Navigation – Plan du site
3/ Cas d'études: une approche, des matériaux, des corpus spécifiques

Comprendre la métallurgie du plomb

Un exemple pompéien
Anika Duvauchelle et Nicolas Monteix
p. 34-39

Texte intégral

1En 2002, le Centre Jean-Bérard de Naples (Usr 3133) a initié un programme de recherches visant à explorer les implantations de production à Herculanum et Pompéi. Parmi les différentes opérations menées, l’une d’elles s’est concentrée sur la métallurgie de transformation du plomb. Deux d’approches ont été privilégiées. D’une part, une étude des objets découverts dans les deux villes a été menée afin de comprendre les techniques d’assemblage utilisées dans le troisième quart du ier siècle de notre ère. Notre attention s’est notamment portée sur des cistes, réservoirs à eau décorés. Des échantillons ont été prélevés sur des objets endommagés par le bombardement allié de 1943 afin d’y pratiquer des coupes métallographiques (Monteix et al. 2008 : 443-446). La seconde approche a été de nettoyer et de fouiller plusieurs ateliers progressivement reconnus comme ayant eu une activité centrée sur la production et la réparation d’objets en utilisant du plomb comme matière première principale mais non exclusive.

L’atelier VI, 12 d’Herculanum

2Les structures techniques liées à la métallurgie du plomb sont mal connues. En effet, très peu d’ateliers ont été fouillés et publiés (voir par exemple Blanc et al. 1999 : 33-35 ; Duvauchelle 1999). Dès lors, à partir de l’exemple de l’officine découverte dans les années 1960 à Herculanum (VI, 12), dédiée à la métallurgie du plomb au moment de l’éruption, nous avons proposé un ensemble d’aménagements pour ces activités : l’atelier comporte deux établis en calcaire, l’un directement posé au sol, le second surélevé par un massif de maçonnerie. En arrière de ceux-ci, un bassin de fusion est disposé à même le sol. La zone de chauffe paraît avoir été protégée par un muret en U dépourvu de fondation. À l’exception d’une rainure longitudinale pratiquée dans le sol maçonné au sud-ouest de l’atelier, qui reste sans interprétation pour l’heure, aucun autre aménagement n’a été observé au moment de la fouille ou lors du nettoyage de cette officine. Ces structures, en particulier le ou les établis, pourraient être caractéristiques de la métallurgie du plomb.

3Au titre du mobilier, illustration probablement partielle des pratiques de recyclage, quelque 125 kg d’objets en plomb portant parfois des traces de découpe ont été découverts dans cet atelier d’Herculanum en 1961. Parmi ceux-ci, une plaque inscrite, initialement insérée dans un massif maçonné puis récupérée pour être vraisemblablement refondue, mentionne le nom d’un praticien (AE 2007, 372 : A[nn(a)]eus plumb(arius) fec(it)). Par-delà ces macro-restes, le sol semble avoir été jonché de déchets de production lors de l’éruption. Les flux éruptifs qui ont enseveli Herculanum paraissent avoir regroupé une partie de ces déchets dans un amas cendreux disposé sous le bassin de fusion, seul vestige de l’espace de chauffe encore conservé en 2005. Au total, lors de la fouille de ce dernier, plus de 27 kg de fragments en alliage à base de plomb ont été ramassés (Monteix et al. 2005a : 263-267, 269-270 ; 2005b : 331-334).

L’officine de plombier à Pompéi VII 5, 28

4À Pompéi, trois locaux présentant des aménagements similaires, essentiellement des établis construits avec des blocs de calcaire ou de lave, ont été identifiés. Deux d’entre eux ont été soumis à un nettoyage et à une fouille par sondage (le local VII 3, 13 n’a pas pu faire l’objet d’investigations complémentaires). Les résultats ont été négatifs dans le premier (VII 3, 23). Il nous est impossible de préciser si celui-ci abritait effectivement un atelier de métallurgie du plomb dont le sol aurait été érodé depuis sa mise au jour au xixe siècle, ou s’il était en construction au moment de l’éruption (Monteix &Rosso2008 : 244-245).

