Navigation – Plan du site
Dossier

Caylus et l’archéologie en Italie au xviiie siècle

Herculanum et Veleia en perspective
Anna Rita Parente
p. 17-23

Texte intégral

1Comme la plupart des aristocrates de son époque, le jeune comte de Caylus réalisa un voyage en Italie. Il s’y rendit entre 1714 et 1715 (Caylus 1914  ; Norci Cagiano de Azevedo 2000). Le «  germe »de sa passion pour l’Antiquité – Caylus utilise cette expression pour les monuments archéologiques romains et italiens (Nisard 1877, I  : 142, lettre du 11 février 1760) – remonte à cette époque et aux années suivantes (1716-1717), quand il visita Constantinople et les autres villes grecques d’Asie Mineure (Schatzmann 1938). Ces expériences de voyage, motivées par la curiosité ainsi que par l’esprit d’aventure, eurent sans aucun doute une grande influence sur sa formation. À cette époque, les monuments de Rome mis à part, l’Italie offrait aux voyageurs fort peu de monuments archéologiques  ; Caylus s’intéressa alors aux mœurs, aux paysages et à l’architecture comme aux monuments artistiques, à la décoration des palais et aux collections de peintures. Lors de sa visite à Herculanum, il commenta avec émerveillement la nouvelle de la découverte fortuite de nombreuses antiquités (Caylus 1914 : 255). Elles provenaient d’un puits creusé dans le jardin de la maison de Portici du prince d’Elbœuf sous laquelle se trouvait – on ne tarderait pas à le découvrir – le théâtre de l’ancienne cité (Schnapp 1993  : 242-245). Mais en même temps, il renonça à faire redresser les échafaudages qui lui auraient permis de voir de plus près les vestiges.

Les fouilles «  interdites » d’Herculanum et Pompéi au royaume de Naples

  • 1  Nisard 1877, I : 243, lettre du 16 février 1761 ; Sérieys 1802 : 26, lettre du 15 février 1759 ; 2 (...)

2Dans les années suivantes, des fouilles archéologiques débutèrent à Herculanum (1738) et à Pompéi (1748) – une expérience nouvelle pour le monde antiquaire européen car l’initiative provenait du roi lui-même et non de quelque connaisseur. Les résultats se révélèrent, dès le début, exceptionnels. Caylus en fut un spectateur curieux et enthousiaste  ; des villes entières étaient mises au jour  ; les fouilles restituaient généreusement toute sorte d’antiquités  : bronzes, inscriptions, monnaies, mais aussi mosaïques et peintures. Comment rester insensible à tant de merveilles  ? Il était impossible d’ignorer ces découvertes qui enthousiasmaient tous les antiquaires d’Europe, lesquels ne se privaient cependant pas de critiques très dures à l’adresse du roi de Naples, Charles III, et de son ministre, le marquis Bernardo Tanucci. Ces derniers géraient l’affaire avec une sévérité excessive, en décourageant ou en empêchant la visite de curieux et d’antiquaires, étrangers ou pas, afin d’éviter certes le pillage matériel des objets, mais aussi la fuite d’informations concernant ces trouvailles (Eristov 1998  : 146  ; Allroggen-Bedel 1993  : 35-39). Le règlement était très strict, tout type de reproduction était interdit  ; pour éviter que les visiteurs, déjà fort peu nombreux, pussent garder la mémoire des monuments et en faire ensuite des croquis, on les obligeait à une visite rapide, interdisant tout stationnement prolongé. L’exclusivité des résultats de ces découvertes appartenait au royaume de Naples qui ne voulait, sous aucun prétexte, les voir diffusés avant la publication officielle  : les huit volumes des Antichità d’Ercolanofurent rédigés par l’Académie, créée par le roi, entre 1757 et 1792. Dès la sortie des premiers tomes, cet ouvrage montra toutes ses limites, attirant les critiques de Caylus et de son correspondant, le père théatin d’origine turinoise, Paolo Maria Paciaudi 1. Le ressentiment de l’antiquaire français à l’égard de la cour napolitaine trouvait son origine dans les lourdes interdictions qui avaient limité ses convoitises (Nisard 1877, I  : 261, lettre du 12 octobre 1761  ; 355-356, lettre du 26 septembre 1763  ; Caylus 1752, I  : 150).

Fig. 1

Fig. 1

Statuette de faune en bronze que Caylus croyait provenir d’Herculanum (Dessin dans le Recueil. Comte de Caylus, Recueil d’Antiquités, 1759, III, pl. xxxvi, I-II.)

