Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Un nouveau site magdalénien sur la commune de Corbeil-Essonnes (Essonne)

Cécile Ollivier et Christine Chaussé
p. 47-53

Texte intégral

1Un nouveau site magdalénien a été découvert sur la commune de Corbeil-Essonnes, au cœur du quartier des Tarterêts, à la fin du printemps 2012. Dans les années 1970, deux sites avaient déjà été mis au jour dans ce même quartier à l’occasion de la construction d’un vaste ensemble d’immeubles d’habitation et de l’aménagement de la voie rapide dite la Francilienne, l’actuelle RN 104 (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Localisation du site des Tarterêts III dans la vallée de la Seine à Corbeil-Essonnes (Essonne)

(Dao Mehdi Belarbi)

2Le premier, les Tarterêts I, repéré dès la fin du xixe siècle dans l’ancienne briqueterie dite Gilardoni devenue Rabot, avait fait l’objet de plusieurs campagnes de fouille réalisées par Fernand Champagne, puis par Béatrice Schmider (Champagne et al. 1970 ; Schmider 1969, 1970, 1975 ; Rodriguez et al. 1991). Le niveau d’habitat magdalénien a livré deux foyers, dont un construit à l’aide de grandes dalles de meulière, associés à deux amas de débitage composés de 26 nucléus, 1 043 lames et éclats bruts entiers et 79 outils attribués au Magdalénien final (Schmider 1975 ; Karlin 1975). Aucun vestige osseux n’était associé à ce niveau, que les analyses stratigraphiques et malacologiques ont permis d’attribuer à l’interstade du Bølling (Rodriguez et al. 1991).

3Le second, les Tarterêts II, a été découvert en 1970 dans des ornières laissées par les engins de terrassement travaillant sur un chantier de construction d’immeubles proche des Tarte-rêts I, alors en cours de fouille. Il a livré un important niveau d’occupation attribué au Magdalénien final constitué d’amas de débitage et de vestiges de probables foyers. Leur fouille a permis de collecter 3834 restes exclusivement lithiques, regroupant 3 blocs, 50 nucléus, 2 795 éclats et cassons et 986 lames et fragments de lames (Brézillon 1970, 1971).

4Le troisième site magdalénien reconnu en 2012 dans ce même quartier, presque à équidistance des deux premiers, a été baptisé les Tarterêts III (Ollivier dir. 2012). Mis au jour dans le cadre d’une opération de diagnostic archéologique réalisée par l’Inrap, sur prescription de l’État (Service régional de l’archéologie d’Île-de-France), il n’a été reconnu qu’au niveau de fenêtres étroites en raison de la profondeur d’enfouissement (entre 1 et 2,50 m). La richesse du mobilier, sa densité et son intérêt scientifique entraperçus dans ces fenêtres motivent sa présentation préliminaire.

Localisation et contexte géomorphologique succinct

5Le quartier des Tarterêts est compris entre le centre-ville de Corbeil-Essonnes, au sud, et la Francilienne (RN 104) au nord. Il est situé sur la rive gauche de la Seine et s’étend le long du versant ouest de la vallée, depuis le sommet du plateau qui culmine à une altitude moyenne de 88 m NGF jusqu’au fond de vallée situé vers 34-35 m NGF (fig. 1). Le versant est marqué sur le secteur par un fort gradient altimétrique avec une pente moyenne de l’ordre de 53 ‰. Le site des Tarterêts III est implanté au pied du versant, à la limite de la plaine alluviale actuelle du fleuve. Ce pied de versant est en partie masqué par des éboulis et colluvions notés EC sur la carte géologique au 1/50 000 (feuille de Corbeil – Brgm). D’une puissance variable, ils recouvrent des formations fluviatiles notées Fy-z.

Les données stratigraphiques

6La séquence sédimentaire principale reconnue au niveau du log 3 permet de replacer le niveau archéologique dans son contexte stratigraphique (fig. 2). Elle comprend trois ensembles, de haut en bas.

