Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Inventer la préhistoire. Pratiques antiquaires et naturalisations historiographiques

Nathan Schlanger
p. 42-46
Référence(s) :

À propos de Dans l’épaisseur du temps. Archéologues et géologues inventent la préhistoire, Arnaud Hurel & Noël Coye (dir.), Paris, Muséum national d’histoire naturelle, 2011, 442 p. (collection Archives)

Texte intégral

1La reine d’Angleterre, c’est bien connu, célèbre chaque année deux anniversaires. L’un, réservé à sa famille et ses proches, a lieu le jour de sa venue au monde, le 21 avril en l’occurrence. L’autre, fêté en grande pompe par ses sujets, se déroule le deuxième ou le troisième week-end de juin – dans l’espoir que le ciel sera alors radieux ou tout au moins clément. Avec Dans l’épaisseur du temps, Arnaud Hurel, Noël Coye et les auteurs des onze chapitres de cet ouvrage nous invitent eux aussi à célébrer un anniversaire, celui la naissance, il y a cent cinquante ans, de la préhistoire. Chemin faisant, ils révèlent toutes les difficultés que peut soulever « l’invention » d’une discipline, phénomène aussi complexe que protéiforme, à propos duquel l’appréciation rétrospective risque facilement de se transformer en anticipation légitimatrice.

Anniversaires

2En effet, à quel anniversaire précisément sommes-nous conviés ? Au « vrai », pour ainsi dire, ou à « l’officiel » ? Si certains des contributeurs de l’ouvrage s’adonnent à des célébrations plutôt présentistes, d’autres, à commencer par ses coordonnateurs, restent bien plus mesurés et même circonspects. Reprenant un cliché historiographique, Hurel et Coye remarquent que l’année 1859 a été vue comme significative au titre de trois événements : la fondation de la Société d’anthropologie de Paris par Paul Broca ; la publication de Origins of Species de Charles Darwin ; et, enfin, la reconnaissance par la communauté scientifique de la haute antiquité de l’homme, proclamée jusqu’alors en vain par le douanier provincial Jacques Boucher de Perthes. Laissons de côté le premier de ces événements, dont l’importance institutionnelle est toute relative, et aussi le deuxième, la « révolution » darwinienne ayant eu peu à voir, du moins en amont, avec l’archéologie préhistorique. Reste donc la haute antiquité de l’homme. Au-delà des « tournants », des « basculements » et des « ruptures », plusieurs chapitres de ce volume confirment qu’il s’est agi plutôt d’un processus graduel, en grande partie aléatoire, inscrit dans la durée, fait aussi d’oublis et de réitérations. L’hypothèse de l’existence de l’homme à des périodes extrêmement reculées, prédiluviennes, un homme attesté par ses outils de pierres taillées retrouvés en association avec des ossements fossiles d’animaux depuis lors disparus, n’est pas apparue soudainement ex nihilo, pas plus qu’elle ne s’est imposée par la simple force des choses. Des conceptions convergentes ont été exprimées de longue date et de façon indépendante par des savants tels Paul Tournal et Édouard Lartet, dans le sud de la France (comme le rappellent Arnaud Hurel et Sébastien Dubois dans leurs analyses respectives), ainsi que François Jouannet (étudié par André Cheynier dès 1936), alors que dans le nord, dans les alluvions de la Somme, Casimir Picard, décédé prématurément en 1841, avait accompli des avancées remarquables déjà soulignées par Léon Aufrère dans les années 1930. Ainsi Boucher de Perthes, figure prémonitoire par excellence, qui se complaisait à raccrocher à sa prime jeunesse ses premières intuitions en la matière (voir le chapitre de Jean-Yves Pautrat), se retrouve en quelque sorte en position d’un précurseur « précursé ». Plutôt que de naissance triomphale, mieux vaut parler pour la préhistoire d’un lent processus de formation, d’une agrégation d’apports empiriques et théoriques qui graduellement ont acquis leur autonomie et leur identité, un processus bien plus en phase avec la conception résolument historienne, sociale et collaborative de la production scientifique qu’endossent aujourd’hui historiens et sociologues des sciences.

