Navigation – Plan du site
Dossier

Science en exil

Le rôle des émigrés politiques dans la réception du darwinisme, la naissance de l’anthropologie et le début des recherches préhistoriques en Pologne
Science in exile - political émigrés, the rise of Darwinism, the birth of anthropology and the beginning of prehistory research in Poland
Piotr Daszkiewicz
p. 6-12

Résumés

À partir de 1831, période dite de la « Grande Émigration » (après la défaite de l’Insurrection de Novembre), les exilés politiques jouent un rôle primordial dans la science polonaise. Partagée entre trois puissances étrangères (Russie, Autriche et Prusse), la Pologne se situe alors au milieu d’une période de 123 ans (1795-1918) d’occupation. Une grande partie des activités et des institutions, interdites ou limitées dans le pays, se développent à l’étranger, principalement en France. Les naturalistes et les médecins exilés à Paris prennent pleinement part au développement de l’anthropologie physique et culturelle. Les émigrés politiques polonais sont en effet à l’origine des premières traductions des œuvres de Darwin et de Quatrefages, des informations sur la découverte de Boucher de Perthes, des débuts des recherches craniologiques, de l’exposition d’anthropologie et d’ethnographie lors de l’Exposition universelle de 1878. Souvent liés à la Société d’anthropologie de Paris, créée en 1859 l’année-même de la publication de l’Origine des espèces de Darwin ; ils contribuent activement à la réception et à la diffusion du darwinisme et s’impliquent, y compris en Pologne, dans l’émergence d’une science nouvelle : la préhistoire.

Haut de page

Texte intégral

Mme Grażyna Wójcik et M. Tomasz Samojlik ont apporté leur aide dans l’acquisition de textes anciens, Mlle Christina Daszkiewicz a fait une relecture de ce texte, et M. Arnaud Hurel est à l’origine de l’idée de cette contribution et de nombreuses remarques sur l’histoire des recherches préhistoriques. L’auteur tient à remercier chaleureusement toutes ces personnes pour leur précieuse aide.

1La deuxième moitié du xixe siècle constitue un temps particulièrement difficile pour la science polonaise. Partagée entre trois puissances étrangères – Russie, Autriche et Prusse –, la Pologne se situe alors au milieu d’une période de 123 ans (1795-1918) d’occupation. Une partie des institutions scientifiques est fermée en guise de répression ; l’accès des Polonais aux autres institutions est administrativement réduit ; les collections scientifiques et les bibliothèques sont pillées après chacune des insurrections. Dans une pareille situation, la science n’a pu se développer que dans les périodes de politique de dégel des occupants et presque exclusivement grâce au mécénat privé. À partir de 1831, période dite de la « Grande émigration » – après la défaite de l’Insurrection de Novembre – les exilés politiques ont joué un rôle primordial dans la science polonaise. Une grande partie des activités et des institutions, interdites ou limitées dans le pays, se sont développées à l’étranger, et principalement en France.

  • 1  Nous savons très peu de chose sur la vie de Leon Kąkolewski en Pologne. La Grande encyclopédie uni (...)

2Sur le plan de la diffusion du darwinisme, la Pologne est l’un des pays dans lequel cette théorie s’importe très rapidement. Un premier article résumant la conception de Charles Darwin (1809-1882) est publié en 1860 par Leon Kąkolewski1 dans la Gazeta Rolnicza, Przemysłowa i Handlowa [Gazette de l’agriculture, de l’industrie et du commerce] à peine quelques mois après la publication de Origin of species (Kuźnicki 2009a). Les premiers enseignements de la théorie de Darwin en Pologne sont ceux, en 1862 à Varsovie, de Benedykt Dybowski (1833-1930), zoologiste et plus important vulgarisateur des travaux de Darwin en Pologne (Brzęk 1982). Son arrestation et sa condamnation à mort par l’administration tsariste, transformée ensuite en 12 ans de travaux forcés en Sibérie, ont privé la Pologne de ce savant durant de longues années. L’enseignement des rudiments du darwinisme est alors poursuivi par son successeur August Wrześniowski (1836-1892). Les répressions, la russification de l’enseignement et le manque de perspectives aboutissent cependant à la perte d’un poste de recherches pour Wacław Mayzel (1847-1916), premier traducteur de l’œuvre de Darwin et au départ en Allemagne d’Edward Strasburger (184 bryologiste des plantes, mais aussi darwiniste convaincu et auteur de la première publication polonaise appliquant la conception darwinienne à la botanique (Strasburger 1863). La Pologne ainsi mise à mal, la discussion sur le darwinisme se déroule plutôt dans la presse destinée au grand public (contrôlée néanmoins par l’administration d’occupation) que dans les institutions scientifiques.

3Les années d’avènement du darwinisme en Europe coïncident avec une période bien particulière de l’histoire polonaise. L’échec des combats de 1863 (l’Insurrection de Janvier) provoque un véritable choc et un important changement dans la mentalité des élites polonaises. Cette époque de positivisme, conséquence directe de l’écrasement de l’insurrection de 1863 suivi d’une vague de répressions, se caractérise par le remplacement de l’idée de lutte armée par celle du « travail à la base » ou « travail organique » et celle de la « résistance économique et culturelle » (Markiewicz 1999). Les idées prônées par les patriotes ne reflètent plus une guerre libératrice, mais la modernisation du pays par la voie d’une réforme agraire, d’une industrialisation, d’une intégration des minorités, d’une émancipation des femmes et de l’instruction de toutes les couches de la société polonaise. Il est facile, dans ce contexte, de comprendre l’importance donnée aux sciences et plus particulièrement aux sciences naturelles. Darwin et ses écrits entrent rapidement dans le « panthéon » des positivistes de Varsovie (Porter 1996). Durant cette époque, l’archéologie polonaise connaît un véritable tournant : celui de la critique et de la déconstruction du mythe romantique de la grandeur passée des Slaves associé à la naissance des recherches préhistoriques, à la professionnalisation du métier d’archéologue et à la forte influence qu’exercent les sciences naturelles et plus particulièrement la géologie et la paléontologie sur sa formation (Abramowicz 1969).

