Navigation – Plan du site
Dossier

Histoire de l’archéologie préhistorique comme patrimoine

Léon Aufrère et Jacques Boucher de Perthes
History of prehistoric archaeology as heritage: Léon Aufrère  and Jacques Boucher de Perthes
Marie-Françoise Aufrère
p. 20-29

Résumés

Sauvegarder le passé et l’avenir de la préhistoire dans la vallée de la Somme, tel fut l’un des projets de Léon Aufrère. Il tenta avant la guerre de 1939-1945 la rénovation du musée Boucher de Perthes à Abbeville. Mais ce musée fut entièrement détruit en 1940. Ayant en vue la reconstruction d’un musée, Aufrère organisa, en 1949, une exposition pour le centenaire des Antiquités celtiques et antédiluviennes. Il ouvrit au nouveau musée Boucher de Perthes inauguré en 1954, une section de préhistoire ainsi qu’au musée de Picardie à Amiens. Puis, il obtint le classement, l’achat et l’aménagement des gisements de Saint-Acheul et de Cagny. Enfin, il publia outre une trentaine d’articles sur les origines de la préhistoire dans la vallée de la Somme, Essai sur les premières découvertes de Boucher de Perthes et Boucher de Perthes. Le cercle d’Abbeville, Paléontologie et préhistoire dans la France romantique fut publié à titre posthume en 2007.

Haut de page

Texte intégral

« L’histoire de la préhistoire, c’est la seule chose qui m’intéresse réellement
et j’ai peur de n’y intéresser que moi. »

Léon Aufrère à Henri Breuil, 29 mars 1937,

Bibliothèque centrale du Muséum (Bcm), fonds Breuil.

1« Boucher de Perthes », « préhistoire », « musée Boucher de Perthes », « Saint-Acheul », « Cagny », ces mots, je les entendais pendant mon enfance, prononcés avec une intonation particulière par mon père, Léon Aufrère (1889-1977), et par mon parrain, l’abbé Henri Breuil (1877-1961). La préhistoire était leur sujet de prédilection. J’ai pris la mesure des enjeux cachés derrière ces dits mots-clés en écrivant cet article, soixante ans plus tard.

2Étant philosophe de formation, je n’ai pas les compétences pour porter un jugement d’archéologue ou de préhistorienne, aussi ai-je fait le choix de traiter la question du point de vue de Léon Aufrère, en utilisant ses publications, ses notes et sa correspondance.

Sauver le passé et l’avenir de la préhistoire dans la vallée de la Somme

3Aufrère et Breuil se rencontrent à Abbeville en 1937. Ils luttent pour la même cause : conserver la mémoire des origines de la préhistoire dans la vallée de la Somme et y poursuivre les recherches en préhistoire. C’est tout un programme : rénovation du musée Boucher de Perthes à Abbeville, publications et sauvegarde des gisements d’Abbeville et d’Amiens. Avant la guerre de 1939-1945, Aufrère commence la rénovation du musée, mais le bâtiment est anéanti en 1940. Nommé en 1946 directeur des Antiquités préhistoriques du nord de la France, Aufrère se remet à la réalisation de ce programme jusqu’en 1963, et avec le soutien de Breuil jusqu’en 1961 : « Breuil avec ses 82 ans m’aide autant qu’il le peut mais il file au Portugal et me laisse me dépatouiller » (Aufrère à A. Lejeune, 17 février 1959, correspondance Aufrère). Ayant en vue la reconstruction du musée, il organise, en 1949, une exposition pour le centenaire des Antiquités celtiques et antédiluviennes. Il ouvre une section de préhistoire au sein du nouveau musée Boucher de Perthes inauguré en 1954, ainsi qu’au musée de Picardie à Amiens. Puis, il obtient le classement, l’achat et l’aménagement des gisements de Saint-Acheul et de Cagny. Enfin, il publie une trentaine d’articles sur les origines de la préhistoire dans la vallée de la Somme, ainsi qu’une publication de référence, Boucher de Perthes (Aufrère 1940) située dans la lignée de son Essai sur les premières découvertes de Boucher de Perthes (1936). Le cercle d’Abbeville, Paléontologie et préhistoire dans la France romantique est publié à titre posthume en 2007.

Rénovation de l’ancien musée Boucher de Perthes

4Boucher de Perthes (1788-1868) lègue à la ville d’Abbeville son hôtel particulier à la condition que tout reste en l’état durant un siècle. Converti en musée, il contient une documentation exceptionnelle sur les origines de la préhistoire. Mais au début du xxe siècle, Boucher de Perthes est oublié, et le musée tombe en désuétude.

5Aufrère est nommé professeur d’histoire et de géographie en 1919 à Abbeville1. Il a ses entrées au musée, qu’il transforme en un « Musée des origines de la préhistoire » avec une salle des « Archives des origines de la préhistoire ». Il expose la collection princeps de silex « antédiluviens » (selon notre terminologie, voisin de « paléolithiques ») dont la hache du banc de l’Hôpital qu’il considère comme « la pièce la plus importante du musée et la pierre de Damiette de la préhistoire » (Aufrère 1940 : 82). Et il en fait un « vrai musée Boucher de Perthes » en mettant en évidence la personnalité de l’illustre préhistorien. Heureux du résultat, il peut écrire à Breuil :

« Aujourd’hui c’est somptueux, les murs sont couverts de portraits, de médaillons, de bustes de Boucher de Perthes, de chansons légères, d’armoiries. J’ai mis de l’ordre dans les mammifères et découvert la plus belle pièce du musée, une superbe demi-mandibule de Rhinoceros tichorhinus » (Aufrère à Breuil, 24 septembre 1937, Bcm, fonds Breuil).

6Boucher de Perthes est devenu l’une des grandes affaires de sa vie. Pour sauver et faire connaître ce patrimoine, il fait deux conférences à Radio-Paris et il publie deux travaux importants : un Essai sur les premières découvertes de Boucher de Perthes (1936), puis une étude biographique Boucher de Perthes (1940), premier et unique document publié d’une série annoncée sous le titre de « Figures de préhistoriens », série qui ne peut être conduite à terme après la destruction de la documentation.

« Essai sur les premières découvertes de Boucher de Perthes »

7Au musée, Aufrère découvre des manuscrits recouverts de soixante-dix ans de poussière, jamais touchés depuis la mort de Boucher de Perthes :

« Je me revois, écrit-il, cherchant quelque peu fébrilement dans cette masse le manuscrit du premier volume des Antiquités celtiques et antédiluviennes et rencontrant successivement deux états de cet ouvrage sous le titre De l’industrie primitive. Je me revois parmi les plats décrochés et, sur une chaise désarticulée, lisant avec impatience, sur une vieille table brune, ces vingt-cinq pages inaugurales où Boucher de Perthes évoquait avec une émotion communicative le souvenir d’un jeune collègue qui l’avait conduit à l’archéologie primitive. Parmi ces feuillets, on pouvait voir toute une suite d’évocations rappelant la figure de Picard et l’aisance claire de sa parole, et toutes les hésitations, toutes les timidités d’un homme [Boucher de Perthes] qui avait vécu jusque-là dans les fantaisies de la romance et dans les libertés de la critique sociale et qui se faisait écolier après la cinquantaine pour s’astreindre à décrire des cailloux et des coupes de terrains » (Aufrère 2007 : 347-348).