Entente anglaise

3Et pourtant, il demeure incontestable que quelque chose de décisif s’est bel et bien passé en cette annus mirabilis. Nonobstant les nécessaires cautions contextuelles, si « 1859 » n’est pas seulement un lieu commun mais aussi un lieu de mémoire de la discipline, c’est que cette « date de naissance » correspond aussi au ressenti des acteurs eux-mêmes, attesté sur le vif par leurs actions et leurs écrits. Une cascade d’événements se déroule cette année-là : culminant avec la reconnaissance et l’acceptation officielle, aux parlements de la science, de la haute antiquité de l’homme, ils ont pour amorce la visite de savants anglais chez Boucher de Perthes. Après Hugh Falconer en éclaireur, ce sont Joseph Prestwich et John Evans qui viennent à Amiens et à Abbeville au printemps 1859, examinent sections et collections, repartent convaincus et se vouent désormais à en persuader d’autres, lançant ainsi un véritable pèlerinage de savants en quête de haches taillées et de stratigraphies non perturbées. Monique Rémy-Watté apporte un éclairage intéressant sur cet empressement, en montrant des érudits normands tels Georges Pouchet ou l’abbé Cochet en « mission préfectorale » accourir en Picardie à la suite et à l’instigation des Anglais.

4Cependant, malgré cette contribution bien attestée, le volume n’intègre pas vraiment la perspective « anglaise » sur l’invention de la préhistoire. Par choix ou par nécessité, et tout en reconnaissant par principe la dimension transfrontalière de la science, ses coordonnateurs ont pris le parti d’aborder le sujet d’un point de vue essentiellement national, en suivant la logique propre qui se développe en France (p. 28-29). Admettons-le, cette posture a son exact équivalent outre-Manche, où des travaux récents (notamment O’Connor 2007 ; Gamble & Kruszynski 2009 ; Gamble & Moutsiou 2011) ignorent largement les développements contemporains en France : tout se passe comme s’il s’agissait de deux boules de billards dont la collision ponctuelle (en 1859 donc) n’aurait pas affecté leur trajectoire. Au contraire, il y a lieu à mon avis de s’engager ici dans une véritable « histoire croisée » (sensu Werner & Zimmermann 2003), qui permettra de reconsidérer non seulement les objets étudiés et les savoirs produits, mais aussi, de façon plus réfléchie, les perspectives, les catégories et les interactions. Mis à part les conditions initiales et les acquis empiriques (par exemple les résultats des fouilles de Brixham Cave), cette histoire croisée portera aussi sur des débats théoriques en cours : le fixisme de Cuvier et l’uniformitarisme de Lyell, les questions d’unité et de progrès du genre humain, discutées en Angleterre, celles concernant le positivisme ou le matérialisme scientifique soulevées en France, ou encore la comparaison des pratiques rhétoriques et des régimes de démonstration caractéristiques des savants français (voir ici le chapitre de Nathalie Richard) et anglais (Van Ripper 1993 ; Evans 2007). Ce programme reste pour l’essentiel à engager, mais il me semble d’ores et déjà qu’une appréciation plus poussée de l’apport anglais (dont je propose ici quelques éléments) éclairera d’un autre angle la préhistoire ainsi inventée.

La numismatique des silex

5Le personnage clef est ici John Evans (1823-1908), unanimement reconnu comme le fondateur des études de pierres taillées préhistoriques pour leur avoir donné des méthodes et des problématiques nouvelles (Evans 1860, 1872). Contribution aussi cruciale qu’inattendue dans la mesure où, en 1859, Evans est un néophyte qui n’a rien publié en la matière et ne semble même pas connaître la longue tradition locale d’études d’instruments de pierre (Goodrum 2011). D’ailleurs, lors de sa visite chez Boucher de Perthes, il est convaincu que ces haches de pierre sont une découverte exceptionnelle et sans précédent. Ce n’est qu’à son retour, alors qu’il s’apprête à les présenter à la Société des antiquaires de Londres, que son regard se porte par hasard sur l’une des vitrines de l’antichambre : il est alors littéralement « frappé d’horreur d’y voir trois ou quatre instruments ressemblant précisément à ceux trouvés à Abbeville et à Amiens […] Il s’avère que ces pièces ont été déposées au musée de la société depuis soixante ans, et qu’une note sur leur découverte avait été publiée dans Archaeologia » (Evans 1868). C’est ainsi qu’Evans découvre les trouvailles de silex taillés faites par John Frere à Hoxne (1800), puis par John Conyers à Grey’s Inn Lane (publié en 1715), et les intègre rétrospectivement, telles des bornes milliaires, dans son historiographie disciplinaire (Schlanger 2002 : 127-128).