7Le plus récent, l’unité LSA, correspond à un limon sablo-argileux brun-rouge décarbonaté, devenant franchement sablo-argileux à la base, qui s’est développé sur près d’un mètre d’épaisseur. Sa structure prismatique est relativement bien exprimée. Localement, il supporte au sommet un horizon essentiellement limoneux gris de structure grumeleuse fine correspondant au sol agricole subactuel, d’une trentaine de centimètres d’épaisseur mais bien souvent écrêté par des remblais modernes. La base de l’unité apparaît irrégulière, relativement ondulée, passant localement à des structures en poche qui pénètrent l’unité inférieure sur 20 à 30 cm de profondeur. Elles brouillent la structure litée originelle de ce corps sédimentaire (cf. infra). Cette limite est jalonnée localement par des départs de filaments blanchâtres, courts et discontinus, qui perforent les sables sous-jacents et s’apparentent à des conduits racinaires tapissés de carbonates secondaires. Elle correspond à un front de décarbonatation qui progresse irrégulièrement aux dépens de l’unité inférieure.

Fig. 2

Fig. 2

Coupe stratigraphique du log 3 ; localisation des artefacts du Magdalénien

(Dao Christine Chaussé)

8Ce limon sablo-argileux scelle un sable clair lité à sous-structure particulaire (unité Scl). Il s’agit d’un sable relativement homogène et trié, moyen à fin, d’une épaisseur variant de 20 à 40 cm le long des profils ABCD relevés. Globalement, il s’épaissit vers le sud-ouest, en direction du talus tertiaire. Les litages qui structurent cette unité sont continus ou subcontinus, constitués de particules plus grossières ou plus fines, voire limoneuses selon les lits (épaisseur infracentimétrique). Le tout suit un pendage général sud-ouest relativement doux. La limite avec l’ensemble inférieur est irrégulièrement ondulée et tranchée ; elle est soulignée localement par un petit cailloutis roulé épars (diamètre centimétrique) qui peut être associé vers le sud-ouest à un lit fin de graviers. Les qualités texturales et structurales du sédiment désignent un dépôt fluviatile, mis en place par des courants tractifs et que l’on rencontre aussi bien dans les lits mineurs des rivières que sur leurs berges. L’essentiel des pièces archéologiques a été retrouvé dans cet ensemble. Certaines jalonnent la limite inférieure de l’unité, mais la grande majorité provient du cœur même de l’assise. Un certain nombre a aussi été reconnu le long de la limite supérieure, voire à la base de l’unité LSA et en particulier le long de la coupe AC, située le plus au nord-est. Ces pièces « hautes » appartiennent au même niveau d’artefacts dans la mesure où la base de l’unité correspond à un front de décarbonatation qui s’est développé aux dépens de l’unité sableuse Scl.

9Le tout repose sur un sable grisâtre (unité Sg) reconnu sur une trentaine de centimètres d’épaisseur, mais dont la base n’a pas été atteinte. Il apparaît finement feuilleté, structuré par des lits d’épaisseur millimétrique à plurimillimétrique plus limoneux et courts (quelques centimètres) (coupe BD). Localement, des lits constitués de particules sableuses plus grossières ont été rencontrés, plutôt vers le nord-est, où le feuilletage sables/limons est moins sensible. Le pendage sud-ouest des lits, mais aussi de la couche, est analogue à celui repéré dans l’unité Scl supérieure. Là encore, du fait de ses qualités texturales et structurales, cet ensemble correspond à un dépôt fluviatile. Par rapport au précédent, il apparaît ici fortement rythmé, avec un gradient qui s’accentue semble-t-il vers le sud-ouest. Les conditions de sa mise en place paraissent avoir été très contrastées, avec l’intervention répétée et rapide de processus hydrodynamiques fortement ralentis, d’après la récurrence des feuillets limoneux. Cet ensemble sédimentaire n’a livré qu’un seul artefact archéologique sur les 10 à 30 cm d’épaisseur explorés au niveau du log 3 ; il pourrait être intrusif et venir de l’ensemble supérieur.

10Au terme des observations recueillies dans le sondage du log 3, il ressort que le niveau archéologique est compris dans une unité sédimentaire sableuse d’origine fluviatile (Scl). Elle présente un pendage vers le sud-ouest et s’épaissit selon la même direction. La géométrie apparente de l’ensemble semble esquisser la bordure d’un lit mineur. L’occupation préhistorique apparaît ainsi installée sur les berges sablonneuses d’un ancien bras de la Seine.