8C’est « irrésistible », Aufrère se « jette dans l’histoire des sciences ». Il écrit à Breuil : « L’histoire de la préhistoire, c’est la seule chose qui m’intéresse réellement et j’ai peur de n’y intéresser que moi » (Aufrère à Breuil, 29 mars 1937, Bcm, fonds Breuil). Jusqu’à ses dernières années, une même question se pose à lui concernant Boucher de Perthes : « C’est un terrible sphinx que ce Monsieur. Je le suis le long de ses années d’existence pour voir comment il a pu trouver la préhistoire. Avec cet homme-là, tout est difficile. » (Aufrère à Tichomirov, 1972 ou 1973, correspondance Aufrère).

9En effet, Boucher de Perthes n’est ni archéologue, ni géologue, ni paléontologue :

« Poète et compositeur de salon, dramaturge censuré, économiste frondeur, candidat blackboulé [aux élections de 1848], il n’y avait dans tout cela rien qui l’autorisât à bouleverser la géologie, et qui le rendît capable de décrire les terrains et les animaux quaternaires » (Aufrère 1938 : 121).

10Alors, est-il l’inventeur de l’idée de l’ancienneté de l’homme, comme il le proclame ? Dans son Essai sur les premières découvertes de Boucher de Perthes, Aufrère distingue deux versions. Dans la première, « l’idée [de l’ancienneté de l’homme] vient avec les trouvailles, dans la seconde, une conception personnelle précède la découverte et dirige les démarches. Nous avons pris parti pour la première version » (Aufrère 1936 : 1), la deuxième étant celle de Boucher de Perthes. Telle est la thèse que développe Aufrère : l’idée de l’ancienneté de l’homme se précise dans les années 1820, notamment avec Paul Tournal (1805-1872) et Philippe-Charles Schmerling (1791-1836). Aussi Boucher de Perthes n’est-il pas à l’origine de cette idée. Mais il apporte des preuves de l’ancienneté de l’homme par la contemporanéité : « il avait accumulé des preuves comme jamais peut-être un fait discuté n’en a réunies », et il se fait véhément « défenseur de l’homme antédiluvien » (Aufrère 1938 : 121). Sans être ni archéologue ni géologue, il devient fondateur de l’archéo-géologie, que d’autres après lui appelleront préhistoire.

11L’Essai sur les premières découvertes de Boucher de Perthes exprime une conception personnelle de l’histoire des sciences, selon laquelle « Toute création scientifique demande une fécondation collective » (Aufrère 1936 : 46), situant Boucher de Perthes dans une lignée. Ainsi, ce dernier est président de la Société d’émulation d’Abbeville de 1830 à 1866 et, s’il est sans formation scientifique, il s’instruit auprès des membres de cette Société. Avant l’Essai, des articles d’Aufrère tirent de l’oubli des prédécesseurs abbevillois de Boucher de Perthes ; et dans l’Essai, il poursuit la réhabilitation de l’un d’entre eux : Casimir Picard (1806-1841). Ce dernier a une formation scientifique, il est chirurgien et botaniste. Aufrère étudie deux de ses notices, décisives quant à la naissance de la préhistoire à Abbeville. En 1835, dans sa « Notice sur des instrumens celtiques en corne de cerf », Picard associe l’archéologie et l’histoire : « Les circonstances de gisements doivent toujours être prises en grande considération dans la détermination de l’époque à laquelle se rattachent les antiquités recueillies dans la fouille » (Picard 1835 : 108-109), et par ailleurs, il accepte la contemporanéité de l’homme et de certaines espèces d’animaux disparus. En 1837, dans sa « Notice sur quelques instrumens celtiques », il admet une industrie de la pierre taillée. Il affirme que les haches taillées ne sont pas des « haches polies ébauchées », ou des rebuts de haches polies, elles ont une fonction différente des haches polies, et il expose une théorie du nucléus : « Si Picard n’a eu entre les mains que du néolithique, il suffisait de transposer ses définitions dans le paléolithique, pour ainsi dire sans modifications » (Aufrère 1936 : 9).

12À sa mort en 1841, Boucher de Perthes prend le relais. Dans le brouillon d’une communication à la Société d’émulation d’Abbeville du 7 novembre 1844, il rend explicitement hommage à Picard :

« Le travail que je vous soumets en ce moment, je ne le faisais que parce que ce jeune homme n’était plus là pour le faire, que c’était en quelque sorte un souvenir de lui que je vous offrais. » (Aufrère1938 : 128).

13Selon Aufrère, « c’est le document le plus émouvant que nous ayons retrouvé sur toute cette histoire » (Aufrère1936 : 27), d’autant que, par la suite, Boucher de Perthes ne parla plus de Picard, et il s’attribua à lui seul la découverte des faits majeurs observés dans les alluvions anciennes d’Abbeville.

14Pour démontrer que « L’idée vient avec les trouvailles» (Aufrère 1936 : 1), Aufrère restitue l’histoire des premières découvertes de Boucher de Perthes à Abbeville, peu avant et peu après la mort de Picard, dans les gisements de la Portelette (1837-1838), Menchecourt (1840-1842) et l’Hôpital (juillet 1844). Pour ne pas se laisser berner par les différentes versions que Boucher de Perthes en a données, il confronte les récits des découvertes des Antiquités celtiques et antédiluviennes à la documentation du musée, et notamment les brouillons de l’ouvrage.

15À quel moment Boucher de Perthes croit-il à l’homme antédiluvien ? Les Celtes sont alors considérés comme les peuples les plus anciens de notre sol, avant les Gaulois et les Romains ; aussi, les objets les plus anciens sont communément appelés « celtiques ». Si rien ne laisse supposer que la conviction de Boucher de Perthes sur l’ancienneté de l’homme est forgée à l’époque de ses travaux à la Portelette (1837), la documentation en revanche fait apparaître qu’il y croit à l’été 1844. En effet, au banc de l’Hôpital, Boucher de Perthes distingue, à côté d’une industrie celtique, une industrie « antédiluvienne ». « Là vraiment est le commencement de la préhistoire » (Aufrère 1950 : 53).

16Or, entre la Portelette et le banc de l’Hôpital, il y a les découvertes de Menchecourt : Boucher de Perthes croit-il alors à l’homme antédiluvien ? En comparant les planches des Antiquités celtiques et antédiluviennes avec la collection de silex, Aufrère s’aperçoit que les premières pièces du « diluvium » de Menchecourt sont toutes fausses : trouvées dans des couches au-dessus du diluvium ou fabriquées par les ouvriers abbevillois. Il conçoit ainsi la logique de la fraude : les ouvriers donnent à Boucher de Perthes ce que ce dernier attend, à savoir des pièces semblables à celles de la Portelette. Mais, paradoxalement, ces supercheries contribuent peut-être à le convaincre de l’ancienneté de l’homme, et cette croyance le conduit aux « vraies » découvertes de l’Hôpital. On peut ainsi concevoir qu’« une mystification a convaincu Boucher de Perthes » (Aufrère 1936 : 46), à supposer que « L’idée vient avec les trouvailles ».