5Dans le second local, situé sur la façade orientale des thermes du forum (VII 5, 28), après une première campagne réalisée en 2007 – qui s’était achevée sur un semi-échec suite à la mise au jour de perturbations consécutives aux restaurations effectuées à la fin des années 1940 –, une seconde campagne exécutée en avril 2008 a permis de mettre en évidence trois états successifs, selon toute vraisemblance associés principalement à la métallurgie du plomb (Monteix &Rosso2008 : 245-247). Le premier et le dernier état n’ont fourni que peu d’éléments d’interprétation, l’un parce qu’il a été trop endommagé par le dégagement du local au début du xixe et la fin du xxe siècle, l’autre parce qu’il n’a pas été fouillé. Cependant, la présence de quelques déchets en plomb à la surface des niveaux de sol paraît indiquer que ce métal y était travaillé. L’état intermédiaire a été quant à lui fouillé sur un peu plus de 4 m². Outre une partie du sol de circulation, le principal élément mis en évidence consiste en un crassier, destiné à recueillir les déchets de production. Immédiatement à l’ouest du seuil, un espace large de 0,94 m et long d’au moins 1,60 m a été ménagé grâce à l’installation de planches posées de champ, fixées au sol par des fiches en fer et dont la partie inférieure était calée par un muret constitué de fragments de mortier. Près de 10 kg de plomb y ont été récoltés par tamisage de l’ensemble du sédiment présent dans le crassier (jusqu’à un maillage de 2 mm) : la fouille manuelle n’avait permis d’identifier et de ramasser qu’un petit nombre de macro-restes. La majeure partie des déchets était imperceptible à l’œil lors du dégagement.

Les déchets des plombiers antiques : établissement d’une typologie

6Afin de mieux appréhender le travail des plombiers de Pompéi et d’Herculanum, leurs outils, leurs techniques et leurs productions, nous avons établi une classification techno-typologique de ces déchets (fig. 1). Celle-ci a été élaborée selon trois axes complémentaires : la première démarche réside dans une réflexion théorique sur le travail du plombier antique et les déchets qu'il engendrait ; une approche des plombiers modernes travaillant selon des méthodes traditionnelles s’est aussi avérée indispensable, que ce soit au travers d’ouvrages techniques du xviiie siècle (La Gardette 1773 ; L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, etc.) ou de la rencontre avec des artisans actuels ; finalement, une comparaison entre les déchets de ces derniers et ceux de leurs collègues antiques nous a permis d’interpréter de nombreuses traces.

Fig. 1

Fig. 1

Travail du plomb et déchets métalliques. Comparaison entre les chutes contemporaines (2) et les chutes antiques (3) avec coupe schématique des déchets (4) en fonction des différents outils observés à Versailles (1) : cisailles (A), griffe (B) et burin (C)

clichés : A. Duvauchelle

7Dans un premier temps, il convient de distinguer le plomb mis en œuvre pour la confection de tôles – mais aussi pour les soudures – des alliages plomb/étain destinés aux brasures. Les analyses de composition, effectuées auprès de l’Iramat (Bordeaux, Umr 5060) en étroite collaboration avec Michel Pernot, sur des échantillons provenant de Pompéi et d’Herculanum ont montré que les « objets en plomb » sont composés de pièces réalisées avec du plomb non allié – la teneur en cet élément pouvant atteindre 99 % – légèrement pollué par des traces d’étain et d’arsenic. Les assemblages sont assurés par des cordons de brasure en alliages de plomb et d’étain qui présentent un point de fusion inférieur à celui du plomb non allié (327 °C) ; la teneur en étain est variable et peut atteindre 84 %. Cette technique justifie certainement la pollution du plomb non allié par de l’étain apporté lors de la pratique du recyclage d’objets, les traces d’arsenic venant des minerais (Monteix et al. 2008 : 444-446). Soulignons enfin que, sans nécessairement recourir à des analyses de composition, les alliages plomb/étain se différencient visuellement du plomb « pur » par une corrosion d’un gris relativement foncé et sont souvent marqués par un réseau de fissures (Monteix et al. 2005a : 270).

8Ensuite, nous distinguons les déchets suivant les étapes de travail. Ainsi, les crasses ou écumes sont des déchets liés à la fusion du métal. Dans le bassin de fusion, la surface du plomb liquéfié s’oxyde. Elle est retirée à l’aide d’une écumoire. Ces crasses peuvent être constituées de plomb ou d’un alliage plomb / étain.

9Lors du coulage, des coulures peuvent être produites. Sous ce terme, nous comprenons tous les déchets correspondant à du métal liquide écoulé avant solidification. Pour certaines d’entre elles, l’identification peut être affinée. Ainsi, les dégoulinures sont des coulures portant la marque, l’empreinte d’un support, tandis que l’on trouve également de simples gouttelettes qui ont giclé lors des manipulations et qui se sont écrasées sur une table ou sur le sol de l’atelier. Directement après le coulage, le plombier élimine les surplus de métal. Il peut alors créer des dégoulinures chutées qui sont en fait des coulures portant la marque, l’empreinte d’un support, mais qui sont également coupées à l’aide d’un burin. À l’instar des crasses, les coulures peuvent être de plomb ou d’alliage plomb/étain.

