Navigation – Plan du site
3/ Cas d'études: une approche, des matériaux, des corpus spécifiques

Pour un protocole d’étude des moules et creusets de bronziers gallo-romains

Élisabeth Rabeisen
p. 44-48

Texte intégral

1Depuis une trentaine d’années, l’étude des vestiges de travail des alliages cuivreux à l’époque gallo-romaine a connu une évolution conséquente, grâce à la présence d’ateliers abondamment documentés, surtout en Gaule du Centre-Est, tels Alésia et Autun, plus récemment dans l’Ouest, à Rennes (Mothes, Pernot 2008), ou le Sud-Ouest, par exemple à Bordeaux (Feugère 1997). Ces études ont surtout décrit l’atelier et la chaîne opératoire d’une part, et tenté d’appréhender la production à partir des structures et des vestiges recueillis d’autre part.

2On s’intéressera ici aux artefacts de terre cuite liés au travail des alliages cuivreux et seulement aux principes d’étude des deux vestiges indispensables à la caractérisation de la production sur un site : le moule et le creuset utilisés dans le procédé de coulée à la cire perdue (Baudry, Bozo 1978 ; Chardron-Picault, Pernot 1999 ; Rabeisen 2010).

3En effet, les creusets ou les objets moules sont rarement étudiés pour eux-mêmes en tant qu’outils, ce qui relève, à notre avis, de deux difficultés sous-jacentes :

  • soit le mobilier est peu abondant et, en dépit de quelques études ponctuelles dues à des chercheurs spécialisés associés à l’étude, il faut bien reconnaître qu’il est le plus souvent délaissé par la publication. Souvent ni décrit, ni illustré, il est juste cité en appui de l’équation : présence de moules et de creusets vaut attestation d’un atelier de production ;

  • soit il est extrêmement abondant et les moyens humains et matériels sont insuffisants pour exploiter les informations ; les publications s’efforcent alors de donner quelques exemples sélectionnés qui reflètent une réalité incomplète de la production.

4Il semble possible d’aller plus loin dans l’étude de ces objets, pour peu que quelques principes d’étude soient pris en compte dès la fouille, notamment l’inventaire et le comptage. Il nous a semblé intéressant de partager notre expérience et de donner une ébauche d’outil de travail aux acteurs de terrain, souvent démunis devant un matériel aussi ingrat, pour que les objets livrent les informations dont ils sont porteurs.

Les objets de l’étude

L’objet creuset (fig. 1-2)

5Récipient utilisé en fonderie, dans le cas des alliages cuivreux, le creuset sert à l’étape de fonte et de coulée du métal. L’alliage liquéfié est versé dans des moules, soit par transvasement du creuset vers le moule, soit par coulée directe en creuset-moule (Rabeisen 2010).

6Le tri systématique des fragments de creusets permet de définir la forme et la typologie fonctionnelle des récipients. Il s’agit parfois de formes spécifiques au site, en terre modelée ou en céramique tournée. Une attention particulière sera portée aux formes de céramiques communes issues du contexte de l’atelier : elles sont susceptibles d’avoir été détournées de leur usage domestique traditionnel pour se prêter à des opérations de transformation des métaux, en particulier à l’élaboration d’alliages (Picon et al. 1995 ; Rabeisen, Saint-Didier 2010).

7Rarement trouvés complets, les creusets sont identifiés grâce aux bords, fonds et fragments de panse significatifs. Lors de l’étude visuelle, il est nécessaire de relever les observations suivantes qui s’apparentent en partie à l’étude céramique :

  • caractéristiques particulières des formes modelées ;

  • caractéristiques des surfaces internes et externes ;

  • parois lutées ou non (une ou deux enveloppes) ;

  • présence/absence de vitrification des parois externes/internes ;

  • type de pâte : granulométrie, densité du dégraissant et des matériaux organiques, inclusions atypiques ;

  • présence/absence de gouttes de métal dans le creuset ;