17Avec le projet d’une réhabilitation de Boucher de Perthes, l’Essai pose la question de l’oubli dans lequel est tombé notre personnage. Selon Aufrère, « Boucher de Perthes, auteur dramatique, s’est vu lui-même dans un vrai drame et il a refait son rôle comme s’il eut écrit une tragédie de plus » (Aufrère 1956 : 10). Il joue le prophète et veut faire croire qu’il est le premier à avoir eu l’idée de l’ancienneté de l’homme : « Ma science n’était que prévision. Et cette prévision était devenue conscience. Je n’avais pas encore analysé un seul banc que je tenais ma découverte pour faite » (Boucher de Perthes 1864 : 3). Aufrère confronte Sous dix rois (1863-1868), l’autobiographie publiée par Boucher de Perthes à travers un choix de sa correspondance, avec la documentation détruite en 1940. Ce travail de confrontation apporte des preuves que Boucher de Perthes a falsifié certaines lettres. C’est ainsi qu’un passage prophétique d’une lettre de 1805 adressée par Boucher de Perthes à son père, Jules-Armand-Guillaume Boucher (1757-1844), a été ajouté en 1863. En créant sa propre légende, Boucher de Perthes aurait contribué lui-même à forger son discrédit scientifique.

« Figures de préhistoriens, 1 : Boucher de Perthes »

18Le « Boucher de Perthes » de 1940 serait, selon la notice nécrologique du Monde (7 décembre 1977), le « chef-d’œuvre » de Léon Aufrère. Celui-ci s’y présente comme historien de la préhistoire :

« Le siècle qui vient de s’écouler est le siècle fécond des créateurs. Mais sur eux le temps a déjà répandu son ombre. Leurs travaux sont délaissés et les hommages qui leur sont rendus s’adressent plus souvent à un nom qu’à un souvenir. Il est temps de rendre clairement justice à leur mémoire » (Aufrère 1940 : 7).

19À la question des origines de la préhistoire, Aufrère répond par une biographie : « il faut insérer [son] œuvre dans [sa] vie pour comprendre ce qu’il a fait » (Aufrère 1940 : 7). Il défend la thèse selon laquelle la découverte de l’homme antédiluvien est « un simple épisode » (Aufrère 1940 : 54) dans une vie consacrée à un renouvellement du christianisme. « C’est dans sa Création et non dans les Antiquités celtiques et antédiluviennes qu’il faut chercher sa vie profonde » (Aufrère 1940 : 134).

20L’un des intérêts de l’ouvrage tient à l’importance de la documentation utilisée, dans la mesure où celle-ci est par la suite détruite en même temps que le musée. Il s’agit de :

« 1° L’œuvre publiée de Boucher de Perthes et surtout “Sous dix rois” ; 2° les brouillons, les manuscrits et les épreuves de ses ouvrages qui sont au musée ; 3° les collections Boucher de Perthes et notamment la collection préhistorique dont l’histoire peut être suivie sur les étiquettes ; 4° la correspondance qui lui a été adressée » (Aufrère 1940 : 8).

21Boucher de Perthes est un mauvais élève de bonne famille. Il fait carrière dans les douanes, où il entre en 1805. Il passe d’abord sept ans en Italie. Comme une partie de la jeunesse d’Empire, il a une carrière rapide et brillante. Tellement brillante qu’elle culmine avec une histoire de princesse. Il en dit assez sur ce point pour susciter la curiosité et se faire mystérieux. Quelle princesse ? Aufrère formule l’hypothèse que ce n’est pas moins que Pauline Borghèse, l’une des sœurs de Napoléon. En Italie, Boucher de Perthes reprend ses études et se fait « homme de lettres », écrivant poèmes et pièces de théâtre. Après Waterloo, il est nommé inspecteur des douanes à Morlaix. On le voit ainsi, pendant vingt ans, développer son intérêt pour les arts, l’archéologie historique et les mœurs des peuples, Italiens puis Bas-Bretons : plus tard, il imaginera et dramatisera la vie des peuples antédiluviens.

Fig. 1

Fig. 1

Portrait de Jacques Boucher de Perthes, lithographie par Grèvedon (collection Aufrère)

22Boucher de Perthes revient à Abbeville en 1825, où il demeure jusqu’à sa mort. Il s’y révèle réformateur et métaphysicien. Dans Opinions de Monsieur Cristophe (1830-1834) et dans le Petit glossaire (1835), le directeur des douanes d’Abbeville fait une critique de son administration, se faisant chantre du libre-échange et d’expositions universelles « pour le bien-être des peuples et la paix du monde » (Aufrère 1940 : 40). Selon Aufrère, c’« est un programme plutôt modéré », « un platonisme révolutionnaire », notre personnage étant « plus frondeur que révolutionnaire » (Aufrère 1940 : 41). Puis il publie De la création (1838-1841), « comme s’il avait apporté le cinquième évangile à la terre » (Aufrère 1940 : 50). Boucher de Perthes croit « achever sa carrière » (Aufrère 1940 : 53), il a cinquante ans. Et aucune publication sur l’homme antédiluvien.

23C’est après la mort de Casimir Picard en 1841 qu’apparaîtrait sa « vocation tardive et inattendue ». L’auteur suit ses découvertes, de gisement en gisement, comme dans l’Essai qu’il complète. Il semble qu’il ait cherché à la Portelette, ce qui intéressait Picard, des « haches et des gaines » (Aufrère 1940 : 62), et qu’il recueille des objets et des ossements pour différents musées. Il prend intérêt à la géologie avec Picard et Prosper Ravin (1795-1849), mais en faisant « travailler son imagination » (Aufrère 1940 : 64) de métaphysicien, sa vie « profonde » étant dans De la création qu’il est en train de rédiger. On peut admettre qu’« à cette époque, rien ne permet encore de penser que Boucher de Perthes ait pensé à tirer un profit personnel de ses trouvailles » (Aufrère 1940 : 64).

24Aufrère précise les fraudes de Menchecourt. Boucher de Perthes aurait été induit en erreur par Ravin, le géologue de la Société d’émulation, qui admet que les sables de la Portelette et ceux de Menchecourt sont des « formations très voisines l’une de l’autre » (Aufrère 1940 : 66) : il croit donc trouver sur ce dernier site la même industrie qu’à la Portelette, alors que celle-là est plus ancienne. Et l’auteur utilise des documents attestant que les premières haches trouvées ne peuvent provenir du diluvium.

25Puis l’auteur étudie le bouleversement qu’apportent les découvertes de l’Hôpital en se fondant sur les brouillons des différentes rédactions des Antiquités celtiques et antédiluviennes, d’abord intitulées l’Industrie primitive. Boucher de Perthes commence par une Notice sur des objets très anciens, qu’il complète d’une rédaction de 250 pages avec 13 chapitres, achevée en mai 1844. On le voit hésitant  dans ces brouillons à admettre une ancienneté de l’homme plongeant dans les temps géologiques. Puis l’ouvrage passe de 13 chapitres à 23, et de 250 à 650 pages. Les haches dites ébauchées, considérées jusque-là comme celtiques, deviennent « antédiluviennes ». Le chapitre sur Menchecourt est retravaillé, et Boucher de Perthes s’y démarque par ses « fantaisies » :

« Il voyait se reculer l’origine d’un monde… C’était la vie religieuse qu’il avait reconstituée et qu’il allait demander aux couches de l’Hôpital… Le poète entraîné par ses créations mystiques se livrait passionnément sur ses cailloux à des rêves que l’on a oubliés et à des observations positives dont il est resté la préhistoire » (Aufrère 1940 : 84).

26En 1847, la rédaction prend le titre audacieux d’Antiquités celtiques et antédiluviennes. « Antédiluviennes », le mot est lâché, quoique écrit en petits caractères sur le titre. Le volume est largement distribué, mais Boucher de Perthes prêche dans le désert.