6C’est au titre d’antiquaire que John Evans apporte une contribution décisive et c’est d’ailleurs pour cette raison que Prestwich l’emmène en France, pour étudier les vestiges « d’un point de vue antiquaire plutôt que géologique » (Evans 1859 : 310). Plus précisément, Evans est un numismate et l’auteur confirmé de plusieurs études sur les monnaies anciennes, dont une publication très remarquée intitulée On the date of British coins (1850). C’est bien en sa qualité de numismate – il profite du voyage fatidique pour acquérir quelques monnaies gallo-romaines auprès d’ouvriers de carrières des alentours d’Amiens (Evans 1860 : 285) – qu’il examine les silex trouvés par Boucher de Perthes et les transforme en véritables documents archéologiques (sensu Coye 1997). Pour ce faire, il transfère les préoccupations et les pratiques acquises dans l’étude des monnaies vers l’étude des silex, c’est-à-dire d’un domaine antiquaire bien établi et maîtrisé vers un autre encore balbutiant, aux contours et aux contenus incertains (sur ces développements, voir Schlanger 2011).

7Premièrement, en termes de « pratiques documentaires », Evans fait d’emblée usage d’une terminologie numismatique et métallurgique pour désigner le travail de la pierre, en distinguant silex « frappés » ou silex « forgés » (struck, wrought flint). Plus encore, il applique aux industries lithiques les modes de description particulièrement systématiques et normalisés de la numismatique. Ayant en effet pour objets des pièces de taille et d’apparence relativement uniforme, cette discipline a développé une série de critères de description et d’analyse (matière première, dimensions, poids, impressions, marques de production, provenance), augmentés de dessins et de gravures d’une extrême précision. Evans s’empresse d’appliquer les mêmes critères aux outils de silex, tout en engageant des dessinateurs spécialisés en numismatique pour les illustrer (fig. 1). Cette précision documentaire découle de l’enjeu, par essence numismatique, que représente « l’authentification ». À la différence d’autres objets suscitant l’intérêt des antiquaires, la monnaie est au cœur des systèmes économiques et commerciaux : il incombe aux numismates de savoir en exposer les fraudes et les manipulations. Evans transfère cette vigilance vers le silex en notant, par exemple, que les incrustations calcaires sur certains outils « sont pour [eux] ce que la patine est pour les pièces de monnaie et les statues de bronze : une preuve de leur antiquité » (Evans 1860 : 297). Plus encore, cette préoccupation numismatique envers les contrefaçons le pousse à essayer de comprendre leur mode de production, compréhension fondée, au niveau heuristique, sur l’expérimentation – dont il devient un des premiers experts dans le domaine du silex taillé. Enfin, le rapprochement entre monnaies et silex a eu aussi des retombées en termes « d’interprétation », Evans s’inspirant de la numismatique pour rendre compte de la variabilité des bifaces paléolithiques (pointus ou ovales) ; plus précisément, il s’appuie sur ce que l’on ne peut qu’appeler la « chaîne opératoire » de la production monétaire, qui entraîne des variations infimes enregistrées lors de la frappe de chaque pièce, pour attribuer la variabilité observée des formes de bifaces au processus même de leur production, y compris la qualité inégale de la matière première et la mauvaise exécution des gestes de percussion.