Fig. 2

Fig. 2

Faune. Bronze, hauteur 17,5 cm. Attribué à l’atelier de Desiderio da Firenze. Vers 1530-1550 (Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Médailles, inv. Monuments de la Renaissance, 44)

Photo A. Pelle (Mae, Paris X-Nanterre

  • 2  Parmi les objets qu’il croyait provenir d’Herculanum, il y avait notamment une peinture fausse (Ca (...)
  • 3  Dans au moins deux cas (Caylus 1759, III : 146-148, XXXVIII, I-II), il s’agissait de monuments ret (...)

3En effet, tant de mystères et de restrictions eurent des effets négatifs. Si Caylus ne put entrer directement en possession des antiquités provenant de ce site 2, il arriva au moins à se procurer des dessins de quelques objets 3, copiés à la dérobée par ses «  émissaires » anonymes – dont il évita soigneusement d’indiquer les noms (Caylus 1756, II  : 120  ; 1759, III  : 143  ; 1767, VII  : 168, 180) – et ponctuellement reproduits dans le Recueil d’Antiquités. Bien évidemment cela ne fit pas plaisir au roi de Naples (Sérieys 1802  : 254, lettre du 1er août 1761  ; 258-259, lettre du 29 août 1761  ; 261-262, lettre du 12 septembre 1761  ; 270-271, lettre du 5 novembre 1761) et d’ailleurs Caylus dut se contenter de bribes  ; par exemple, il n’arriva jamais à posséder un papyrus, un type d’objet qui avait tant excité sa curiosité  : «  parvenir à le dérouler. Que de plaisir  ! » (Nisard 1877, I  : 101, lettre du 3 décembre 1759).

4Mis à part le défi de détourner les strictes lois napolitaines, on ne trouve pas dans les commentaires de Caylus et de ses correspondants la préoccupation d’associer les objets qu’ils cherchaient à se procurer avec tant d’obstination au contexte de leur trouvaille. À vrai dire, les informations qui filtraient du milieu napolitain étaient très rares et la méthode suivie dans les fouilles était loin d’être scientifique (Schnapp 1993  : 245-246). On comprend alors l’incertitude de Caylus qui ne savait pas comment classer ces antiquités (Nisard 1877, I  : 188, 250). Il préféra le plus souvent les attribuer au monde grec, parce que telle était l’origine de la ville et parce qu’il estimait que ce peuple avait été le seul à atteindre la perfection dans les arts (Eristov 1998  : 158-161).

  • 4  Parmi ses plus grands détracteurs il y avait Diderot et Winckelmann. Pucci 1993 : 115-117 ; Jam 20 (...)

5Pour Caylus, l’étude de l’Antiquité devait fondamentalement reposer sur les objets considérés comme des témoins directs de la culture matérielle, au détriment des sources littéraires réputées insuffisantes et pas toujours fiables (Pucci 1993  : 110-111  ; Schnapp 1993  : 240-241). Il s’agissait d’un point de vue original, mais malheureusement fortement conditionné par une vision évolutionniste du «  progrès » des arts, des époques les plus reculées jusqu’à la «  perfection » grecque. Ce préjugé, tout comme une certaine incapacité à mener une analyse critique des objets, ne lui ont pas toujours permis de reconnaître et de distinguer correctement les différentes catégories (égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises) et de construire, à l’intérieur de celles-ci, des grilles d’ordre stylistique et chronologique. En dépit de ces limites et malgré une hostilité évidente de la part de ses contemporains 4, sa vision évolutionniste et matérialiste des objets a favorablement contribué à l’affirmation de l’archéologie comme science de l’Antiquité (Haskell 1995  : 244-251).

Les fouilles «  ouvertes » de Veleia dans le duché de Parme

6La déception liée à l’impossibilité de se procurer les antiquités d’Herculanum fut en partie compensée par les nouvelles qui venaient du duché de Parme.

  • 5  Les épisodes les plus significatifs de ces explorations ont été récemment résumés par Riccomini (2 (...)

