Navigation – Plan du site
Dossier

La bibliothèque des antiquaires français (xvie-xviiie siècle)

Une histoire culturelle des pratiques archéologiques
Arianna Esposito, Pierre Pinon et Magali Vène
p. 23-29

Texte intégral

1Le projet Les livres d’antiquaires dans la tradition archéologique française (xvie-xviiie siècle) rassemble, dans une première approche bibliographique, des ouvrages sur l’Antiquité imprimés en France des origines de l’imprimerie au xviiiesiècle. Pour la période allant de la Renaissance à l’aube du xviiiesiècle, la source constituée par les livres sur l’Antiquité est encore méconnue et souvent inexplorée, malgré les travaux des érudits des xixe et xxe siècles (Pinon 1991  ; Lemerle 2005). Ce constat nous a amené à questionner le thème de l’«  antiquarisme » afin d’établir une histoire comparée des antiquaires de l’Occident. Le projet ambitionne de reconstituer les réseaux intellectuels et éditoriaux qui véhiculent les savoirs sur l’Antiquité. Il tient compte des courants et des figures qui furent les plus marquants. Il vise simultanément à refléter la diversité des pratiques antiquaires et leurs conditions de réception et à répertorier les institutions qui favorisent l’émergence de l’archéologie  : quelle est la nature du savoir des antiquaires  ? Comment se construit-il  ? Et quel crédit peut-on apporter aux documents qu’ils produisent  ?

2Le thème offrant de multiples possibilités d’analyse, nous avons sérié des définitions pour circonscrire le sujet. Le champ des études antiquaires, tel que défini à l’époque moderne, est en effet très vaste. Il englobe ce que nous appelons aujourd’hui archéologie, mais il fait une place à l’histoire de l’art, à l’histoire des mœurs et à celle des institutions. Nous avons donc retenu les ouvrages qui ont un recours systématique aux sources matérielles  : la numismatique et les témoins de la culture matérielle, la statuaire, l’épigraphie, ainsi que les descriptions topographiques de monuments anciens (descriptions et analyses des monuments, des inscriptions, des monnaies, inventaires des découvertes et des collections, chroniques archéologiques, comptes rendus de découvertes et de fouilles, synthèses thématiques). Il est possible dès à présent de connaître le pourcentage des ouvrages à caractère archéologique dans l’ensemble des livres d’antiquités  : s’ils sont très exceptionnels au xvie siècle – on songe notamment aux œuvres de Poldo d’Albenas, de Gabriello Simeoni ou d’Elie Vinet –, au xviie siècle ils représentent plus de 20  % de la littérature du genre. Au xviiie siècle, ce chiffre double quasiment. On en déduit que, sur ces deux derniers siècles, le nombre d’ouvrages qui traitent des sources matérielles augmente en proportion (Burke 2003). Certains monuments antiques, de rares pièces de sculpture et nombre d’inscriptions latines ont fait l’objet d’études particulières. En revanche, les trouvailles monétaires sont rarement signalées. À ce titre, un exemple éloquent est donné par L’origine e le antichità di Lione de Gabriello Simeoni.

3Le bouleversement des représentations du passé au xviiie siècle en fait un cas d’étude spécifique (Polignac et Raspi-Serra 1998). Même si la connaissance de l’Antiquité reste essentiellement livresque, l’impact profond des grandes découvertes archéologiques, qu’il s’agisse de Pompéi ou d’Herculanum (Beschi 1986  ; Gran-Aymerich 1998  : 25-26), fait apparaître des questions tout à fait nouvelles dans la culture et la société des Lumières (Schnapp 1993  : 246 sq.  ; Aghion 2002a  ; Franzini 1995). L’intérêt des savants pour la peinture des Anciens, pour les techniques et les procédés employés est ravivé, d’autant plus que les voyageurs d’Herculanum donnent de nombreuses descriptions des peintures (Aghion 2002b  : 84). Les courants artistiques en sont également influencés. L’ouvrage de Jérôme-Charles Bellicard, Observations sur les antiquités de la ville d’Herculanum  : avec quelques réflexions sur la peinture et la sculpture des Anciens, et une courte description de quelques antiquités des environs de Naples, paru à Paris en 1754, illustre ce propos.

4Le xviiie siècle voit d’ailleurs s’imposer les relations de fouilles comme nouveau type de publication (Pinon 1994). À la même époque, les traités encyclopédiques comme celui de Bernard de Montfaucon ou les recueils d’objets comme ceux du comte de Caylus deviennent des ouvrages de référence.

Rappel des recherches

5Ce programme de recherches porte sur le savoir des antiquaires pouvant être reconstitué à travers les moyens de diffusion de leurs connaissances  : les livres et les manuscrits. Pour les livres, il s’agit simplement d’établir la bibliographie des ouvrages publiés en langue française ou éventuellement dans d’autres langues (notamment le latin) et portant sur l’ancienne Gaule (de la protohistoire à l’époque mérovingienne). L’idée de répertorier les manuscrits écrits sur l’archéologie a aussi été retenue. Dans un premier temps, elle se limite aux manuscrits illustrés, moins nombreux et peut-être plus faciles à repérer.