8Ces « origines » numismatiques de l’étude des silex taillés, même si elles n’ont pas été reconnues comme telles ni alors ni depuis, éclairent d’un jour nouveau plusieurs développements méthodologiques et théoriques de l’archéologie préhistorique. Ainsi, pour commencer, s’explique l’énigme du succès immédiat et de l’autorité incontestée dont a bénéficié Evans sa vie durant – depuis, justement, ce moment fatidique d’avril 1859 où, pour la première fois, il observe les silex de Boucher de Perthes à l’aune de la numismatique. Plus généralement, s’éclaircissent divers développements et caractéristiques de la discipline en Angleterre. Ainsi, des gazetteers territoriaux y ont été établis sur le modèle de la numismatique mais sans que l’on s’attache vraiment à distinguer les modes de production ou de circulation des matières premières. L’attribution de la variabilité des outils de silex à des accidents microtechnologiques, pour sa part, a permis de postuler une stabilité morphologique inhérente pendant tout le Paléolithique, renforçant ainsi les conservateurs et les sceptiques face au progrès (Argyll, Boyd-Dawkins et Evans aussi). Rien d’étonnant alors si, dans la foulée, les protagonistes ont jugé facile et naturel d’orienter leurs recherches sur la haute antiquité de l’homme vers les études quaternaires, valorisées alors comme un « terrain neutre » entre l’archéologie et la géologie (voir O’Connor 2007 ; ainsi que White 2001 ; MacGregor 2008 ; Schlanger 2011).

Interdiscipline et historiographie

9Comme le suggère ce dernier commentaire, une histoire croisée plus approfondie pourra apporter quelques éléments nouveaux sur ces questions disciplinaires. En effet, se pose alors la question de la confluence supposée si prégnante, inévitable, irrésistible, entre l’archéologie et la géologie, cette « fusion » ou « cristallisation » des sciences de la nature et des sciences de l’homme obtenue grâce à Boucher de Perthes ou à ses successeurs. Sébastien Dubois ne la remet pas en cause et postule dans son chapitre que la préhistoire se définit dès ses débuts comme une science de la nature. De même, François Sémah et ses coauteurs, en présentant leur projet muséographique du nouveau Musée de l’Homme, cherchent à identifier la naissance d’un modèle de recherche naturaliste en préhistoire : au-delà du politiquement correct, concluent-ils, il faudra arriver à une reconnaissance universelle – et intemporelle – de l’histoire de l’humanité. Pour percevoir la part de présentisme dans ces énoncés, il suffira de se tourner vers d’autres contributeurs du même volume, qui, par conséquent, démontre une intéressante divergence historiographique.

10Aux côtés des chantres de l’interdisciplinarité, d’autres reconnaissent, forts de leur démarche historienne, que ce genre de syncrétisme relève plutôt de l’expectative et de la rhétorique légitimatrice. Ainsi, Nathalie Richard montre bien que les débats des géologues et des archéologues, chacun dans leurs sociétés savantes et auprès de leur public, ne se recoupaient pas et que ces disciplines étaient dans des rapports de concurrence autant que de synthèse. Dans la seconde moitié du xixe siècle, ajoute-t-elle, la préhistoire n’est pas devenue une « archéo-géologie », mais s’est plutôt rapprochée des sciences humaines, de l’anthropologie et de l’ethnographie, s’engageant dans des vifs débats à la teneur politique manifeste (voir aussi Hammond 1980 ; Harvey 1983 ; Richard 2008). De même, Fanny Defrance-Jublot analyse finement, dans sa contribution, la persistance de considérations et de polémiques religieuses, notamment sur la perfectibilité ou la déchéance de l’espèce humaine. Ces débats n’ont nullement été enterrés ni sublimés par la « consécration » de 1859 (comme le montre aussi Nadia Pizanias dans son étude complémentaire sur la presse religieuse en France et en Allemagne) : ils ont influencé les démarches et les résultats des préhistoriens durant toute la deuxième moitié du xixe siècle, tout en reflétant des tensions sous-jacentes à l’ensemble de la société française, sous le Second Empire et pendant la IIIe République. Du coup, les revendications naturalistes des acteurs de l’époque – et, sans doute, celles d’aujourd’hui – ressemblent à une tentative pour se situer, à l’instar des Anglais, sur le terrain neutre des « études quaternaires », se hisser au-dessus de la mêlée grâce à la science positive, et arriver pour ainsi dire à dissoudre l’herméneutique dans la sédimentologie. Dans sa synthèse des relations complexes qu’ont entretenues les sciences humaines et les sciences naturelles au xixe siècle, Claude Blanckaert montre bien que l’ascendant qu’exercent celles-ci correspond aussi à leur confirmation comme sciences historiques. Qui plus est, ce tournant historiciste s’est également effectué par l’émulation, parfois métaphorique, parfois analogique et heuristique, des acquis et des méthodes des sciences humaines. Ainsi, Cuvier aspirait-il à être un « antiquaire d’une espèce nouvelle », étudiant les ossements et les coquillages comme s’ils étaient les monnaies et les médailles de l’histoire universelle (voir aussi Schnapp 1993 ; Schlanger 2010)… avant que la géologie et la paléontologie ne gagnent la suprématie et l’aura scientifiques qui semblent désormais leur être réservées.