27Tout en se montrant tenace dans sa défense de l’homme antédiluvien, Boucher de Perthes poursuit ses chères publications de métaphysique et de théâtre avec le projet de se présenter à l’Académie des sciences morales et politiques (Aufrère 1940 : 49). Il propose en vain, avec ses collections au musée de Cluny, sa candidature pour le poste de conservateur. Il se présente sans succès à la députation, comme républicain et libéral aux élections de 1848. Il demande, à partir de 1846, à l’Académie des sciences la formation d’une commission pour examiner ses découvertes, mais celle-ci ne vient jamais à Abbeville. Après sa mise à la retraite en  janvier 1853, il fait une demi-douzaine de voyages à la recherche de l’homme antédiluvien en Europe, Asie et Afrique, en portant sur les peuples, sur les monuments et sur la nature son regard de métaphysicien. Le deuxième volume des Antiquités celtiques et antédiluviennes, publié en 1857, « n’apportait pas de preuves supplémentaires. Mais depuis dix ans, l’opinion n’était plus tout à fait la même. Boucher de Perthes lui-même s’était instruit au cours de ses voyages. Son horizon s’était élargi par la connaissance de l’ethnographie et de l’archéologie étrangère » (Aufrère 1940 : 112), mais il prêche toujours dans le désert.

281859 est considérée comme l’année de la reconnaissance de la préhistoire. Aufrère étudie alors l’accueil des découvertes de Boucher de Perthes par les défenseurs et par les opposants à l’homme antédiluvien. Il analyse la part discutée de ce qui revient aux Anglais et aux Français dans cette reconnaissance. Les Anglais font autorité, avec Hugh Falconer (1803-1865), Joseph Prestwich (1812-1896), John Evans (1823-1908) et Charles Lyell (1797-1875). Cependant, l’auteur met en évidence l’influence moins reconnue, mais tout aussi décisive, des Français, dont Marcel Jérôme Rigollot (1786-1854), Émile Littré (1801-1881), Édouard Lartet (1801-1871), Isidore Geoffroy-Saint-Hilaire (1805-1861) et Armand de Quatrefages  (1810-1892).

  • 1  Cette question semble plus complexe. Une publication sur ce point est en cours de préparation par (...)

29Enfin, l’auteur reprend et complète la question posée dans l’Essai, de la falsification du récit de ses découvertes. De l’homme antédiluvien publié en 1860 est le « récit de la victoire de 1859 » (Aufrère 1940 : 116). Boucher de Perthes y fait apparaître ses découvertes comme l’accomplissement d’une prophétie. Plus il avance en âge, plus il vieillit ses découvertes. Il présente le premier volume des Antiquités celtiques et antédiluviennes (1849) comme un complément de De la création (1841). Or, dans ce dernier ouvrage, il n’y est question ni de l’homme antédiluvien, ni de l’ancienneté de l’homme1. Dans le second volume des Antiquités, il écrit avoir eu cette idée en 1826 (Boucher de Perthes 1857 : 361 ; Aufrère 1940 : 111). Et dans L’homme antédiluvien il avance la date de 1805 (Boucher de Perthes 1860 : 3), or « Il avait seize ans ! » (Aufrère 1940 : 117). À croire que l’on naît prophète. Les huit volumes de Sous dix rois (1863-1868) sont composés de lettres faites ou refaites, adressées à des correspondants anonymes ou morts (Aufrère 1940 : 124), donc a priori invérifiables, voire non authentiques. Aufrère donne deux exemples de « recomposition », une lettre adressée à Antoine Becquerel (1788-1878) et une autre à Joseph Freiherr von Hammer-Purgstall (1774-1856). La première, soi-disant du 14 mars 1838 (Boucher de Perthes 1863-1868, V : 183-185), est composée de deux documents, qui sont au musée avant 1940, réunis en un seul dans Sous dix rois, prouvant que le passage prophétique est ajouté en 1863. Dans le second cas, Boucher de Perthes présente une lettre à Hammer-Purgstall du 24 janvier 1845 (Boucher de Perthes 1863-1868, V : 500-502) qu’Aufrère rapproche d’une autre, dont le destinataire est anonyme, en date du 20 avril 1846 (Boucher de Perthes 1863-1868, V : 558-560) avec une phrase prophétique. Il confronte ces deux lettres à un seul brouillon retrouvé au musée (Aufrère 1940 : 129). Pour asseoir sa démonstration, Aufrère joint les textes des brouillons aujourd’hui détruits ainsi qu’une photo. Aussi peut-il conclure que « Sous dix rois ne doit être utilisé qu’avec les plus sérieuses réserves… mais c’est à peu près tout ce que nous avons sur l’histoire de Boucher de Perthes et de ses livres. » (Aufrère 1940 : 130).

30Dans la conclusion, l’auteur fait apparaître un Boucher de Perthes métaphysicien, abandonnant « sa forme terrestre à l’âge de quatre-vingts ans » :

« Il avait déjà bien employé son temps. Il pouvait voir sa forme terrestre étincelante de gloire et son âme prête à s’envoler de soleil en soleil vers une apothéose. Là était son ultime espérance. Telle est la figure romantique et mystique du fondateur de la préhistoire » (Aufrère 1940 : 134).

31Boucher de Perthes avait l’éternité devant lui pour progresser et apporter à l’univers bien davantage ou bien mieux que l’homme antédiluvien.

32Sa réhabilitation est complexe :

« Boucher de Perthes fut parmi les initiateurs de la géologie de l’homme sans avoir fait de géologie… ; il se trouvait étranger à la rigueur et à la sévérité d’un travail scientifique ; il s’est laissé entraîner par son imagination d’auteur dramatique et de romancier et n’a pas su écarter les supercheries dont il fut constamment l’objet sans que cela diminuât sa valeur ; cet handicap donne aux résultats obtenus les caractères d’une performance qui n’est pas un miracle mais qui sort tout de même des conditions ordinaires » (Aufrère 1956 : 3).

33Le douanier dramaturge n’était pas un génie, contrairement à ce qu’il a voulu faire croire, mais il a contribué à ouvrir un espace théorique et un champ de recherches.

Destruction et reconstruction de l’ancien musée Boucher de Perthes

3420 mai 1940, anéantissement total du musée Boucher de Perthes par les bombardements. Breuil écrit : « par sa publication de nombreux textes originaux, M. Aufrère en a heureusement sauvé quelque chose » (Breuil à A. Dupouy, 19 avril 1952, correspondance Aufrère). Par ailleurs Aufrère, qui prenait des notes au musée tandis qu’il l’inventoriait, après la déclaration de la guerre en 1939, a le réflexe de ne pas les y laisser : c’est en s’aidant de ces notes qu’il rédige plus tard Le cercle d’Abbeville.

35Pour Aufrère : « Cinq ans de perdu, c’est terrible » (14 juin 1945). Mais la vie continue. Le souvenir de l’ancien musée et l’image de sa destruction deviennent des principes d’action. Un temple a été détruit ? On va en construire de nouveaux. Breuil a 69 ans et Aufrère 57, ils ont la vie devant eux, et en tout cas ils ont la foi.

36À Abbeville, la reconstruction du musée et l’achat des gisements ne peuvent être financés en même temps. Il faut faire des choix. Quelle stratégie suivre ? Max Lejeune (1909-1995), secrétaire d’État aux Forces armées et maire d’Abbeville, promet la reconstruction du musée avant la fin de celle de la ville et il tient promesse. Aufrère veut commencer par les sites archéologiques d’Abbeville, en mémoire de Boucher de Perthes, mais il faut aller « au plus pressé, là où les gisements sont les plus menacés » par l’urbanisation (Aufrère 1960 : 5). Il commence donc par les gisements d’Amiens : « la menace sur Saint-Acheul et Cagny m’a fait changer de tactique » (Aufrère à Agache, 12 juin 1963, correspondance Aufrère). Aussi, demande-t-il l’achat de ces gisements par le ministère de l’Éducation nationale, qui le renvoie à la ville. Aufrère négocie ainsi l’affaire : achat et aménagement de Saint-Acheul par Amiens, achat de Cagny par l’Éducation nationale. Amiens et le ministère promettent et tiennent promesse, et Aufrère porte alors ses efforts sur Abbeville.