4Les naturalistes et les médecins exilés à Paris prennent pleinement part au développement de l’anthropologie physique et culturelle. Les émigrés politiques polonais sont à l’origine des premières traductions des œuvres de Darwin et de celles de l’anthropologue français Armand de Quatrefages (1810-1892), des informations sur les travaux de Jacques Boucher de Perthes (1788-1868), des débuts des recherches craniologiques, de l’exposition polonaise d’anthropologie et d’ethnographie lors de l’Exposition universelle de 1878 à Paris. Souvent liés à la Société d’anthropologie de Paris, créée en 1859 – l’année même de la publication de L’origine des espèces de Darwin –, ils ont activement contribué à la réception et à la diffusion du darwinisme et se sont impliqués, y compris en Pologne, dans l’émergence d’une nouvelle science : la préhistoire.

Les émigrés et la traduction de Origin of species

5Il est difficile de présenter l’histoire de l’avènement du darwinisme sans évoquer les traductions des œuvres de Darwin. Suite aux trois partages du pays (1772, 1793, 1795), la Pologne – en dehors d’une courte période de libération par l’armée napoléonienne – reste durant 123 ans un pays occupé. La Prusse occupe la Pologne occidentale (Poméranie, Grande Pologne et Silésie) ; l’Autriche, la Pologne méridionale et en partie orientale (une partie de la Silésie, Petite Pologne avec la Cracovie, et la Galicie avec Lvov) ; la Russie, le reste de la Pologne et de la Lituanie (Mazovie avec Varsovie, Podlasie ainsi que l’Ukraine occidentale, autrefois polonaise). Les institutions scientifiques qui parviennent à exister en Pologne en dépit des interdictions et des limites imposées par les puissances occupantes ne peuvent qu’exceptionnellement exprimer leurs travaux en polonais, langue dont l’usage est limité et parfois même interdit. L’enseignement implique donc de disposer d’une parfaite connaissance de l’allemand (dans les parties du pays occupées par les Prussiens et par les Autrichiens) ou du russe (du fait de l’occupation russe). Les élites intellectuelles polonaises maîtrisent traditionnellement bien le français. La traduction en polonais n’est par conséquent pas nécessaire pour que l’œuvre de Darwin, traduite en Occident, soit connue des naturalistes en Pologne, d’autant que les universités germanophones de Breslau (aujourd’hui Wrocław) et Dorpat (aujourd’hui Tartu), ainsi que l’université de Saint Vladimir de Kiev, sont d’importants centres académiques des sciences naturelles. Dans ce contexte, les traductions sont plus importantes pour la vulgarisation du darwinisme auprès du grand public que pour les élites scientifiques.

6La première traduction d’extraits de Origin of species est celle de Wacław Mayzel (1847-1916), médecin et cytologiste surtout connu pour sa découverte de la karyokinèse des cellules animales (Komender 2008), qui commence à diffuser sous la forme d’articles dans un périodique de vulgarisation scientifique, Niwa. Ce traducteur de Darwin appartient à l’entourage scientifique du physiologiste et embryologue Henryk Hoyer (1934-1908), le milieu des biologistes étant particulièrement actif au xixe sicèle (Tarkowski et al. 2008) et jouant un rôle déterminant dans l’introduction du darwinisme dans les sciences polonaises (Jeziorski 1992). La revue Niwa, après quatre numéros, décide cependant d’arrêter la publication de ces articles. C’est le changement politique du profil de la rédaction qui en est la cause (Brzęk 1976). La traduction de Mayzel a ensuite été rapidement oubliée, et c’est celle de Szymon Dickstein (1858-1884) qui a marqué l’histoire de l’avènement du darwinisme en Pologne. Dickstein, jeune étudiant qui vient d’obtenir son diplôme de « candidat des sciences naturelles » (équivalent de la maîtrise), poursuit son cursus par des études médicales mais, engagé dans un mouvement clandestin de lutte contre l’occupant russe, il est obligé de fuir Varsovie afin d’éviter l’arrestation. Il s’installe à Genève, puis à Paris. Au cours de son émigration, il tente de continuer ses recherches scientifiques et collabore avec les socialistes exilés et leurs revues. Il entame la traduction polonaise (en 1884) de Origin of species, traduction poursuivie et achevée par le zoologiste Józef Nusbaum-Hilarowicz (1859-1917). C’est donc à un émigré politique que revient le mérite de la traduction, utilisée encore de nos jours dans la recherche et l’enseignement.

Les élèves et collaborateurs polonais de Paul Broca et la naissance de l’anthropologie polonaise

  • 2  Pourtant, aucune des traductions des livres de Topinard en polonais n’est de Kopernicki.
  • 3  Franz Ignaz Pruner (1808-1882), médecin et anthropologue allemand, membre d’une expédition scienti (...)

