Navigation – Plan du site
3/ Cas d'études: une approche, des matériaux, des corpus spécifiques

Le métal dans la construction des édifices publics de l’Antiquité (sanctuaires et thermes)

Christophe Loiseau
p. 48-53

Texte intégral

1Sur les sites archéologiques, les monnaies, les pièces d’armement, les éléments de parure et les outils sont des témoins précieux, traités avec le plus grand soin. Toutefois, les corpus métalliques foisonnent aussi d’objets, plus ou moins fragmentaires, qui restent silencieux en l’absence d’études spécifiques. Délaissés dans des stockages parfois peu adaptés, ces clous, ces fiches et ces diverses pattes de fixation sont pourtant enregistrés avec les mêmes attentions que le reste du mobilier archéologique. Si l’état fragmentaire et l’aspect fortement oxydé de cette documentation peuvent en partie justifier le désintérêt des archéologues et des chercheurs, cette seule considération esthétique n’explique pas tout. L’absence de protocoles d’étude, des sources antiques lacunaires et des approches divergentes ont aussi contribué à cette situation.

2Dans le cadre d’une thèse de doctorat, une attention particulière a donc été donnée aux métaux de construction (Loiseau 2009). Car, quand elle est conduite avec une méthodologie adaptée et avec la collaboration de chercheurs travaillant sur d’autres matériaux, en particulier les terres cuites architecturales et la pierre, l’étude de la quincaillerie antique peut fournir de nouveaux indices pour l’archéologie du bâti. Elle peut aussi, comme nous tenterons de le montrer, révéler des utilisations parfois insoupçonnées. De même, en élargissant la méthode aux déchets métalliques et à l’étude des structures artisanales temporaires, l’organisation des chantiers et les étapes de mise en œuvre des matériaux peuvent permettre de mieux saisir la place du métal (Loiseau 2012a).

Question de méthodologie

3S’inspirant des principes de la Paléomanufacture métallique de Jean-Paul Guillaumet (2003) et du vocabulaire l’accompagnant, la méthode d’étude repose sur trois étapes d’analyse. La première est celle de l’identification et de la constitution du corpus. Après nettoyage du mobilier, les objets sont identifiés, décrits, pesés, mesurés, photographiés et dessinés. Des recommandations de stabilisation et de conservation sont également préconisées à ce moment.

4L’identification est ensuite attachée à une destination. Cette seconde étape permet de restituer l’objet dans son environnement architectural, en distinguant par exemple le mobilier réservé aux huisseries, aux plafonds, aux décors muraux, au chauffage ou à l’adduction. Ici, le contexte de découverte tient une place importante.

5Les objets sont enfin associés à une phase de construction. Ce classement permet de distinguer les objets provenant des phases de gros œuvre, de finition et de décoration des monuments et des aires de travail. La distinction par étape de construction permet également de proposer une confrontation plus efficace entre les objets métalliques et les autres matériaux de construction.

La construction monumentale

6À ce stade de la construction, les utilisations métalliques regroupent surtout des crampons, des goujons ou des renforts de maçonnerie qui assurent la stabilité des édifices. Ces objets ont cependant rarement échappé aux récupérateurs. Le Colisée et le temple d’Antonin et Faustine à Rome, l’Arc d’Auguste à Suse ou le temple de Bêl à Palmyre témoignent de ces intenses récupérations. Faute d’information, il convient alors, pour compléter l’analyse, d’observer les blocs architecturaux pour mieux évaluer la forme et la taille des crampons.

7Longtemps, les études ont tenté de classer les fixations selon leur forme (Lugli 1957 : 238, fig. 57 ; Orlandos 1966-68 : 103, fig. 113 ; Ginouvès & Martin 1985 : pl. 28-29). Cependant, aucune étude n’avait essayé de sérier ces crampons en fonction de leur taille. Pourtant, l’analyse montre de très fortes amplitudes entre le plus petit exemplaire connu actuellement (140 mm) et les plus longs spécimens observés (620 mm). Au moins six séries peuvent être distinguées : de 140 à 200 mm, de 201 à 250 mm, de 251 à 300 mm, de 301 à 350 mm, de 380 à 451 mm, de 500 à 620 mm et plus. De telles variations ne sont pas uniquement dues au savoir-faire des artisans. Elles sont à mettre en relation avec des adaptations architecturales justifiées par le positionnement du bloc (assises supérieures ou inférieures), sa longueur ou les contraintes physiques absorbées dans l’édifice. Parallèlement, l’analyse du métal constitue une autre piste de réflexion. En effet, si le fer a abondamment servi à la fabrication des crampons, des productions en alliages cuivreux ont également été largement diffusées. Ces variations de matériaux peuvent appeler plusieurs constats : construction plus stable (absence de corrosion du fer), contraintes architecturales, conditions d’apprivoisement en matière ou gestion des ressources minières, richesse des commanditaires.