7Une inscription monumentale en bronze, la célèbre Tabula alimentaria, fut retrouvée fortuitement en 1747 à Macinesso, non loin de Plaisance, dans le duché de Parme (les circonstances de la trouvaille sont synthétisées par Criniti 1990  : 909-921). Ce texte célèbre contenait les dispositions prises par l’empereur Trajan en faveur des orphelins, en utilisant les profits de la location des terres impériales et des intérêts sur le paiement des loyers. Dans un premier temps, l’importance de ce témoignage ne fut pas perçue à sa juste valeur. La Table, qui avait miraculeusement échappé à la fusion, devint ensuite propriété du duc de Parme qui, bien conseillé par son premier ministre, le Français Guillaume Du Tillot (Bayonne 1711-Paris 1774), fit entreprendre des fouilles systématiques, à proximité du lieu de cette découverte, à la recherche du site ancien 5. Le début des explorations, inaugurées le 14 avril 1760, laissait espérer d’importants résultats  : toute une cité romaine, Veleia, qui était aussi connue par les sources littéraires (Plinius, Naturalis Historia III, 7 et III, 20) voyait enfin le jour. Pendant les deux premières années de fouilles, furent retrouvés des inscriptions, des bronzes, des monnaies, mais surtout douze statues monumentales en marbre de l’époque julio-claudienne (Saletti 1968  : 18-20, 69-83) qui dévoilèrent la magnificence d’une cité qu’on imaginait grande et réputée. Ainsi le comte chanoine Antonio Costa, le directeur des fouilles, écrivait à Caylus en 1760  : «  Je suis devenu le chef d’une cité célèbre » (MsPallastrelli 12, II  : lettre du 21 octobre 1760). Les premières explorations délimitèrent l’espace public du forum et permirent de mettre au jour les restes de la basilique romaine. Les fouilles offraient généreusement toute sorte d’antiquités, permettant de créer un vrai musée, qui fut l’un des premiers en Italie à n’être constitué que de trouvailles locales (Marini Calvani 1984  : 483  ; Dall’Acqua 1986  : 73-77  ; Parente 2007  : 60-63).

8Cela contribua à exciter les esprits, d’autant plus que cette découverte avait eu lieu dans le duché de Parme, dont Philippe de Bourbon était le duc. Celui-ci était le frère de Charles qui, à son tour, avant de devenir roi de Naples, avait exercé la régence de Parme. Entre les deux frères un contentieux tenait encore au fait que, au moment de quitter la ville émilienne, Charles avait voulu transférer à Naples la collection d’antiquités des Farnèse (1734). Cette collection, qui était considérée comme patrimoine privé et non public, avait suivi le destin du souverain et non pas celui de la ville.

9Ces deux circonstances, d’une part la découverte d’Herculanum, de l’autre celle de Veleia, contribuèrent à susciter une forme de compétition entre les deux frères, qui attendaient de ces fouilles réputation, gloire et prestige international (Mandich 1990  : 404-405).

  • 6  Caylus 1761, IV : 182-187, LIX, I-V (fig. 3-4) ; 1765, VI : 306-307, XCVIII, III ; 319-322, CII ; (...)

10Contrairement à Charles, Philippe de Bourbon considérait positivement l’implication de Caylus dans les découvertes en cours à Veleia. Il le définissait comme «  le maître, le feudataire de Veleia » (Sérieys 1802  : 296, lettre du 8 octobre 1763). Il lui fit même parvenir en cadeau quelques antiquités avec le but précis de les lui faire publier dans son Recueil d’Antiquités 6, espérant en tirer honneur et prestige pour le petit duché de Parme.

Le comte de Caylus et la méthode archéologique

11Caylus, qui collectionnait les antiquités dans la mesure où il pouvait les étudier, les décrire et les graver, fut naturellement très touché par ce geste. Il sut néanmoins refuser une statuette, représentant une Victoire, et d’autres objets en bronze qui, en vertu de leur bon état, méritaient d’être exposés dans «  un cabinet » et non pas de devenir matière d’expérimentations (Nisard 1877, I,  : 348, lettre du 19 septembre 1763  ; 375-376, lettre du 20 novembre 1763). Il avait montré à plusieurs reprises son manque d’intérêt pour les «  belles antiquités » et sa préférence pour les objets incomplets, ainsi que pour les petits fragments et les tessons, une attitude plus proche de celle de l’archéologue ou du technicien, favorable à l’analyse des matériaux anciens, que de celle de l’antiquaire, privilégiant la recherche du beau et du parfait. «  Je vous prie toujours – écrivait-il à Paciaudi – de vous souvenir que je ne fais pas un cabinet, que la vanité n’étant pas mon objet, je ne me soucie point de morceaux d’apparat, mais que de guenilles d’agate, de pierre, de bronze, de terre, de vitre, qui peuvent servir à quoi que ce soit à retrouver un usage ou le passage d’un auteur, sont l’objet de mes désirs » (Nisard 1877, I  : 4-9, lettre du 12 février 1758)  ; et encore, sur le même ton  : «  Je ne vous demandais que des matières rompues, inutiles, qui pouvaient me conduire à l’examen de leur procédé chimique » (Nisard 1877, I  : 376, lettre du 20 novembre 1763).