Questionnement chronostratigraphique

11Les formations fluviatiles mises au jour sur le site des Tarterêts III sont localisées dans la partie la plus distale de la plaine alluviale actuelle de la Seine et s’intègrent donc à la nappe de fond. D’après des travaux réalisés plus en amont dans le bassin versant du fleuve (Chaussé 2003), la mise en place de celle-ci est intervenue entre le début du Pléniglaciaire supérieur et l’Actuel.

12La position très distale de la séquence observée dans la plaine alluviale et la dominance des faciès sableux suggèrent un âge anté-holocène, peut-être tardiglaciaire. Cependant, les repères stratigraphiques de cette fin du Pléniglaciaire sont ici manquants, notamment les limons blancs du Dryas récent ou encore le sol gris dit de l’Allerød (Pastre et al. 2003). Les limons blancs, qui correspondent à des dépôts de plaine d’inondation, n’ont peut-être jamais pu atteindre le secteur des Tarterêts III lors des périodes de crue. En effet, ils ont été repérés sur la rive droite de la Seine à Étiolles (91) mais ils ne passent pas au-delà de la cote de 36 m NGF (Chabrol et al. 2008) ; là, ils scellent une séquence sédimentaire qui a livré plusieurs niveaux magdaléniens analogues à celui retrouvé aux Tarterêts III (M. Olive, in oralis, juin 2012 ; Olive et al. 2011).

13Si l’on admet que les deux sites, distants l’un de l’autre de moins de 2 km, sont effectivement comparables, il est possible de se référer aux dates 14C obtenues sur le site d’Étiolles qui s’étalent entre le Dryas ancien et le Bølling (Olive et al. 2011). Elles placeraient le site des Tarterêts III entre la fin du Pléniglaciaire supérieur et le début du Tardiglaciaire weichselien. Mais la proposition, établie sur la base d’une analyse chronoculturelle, nécessite d’être établie sur des mesures isotopiques originales. En attendant qu’une correspondance isotopique vienne confirmer la proposition, il apparaît d’emblée que, d’un point de vue morphosédimentaire, les deux séquences d’Étiolles et des Tarterêts III sont dissemblables. L’âge de la fin du Pléniglaciaire-début du Tardiglaciaire du remblaiement sableux observé aux Tarterêts III reste donc à attester ou à infirmer.

Les résultats archéologiques

14Les vestiges préhistoriques mis au jour se concentrent pour le moment sur 8 m2 (fig. 3) au niveau de deux fenêtres d’exploration (Ollivier dir. 2012). Ils regroupent au total 244 silex taillés de facture magdalénienne dont 82 esquilles, 18 pierres (essentiellement calcaire ou meulière), 7 fragments de faune et un fragment de coquillage, accompagnés d’une grande dalle calcaire. La présence de vestiges fauniques ainsi que l’état de fraîcheur des pièces lithiques témoignent d’une bonne conservation générale des vestiges. La présence de remontages au sein de chaque sondage (4 au total) ainsi que la grande homogénéité du mobilier lithique confirment le bon état de conservation du niveau archéologique. La chaîne opératoire est bien illustrée par la présence de 8 nucléus, 227 produits de débitage (dont 90 éclats, 49 lames, 6 lamelles et 82 esquilles) et 9 outils ou déchets d’outils.

Fig. 3

Fig. 3

Plan général du diagnostic et des fenêtres d’ouvertures

(Dao Christophe Bertrand, Nathalie Gomes)