8L’observation des maçonneries antiques met parfois aussi en évidence d’autres dispositifs métalliques. À cause des quantités de métal que de tels équipements représentaient, ces solutions techniques ne sont qu’exceptionnellement parvenues jusqu’à nous. Ces « structures porteuses » sont de fait très mal connues pour l’Antiquité. Elles introduisent pourtant déjà la notion de « maçonnerie armée ».

9Dans le portique périmétral de la Basilica Aemelia ou dans les galeries supérieures des Horrea Agrippianna à Rome, des tirants en fer ont également été repérés. De même, dans la villa Hadriana à Tivoli en Italie et à Conimbriga au Portugal, des vestiges en fer suggèrent l’usage d’un linteau métallique (Seigne 2004 : 91, fig. 34 ; Ginouvès 1992 : pl. 63, 4 ; Delaine 1990 : 420, fig. 9). Dès 1883, Charles Normand précisait que la partie supérieure d’une ouverture du temple de Mercure au sommet du Puy-de-Dôme (63) présentait une entaille dans laquelle se logeait également un « linteau de fer » (Normand 1883 : 79-80, fig. 34-36). Dans les complexes thermaux, les praefurnia conservent parfois l’empreinte d’armatures en fer qui étaient « noyées » dans les maçonneries pour servir de renfort. Les thermes du clos de Serre (Caumont-sur-Durance, Vaucluse) nous livrent un bon exemple de ce dispositif (Bouet 2003 : 245). Amedeo Maiuri décrit une mise en œuvre similaire dans les thermes suburbains à Herculanum (Maiuri 1958). Dans la villa della Pisanella àBoscoreale, le socle maçonné qui soutenait la chaudière était quant à lui renforcé par deux robustes barres de fer disposées transversalement (Broise & Scheid 1987 : 98-99). Des supports de ce type sont également attestés dans les thermes de Longeas à Chassenon, en Charente (Loiseau 2012b).

10Conjointement à ces renforts, des châssis métalliques ont été mis au jour, notamment dans les thermes d’Évreux. Découvertes à proximité d’une sole, deux imposantes barres en fer ont été isolées. La première barre mesure 0,74 m de long. De forme quadrangulaire, sa section atteint 0,135 m. Son extrémité est arrondie. Selon les auteurs, elle était probablement disposée dans un massif de maçonnerie. La seconde barre est plus courte. Elle mesure 0,60 sur 0,10 m. L’une des extrémités est biseautée pour prendre appui sur un sol ou un montant vertical. D’après Pierre Aupert et Éric Follain, ces imposants fragments appartiennent à un support horizontal qui devait soutenir une importante chaudière métallique. La concentration de métal blanc fondu et les fragments d’alliages cuivreux découverts à proximité plaident en ce sens (Aupert & Follain1997 : 62-63). Même si elles demeurent rares, d’autres installations de ce type sont connues, en particulier à Saalburg (Rehren & Hauptmann 1994 : 79, fig. 1).

La finition et la décoration des édifices

11L’installation des dispositifs techniques et la mise en œuvre des décors dans les édifices antiques nécessitent une quincaillerie métallique très hétérogène. À nouveau, la récupération des matériaux de construction nous donne une vision probablement très partielle. Toutefois, en multipliant les études et en les abordant dans une approche pluridisciplinaire, il devient possible de mieux percevoir l’étendue des utilisations métalliques dans le bâti antique. Sur certains sites, il est même parfois possible d’entrevoir des destinations architecturales qu’aucun autre élément ne permet d’identifier. Devant l’abondance des informations et des domaines d’utilisation, il ne sera pas possible d’aborder ici tous les types de fixation. Nous réserverons donc ces lignes à une description détaillée de quelques cas qui laissent entrevoir l’ingéniosité des constructeurs comme l’habileté des artisans.