37Pour convaincre et décider la ville d’Abbeville à la reconstruction du musée, Aufrère organise, les 15 et 16 octobre 1949, une exposition et des manifestations pour le centenaire de la publication des Antiquités celtiques et antédiluviennes. Il fait poser une plaque commémorative boulevard Vauban :

« En ce lieu-dit “banc de l’Hôpital”, le 23 juillet 1844, Boucher de Perthes découvrit la première hache paléolithique avec la collaboration de la Société d’émulation. Il établit alors la preuve de l’existence de l’homme antédiluvien fondant ainsi la préhistoire ».

38Le plan des vingt-huit vitrines de l’exposition exprime sa conception de l’histoire des sciences comme création collective. L’exposition commence avec Conrad Gessner (1516-1565), Michel Mercati (1541-1593), Bernard de Montfaucon (1655-1741), Maître Eckhart von Hochheim (circa 1260-circa 1327), objet d’une Histoire de l’archéologie primitive, manuscrit non publié. Elle se poursuit avec François Jouannet (1765-1845), John Conyers, John Frere (1740-1807), Paul Tournal (1805-1872), Marcel de Serres (1782-1862), Philippe-Charles Schmerling (1790-1836). Trois vitrines réservées aux prédécesseurs de Boucher de Perthes à Abbeville, Emmanuel Baillon (1744-1801) et François Baillon (1778-1851), Jules-Armand-Guillaume Boucher de Crèvecœur (1757-1844), le père de Boucher de Perthes, Laurent Traullé (1758-1829), Prosper Ravin (1795-1849), Casimir Picard (1805-1841), constituent la substance du Cercle d’Abbeville. Quatre vitrines sont réservées à la personne de Boucher de Perthes, et cinq à ses découvertes et à ses œuvres, dont les Antiquités celtiques et antédiluviennes :

« Si le livre n’a convaincu personne, les découvertes étaient faites et elles se cristallisent tout de même dans ces planches que nous avons encadrées au fond de la salle, de part et d’autre du buste de Boucher de Perthes, d’un côté, l’industrie “celtique”, de l’autre, l’industrie “antédiluvienne” » (Aufrère 1950 : 53).

39Trois vitrines présentent ceux qui l’ont soutenu : Marcel Jérôme Rigollot (1786-1854), Adolphe-Pierre Dutilleux (1829-1916), Charles-Joseph Buteux  (1794-1876), Édouard Lartet, Hugh  Falconer, Joseph Prestwich, John Evans, Charles Lyell. La vitrine principale est une restitution de la collection de silex de Boucher de Perthes, avec des silex donnés par lui à différents musées. Enfin, deux vitrines sont consacrées à la mâchoire de Moulin-Quignon et deux autres aux continuateurs : Geoffroy d’Ault du Mesnil (1842-1921), Victor Commont (1866-1918) et Breuil.

40« En 1940, le musée Boucher de Perthes était détruit. En 1954, il est reconstruit » (Aufrère 1956 : 1). Une salle est réservée aux objets d’art, dont certains viennent de Boucher de Perthes, conservés au musée du Ponthieu à Abbeville qui échappe aux bombardements. Aufrère ouvre une section de préhistoire avec une salle contenant des collections provenant des gisements d’Abbeville, et une salle des « origines de la préhistoire », dans le même esprit que pour le centenaire. Il y présente une exposition destinée au grand public, faisant de la naissance de la préhistoire dans la vallée de la Somme une « action d’un caractère élevé et d’une certaine étendue » (Aristote [2002]) avec des personnages : Boucher de Perthes, ses prédécesseurs et ses continuateurs, leurs bustes, portraits et médailles, ainsi que leurs œuvres et découvertes. Par ces initiatives, Aufrère s’estime le fondateur de ce musée.

Pourquoi sauvegarder les gisements de la vallée de la Somme ?

41Quel est l’intérêt des sites paléolithiques d’Amiens et d’Abbeville ? Ils sont à l’emplacement d’anciennes confluences : « Des conditions géologiques exceptionnelles ont permis une excellente conservation des vestiges laissés par les hommes de l’Acheuléen de Cagny » (Lettre de l’archéologie 2002 : 6-7). Étant en zones urbanisées, il faut les sauvegarder au moment de la reconstruction.

42Par ailleurs, ces sites ont un intérêt historique. Ils ont d’abord conduit à l’acceptation de l’ancienneté de l’homme. Boucher de Perthes donne des preuves de la contemporanéité de l’homme et des animaux « antédiluviens » à Abbeville, et Rigollot en apporte la confirmation à Saint-Acheul. Puis, d’Ault du Mesnil et Commont établissent une stratigraphie du Paléolithique inférieur et posent la question de la contemporanéité de l’homme avec l’Elephas meridionalis. La chronologie fondée sur cette stratigraphie contribue à l’acceptation de la très haute antiquité de l’homme (Aufrère à Breuil, 27 septembre 1963, dossier Agache, Bcm, fonds Breuil). Breuil appelle « Abbevillien » l’industrie contemporaine de l’Elephas meridionalis, qu’il considère comme spécifique et la plus ancienne. L’Abbevillien conduit Breuil et Aufrère à entreprendre des fouilles à Abbeville et à former des projets d’achat (Aufrère à Breuil, 24 septembre 1937, Bcm, fonds Breuil) : carrières Léon, Carpentier, Moulin-Quignon. Si l’Abbevillien est aujourd’hui une notion abandonnée, elle a contribué à préciser l’Acheuléen ancien. Dès lors, ces gisements constituent de véritables conservatoires archéologiques.

43Aufrère exposait ainsi son projet :

« Si la vallée de la Somme a vu, avec les “Antiquités celtiques et antédiluviennes”, la naissance d’une discipline, elle doit aux travaux ultérieurs d’être la base de la stratigraphie préhistorique. Là sont les gisements types et les industries types du Paléolithique inférieur. Cette double circonstance nous commande : 1° de conserver les gisements classiques et, pour cela, d’en faire des réserves d’État ; 2° de reconstituer nos collections avec le seul souci qu’elles représentent fidèlement la stratigraphie de chacun de nos gisements, de façon à ce qu’on puisse se reporter, en même temps et dans leur localité, aux gisements et aux industries » (Aufrère 1950 : 55-56).

44Des définitions essentielles sont fondées sur ces gisements, Saint-Acheul est un gisement éponyme. Toute nouvelle théorie imposera sans doute de revenir sur ces coupes, seuls témoins visibles.

Des logements ou des gisements ? Comment convaincre de l’intérêt des gisements paléolithiques ?

45Le classement et l’achat de Saint-Acheul et Cagny apparaissent aujourd’hui comme une chose qui devait être faite. Mais, après la guerre et au moment de la reconstruction, comment convaincre des représentants de la municipalité, des architectes et des représentants des ministères, les uns et les autres n’ayant aucune notion de préhistoire et ayant des comptes à rendre à leurs électeurs ou à l’État ? Quel est l’intérêt d’un gisement paléolithique pour l’opinion ?