Quelques mots sur les illustrations

11À propos de cette suprématie des sciences naturelles, constatons que l’un des atouts qui y ont le plus contribué, s’il est amplement démontré dans Dans l’épaisseur du temps, est aussi, paradoxalement, passé sous silence : il s’agit de l’usage de représentations graphiques. Non pas que ce volume souffre d’une carence d’images et de reproductions, bien au contraire : ses coordonnateurs et les graphistes en charge de sa fabrication sont à féliciter pour l’iconographie abondante (plus de 130 figures reparties sur 440 pages), judicieusement choisie, bien placée au fil des pages, reproduite, légendée et créditée avec soin… On a cependant l’impression, dans cette opulence même, que l’esthétique prime sur le cognitif, que les effets d’ambiance ont été, par moments, préférés au besoin de rendre compréhensibles la transmission, ou la formation, de la connaissance. Comme si l’adage attribué à l’archéologue anglais A. Pitt Rivers, lui-même disciple de J. Evans, selon lequel « une illustration vaut mille mots », avait été suivi un peu trop au pied de la lettre : rares sont les contributeurs du volume qui commentent l’iconographie qu’ils reproduisent ; encore plus rares sont ceux qui s’attardent, dans leur texte, à expliquer ce que ces images ont apporté aux savants qui les utilisaient et aux savoirs qui en découlaient. L’opportunité n’a pas non plus été saisie de développer des considérations plus générales sur le rôle des images et sur l’invention d’un « langage visuel » dans l’histoire de la préhistoire – à l’instar de ce qui a été démontré dans l’essor, quelques décennies auparavant, de la géologie et de la paléontologie (Rudwick 1976, 1992).

12Et pourtant, ô combien ces images peuvent être éloquentes ! Observons par exemple la série de photographies en couleurs de bifaces « historiques », ayant appartenu à Boucher de Perthes et conservées aujourd’hui dans les collections de préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle. Au-delà de la beauté des textures et des teintes de la douzaine de clichés parsemés au fil du volume et signés Rachel Orliac, ce sont les inscriptions secondaires, surajoutées, qui portent à réfléchir. Des numéros d’inventaire ou de série, inscrits à même le silex à l’encre de Chine, sont souvent reproduits, et parfois modifiés, sur des petites pastilles, elles-mêmes placées aux côtés d’étiquettes spécifiquement pré-imprimées, offrant plusieurs variations : « Diluvium. N° __. Donné par M. Boucher de Perthes », « Diluvium. N° __. Donné par __ », « [Période An]tédiluvienne. __. Donné par M. Boucher de Perthes », « Période Celtique. N° __. __ mètres de profondeur dans __. Donné par M. Boucher de Perthes », etc. (voir les photos p. 52, 96, 212, 244, 257, passim). À travers cet étiquetage plus ou moins formalisé s’entrevoient des tentatives de normaliser la circulation de ces fragments minéraux jusqu’alors considérés comme anodins et devenus si soudainement – depuis 1859, justement – la cible d’un engouement archéologique sans précédent. Impliquant en partie des transactions financières – dans un système brassant ouvriers des carrières, faussaires, entremetteurs et acquéreurs –, et en partie du capital symbolique – échangé entre amateurs et professionnels, savants provinciaux et académiciens métropolitains –, ces bifaces étiquetés deviennent des objets de collection, susceptibles de documentation, de comparaison et d’interprétation scientifiques, et aussi de véritables sémiophores (sensu Pomian 1987) investissant de signification la toute nouvelle réalité de l’homme préhistorique.

