Navigation – Plan du site
Dossier

De la paléontologie du xixe siècle à l’archéozoologie du xxe siècle

From 19th Century palaeontology to 20th century archaeozoology
Marylène Patou-Mathis
p. 29-35

Résumés

Les ossements fossiles de grands mammifères ont tenu une place importante lors des débats relatifs à l’Ancienneté de l’Homme. Au début du xixe siècle, les  savants cherchent à démontrer que les outils  taillés sont contemporains d’animaux disparus. Ces ossements   fossiles vont être à la base des premières classifications des âges préhistoriques. Un tournant a lieu dans  la seconde moitié du xixe siècle. La paléontologie animale, discipline émergeante, va renforcer d’une part la théorie de l’évolution et d’autre part celle de l’origine animale de l’Homme. Par ailleurs, sans utiliser le terme, Lyell publie en 1863, le premier ouvrage général sur la palethnologie. Dès lors, les ossements d’animaux, bruts et transformés, vont également contribuer à la mise en évidence des modes de subsistance des Préhistoriques et de leurs comportements socio-culturels. Nous tenterons, en mettant en parallèle les méthodes anciennes et actuelles, de montrer en quoi les ossements fossiles ont fait progresser les connaissances relatives  à l’ancienneté de l’Homme et comment la paléontologie, en s’adaptant aux nouvelles approches théoriques, a évolué vers ce que l’on nomme aujourd’hui l’archéozoologie.

Haut de page

Texte intégral

1Les ossements fossiles ont été au cœur des grands débats liés à la reconnaissance d’un passé anté-historique qui eurent lieu au xixe siècle, notamment entre 1830 et 1860, pour le règlement de la question de l’ancienneté de l’Homme, mais aussi durant le xxe siècle. Aujourd’hui, comme au xixe siècle dans une certaine mesure, les recherches menées en archéozoologie portent d’une part sur l’identification taxinomique des espèces, leur phylogenèse (apparition, évolution, disparition), leur ontogenèse et leur écologie et, d’autre part, sur l’origine et l’histoire des assemblages osseux (taphonomie). En 1861, dans un ouvrage écrit avec Hermann Christ (1833-1933), le zoologiste et paléontologue suisse Ludwig Rütimeyer (1825-1895) assoit les bases de cette discipline (Chaix & Méniel 2001). En outre, à la différence de la paléontologie, les matériels d’étude étant issus de sites archéologiques, la problématique s’est élargie à la mise en évidence des comportements humains, en particulier de subsistance sensu lato. Pour répondre aux nouveaux questionnements, les analyses s’appuient sur trois disciplines complémentaires : la paléontologie, la taphonomie et la palethnographie. Dans cet article, nous limitons nos exemples aux études relatives aux ossements de grands mammifères issus de sites paléolithiques.

Naissance de la paléontologie

2Les ossements fossiles en tant que vestiges d’animaux disparus ont été reconnus au début du xixe siècle. Ils ont auparavant parfois été attribués à des fantaisies de la nature, à des restes de géants, ou à des « reliques du Déluge ». En effet, au xviiie siècle, la présence de fossiles marins dans des régions continentales est expliquée par la théorie du déluge, théorie qui persistera comme clef de lecture au cours du xixe siècle, en particulier à travers l’approche catastrophiste de l’histoire du globe. Quant au mythe de l’existence de géants, qui auraient antérieurement peuplé la terre, il s’écroule à la fin du xviiie siècle avec les premières études sur les fossiles dans une perspective alliant géologie et anatomie comparée menées par des naturalistes comme Georges Cuvier (1769-1832) et Johann Friedrich Blumenbach (1752-1840). Dès lors, la perception de l’histoire des espèces, leur apparition et leur disparition se trouve profondément modifiée.

3La paléontologie naît véritablement à la toute fin du xviiie siècle avec Cuvier ; elle est alors intimement liée à la géologie. C’est en effet à partir des ossements fossiles, notamment de grands quadrupèdes, que celui-ci bâtit son système géologique en se fondant sur le principe de superposition des strates. En 1822, Henri-Marie Ducrotay de Blainville (1777-1850) impose avec succès le nom de paléontologie. Depuis cette époque, l’étude paléontologique s’appuie essentiellement sur des collections ostéologiques de référence dont les provenances et les caractéristiques biologiques sont connues. Ces collections, dites d’anatomie comparée, permettent d’effectuer les déterminations anatomiques et taxinomiques des ossements d’animaux issus de sites archéologiques. L’anatomie comparée, démarche présente depuis le xviiie siècle, avec des chercheurs comme Louis Daubenton (1716-1800), est développée par Cuvier, qui sera détenteur de la chaire d’histoire des corps organisés au Collège de France (Leçons d’anatomie comparée, 1800-1805) puis de celle d’anatomie des animaux au Muséum national d’histoire naturelle. En 1812, il énonce le principe de subordination des organes et de corrélation des formes des êtres organisés. Si, pour lui, il n’y a pas d’espèces intermédiaires, seulement des espèces constantes remplacées lors de révolutions – théorie des catastrophes –, en comparant les anatomies des espèces vivantes et des fossiles, il ouvre, bien malgré lui, la voie à la théorie de l’évolution. Avec Cuvier, la paléontologie développe une approche essentiellement descriptive et comparative. Aujourd’hui, pour déterminer les taxons présents dans une couche archéologique, les archéozoologues observent les caractères qualitatifs (analyse morphologique) et quantitatifs (analyse morphométrique) présents sur les ossements fossiles et les comparent à ceux observés sur les collections de référence.