6Ce programme a commencé en 1997 à l’initiative d’Alain Schnapp et de Pierre Pinon. Il a été financé en 1998 et 1999 par The Getty Grant Programm dans le cadre de la recherche «  Inventer le passé  : aux origines de la science moderne de l’Antiquité », incluant aussi un programme dirigé par François de Polignac et Joselita Raspi-Serra. La partie sur la Gaule s’intitulait «  Recherche iconographique sur les antiquités de la Gaule dans les ouvrages imprimés et les manuscrits du xvie au xviiie siècle ». Elle se divisait en deux parties  : la bibliographie et le répertoire des manuscrits illustrés.

7Une première bibliographie établie en 1998 par Sandro Lorenzatti portait sur l’ensemble des ouvrages imprimés et sur une sélection d’articles publiés dans des revues savantes (Mémoires et Histoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Journal des savants, Mémoires de Trévoux, Mercure de France, sélection de Mémoires d’académies provinciales). Cette bibliographie comportait un millier de titres. Devant l’ampleur d’un dépouillement exhaustif des revues, il a été décidé de ne retenir dans un premier temps que les ouvrages (environ 500 titres). À l’examen attentif des titres, il est apparu qu’un certain nombre d’entre eux, malgré la présence du mot «  antiquité », portaient sur le Moyen Âge ou bien ne construisaient pas leur discours historique sur des informations archéologiques. Ils ont été retirés de la liste. Un dépouillement systématique du catalogue de la Bibliothèque nationale de France fait par Monica Breazu sous le contrôle de Magali Vène complète cette bibliographie. Ce travail s’est déroulé dans le cadre d’Area France (Institut national d'histoire de l'art, puis Maison de l’archéologie de Nanterre) en 2000-2001 sous la direction d’Alain Schnapp et Pierre Pinon. Une deuxième sélection a été opérée en 2003 par ce dernier afin de ne retenir que les ouvrages se référant d’une manière significative à des monuments antiques, des objets et des fouilles archéologiques. Il en est résulté une liste d’environ 400 titres. Pour établir une bibliographie des ouvrages à contenu réellement archéologique, il fallait non seulement examiner les titres mais aussi analyser, même succinctement, leur contenu. Ce dépouillement a été commencé par Pierre Pinon et Sonia Lévin puis, à partir de 2006, par Arianna Esposito. Dans la liste élaborée par Sandro Lorenzatti et Pierre Pinon, ont été distingués les ouvrages déjà dépouillés (certains depuis le début des années 1990 par ce dernier) et à conserver, les ouvrages dépouillés et à rejeter, les ouvrages déjà dépouillés et à ranger dans une catégorie particulière où l’argumentation archéologique est restreinte à quelque lignes, et enfin les ouvrages non encore dépouillés. Sont signalés les ouvrages importants à numériser. Dans la phase de dépouillement actuellement effectuée par Arianna Esposito, une description des ouvrages (notamment la présence d’illustrations) et un résumé de leur contenu sont mis en fiches.

8Le travail sur les manuscrits illustrés entrepris en 1999 par Pierre Pinon a consisté à explorer les fonds des manuscrits des bibliothèques et des archives municipales, des archives départementales, des bibliothèques des sociétés savantes des villes moins étudiées que celles du Midi de la France  : Besançon, Caen, Dijon, Langres, Reims et Tours. De nombreux manuscrits, certains inédits ou peu exploités par les érudits locaux, quelquefois illustrés, ont été trouvés. La récolte a été particulièrement riche à Besançon (études sur les oppida et les cités antiques) et à Langres (études sur les antiquités de la ville, sur les circonstances des découvertes archéologiques) (Pinon 2002). Afin de concentrer les capacités de travail sur la bibliographie, cette exploration des fonds de manuscrits a été mise en attente. Mais elle est, comme le dépouillement exhaustif des articles de revues, absolument indispensable à la connaissance du savoir des antiquaires, surtout quand on sait les difficultés financières rencontrées jusqu’au milieu du xixe siècle pour la publication des ouvrages imprimés, notamment illustrés de gravures sur bois ou sur cuivre.

Premières observations sur la bibliographie

9Le premier objectif est de mieux connaître la diffusion des savoirs archéologiques dans le milieu des antiquaires français (membres de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, des académies provinciales, collectionneurs, historiographes) à travers la connaissance du livre d’archéologie. Certains manuscrits ont connu une diffusion locale par la copie – phénomène d’ailleurs de grande ampleur dans certaines villes.

10Ces ouvrages se répartissent en plusieurs catégories  : guides – sur le modèle des guides de Rome comme la Topographie de la ville de Rome de Marliano, publiée à Lyon en 1534 et préfacée par Rabelais –, récits de voyages érudits, descriptions de monuments, de sites ou de villes, catalogues de collections, synthèses thématiques puis, à partir du xviiie siècle surtout, publications de recueils archéologiques (Bernard de Monfaucon, Caylus, La Sauvagère) et rapports de fouilles. Les érudits des grandes villes (Lyon, Paris, Bordeaux…) ont ainsi, dès le xvie siècle, produit une littérature abondante et d’une qualité parfois surprenante par sa modernité – rôle de l’étude des «  monuments » pour la connaissance historique, découverte de la stratigraphie, notion de sédimentation des faits urbains (Nicolas Bergier, Jacob Spon, Elie Vinet).