13Une autre photographie, bien d’époque celle-là, mérite aussi son exégèse : on y voit deux ouvriers-terrassiers, l’un au repos sur sa brouette, l’autre indiquant l’emplacement d’une hache encore in situ dans la coupe d’une carrière de Saint-Acheul. Prise pour l’antiquaire Charles Pinsard et ses visiteurs anglais le 27 avril 1859, cet extraordinaire document figure à bon droit sur la couverture même du volume, et à nouveau en p. 16, sans pourtant bénéficier d’une véritable mise en situation (voir la discussion dans Schlanger 2010, que je reprends ici). Pinsard nous a laissé quelques informations sur les circonstances de la prise de vue : « Il fut convenu que si les ouvriers en trouvaient une [hache] dans la masse du diluvium, ils arrêteraient leurs travaux et que j’enverrai une dépêche à M. Prestwich, soit à Abbeville, chez M. Boucher de Perthes, où il devait retourner, soit même à Londres. M. Prestwich s’engageait à indemniser les ouvriers pour le cas de perte de temps, s’ils ne pouvaient extraire des cailloux sur un autre point ». Le jour même, les ouvriers préviennent qu’une hache est bien visible dans la section. « Immédiatement, j’envoie une dépêche à M. Prestwich qui vient de suite par le premier train […] il fut convenu qu’on photographierait la tranchée, d’une part, et la hache sur une plus grande dimension. Cette opération fut faite ; j’en ai conservé un exemplaire ci-contre qui montre le coupé de la carrière et les ouvriers mettant le doigt sur la hache, noyée dans la masse. Puis M. Prestwich détacha avec soin la hache, et n’eut plus de doutes » (Pinsard 1999 : 252-254). Le même Prestwich l’emporte, une fois photographiée et certifiée, à Londres, où elle a été récemment redécouverte grâce à un beau travail de détection mené dans les réserves du Natural History Museum, et rebaptisée quelque peu mélodramatiquement « la pierre qui a brisé la barrière du temps » (Gamble & Kruszynski 2009).

14Quoi qu’il en soit, si la photographie avait trouvé dans l’archéologie un sujet de prédilection dès son invention dans les années 1840 (Feyler 1987 ; Lewuillon 2008 ; Brusius 2010), ce que montre du doigt l’ouvrier picard est véritablement inédit : loin de reproduire une vision esthétique ou une atmosphère, ce doigt atteste et corrobore visuellement une proposition encore hautement controversée. C’est ainsi que Prestwich et Evans utilisent ce cliché devant la Société des antiquaires de Londres et la Royal Society, lorsqu’ils cherchent à confirmer l’intégrité des dépôts géologiques d’où sont extraits les bifaces, « tels que reconnaissables sur une photographie de la section prise pour M. Prestwich ». De la même façon, elle est invoquée en France lors du premier débat public sur l’homme fossile qui a lieu à la toute récente Société d’anthropologie de Paris. Lors de la séance du 3 novembre 1859, devant une pléiade d’éminentes personnalités – Paul Broca, Louis-Adolphe Bertillon, Isidore Geoffroy-Saint-Hilaire et Jacques Boucher de Perthes lui-même –, Georges Pouchet raconte combien les savants anglais souhaitent observer « une hache de pierre encore en place dans sa gangue primitive. Après une attente de quelques jours leur vœu fut réalisé. Ils virent une hache engagée dans l’épaisseur du diluvium, et dans une situation telle qu’elle ne pouvait y avoir été introduite par fraude. Ils la firent représenter par la photographie, et l’exactitude des opinions de M. Boucher de Perthes se trouva ainsi établie sur une preuve rigoureuse » (Pouchet 1860 : 44).