4Un nouveau cadre conceptuel se met en place sous l’influence de Jean-Baptiste Monet, chevalier de Lamarck (1744-1829), spécialiste des invertébrés fossiles et père de la théorie du transformisme. Ce nouveau paradigme bénéficie du soutien décisif d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1805-1861) et va connaître une véritable révolution grâce à l’apport spécifique de Charles Darwin (1809-1882) à la compréhension du mécanisme évolutif. Dès lors, l’origine et l’évolution des espèces deviennent des préoccupations sous-jacentes de la paléontologie ; la paléontologie évolutive est née. Cette approche est utilisée par les archéozoologues pour affiner les déterminations ontogéniques. Aujourd’hui, grâce notamment aux analyses de l’Adn ancien, la filiation de nombreuses espèces a été reconstituée.

La paléontologie stratigraphique

5L’utilisation systématique des fossiles organisés pour identifier les strates géologiques est préconisée par le Britannique William Smith (1769-1839). Dans A Geological Table of Organized Fossils,publié en 1816, il reprend le principe de superposition des strates géologiques connu depuis la fin du xviie siècle. Dès lors,la paléontologie stratigraphique va se développer, notamment sous l’impulsion du naturaliste allemand Nicolaus Michael Oppel (1782-1820) et du paléontologue Alcide Dessalines d’Orbigny (1802-1857). Ce dernier, élève de Cuvier, établit avec le botaniste Adolphe Brongniart (1801-1876) la doctrine des 27 créations successives. Mais la parution en 1830 du premier volume de Principles of Geology, du géologue britannique Charles Lyell (1797-1875), marque un tournant décisif dans les recherches. En effet, pour ce géologue, l’évolution lente de la terre entraîne logiquement des contraintes et des changements qui pèsent sur ses habitants. Comme en géologie, des « fossiles directeurs », appelés aujourd’hui biomarqueurs, vont servir à la classification des époques et des stades évolutifs de l’homme préhistorique. En effet, à partir de 1861, Édouard Lartet (1801-1871) établit une première chronologie des temps antéhistoriques : âge du Grand Ours des cavernes, âge de l’Éléphant (mammouth) et du Rhinocéros, âge du Renne et âge de l’Aurochs. Cette chronologie de l’âge de la Pierre se fonde non pas sur les outils, mais sur les ossements de grands mammifères, en particulier sur leur ordre de disparition, d’extinction ou de migration (Lartet 1861). En 1864, Lartet modifie sa classification en ajoutant l’industrie, créant ainsi une chronologie relative. L’âge de la Pierre taillée est alors divisé en âge de l’Éléphant et du Grand Ours – associés aux gisements d’Abbeville et du Moustier – et en âge du Renne lui-même subdivisé en ancien – Aurignac – et récent – Laugerie-Haute et La Madeleine (Lartet & Christy 1864).

6Huit ans plus tard, Gabriel de Mortillet (1821-1898) présente, lors du congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques de Bruxelles, une mise à jour de sa classification industrielle de 1869 qui s’appuyait essentiellement sur les produits industriels (outils taillés en pierre et en os), en y ajoutant, entre autres, des données fauniques ; cette classification sera également remodelée en 1883 (Mortillet 1869, 1873, 1883). Puis, en 1889, Édouard Piette (1827-1906) établit, comme Lartet, une classification fondée dans un premier temps sur les grandes faunes (Piette 1891). Cependant, dans les nouvelles classifications du début du xxe siècle, les produits façonnés par l’homme prennent de nouveau le pas sur les ossements d’animaux fossiles. Dans les publications, à quelques exceptions près, les études de faunes sont reléguées en annexes.

7Les données paléontologiques sont toujours utilisées par les archéozoologues pour donner un âge relatif à la couche archéologique d’où sont issus les ossements. Jusqu’aux années 1970, la chronologie était fondée sur l’évolution des espèces et sur la variation des pourcentages de chacune (Delpech 1983). Puis, plusieurs chercheurs proposèrent la biozonation, méthode qui permet de situer dans le temps l’espèce déterminée par corrélation avec d’autres données (Guérin 1982 ; Cordy 1982 ; Guérin et al. 1983). Une biozone est une tranche de terrain qui procède d’une triple définition : zone de lignage (présence de formes caractéristiques de lignées évolutives), zone d’association (présence d’associations caractéristiques de genres et d’espèces), zone d’extension (apparition de taxons nouveaux : genres et espèces). D’autres chercheurs, comme Callomon & Donovan (1971), préférèrent l’utilisation de tranches de temps, standardzones ou chronozones, définies par des fossiles dont les limites sont isochrones et qui obéissent aux deux principes de contiguïté et de hiérarchie.

La paléogéographie

8À partir de 1830, les données paléontologiques sont également utilisées pour reconstituer la paléogéographie, reconstitution théorique de la géographie passée des territoires. Dès le début, cette reconstitution prend en compte les contextes paléoclimatiques et paléoenvironnementaux.