15La série lithique présente un aspect physique frais et non lustré, les silex ayant conservé leurs tranchants. L’approvisionnement en silex tertiaire de bonne qualité, largement majoritaire (98 %), devait être local, à l’instar des sites magdaléniens de référence proches, tel celui d’Étiolles (Pigeot et al. 2004). On note la quasi-absence d’éléments de mise en forme initiale des blocs (éclats corticaux ou semi-corticaux) sur les zones testées. La mise en forme des nucléus s’effectue le plus souvent par des aménagements du dos et de la table avec l’installation d’une crête postérieure et antérieure, ou par des aménagements du dos et des flancs à l’aide de crêtes postéro-latérales permettant ainsi un cadrage du bloc (fig. 4). Il s’agit de nucléus laminaires de grand gabarit d’une vingtaine de centimètres, à un plan de frappe oblique, préférentiel voire unique. La progression du débitage s’effectue alors selon un rythme semi-tournant. Les négatifs observés sur ces nucléus tendent à montrer une production de supports laminaires d’une douzaine de centimètres. Ces nucléus laminaires sont similaires à ceux mis au jour sur les sites des Tarterêts I et II (Brézillon 1971 ; Schmider 1975 ; Karlin 1975) ou encore sur le site voisin d’Étiolles. On note également la présence de nucléus à deux plans de frappe opposés, de plus petits gabarits et plus exploités (fig. 5). Sur ces derniers, les négatifs d’enlèvement, d’une grande régularité, témoignent d’une recherche de supports laminaires fins. Ils pourraient constituer également des supports de lamelles à dos. Si les productions laminaires constituent l’objectif principal du débitage (fig. 6 et 7), nous n’excluons pas une production lamellaire sur le site malgré l’absence de réels nucléus lamellaires et la rareté des lamelles, vraisemblablement inhérente aux conditions de diagnostic.

Fig. 4

Fig. 4

Nucléus à plan de frappe préférentiel

(photo Cécile Ollivier)

Fig. 5

Fig. 5

Nucléus à deux plans de frappe opposés

(dessin Ève Boitard-Bidaut)

Fig. 6

Fig. 6

Lames

(dessin Ève Boitard-Bidaut)

Fig. 7

Fig. 7

Lames

(dessin Ève Boitard-Bidaut)

16L’utilisation de la percussion tendre organique est attestée, en particulier sur les lames, par la présence de talons en éperon (fig. 6, nos 3 et 5) ou lisses abrasés et de bulbes diffus (Pelegrin 2000).

17Les phases d’entretien sont représentées à la fois par des éclats (tablettes de ravivage de plan de frappe, éclats d’entretien de la table laminaire) et par des lames participant au contrôle des convexités (néocrêtes, lames de flancs).

18L’abandon de nucléus encore exploitables intervient relativement tôt suite à l’apparition de rares inclusions ou de réfléchissements sur une table devenue trop plate (manque de carène). Si cet abandon précoce semble souligner la volonté d’obtenir des lames assez grandes, il pourrait indiquer également une facilité d’accès et d’approvisionnement en matières premières.

19Les outils et leurs déchets de fabrication, au nombre de 9, représentent près de 6 % de l’industrie lithique, hors esquilles (fig. 8). Ils sont fabriqués exclusivement à partir de supports laminaires et sont caractéristiques de l’époque magdalénienne : on dénombre trois burins dont un burin dièdre (fig. 8, n° 5), deux chutes de burins et un déchet de fabrication d’une probable lamelle à dos (fig. 8, n° 7) similaire à plusieurs exemplaires retrouvés sur les niveaux Q31 d’Étiolles et IV-20 de Pincevent (Pigeot et al. 2004 : 125-126). L’ensemble de l’outillage compte également une lame retouchée, une lame tronquée et une lame portant des retouches d’utilisation.

20À ce débitage aux caractères magdaléniens, s’ajoute la présence de faune typique telle que le cheval et le renne (Olivier Bignon-Lau in Ollivier dir. 2012).

Fig. 8

Fig. 8

Les outils : nos 1-2 : chutes de burin ; nos 3-4 : burins ; n° 5 : burin dièdre ; n° 6 : lame utilisée ; n° 7 : déchet de fabrication d’une lamelle à dos ; n° 8 : lame tronquée ; n° 9 : lame retouchée

(dessin Ève Boitard-Bidaut)

21Enfin, la présence de quelques pierres légèrement chauffées, sans organisation apparente, peut suggérer la proximité d’un éventuel foyer. La grande dalle calcaire, partiellement dégagée à proximité du sondage log 3 en bordure de décapage, et dont la fonction reste encore à déterminer (foyer, siège du tailleur ?), pourrait faire partie d’une structure d’habitat plus vaste en relation avec les concentrations lithiques à l’image des occupations magdaléniennes mises au jour dans le Bassin parisien, en particulier à Étiolles et Pincevent.

22Ainsi, l’ensemble de ces éléments plaide en faveur d’une occupation magdalénienne, et plus particulièrement, au regard des vestiges lithiques, du Magdalénien supérieur.