11Le second objectif est de mieux appréhender les corpus, les méthodes et les objectifs des antiquaires – pas toujours archéologiques au sens strict puisqu’il s’agit souvent de justifier l’antiquité d’une ville, d’une province ou de la nation pour des raisons politiques, institutionnelles, juridiques –, de la prise de connaissance des découvertes (la plupart du temps fortuites) aux méthodes de comparaison et de classement mises en œuvre par les antiquaires.

12Cette bibliographie est très hétérogène. Elle comprend aussi bien des journaux de fouilles (Pierre-Clément Grignon, Bultin des fouilles faites par ordre du Roi, d’une ville romaine, sur la petite montagne du Châtelet, entre Saint-Dizier et Joinville en Champagne, Bar-le-Duc, 1774, et Second bultin des fouilles faites par ordre du Roi, d’une ville romaine, sur la petite montagne du Châtelet, entre Saint-Dizier et Joinville en Champagne, Bar-le-Duc, 1775), des chroniques archéologiques (Nicolas Catherinot, Bourges souterrain, Paris, 1685), des histoires générales de villes (Henri Sauval, Histoires et Histoires et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, 1724), et des recueils d’antiquités (Paul Petau, Explication de plusieurs antiquités recueillies par Paul Petau, … représentées sur 47 planches…, Amsterdam, 1757).

13Des classements thématique et chronologique ont été faits et les ouvrages illustrés ont été décomptés pour une meilleure connaissance de l’iconographie des antiquités de la Gaule du xvie au xviiie siècle.

14Les observations qui suivent portent sur l’état de la bibliographie dans sa configuration de 400 titres.

Classement thématique (tableau 1)

15Les ouvrages principalement consacrés aux antiquités de la Gaule, au sens archéologique large du terme représentent 46,90  %, soit un peu moins de 200 ouvrages. Les monographies de sites, de villes et de provinces totalisent 63,34  % des publications. Ces statistiques, et les suivantes sont provisoires car le dépouillement, c’est-à-dire l’établissement d’une fiche descriptive par ouvrage, n’est pas achevé.

Tableau 1

Tableau 1

Pourcentage dans le corpus des quinze catégories d’ouvrages définies

Classement chronologique

16Sur les trois siècles étudiés, 11,95  % des ouvrages ont été publiés au xvie siècle, 31,46  % au xviie siècle, et 56,59  % au xviiie siècle et dans les premières années du xixe siècle.

17L’étude des ouvrages strictement archéologiques – hors numismatique par exemple, pour laquelle les découvertes locales ne sont pas toujours majoritaires – montre qu’ils sont très rares au xvie siècle (les œuvres de Poldo d’Albenas, de Gabriello Simeoni ou d’Elie Vinet), qu’ils représentent 21,87  % au xviie siècle et 42,24  % au xviiie siècle. Du xvie au xviiie siècle, c’est donc à la fois le nombre général d’ouvrages qui augmente, mais aussi la proportion de ceux à caractère archéologique strict.

État des lieux

18Dans son état actuel, la bibliographie porte sur les antiquités de la Gaule d’époque gallo-romaine. Cette démarche s’explique par un contexte idéologique précis. Les propos que Jacob Spon énonce lors de son voyage en Provence sont à cet égard significatifs  : «  Notre France même peut nous fournir de belles pièces, aussi bien que la Grèce et l’Italie. On néglige quelquefois ce qu’on a pour courir après les curiosités étrangères qui ne valent pas mieux. » (J. Spon et G. Wheeler, Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant, fait des années 1675 et 1676, Lyon, 1678  : 36.) Le périple autour de la France s’impose à cette époque comme une alternative au voyage en Italie qui jouissait d’un prestige important parmi les Français passionnés d’histoire romaine. Le nouveau circuit était destiné à parfaire la connaissance des Anciens. La France renforce ainsi ses prétentions à l’héritage impérial par la mise en valeur de son patrimoine bâti. Les recherches centrées surtout sur les restes de l’Antiquité romaine portent d’ailleurs préjudice aux périodes ultérieures et notamment à l’époque médiévale (Skenazi 2003). Il faudra attendre le romantisme pour que le Moyen Âge soit enfin valorisé et pour que les savants du xviiie siècle lui reconnaissent d’avoir assuré la continuité et la survie de la culture antique (Zink 2001).

19Ont été inclus dans la bibliographie, outre les ouvrages manifestement consacrés aux antiquités, ceux dont la couverture historique est plus large (histoires de villes, de provinces, cosmographies, guides, etc.). Citons à titre d’exemple le Discours historial de l’antique et illustre cité de Nismes, En la Gaule narbonnoise, avec les portraitz des plus antiques et insignes bastimens dudit lieu, reduitz à leur vraye mesure et proportion, ensemble de l’antique et moderne ville publié à Lyon en 1559 par Jean Poldo d’Albenas, qui se distingue par les nombreuses sources utilisées  : des inscriptions (par exemple, p. 16-17) des monnaies (passim), des statues (p. 50 sq.) ou encore la topographie de la ville (p. 21 sq.) avec une planche reproduisant le circuit des murs antiques (p. 26). On y retrouve une étude très détaillée du «  quart de pié antique (ou quadrant) des Romains » selon Leonard de Portis notamment (p. 35 sq.). La grande basilique de Nîmes est également étudiée (p. 67 sq.). Quatre chapitres (xvi-xvii, xviii et xxii) sont aussi consacrés à l’architecture antique et portent respectivement sur la Maison carrée, sur le temple dit de la Fontaine, sur la tour Magne et sur le pont du Gard, ainsi que sur l’amphithéâtre. Des gravures hors-texte – à l’exception de la tour Magne qui, étant donné sont état délabré, n’a fait l’objet d’aucune planche – accompagnent les descriptions. L’ouvrage est donc intéressant à plus d’un titre, et Poldo d’Albenas se démarque des historiens contemporains par la place accordée à l’étude approfondie des ruines romaines (Lemerle 2002). La démarche est évidente dès les premières pages  : le plan de Nîmes orienté vers l’enceinte antique et la vue cavalière de la cité moderne, où l’on distingue les édifices antiques de la ville avec, au loin, le pont du Gard, apparaissent en tête de l’ouvrage.