Fig. 3

Fig. 3

Statuette provenant des fouilles de Veleia offerte par Philippe de Bourbon : Dessin du recueil. Comte de Caylus, Recueil d’Antiquités, 1761, IV, pl. LIX, III

Fig. 4

Fig. 4

Statuette provenant des fouilles de Veleia offerte par Philippe de Bourbon : Jupiter. Bronze, hauteur 11,9 cm. ier siècle apr. J.-C. (Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Médailles, B.-B. 59)

Photo A. Pelle (Mae, Paris X-Nanterre

  • 7  À Costa et à Giovanni Roncovieri revient le mérite d’avoir reconnu la valeur de la Table alimentar (...)
  • 8  Ces rapports contenaient des dessins d’objets, des plans de fouilles et un Giornale delle scoperte (...)
  • 9  Le contact entre Costa et Caylus fut établi par le premier ministre du Tillot (Ms Pallastrelli 12, (...)

12Finalement Caylus ne retourna jamais en Italie et, a fortiori, à Veleia, mais cela ne l’empêcha pas de jouer un rôle de premier plan dans le déroulement des opérations de fouilles, en dispensant des conseils précieux sur la méthode à suivre. Il recommanda au comte chanoine Antonio Costa 7, nommé par le duc de Parme à la direction des fouilles (1760-1762), d’être présent sur le terrain pour vérifier sur place l’état des objets au moment de leur découverte (Ms Pallastrelli 12, II  : lettre du 6 août 1761). À vrai dire, Costa ne prit jamais la peine de suivre ce conseil, mais se contenta de faire partie du cortège qui accompagna le duc lors de sa visite officielle, en septembre 1761. Il préféra déléguer ce genre d’occupations à deux aristocrates parmesans, qui lui envoyèrent régulièrement les rapports de fouilles 8, en estimant que sa présence sur le terrain n’était pas nécessaire. Costa d’ailleurs ne semblait pas très à l’aise dans son rôle de directeur de la mission archéologique  ; submergé par les doutes et les incertitudes, il réitérait les demandes d’aide à ses correspondants 9. Caylus, qui en mars 1761 écrivait à Paciaudi  : «  J’ai été assommé, entre nous, des demandes, questions et doutes del Signor Conte Canonico »(Nisard1877, I  : 255, lettre du 23 mars 1761), essaya néanmoins de dispenser des conseils et des suggestions inspirés des principes d’une étude résolument archéologique des objets. Comment pouvait-il imaginer d’interpréter le texte latin gravé sur la Table sans observer directement l’objet et en s’appuyant exclusivement sur une reproduction faite par un copiste  ? Et pourtant Costa ne voyait pas la nécessité d'une observation directe (Ms Pallastrelli 12, II  : lettre du 15 janvier 1761).

 Le comte de Caylus et la rigueur scientifique en archéologie

13Pour gagner les bonnes grâces du comte, le chanoine lui envoya à plusieurs reprises des trouvailles provenant de Veleia, des fragments en marbre, en bronze et en verre, des os et des morceaux de plâtre coloré (Ms Pallastrelli 12, II  : lettres du 22 juin, du 2 juillet, du 6 août, 24 septembre 1761). La constatation un peu naïve de Costa – «  chaque fragment vous suffit pour faire des commentaires» (Ms Pallastrelli 12, II  : lettre du 6 août 1761) – dénote d’une part le dilettantisme de l’Italien, et d’autre part l’attention scientifique que son correspondant français réservait à toutes les antiquités, même les plus infimes, les «  guenilles» comme il aimait les appeler, chacune à sa façon révélatrice de la culture matérielle de son temps, des techniques de fabrication employées, des matériaux, de l’évolution des styles… (Schnapp2002  : 53-63  ; Boch 2004  : 87-89).

  • 10  Curieuse est l’anecdote de la mort d’un fondeur, auquel le comte avait demandé le nettoyage d’une (...)

14Caylus avait entrepris plusieurs fois des expérimentations hardies sur les différents matériaux, qui parfois ne furent pas sans conséquences 10. Les échantillons et les tessons qui lui étaient envoyés de Veleia représentaient une documentation importante pour ses études et ses analyses qui portaient sur la conservation des antiquités, sur leur oxydation et sur les différentes réactions au contact avec la terre, comme sur les méthodes de nettoyage et de préservation.