L’eau : adduction, distribution et stockage

  • 1  De même que pour les tuyaux en bois, les fistules en plomb sont retrouvées quand des conditions d’ (...)
  • 2  Dans cette communication sont abordées les questions typologiques, chronologiques, géographiques e (...)

12Dans les monuments antiques, pour acheminer l’eau, les ingénieurs romains disposaient d’un large éventail de solutions techniques. Plusieurs matériaux pouvaient servir à construire les canalisations : pierre, céramique, métal ou bois (Dessales 2002 : 249). Pour le métal, les découvertes sont très lacunaires. Les fistules en plomb ont été très fortement récupérées, ce qui donne une vision incomplète du réseau hydraulique1. Les canaux en bois sont rarement conservés, excepté dans des milieux particuliers. Le plus souvent, seules nous parviennent les emboîtures en fer qui servaient à assembler deux tuyaux. Ce dispositif de conduite de l’eau par tuyau en bois a parfois été qualifié de secondaire (Malissard 1994 : 204-205) ou attribué uniquement aux régions forestières (Adam 2005 : 276). Ces constats sont aujourd’hui à nuancer. Afin de détailler leur diffusion, les types d’usage et la chronologie de ces emboîtures, un inventaire détaillé a été entrepris à l’échelle de la Gaule romaine. Récemment, ce travail a été abondamment complété. Nous renvoyons donc le lecteur à la publication (Actualité de la recherche sur les mobiliers non céramiques de l’Antiquité et du Haut Moyen Âge, Lyon, 18 et 19 octobre 2012)2.

13Pour stocker l’eau et la chauffer, des réservoirs et des chaudières métalliques étaient installés dans les aires de service. La confection de ces installations thermiques et hydrauliques nécessitait d’importantes masses métalliques en alliage cuivreux et/ou en plomb. Ces lourds équipements ont presque systématiquement fait l’objet d’une récupération. Toutefois, quelques rares témoins nous sont parvenus. C’est le cas de la chaudière de la villa della Pisanella à Boscoréale. Retrouvée en place au-dessus du foyer qui chauffait l’hypocauste du caldarium, cette chaudière est de forme cylindrique. Elle mesure 1,92 m de haut pour 0,58 m de diamètre. Deux feuilles en plomb ont servi à sa confection. D’une épaisseur de 9 mm, elles sont assemblées à mi-hauteur. À la base de la chaudière, un second joint solidarise la cuve à un socle en alliage cuivreux. Un cerclage en fer complète la fixation (Broise & Scheid 1987 : 98-99). Cette chaudière a une contenance de 0,525 m3. Depuis le réservoir d’eau froide, une première série de tuyaux en plomb alimente la chaudière. D’autres tuyaux conduisent l’eau chaude vers le solium ou le labrum de l’installation balnéaire. Sur chaque tuyau, des robinets en alliage cuivreux commandaient les opérations (alimentation, évacuation, vidange). Une autre cuve, plus fragmentaire, est connue dans les thermes de Tébessa en Algérie (Krencker et al. 1929 : 304 ; Degbomont 1984 : 78, fig. 120). Composée de plaques rivetées, cette chaudière forme un réservoir d’un diamètre de 0,84 m conservé sur un mètre de hauteur. Deux autres miliaria proviennent de la maison de Vénus à Volubilis au Maroc (Bouet 2003 : 220 et pl. IV, n° b). Parfois, seuls les massifs de maçonnerie qui protégeaient et isolaient ces chaudières ont subsisté. Quelques traces nous rappellent ainsi la présence de chaudières dans les thermes de la Trinacrie à Ostie, dans les bains de la praedia de Julia Felix ou de la villa de Diomède à Pompéi (Bouet 2003 : 220).

