Navigation – Plan du site
3/ Cas d'études: une approche, des matériaux, des corpus spécifiques

Étude de l’instrumentum du site de l’Auditorium à Bordeaux 

Quelques exemples d’exploitation chronologique et spatiale d’un corpus urbain antique
Stéphanie Raux
p. 53-57

Texte intégral

  • 1  Sous la direction de Kristell Chuniaud, Inrap Rhône-Alpes - Auvergne (Chuniaud 2009), que je remer (...)

1La fouille du site antique de l’Auditorium à Bordeaux a été réalisée par l’Inrap entre mai 2007 et janvier 20081. D’une superficie d’environ 1 400 m2 sur 2 m de puissance stratigraphique, elle a mis au jour un quartier urbain occupé entre le ier et le ive siècle ap. J.-C. et a livré d’abondants mobiliers. Ont ainsi été dénombrés, entre autres, 157 155 tessons de récipients en céramique, 3 810 fragments de vaisselle en verre, 2 776 objets de la vie quotidienne en matériaux divers et typologiquement identifiables, auxquels s’ajoutent 1 584 clous en fer complets et 7 371 fragments de tiges et tôles métalliques indéterminées.

2Les petits mobiliers constituent ici un corpus intéressant, tant du point de vue qualitatif que quantitatif. Ils offrent un large panel de catégories et de types d’objets représentatifs des diverses activités qui se sont déroulées dans ce quartier, caractérisant la fonctionnalité des espaces, au-delà des structures immobilières qui, en milieu urbain, ne sont pas toujours bien préservées. Ils sont suffisamment bien conservés pour fournir des données typologiques précises, corroborant les informations chronologiques données par les monnaies et les mobiliers céramiques ou les suppléant si besoin. Le nombre élevé d’objets, enfin, autorise des analyses statistiques de tout ordre et garantit la fiabilité nécessaire à leur interprétation.

Présentation du site

3L’emprise fouillée est située à l’ouest de l’occupation protohistorique de Bordeaux, et en limite de l’extension urbaine proposée pour la période augustéenne. Elle est ensuite incluse dans le périmètre de la ville du Haut-Empire, puis à nouveau en bordure extérieure du castrum à la fin du iiie siècle ap. J.-C. Elle correspond donc à un quartier de la ville antique situé au sein du réseau viaire orthonormé et renseigne sur l’occupation de bâtiments installés le long d’une voie orientée nord-est/sud-ouest.

4La quasi-totalité des contextes (95 %) a été mise en phase et neuf séquences d’occupation ont été dénombrées, de la fin du ier siècle avant notre ère à la période contemporaine.

  • Phase 1, de 20/10 av. J.-C. jusque vers 10 ap. J.-C. : travaux préparatoires à l’implantation humaine, découpage de l’espace au moyen de structures fossoyées. Les petits mobiliers sont indigents (0,57 %).

  • Phase 2, entre 10 et 50 ap. J.-C. : implantation du premier quartier urbain, avec mise en place d’une chaussée et de ses trottoirs ; construction de bâtiments à vocation artisanale et résidentielle selon un plan structuré autour d’une « cour » centrale, comprenant plusieurs puits et ouvrant au sud sur la rue. Le bâti, qui occupe quasiment tout l’espace, est en matériaux périssables et subit à la fin de la phase une destruction par incendie. Les objets de cette période ne représentent que 15 % de l’ensemble, en dépit d’une occupation dense.

  • Phase 3, de 50 à 100/120 ap. J.-C. : le quartier connaît des restructurations et reconstructions à la suite de l’incendie. Un bâtiment principal occupe la moitié occidentale de l’espace tandis qu’à l’est s’étend un vaste terrain vague, vierge de construction et servant partiellement de dépotoir. C’est pour cette phase que le mobilier est le plus abondant : il constitue 63 % des effectifs, en ne prenant en compte que les objets issus de contextes de datation certaine. Un décalage est donc observé entre ce fort taux de présence et un apparent retrait de la zone habitée par rapport à la phase précédente.

  • Phase 4-5, de 100/120 jusqu’au milieu du ive siècle ap. J.-C. : implantation d’ateliers de verriers en bordure de voie et installation de nouveaux bâtiments dans l’espace oriental. Les objets de la vie quotidienne sont de faible fréquence, de l’ordre de 5 % des effectifs.

  • Phase 6, de 350/370 à la fin du ve siècle : c’est la dernière période d’occupation du site, sous forme de bâtis lacunaires et de fosses dépotoirs. Les objets ne sont présents qu’à hauteur de 3 % du total.