20Sur le total des études à caractère archéologique menées par ces savants, seul un nombre très restreint de gravures a été publié. La numérisation à terme de l’ensemble du recueil mettra à disposition un corpus complet de l’illustration archéologique antiquaire. L’objectif est, en effet, de cerner, outre la transmission des textes, la mise en œuvre de l’iconographie, la découverte voire la perception, l’appropriation et l’interprétation des vestiges archéologiques par les images (Selbach 2006). Le savoir archéologique de l’époque repose donc beaucoup plus sur des lectures que sur l’étude des monuments, et il faudra attendre la «  révolution caylusienne » pour que l’objet cesse d’être une simple illustration des textes et soit enfin abordé pour sa forme, sa fonction et son lieu de production (Schnapp 2002  : 56). Certes, il serait intéressant de pouvoir approcher, outre les textes, la manière même dont on les lisait. Malheureusement nous ne possédons que des témoignages très sporadiques sur les pratiques de lecture (Bots 1988  ; Cavallo et Chartier 1997).

21La Description de la Limagne d’Auvergne en forme de dialogue, avec plusieurs médailles, statues, oracles publiée par Simeoni et traduite de l’italien par Antoine Chappuys (Lyon, 1561) introduit la traduction comme nouveauté. Mais, il faut attendre le tournant des xviie et xviiie siècles, avec la montée des langues vernaculaires et la mise à l’écart du latin, pour que la traduction devienne un objet de médiation important et permette la diffusion des textes auprès d’un public beaucoup plus large. Bien avant La Deffence et Illustration de la langue françoyse de Du Bellay, l’apport de nombreux intellectuels lyonnais issus de cercles de pensée différents (Lemaire de Belges, Meigret, Pillot, Rabelais, Tory, Marot, Dolet, Peletier) à l’avènement progressif de la langue française en remplacement du latin a été important (Cooper, Defaux et Colombat 2003). Dès 1650, les éditions latines deviennent nettement plus rares, même s’il faut attendre le traité d’Utrecht en 1713 pour que l’adoption du français comme langue internationale soit officialisée. Ainsi, si à Vérone, en 1734, l’auteur de l’Ars critica lapidaria, Francesco Scipione Maffei, qui rédige son Galliae antiquitates quaedam selectae atque in plures epistolas distributae…, représente le trait d’union entre les études épigraphiques et les recherches antiquaires en Italie (Favaretto 1998), en France, l’Antiquité expliquée et représentée en figures de Montfaucon marque, dès 1719, un virage important. C’est une édition en français où la transcription latine bascule désormais en bas de page et où les objets et les monuments (Montfaucon rassemble une énorme documentation) constituent un complément de la tradition écrite (Pomian 1987). Cette démarche «  tend à privilégier l’objet comme unité par rapport à l’objet dans son contexte  : le vase hors de la tombe, le monument hors de son cadre topographique, la monnaie hors de toute stratigraphie » (Schnapp 2002  : 55).

  • 1  Voir à cet égard le très beau volume Sebatiano Serlio à Lyon architecture et imprimerie. I. le tra (...)
  • 2  On signale à cet égard les travaux menés par l’équipe réunissant Sylvie Deswarte-Rosa, Henriette P (...)

22Signalons d’ores et déjà l’importance de la ville de Lyon dans les études antiquaires de la Renaissance (Cooper 1988). Dans le paysage antiquaire français, les Lyonnais font en effet figure de pionniers (Bruyère 1993) et excellent dans l’imprimerie et l’art de l’estampe dont Lyon est l’un des grands centres européens aux xvie et -xviie siècles 1. Elle est une des premières villes françaises avec Paris où se développe la gravure sur cuivre 2. Le rôle qu’elle tient au carrefour des influences venues d’Italie peut être appréhendé à plusieurs niveaux, en fonction de la variété des travaux qui y sont écrits ou publiés. À côté des recueils de matériaux sur l’histoire ancienne de la ville (Darblade-Audoin 2006  : 11 sq.), se trouvent des études sur les antiquités de Rome, par exemple, la Topographie de la ville de Rome de Marliano. Les premiers antiquaires du xvie siècle vont, comme Rabelais justement, trouver leurs modèles en Italie, principalement à Rome où, dans le sillage de Pétrarque, les érudits avaient commencé à lire le paysage comme un livre d’histoire.

  • 3  Ainsi Jacopo Strada, dans la préface de l’Epitome du thresor des antiquitez c'est à dire Pourtrait (...)