14En Gaule romaine, les découvertes sont également très rares. Dans les thermes de Longeas à Chassenon, au cours des fouilles de Jean-Henri Moreau en 1977, quatre lourds et importants fragments en alliage cuivreux, légèrement incurvés, ont été extraits des praefurnia. Ces pièces massives appartenaient probablement à une ou deux chaudières détruites au cours de l’incendie qui ravagea les thermes vers la fin du iiie siècle ap. J.-C. Le premier fragment est un fond, probablement positionné au centre de la chaudière. Il mesure 0,52 m de long, 0,38 m de large et 0,04 m d’épaisseur. La face externe est lisse et légèrement bombée. La face interne est renforcée par une protubérance plane et circulaire, de 0,36 m de diamètre, terminée par un bourrelet radial. Le second fragment correspond à un fond plat à pied annulaire (ép. 0,015 m) conservant le départ de la panse (ép. 0,006 m). Cette pièce mesure 0,41 m de long, 0,20 m de large et 0,11 m d’épaisseur. Ces fragments métalliques, bien qu’exceptionnels, ne donnent qu’une idée très partielle des installations thermiques qui devaient équiper les édifices. Pour David Hourcade, les thermes de Chassenon ont pu abriter au moins huit chaudières (Aupert & Hourcade 2007 : 19). À Toulouse, plusieurs fragments ont été mis au jour dans le comblement d’un puits. Ces vestiges métalliques permettent de restituer deux chaudières en plomb qui alimentaient en eau chaude les thermes de la place Saint-Étienne (Bouet 2003 : 219 et pl. III, n° b). Le fond, quatre fragments du corps et des cerclages en fer constituent les pièces d’assemblage et les supports de fixations d’une grande chaudière d’au moins 1,27 m de haut (0,25 m3, poids 500 kg). Un autre fond, plus petit (diamètre de 0,33 m), laisse supposer la présence d’une seconde cuve. Plus récemment, une chaudière en plomb a été retrouvée dans des thermes privés sur le site des Petits-Ormes à Saint-Pathus (77). Ce miliarium est composé d’une cuve cylindrique fabriquée à partir de deux feuilles de plomb de 111 cm de haut posée sur un socle en alliages cuivreux de 3 mm d’épaisseur (Hurard & Bruley-Chabot 2011, 2 : 221-234). Les chaudières sont parfois complétées ou remplacées par des testudo alvei. Il s’agit d’un dispositif métallique à fond plat dont la partie supérieure est voûtée. Posé sur les blocs ou sur la maçonnerie, ce récipient est chauffé directement par le praefurnium. Il alimente en eau chaude le bassin ou la piscine. Ce type d’aménagement est connu à Djemila en Algérie (Degbomont 1984 : 78, fig. 122).

Le chauffage et la protection des parois murales

15Pour fixer les conduits thermiques en tubuli ou en tegulae mamatae à distance du mur, les constructeurs romains employaient de longues fiches en forme de T à queue (fig. 1a). Ce type de fixation est très répandu dans le monde romain. Quelques sites conservent encore la trace de ces mises en œuvre. À nouveau, les cités et les monuments enfouis par le Vésuve (Ginouvès 1992 : pl. 89, fig. 4 ; Barbet & Miniero 1999) et les monuments d’Ostie (Ginouvès 1992 : 89, fig. 3 ; Lugli 1957 : 552, fig. 117 ; Broise & Scheid 1987 : 58, fig. 66) offrent un cadre d’observation privilégié. Des dispositifs thermiques sont également remarquablement conservés en Sicile à Tindari (Brodribb 1970 : fig. 30). D’autres exemples, en place, sont connus au Luxembourg (Mamer), en Allemagne (Zulpich, Saalburg, Trèves) ou en France (Cadillac, Jublains). Ces fiches en T se présentent globalement sous la forme de longues tiges de 200 et 230 mm de long. Leur section est quadrangulaire ou rectangulaire. Elle est comprise entre 10 et 12 mm et peut aller jusqu’à 16 mm pour les pièces les plus volumineuses.

16Pour éviter que les décors ne soient altérés, selon une technique très largement répandue dans les édifices publics et privés de l’Antiquité, des contre-cloisons ont parfois pu être disposées à la base des murs, créant alors un vide sanitaire afin d’isoler les décors peints des murs humides. Ces supports d’isolation étaient composés de carreaux de terre cuite lisses ou à rebords, plaqués ou maintenus à distance des parois par des fiches en T à queue (fig. 1b). Ces fiches sont pratiquement identiques aux exemplaires servant à fixer les tegulae mammatae ou les tubuli des conduits de chauffage (cf. supra). Trois critères permettent toutefois de sérier les deux lots. Les modèles pour l’isolation des murs sont plus petits. La section de leur tige est quadrangulaire et leur tête est toujours dissymétrique.