9Aujourd’hui, trois grandes méthodes sont utilisées simultanément par les archéozoologues : les associations d’Ongulés, diagrammes fondés sur les exigences écologiques (Delpech 1983) et l’anatomie fonctionnelle des espèces, mais aussi, depuis les années 1980, le diagramme écologique et le cénogramme. La méthode du diagramme écologique, ou des histogrammes d’association faunique, a été élaborée pour la première fois par Fleming (1973), puis mise au point par Andrews et ses collègues (1979) et adapté par Guérin (1984). Elle consiste à caractériser les associations fauniques de grands et de micromammifères par quatre histogrammes – taxinomique, des masses, des adaptations alimentaires et des adaptations locomotrices – qui expriment en pourcentage le nombre des espèces présentes ainsi regroupées. Ces histogrammes permettent de caractériser les principaux paramètres environnementaux et climatiques pour chaque niveau archéologique et de suivre leur évolution tout au long d’un remplissage. La méthode des cénogrammes, qui inclue elle aussi les micromammifères, est fondée sur le rapport entre la taille des espèces et leur groupe trophique. Mise au point par Valverde (1964) et améliorée par Legendre (Legendre & Sudre 1984 ; Legendre 1986), elle consiste à reporter sur un diagramme, en ordonnée, le logarithme du poids d’une espèce et, en abscisse, les mammifères classés par ordre décroissant de poids. Le calcul du poids des espèces se fait à l’aide d’une relation allométrique étroite existant entre la surface de la première molaire inférieure et le poids corporel de l’animal. Les pentes des droites ainsi tracées sont comparées à des diagrammes de référence représentatifs d’un environnement et d’un climat (Legendre 1989).

Contribution de la faune au débat sur l’ancienneté de l’Homme

10Au cours du xixe siècle, la contemporanéité de la faune « antédiluvienne » avec l’Homme est fortement débattue. Les modifications de la pierre par l’espèce humaine, mais aussi des os d’animaux depuis disparus, vont être au cœur des débats. Dès cette époque, des savants constatent la présence de marques extrinsèques sur les ossements d’animaux découverts dans les sites préhistoriques et proposent diverses interprétations qui vont alimenter les débats sur l’ancienneté de l’Homme et sur l’existence de l’homme tertiaire. Au fil des découvertes, de nombreuses discussions vont être menées au sein de congrès et de réunions scientifiques. Jusqu’à la fin des années 1880, de nombreux préhistoriens vont réfuter l’existence de marques anthropiques sur les ossements d’animaux et vont les imputer à des phénomènes géologiques ou à des agents biologiques non humains. Dès 1822, les marques dues à des carnivores, notamment à l’hyène, sont clairement identifiées – en particulier par le géologue anglais William Buckland (1784-1856), Ludwig Rütimeyer, le docteur Joseph Bailleau (1830-1909) et Lartet. De leur côté, afin de prouver la contemporanéité des ossements humains et des animaux disparus mis au jour dans les grottes, les Français Marcel de Serres (1780-1862) en 1826, Paul Tournal (1805-1872) en 1829 et le Belge Philippe-Charles Schmerling (1790-1836) en 1833 essaient de définir l’ossement fossile par ses caractéristiques physico-chimiques.

La taphonomie

11Plusieurs processus et agents peuvent modifier un matériel osseux pendant et après son dépôt. La taphonomie, du grec τάφος (taphos), enfouissement, et νόμος (nomos), loi, étudie les lois de l’enfouissement ou de tous les processus qui interviennent après la mort d’un organisme jusqu’à son exhumation : processus d’altération, de décomposition et de diagenèse. Le terme taphonomie a été proposé en 1940 par le paléontologue, géologue et écrivain de science-fiction russe Ivan Antonovich Efremov (1907-1972) pour désigner l’étude du passage des restes ou des produits des organismes vivants de la biosphère à la lithosphère (Efremov 1940). Bien que depuis les années 1938 les observations des marques laissées par des carnivores sur les ossements d’animaux exhumés de sites archéologiques se soient multipliées – avec la détermination de critères discriminants hommes versus carnivores –, les analyses taphonomiques vont surtout se développer à partir des années 1960. Comme au xixe siècle, par l’observation des caractères extrinsèques présents sur les ossements, les archéozoologues caractérisent les phénomènes ou les agents taphonomiques : les phénomènes édaphiques, climato-édaphiques (weathering ou intempérisation, solifluxion), climatiques (anté-dépositionnels, contemporains des dépôts et post-dépositionnels), l’eau, les agents biologiques (organismes vivants : microbes, plantes, invertébrés – marins, d’eau douce, terrestres, volants – et vertébrés – reptiles, oiseaux, mammifères, homme). Aujourd’hui, devenues incontournables pour valider les hypothèses comportementales des hommes préhistoriques – stratégies d’acquisition et modalités de traitement du gibier, transformation des matières dures d’origine animale –, ces analyses aident les archéozoologues à retrouver l’origine de l’assemblage osseux étudié et à reconstituer son histoire (Patou-Mathis 1994).

Traces anthropiques

12Au xixe siècle, l’identification d’une action anthropique sur les ossements d’animaux découverts dans les sites préhistoriques a été un élément déterminant pour la reconnaissance de l’existence de l’homme préhistorique.