23Au milieu du xvie siècle, les publications numismatiques illustrées sont une prérogative des imprimeurs lyonnais. Les collections de la ville de Lyon comptent parmi les premières formées en France (Guillemain 1993). Il suffit de songer au médaillier de Guillaume Du Choul attesté dès 1537 3 (Guillemain 2002). Signalons à titre d’exemple le Discours sur la religion des anciens romains escript par noble seigneur Guillame de Choul, conseilleur du Roy et bailly des montaignes du Dauphiné et illustré d’un grand nombre de médailles et de plusieurs belles figures retirées des marbres antiques qui se trouvent à Rome et par notre Gaule publié à Lyon en 1556 et célèbre pour l’abondance de ses illustrations, surtout numismatiques (428 revers et 106 droits). Ce livre imprimé utilise le premier recueil reproduisant des revers monétaires, publié par Enea Vico en 1548 (Cunnally 1999  : 13-22 et passim).

24Les collectionneurs sont aussi très actifs aux xviie et xviiie siècles, et Lyon demeure un centre de l’érudition avec le rôle important joué par son académie des sciences, arts et lettres, fondée en 1700 (Pérez 1998).

Perspectives de recherche

25Au xvie siècle, les ouvrages des antiquaires relatent principalement les découvertes d’antiquités dans les villes. Aux xviie et xviiie siècles, les ingénieurs découvrent au cours de leurs tournées les monuments visibles et généralement connus par les érudits locaux. Ce sont le plus souvent des oppida, des théâtres et des amphithéâtres. L’exemple de Caylus montre que, pour la première fois dans l’histoire de l’archéologie, les ingénieurs introduisent la rigueur du dessin technique dans la représentation des monuments antiques et portent une attention explicite au contexte environnemental (Pinon 2002  : 118-119).

26Dès le milieu du xviie siècle, en parallèle au développement des collections artistiques et royales (Schnapper 1994) et de l’histoire naturelle (Schnapper 1988), la démarche des antiquaires se précise. Si au xvie siècle leur curiosité était satisfaite tant par les antiquités que par la médecine, la géographie ou l’astronomie, dans la seconde moitié du xviie siècle les antiquaires s’attachent à une explication des usages et des fonctions des antiquités. La description ne suffit guère, on ressent le besoin explicite de confronter les données testimoniales de l’érudition classique à la réalité concrète des vestiges (Schnapp 1993  : 179  ; Gran-Aymerich 1998  : 24).

27Aux xviie et xviiie siècles, un second tournant décisif est pris. Les monographies urbaines deviennent rares ou trop généralistes mais, en contrepartie, quelques riches synthèses thématiques ou régionales se développent. Pour la première fois en France, à la suite de Choisy et Challe, se multiplient les publications de récits de voyage (Roche 2003) y compris maritimes, dont la fortune est assurément appuyée par les grandes circumnavigations contemporaines. Voyager et lire le voyage sont au goût du jour et la mode des salons littéraires renforce cette vogue. Les discussions sur les récits de voyages font partie des conversations de salons. À côté de la «  géographie de cabinet de curiosités », l’intérêt gagne une sphère mondaine et galante (Requemora 2002).

28Parfois, ces ouvrages sont fortement marqués par l’esprit des Lumières (Doiron 1995). L’écriture de Spon, où l’aventure personnelle se mêle à l’observation scientifique et érudite, illustre les nouveaux propos. Car ce n’est pas seulement par les sujets abordés, mais aussi par la façon de les traiter, que son voyage s’affirme comme une exploration archéologique. L’exploitation systématique des inscriptions, la comparaison entre les textes et les données observables sur le terrain constituent les règles de la méthode archéologique que Spon met en pratique au cours de son voyage en Italie, en Dalmatie, en Grèce et en Asie Mineure. Son volume de Recherches des antiquités et curiosités de Lyon est le premier livre à traiter les antiquités de l’ancienne ville gallo-romaine selon une approche véritablement archéologique (Darblade-Audoin 2006  : 27 sq.).

29Dans les nouvelles relations, l’accent est mis sur l’aspect scientifique des voyages et sur la vision des antiquités de nouvelles contrées, montrant ainsi le goût de l’époque pour l’exotisme (Courcelles 1997)  : la représentation du passé se fait alors souvent hétéroclite, évocation unitaire de diverses civilisations (le peintre H. Robert, les architectes Cl.-N. Ledoux et Fr.-J. Bélanger).

30Le glissement de la monographie urbaine à la synthèse thématique ou régionale est visible pour la plupart des auteurs. Deux ouvrages sont de ce point de vue remarquables par leur caractère innovant  : l’œuvre de François Peilhe, Description des antiquitez de la ville de St. Rémy (1718) et, surtout, l’ouvrage de François-Louis-Claude Marin, Mémoire sur l’ancienne ville de Tauroentum. Histoire de la ville de la Ciotat. Mémoire sur le port de Marseille (Avignon-Paris, 1782). Dès la page 2, l’auteur nous expose sa méthodologie et les étapes de son travail avec la lecture des auteurs anciens et modernes ayant eu affaire à la ville et, ensuite, l’étude autoptique fondée sur le terrain  : «  je me suis transporté sur les lieux  ; & là errant sur les débris respectables de l’antiquité, en prenant les dimensions de ce qui restoit, j’ai pu conjecturer la grandeur de ce qui étoit détruit ». L’«  autopsie » est une démarche essentielle, la vue et le toucher entrent de plein droit parmi les méthodes de l’histoire et les antiquaires objectent aux pyrrhonistes le degré de confiance des objets face à l’incertitude des textes toujours retranscrits (Schnapp 1993  : 181).