7Les débuts de la craniologie en Pologne ne sont pas sans rapport avec l’activité d’Izydor Kopernicki (1825-1891), considéré comme le père de l’anthropologie physique, le premier professeur titulaire d’anthropologie de l’Université Jagellon de Cracovie (à partir de 1886) (Stęślicka 1986). Kopernicki, médecin de formation, est obligé pour rembourser sa bourse d’étude de servir dans l’armée russe. Durant la guerre de Crimée, il devient un chirurgien expérimenté. Trois fois décoré pour son courage, il quitte l’armée pour entamer une carrière scientifique à l’université de Kiev où, en plus d’enseigner la chirurgie, il prépare une thèse sur les types de crânes slaves. Engagé dans des activités clandestines et dans la préparation de l’insurrection, Kopernicki est l’un des plus importants acteurs du soulèvement de 1863. Haut fonctionnaire du gouvernement des insurgés, il est obligé de quitter le pays après la défaite. Emprisonné par les Autrichiens, il réussit à s’échapper et à émigrer en France. Durant son séjour à Paris, il rencontre Paul Broca (1820-1884) et Paul Topinard (1830-1911) et il suit les cours de Claude Bernard (1813-1878) et Armand de Quatrefages. C’est donc à Paris qu’il complète sa formation en anthropologie et noue des contacts scientifiques. Il s’engage dans la traduction du manuel de Topinard2. Les biographes de Kopernicki considèrent que c’est à cette époque qu’il devient « un anthropologue professionnel » (Stęślicka 1986 ; Ćwirko-Godycki 1956, 1987). Il quitte Paris en 1864 pour, après un court passage par la Serbie, accepter la proposition d’organiser le musée anatomique de l’université de Bucarest. Durant son séjour en Roumanie, Kopernicki revient tout de même en France : le registre de « Visiteurs et étudiants du Cabinet d’anatomie 1832-1896 » (Archives nationales AJ 15*145) mentionne en effet son nom « M. le Dr Kopernicki de Bucarest de la part de M. le Dr Pruner Bey3 » le 18 décembre 1867. Après quatre années (1864-1871), il décide de s’installer à Cracovie, sa région natale la Podolie lui étant toujours interdite. Il pratique la médecine et s’occupe de recherches scientifiques, tout d’abord dans le milieu associatif, puis à l’université. Auteur d’environ 130 publications dans les domaines de la craniologie (31), l’ethnographie (33), l’anthropologie physique (12), il se fait surtout remarquer par ses études de séries craniologiques des populations slaves (dont les recherches sur l’origine des Bulgares), des Gitans (il est à l’origine de l’idée de l’apparenté de cette population avec les Hindous ; ce travail est d’ailleurs couronné à Paris par le prix Goddard en 1874), des Aïnous et des Japonais sur le matériel envoyé par Benedykt Dybowski. Kopernicki (1882) décrit ainsi l’origine de ce matériel :

« Dr Benedykt Dybowski, médecin à Kamtchatka, a fait en 1879 un voyage sur l’Île de Sakhalin. Il m’a écrit : “en passant quelques jours sur la côte de Sakhalin, j’ai décidé de t’obtenir quelques crânes des Aïnous. J’ai retrouvé, dans ce but, un ancien cimetière des Aïnous à proximité du lieu dit ‘Port de Korsakov’ dans la Baie d’Aniva, et j’y ai personnellement déterré les objets que je t’envoie.” ».

8Ce premier envoi est constitué de huit crânes, deux mandibules, un squelette de femme et divers objets trouvés dans des tombeaux ainsi que divers os retrouvés dans le cimetière auparavant pillé par des soldats russes qui cherchaient des objets funéraires en or et en argent. En 1884, Dybowski lui a envoyé douze autres crânes retrouvés à sa demande sur le même lieu par le Dr Baranowski, un autre médecin polonais travaillant sur l’Île de Sakhalin (Kopernicki 1886). Kopernicki est aussi connu pour ses recherches sur la brachycéphalie en Europe centrale et sur la variabilité des populations montagnardes des Carpates. Wrzosek (1928) remarque que « comme élève de Broca, il transplante sur le terrain polonais les acquisitions scientifiques de l’école anthropologique française ».

9Kopernicki apporte également une importante contribution à la préhistoire polonaise alors naissante. Parmi ses publications, vingt-trois ont pour sujet des fouilles préhistoriques. À maintes reprises, il insiste sur la nécessité de mener des recherches en Pologne sur les plus anciennes traces de l’homme et lors d’une réunion de la commission archéologique de l’Académie des sciences de Cracovie (14 mars 1874), il présente même les prémices d’un premier programme de recherches préhistoriques :

« À l’époque quartenaire, notre pays n’était habité que par les animaux. Nous ne disposons pas d’un véritable savoir sur les régions habitées à cette époque. De quoi avaient l’air ces habitants ? Comment se débrouillaient-ils dans leur environnement ? Quelles étaient leurs coutumes et leur mode de vie? Quelles étaient leurs relations raciales et sociales avec les habitants de l’époque des pays voisins et des contrées plus éloignées d’Europe ? Toutes ces questions restent ouvertes. Elles sont d’une telle importance pour les recherches menées dans le monde – qui progressent très rapidement – qu’elles méritent une attention pleine et particulière » (Abramowicz 1991).

10Ce savant fut par ailleurs le premier à alerter l’opinion publique en Pologne sur la nécessité de la protection des grottes, de la surveillance archéologique des travaux de construction et sur le danger des fouilles faites par des « incompétents jouant aux archéologues » (Abramowicz 1991).

11Teofil Chudziński (1840-1897) est le deuxième anthropologue polonais qui reste sous la forte influence de Broca. Insurgé de 1863, puis exilé à Paris – étudiant à la Faculté de médecine et externe à l’hôpital de la Pitié, dans le service de Broca – il abandonne la pratique de la médecine après une expérience traumatisante du travail de médecin auxiliaire en ambulance, au Jardin des Plantes, durant la guerre de 1870. Nommé préparateur au laboratoire d’anthropologie à l’École des hautes études, il devient l’un des plus importants collaborateurs de Broca (Manouvrier 1897). Outre de nombreuses préparations anatomiques, la réalisation de moulages et l’établissement de nouvelles techniques de conservation des corps – principaux objets de son travail –, il publie environ cinquante travaux dans le domaine de l’anatomie et de l’anthropologie (Ćwirko-Godycki 1987). Il est considéré, en Pologne, comme un fondateur de l’anthropologie des parties molles de l’organisme (Loth 1937) ; c’est aussi l’un des premiers Polonais à avoir travaillé sur l’anatomie des Primates. Ses biographes polonais soulignent l’importance de son ouvrage Anatomia porównawcza zwojów mózgowych [Anatomie comparée de circonvolutions cérébrales] édité en 1878 par Towarzystwo Nauk Ścisłych [la Société des sciences exactes]. Cette publication, première en son genre en polonais à Paris, témoigne bien de la censure et des oppressions auxquelles était soumise la science en Pologne.