15Toutefois, quand il était question d’intervenir sur des monuments fragiles, Caylus garda une attitude prudente et équilibrée. Il n’eut pas d’hésitation lorsque, consulté à deux reprises sur l’opportunité de restaurer ou non les différents morceaux de la Table en bronze, il se déclara contraire d’abord à la proposition de Costa puis à celle de Paciaudi  ; une intervention pareille lui semblait trop hardie et sa réussite incertaine  : «  Je croirois à tout hasard que le morceau subsistant, et pouvant subsister il ne faut point y toucher » (Ms Bpp 1586  : lettre du 10 mai 1762) et plus tard  : «  Des morceaux de cette nature font trembler. L’inégalité première, l’inégalité des rouilles et par leur nature rendent ces ouvrages d’une délicatesse extrême »(Nisard 1887, II  : 7, lettre du 20 mai 1764). Il garda la même attitude lorsqu’il fut question de restaurer les statues en marbre provenant de la basilique  ; il soutenait le principe qu’il fallait intervenir le moins possible (Nisard 1877, II  : 24, lettre du 16 juillet 1764). Cette rigueur s’appliquait également dans le cas des gravures, qui devaient être reproduites au naturel. «  Je vous conseillerais de donner les figures comme vous les avez trouvées, et sans les faire restaurer par des sculpteurs, qui les plus ordinairement les appesantiront. Je ferais ponctuer les parties qui manquent selon le dessin de quelque peintre sage » (Nisard 1877, I  : 370, lettre du 24 octobre 1763)  : c’est de la sorte que Caylus s’adressait à Paciaudi alors que ce dernier se préparait à rédiger son ouvrage sur les antiquités de Veleia, un ouvrage resté par ailleurs inachevé (Riccomini 2005  : 77-86).

Le comte de Caylus et les principes modernes de la fouille extensive et systématique

  • 11  En échange, Paciaudi demandait des articles et des livres hostiles aux Jésuites, dont il était un (...)

16Malgré les efforts de Costa pour résoudre, grâce à l’aide de ses correspondants, les nombreux doutes qui le tenaillaient, son inaptitude à l’exercice de son mandat ne tarda pas à se manifester, d’où la décision prise par le duc de Parme de le remplacer dans la direction des fouilles par Paciaudi (mars 1763). Cette mesure dériva de l’échec de la publication du manuscrit que Costa était en train de rédiger depuis quelque temps sur les trois premières années de fouilles (Ms Bpp 1246-1247). Les critiques sévères et résolues de Paciaudi, qui à cette époque se trouvait à Paris, et du cercle des antiquaires français, parmi lesquels le comte de Caylus, s’étaient révélées déterminantes dans la décision d’en interdire la publication (Riccomini 2005  : 63-77  ; Parente 2007  : 48-54). Dans la désignation de Paciaudi à la succession de Costa, Caylus eut un rôle déterminant  ; il recommanda le théatin, avec lequel, depuis 1757, il entretenait une correspondance assidue et enrichissante, et aussi parce que celui-ci lui procurait régulièrement des antiquités qu’il repérait sur le marché antiquaire italien, auquel il avait facilement accès 11. C’est par Caylus que Paciaudi, qui à l’époque résidait à Rome, avait appris l’existence des fouilles de Veleia, encore inconnues de la plupart des gens (Sérieys1802  : 164, lettre du 9 juillet 1760). Lorsque la proposition du duc de Parme lui parvint, Paciaudi hésita à répondre favorablement à cette offre, car il n’était pas convaincu de vouloir quitter Rome. Il finit par accepter son nouveau mandat, grâce aussi aux encouragements de Caylus qui l’exhortait à ne pas laisser passer cette belle occasion (Sérieys 1802  : 252-253, lettre du 18 juillet 1761  ; 256-257, lettre du 29 août 1761).

17Dans un premier temps, Paciaudi semblait très motivé, au point qu’il avait décidé, contrairement à son prédécesseur, de suivre personnellement les opérations de fouilles et de faire appel à des ouvriers experts dans ce genre de travaux, qu’il fit venir de Rome. Les opérations se concentrèrent dans la zone de l’habitat, mais les résultats attendus n’arrivèrent pas et l’enthousiasme finit pas s’éteindre  ; le père Paciaudi décida bientôt d’interrompre les recherches sur le terrain (1765) et de se consacrer à l’autre mandat qui lui avait été confié, comme responsable de la bibliothèque, pour l’enrichissement du fonds des livres. De son côté, Caylus n’avait jamais cessé de l’encourager, en l’invitant à ne pas abandonner  :

Je suis charmé de votre projet de bibliothèque pour Parme, mais je crains que dans ce petit pays on n’entreprenne trop de choses à la fois. Croyez-moi, achevez vos fouilles, faites graver votre cabinet, donnez-en l’histoire et l’explication, cela suffira pour la gloire du prince et du siècle.