  • présence/absence d’un trou ou autre dispositif dans la panse ;

  • présence/absence d’un couvercle ;

  • présence/absence d’éléments de liaison ou de suture des bords de creusets et des bords de moules (creuset-moule, type 1 d’Alesia) (fig. 2). La présence de ces vestiges atteste une technique de coulée particulière (Rabeisen 2010 : 23-24) ;

  • traces de l’environnement de l’atelier et du four : charbons de bois, petits cailloux, adhérence de matériaux divers ;

  • traces d’outils de préhension ;

  • traces diverses : empreintes digitales, textiles.

Fig. 1

Fig. 1

1) Creuset de type 1. 2) Creuset-moule de type 1, restitution. 3) Médaillon de phalère : a, moule≈et son moulage ; b, dessin inutile ; c, restitution. 4) Moules multiples : exemples théoriques de numérotation des empreintes. 5) Pendentif virtuel sans comparaison identifiée à ce jour, restitution

dessins Cl. Touzel, cliché É. Rabeisen

L’objet moule (fig. 3)

8Ce vestige atteste réellement d’une production sur place. On le trouve généralement brisé, du fait du décochage : plus l’objet est de forme complexe et plus les fragments sont petits. Plusieurs paramètres d’observation sont à prendre en compte :

  • caractéristiques des surfaces internes et externes ;

  • type de pâte : granulométrie, densité du dégraissant et des matériaux organiques, inclusions atypiques ;

  • analyse des différences de couleurs des pâtes (examen interne et externe) ;

  • présence/absence de vitrification des parois externes ;

  • repérage de fragments éventuels de noyau (fonte à cire perdue sur noyau) ;

  • caractéristiques particulières des parties fonctionnelles des moules à épreuves multiples : présence de bassins de coulée à canaux multiples, d’éléments de liaison, de boudins de calage et d’empreintes liées, juxtaposées ou superposées (fig. 4) ;

  • présence/absence de suture des bords de creusets et des bords de moules dans le cas des creusets de type 1 d’Alésia (fig. 2) ;

  • traces carbonisées sur l’empreinte ;

  • présence/absence de métal dans le moule.

La fouille et les traitements préliminaires à l’étude sur le terrain

9Les premiers gestes sont décisifs pour la suite des opérations :

  • s’il y a accumulation ou concentration de vestiges, relever les positions, prévoir un prélèvement en motte ou bien un prélèvement en carroyage par couche pour préserver au maximum les possibilités de collages ;

  • mettre de côté les creusets et les moules intacts, les plus complets ou les plus caractéristiques, et ne pas les nettoyer ;

  • prélever et mettre en plateau les fragments sans les superposer, pour ne pas entretenir l’humidité ; éviter de les enfermer dans un sachet plastique mais les poser dans des conteneurs ouverts empilables sur un lit de papier journal, qui absorbe en partie l’humidité et permet les transferts éventuels de plusieurs centaines de fragments à la fois. En fait, les manipulations fréquentes doivent être évitées.

Lavage ou nettoyage à sec ?

10Les deux possibilités sont envisageables tant pour les creusets que pour les moules ; elles sont à apprécier en fonction de l’état de conservation des pâtes. Pour les moules, il s’agira de préserver au maximum la lisibilité de l’empreinte dont la surface lisse et fragile est souvent sujette à desquamation.

11Un moule est une terre séchée et en principe cuite, mais sa destruction à différents stades du processus, soit accidentellement au moment du décirage, soit normalement après la coulée lors du décochage, fait que l’on peut constater différents degrés de dureté de la pâte, de semi-cuite, dans le premier cas, à très cuite dans le second, s’il y a eu coulée ou séjour prolongé à forte chaleur.

12Il est souvent utile de sélectionner quelques séries non lavées en vue d’études et d’analyses ultérieures. Si on opte pour un nettoyage à sec, il est nécessaire de faire sécher les fragments puis d’éliminer les restes de terre par brossage très doux et dépoussiérage.