Les correspondantes parisiennes de Biblioteka Warszawska

12La presse joue un rôle prépondérant dans la diffusion du darwinisme en Pologne. Biblioteka Warszawska. Pismo poświęcone naukom, sztukom i przemysłowi. [Bibliothèque de Varsovie. Revue de la Science des arts et de l’industrie]compte parmi les plus importants titres s’intéressant aux questions scientifiques. Cette revue est d’un très bon niveau durant toute son existence (1841-1914). D’abord très libérale, Biblioteka Warszawska devint plus conservatrice durant la période du positivisme. Elle publie régulièrement une « chronique parisienne » au sujet des nouvelles culturelles et scientifiques et est, jusqu’en 1876, l’unique périodique de vulgarisation scientifique à Varsovie.

13Deux femmes émigrées sont les correspondantes parisiennes de Biblioteka Warszawska, dont Zofia Węgierska (1825-1869), écrivain et journaliste. C’est par ses « chroniques parisiennes » que les lecteurs polonais sont informés de la reconnaissance des travaux de Boucher de Perthes, et en particulier de l’affaire de la mâchoire de Moulin-Quignon. Abramowicz (1969) souligne l’importance de cette communication : « En même temps qu’on dénonçait l’attitude slavophile en archéologie, on se laissa séduire par un tout autre ordre d’idées. À cette époque, notamment, commencent à s’infiltrer en Pologne les premières informations concernant des études récentes sur les origines de l’homme. L’une de premières communications à ce sujet, due à la plume de Zofia Węgierska, paraît en 1863 dans la revue Biblioteka Warszawska. Il y est question d’ossements humains prédiluviens découverts par Boucher de Perthes aux environs d’Abbeville, et de discussion idéologiques suscitées par cet événement ». Les informations publiées par Biblioteka Warszawska sont d’autant plus importantes que les relations polonaises de Boucher de Perthes, son amitié avec un historien Joachim Lelewel (1786-1861) et un zoologiste Feliks Jarocki (1790-1865), ne jouent aucun rôle dans la réception de son œuvre en Pologne (Abramowicz 1974, 1997). En 1864, Zofia Węgierska publie un compte rendu des discussions de l’Académie des sciences au sujet de la théorie de Darwin et l’analyse de l’Académie de Origin of Species.

14Seweryna Duchińska (1816-1905), écrivain qui popularise les sciences naturelles, est contrainte de fuir Varsovie et de se refugier en France après avoir participé à la conspiration indépendantiste de 1863. À partir de 1869, suite au décès de Zofia Węgierska, elle prend en charge la chronique parisienne de Biblioteka Warszawska. Épouse de Franciszek Duchiński (1816-1893) – historien, ethnographe, politicien exilé, auteur d’une hypothèse sur les origines non slaves de la Russie et ardent adversaire des panslavistes (Duchiński 1859, 1864) –, elle est particulièrement active dans les milieux intellectuels de l’émigration polonaise et noue de nombreux contacts scientifiques en France, notamment avec l’historien Henri Martin (1810-1883) et le professeur d’anthropologie Armand de Quatrefages. Intéressée par les questions liées au darwinisme, Duchińska publie, dans les chroniques parisiennes, des articles tels que « Le darwinisme et la Société anthropologique de France » (Duchińska 1870a) ou encore « Une conclusion sur l’œuvre de M. Quatrefages au sujet du darwinisme et du transformisme» (Duchińska 1870b). Elle est, avec son mari, l’un des plus importants organisateurs de l’exposition anthropologique et ethnographique polonaise à Paris en 1878, qu’elle décrit également dans Biblioteka Warszawska.

15Les textes de Węgierska et Duchińska constituent une importante contribution dans la réception du darwinisme en Pologne, en particulier grâce à la popularité de la revue dont elles étaient les correspondantes. Remarquons également la position éminente de ces deux femmes dans le milieu scientifique polonais en exil, à une époque où l’acceptation de Clémence Royer (1830-1902) au sein de la Société anthropologique de Paris est considérée comme un véritable événement (Wartelle 2004).

La Société d’anthropologie et d’ethnographie polonaise de Paris et l’exposition universelle de 1878

  • 4  Il est intéressant de rappeler les contacts entre ce chercheur et Erazm Majewski (1858-1922), fond (...)

16L’émigration polonaise du xixe siècle fonde, en exil, plusieurs sociétés savantes. Une telle institutionnalisation des activités scientifiques permet de mieux organiser les recherches, mais aussi de répondre à une condition exigée par l’administration du pays d’accueil, toutes les organisations culturelles et politiques polonaises devant obtenir une permission légale pour leurs activités. De cette façon s’exprime aussi l’existence de la science et de la culture polonaise malgré l’assujettissement de la Pologne. Durant les plus dures périodes d’occupation, ces groupements savants en exil remplissent le vide institutionnel créé par leur interdiction en Pologne. La Société d’anthropologie et d’ethnographie polonaise de Paris se constitue en avril 1878 avec pour but « l’étude scientifique de toutes les populations qui peuvent, à titre quelconque, être rattachées à la nationalité polonaise ». En réalité, son activité se limite à l’organisation d’une exposition polonaise lors de l’exposition universelle de 1878. L’histoire de cette Société a déjà été l’objet de recherches (Ćwirko-Godycki 1958 ; Abramowicz 1975, 1991) principalement fondées sur l’analyse des quelques documents existants : statuts, appel de la Société afin de trouver des objets pour l’exposition, catalogue d’exposition, quelques articles d’époque dont un, principalement, de­ Zaborowski4 (1879). Les mémoires de Duchińska (1893) livrent également plusieurs détails sur l’histoire de la Société et de l’Exposition.