  • Phase 7, de 500 à 700 ap. J.-C. : le site est abandonné et fait l’objet de récupérations du bâti maçonné ; quelques inhumations, datées par 14C des ive-vie et des vie-viie siècles, et des fosses sont installées dans une amorce de formation de « terres noires ». Les objets, équivalant à 5 % du total, présentent un fort taux de résidualité (mobiliers gallo-romains dans les contextes post-antiques).

  • Les phases 8 et 9 sont modernes et sub-contemporaines et sont très pauvres en mobilier.

  • Enfin, le mobilier prélevé hors stratigraphie est quantitativement peu important (1,26 %) et se rapporte à la période romaine.

Méthodologie d’enregistrement des mobiliers

5Tous les artefacts prélevés ont en premier lieu été inventoriés sur tableur et conditionnés par matériau dès la fin de la fouille ; les objets métalliques ont subi un examen spécifique visant à isoler et à faire traiter le plus rapidement possible les individus nécessitant un nettoyage et une stabilisation, avec prises de radios préalables, pour préserver un maximum d’informations.

  • 2  Traitements (nettoyage, stabilisation) réalisés par Marina Biron et Valérie Matilla, Cellule conse (...)
  • 3  Le temps nécessaire à l’étude a été évalué à 90 jours.

6L’étude a été réalisée au cours de l’année 2009, soit plus d’un an après la fin de la fouille. Elle est intervenue après traitement des mobiliers métalliques préalablement sélectionnés2, exploitation des données de fouille et mise en phase des contextes. La répartition des effectifs par phase et la vérification de la cohérence des mobiliers avec les datations proposées par la céramique sigillée ont mis en évidence les périodes principales d’occupation du site, les plus fiables chronologiquement et les mieux documentées, les phases 2 et 3 et, partant, de calibrer le temps d’étude3.

  • 4  Système d’information archéologique (M. Py, Cnrs, Umr 5140 Montpellier-Lattes).

7Tous les objets ont été enregistrés sous Syslat-X©4, dans le fichier Mobi d’une part (inventoriés par unité stratigraphique) et dans le fichier Obj d’autre part. Les plus représentatifs et les mieux conservés ont été dessinés par Pascale Galibert et photographiés par Patrick Ernaux (Inrap).

8Le fichier Obj permet l’enregistrement individuel de chaque objet, comprenant description, dimensions, classification fonctionnelle, phasage chronologique de l’unité stratigraphique et datation, commentaires bibliographiques. Une dernière rubrique, qui ici nous intéresse particulièrement, est destinée à l’enregistrement des coordonnées topographiques de l’objet, en X, Y et Z. Chaque objet pouvant ainsi être géoréférencé sur le plan général du site, des cartes de répartition par phase chronologique de certaines catégories d'objets ont été éditées en fonction des problématiques posées.

Répartitions spatiales : problématiques et résultats

9D’une manière générale, des écueils d’interprétation sont souvent rencontrés pour les répartitions d’objets à l’échelle d’une aire géographique vaste (département, région, pays), les résultats étant tributaires du caractère aléatoire des découvertes et des fouilles, et de l’état d’avancement des recherches sur des types d’objets donnés.

10La constitution de cartes de répartition spatiale d’un ou plusieurs types d’objets à l’échelle d’un site peut, en revanche, être considérée comme une manipulation fiable, à condition que les relevés topographiques des contextes et/ou des objets mis au jour au sein d’un contexte spécifique aient été pratiqués sur le terrain de manière systématique, et que les protocoles de fouille et de prélèvements de mobiliers aient toujours été les mêmes et effectués dans de bonnes conditions. Ces cartes apparaissent comme un moyen de synthétiser et de visualiser l’exploitation de données mobilières : en témoignent les répartitions spatiales systématiques menées depuis plusieurs décennies par les archéologues suisses à partir de mobiliers de diverses natures, comme sur les sites d’Augst et Kaiseraugst (Riha 1986 : fig. 12, 15, 18, 22, 23, 24, 32, 34 ; Deschler-Erb 1998 : 213-263), d’Avenches (Schenk 2008 : 135-148) ou encore de Vindonissa (Unz & Deschler-Erb 1997 : fig. 2 et 3), pour n’en citer que quelques-uns.

11Les problématiques sont diverses mais répondent généralement aux questions de caractérisation des fonctions des espaces occupés, qu’ils soient bâtis ou de plein air : aires artisanales, quartiers résidentiels, zones de rejets. On peut ainsi déterminer des phénomènes ponctuels ou mesurer sur une durée d’occupation assez longue l’évolution d’un quartier urbain et celle de la dévolution de ses espaces. La réponse peut être positive ou tout aussi bien négative.