Tri, conditionnement et conservation

13D’après l’expérience générale, moules et creusets sont rarement trouvés in situ en position primaire, mais plutôt découverts en rejet dans des dépotoirs proches ou éloignés de l’atelier dont la localisation peut rester inconnue en raison des contraintes de la fouille. L’espoir de trouver des collages significatifs est relativement faible.

14Dans tous les cas, lors du tri, il convient de différencier les moules du clayonnage et d’autres exemples de terre semi-cuite en relation avec des foyers (parois, tuyères, braseros) et autres objets portant des empreintes, car ils sont sources de possibles erreurs d’identification. Ainsi, une attention particulière sera portée à certaines empreintes d’objets qui existent sur des parois de creusets reconnaissables à leur vitrification : il ne s’agit pas là de moules vitrifiés accidentellement, mais de la trace d’objets imprimés dans la terre molle d’un creuset lors d’opérations de recyclage. À Alésia, suite à des observations faites sur des creusets complets, ont été reconnues sur la paroi interne des empreintes de fibules à queue de paon.

15Selon l’abondance du matériel et suivant les cas, les inventaires seront dressés soit à l’unité, soit par lots. Si, dans certains cas, ils peuvent être traités comme une céramique, creusets et moules sont loin d’en avoir les qualités de solidité et de longévité : ils demandent quelques précautions particulières d’emballage, étant entendu qu’un séchage complet a été effectué auparavant.

16Le moule ou le creuset sont, par principe, fragiles ; dès la fouille, toute manipulation doit donc être méticuleuse, surtout s’ils sont intacts. De manière générale, il faut éviter l’écrasement, les chocs accidentels et les frottements, générateurs de fractures, de poussière et d’usure.

17Les creusets intacts ou en attente de collage sont déposés, calés avec du plastique à bulles (éviter les copeaux de polystyrène ou le coton), dans un boîtage support non fermé : il est alors possible d’examiner l’objet sans manipulation directe. Ces supports peuvent être ensuite placés dans des conteneurs fermés, en évitant les superpositions. Les fragments présentant un intérêt fonctionnel sont isolés et regroupés : fonds, bords, becs verseurs, panses à trous selon les observations faites (cf. supra l’objet creuset). Les moules présentant des empreintes caractéristiques (moules types) seront isolés dans des boîtes plastiques transparentes.

18Les objets sont examinés, numérotés et classés. Une fiche descriptive est rédigée pour ceux qui ont été sélectionnés et une identification sommaire en est faite. Tous les éléments sont pesés. Après sélection des plus significatifs, l’étude plus approfondie de la structure des pâtes ainsi que l’identification des fragments de parties fonctionnelles et des empreintes pourront être effectuées.

19Les fragments de creusets non retenus pour étude ainsi que les fragments de moules dépourvus d’informations techniques ou d’empreintes peuvent être conditionnés dans des sacs plastiques de cent fragments maximum dans des conteneurs classiques fermés. Les sacs posés à plat peuvent alors être superposés en étant séparés par une feuille de plastique à bulles.

Inventaire, classement

Les comptages

20Basé sur les méthodes utilisées pour la céramique, le comptage du nombre de reste, la détermination du nombre minimal d’individus (NMI) – total, par types, par parties fonctionnelles, par contextes, par périodes – et le pesage des fragments permettront de croiser les réflexions. Ainsi, des assemblages tout comme des phases et types de production, voire l’évolution de la demande de la clientèle, pourront être mis en évidence.

21Afin d’obtenir un Nmi pondéré, deux possibilités sont offertes :

  • diviser le poids moyen d’un creuset entier par la masse totale de fragments recueillis ; dans le même ordre d’idées, on peut estimer la masse de métal travaillée en établissant une capacité moyenne des creusets ;

  • se baser sur le nombre d’éléments significatifs conservés (fonds, bords).