17Un autre type de fixation, inédit et récemment découvert à Chassenon, pourrait correspondre à un autre mode de préparation des parois murales. Ces « tenons » en plomb sont doubles ou simples. Ils sont munis d’un clou en fer disposé en partie centrale – pour les types doubles – ou sur l’une des extrémités pour les modèles simples (cf. fig. 1d et e). La tige du clou est relativement courte (de 10 à 30 mm). À Chassenon, ces tenons en plomb ont été découverts enfouis au milieu de nombreux enduits peints. Leur utilisation rappelle un autre dispositif, celui dans lequel des clous sont placés dans les maçonneries pour permettre une meilleure accroche des couches préparatoires de mortier, comme nous pouvons encore l’observer à Stabies ou à Reims (Barbet & Miniero 1999 ; Neiss & Balmelle 2003 : 46).

Les programmes décoratifs : le couvrement des plafonds et les décors plaqués

18Pour le maintien des plaques décoratives, les constructeurs disposaient des pattes à marbre dans les trous de trépan aménagés sur le lit d’attente des revêtements lithiques. Ces pattes en fer, parfois en alliages cuivreux, se présentent sous la forme de bandes métalliques de 15 à 20 cm de long, peu larges et peu épaisses. L’extrémité est courbée et se termine en une pointe de section rectangulaire ou circulaire de 2 à 3 mm. Dans certains cas, des pattes latérales, spécialement conçues à cette occasion, se logeaient sur les bords des plaques pour maintenir les éléments de chambranles ou certaines moulures d’encadrement. Pour maintenir les pattes à marbre dans les maçonneries, des cales en pierre étaient le plus souvent utilisées. Toutefois, quelques cales métalliques, en particulier en plomb, ont également été employées, comme dans le temple de Mars Mullo à Allonnes (72), dans la basilique de Grand (88) et dans le complexe cultuel de Villards d’Héria (39) (Loiseau à paraître).

19Le couvrement des plafonds constitue une destination architecturale pour laquelle plusieurs éléments métalliques sont également attestés. De formes variées, ces fixations suggèrent des choix de mise en œuvre spécifiques au bâtiment et à l’espace décoré. En effet, dans la fouille des galeries périphériques des édifices, comme par exemple les portiques des temples ou les grandes salles couvertes des thermes, de nombreux crochets à deux clous et des pitons rivetés ont été mis au jour. Ces pièces en fer ont une mise en œuvre commune. Le piton se logeait dans une pièce de bois, l’anneau orienté vers le bas afin que ce dernier reçoive la pointe du crochet (fig. 1c). Sur l’un des côtés du crochet était ensuite fixée, par deux clous disposés dans des sens opposés, la partie supérieure d’un rail en bois sur lequel étaient ensuite placées les planches d’un plafond suspendu en bois. En Gaule, de nombreux sanctuaires, thermes et villae témoignent de ces utilisations (Loiseau 2009, 2 : 120-127, fig. 135-139 ; à paraître).

Fig. 1

Fig. 1

Chassenon, Thermes de Longeas : exemples de pièces métalliques utilisées dans la construction antique

dessins Chr. Loiseau

20Dans les salles froides ou chaudes des balnéaires, des fiches en T à œil en fer suggèrent un mode de couvrement des plafonds plats ou voûtés. Ces pattes maintenaient des briques, généralement striées, sur lesquelles étaient projetées des couches d’enduit. Dans une dernière étape, une fine couche de peinture était appliquée. Adapté à l’isolation, puis à la décoration des plafonds, ce procédé trouve en Gaule de nombreux exemples (Loiseau à paraître ; 2009, 1 : 450-453 ; Monturet & Rivière 1986 : pl. 24). Cependant, de même que pour les crochets et les pitons décrits plus haut, nous ne bénéficions pas d’études qui permettent à ce jour de bien cerner l’étendue de ces utilisations.

