Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

La préhistoire des autres. Perspectives archéologiques et anthropologiques, sous la direction de Nathan Schlanger et Anne-Christine Taylor

p. 54-55
Référence(s) :

La préhistoire des autres. Perspectives archéologiques et anthropologiques, sous la direction de Nathan Schlanger et Anne-Christine Taylor, Paris, La Découverte, 2012, 381 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue la publication d’un colloque organisé au musée du Quai Branly en janvier 2011 par l’Inrap et le musée, co-édité par ces deux institutions et les éditions La Découverte. Le titre, La préhistoire des autres, interroge d’emblée le lecteur. Qui sont ces autres et donc, qui sommesnous ? Quel discours pouvons-nous tenir sur ces autres, tant du point de vue archéologique qu’anthropologique ?

2C’est tout d’abord cette volonté de refléter des regards croisés et la diversité des approches relatées par des archéologues et des anthropologues qui fait la richesse et l’intérêt de ce livre. Comme le rappellent Nathan Schlanger et Anne-Christine Taylor dans leur introduction, les relations entre archéologie et anthropologie ont une histoire complexe et mouvementée. Les traditions scientifiques liées à l’histoire des continents, en particulier celle d’Amérique du Nord, impliquent une définition de l’anthropologie beaucoup plus large que celle de la tradition européenne.

3À partir du moment où l’on a commencé à considérer les sociétés actuelles et passées comme dignes d’intérêt, non pas simplement pour leurs productions, leur culture matérielle, leur exotisme ou leur folklore, mais pour elles-mêmes, une démarche véritablement anthropologique a pu faire progresser nos interrogations et nos connaissances. Ce fut, pour l’archéologie, la naissance de l’ethnologie préhistorique d’André Leroi-Gourhan et le développement de l’ethno-archéologie sous l’impulsion des archéologues dans les années 1970.

  • 1 Voir le discours prononcé à Dakar par le Président Nicolas Sarkozy, le 26 juillet 2007 : http://www (...)

4La préhistoire en tant que discipline est également née sur le continent européen, ce qui a parfois induit un transfert direct d’une tradition de recherches sur d’autres continents et un regard adapté au départ aux contextes européens qui ne prenait pas en compte les spécificités des régions étudiées, voire niait le fait que certains peuples aient pu avoir une préhistoire et tardé à entrer dans l'histoire1.

5Il y a encore peu, la simple analogie entre passé et présent à propos des peuples primitifs, ou premiers en langage actuel – ce qui sémantiquement parlant n’est pas un grand progrès –, sous-entendait qu’ils en étaient restés au stade de la préhistoire. C’est un des grands mérites de cet ouvrage de tordre le cou à cette idée préconçue, à travers des contributions riches et variées. Les études de cas présentées concernent tous les continents et une période de temps comprise entre l’Acheuléen et aujourd’hui, soit près d’1,5 million d’années. Si la majorité des auteurs sont Européens, leur point de vue est contrebalancé par celui de chercheurs anglo-saxons, venus d’autres continents (Amérique du Nord et du Sud) et relevant d’autres traditions scientifiques. « Notre » préhistoire – si ce terme a encore un sens à la lecture de ce volume – vue par les autres mériterait une autre rencontre, ainsi que la préhistoire des communautés indigènes vues par elles-mêmes (Murray 2011). On voit que la question historique renvoie ici à l’archéologie coloniale, récemment traitée dans deux numéros des Nouvelles de l’archéologie auxquels je renvoie le lecteur (Galitzine-Loumpet et al. 2011, 2012).

6Dans le monde contemporain, où les questions d’identité sont exacerbées, il est sain et louable de poser à nouveau la question du rôle du passé lointain dans notre construction identitaire. Sommes-nous les héritiers des chasseurs du Paléolithique supérieur qui chassaient le Renne et le Cheval dans le Bassin parisien durant la dernière période glaciaire ? Y a-t-il un rapport entre les peintres de Lascaux et l’art « occidental » ? Dans l’esprit du public, mais aussi celui des élites qui définissent les programmes scolaires, il n’y a aucun doute pour que nous soyons les héritiers des « artistes » de Lascaux, dans une éternelle quête de nos origines. L’archéologie est tout au plus là pour nous indiquer à partir de quand ces autres nous-mêmes sont devenus nous, mais pas pour nous amener à les regarder différemment, ni à replacer ces manifestations dans leur contexte, question essentielle comme le rappelle Margaret W. Conkey dans sa contribution.