10Les canaux et les cônes de coulée, soit les voies d’accès du métal dans le moule remplies du métal excédentaire, sont également coupés après refroidissement et mis en réserve pour être à nouveau fondus. Ces derniers ne peuvent pas être en alliage plomb/étain, les objets moulés étant toujours en plomb.

11La mise en forme d’objets à partir d’une feuille de plomb occasionne de nombreuses chutes de découpe. Précisons que nous avons réservé le terme de chute aux déchets de feuille présentant une trace de coupe. Nous les avons classées en quatre catégories, selon le but recherché par l’artisan au moment de la découpe. Ainsi, les chutes d’affranchissement d’une feuille correspondent à une volonté de rectifier les bords ondulés d’une feuille de plomb. Les déchets résultant de cette opération sont des chutes allongées, présentant un bord allongé rectiligne avec trace de coupe et le bord opposé avec des formes irrégulières et arrondies. Les chutes de rectification, allongées, très fines, semblables à des tiges mais avec des traces de coupe sur la longueur, correspondent à l’enlèvement d’une fine bande de métal excédentaire, afin d’obtenir une feuille aux cotes souhaitées. Certaines chutes adoptent la forme d’une bande ou d’un triangle, voire celle d’un carré ou d’un demi-cercle et, le cas échéant, tous ses bords peuvent être coupés. Elles semblent davantage correspondre à la découpe d’une feuille selon un modèle, un « patron » ; cependant, on ne peut exclure l’élimination de métal excédentaire au cours de la mise en forme d’un objet. Nous les avons appelées des chutes de surplus. Finalement, les pastilles de perçage sont des chutes résultant du percement d’un trou. Celles-ci sont en majorité circulaires ou ovales ; elles peuvent également être entières, coupées en demi-pastilles ou en segments. Elles présentent pour la plupart des dimensions très uniformes (en moyenne 3 mm d’épaisseur, 17 mm de diamètre pour les exemplaires circulaires, 20 x 14 mm pour les exemplaires ovales) et doivent correspondre à un geste technique, voire à une production particulière, bien que non identifiée à ce jour. Tout comme les canaux et les cônes de coulée, les chutes sont en plomb, car les feuilles dont elles proviennent sont toujours coulées en plomb. Cependant, une chute créée lors du démontage et de la découpe d’un objet peut présenter des traces ou un cordon de brasure en alliage plomb/étain.

Les différents outils de coupe et leurs traces

12Afin de pouvoir différencier les déchets engendrés par les différents outils de coupe, nous sommes allés à la rencontre des fontainiers du Service des Fontaines de Versailles, Marly et Saint-Cloud qui travaillent encore le plomb selon des méthodes traditionnelles. Ces artisans nous ont montré six méthodes distinctes pour couper ou créer une ouverture dans une feuille de plomb (fig. 1).

13Les cisailles de ferblantier sont ainsi particulièrement adaptées à la découpe de feuilles de faible épaisseur, suivant une ligne courbe, ainsi qu’à la rectification d’un bord en enlevant une fine bande de métal (chutes de rectification). Elles sont peu utilisées pour des découpes droites, car elles entraînent quelques bavures et irrégularités. Le profil des chutes résultant de cette technique est changeant, car la position des cisailles n’est jamais exactement la même tout au long de l’opération. Cependant, il présente toujours une concavité dans sa partie supérieure et une convexité à sa base.

14L’emploi du burin reste peu fréquent et ne semble adapté qu’à certains travaux, tels une coupe ponctuelle (sur les dégoulinures chutées par exemple) ou la découpe d’objets déjà réalisés. Les chutes engendrées par cette technique de découpe présentent des profils francs et obliques mais des bords souvent « saccadés » (entailles triangulaires) ou tout au moins avec de nombreuses reprises.

15L’outil de coupe par excellence du plombier est la griffe. Comme son nom l’indique, cet outil est une pointe métallique coudée permettant de « griffer » le métal malléable. Les passages successifs attaquent la feuille de plus en plus profondément, jusqu’à ce qu’elle soit suffisamment faible pour qu’on puisse la rompre par simple torsion. Les chutes résultant de cette technique présentent un profil particulier : oblique et laissant apparaître de fines rainures longitudinales dans leur partie supérieure, il se termine par un bord cassé dans sa partie inférieure. Les passages successifs de la griffe engendrent également de fins copeaux de plomb. Cet outil est particulièrement adapté à de longues coupes rectilignes, que ce soit pour supprimer les bords irréguliers d’une feuille (chutes d’affranchissement) ou pour subdiviser une grande feuille en plusieurs feuilles de taille inférieure.