12Ainsi, sur le site de Lattes Saint-Sauveur (Hérault), antique Lattara, la répartition spatiale des indices d’un artisanat du textile par phases d’occupation entre 400 av. J.-C. et 100 ap. J.-C. n’apporte aucune conclusion pertinente sur la pratique de cette activité au sein de la ville au cours des cinq siècles concernés (Gardeisen & Raux 2000 : 98-101). En revanche, l’implantation d’une structure de combustion arasée au sein d’une domus abandonnée à la fin du iie siècle dans un quartier résidentiel de Nîmes (Gard) a pu être interprétée comme un four de verrier, en partie grâce à la répartition de déchets d’activité artisanale (mors de canne, réserve de matière première, parois vitrifiées) dans des contextes du même horizon chronologique et situés à proximité immédiate (Raux et al. 2010). De la même manière, la répartition d’artefacts dans un contexte de culte des eaux sur le site des Jacobins au Mans (Sarthe) a permis de délimiter l’emprise du lieu consacré et de restituer les conditions de dépôts ou de jets des offrandes (Chevet et al. à paraître : fig. 5 et 7).

13La problématique principale posée sur le site de l’Auditorium a trait à la distorsion quantitative de répartition des petits mobiliers entre les deux phases chronologiques 2 et 3. Celles-ci occupent respectivement la première et la seconde moitié du ier siècle ap. J.-C. et sont sensiblement de même durée. L’espace d’habitation est densément occupé en phase 2 mais curieusement, à la phase suivante, les mobiliers sont les plus nombreux alors que le bâti est réduit et que se développe un « terrain vague ». Ce décalage pourrait s’expliquer par la fonction de dépotoir dévolue à l’espace nord laissé en friche. Mais la comparaison des cartes de répartition par phase de deux catégories d’objets en particulier permet d’émettre un autre postulat.

14La première catégorie regroupe les lampes à huile ou à suif en terre cuite, présentant toutes des traces d’utilisation. Il y en a 157 qui se répartissent chronologiquement comme suit : 22 en phase 2 ; 7 en phase 2/3 ; 103 en phase 3 ; et 25 dans les contextes postérieurs ou hors stratigraphie. La carte des occurrences de la phase 2 (fig. 1a) met en évidence une répartition des individus dans les espaces intérieurs, surtout dans les bâtiments nord et ouest : les lampes sont peu nombreuses mais visiblement toutes en contexte d’utilisation. C’est également pour partie le cas en phase 3 (fig. 1b), lorsqu’elles sont situées dans le bâti occidental et dans les dépotoirs en liaison immédiate avec la fréquentation du portique. On note en revanche, pour celles qui ont été prélevées dans le « terrain vague », qu’elles sont pour moitié de répartition diffuse, et qu’elles offrent par ailleurs des concentrations par amas ou par alignements : leur zonage sur chacun des plans phasés, matérialisé par des pointillés (fig. 1a et 1b), montre que les concentrations de la phase 3 correspondent en réalité aux lampes utilisées au cours de la phase 2, qui réapparaissent en position résiduelle dans les remblais d’abandon et en filigrane à l’emplacement des bâtiments sous-jacents. Le faible décalage chronologique entre les deux phases d’occupation et l’homogénéité typologique des lampes à huile au cours du ier siècle ap. J.-C. ne permettaient pas de rendre compte du caractère résiduel de ces mobiliers en phase 3.

Fig. 1

Fig. 1

Bordeaux, site de l’Auditorium : répartition des lampes en terre cuite en phase 2 (a) et en phase 3 (b)

15La seconde catégorie concerne les charnières en os et les déchets de tabletterie. En phase 2, la totalité des résidus de tabletterie appartient à la chaîne opératoire de fabrication des charnières (extrémités de métatarses de bovins débitées par sciage, rondelles d’ajustage dont la surface a été travaillée au tour). La carte de répartition spatiale (fig. 2a) montre, dans la partie nord-est du site, dans des pièces appartenant peut-être au même bâtiment, une nette concentration de charnières en cours de fabrication et de produits finis. L’hypothèse d’un atelier-boutique à cet endroit peut être proposée. En phase 3 (fig. 2b), le travail de l’os est représenté sur le site de manière notable en raison de la fouille d’un dépotoir secondaire d’atelier de tabletterie, regroupant 96 % des rebuts. La détermination anatomique des restes de ce lot a défini trois possibles productions distinctes : des objets longs et relativement épais de type stylets, poinçons, aiguilles ou épingles à cheveux, à partir de barrettes épannelées ; des dés à jouer à partir de petits cubes détachés de barrettes ; et, dans une moindre mesure, des charnières. Les déchets sont, dans ce dernier cas, étroitement associés à des objets finis et sont concentrés dans la partie nord-est du site. Là encore, la juxtaposition de cette concentration au plan de la phase d’occupation précédente montre qu’elle s’inscrit dans le bâtiment sous-jacent, renforçant la proposition de présence d’un atelier-boutique dans cette partie du quartier. Les déchets, dont la position résiduelle ne pouvait être démontrée autrement, constituent donc le reflet de l’activité artisanale de la phase précédente.