L’établissement d’une typologie

22C’est un travail indispensable à faire sur chaque site ou atelier tant pour les creusets que pour les moules. L’harmonisation des formes et de leur appellation peut intervenir dans une étape ultérieure de rassemblement des données. Il n’existe pas de typologie générale des creusets, encore moins de chronologie, excepté un essai de R. Tylecote (1987 : 185, fig. 6.7). Or, certaines formes apparaissent à des périodes déterminées et pourraient éventuellement servir de repères de datation.

Le cas des empreintes

23L’analyse des empreintes est importante. Il s’agit d’une étape indissociable de l’étude de l’objet moule, mais elle constitue une démarche indépendante de l’étude des vestiges de la chaîne opératoire, car elle ouvre sur la caractérisation de la production de l’atelier par l’identification de l’objet produit et la constitution de typologie et de corpus d’étude.

L’inventaire

24Les empreintes peuvent être trouvées en grand nombre : ainsi, à Alésia, ont été isolés plus de 6 500 fragments qui ont permis de dresser une liste de moules types pour la restitution d’un objet virtuel.

25C’est le comptage des empreintes qui détermine le nombre d’objets produits. En pratique, un fragment de moule peut porter les empreintes de plusieurs objets. Elles peuvent être :

  • disposées à la suite sur une même face de moule, il faudra les numéroter à la suite du numéro de fragment (fig. 4B) : ex : 2520 (1, 2) ;

  • juxtaposées, en liaison avers-revers pour un même objet, dos à dos ou côte à côte pour des objets différents (fig. 4A), on écrira : ex : 2520 (a, b) ;

  • si les deux dispositions sont cumulées, on écrira : ex : 2520 (a/1,2 ; b/1,2).

Le catalogue des empreintes

26Il est important car, plus que d’éventuels artefacts métalliques, ratés de coulée, les empreintes identifiées représentent l’image la plus exacte de la production de l’atelier.

27Il s’agit en fait d’un catalogue des objets virtuellement produits permettant la caractérisation de la production. En raison du nombre considérable de fragments, ce catalogue ne prend en compte que les types d’empreintes définis d’après les associations de fragments signifiants et leurs moulages. Toutes les pièces sont cependant répertoriées sous leur numéro d’inventaire, dans une notice typologique pour servir aux évaluations et aux comparaisons avec des objets réels.

Le moulage et la « recréation » de l’objet potentiel

28Le moulage était, jusqu’à il y a peu, le seul moyen d’étudier précisément l’empreinte et d’identifier un objet. Il fallait trouver un traitement ne risquant pas de dissoudre ou d’arracher la surface fragile des empreintes ; il fallait également éviter les accidents au démoulage dans leurs parties très creuses.

29Or toutes les méthodes disponibles (moulage en résine synthétique, en pâtes à modeler) présentaient souvent des inconvénients majeurs (détérioration du moule, déformation de l’objet obtenu). Seul le plâtre humidifié prêt à l’emploi a donné des résultats satisfaisants (fig. 3a).

30Le moulage donne une image partielle positive d’un objet potentiel en bronze à sa sortie du moule (statuette, clé, appliques de harnachement, etc.) tel que l’artisan l’a façonné dans la cire (fig. 3 et 5). Cette image est le plus souvent brouillée par les lacunes dues à l’arrachement brutal au décochage qui affectent la surface de l’empreinte. À ce stade, l’impression est encore difficile à identifier. Pour reconnaître l’objet, il faut regrouper et classer en s’appuyant sur les similitudes d’empreintes. L’étude peut parfois s’arrêter là si les pièces ne sont pas identifiables. La difficulté s’accroît quand certains objets sont agencés dans le même moule en un ustensile atypique composé de plusieurs pièces de l’objet final. Leur assemblage est prévu par l’artisan au cours d’opérations de finitions ultérieures : cela nous est arrivé pour certaines garnitures de harnachement d’Alésia.