16La scie est également employée. Alors que les fontainiers d’aujourd’hui utilisent une scie sauteuse, on peut imaginer qu’une scie égoïne, dont les dents sont suffisamment prononcées et espacées pour éviter l’encrassement, pouvait intégrer l’outillage d’un plombier antique. De fait, la scie remplace avantageusement les cisailles pour des découpes courbes dans une épaisse feuille de plomb et elle permet la création d’une ouverture, relativement large, au centre d’une feuille. Dans ce dernier cas, le chalumeau peut également être employé, même s’il ne s’agit pas à proprement parler d’un outil de coupe. Finalement, et le cas échéant, le bord découpé d’une feuille peut être (fortement) rectifié à l’aide d’une râpe.

17L’emploi par les plombiers antiques de ces deux derniers outils n’est pas attesté ; il est même impossible en ce qui concerne le chalumeau. En revanche, l’étude des chutes de Pompéi et d’Herculanum, en particulier le profil des coupes, nous a permis de reconnaître l’emploi de la cisaille, de la griffe et du burin. Des traces de sciage ont également été observées sur un fragment d’Herculanum (Monteix et al. 2005a : 270, fig. 9, 2).

Le contenu du crassier pompéien : premier bilan

18Nous avons réalisé un large échantillonnage du crassier de l’atelier VII 5, 28 de Pompéi : celui-ci ayant livré près de 10 kg de mobilier, nous en avons sélectionné environ la moitié pour étude. Outre des objets ou des déchets en fer, en alliage cuivreux, ainsi que de minuscules fragments de charbon, de terre cuite, de coquilles, de verre, de mortier, d’enduit peint, etc., ce mobilier est essentiellement constitué de déchets de plomb (plus de 70 % de notre échantillon). Ceux-ci ont été répartis selon la grille de classification décrite ci-dessus (cf. fig. 2B).

Fig. 2

Fig. 2

Contenu du crassier de l’officine de plombier de Pompéi VII 5, 28. (A) Distribution par matière en fonction du poids ; coulure et objets en alliages cuivreux provenant du crassier. (B) Distribution des seuls déchets de plomb dans l’échantillon étudié (environ 1/3) ; pied de situle en plomb ; pastilles de perçage ; gouttes et dégoulinures en plomb (à dr.) et en alliage étain/plomb (à g.). (C) Moule en sable de fonderie, fragment vu en coupe et granulométrie. (D) Éléments du moule en calcaire silicieux réutilisé comme dégraissant. Les flèches indiquent les points de percussion et l’emplacement des contre-bulbes qui signent une percussion sur enclume. Des arrachements de matière sont visibles au niveau de ces points de percussion, liés à l’application d’une force importante. L’intention est donc bien de briser ces éclats de calcaire et non de les débiter

clichés : J.-P. Bracco, A. Duvauchelle et N. Monteix

19Parmi ces déchets, les coulures constituent de loin le groupe le plus important. À l’intérieur de celui-ci, les dégoulinures, qui sont quasi exclusivement en plomb, sont les mieux représentées (59,4 % dudit groupe). Viennent ensuite les coulures proprement dites, qu’elles soient simples ou chutées, majoritairement en plomb (39,1 %). Quelques gouttelettes, réparties de manière quasi équivalente entre le plomb et un alliage plomb/étain, complétent ce premier groupe (1,5 %). Les déchets de coupe constituent un deuxième groupe conséquent. On y retrouve essentiellement des chutes de rectification (plus de 60 %), des chutes de surplus et d’affranchissement (entre 10 et 15 %), ainsi que quelques chutes de démontage. Les crasses, très fragmentées et peu volumineuses, forment le troisième groupe pondéralement important. On soulignera qu’elles sont principalement en alliage plomb/étain. Les deux derniers ensembles sont nettement plus petits. L’un comprend des déchets divers, tels un éventuel canal de coulée, des fragments de tôles (vraisemblablement en majorité des chutes dont la coupe n’a pas été conservée) ou des déchets indéterminés, tandis que l’autre regroupe deux objets. L’un d’eux est un support de situle en forme de coquillage, au revers duquel on peut voir les traces d’une brasure, et l’autre un probable téton de fixation d’une plaque comparable à celle découverte dans l’officine d’Herculanum.