31En 1727, le bénédictin Jacques Martin étudie autant des inscriptions (t. 1 et 2) que des monuments, surtout des cippes et des tombeaux, pour dresser un bilan sur La religion des Gaulois tirée de plus pures sources de l’Antiquité.

32À la fin du xviiie siècle paraissent plusieurs recueils très illustrés, qui diffusent le genre créé en France par Montfaucon et Caylus. En 1780, Antoine-François Delandine publie ses Dissertations historiques sur des antiquités de Bresse et de Lyon… D’emblée, dès la page 6, l’auteur relate les raisons qui sous-tendent l’étude de l’Antiquité et le rôle «  spirituel » et émotionnel des tombeaux et des ruines. La poétique des ruines participe désormais d’un imaginaire fortement enraciné dans la culture européenne et qui, de Chateaubriand aux romantiques allemands et anglais, n’aura de cesse de conditionner et de hanter l’idée moderne de progrès (Mortier 1974). La peinture d’abord (Poussin, Le Lorrain) et la littérature se font très vite le relais du goût pour la ruine (voir Basch 1998 et Basch 2004).

33Dix ans plus tard, en 1790, Aubin-Louis Millin publie à Paris son ouvrage Antiquités nationales ou Recueil des monuments  : on y découvre une nouvelle notion, celle d’antiquités nationales, qui va influencer la discipline au xixe siècle.

34Après les découvertes de Pompéi et Herculanum apparaît le premier grand engouement du public pour l’archéologie. En 1802, paraît à Nîmes l’Histoire abrégée des antiquités de la ville de Nismes et de ses environs, de Jean-François Dieudonné de Maucomble. Avec ses sept planches et son approche, l’ouvrage ouvre la voie à un nouveau système de publication embrassant dans une vaste synthèse l’érudition variée des savants, et s’adressant désormais à un public plus large.

35Dès le xvie siècle, les érudits des grandes villes, Lyon, Bordeaux ou encore Paris, ont produit une littérature abondante qui apporte une contribution majeure dans la compréhension des monuments antiques de la Gaule et dans l’émergence d’une conscience antiquaire. Ainsi, le Discours sur les antiquités trouvées prés le prieuré Sainct-Martin les Bourdeaus en juillet 1594, rédigé par Gabriel de Lurbe et publié à Bordeaux en 1595, porte sur des inscriptions latines et s’interroge notamment sur les différentes interprétations relatives à leurs contextes de trouvaille (temple, bains ou statues).

36Mais, c’est surtout dans l’ouvrage Engoulesme [De la Touvre, et quelques autres rivières d’Engoumois, et d’un sépulchre naguères trouvé soubs terre audit pais], publié à Poitiers en 1567 par Elie Vinet, que la recherche antiquaire apparaît déjà comme susceptible d’apporter des arguments complémentaires aux sources écrites. Les premières observations archéologiques remonteraient ainsi à la seconde moitié du xvie siècle.

37L’Histoire des grands chemins de l’Empire romain, publiée à Paris en 1622 par Nicolas Bergier, inventeur de la première fouille, qui explique la nécessité de construire une typologie descriptive des chemins afin d’en tirer une histoire des techniques, et les Recherches des Antiquités et curiosités de la ville de Lyon, publiées à Lyon par Jacob Spon une cinquantaine d’années plus tard, surprennent davantage le lecteur par leur modernité. Un siècle plus tard, le Recueil d’Antiquités égyptiennes, grecques, étrusques et romaines de Caylus, paru en sept volumes entre 1752 et 1767, n’est pas un catalogue de collection comme ceux de ses prédécesseurs ou une encyclopédie thématique comme les volumes de L’Antiquité expliquée de Montfaucon. Il s’agit d’une sorte de chronique précise des découvertes réunies par l’auteur en fonction de leur contexte (Käfer 1983  ; Guillerme 1983). Ces auteurs apparaissent à n’en point douter comme les véritables ancêtres des archéologues modernes.

38Voyageurs, collectionneurs, artistes, ingénieurs et érudits ont donc jeté les bases d’une exploration du passé qui ne se contentait plus de la seule exploitation des sources écrites mais qui cherchait dans la description des monuments et dans la collecte des objets à construire des ensembles et des séries capables de contribuer à l’histoire sous toutes ses formes. Reste que s’il est possible de définir ce qu’est un antiquaire, la diversité des pratiques ou des stratégies de collection et d’édition rend parfois difficile de saisir la corporation antiquaire dans ses nombreuses variétés.

39L’émergence et le développement, depuis la Renaissance, de nouvelles pratiques antiquaires d’appropriation, de description et d’accumulation des objets et des œuvres relève ainsi d’une histoire culturelle de notre rapport à la culture matérielle et donc à l’archéologie. Une manière de définir l’histoire de l’archéologie consiste, en effet, à en répertorier l’ensemble des expressions visuelles et textuelles. Le projet Les livres d’antiquaires permet, dès lors, d’accéder à la compréhension de l’histoire des genres et de rendre, dans leur diversité, les pratiques de recherches  ; de restituer les modalités d’émergence de l’archéologie et d’explorer ses principaux territoires. Entre histoire des savoirs, histoire du livre, histoire des collections et histoire intellectuelle, notre projet cherche ainsi à mieux analyser les modes de perception de l’antiquité et les media de diffusion, et à appréhender l’histoire du regard archéologique. L’histoire de l’archéologie devient dès lors une «  histoire des archéologies ».