13Après François-Pierre Vatar de Jouannet en 1818, à propos des ossements du Pech de l’Azé en Dordogne, et Schmerling, en 1833, à propos des os « particuliers » de Chokier et d’Engis en Belgique, Lartet décrit les traces laissées sur certains ossements fossiles par la « main de l’homme » (Lartet 1859-1860). Il écrit qu’« elles peuvent fournir les preuves les plus directes et les moins contestables de l’ancienneté de l’homme et de contemporanéité avec des espèces disparues, parfois depuis longtemps ». Les présentations d’ossements porteurs de marques anthropiques vont se multiplier. Comme la découverte d’œuvres d’art mobilier quaternaire – voire celle retentissante du mammouth gravé sur ivoire de La Madeleine en Dordogne publié par Lartet et Christy en 1864 –, elles attestent de façon directe la contemporanéité de l’homme avec des espèces animales disparues. Dès lors, les savants vont s’intéresser aux comportements des hommes préhistoriques.

Naissance de la palethnologie

14En 1863, Lyell publie le premier ouvrage général sur la palethnologie, mais sans utiliser le terme qui sera employé pour la première fois en 1865 par Mortillet (Matériaux pour l’histoire positive de l’homme, 1) et défini par ce dernier en 1883. Jusque dans les années 1950, contrairement au matériel lithique, la faune, étudiée essentiellement d’un point de vue paléontologique, était souvent considérée comme « accessoire » et, dans la plupart des publications, à quelques exceptions près, les données étaient portées en annexe. Puis, sous l’impulsion d’André Leroi-Gourhan, qui écrivait que « Sans l’étude de la faune, la Préhistoire ne serait qu’un catalogue d’outillage » (Leroi-Gourhan 1955), le regard porté sur les matériels osseux va changer. À partir des années 1970, les paléontologues français, en particulier Jean Bouchud (1913-1995) et François Poplin, abordent l’étude des ossements d’animaux avec un regard de naturaliste, mais également de préhistorien. L’archéozoologie est née. Le terme de palethnographie, proposé par Leroi-Gourhan, remplace désormais celui de palethnologie utilisé par Mortillet.

15Aujourd’hui, la faune a pleinement sa place dans les recherches palethnographiques car la façon d’acquérir et de traiter les proies est un indice culturel fort qui permet de caractériser les comportements humains. Au carrefour des sciences naturelles et des sciences humaines, l’archéozoologie essaie d’appréhender les comportements de subsistance sensu lato des hommes préhistoriques et de caractériser les différents facteurs qui interviennent (Patou-Mathis 1997). Elle fournit de nombreuses informations concernant en particulier les animaux consommés, les techniques d’acquisition, de traitement et de consommation des proies, les techniques d’utilisation et de transformation des matières premières d’origine animale, mais aussi la fonction du site, le territoire d’exploitation des ressources et la mobilité des groupes humains. La première étape d’une analyse archéozoologique consiste à appréhender le matériel osseux quantitativement et qualitativement. À la différence des études paléontologiques menées antérieurement, elle prend en compte la totalité du matériel osseux : les os déterminables, mais aussi les esquilles indéterminées, ces dernières représentent dans la plupart des cas plus de 90 % de l’assemblage. Pour reconstituer les modes d’acquisition du gibier – chasse ou charognage –, plusieurs critères sont utilisés, dont les données biologiques et éthologiques du gibier qui apportent des informations de première importance. Les âges estimés permettent d’une part de déduire l’origine de l’assemblage étudié – naturelle ou anthropique – et d’autre part, pour un gibier d’origine anthropique, associés aux données relatives au sexe, à la hauteur au garrot et au poids des individus déterminés, ils permettent de reconstituer la structure de la population abattue, les modalités de son acquisition, la fonction et la saison d’occupation du site. Avec l’analyse de la conservation des différents éléments anatomiques, de leur degré de fracturation et des marques laissées par le couteau du boucher paléolithique, les archéozoologues peuvent retrouver les différentes étapes du traitement d’une carcasse et mettre en évidence la cuisson de la viande, la récupération, l’utilisation ou la transformation de différents matériaux : os, bois, peau, ligaments, étuis cornés...

16Depuis la deuxième partie du xixe siècle, les objets en matière dure d’origine animale – armes, outils, parures, art mobilier – ont également contribué à l’attestation de la contemporanéité de l’Homme et des animaux disparus et à la définition des cultures préhistoriques. Mais leur étude ne se développe qu’à partir de 1970 sous l’impulsion d’Henriette Camps-Fabrer qui organise à Sénanque, en 1974, le premier colloque entièrement consacré à ces objets (Camps-Fabrer 1977). En effet, ces opérations, qui de la « matière brute » (animal dépecé) aboutissent à des produits finis, correspondent à un enchaînement de gestes techniques à valeur économique, sociale et symbolique. Jusqu’à très récemment, ces pièces étaient sorties du matériel osseux et étudiées par des typo-technologues ou des spécialistes de la parure ou de l’art mobilier. Aujourd’hui, elles sont considérées comme partie intégrante des assemblages osseux et traitées dans une perspective de gestion globale des proies, à la fois alimentaire et non alimentaire.

Quelques débats du xxe siècle

17Comme au xixe siècle, les données fournies par les ossements d’animaux au cours du xxe siècle ont alimenté de nombreux débats relatifs aux comportements des hommes préhistoriques. Nous en donnons quelques exemples.

18La consommation de la viande à l’origine de la séparation de la lignée humaine de celle des grands singes ?