17Plusieurs personnages marquants de la science polonaise figurent parmi les membres fondateurs de la Société. Franciszek Duchiński en est le président, et son appartement parisien en est même le siège légal. Edward Landowski (1839-1882), médecin et anthropologue, autre insurgé de 1863 et connu plus tard pour son organisation du traitement de la tuberculose en Algérie, est secrétaire général, et Teofil Chudziński, son secrétaire ordinaire. L’activité de la Société est également soutenue par de nombreuses personnalités éminentes de l’émigration, parmi lesquelles les anthropologues Edward Goldstein (1844-1920) et Sigismond Moindron-Zaborowski (1851-1928), Władysław Mickiewicz (1838-1926) fils du poète, le sculpteur Cyprian Godebski (1835-1909), le professeur de lettres et traducteur Wacław Gasztowtt (1844-1920) et de nombreux artistes et ingénieurs. Paul Topinard en est le président honoraire. Abramowicz (1975) note le réel alignement de cette société à la Société d’anthropologie de Paris, qui devait même récupérer ses collections en cas de cessation d’activité.

18Le but principal de l’exposition présentée en 1878 est de montrer au monde entier que la Pologne existe toujours. Mortillet (1878) remarque à juste titre que « Deux nations qui ne peuvent pas exposer officiellement, l’Allemagne et la Pologne, se sont ingéniées par différents artifices à nous adresser néanmoins leurs envois ». C’est principalement grâce à l’énergie et aux relations de Duchiński (Duchińska 1893) qu’il est possible de réunir tant d’objets et d’exposants (5 musées privés ou associatifs et 29 exposants particuliers). L’exposition est accueillie comme un grand succès de la cause polonaise. Henryk Sienkiewicz (1846-1916), écrivain et, à l’époque déjà, une des plumes journalistiques les plus lues en Pologne, ajoute que :

  • 5  Pierre Édouard Teisserenc de Bort (1814-1892).

« Pour finir, je me permets de revenir encore une fois à la section [de l’exposition] aménagée par la Société anthropologique polonaise de Paris. Je répète que, vus les modestes moyens dont dispose cette Société, cette exposition représente véritablement le fruit d’un travail acharné et d’efforts qui ne craignirent pas les difficultés. En comparaison aux autres sections, elle n’a rien à envier, c’est certain et j’ai remarqué que ce fut l’une des premières à attirer l’attention du ministre Teisserenc de Bort5 et par la suite les éloges de toute la presse locale. Cette participation à un travail scientifique, et au même titre que les autres, cette manifestation de vivacité scientifique constitue un acte véritablement civique et un exemple à suivre, beaucoup plus parlant que toutes ces déclamations qui ne donnent que de la fumée sans lumière ni chaleur. » (Sienkiewicz 1878).

19Le catalogue indique qu’à côté des objets qui ne sont exposés que pour prouver la gloire et la grandeur passée de la Pologne (comme le « Vase de Venise trouvé après la bataille de Vienne sous la tente d’un pacha turc (1683) » ou le « Triptyque de campagne portatif en bronze trouvé sur le champ de bataille de Grunwald (1410) »), il y a aussi des collections d’une grande valeur scientifique comme des objets de fouilles paléolithiques (Caverne du mammouth près de Cracovie) de Jan Zawisza (1822-1887), fondateur d’un musée archéologique à Varsovie, ou des séries craniologiques d’Izydor Kopernicki. Les « Trente-deux costumes nationaux des paysans » du musée du comte Dzieduszycki de Lvov attirent l’intérêt des visiteurs et de la presse (Duchińska 1893).

20L’exposition, saluée par la quasi-totalité de la presse polonaise, est néanmoins aussi un lieu de confrontation d’idées entre partisans de la nouvelle archéologie positiviste et ceux de l’ancienne école. D’après Abramowicz (1969), cette nouvelle école se caractérise par son esprit critique et une rupture avec les travaux d’archéologues antiquaires (qui, dans le cas de la Pologne, se concentrent sur la recherche des traces matérielles d’une civilisation slave riche et brillante), par l’association de disciplines auxiliaires (géologie, paléontologie, craniologie, anatomie comparée) aux recherches archéologiques, par une professionnalisation du métier d’archéologue et par son institutionnalisation. Duchińska (1893) décrit la polémique autour de l’authenticité d’une légendaire épée du roi Boleslas le Vaillant (967-1025), objet considéré comme un faux par les archéologues positivistes. D’importantes divergences d’opinions divisent également les anthropologues, surtout les darwiniens et les ethnographes. Selon les dires de Duchińska, ces anthropologues traitent leurs adversaires de « spiritualistes » (Abramowicz 1975).

Les critiques et les adversaires du darwinisme

21Les études sur la réception de l’évolutionnisme darwinien en Pologne sont relativement nombreuses (Kępa 1996 ; Brzęk 2001 ; Kuźnicki 2009a). L’arrivée de cette théorie dans ce pays est, comme partout en Europe, liée à des polémiques parfois violentes dans la presse, entre ses partisans et ses adversaires. Naturellement, les deux camps sont représentés dans le milieu des émigrés polonais. L’exposition universelle de 1878 devient terrain d’échange des opinions. Une partie de la presse polonaise s’indigne que l’on expose les restes humains près de ceux des singes. Sienkiewicz s’exprime à ce sujet en prenant la défense des organisateurs de l’exposition :