7Tous les archéologues apprécieront la proposition d’Alain Testart dans la première contribution de l’ouvrage, « L’archéologie a et aura toujours quelque chose à nous apprendre », lorsqu’il prend comme exemple différentes trajectoires en termes d’innovation technique (invention de la poterie, bien antérieure à l’agriculture au Japon par exemple ou de la pierre polie au Mésolithique). La réflexion menée par Maurice Godelier sur « l’imaginaire et le symbolique » interpelle également les archéologues à propos de la signification des symboles qui « ne survivent et ne continuent à être socialement efficaces que s’ils continuent à faire sens pour tout ou partie des membres d’une ou de plusieurs sociétés ». Pierre Lemmonier soutient la même thèse à propos des objets pour « penser l’indicible » et de la faculté de la culture matérielle à faire penser à « plusieurs choses à la fois », qui révélerait un aspect essentiel des sociétés humaines. Marshall Sahlins nous invite également à une réflexion ontologique, en proposant que la culture soit l’essence même de la nature humaine.

8La critique de l’analogie ou son bon usage est un des thèmes récurrents du volume. Qu’il s’agisse des sanctuaires néolithiques à ossements de Dugong en Arabie (Vincent Charpentier, Sophie Méry), des campements magdaléniens dans le Bassin parisien (Claudine Karlin, Michèle Julien), du mégalithisme sénégambien (Augustin Holl), du nomadisme sibérien (Carole Ferret) ou des traditions céramiques en Afrique de l’Ouest (Olivier Gosselain), la démarche anthropologique et l’ethno-archéologie jouent une part fondamentale dans les modèles d’interprétations.

9Le rôle de l’environnement naturel n’est pas oublié, notion éminemment culturelle (Guille-Escuret 1989). La démonstration de l’existence de plusieurs agrosystèmes agro-écologiques en Amazonie et la coévolution entre sociétés humaines et environnement en est un bon exemple (Eduardo Góes Neves & Stephen Rostain), de même que l’exemple tiré de l’évolution de l’utilisation des mollusques dans les Petites Antilles précolombiennes (Nathalie Serrand).

10La diversité des contributions s’accorde en revanche plutôt mal d’un regroupement en parties qui paraît assez artificiel. Entre « les sociétés et leurs objets » et « l’idéel et le matériel », il est aisé de faire glisser les contributions. Le chapitre sur l’archéologie de l’innovation (Sander van der Leeuw), qui apparaît sous le titre « Les sociétés dans leur environnement », dépasse largement cette seule dimension par une approche systémique globale du rapport entre innovation et capacité à collecter et à traiter l’information ; sans parler de la première partie « archéologie et anthropologie sociale », qui sous-tend toutes les contributions archéologiques.

11On ne peut que se réjouir du fait que les manifestations organisées au musée du Quai Branly et réunissant des archéologues et des ethnologues, voire des sociologues et des historiens, aboutissent à des publications de cette qualité. Le récent colloque sur l’archéologie de l’esclavage colonial, qui s’est tenu au Quai Branly en mai dernier, en a apporté une nouvelle démonstration. Sa publication est attendue dans des délais aussi brefs que celle de ce volume.

Haut de page

Bibliographie

Galitzine-Loumpet A., S. Gorshenina, C. Rapin (éd.). 2012. « Archéologie(s) en situation coloniale 2. Acteurs, institutions, devenirs », Les Nouvelles de l’archéologie, n° 128, juin 2012, 64 p.

Galitzine-Loumpet A., S. Gorshenina, C. Rapin (éd.). 2011. « Archéologie(s) en situation coloniale. 1. Paradigmes et situations comparées », Les Nouvelles de l’archéologie, n° 126, décembre 2011, 64 p.

Guille-Escuret, G. 1989. Les sociétés et leurs natures. Armand Colin, Paris, 175 p.

Murray, T. 2011. « Archaeologists and Indigenous People : A Maturing Relationship ? », Annual Review of Anthropology, Vol. 40 : 363-378.

Haut de page

Notes

1 Voir le discours prononcé à Dakar par le Président Nicolas Sarkozy, le 26 juillet 2007 : http://www.afrik.com/article12199.htm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« La préhistoire des autres. Perspectives archéologiques et anthropologiques, sous la direction de Nathan Schlanger et Anne-Christine Taylor », Les nouvelles de l'archéologie, 129 | 2012, 54-55.

Référence électronique

« La préhistoire des autres. Perspectives archéologiques et anthropologiques, sous la direction de Nathan Schlanger et Anne-Christine Taylor », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 129 | 2012, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1863

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org