46Aufrère fait le récit d’un retournement des idées lors d’une réunion à Amiens :

« Il s’agissait de l’aménagement de l’îlot où se trouve comprise la carrière Bultel et Tellier qui vient d’être achetée, et dont l’achat devait être justifié devant le grand public par la construction d’habitations à bon marché sur la partie du fond de la carrière à laquelle nous pouvions renoncer. [...] Le moment venu, j’ai exposé le point de vue des milieux scientifiques dont j’étais, comme Directeur de la Circonscription, le représentant et le responsable. J’ai dit 1° que c’était là et à Abbeville qu’avait été posée et résolue la question la plus importante que la science ait posé au siècle passé, celle de l’origine de l’homme ; 2° que Saint-Acheul et Abbeville étaient restés et sont encore les sites les plus importants de la terre pour la partie la plus ancienne et la plus importante des temps préhistoriques, que toutes les industries similaires sur les différents points de la terre portaient les noms d’Abbevillien et d’Acheuléen comme des prototypes universels, que nos coupes étaient et seront toujours la base la Préhistoire. Il y avait là une douzaine d’architectes qui n’en savaient absolument rien. Cette déclaration fut accueillie avec une telle ferveur que je crois devoir rappeler les mots du représentant parisien du Mrl (ministère de la Reconstruction et du Logement) : “Ce que vous dites est tellement extraordinaire que tout l’aménagement doit être subordonné à l’intérêt scientifique du gisement”. Suppression des habitations à bon marché. À la place un jeu de tennis ou de basket. Et un bel immeuble pour recevoir les savants. J’ai demandé des fleurs. On me mettra des tulipes. Cela dépassait tous mes rêves, ce qui n’est pas peu dire. » (Aufrère à Breuil, 8 février 1956, Bcm, fonds Breuil).

47Aufrère précise :

« M. Sive, architecte, ne savait pas, avant notre conférence, que c’était des instruments qu’on trouvait dans notre sol, ce qui prouve que la préhistoire a encore du chemin à faire pour entrer dans le savoir général d’un homme cultivé et qu’il suffit de cinq minutes pour montrer la place qu’elle devrait et pourrait avoir » (Aufrère à Breuil, lettre non datée, Bcm, fonds Breuil).

48Ces arguments ont porté. Même si le deuxième paraît aujourd’hui désuet.

49À supposer qu’il fût possible de classer et d’acheter les gisements, encore fallait-il les aménager. Aufrère précise son projet : « Il faut que ce soit pour les visiteurs des gisements, des monuments de la préhistoire et non des carrières abandonnées » (Aufrère à Breuil, 26 février 1956, Bcm, fonds Breuil), ce qui implique de « donner au site une dignité architecturale en accord avec son importance scientifique, dispositions n’amenant pas la destruction des couches préhistoriques ou ne rendant pas impossible l’utilisation scientifique des réserves.Faire de cette carrière [Bultel et Tellier] un monument historique par la dignité de la présentation » (Aufrère à Breuil, 8 décembre 1958, Bcm, fonds Breuil), une « cathédrale autour de laquelle on organiserait un quartier qui en soit digne » (Aufrère à Breuil, 2 février 1956, Bcm, fonds Breuil).

L’hydre de Lerne

50Un projet n’acquiert de l’intérêt que s’il aboutit. Aufrère reçoit les insignes de la Légion d’honneur « pour l’œuvre de conservation des gisements de la Somme à laquelle il s’est dévoué stoïquement, pour son patriotisme et son dévouement » (Breuil à Lejeune, 8 avril 1958,  Bcm, fonds Breuil). Ce sont des vertus. Mais l’histoire n’a que faire de la morale. Ces termes désignent des forces en opposition à d’autres forces. À quels obstacles s’est heurté le projet ? Et dans quelle mesure a-t-il été réalisé ?

51Avec la reconstruction, il faut faire des choix : construire des logements ou sauvegarder un site archéologique. Il faut négocier les parcelles pour la préhistoire, les expropriations, les prix des terrains, la suppression ou le déplacement de projets d’immeubles. Sont concernés deux ministères, la Reconstruction et l’Éducation nationale, les municipalités d’Amiens et d’Abbeville, ainsi que les Domaines – fixant le prix des terrains –, d’où des alliances et des conflits internes et externes entre préhistoriens, administratifs, politiques et propriétaires.  Un changement ou la perspective d’un changement de ministre ou de ministère, d’une élection ou la nomination d’un préfet, déstabilisent les négociations en cours. Autant d’occasions de perdre ou de reprendre espoir. Breuil a parlé de l’hydre de Lerne : pour une tête coupée, il en repousse immédiatement plusieurs. Le projet bénéficie du soutien de personnalités : sans Lejeune, le musée aurait-il été reconstruit ? Sans Camille Goret, maire d’Amiens, sans Henri Larrieu, préfet intéressé par la préhistoire, et sans André Malraux, Saint-Acheul et Cagny seraient peut-être aujourd’hui couverts de constructions.

52Aufrère propose d’abord un projet restreint, puis il veut une « restitution étendue des gisements d’Amiens et d’Abbeville dans la perspective de préciser la stratigraphie » (Aufrère à Breuil, 24 janvier 1958, Bcm, fonds Breuil).  Ainsi, pour Cagny, il propose d’abord le classement et l’achat de « l’aile stratifiée » puis il projette l’achat de parcelles dans la « partie désorganisée par la solifluxion », avec une industrie acheuléenne plus ancienne. De plus, à Saint-Acheul, la pente des coupes en terrain meuble demande une extension. Aufrère présente ainsi son projet :

« J’ai voulu deux choses : 1) Présenter pour la génération actuelle des coupes stables, quand elles devaient être aménagées dans des terrains meubles, les coupes verticales en terrain meuble étant impossibles à conserver. Je crois que pas un préhistorien ne paraît savoir qu’il fallait une pente de l’ordre de trente degrés et que pour une hauteur de 10-12 m, il fallait une base de 20 mètres en profondeur. 2) Aménager d’amples réserves pour les générations futures, auxquelles je suis, je crois, le seul à y avoir pensé, avec l’annexion de terrains non exploités » (Aufrère à Breuil, 11 octobre 1959, Bcm, fonds Breuil).

53Le projet étendu multiplie les difficultés. D’une part, les préhistoriens ne sont pas d’accord entre eux, ainsi Bourdier écrit à Breuil : « Aufrère achète à grands frais un terrain sans valeur », « des gisements détruits et sans silex » (Franck Bourdier à Henri Breuil, 10 août 1948, Bcm, fonds Breuil). Qui a raison, Bourdier ou Aufrère ? « L’avenir dira si mes conceptions scientifiques justifient le programme étendu que j’avais tracé », écrit Aufrère (Aufrère à Breuil, 10 février 1958, Bcm, fonds Breuil). Ces désaccords se répercutent sur les futurs acheteurs, Amiens et le ministère de l’Éducation nationale. D’autre part, à Saint-Acheul, les terrains à sauvegarder sont composés d’une quinzaine de parcelles et de propriétaires, et chacune d’elles devient l’objet non pas d’un litige mais d’une multiplicité de litiges. Et, s’il y a un seul propriétaire à Cagny, il y a six estimations entre lui, l’Architecture, les Domaines et Aufrère ; la demande d’un classement d’urgence en 1959 met fin à dix ans de négociations, et il faut quatre ans de procès pour déterminer l’indemnité. Breuil met la pression, il faut aboutir, « dussiez-vous en crever », écrit-il à Aufrère. L’image de l’hydre de Lerne n’était pas excessive.