« Toutes les questions qui sortent du champ d’intérêt des recherches scientifiques, comme celles de la politique ou de la religion, sont entièrement étrangères [à cette exposition]. Ainsi est-ce de manière totalement inutile que l’on a cherché à interpréter comme une certaine « tendance » le fait que dans l’exposition française il y eut à côté des spécimens humains d’embryons, de squelettes et enfin de peaux empaillées de singes, à savoir d’orangs-outans, de chimpanzés et de gorilles. Les sciences exactes n’ont aucune “tendance”, si ce n’est une seule : la recherche de la vérité ; et dès qu’elles commencent à servir d’autres buts secondaires, qu’elles s’adonnent au prosélytisme, elles tombent dans la prostitution. La science contribue à la gloire de la nation qui la pratique et progresse et c’est un de ses formidables privilèges, et non un de ses buts. Son seul but se borne à étudier la chaîne des causalités. Pour cette raison, elle ne doit pas reculer et ne reculera devant aucune question. Il lui est donc permis, dans ce but de comparaisons et de recherches anatomiques, pour répondre à ces questions qui lui sont propres, de mettre ensemble des ossements humains avec tout autre chose dont elle aurait besoin. Ni Martin, ni Quatrefages, ni le docteur Broca n’ont eu l’intention préméditée de propager cette pensée comme religion sociale, selon laquelle l’homme descendrait du singe et qu’il lui serait permis de sauter comme un babouin. Ils se comporteraient cependant comme des enfants, et non comme des scientifiques, s’ils regardaient la théorie de Darwin du point de vue des curés provinciaux français. Darwin ne conseillait par ailleurs à personne de grimper sur les arbres, de faire des galipettes, ni de mordre des glands en louchant comme les singes. Il n’affirmait pas non plus que l’homme descend de l’orang-outan, du chimpanzé ou du gorille, mais il a seulement avancé la supposition selon laquelle les ancêtres de l’homme se sont séparés, à la façon d’une branche distincte, des espèces de singes de l’ancien monde durant la première période de la formation géologique tertiaire. Un jour, la science confirmera ou affirmera cette supposition » (Sienkiewicz 1878).

22Rares sont les adversaires du darwinisme parmi les scientifiques polonais exilés du xixe siècle. Une des plus virulentes critiques vient toutefois d’un savant émigré d’une grande renommée, Ignacy Domeyko (1802-1889). Ce géologue et minéralogiste, prisonnier politique et insurgé, quitte la Pologne en 1832. Après des études au Muséum national d’histoire naturelle, au Collège de France et à l’École des Mines, il se rend au Chili pour y devenir l’un des plus importants savants travaillant en Amérique du Sud. Très actif dans le milieu des émigrés politiques, il garde de nombreux contacts en France et en Pologne. En 1882, année de publication en Pologne de nombreux éloges sur Darwin, la revue Kronika Rodzinna [Chronique familiale] publie sous le titre « Darwin et Agassiz » une lettre envoyée le 1er mars 1882 de Santiago par Domeyko à Antoni Edward Odyniec (1802-1885), écrivain et proche ami de l’époque de ses études à Vilnius. Dans ce texte, Domeyko s’inquiète de la popularité de Darwin, Vogt et Renan dans la presse polonaise en se doutant que, contrairement à l’Angleterre, l’Allemagne ou la France, il n’y a pas en Pologne d’adversaires suffisamment talentueux pour contrer leurs idées. Sur une page, il présente sa critique des écrits de Darwin, en se fondant sur les observations géologiques et faunistiques qu'il a menées au Chili, et expose sa façon de travailler (abandon rapide de recherches « trop fastidieuses » de la position des couches d’argile et de calcaire, et l’exploration de ses coquilles, ainsi que les délais trop courts de séjour dans les Andes pour des observations publiées ensuite). Domeyko oppose cette « légèreté de travail » aux recherches faites en Amérique du Sud par Louis Agassiz (1807-1873), qu’il connut lors de ses études à Paris. Durant sa « longue et dure expédition » (Domeyko 1882), Agassiz et sa femme furent les invités de Domeyko à Santiago. Dans ce courrier, publié dans Kronika Rodzinna, Domeyko cite sur une page les critiques de Darwin publiées par Agassiz dans Principle of zoology. La lettre de Domeyko constitue la première présentation en Pologne des idées et des travaux d’Agassiz.

23L’exposé de l’histoire de l’avènement du darwinisme en Pologne et du rôle qu’a joué l’émigration ne serait pas représentatif si l’on omettait la traduction de l’ouvrage qui, dans la discussion polonaise sur l’évolution, eut un effet comparable à celui de Origin of Species. Il s’agit d’un livre d’Armand de Quatrefages publié en 1870 : Charles Darwin et ses précurseurs français : étude sur le transformisme. Il est difficile aujourd’hui d’expliquer les raisons du choix de cet ouvrage et non d’un autre et l’importance qu’il prit en Pologne. Il n’est pas à exclure que l’amitié et les relations personnelles de Quatrefages avec les réfugiés polonais, dont Duchiński et sa femme (Duchińska 1893), jouèrent un certain rôle. La traduction est mise en œuvre par Julian Ochorowicz (1850-1917), un des pionniers polonais dans le domaine de la psychologie et proche ami du physiologiste Charles Richet (1850-1935). Même si Quatrefages est considéré comme un adversaire de la conception darwinienne, son traducteur polonais joue un rôle important dans la vulgarisation d’œuvre de Darwin. On considère que les naturalistes polonais avaient à l’époque une bonne connaissance des travaux des transformistes prédarwiniens français (Kuźnicki 2009b). La traduction de Charles Darwin et ses précurseurs français : étude sur le transformisme y contribua sans doute beaucoup. Les idées des importants adversaires de Darwin, tel qu’Agassiz ou Quatrefages, eux aussi, sont arrivés en Pologne par le biais des émigrés politiques.

Conclusion

24Le rôle de l’émigration dans l’avènement du darwinisme en Pologne n’a jamais fait auparavant l’objet d’une analyse. Nous pouvons affirmer que la contribution des exilés politiques a été primordiale dans la traduction et la vulgarisation des œuvres de Charles Darwin (voir Dickstein et les « chroniques parisiennes » de Węgierska et Duchińska), dans la transmission des informations et des discussions sur l’évolution en Europe occidentale, dans la naissance de l’anthropologie physique et dans les débuts des recherches préhistoriques (voir Kopernicki et Chudziński). Si les historiens des sciences reconnaissent aujourd’hui que le darwinisme s’est répandu en Pologne par diverses voies, ils négligent néanmoins dans leurs études une des principales voies : celle de l’émigration politique polonaise. Ce sont également les écrits des exilés qui ont fortement influencé ce grand changement de mentalité des élites polonaises après la défaite de 1863. Un tel apport de l’émigration au discours scientifique dans un pays est sans précédent à l’échelle de l’Europe.