31Les progrès de l’imagerie 3D éviteront probablement à l’avenir le temps passé à la mise en œuvre de moulages mais, pour l’instant, le recours à ce procédé numérique reste exceptionnel. Il peut être réservé aux moules brisés au décirage dont l’empreinte est intégralement ou partiellement conservée, mais impossible à déterminer à vue sans porter atteinte à l’intégrité de l’objet. Le résultat est parfois spectaculaire : c’est ainsi qu’a pu être restituée récemment l’image en relief d’une statuette d’applique dans un moule découvert à Lyon (Rabeisen à paraître). Cela a été auparavant le cas en Italie pour un moule intact qui s’est révélé être celui d’une lampe en bronze (Bassiet al. 2002).

Le problème du dessin et de la photographie

32Les creusets et les moules sont particulièrement difficiles à illustrer. L’expérience montre qu’il faut aller à l’essentiel. Un creuset se traite comme une céramique, avec vue du profil et de la coupe dont il est nécessaire de déterminer avec soin l’axe vertical et le diamètre si l’on ne possède pas le bord. La différenciation des enveloppes sera rendue dans la coupe par un traitement distinct (fig. 1).

33De même pour les moules, on illustrera seulement quelques exemples de parties fonctionnelles caractéristiques tels des bassins de coulée comprenant un ou plusieurs canaux (étoiles de coulée), des éléments de liaison, boudins de calage d’épreuves et autres.

34Dans le cas des empreintes, le choix d’illustration se cantonnera aux moules types dont l’empreinte moulée ou le cumul d’empreintes permettra d’obtenir un objet reconnaissable et donc un dessin typologique utile (fig. 3c et 5). Représenter le moule en négatif et de manière réaliste est une perte de temps (fig. 3b), sauf dans des cas très exceptionnels d’exemples lisibles. Si on le peut, il est recommandé de donner plutôt des photographies de l’empreinte et de son moulage (fig. 3a).

Pour quels résultats scientifiques ?

35À l’étude des creusets et des moules s’ajoutent bien entendu celles des autres vestiges de l’espace artisanal (déchets métalliques, outillage lithique et autres mobiliers) afin de cerner au plus près la période d’activité et le mode de fonctionnement de l’atelier.

36Dans le cas d’Alésia (Rabeisen 1993 ; 2010), nous avons obtenu des résultats probants dans la problématique de production et de diffusion d’un atelier. À partir des aspects fonctionnels des moules et des creusets, des avancées ont été acquises concernant le mode de production et la reconstitution des étapes de la chaîne opératoire, ainsi que sur l’approche des méthodes et de la qualité du travail fourni par l’atelier. La quantification et la mesure de capacité des creusets ont permis une évaluation pertinente des quantités de métal utilisé.

37Les empreintes ont autorisé, outre une identification des objets produits, une estimation de leur nombre et de leur répartition sur le site. Enfin, un travail exhaustif sur les comparaisons typologiques a révélé la caractérisation de la production de l’atelier et des conditions de sa diffusion dans un contexte historique et économique précis.

38Puissent ces quelques lignes encourager des travaux approfondis qui élargissent notre vision de l’artisanat antique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende 1) Creuset de type 1. 2) Creuset-moule de type 1, restitution. 3) Médaillon de phalère : a, moule≈et son moulage ; b, dessin inutile ; c, restitution. 4) Moules multiples : exemples théoriques de numérotation des empreintes. 5) Pendentif virtuel sans comparaison identifiée à ce jour, restitution
Crédits dessins Cl. Touzel, cliché É. Rabeisen
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1792/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Rabeisen, « Pour un protocole d’étude des moules et creusets de bronziers gallo-romains », Les nouvelles de l'archéologie, 131 | 2013, 44-48.

Référence électronique

Élisabeth Rabeisen, « Pour un protocole d’étude des moules et creusets de bronziers gallo-romains », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 131 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/1792 ; DOI : 10.4000/nda.1792

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org