19Les études sur les comportements alimentaires des hommes préhistoriques sont à l’origine de nouvelles méthodes d’investigation et d’analyse, notamment physico-chimiques, menées sur les ossements d’animaux et humains : mesure de la teneur minérale des os (Zn, Cu, Mn, Pb, Sr) et des éléments dits « en trace » (Sr/Ca). Par ailleurs, la consommation de certaines ressources alimentaires peut être quantifiée grâce aux analyses biogéochimiques, technique fondée sur l’étude du marquage isotopique naturel (13C/12C et 15N/14N) du collagène osseux et dentaire de l’individu qui reflète celui du composant protéique de sa nourriture. Ainsi, on peut évaluer la consommation de certaines ressources alimentaires : végétaux à photosynthèse en C3 – fruits, légumes, graminées de milieux tempérés – ou en C4 – graminées de milieux tropicaux –, viande, fruits de mer et poissons. Ces analyses chimiques permettent de reconstituer les chaînes alimentaires (Bocherens et al. 2001).

20Depuis le premier travail de J. T. Robinson en 1954, le comportement alimentaire est à la base des principales théories qui justifient la séparation entre les Australopithèques robustes, orientés vers un régime à base de végétaux, et la lignée évolutive qui conduit des Australopithèques graciles au genre Homo, adaptée à une alimentation plus variée (Robinson 1954). Cependant, malgré les découvertes dans certains sites anciens d’Afrique orientale d’os d’animaux fracturés et portant parfois des marques de boucherie, l’hypothèse qu’une alimentation plus riche en viande serait à l’origine de notre lignée demeura controversée jusqu’au début des années 1990. En effet, en 1993, des analyses biogéochimiques réalisées sur des ossements d’Australopithèques robusteset gracilesd’Afrique du Sud attestent qu’il y a 2 millions d’années, ils consommaient déjà de la viande. Par ailleurs, pour certains préhistoriens, le développement vers 2 millions d’années des outils lithiques résulterait d’un changement dans l’exploitation des ressources alimentaires, avec une consommation accrue de viande. Cette hypothèse est conforme à celle proposée dans les années 1960 par les ethnologues américains Richard B. Lee et Irven de Vore qui sous-entendaient que, d’abord essentiellement végétariens, ces premiers hominidés seraient devenus plus omnivores en même temps qu’ils colonisaient la savane. Mais l’hypothèse qu’une alimentation plus riche en viande serait à l’origine de notre lignée reste controversée. Aujourd’hui, d’après les différents travaux menés sur le sujet, l’omnivorisme semble avoir été le moteur de l’évolution humaine, mais l’adjonction régulière de viande à un régime originel essentiellement végétarien en a été probablement le catalyseur. Ces dernières années, des analyses biogéochimiques réalisées sur des restes humains ont mis en évidence que les Néanderthaliens et les premiers Hommes modernes avaient un régime essentiellement carné.

21Par ailleurs, la recherche de nourriture carnée a entraîné le développement de la chasse, dont le rôle dans le processus d’hominisation a également été ardemment débattu. Dès 1864, Lartet soutient que la chasse en est l’acte déterminant, suivi quelques années plus tard par Darwin qui, dans La descendance de l’Homme et la sélection sexuelle, émet l’hypothèse qu’elle a favorisé le développement du cerveau, la fabrication d’outils, la réduction des canines et la bipédie, provoquant ainsi la séparation de l’Homme et des singes. Soutenue dans les années 1950 par le préhistorien Raymond Dart (1893-1988), spécialiste des Australopithèques d’Afrique du Sud, la théorie de « l’homme chasseur originel », sous-entendu le mâle (Dart 1953), demeure jusque dans les années 1980 un modèle explicatif central pour bon nombre de préhistoriens et d’ethnologues, comme l’atteste l’intitulé du colloque international organisé en 1966 par Lee et de Vore : Man the hunter (Lee & De Vore 1968). Cette théorie provoque, à la fin des années 1970, de vives réactions, en particulier des anthropologues américaines Sally Slocum (1975), Adrienne Zihlman et Nancy Tanner (Tanner & Zihlman 1976 ; Zihlman 1978 ; Tanner 1981). Elles s’opposent à cette vision aux présupposés machistes, en mettant en premier plan l’importance des végétaux et le rôle moteur, non des mâles, mais des femelles dans l’évolution humaine. Face à cette suprématie de « l’homme chasseur », elles proposent celle de « la femme cueilleuse-collectrice ». Pour elles, c’est la cueillette et le partage de la récolte, d’abord entre mères et enfants puis élargis aux hommes, qui ont été les principaux facteurs de l’évolution. En outre, les défenseurs de cette nouvelle approche s’opposent à l’idée que l’adaptation humaine fondamentale réside dans le seul désir des hommes de chasser et de tuer, hypothèse donnant trop d’importance à l’agressivité. Pour eux, ces actesne peuvent avoir conditionné la culture. Faute de réalités archéologiques, le scénario de « la femme cueilleuse-collectrice » est tombé dans l’oubli. Aujourd’hui, l’hypothèse que la chasse, notamment par ses implications socio-culturelles, ait eu un rôle moteur dans la genèse et l’histoire de l’humanité est admise par un grand nombre de préhistoriens.

Chasseurs ou charognards ?