25C’est pour l’émigration politique un mérite d’avoir pu à la fois dépasser les interdits des occupants (censure et liquidation des institutions scientifiques) et présenter les résultats obtenus dans des conditions particulièrement pénibles. L’exposition anthropologique et ethnographique polonaise, lors de l’exposition universelle de 1878, a été l’occasion d’une grande manifestation de vivacité de la science polonaise et de son unité, malgré le partage du pays entre trois occupants.

26Un autre mérite de l’émigration scientifique est d’avoir fait connaître aux lecteurs polonais des écrits des antidarwiniens occidentaux. Grâce à Ochorowicz et Duchińska, les travaux de Quatrefages sont devenus facilement accessibles à Varsovie ; et c’est Domeyko qui a fait découvrir aux Polonais les idées d’Agassiz. Remarquons qu’une partie de la presse en Pologne n’a pas hésité à comparer les darwinistes ; et les avocats allaient jusqu’à utiliser le motif de « conditions sociales et éducation dont la lecture de Darwin fait partie » pour demander la clémence de leurs clients criminels (Brzęk 1982). En revanche, la présentation des idées antidarwinistes par les émigrés faisait appel à des ouvrages scientifiques et aux discussions menées au sein des sociétés savantes en Occident. Ce sont aussi les émigrés qui ont probablement été les premiers à remarquer le danger d’une dérive de la discussion médiatique sur le darwinisme. Duchińska a noté la nécessité de faire attention à ce que la théorie de Darwin ne soit pas réduite à un simple outil de propagande antireligieuse et que, à son tour, elle ne devienne pas une nouvelle religion ; mise en garde particulièrement lucide à une époque où une partie des positivistes polonais devenait partisane d’un darwinisme social.

27En présentant les mérites de la science en exil, il ne faut pas oublier la situation particulièrement difficile de travail et de vie de ces émigrés politiques polonais du xixe siècle à Paris. Ce n’est qu’exceptionnellement qu’ils arrivent, comme Teofil Chudziński, à trouver un travail correspondant au moins partiellement à leur niveau d’études. Une grande partie d’entre eux, pour pouvoir poursuivre leurs recherches, est obligée de s’exiler vers d’autres pays (notamment Domeyko et Kopernicki). Leur situation matérielle ne laisse parfois entrevoir aucun espoir. Les biographes de Dickstein voient dans l’état miséreux qu’il connut à Paris la cause première de son suicide. La précarité de la situation de ces émigrés n’est pas uniquement économique : surveillés par la police et sous un constant contrôle administratif, ils sont exposés aux risques d’interdiction de leurs activités et à une possible mesure de reconduite à la frontière. Le rapprochement franco-russe, à compter des années 1890, a obligé les Duchiński à quitter la France durant plusieurs années. Dans ces circonstances particulièrement difficiles, leur participation à la vie scientifique et intellectuelle et l’importance de leur œuvre incitent à la réflexion.

Haut de page

Bibliographie

Abramowicz, A. 1969. « Tournant positiviste en archéologie polonaise », Archaeologia Polona, XI : 131-141.

Abramowicz, A. 1974. « Dalecy i Bliscy. Szkice z dziejów archeologii », Acta archaeologica Lodziensia, 23 : 1-123.

Abramowicz, A. 1975. « Société d’Anthropologie et d’Ethnographie Polonaise de Paris (1878-?) », Kwatalnik Historii Nauki i Techniki XX/1 : 79-88.

Abramowicz, A. 1991. Historia archeologii polskiej XIX i XX wiek. Instytut Historii Kultury Materialnej Polskiej Akademii Nauk, Oficyna Bibliofilów, Warszawa-Łódź, Pologne, 208 p.

Abramowicz, A. 1997. Idee, rzeczy i maski (Jacques Boucher de Perthes : 1788-1868). Komitet Historii Nauki i Techniki Polskiej Akademii Nauk, “Retro-Art”, Warszawa, Pologne, 268 p.

Brzęk, G. 1976. « W stulecie odkrycia kariokinezy-Wacław Mayzel i jego dzieło », Przegląd Zoologiczny XX/2 : 155-159.

Brzęk, G. 1982. « Benedykt Dybowski i Józef Nusbaum-Hilarowicz jako pionierzy darwinowskiego ewolucjonizmu w Polsce », Przegląd Zoologiczny XXVI/1 : 20-35.

Brzęk, G. 2001. « Recepcja darwinizmu w Polsce », in : A. Strzałkowski (éd.), Recepcja w Polsce nowych kierunków naukowych. PAU Kraków : 273-291.

Ćwirko-Godycki, M. 1956. « Izydor Kopernicki ». Materiały i prace antropologiczne, 32 : 1- 41.

Ćwirko-Godycki, M. 1958. « Polskie Towarzystwo Antropologiczne na emigracji », Materiały do Historii Antropologii. Człowiek w czasie i przestrzeni, 1/3 : 146-148.

Ćwirko-Godycki, M. 1987. « Izydor Kopernicki », in : S. Feliksiak (éd.), Słownik Biologów Polskich. Państwowe Wydawnictwo Naukowe, Warszawa : 102-103, 275-276.

Domeyko, I. 1882. « Darwin i Agassiz. List Ignacego Domeyki do A.E. Odyńca », Kronika Rodzinna», X/11 : 333-336.

Duchińska, S. 1870a. « Darwinizm i Towarzystwo Antropologiczne francuskie », Biblioteka Warszawska, 2 : 277-279

Duchińska, S. 1870b. « Konkluzja dzieła p. Quatrefages co do darwinizmu i transformizmu », Biblioteka Warszawska, 3 : 272-273.

Duchińska, S. 1893. Z tułactwa 1864-1893. Drukarnia Ludowa, Lwów, Pologne, 276 p.

Duchiński, F. 1859. Zasady dziejów Polskie i innych krajow słowianskich i Moskwy. Paris- Renou i Maulde, 98 p.

Duchiński, F. 1864. Peuples aryâs et tourans, agriculteurs et nomades, nécessité des réformes dans l’exposition de l’histoire des peuples aryâs-européens et tourans, particulièrement des Slaves et des Moscovites. Paris, F. Klincksieck, 186 p.