(Nisard 1877, I  : 272-273, lettre du 16 novembre 1761.)

N’allez-vous pas recommencer incessamment vos fouilles  ? Je ne puis vous dire combien je m’y intéresse, et combien je désire que le succès vous soutienne cette année dans le goût de ce travail.

(Nisard 1877, I  : 301, lettre du 4 mars 1763.)

Vous ne me mandez rien de vos fouilles  ? N’y travaille-t-on pas cette année  ? Voici la saison et l’excavateur doit être en besogne.

(Nisard 1877, I  : 320, lettre du 20 juin 1763.)

18Le comte n’hésita pas à lui suggérer des solutions alternatives, en lui conseillant, par exemple, de transférer les opérations de fouilles dans des secteurs encore inexplorés ou bien d’avoir recours à des sondages sur le terrain pour évaluer l’intérêt réel du site (Nisard 1877, I  : 348-349, lettre du 19 septembre 1763  ; 363, lettre du 10 octobre 1763  ; 370, lettre du 24 octobre 1763). Mais désormais l’époque d’or de Veleia était terminée  ; celle qu’on croyait une grande cité romaine s’était révélée n’être rien de plus qu’un petit village. Ce site ne supportait pas la comparaison avec Herculanum et Pompéi, où la vie s’était arrêtée soudainement sous les cendres et le magma du Vésuve qui avaient enterré pour toujours les structures, tout en préservant leur mémoire.

  • 12  On se souviendra, en particulier, de l’identification d’une structure circulaire que Caylus fut le (...)

19Pendant toute la période des fouilles de Veleia, Caylus se fit remarquer pour ses interventions et ses conseils. Il recevait les plans du site et des édifices, il donnait son avis sur la meilleure conduite à tenir pour la poursuite des explorations et essayait d’inter-préter et d’identifier les structures mises au jour 12. Les plans topographiques réalisés d’abord par Costa dans la suite des découvertes de 1760 (Ms Bpp 1246), et par Paciaudi (Ms Asp 37), qui avait reproduit toutes les zones explorées jusqu’à 1763, s’inspiraient de la méthode de Caylus. Ce procédé dénote une approche et une rigueur dans l’organisation du travail scientifique qui sont tout à fait remarquables pour l’époque.

20On ne tarda pas à comprendre que Veleia ne restituerait pas des trésors inouïs, mais la méthode utilisée, qui suivait les principes modernes de la fouille systématique, extensive et documentée à travers la localisation exacte des objets et des monuments découverts, lui conférait une place privilégiée par rapport à Herculanum et Pompéi, où l’on se limitait à creuser la terre en quête d’antiquités et de monuments, et sans la moindre attention aux contextes des trouvailles.

  • 13  Sur les découvertes effectuées pendant cette période, voir Riccomini 2005 : 58-62.

21Après les dernières explorations d’août 1765, les fouilles archéologiques de Veleia furent temporairement interrompues et ne reprirent qu’en 1776 13. Quelques jours après, Paciaudi apprit la mort du comte de Caylus (Nisard 1877, II  : 330-331), disparu le 5 septembre 1765.

Haut de page

Bibliographie

Allroggen-Beden, A. 1993. «  Gli scavi di Ercolano nella politica culturale dei Borboni », in  : L. Franchi Dell’Orto (dir.), Ercolano 1738-1988. 250 anni di ricerca archeologica. Atti del Convegno Internazionale. Rome, l’Ermerdibreischneider : 35-39.

Boch, J. 2004. «  L’archéologie comme projet esthétique. Le Recueil d’Antiquités du comte de Caylus », in  : N. Cronk et K. Peeters (dir.), Le comte de Caylus. Les arts et les lettres. Amsterdam-New York, Rodopi  : 79-94.

Caylus, comte de.1752-1767. Recueil d’Antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises. I-VII, Paris, Duschesne.

Caylus, comte de. 1914. Voyage d’Italie, 1714-1715. Paris, Libraire Fischbacher, 349 p. [publication posthume].

Criniti, N. 1990. «  Economia e società sull’Appennino piacentino  : la Tavola alimentaria veleiate », in  : Storia di Piacenza dalle origini all’ano mille. I, 2, Plaisance, Cassa di Risparmio di Piacenza e Vigevano : 907-1011.

D’Andria, F. 1970. «  I bronzi romani di Veleia, Parma e del territorio parmense », Contributi dell’Istituto di archeologia, 3  : 3-169.