Haut de page

Bibliographie

 Aghion,I. 2002a. «  Le comte de Caylus, historien des techniques », in  : I. Aghion (dir.), Caylus, mécène du roi  : collectionner les Antiquités au xviiie siècle. Paris, Inha  : 83-90.

Aghion, I. 2002b. «  Collecting Antiquities in Eighteenth-Century France », Journal of the History of Collections,14, 2  : 193-203.

Basch, S. 1998. «  Henri Clouard contre Louis Bertrand, la poétique des ruines revisitée, ou le double procès du philhellénisme et de l’archéologie », in  : S. Linon-Chipon, V. Magri-Mourgues et S. Moussa (dir.), Miroirs de textes  : récits de voyage et intertextualité, actes du XIe colloque du Crlv, Nice, 5-7 septembre 1997. Nice, Publications de la faculté des Lettres, Arts et Sciences humaines de Nice (Nouvelle série 49)  : 357-375.

Basch, S. (dir.). 2004. La métamorphose des ruines  : influence des découvertes archéologiques sur les arts et les lettres, 1870-1914. Athènes, École française d’Athènes, 254 p.

Beschi, L. 1986. «  La scoperta dell’arte greca », in  : S. Settis(dir.), Memoria dell’antico nell’arte italiana, III. Dalla tradizione all’archeologia. Turin, Einaudi  : 295-371.

Bruyère, G. 1993. «  Lyon romain retrouvé », in  : R. Étienne et J.-C. Mossière (dir.), Jacob Spon  : un humaniste Lyonnais du xviie siècle. Paris, De Boccard  : 87-120.

Bots, H. (dir.). 1988. La diffusion et la lecture des journaux de langue française sous l’Ancien Régime / Circulation and Reception of Periodicals in French Language during the 17th and 18th Century. Actes du colloque international de Nimègue, 3-5 juin 1987. Amsterdam, Apa-Holland University Press, 285 p.

Burke, P. 2003. «  Images as Evidence in Seventeenth-Century Europe », Journal of the History of Ideas, 64, 2  : 273-296.

Cavallo, G. et R. Chartier (dir.). 1997 [1995]. Histoire de la lecture dans le monde occidental. Paris, Le Seuil, 525 p.

Cooper, R. 1988. «  Humanistes et antiquaires à Lyon », in  : A. Possenti et G. Mastrangelo (dir.), Il Rinascimento a Lione. Rome, Edizioni dell’Ateneo, t. I  : 161-174.

Cooper, R., G. Defaux et B. Colombat. 2003. «  L’antiquaire Guillaume Du Choul et son cercle lyonnais », in  : G. Defaut et B. Colombat (dir.), Lyon et l’illustration de la langue française à la Renaissance. Lyon, Ens Éditions  : 261-286.

Courcelles, D. de (dir.). 1997. Littérature et exotisme  : xvie-xviiie siècle. Paris, École nationale des Chartes, 78 p.

Cunnally, J. 1999. Images of Illustrious  : The Numismatic Presence in the Renaissance. Princeton, Princeton University Press, 230 p.

Darblade-Audoin, M.-P. 2006. Recueil général des sculptures sur pierre de la Gaule. Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 404 p.

Doiron, N. 1995. «  L’espace classique et le déplacement. Le voyage en France au xviie siècle et les influences antiques », in  : G. Forestier et J.-P. Néraudau (dir.), Un classicisme ou des classicismes  ? Actes du colloque de Reims, 5, 6 et 7 juin 1991. Pau, Publications de l’université de Pau  : 51-60.

Favaretto, I. 1998. «  Scipione Maffei e la cultura antiquaria veneta », in  : G. P. Romagnani (dir.), Scipione Maffei nell’Europa del Settecento. Atti del Convegno, Verona, 23-25 settembre 1996. Verone, Cierre Edizioni  : 621-636.

Franzini, E. 1995. L’estetica del Settecento. Bologne, Il Mulino, 224 p.

Gran-Aymerich, E. 1998. Naissance de l’archéologie moderne. 1798-1945. Paris, Cnrs éditions, 530 p.

Guillemain, J. 1993. «  Succès et déclin de la “science des médailles” à Lyon, à la fin du xviiie siècle », in  : R. Étienne et J.-Cl. Mossière (dir.), Jacob Spon  : un humaniste lyonnais du xviie siècle. Paris, De Boccard  : 121-128.

Guillemain, J. 2002. Recherches sur l’antiquaire lyonnais Guillaume Du Choul (ca. 1496-1560). Thèse soutenue à l’École nationale des Chartes.

Guillerme, J. 1983. «  Caylus “technologue”  : note sur les commencements problématiques d’une discipline », Revue de l’Art, 60  : 47-50.

Käfer, M. 1983. «  Jacob Spon et Bernard de Montfaucon  : de la conception de l’art chez les “antiquaires” et la critique du comte Caylus », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, décembre (Lettres d’Humanité XLII)  : 414-426.

Lemerle, Fr. 2002. «  Jean Poldo d’Albenas (1512-1563), un antiquaire “studieux d’architecture” », Bulletin monumental, 160-II  : 163-172.