22Jusqu’à encore très récemment, la chasse et le charognage étaient conçus par bon nombre de chercheurs comme antithétique et, parfois même, comme représentant des stades distincts de l’évolution culturelle. Selon certains anthropologues anglo-saxons, dont leur chef de file, l’anthropologue américain Lewis Binford (1931-2011), la chasse aux grands mammifères n’aurait pas été pratiquée avant l’émergence des Hommes anatomiquement modernes.

23Bien que, dans un article paru en 1981, l’anthropologue américain Owen Lovejoy persiste encore à valoriser le rôle de l’homme en tant que pourvoyeur de nourriture (Lovejoy 1981), au même moment, le scénario de « l’homme chasseur » est supplanté par celui de « l’homme charognard », lequel va à son tour provoquer dans les années 1980-1990 de vifs débats. En 1981, Binford, après avoir réétudié le matériel faunique de plusieurs sites archéologiques anciens d’Afrique, conclut que les responsables des accumulations osseuses exhumées sont des carnivores et non des hommes. Il trouve un appui en Charles Brain, préhistorien sud-africain qui publie la même année Hunters or Hunted ? (Binford 1981 ; Brain 1981). Dans sa publication, il contredit l’hypothèse d’Australopithèques chasseurs, ces derniers ayant été les proies de léopards, hypothèse réfutée par d’autres travaux menées en Afrique de l’Est qui attestent que des carnivores, mais aussi des hominidés, sont à l’origine de ces assemblages osseux (Toth 1987). Depuis, de nombreuses études archéozoologiques ont clairement mis en évidence la pratique de la chasse par les prédécesseurs de l’Homme moderne. En outre, elles ont avéré la pratique concomitante, dès le Paléolithique inférieur, des deux types de comportements : charognage et chasse.

24Mais les débats ne portaient pas uniquement sur les questions de subsistance. L’existence du culte de l’ours des cavernes chez les hommes préhistoriques, en particulier chez les Néanderthaliens, et la pratique du cannibalisme ont été parmi les plus vifs.

Culte de l’ours ?

25Il y a une soixantaine d’années, la découverte d’accumulations importantes d’ossements d’ours des cavernes dans des grottes fréquentées par des Néanderthaliens a suscité un vif intérêt. En 1920, l’hypothèse de la pratique du culte de cet ursidé par ces hommes est émise par le préhistorien suisse Emil Bächler (1868-1950). Controversée, elle est rejetée dans les années 1940-1950 par les études de Frédéric-Édouard Koby (1890-1969), puis du préhistorien Jean-Pierre Jéquier (1937-1967) qui démontrent que ces accumulations résultent de la décomposition naturelle d’ours morts durant leur hibernation (Koby 1953 ; Jéquier 1975). En 1996, Jean-Dominique Lajoux réactualise ce culte en affirmant que les Néanderthaliens avaient intentionnellement déposé les corps des ours des cavernes qu’ils avaient tués dans des « grottes sacrées » (Lajoux 1996). Plusieurs études archéozoologiques infirment cette hypothèse. Apparemment, pour une raison plus culturelle que technique, durant des centaines d’années, les Néanderthaliens n’ont pas chassé l’ours des cavernes (Patou-Mathis 1988). Ce n’est que très tardivement, vers 40000 ans, à l’arrivée des Hommes modernes en Europe, que cet animal change de statut et qu’il devient pour les derniers Néanderthaliens une proie ordinaire. Par ailleurs, pendant très longtemps, contrairement aux premiers Hommes modernes qui utilisent des armes essentiellement en matière d’origine animale, leurs prédécesseurs, notamment les Néanderthaliens – à l’exception des derniers – ne se sont servis pour tuer le gibier que d’armes en bois végétal ou en pierre. Cette attitude témoigne de l’existence de relations complexes entre eux et leurs proies, sans doute proches de celles qui ont été observées chez certains peuples de chasseurs traditionnels (Patou-Mathis 2006).

Le cannibalisme

26La pratique du cannibalisme par les sociétés préhistoriques a également suscité de vifs échanges entre préhistoriens européens durant presque 150 ans. Cette hypothèse est proposée pour la première fois par le naturaliste belge Anton Spring (1814-1872) en 1853, après la découverte de restes humains dans la grotte de Chauvaux (Spring 1853).

27En 1899, le préhistorien croate Gorjanovic Kramberger (1856-1936) découvre dans la grotte de Krapina, en Croatie, plusieurs centaines d’ossements de Néanderthaliens. La présence d’incisions sur certains os et leur importante fragmentation suscite de nombreuses controverses entre partisans et adversaires de la pratique du cannibalisme. Ces marques, qui attestent de l’action d’un homme sur le corps d’un autre homme, soulèvent la question de leur origine : sont-elles les témoins de repas cannibaliques ou de la pratique de rites funéraires particuliers comme le suggèrent, au début du xxe siècle, Piette, Cartailhac (1845-1921) et Mortillet. À partir des années 1940, plusieurs préhistoriensenvisagent de manière systématique l’hypothèse de la pratique du cannibalisme par les hommes préhistoriques. Dès lors, pour confirmer ou infirmer son existence, la recherche de critères discriminants permettant de le distinguer, en particulier des rites funéraires, est entreprise par de nombreux chercheurs. Aujourd’hui, le plus pertinent est sans doute la similitude de traitement des corps humains et des carcasses animales mise en évidence lors d’une étude comparative (Defleur et al. 1999). Grâce à cette méthode d’analyse, essentiellement taphonomique, la pratique du cannibalisme a été démontrée dans plusieurs sites paléolithiques.