54Quand l’achat de Cagny et Saint-Acheul paraît en bonne voie, Aufrère demande l’achat des gisements d’Abbeville. Boucher de Perthes a fait des découvertes à Moulin-Quignon en 1845. Aufrère en a fait une étude géomorphologique avant la guerre, les séries de Moulin-Quignon justifient « les plus anciennes industries »(Aufrère à Breuil, 29 mars 1937, Bcm, fonds Breuil). En effet, avec Breuil, ils y ont cherché l’Abbevillien, ainsi que dans les carrières Carpentier et Léon, à proximité de Moulin-Quignon. Lejeune promet à Aufrère l’achat de Moulin-Quignon et Menchecourt. Mais, si la municipalité a fait de son mieux pour la reconstruction du musée, elle fait d’autres choix que la préhistoire à la fin des années cinquante.

Fig. 2

Fig. 2

Portrait de Léon Aufrère (collection Aufrère)

Spleen d’un directeur des Antiquités préhistoriques au début des années soixante

55La préhistoire n’est pas professionnalisée. Les directeurs sont sans moyens et sans personnel, ils font tout, leur travail est à la limite du possible. Dans ces conditions, comment sauver un patrimoine archéologique et découvrir de nouveaux gisements ? Excédés, ils remettent leur démission ou menacent de le faire. En voici un témoignage :

« Donnez-moi une quinzaine de personnes rétribuées pour l’ensemble de mes cinq départements, et en plus de cela un budget d’une vingtaine de millions pour les achats de gisements et pour leur aménagement, je pourrais peut-être mettre les choses en train modestement en faisant la guerre aux propriétaires, aux fouilleurs clandestins, aux préhistoriens officiels qui se foutent de l’Administration et ne veulent faire qu’à leur tête, aux administrations qui disputent les terrains, aux intérêts électoraux, aux hommes politiques, aux princes qui gouvernent et veulent gouverner la préhistoire. Au lieu de cela, on m’a offert en débutant 20.000 francs pour acheter un gisement pour lequel on me demandait cinq millions et on m’a reproché amèrement de n’avoir pas conclu le marché. » (Aufrère à Raoul Daniel, avril 1960, correspondance Aufrère).

56Après des années d’efforts, de démarches et de marchandages, Aufrère finit par obtenir le classement de la Garenne de Cagny et son achat par l’État. Il parvient également à reconstituer Saint-Acheul, parcelle après parcelle, « me faisant un ami pour cinquante adversaires, toujours à la merci d’une intrigue quelconque, et des critiques de quelques ambitieux, qui, à leur tour, quand ils prennent le manche, rencontrent les mêmes difficultés ou les éludent en ne faisant rien, en disant qu’on ne peut rien faire » (ibid.).

57Le 23 janvier 1960, venant de recevoir la Légion d’honneur, il se croit « en plein triomphe », ses travaux et ses initiatives viennent d’être reconnus, l’achat de Cagny et de Saint-Acheul est en bonne voie. Il voit le chemin parcouru avec une multiplicité d’obstacles abattus. Or, le lendemain, un dimanche, il découvre au Moulin-Quignon un bulldozer qui « retourne tranquillement le gisement le plus significatif pour la plus ancienne de nos industries »(Aufrère à Breuil, Bcm, fonds Breuil), bien qu’il a reçu du maire d’Abbeville l’assurance que le terrain serait réservé à la préhistoire. Un travail de plusieurs années est réduit à néant. On ne peut pas toujours être gagnant. Il fait des fouilles de sauvetage au milieu des bulldozers. Par ailleurs, ayant découvert le gisement de Caours en 1939, il renonce à son étude, faute de moyens pour entreprendre des fouilles conséquentes. Il remet sa démission à Malraux en 1963 après l’achat de Cagny et Saint-Acheul. Il a 74 ans et d’autres projets.

Le cercle d’Abbeville (2007)

58Une tension existe entre l’énergie concentrée sur les gisements et ses rédactions d’histoire de la préhistoire. Aufrère écrit ainsi à Breuil : « Monsieur l’Abbé, j’en ai assez de me battre. Faites que je puisse être délivré de la circonscription, quitter la mêlée des hommes, et m’occuper de mes travaux. » (Aufrère à Breuil, août 1959, Bcm, fonds Breuil). Avec Le cercle d’Abbeville, il veut sauver un patrimoine éphémère, ses souvenirs de l’ancien musée :

« Je ne crois cependant pas pouvoir donner une expression plus fidèle qu’en reproduisant ainsi les souvenirs que j’ai sauvés et qui nous placent devant la prise en charge d’un héritage où se trouvait établie la coexistence des éléphants et des rhinocéros de Menchecourt avec l’espèce humaine » (Aufrère 2007 : 347-348).

59Non publié, ce texte était oublié, voire condamné à l’oubli. J’ai découvert ce manuscrit il y a une dizaine d’années, je l’ai déchiffré et édité. C’est ainsi que, d’une manière pas tout à fait inopinée, je me suis prise de passion pour l’histoire de la préhistoire et pour les tribulations de Boucher de Perthes.

60Cet ouvrage traite des conditions des découvertes de 1844. Boucher de Perthes était sans formation scientifique, et Aufrère approfondit une idée contenue dans ses articles et ouvrages : « Les découvertes faites à Abbeville ont été longuement préparées dans un milieu réunissant des géologues et des archéologues » (Aufrère 1934, 1). Il y défend la thèse selon laquelle Boucher de Perthes s’est instruit auprès des membres de la Société d’émulation d’Abbeville. Ceux-ci formaient un « cercle », ils avaient  des intérêts communs, ils avaient de l’influence les uns sur les autres. L’auteur décrit deux générations, la nouvelle, celle de Boucher de Perthes, qui connaissait les découvertes de l’ancienne, celle de son père. Précisons qu’aucun d’eux n’admettait l’ancienneté de l’homme. L’auteur ordonne leurs découvertes et leurs œuvres à une seule question : peut-on y trouver des éléments de la contemporanéité de l’homme et d’animaux d’espèces disparues, ainsi que de l’archéogéologie ?

61La première génération est celle des fondateurs de la Société : l’avocat Emmanuel Baillon, Jules-Armand-Guillaume Boucher, le père de Boucher de Perthes, directeur des douanes, et le procureur Laurent Traullé. L’auteur commence par l’étude de la première pièce paléontologique de la vallée de la Somme envoyée par Baillon à Buffon avant 1778, le bœuf d’Hangest. Puis il dresse un inventaire des publications de Boucher, membre associé de l’Académie, et de ses importantes collections d’art et d’histoire naturelle. Ainsi, la formule de Boucher de Perthes : « Accoutumé dès l’enfance à entendre parler de fossiles » (Boucher de Perthes à Victor Meunier, 8 mars 1860, dans Meunier 1900 : 293) montre qu’il a acquis auprès de son père une formation ou quelque chose qui ressemble à une formation. Puis Aufrère analyse les publications de Traullé, l’inventeur du gisement de Menchecourt, ainsi que les pièces paléontologiques et archéologiques de sa collection. Cette première partie montre que la paléontologie et l’archéologie primitive de la vallée de la Somme faisaient partie du patrimoine de la Société depuis belle lurette, et que Boucher de Perthes en entendait parler lors des séances : on en trouve la trace dans les Mémoire de la Société.