Lemerle, Fr. 2005. La Renaissance et les antiquités de la Gaule  : l’architecture gallo-romaine vue par les architectes, antiquaires et voyageurs des guerres d’Italie à la Fronde. Turnhout, Brepols, 290 p.

Mortier, R. 1974. La Poétique des ruines en France, ses origines, ses variations de la Renaissance à Victor Hugo. Genève, Droz, 236 p.

Pérez, M.-F. 1998. «  L’archéologie à l’Académie de Lyon au xviiie siècle  : tradition et innovation », in  : La fascination de l’Antique 1700-1770, Rome découverte, Rome inventée, catalogue d’exposition, Lyon, Musée de la civilisation gallo-romaine, 20 décembre 1998-14 mars 1999. Lyon, Musée de la civilisation gallo-romaine et Paris, Somogy  : 158-159.

Pinon, P. 1991. La Gaule retrouvée, Paris, Gallimard, 176 p.

Pinon, P. 1994. «  La première grande fouille archéologique moderne en France. Le Châtelet et Pierre-Clément Grignon (1772-1774) », in  : Evtopia, II, 2, Idea e scienza dell’ antichità. Roma e l’Europa 1700-1770. Rome, Edizioni Quasar  : 181-201.

Pinon, P. 2002. «  Caylus et les ingénieurs des Ponts et Chaussées », in  : I. Aghion (dir.), Caylus, mécène du roi  : collectionner les Antiquités au xviiie siècle. Paris, Bibliothèque nationale de France : 101-121.

Polignac, Fr. de et J. Raspi-Serra (dir.). 1998. La fascination de l’Antique, 1700-1770, Rome découverte, Rome inventée, catalogue d’exposition. Lyon, Musée de la civilisation gallo-romaine et Paris, Somogy, 216 p.

Pomian, K. 1987. Collectionneurs, amateurs et curieux, Paris, Venise  : xvie-xviie siècles. Paris, Gallimard, 367 p.

Requemora, S. 2002. «  L’espace dans la littérature de voyage », Études littéraires, 34, 1-2  : 249-276.

Roche, D. 2003. Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages. Paris, Fayard, 1031 p.

Selbach, V. 2006. «  La place de l’antique dans les collections d’estampes (xvie-xviiie siècle) », in  : C. Voliphac-Auger (dir.), D’une Antiquité l’autre. La littérature antique classique dans les bibliothèques du xve au xixe siècle, Lyon, Ens éditions et Institut d’histoire du livre  : 91-102.

Schnapp, A. 1993. La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie. Paris, Éditions Carré, 384 p.

Schnapp, A. 2002. «  La méthode de Caylus », in  : I. Aghion (dir.), Caylus, mécène du roi  : collectionner les Antiquités au xviiie siècle. Paris, Bibliothèque nationale de France  : 53-64.

Schnapper, A. 1988. Le géant, la licorne et la tulipe. Collections et collectionneurs dans la France du xviie siècle. I. Histoire et histoire naturelle. Paris, Flammarion, 415 p.

Schnapper, A. 1994. Curieux du Grand Siècle. Collections et collectionneurs dans la France du xviie siècle. Paris, Flammarion, 575 p.

Skenazi, C. 2003. «  Une pratique de la circulation  : le guide des chemins de France de Charles Estienne », Romanic Review, 94, 1-2, version en ligne  : http://www.findarticles.com/p/articles/mi_qa3806/is_200301.

Zink, M. 2001. Le Moyen Âge et les antiquités nationales, extrait des Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, fasc. IV, version en ligne  : http://www.aibl.fr/fr/seance/discours/disc_zink.htm.

Haut de page

Notes

1  Voir à cet égard le très beau volume Sebatiano Serlio à Lyon architecture et imprimerie. I. le traité d'architecture de Sebastiano Serlio : une grande entreprise éditoriale au xvie siècle, S. Deswarte-Rosa dir.

2  On signale à cet égard les travaux menés par l’équipe réunissant Sylvie Deswarte-Rosa, Henriette Pommier et Daniel Régnier-Roux qui préparent un colloque intitulé « La gravure sur cuivre xvie-xviiie siècles » (2008).

3  Ainsi Jacopo Strada, dans la préface de l’Epitome du thresor des antiquitez c'est à dire Pourtraits des vrayes médailles des Empp. tant d’Orient que d’Occident... (traduit par Jean Louveau d’Orléans et publié à Lyon en 1553) remercie de leurs concours Guillaume du Choul et Jean Grolier dont il vante aussi les collections.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1
Légende Pourcentage dans le corpus des quinze catégories d’ouvrages définies
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arianna Esposito, Pierre Pinon et Magali Vène, « La bibliothèque des antiquaires français (xvie-xviiie siècle) », Les nouvelles de l'archéologie, 110 | 2007, 23-29.

Référence électronique

Arianna Esposito, Pierre Pinon et Magali Vène, « La bibliothèque des antiquaires français (xvie-xviiie siècle) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 110 | 2007, mis en ligne le 05 mai 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://nda.revues.org/182 ; DOI : 10.4000/nda.182

Haut de page

Auteurs

Arianna Esposito

Université de Paris-I
aesposito@senejo.com

Pierre Pinon

École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville-Inha
pierrepinon@hotmail.com

Magali Vène

Bibliothèque nationale de France
magali.vene@bnf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org