Conclusion

28Aujourd’hui, comme au xixe siècle, la connaissance des faunes constitue un apport capital à l’étude de la préhistoire. L’identification des espèces et de leurs relations avec l’homme a constitué une preuve capitale de l’ancienneté de l’espèce humaine et a été la base des premières classifications des temps préhistoriques. Elle permet aujourd’hui de reconstituer les paléoenvironnements, les paléoclimats et d’appréhender les comportements humains. En fonction de l’évolution des savoirs, les questionnements ont changé. Pour y répondre, de nouvelles méthodes d’analyse ont été élaborées. Comme hier, les ossements d’animaux permettent de valider des hypothèses, et aident à la connaissance scientifique et épistémologique, à la mise en évidence des changements de paradigmes. Depuis le xixe siècle, les ossements participent à l’avancement des savoirs en préhistoire.

Haut de page

Bibliographie

Andrews, P., J.-M. Lord, E.M. Nesbit-Evans. 1979. « Patterns of ecological diversity in fossil and modern mammalian faunas », Biol. Journal Linn. Soc., 11 : 177-205.

Binford, L.R. 1981. Bones. Ancient men and modern myths. New York, Academic Press, XXVII, 320 p.

Bocherens, H., D. Billiou, A. Mariotti, M. Toussaint, M. Patou-Mathis, D. Bonjean, M. Otte. 2001. « New isotopic evidence for dietary habits of Neandertals from Belgium », Journal of Human Evolution, 40, 6 : 497-505.

Brain, C.K. 1981. The Hunters or the Hunted ? An Introduction to African cave taphonomy. Chicago University Press, 365 p.

Callomon, J. H. & D. T. Donovan. 1971. « A code of Mesozoïc Stratigraphical nomenclature », Mém. Bur. Rech. Geol. Min., 75 : 75-81.

Chaix L. & P. Méniel. 2001. Archéozoologie. Les animaux et l’archéologie. 2e éd. Paris, Errance (Collection des Hespérides), 112 p.

Camps-Fabrer, H. (éd.). 1977. Premier colloque international sur l’industrie de l’os dans la préhistoire, Abbaye de Sénanque, avril 1974. Aix-en Provence, Publications de l’Université de Provence, 232 p.

Cordy, J. M. 1982. « Biozonation du Quaternaire postvillafranchien continental d’Europe occidentale à partir des grands mammifères », Ann. Soc. géol. de Belgique, 105 : 303-314.

Dart, R. 1953. « The predatory transition from ape to man », International Anthropological and Linguistic Review, 1 : 201-219.

Defleur, A., T. White, P. Valensi, L. Slimak, E. Crégut-Bonnoure. 1999. « Nean-derthal cannibalism at Moula-Gercy, Ardèche, France », Science, 286 : 128-131.

Delpech, F. 1983. Les faunes du Paléolithique supérieur dans le sud-ouest de la France. Paris, Éditions du Cnrs (Cahier du Quaternaire, 6), 453 p.

Efremov, I.A. 1940. « Taphonomy : new branch of paleontology », Pan-American Geology, 74 : 81-93.

Fleming, T.H. 1973. « Numbers of mammal species in north and central America forest communities », Ecology, 54, 3 : 555-563.

Guérin, C. 1982. « Première biozonation du Pléistocène européen, principal résultat biostratigraphique de l’étude des Rhinoceroditae (Mammalia, Perissodactyla) du Miocène terminal au Pléistocène supérieur d’Europe occidentale », Geobios, 15, 4 : 593-598.

Guérin, C. 1984. « Grands Mammifères marqueurs de l’environnement et des climats du Villafranchien d’Europe Occidentale : méthodologie et résultats », Paléobiologie continentale, 14, 2 : 287-299.

Guérin, C., C. Mourer-Chauviré, R. Ballesio, M. Faure, E. Debard. 1983. « Biostratigraphie comparée des faunes de grands mammifères et d’oiseaux du Pléistocène moyen et supérieur en Europe occidentale et en Urss d’Europe », Bull. de l’AFEQ, 14/15 : 133-144.

Jéquier,J.-P. 1975. Le Moustérien Alpin. Révision critique. Yverdon, Institut d’archéologie yverdonnoise (Eburodunum, 2), 128 p.

Koby, F.E. 1953. « Les paléolithiques ont-ils chassé l’ours des cavernes ? », Actes de la Soc. Jurassienne d’Émulation, 57 : 1-48.

Lajoux, J.-D. 1996. L’homme et l’ours. Grenoble, Glénat, 224 p.

Lartet, E. 1859-1860. « Note sur des os fossiles portant des empreintes ou entailles anciennes et attribuées à la main de l’homme », Bulletin de la société géologique de France, 2e série, 17 : 492-495.

Lartet, E. 1861. « Nouvelles recherches sur la coexistence de l’homme et des grands mammifères fossiles réputés caractéristiques de la dernière époque géologique », Annales des Sciences naturelles, Zoologie, 15 : 177-253.