Premières conclusions

23L’opération de diagnostic archéologique a permis la découverte d’un nouveau gisement magdalénien constitué de concentrations lithiques et de quelques éléments fauniques. Il est comparable aux sites des Tarterêts I et II fouillés antérieurement. Distant du second de 200 m à peine, celui des Tarterêts III pourrait représenter un nouveau locus d’une seule et même occupation, bien que cela puisse être difficile à démontrer dans la mesure où les travaux d’aménagements réalisés dans les années 1970 avaient déjà détruit une grande partie du site des Tarterêts II.

24Les différents niveaux d’occupation retrouvés aux Tarterêts en général et aux Tarterêts III en particulier s’intègrent parfaitement dans les modèles d’occupation du Magdalénien supérieur reconnus dans le Bassin parisien, notamment sur les fouilles programmées d’Étiolles (Essonne), Pincevent (Seine-et-Marne) et Verberie (Oise) ou dans les fouilles préventives de la confluence Seine-Yonne en Seine-et-Marne, à Marolles-sur-Seine, Le Grand Canton et Le Tureau des Gardes, ou à Barbey, Le Chemin de Montereau (Olive et al. 2000). En effet, les premiers indices recueillis aux Tarterêts III suggèrent une probable structure d’habitat associée à une ou plusieurs zones d’activités multiples. Son originalité réside tout autant dans la bonne conservation des vestiges osseux, absents des Tarterêts I et II, que dans son insertion dans une séquence sédimentaire claire. La prise en compte de ces nouveaux éléments permettra de clarifier les modalités d’implantation de ces groupes de chasseurs-cueilleurs du Magdalénien supérieur sur la rive gauche de la Seine et d’articuler ces établissements avec celui bien documenté d’Étiolles, reconnu sur la rive droite à moins de 2 km en aval.

Haut de page

Bibliographie

Brézillon, M. 1970. Dossier administratif, archives de fouille.

Brézillon, M. 1971. « Les Tarterêts II, site paléolithique de plein air à Corbeil-Essonnes (Essonne) », Gallia Préhistoire, t. 14, fasc. 1 : 3-40.

Chabrol A., M. Christensen, M. Olive, A. Roblin-Jouve, P. Rodriguez, A. Samzum. 2008. « Rive droite, rive gauche : les occupations magdaléniennes d’ÎÉtiolles (Essonne) », Revue archéologique d’Ile-de-France, 1 : 7-20.

Chaussé, Ch. 2003. Les nappes alluviales de la basse vallée de l’Yonne, approches géométrique et chronostratigraphique. L’apport de l’étude de la Nappe de Soucy à la compréhension des occupations du Paléolithique inférieur de Soucy. Thèse de l’université de Lille 1, 2 vol., 444 p.

Karlin, C. 1975. « Le gisement paléolithique supérieur des Tarterêts I à Corbeil-Essonnes (Essonne). Le débitage », Gallia Préhistoire, t. 18, fasc. 2 : 341-357.

Olive, M., F. Audouze, M. Julien. 2000. « Nouvelles données concernant les campements magdaléniens du Bassin parisien », In : B. Valentin, P. Bodu, M. Christensen (dir.), L’Europe centrale et septentrionale au Tardiglaciaire. Actes de la table ronde internationale de Nemours, 14-15-16 mai 1997. Nemours, éd. Apraif (Mémoires du musée de Préhistoire d’Île-de-France, 7) : 289-304.

Olive, M., M. Christensen, N. Pigeot, Y. Taborin et coll. O. Bignon-Lau, G. Dumarçay, A. Roblin-Jouve, S. Thiébault. 2011. Étiolles, rapport 2011. Rapport de fouille programmée, Service régional de l’archéologie d’Île-de-France, Paris, 65 p.

Ollivier, C. (dir.). 2012.Corbeil-Essonnes ZI les Tarterêts. Rapport de diagnostic, Inrap, Pantin, 107 p.

Pastre, J.-F., N. Limondin-Lozouet, Ch. Leroyer, Ph. Ponel, M. Fontugne. 2003. « River system and environmental changes during the Lateglacial in the Paris Basin (France) », Quaternary Science Reviews, 22 : 2177-2188.