62Suivent, dans une deuxième partie, les portraits de la nouvelle génération, différents de l’ancienne en ce qu’ils avaient tous une formation scientifique : le paléontologue François Baillon et le géologue Prosper Ravin, ainsi que le chirurgien et botaniste Casimir Picard. François Baillon avait passé plusieurs années au Muséum, il identifiait les ossements trouvés. Prosper Ravin associait dans ses notices historiques archéologie et géologie : ainsi, il donne une description archéologique d’une pirogue et sa position stratigraphique. Par ailleurs, il distingue terrains alluviens et terrains diluviens de la vallée de la Somme dans le Mémoire géologique sur le bassin d’Amiens : celui-ci sert de cadre géologique aux découvertes de Boucher de Perthes, les haches antédiluviennes furent trouvées dans le « diluvium ». Enfin, l’auteur démontre que Picard « avait été plus loin qu’il ne le croyait » :

63« En 1940, j’étais enclin à admettre que la question [l’ancienneté de l’homme] avait été posée en deux temps, un temps initial de portée chronologique limitée par Casimir Picard ; un deuxième temps de portée chronologique d’un tout autre ordre de grandeur, par Boucher de Perthes » (Aufrère 2007 : 315).

64Picard admettait-il la contemporanéité sans l’ancienneté de l’homme ? La réponse est complexe : d’une part, il appelait « celtique » l’industrie trouvée dans le diluvium, et d’autre part, dans un ouvrage de botanique, l’Histoire des mollusques terrestres et fluviatiles de la Somme (1840), il utilisait le terme d’ « humatile » élaboré par Marcel de Serres, désignant les fossiles des espèces éteintes et contemporaines des « temps depuis lesquels l’homme s’est propagé sur la terre ». Picard avait donc connaissance de la terminologie de Marcel de Serres et de la question de l’ancienneté de l’homme, mais aucun élément ne permet d’affirmer qu’il l’acceptait. Boucher de Perthes s’est instruit auprès d’eux, puis il fit appel aux deux premiers pour confirmer ses découvertes, et l’amateur les a conduits à l’acceptation de l’ancienneté de l’homme.

65Aufrère apporte ainsi une lecture nouvelle des Antiquités celtiques et antédiluviennes. L’on y retrouve à chaque page les traces des prédécesseurs de Boucher de Perthes : « On appréciera d’autant mieux Boucher de Perthes qu’on connaîtra mieux ceux qui sont venus avant lui » (Aufrère 2007 : 343).

Conclusion

66Quand la partie fut près d’être gagnée pour les gisements d’Amiens, Aufrère écrit à Breuil :

« Vous m’avez écrit que le pot de terre de la préhistoire était impuissant devant le pot de fer des intérêts. Cela voulait dire au moins que d’autres auraient peut-être eu de sérieuses raisons pour lâcher l’affaire et que la persévérance du directeur a sauvé une situation que vous jugiez sans espoir » (Aufrère à Breuil, 11 octobre 1959, Bcm, fonds Breuil).

67Le pot de terre de la préhistoire l’a emporté. Le musée Boucher de Perthes a été reconstruit, Saint-Acheul et Cagny classés et achetés, une trentaine d’articles et deux ouvrages ont été publiés. Les publications sont devenues un patrimoine, l’existence du musée et l’acquisition des carrières sont autant de potentialités : des fouilles ont été faites ou sont en cours à Saint-Acheul, Cagny et Caours. Aufrère a ainsi contribué à la sauvegarde du patrimoine de l’archéologie préhistorique  de la vallée de la Somme.

Haut de page

Bibliographie

Aristote. 2002. Poétique, Bilingue grec-français. Paris, Les Belles Lettres, 144 p. (Classiques en poche).

Aufrère, L. 1934. « Séance du 26 avril 1934 : communication sur les origines de la préhistoire », Bulletin de la Société préhistorique française, 31/4 : 173-175.

Aufrère, L. 1936. Essai sur les premières découvertes de Boucher de Perthes et les origines de l’archéologie primitive (1838-1844). Paris, Staude, 48 p.

Aufrère, L. 1938. « Le musée des origines de la préhistoire », Sciences (Association française pour l’avancement des sciences), Paris : 119-133.

Aufrère, L. 1940. « Figures de préhistoriens, I. Boucher de Perthes », Préhistoire, 7 : 7-134.

Aufrère, L. 1950. « 1849-1949. Le centenaire des Antiquités celtiques et antédiluviennes », Bulletin de la Société préhistorique française, 47/1-2 : 47-56.

Aufrère, L. 1956. « Le nouveau musée Boucher de Perthes et les gisements préhistoriques de la vallée de la Somme », Amiens-Abbeville-Préhistoire, 1 : 1-16.

Aufrère, L. 1960. « Allocution sur l’aménagement des sites paléolithiques d’Abbeville et d’Amiens », Amiens-Abbeville-Préhistoire, 2 : 1-6.

Aufrère, L. 2007. Le cercle d’Abbeville. Paléontologie et préhistoire dans la France romantique. Turnhout, Brepols, 396 p.

Boucher de Perthes, J. 1847. Antiquités celtiques et antédiluviennes. Mémoire sur l’industrie primitive et les arts à leur origine, t. 1. Paris, Treuttel et Wurtz, XII, 628 p.

Boucher de Perthes, J. 1857. Antiquités celtiques et antédiluviennes. Mémoire sur l’industrie primitive et les arts à leur origine, t. 2. Paris, Treuttel et Wurtz, XVI, 511 p.

Boucher de Perthes, J. 1864. Antiquités celtiques et antédiluviennes. Mémoire sur l’industrie primitive et les arts à leur origine, t. 3. Paris, Treuttel et Wurtz, XXIV, 700 p.

Boucher de Perthes, J. 1863-1868.  Sous dix rois. Souvenirs de 1791 à 1867. Paris, Jung-Treuttel, Derache, Dumoulin, Didron, 8 vol.

Lettre de l’archéologie. 2002. « Les gisements acheuléens de Cagny », Lettre de l’archéologie (Conseil général de la Somme), décembre 2002, 4 : 6-7.

Meunier, V. 1900. Les ancêtres d’Adam. Paris,Fischbascher, 312 p.

Picard, C. 1835. « Notice sur des instrumens en corne de cerf », Mémoire de la Société d’émulation d’Abbeville, t. 2, 1834 et 1835 : 94-115.

Picard, C. 1837. « Notice sur quelques instrumens celtiques », Mémoire de la Société d’émulation d’Abbeville, t. 3, 1836 et 1837 : 221-272.

Picard, C. 1840. « Histoire des mollusques terrestres et fluviatiles du département de la Somme »,  Bulletin de la Société linnéenne du nord de la France : 149-329.

Haut de page

Notes

1  Cette question semble plus complexe. Une publication sur ce point est en cours de préparation par nos soins.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Portrait de Jacques Boucher de Perthes, lithographie par Grèvedon (collection Aufrère)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1835/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 2
Légende Portrait de Léon Aufrère (collection Aufrère)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1835/img-2.png
Fichier image/png, 737k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Françoise Aufrère, « Histoire de l’archéologie préhistorique comme patrimoine », Les nouvelles de l'archéologie, 129 | 2012, 20-29.

Référence électronique

Marie-Françoise Aufrère, « Histoire de l’archéologie préhistorique comme patrimoine », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 129 | 2012, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/1835 ; DOI : 10.4000/nda.1835

Haut de page

Auteur

Marie-Françoise Aufrère

Cofhigéo, Maison de la Géologie, Paris,
mfaufrere@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org