Lartet, E. & H. Christy. 1864. « Sur des figures d’animaux gravées et sculptées et autres produits d’art et d’industrie rapportables aux temps primordiaux de la période humaine », Revue archéologique, nouvelle série, 9 : 233-267.

Lee, R. B. & I. de Vore (éd.), 1968. Man the hunter. Chicago, Aldine, 425 p.

Legendre, S. 1986. « Analysis of Mammalian communities from the late Eocene and Oligocene of Southern France », Palaeovertebrata, 16, 4 : 191-212

Legendre, S. 1989. Les communautés de mammifères du Paléogène (Éocène supérieur et Oligocène) d’Europe occidentale : structures, milieux et évolution, Münchner Geowiss. Abh., 16 : 1-110.

Legendre, S. & J. Sudre. 1984. « La communauté de mammifères de Robiac (Éocène supérieur) », in : 10e Réun. ann. Sci. Terre, Bordeaux. Paris, Société géologique de France : 352.

Leroi-Gourhan, A. 1955. Les hommes de la Préhistoire. Les chasseurs. Paris, Bourrelier, 128 p.

Lovejoy, O.C. 1981. « The origin of man », Science, 211 : 341-350.

Lyell, C. 1863. The Geological Evidence of the Antiquity of Man with Remarks on Theories of the Origin of Species by Variation. Londres, J. Murray, XX, 407 p.

Mortillet, G. de. 1869. « Essai d’une classification des cavernes et stations sous abri fondée sur les produits de l’industrie humaine », Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’homme, 5 : 172-179.

Mortillet, G. de. 1873. « Classification des différentes périodes de l’âge de la Pierre. C.R. du Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistorique, 6e session, Bruxelles », Revue d’anthropologie, 1 : 432-444.

Mortillet, G. de. 1883. Le Préhistorique, antiquité de l’homme. Paris, C. Reinwald et Cie, 642 p.

Orbigny, A. d’. 1849-1852. Cours élémentaire de paléontologie et de géologie stratigraphiques. Paris, Masson, 2 vol.

Patou-Mathis, M. 1988. « Consommation courante de l’ours des cavernes en Europe occidentale durant le Paléolithique moyen : mythe et réa-lité », Anthropozoologica, 2 : 17-20.

Patou-Mathis, M. (éd.). 1994. Outillage peu élaboré en os et en bois de Cervidés, IV, Taphonomie/Bone Modification. Treignes, Éd. du centre d’études et de documentation archéologiques (Artefacts, 9), 232 p.

Patou-Mathis, M. (éd.). 1997. L’alimentation des hommes du Paléolithique, approche pluridisciplinaire. Liège, Service de Préhistoire, Université de Liège (Études et recherches archéologiques de l’Université de Liège, 83), 322 p.

Patou-Mathis, M. 2006. Neanderthal. Une autre humanité. Paris, Perrin, 372 p.

Piette, E. 1891. « L’époque de transition intermédiaire entre l’âge du renne et l’époque de la pierre polie », Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques, 10e session, Paris, 1889. Paris, E. Leroux : 203-213.

Robinson, J.T. 1954. « Prehominid dentition and hominid evolution », Evolution, 8 : 324-334.

Slocum, S. 1975. « Woman the Gatherer : Male bias in Anthropology », in : R. Reiter (éd.), Towards an Anthropology of Women. New York, Monthly Review Press : 36-50.

Schmerling, P.-C. 1833. Recherches sur les ossements fossiles découverts dans les cavernes de la province de Liège. Liège, P.-J. Collardin, 2 vol., 167 p. & 195 p.

Spring, A. 1853. « Sur des ossements humains découverts dans une caverne de la province de Namur », Bulletins de l’Académie Royale de Belgique, t. XX, n° 11 et 12, 25 p.

Tanner, N.M. 1981. On Becoming human : a model of the transition from ape to human and the reconstruction of early human social life. Cambridge, University Press, 373 p.

Tanner, N. & A.L. Zihlman. 1976. « Women in evolution. Innovation and selection in human origins », Signs, 1 : 585-608.

Toth, N.P. 1987. « La naissance de la culture », Pour la Science : 56-66.

Tournal, P. 1829. « Considérations théoriques sur les cavernes à ossements de Bize près Narbonne (Aude) et sur les ossements humains confondus avec des restes d’animaux appartenant à des espèces perdues », Annales des Sciences naturelles, 18 : 242-377.

Valverde, J.A. 1964. « Remarques sur la structure et l’évolution des communautés de Vertébrés terrestres. I. Structure d’une communauté. II. Rapports entre prédateurs et proies », La Terre et la vie, 111 : 121-153.

Zihlman, A.L. 1978. « Women in evolution. Part II. Subsistence and social organization among early hominids », Signs, 4, 1 : 4-2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marylène Patou-Mathis, « De la paléontologie du xixe siècle à l’archéozoologie du xxe siècle », Les nouvelles de l'archéologie, 129 | 2012, 29-35.

Référence électronique

Marylène Patou-Mathis, « De la paléontologie du xixe siècle à l’archéozoologie du xxe siècle », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 129 | 2012, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1836 ; DOI : 10.4000/nda.1836

Haut de page

Auteur

Marylène Patou-Mathis

Directrice de recherche, Cnrs, Umr 7194, Usm 103 du département de préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle, Institut de paléontologie humaine,
patmath@mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org