Dall’Acqua, M. 1986. «  Il recupero dell’antico  : eventi e segni di un progetto per fare di Parma una città neoclassica », Storia urbana, 34  : 69-95.

Decultot, É. 2004. «  Winckelmann et Caylus », in  : N. Cronk et K. Peeters (dir.), Le comte de Caylus. Les arts et les lettres. Amsterdam-New York, Rodopi  : 59-78.

Eristov, H. 1998. «  Les Antiquités d’Herculanum dans la correspondance de Caylus », in  : G. Cafasso et al. (ed.), Il Vesuvio e le città vesuviane. 1730-1860. Naples, Cuen  : 145-161.

Haskell, F. 1995. L’historien et les images. Paris, Gallimard (traduction française).

Jam, J.-L. 2000. «  Caylus, l’amateur crépusculaire », in  : J.-L. Jam (dir.), Les divertissements utiles des amateurs au xviiie siècle. Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal  : 21-37.

Mandich, A. M. 1990. «  La scoperta di Veleia  : echi nel mondo della cultura settecentesca », in  : Tradizione dell’antico nelle letterature e nelle arti d’Occidente. Studi in onore di Maria Bellincioni Scarpat. Rome, Bulzoni Editore  : 399-411.

Marini Calvani, M. 1984. «  Il ruolo del Museo d’Antichità di Parma dagli scavi borbonici a Veleia alle ricerche della nascente paletnologia italiana », in  : C. Morigi Govi et G. Sassatelli (dir.), Dalla stanza delle Antichità al Museo Civico. Storia della formazione del Museo Civico Archeologico di Bologna. Bologne, Grafis Edizioni  : 483-492.

Mutti, A. 1993. «  Paolo Maria Paciaudi e l’archeologia del settecento », Quaecumque recepit Apollo. Scritti in onore di Angelo Ciavarella. Bollettino del Museo Bodoniano di Parma, 7  : 353-364.

Nisard, C. 1877. Correspondance inédite du comte de Caylus avec le P. Paciaudi, théatin (1757-1765), suivie de celles de l’abbé Barthélemy et de P. Mariette avec le même. I-II, Paris, Firmin-Didot, 468 p. et 493 p.

Norci Cagiano de Azevedo, L. 2000. «  Caylus en Campanie », Journal des savants, janvier-juin  : 123-140.

Parente, A. R. 2007. «  Caylus e Paciaudi. La ricezione dell’antico tra archeologia e collezionismo a Parma », in  : R. Balzani (dir.), Collezioni, Musei, identità fra viii e xix secolo.Bologne, Il Mulino  : 29-67.

Praz, M. 1979-1980. «  Le antichità di Ercolano », in  : Civiltà del ‘700 a Napoli. 134-1799. I, Florence, Centro Di : 35-39.

Pucci, G. 1993. Il passato prossimo. La scienza dell’antichità alle origini della cultura moderna. Rome, La Nuova Italia Scientifica, 203 p.

Riccomini, A. M. 2005. Scavi a Velleia. L’archeologia a Parma tra Settecento e Ottocento. Bologne, Clueb, 223 p.

Saletti, C. 1968. Il ciclo statuario della Basilica di Velleia. Milan, Ceschina, 135 p.

Schatzmann, P.-E., 1938. «  Voyage de Constantinople par le comte de Caylus », Gazette des Beaux-Arts, 19, mai-juin  : 273-292  ; 20, septembre  : 111-126  ; 21, décembre  : 309-322.

Schnapp, A. 1993. La conquête du passé. Paris, Carré, 384 p.

Schnapp, A. 2002. «  La méthode de Caylus », in  : I. aghion (dir.), Caylus mécène du roi. Collectionner les Antiquités au xviiie siècle. Paris, Institut national d’histoire de l’art  : 53-63.

Sérieys, A. 1802. Lettres de Paciaudi au comte de Caylus. Paris, Henri Tardieu, 373 p.

Liste des fonds examinés

– Ms Asp 37 = Raccolta Mappa e Disegni, vol.  25, n. 37, Archivio di Stato, Parme.

– Ms Bpp 1246-1247 = A. Costa, Raccolta dei Monumenti di Antichità checol mezzo dei Regi scavi si sono trattati dalle viscere della città dei Veleiati, I 1760, II 1761-1762, Biblioteca Palatina, Parme.

– Ms Bpp 1586 = Lettere di Paciaudi, Biblioteca Palatina, Parme.

– MsPallastrelli 12, II = Raccolta Pallastrelli. Copialettere di Antonio Costa,Biblioteca Comunale, Plaisance.