Jeziorski, K. G. 1992. Rozwój wiedzy embriologicznej w Warszawskim środowisku medycznym a ewolucjonizm/1859-1939/. Wydawnictwo Instytutu Historii Nauki i Techniki PAN, Warszawa, Pologne, 140 p.

Kępa, Z. 1996. « Recepcja darwinizmu na ziemiach polskich w latach od 1859 do 1884 », Zagadnienia filozoficzne w nauce, XVIII : 29-51.

Komender, J. 2008. « Kilka słów o doktorze Wacławie Mayzlu i jego odkryciu », Postępy Biologii Komórki, 35/3 : 405-413.

Kopernicki, I. 1882. « O kościach i czaszkach Ainosów », Pamiętnik Akademii Umiejętności w Krakowie. Wydział Matematyczno-Przyrodniczy, 7 : 27-68.

Kopernicki, I. 1886. « Czaszki Ainów, według nowych materiałów opracowane i opisane », Pamiętnik Akademii Umiejętności w Krakowie, Wydział Matematyczno-Przyrodniczy, 12 : 45-86.

Kuźnicki, L. 2009a. « Percepcja Darwinizmu na ziemaich polskich w latach 1860-1881 », Kosmos, Problemy Nauk Biologicznych, 58/ 3-4 : 279-285.

Kuźnicki, L. 2009b. « Postać i dzieło Karola Darwina w Polskim Piśmiennictwie 1882 roku », Kosmos, Problemy Nauk Biologicznych, 58/ 3-4 : 287-295.

Loth, E. 1937. « Teofil Chudziński (1842-1897) », in : W. Konopczyński (éd.), Polski Słownik Biograficzny. PAU Kraków : 478-479.

Manouvrier, L. 1897. « Notice sur Théophile Chudziński », Bulletin de la Société d’Anthropologie de Paris : 664-670.

Markiewicz, H. 1999. Pozytywizm. Warszawa, Państwowe Wydawnictwo Naukowe, 610 p.

Mortillet, G. de. 1878. « Sur l’exposition et le congrès d’anthropologie », Bulletin de la Société d’Anthropologie de Paris, série. 3, t. 1 : 185-186.

Porter, A. B. 1996. « The Social Nation and Its Futures: English Liberalism and Polish Nationalism in Late Nineteenth-Century Warsaw », The American Historical Review, 101/5 : 1470-1492.

Quatrefages, A. de. 1870. Charles Darwin et ses précurseurs français : étude sur le transformisme. Paris, G. Baillière, 378 p. [traduction polonaise de Julian Ochorowicz : Karol Darwin i jego poprzednicy. Warszawa, Gebetner i Wolff, 355 p.].

Stęślicka, W. 1986. « Początki kraniologii w Polsce », Materiały i Prace Antropologiczne, 107 : 7-20.

Strasburger, E. 1863. « Dwupłciowość, wielokształtność i krzyżowanie się roślin. Rzecz w duchu teoryi Darwina wyłożona », Biblioteka Warszawska, 1 : 27-65.

Statuts de la Société d’anthropologie et d’ethnographie polonaise de Paris. Paris, Imprimerie d’Adolphe Reiff, 1878, 8 p.

Tarkowski, A. K., M. Maleszwski, T. Rogulska, M.A. Ciemierych, E. Borsuk. 2008. « Mammalian and avian embryology at the University of Warsaw (Poland) from XIX century to the present », International Journal of Developmental Biology, 52/ 2-3 : 121-134.

Sienkiewicz, H. 1878. « Z wystawy antropologicznej w Paryżu. Nowiny 42 et 44 », in : J. Krzyżanowski (éd.), Dzieła. Listy z podróży i wycieczek. Państwowy Instytut Wydawniczy. Warszawa : 121-138.

Wartelle, J.-C. 2004. « La Société d’anthropologie de Paris de 1859 à 1920 », Revue d’histoire des sciences humaines, 10 : 125-171.

Wrzosek, A. 1928. « L’évolution de l’anthropologie en Pologne au xixe siècle », Revue anthropologique, XXXIX : 217-221.

Zaborowski, S. 1879. « Exposition de la Société d’anthropologie et d’ethnographie polonaise de Paris à l’Exposition des sciences anthropologiques », Revue d’anthropologie, 7, série 2, t. 2 : 156-163.

Haut de page

Notes

1  Nous savons très peu de chose sur la vie de Leon Kąkolewski en Pologne. La Grande encyclopédie universelle, tout comme le Dictionnaire biographique polonais ne lui consacrent pas de notice biographique.

2  Pourtant, aucune des traductions des livres de Topinard en polonais n’est de Kopernicki.

3  Franz Ignaz Pruner (1808-1882), médecin et anthropologue allemand, membre d’une expédition scientifique en Égypte (1832), nommé par le vice-roi Mehmed Ali (1769-1849) à la tête de la chaire d’anatomie et de physiologie de l’École de médecine d’Abou-Zabel. En 1865, il devient le président de la Société d’Anthropologie ; c’est probablement à cette époque qu’il fait la connaissance de Kopernicki.

4  Il est intéressant de rappeler les contacts entre ce chercheur et Erazm Majewski (1858-1922), fondateur de l’école préhistorique de Varsovie et maître de toute une génération d’archéologues polonais. Sur la recommandation de Zaborowski, il est devenu en 1907 membre correspondant de la Société anthropologique de Paris.

5  Pierre Édouard Teisserenc de Bort (1814-1892).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Piotr Daszkiewicz, « Science en exil », Les nouvelles de l'archéologie, 129 | 2012, 6-12.

Référence électronique

Piotr Daszkiewicz, « Science en exil », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 129 | 2012, mis en ligne le 30 octobre 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/1832 ; DOI : 10.4000/nda.1832

Haut de page

Auteur

Piotr Daszkiewicz

Service du Patrimoine naturel, Muséum national d’histoire naturelle, Paris,
piotrdas@mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org