21Un autre mode de couvrement se rapproche de celui dans lequel sont disposées des fiches en T à œil. Les quantités de métal mis en œuvre sont toutefois bien plus volumineuses. À Florence (Italie), la destruction brutale d’une partie du caldarium des thermes de Piazza della Signoria a permis la conservation exceptionnelle d'un ensemble métallique. Ces pièces d’assemblage et de suspension permettent de restituer une structure métallique suspendue servant à la confection d’une voûte. Ce lot est composé de barres quadrangulaires, de 1,21 à 1,74 m de long, dont l'extrémité en forme de crochet était logée dans l’anneau d’un piton riveté ou dans une pièce en fer enserrant une poutre de bois. Dans leur partie inférieure, ces barres servaient de support à de longues bandes en fer (un exemplaire mesure 1,77 m), larges de 0,006 m et épaisses de 0,015 m. Elles sont disposées en lignes parallèles, des traverses en fer conservant les écartements et assuraient la stabilité de la structure métallique. La longueur de ces entretoises peut, dans certains cas, atteindre 0,58 m pour une largeur de 0,06 m et une épaisseur de 0,005 m. Selon l’étude d’E. J. Shepherd, ces pièces, exclusivement en fer, dessinent une structure métallique sur laquelle étaient posées des briques striées qui recevaient les couches d’enduit et de peinture de la voûte (Shepherd 1989 : 424-426 ; Loiseau 2009, 1 : 456-458 ; 2009, 2 : 251, fig. 277).

Les ornements métalliques

22Comme nous venons de le détailler, les utilisations métalliques de l’architecture romaine se résument en grande partie à des pièces de liaison ou de suspension des matériaux de construction en pierre, en terre cuite et en bois. Ceci ne constitue cependant qu’une partie de l’inventaire car des productions entièrement en métal ont également été mises en œuvre dans les édifices, véhiculant ainsi l’image du luxe et du raffinement de la société romaine. Une fois encore, à cause des récupérations, de telles découvertes paraissent isolées.

23Ces somptueuses réalisations se présentent sous la forme de tuiles, d’acrotères, d’antéfixes, de rampants de frontons, de placages de poutres, de corniches, d’architraves, d’éléments d’assemblages décoratifs de chapiteaux, de bases de colonnes, de châssis et grilles de fenêtres et de portes en bronze (Loiseau 2009, 1 : 484-499 ; 2009, 2 : 264-268, fig. 291-295). S’ils illustrent l’habileté des artisans, ces ornements ont aussi pour but principal d’assurer une forme de reconnaissance à ceux qui en ont commandé la fabrication et l’installation.

Conclusion

24Par son utilisation dans la construction monumentale, dans l’installation de dispositifs techniques et dans la mise en œuvre des décors et des ornements, le métal peut donc être considéré comme un matériau de la construction romaine. Il est transformé, ajusté, parfois même produit sur les chantiers dans des structures adaptées et temporaires. Son étude constitue un outil nouveau pour la réflexion sur l’histoire des techniques architecturales et artisanales romaines. Dans ce domaine, les recherches ne font que débuter car les utilisations métalliques sont probablement bien plus denses que ne le laisse à penser cet inventaire limité par un champ d’étude trop restreint. Les recherches doivent donc se poursuivre pour compléter le catalogue, affiner les données chronologiques et caractériser les variations métalliques afin de mieux apprécier le rôle comme la spécificité des utilisations métalliques dans le bâti antique.

Haut de page

Notes

1  De même que pour les tuyaux en bois, les fistules en plomb sont retrouvées quand des conditions d’enfouissement particulières ont favorisé leur conservation. Les cités du Latium comme Pompéi ou Herculanum sont de ce fait de bons exemples pour cerner la complexité des réseaux d’acheminement et de gestion de l’eau dans l’Antiquité. En Gaule, les travaux de recherches développées par Laurence Brissaud sur le site de Saint-Romain-en-Gal constituent une source précieuse d’informations (Brissaud 2005 ; 2012).

2  Dans cette communication sont abordées les questions typologiques, chronologiques, géographiques et techniques. Le contexte archéologique tient aussi une part importante, en particulier par le biais d’une étude de cas présentée par Laurence Brissaud sur le site de Saint-Romain-en-Gal.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Chassenon, Thermes de Longeas : exemples de pièces métalliques utilisées dans la construction antique
Crédits dessins Chr. Loiseau
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1794/img-1.png
Fichier image/png, 154k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Loiseau, « Le métal dans la construction des édifices publics de l’Antiquité (sanctuaires et thermes) », Les nouvelles de l'archéologie, 131 | 2013, 48-53.

Référence électronique

Christophe Loiseau, « Le métal dans la construction des édifices publics de l’Antiquité (sanctuaires et thermes) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 131 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/1794 ; DOI : 10.4000/nda.1794

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org