Haut de page

Notes

1  Nisard 1877, I : 243, lettre du 16 février 1761 ; Sérieys 1802 : 26, lettre du 15 février 1759 ; 218, lettre du 28 février 1761. Sur le père Paciaudi (1710-1785) et sa correspondance avec Caylus, voir Mutti 1993 : 353-364 ; Parente 2007 : 34-38.

2  Parmi les objets qu’il croyait provenir d’Herculanum, il y avait notamment une peinture fausse (Caylus 1752, I : 149-151, LV, I) et une statuette en bronze, œuvre de la Renaissance (Caylus 1759, III : 140-141, XXXVI, I-II) (fig. 1-2).

3  Dans au moins deux cas (Caylus 1759, III : 146-148, XXXVIII, I-II), il s’agissait de monuments retrouvés à Pompéi et non à Herculanum : Praz 2002 : 36-37.

4  Parmi ses plus grands détracteurs il y avait Diderot et Winckelmann. Pucci 1993 : 115-117 ; Jam 2000 : 35-37 ; Décultot 2004 : 60-62.

5  Les épisodes les plus significatifs de ces explorations ont été récemment résumés par Riccomini (2005 : 13-61).

Les circonstances de la trouvaille sont synthétisées par Criniti (1990 : 909-921).

6  Caylus 1761, IV : 182-187, LIX, I-V (fig. 3-4) ; 1765, VI : 306-307, XCVIII, III ; 319-322, CII ; 1767, VII : 205-206, 207, LIV, I-III, V-VI ; 207-209, LV, I-V. Pour l’édition moderne des bronzes, voir D’Andria 1970 : 25, 37, 39-42, 59, 66, 75, 92-93, 95, 96-97.

7  À Costa et à Giovanni Roncovieri revient le mérite d’avoir reconnu la valeur de la Table alimentaria et d’en avoir évité la fusion. La correspondance entre Caylus et Costa, que j’ai dépouillée, fera prochainement l’objet d’un article.

8  Ces rapports contenaient des dessins d’objets, des plans de fouilles et un Giornale delle scoperte e ritrovamenti, avec la liste des antiquités retrouvées.

9  Le contact entre Costa et Caylus fut établi par le premier ministre du Tillot (Ms Pallastrelli 12, II : lettre du 21 octobre 1760). Les autres correspondants du chanoine étaient Paolo Maria Paciaudi, qui lui succéda dans cette charge, et Pier Luigi Galletti, épigraphiste du Vatican : Riccomini 2005 : 17- 20.

10  Curieuse est l’anecdote de la mort d’un fondeur, auquel le comte avait demandé le nettoyage d’une statuette de sphinx égyptien en bronze, à cause des exhalations toxiques produites par le procédé chimique (Caylus 1752, I : 46-47).

11  En échange, Paciaudi demandait des articles et des livres hostiles aux Jésuites, dont il était un ennemi implacable.

12  On se souviendra, en particulier, de l’identification d’une structure circulaire que Caylus fut le premier à interpréter correctement, comme un castellum aquae, une hypothèse jugée digne de foi encore aujourd’hui. Riccomini 2005 : 47-52.

13  Sur les découvertes effectuées pendant cette période, voir Riccomini 2005 : 58-62.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Statuette de faune en bronze que Caylus croyait provenir d’Herculanum (Dessin dans le Recueil. Comte de Caylus, Recueil d’Antiquités, 1759, III, pl. xxxvi, I-II.)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 2
Légende Faune. Bronze, hauteur 17,5 cm. Attribué à l’atelier de Desiderio da Firenze. Vers 1530-1550 (Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Médailles, inv. Monuments de la Renaissance, 44)
Crédits Photo A. Pelle (Mae, Paris X-Nanterre
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/180/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 3
Légende Statuette provenant des fouilles de Veleia offerte par Philippe de Bourbon : Dessin du recueil. Comte de Caylus, Recueil d’Antiquités, 1761, IV, pl. LIX, III
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/180/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre Fig. 4
Légende Statuette provenant des fouilles de Veleia offerte par Philippe de Bourbon : Jupiter. Bronze, hauteur 11,9 cm. ier siècle apr. J.-C. (Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Médailles, B.-B. 59)
Crédits Photo A. Pelle (Mae, Paris X-Nanterre
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/180/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Rita Parente, « Caylus et l’archéologie en Italie au xviiie siècle », Les nouvelles de l'archéologie, 110 | 2007, 17-23.

Référence électronique

Anna Rita Parente, « Caylus et l’archéologie en Italie au xviiie siècle », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 110 | 2007, mis en ligne le 05 mai 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/180 ; DOI : 10.4000/nda.180

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org