taches principales de cet établissement » (ibid. : 19 et 33). Ces propos mensongers suffisent à disqualifier leur auteur. Le bilan social de l’Inrap montre en effet que, sur les 1 615 agents de la filière scientifique et technique, 39 % possèdent un niveau de diplôme équivalent ou supérieur à Bac + 5, 32 % à Bac + 3 et Bac + 4 (Inrap 2010 : 43). Par ailleurs, la comparaison avec les corps de fonctionnaires de la fonction publique est aisée, puisque le statut des agents de l’Inrap (décret 2002-450 modifié) a été calqué sur ceux des corps d’Itr du Cnrs et du Mcc, tant en ce qui concerne les grilles indiciaires, les qualifications, les modes de recrutement, par jury, et de promotion, après avis d’un conseil scientifique composé d’élus des différentes institutions françaises de l’archéologie. Sur les 1 645 Cdi de la filière scientifique et technique, il n’y a aucun agent de catégorie 1 (catégorie C de la fonction publique), 36 % sont en catégorie 2 (équivalent Tr des corps de recherche, catégorie B de la fonction publique), 36 % sont en catégorie 3 et 19 % en catégorie 4 (équivalent Ai et Ie des corps de recherche, catégorie A de la fonction publique) et 9 % en catégorie 5 (équivalent Ir, catégorie A+ de la fonction publique).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Blouet, « À propos de deux droits de réponse », Les nouvelles de l'archéologie, 129 | 2012, 63-64.

Référence électronique

Vincent Blouet, « À propos de deux droits de réponse », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 129 | 2012, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/1867 ; DOI : 10.4000/nda.1867

Haut de page

Auteur

Vincent Blouet

Secrétaire national de l’Ugff-Cgt,
Ingénieur d’Étude au Sra-Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org