Pelegrin, J. 2000. « Les techniques de débitage laminaire au Tardiglaciaire : critères de diagnose et quelques réflexions », in : B. Valentin, P. Bodu, M. Christensen (dir.), L’Europe centrale et septentrionale au Tardiglaciaire. Actes de la table ronde internationale de Nemours, 14-15-16 mai 1997. Nemours, éd. Apraif (Mémoires du musée de Préhistoire d’Ile-de-France, 7) : 73-86.

Pigeot, N. (dir.), M. Christensen, I. Ketterer, G. Le Licon, M. Morgenstern, Ch. Oberlin, M. Olive, J., Pelegrin, M. Philippe, N. Pigeot, A. Roblin-Jouve, P. Rodriguez, S. Serra, Y. Taborin, G. Tosello, B. Valentin, J. Wattez. 2004. Les derniers magdaléniens d’Étiolles. Perspectives culturelles et paléohistoriques (l’unité d’habitation Q31). Paris, Cnrs éditions (Gallia Préhistoire, XXXVIIe supplément), 351 p.

Rodriguez, P., A. Roblin-Jouve, B. Schmider. 1991. « Nouveaux éléments chronostratigraphiques aux Tarterêts I, Essonne », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 88, fasc. 3 : 86-90.

Schmider, B. 1969.  Gisement des Tarterêts, Corbeil-Essonnes. Rapport de fouille, 7 p.

Schmider, B. 1970. Gisement des Tarterêts I, Corbeil-Essonnes. Rapport de fouille, 6 p.

Schmider, B. 1975. « Le gisement paléolithique supérieur des Tarterêts I à Corbeil-Essonnes (Essonne). Stratigraphie, outillage lithique, organisation des vestiges », Gallia Préhistoire, t. 18, fasc. 2 : 315-340.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Localisation du site des Tarterêts III dans la vallée de la Seine à Corbeil-Essonnes (Essonne)
Crédits (Dao Mehdi Belarbi)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1860/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 2
Légende Coupe stratigraphique du log 3 ; localisation des artefacts du Magdalénien
Crédits (Dao Christine Chaussé)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1860/img-2.png
Fichier image/png, 742k
Titre Fig. 3
Légende Plan général du diagnostic et des fenêtres d’ouvertures
Crédits (Dao Christophe Bertrand, Nathalie Gomes)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1860/img-3.png
Fichier image/png, 114k
Titre Fig. 4
Légende Nucléus à plan de frappe préférentiel
Crédits (photo Cécile Ollivier)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1860/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 5
Légende Nucléus à deux plans de frappe opposés
Crédits (dessin Ève Boitard-Bidaut)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1860/img-5.png
Fichier image/png, 593k
Titre Fig. 6
Légende Lames
Crédits (dessin Ève Boitard-Bidaut)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1860/img-6.png
Fichier image/png, 467k
Titre Fig. 7
Légende Lames
Crédits (dessin Ève Boitard-Bidaut)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1860/img-7.png
Fichier image/png, 491k
Titre Fig. 8
Légende Les outils : nos 1-2 : chutes de burin ; nos 3-4 : burins ; n° 5 : burin dièdre ; n° 6 : lame utilisée ; n° 7 : déchet de fabrication d’une lamelle à dos ; n° 8 : lame tronquée ; n° 9 : lame retouchée
Crédits (dessin Ève Boitard-Bidaut)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1860/img-8.png
Fichier image/png, 363k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Ollivier et Christine Chaussé, « Un nouveau site magdalénien sur la commune de Corbeil-Essonnes (Essonne) », Les nouvelles de l'archéologie, 129 | 2012, 47-53.

Référence électronique

Cécile Ollivier et Christine Chaussé, « Un nouveau site magdalénien sur la commune de Corbeil-Essonnes (Essonne) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 129 | 2012, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/1860 ; DOI : 10.4000/nda.1860

Haut de page

Auteurs

Cécile Ollivier

Inrap, CentreÎle-de-France, Pantin,

cecile.ollivier@inrap.fr

Christine Chaussé

Inrap, CentreÎle-de-France, Pantin et Umr 8591, Laboratoire de géographie physique, Meudon,
christine.chausse@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org