Fig. 2 

Fig. 2 

Bordeaux, site de l’Auditorium : répartition des déchets de tabletterie et des charnières en os en phase 2 (a) et en phase 3 (b)

16Outre ces résultats, la réalisation de cartes de répartition spatiale par phase chronologique a permis de répondre à d’autres questionnements sur le site. Ainsi, les statuettes en terre blanche, au nombre de 19, n’apparaissent qu’en phase 3. La question était de savoir si une fonction cultuelle, mise en évidence par une concentration de statuettes dans son environnement immédiat, pouvait être proposée pour un petit bâtiment quadrangulaire (BAT49), situé dans l’angle nord-nord-ouest de la fouille ; mis en place à la fin de la phase 2, ce dernier tranche sur les autres architectures par ses dimensions, son mode de construction en dur, ses parois ornées d’enduits peints et l’absence d’aménagements domestiques internes. La répartition des statuettes montre finalement qu’elles sont concentrées dans un des puits du site, sans rapport avec le bâtiment BAT49 : aucune réponse n’est donc apportée à la question de la fonction du bâti ; une autre question peut en revanche être suscitée au sujet du rejet des statuettes de manière concentrée dans ce puits, en association avec un petit laraire en pierre.

Conclusion

17La réalisation et la lecture des cartes de répartition d’objets peuvent donc apporter des réponses à des questionnements précis sous réserve, dans l’idéal, du respect de quelques critères méthodologiques : un corpus quantitativement représentatif ; un prélèvement topographié des objets effectué sur le terrain selon un protocole systématique ; des phases chronologiques d’occupation bien définies et calibrées ; des problématiques adaptées, intrinsèques à l’occupation du site et posées en amont de la réalisation de la carte.

18Sur le site de l’Auditorium, plusieurs types de réponses, positives comme négatives, ont été apportés aux questions posées sur le fonctionnement de certains bâtiments. Les répartitions spatiales et chronologiques des objets ont également mis en évidence, et ce de manière exclusive, la relative pérennité topographique de certains artefacts qui, mis au jour dans une phase d’occupation, correspondent en réalité à l’image résiduelle de la phase d’occupation précédente.

Haut de page

Notes

1  Sous la direction de Kristell Chuniaud, Inrap Rhône-Alpes - Auvergne (Chuniaud 2009), que je remercie ici pour sa disponibilité, l’accessibilité aux données de terrain et les nombreux échanges qui ont jalonné et enrichi l’étude du mobilier instrumentum du site. Mes remerciements vont également à Stéphane Boulogne, topographe Inrap Grand Sud-Ouest pour sa précieuse collaboration au travail de préparation des données nécessaire à l’établissement des cartes de répartition.

2  Traitements (nettoyage, stabilisation) réalisés par Marina Biron et Valérie Matilla, Cellule conservation Inrap (Musée d’Aquitaine, Bordeaux).

3  Le temps nécessaire à l’étude a été évalué à 90 jours.

4  Système d’information archéologique (M. Py, Cnrs, Umr 5140 Montpellier-Lattes).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Bordeaux, site de l’Auditorium : répartition des lampes en terre cuite en phase 2 (a) et en phase 3 (b)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1796/img-1.png
Fichier image/png, 297k
Titre Fig. 2 
Légende Bordeaux, site de l’Auditorium : répartition des déchets de tabletterie et des charnières en os en phase 2 (a) et en phase 3 (b)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1796/img-2.png
Fichier image/png, 291k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Raux, « Étude de l’instrumentum du site de l’Auditorium à Bordeaux  », Les nouvelles de l'archéologie, 131 | 2013, 53-57.

Référence électronique

Stéphanie Raux, « Étude de l’instrumentum du site de l’Auditorium à Bordeaux  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 131 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1796 ; DOI : 10.4000/nda.1796

Haut de page

Auteur

Stéphanie Raux

Inrap, Umr 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes
stephanie.raux@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org