Conclusions : objectivité et mécanique

15En elle-même, la photographie en question ne représente pas nécessairement un saut quantique. Si quelques publications ou actes de sociétés savantes la mentionnent, aucun ne la reproduit, peut-être pour des raisons techniques et financières. Dès lors, elle ne peut que tomber dans l’oubli… jusqu’à sa redécouverte dans les années 1970, dans les archives du musée Boucher de Perthes à Abbeville. Cependant, vue de près, cette photographie représente une tentative inédite, d’ailleurs restée sans suite pendant plusieurs décennies, d’instaurer dans la discipline archéologique une « objectivité mécanique », établissant la démonstration de la preuve et son administration sur des bases visuelles extériorisées et partageables, plutôt que sur une rhétorique de l’érudition et de l’autorité personnelle. Qui plus est, dans une perspective plus large encore, cette photographie nous permet de reconnaître enfin à sa juste valeur historique et culturelle le phénomène qu’elle a su capter en cet après-midi du 27 avril 1859, en le replaçant au cœur de la « modernité » naissante. Car « l’objectivité » mécanique, au même titre que sa « reproduction », nécessitent de la mécanique tout court. Mis à part les procédés du daguerréotype et du papier albuminé, il a fallu mobiliser aussi, on l’a vu, des bateaux à vapeur traversant la Manche, des trains circulant de Boulogne à Amiens en passant par Abbeville, des dépêches télégraphiques filant comme l’éclair – et, pour matérialiser tout cela, des travaux d’aménagements et d’infrastructures qui parcourent les territoires et creusent les carrières d’où, parmi les matériaux de construction, les ouvriers picards extrayaient les premiers outils de l’humanité.

16À l’orée de la seconde révolution industrielle, donc, ce sont aussi de tels éléments, concrets, tangibles, observables, qu’il nous faut prendre en compte, bien différents d’un « basculement » naturaliste ou d’une « rupture » épistémologique postulée ; des éléments dont les rouages et les réseaux, les acteurs mis en branle et les savoirs mis en circulation sont eux aussi, je le maintiens, partie prenante de « l’invention » de la préhistoire.

17En somme, au double plan historique et historiographique, il s’avère plus compliqué, mais aussi plus captivant que prévu, de s’accorder sur ce qui est précisément à célébrer, cent cinquante ans après 1859. Une chose est certaine : Dans l’épaisseur du temps fera, dans tous les cas, un excellent cadeau d’anniversaire.

Haut de page

Bibliographie

Brusius, M. 2010. « Beyond Photography : An Introduction to William Henry Fox Talbot’s Notebooks in the Talbot Collection at the British Library », British Library Electronic Journal, 2 : 1-41.

Coye, N. 1997. La Préhistoire en parole et en acte. Méthodes et enjeux de la pratique archéologique (1830-1950). Paris, L’Harmattan, 338 p.

Evans, C. 2007. « “Delineating objects” : Nineteenth-century antiquarian culture and the project of archaeology », in : S. Pearce (éd.), Visions of Antiquity : The Society of Antiquaries of London 1707–2007. London, SAL : 267-303

Evans, J. 1850. « On the date of British coins », Numismatic Chronicle, 12 : 127-137.

Evans, J. 1859. « On the form and nature of the flint-implements (letter to J. Prestwich, 25 May 1859) », Appendix A, in : J. Prestwich, « On the occurrence of flint-implements, associated with the remains of animals of extinct species in beds of a late geological period, in France at Amiens and Abbeville, and in England at Hoxne », Philosophical Transactions of the Royal Society, 150 : 310-312.

Evans, J. 1860. « On the occurrence of flint implements in undisturbed beds of gravel, sand and clay », Archaeologia, 38 : 280-307.

Evans, J. 1868. « Man and his earliest known works. The Archaeolithic period (Part II) », Some Account of the Blackmore Museum. London, Bell and Dadley: 87-103.

Evans, J. 1872. The Ancient Stone Implements, Weapons, and Ornaments, of Great Britain. London, Longmans, 640 p.

Feyler, G. 1987. « Contribution à l’histoire des origines de la photographie archéologique : 1839-1880 », Mélanges de l’École française de Rome : Antiquité, 99 : 1019-1047.

Gamble, C. & R. Kruszynski. 2009. « John Evans, Joseph Prestwich and the stone that shattered the time barrier », Antiquity, 83 : 461-475.

Gamble, C. & T. Moutsiou. 2011. « The time revolution of 1859 and the stratification of the primeval mind », Notes and records of the Royal Society, 63 : 43-63.

Goodrum, M.R. 2011. « Recovering the vestiges of primeval Europe : archaeology and the significance of stone implements, 1750-1800 », Journal of the History of Ideas, 72 : 51-74.

Hammond, M. 1980. « Anthropology as a weapon of social combat in late nineteenth-century France », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 16 : 118-132.

Harvey, J. 1983. « Evolutionism transformed : Positivists and materialists in the Société d’Anthropologie de Paris from Second Empire to Third Republic », in : D. Oldroyd & I. Langham (éd.), The wider domains of evolutionary thought. New York, Springer-Verlag : 289-310.

Lewuillon, S. 2008. « Positif/négatif : Les antiquités nationales, l’estampe et la photographie », Les Nouvelles de l’archéologie, 113 : 37-45.

MacGregor, A. (éd.). 2008. Sir John Evans (18231908). Antiquity, Commerce and Natural Science in the Age of Darwin. Oxford, Ashmolean Museum, 326 p.

O’Connor, A. 2007. Finding Time for the Old Stone Age : A History of Palaeolithic Archaeology and Quaternary Geology in Britain, 18601960. Oxford, Oxford University Press, 480 p.

Pinsard, C. 1999. « La première hache de pierre authentiquement découverte à Saint-Acheul », note manuscrite non datée accompagnant l’album Pinsard, Amiens, reproduite in : E. de Bussac (dir.), 1859, Naissance de la préhistoire : Récits des premiers témoins. Éditions Paléo, Clermont-Ferrand : 251-255.

Pomian, K. 1987. Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris, Venise : xvie-xviiie siècle. Paris, Gallimard, 368 p.

Pouchet, G. 1860. « Sur les débris de l’industrie humaine, attestant l’existence d’une race d’hommes contemporaine des animaux perdus », Bulletin de la Société anthropologique de Paris, 1 : 42-53.

Richard, N. 2008. Inventer la Préhistoire, les débuts de l’archéologie préhistorique en France. Paris, Vuibert Adapt-Snes, 235 p.

Rudwick, M. 1976. « The Emergence of a Visual Language for Geological Science 1760-1840 », History of Science, 14 : 149-195.

Rudwick, M. 1992. Scenes from deep time. Early pictorial images of the prehistoric world. Chicago, Chicago University Press, 294 p.

Schlanger, N. 2002. « Editorial introduction to “Ancestral Archives : Explorations in the History of Archaeology” special section », Antiquity, 76 : 127-131.

Schlanger, N. 2010. « Series in progress : antiquities of nature, numismatics and stone implements in the emergence of prehistoric archaeology (1776–1891) », History of Science, 48 : 344-369.

Schlanger, N. 2011, « Coins to Flint. John Evans and the Numismatic Moment in the History of Archaeology », European Journal of Archaeology, 14/3 : 465-479.

Schnapp, A. 1993. La conquête du passé : aux origines de l’archéologie. Paris, éd. Carré, 384 p.

Van Ripper, A.B. 1993. Men among the Mammoths : Victorian Science and the Discovery of Human Prehistory. Chicago, University of Chicago Press, 288 p.

Werner, M. & B. Zimmermann. 2003. « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », Annales HSS, 1 : 7-36.

White, M. J. 2001. « Out of Abbeville : Sir John Evans, Palaeolithic patriarch and handaxe pioneer », in : S. Milliken & J. Cook (éd.), A Very Remote Period Indeed : Papers on the Palaeolithic Presented to Derek Roe. Oxford, Oxbow: 242-248.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathan Schlanger, « Inventer la préhistoire. Pratiques antiquaires et naturalisations historiographiques », Les nouvelles de l'archéologie, 129 | 2012, 42-46.

Référence électronique

Nathan Schlanger, « Inventer la préhistoire. Pratiques antiquaires et naturalisations historiographiques », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 129 | 2012, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1858 ; DOI : 10.4000/nda.1858

Haut de page

Auteur

Nathan Schlanger

Inrap, Umr Trajectoires,
Schlanger1@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org