20Le crassier comprenait également des fragments et objets en alliage cuivreux parmi lesquels nous citerons cinq pieds de casserole en forme de pelte, un fond de passoire, de probables rivets et une alêne (fig. 2A). Outre ces éléments d’assemblages se trouvent également quelques coulures qui laissent supposer un travail minimal des alliages cuivreux dans cet atelier.

21De l’analyse de cet assemblage de déchets, il ressort que les métallurgistes – plus vraisemblablement que les « plombiers »qui travaillaient dans cette officine, fondaient régulièrement du métal en vue d’opérations de coulage et de brasure : les coulures et les crasses, déchets inhérents à la mise en œuvre de ces techniques, y représentent en effet plus de 60 % des déchets analysés. Les chutes, constituant plus d’un quart de l’ensemble des déchets, constituent un témoignage de la mise en forme récurrente d’objets à partir de feuilles de plomb. Finalement, le support de situle en plomb et les différents éléments en alliage cuivreux mentionnés ci-dessus permettent d’affirmer que de la réparation de vaisselle métallique a été pratiquée dans cet atelier. Une constatation similaire avait déjà été effectuée pour l’atelier d’Herculanum (Monteix 2004 : 371-372). Ce mélange des savoir-faire, déjà souligné par ailleurs (Pernot 2011), ne devrait pas provoquer la stupéfaction mais au contraire inciter à la prudence quant à l’emploi de nomenclatures de métier par trop étroites.

22Outre les déchets métalliques, le crassier comprenait une poche de remplissage distinct, constituée essentiellement de morceaux de calcaire siliceux. Certains d’entre eux, de taille plus importante, présentent une surface lissée. Ces caractéristiques géologiques et morphologiques ne sont pas sans rappeler celles d’un moule à tessères découvert à l’étage de la Casa del sacello di legno (V, 31) à Herculanum (inv. E982 - 76259, inédit). Après avoir émis l’hypothèse d’un éclatement « naturel » d’un moule, les stigmates présents sur les fragments en remploi ont été observés par Jean-Pierre Bracco, préhistorien paléolithicien (Université Aix-Marseille, Lampea, Umr 7269). De ses observations, il ressort que l’objet initial a été volontairement brisé en deux temps, une première fracturation grossière sur enclume, suivie d’un pilonnage destiné à réduire les éclats en fragments de dimensions inférieures au centimètre (cf. fig. 2D). Devenu inutile, le probable moule a été remployé comme dégraissant pour du sable de fonderie avant d’être définitivement rejeté dans le crassier. C’est ainsi que, le plombier n’ayant pas effrité le sable de son dernier moule, un profil a pu être partiellement conservé (cf. fig. 2C). Bien que des analyses seraient encore à mener sur la composition des quelques fragments de ce moule ouvert préservés dans le crassier, il convient de noter que deux couches distinctes le constituaient. La première, probablement située à la base, de couleur noirâtre, pourrait avoir été composée d’un mélange de terre et d’éléments organiques (végétaux ?). La seconde, sur laquelle le métal était coulé, était réalisée par l’amalgame de fractions lithiques relativement grossières d’origines diverses – sable de mer et éclat de moule permanent en particulier –, agglomérées par l’adjonction d’un liant encore indéterminé, très vraisemblablement de l’argile. À titre de comparaison, rappelons que, pour la coulée expérimentale de fibules en alliage cuivreux, le sable de fonderie utilisé pour la réalisation des moules comportait 15 % d’argile (Pernot et al. 1993 : 341).

23Le contenu de ce dépôt confirme une identification comme crassier, c’est-à-dire un emplacement destiné à recueillir les déchets de production à évacuer hors de l’atelier, et non comme une réserve de matière première à recycler. Certes, quelques déchets en plomb, lourds et volumineux, nous paraissent adéquats pour une refonte. De même, les manuels techniques du xviiie siècle rapportent que toutes les crasses et autres petits déchets étaient précieusement conservés afin de les revivifier au creuset (La Gardette 1773 : 6-7, 141-149). Cependant, l’asso-ciation « volontaire » de fragments de plomb, d’alliage cuivreux et du sable de fonderie rend caduque, ou pour le moins fort peu vraisemblable, l’hypothèse d’une réserve.

Conclusion provisoire

24L’étude des déchets des deux ateliers de plombiers de Pompéi et d’Herculanum est encore en cours. Une comparaison terme à terme entre les deux lots est rendue difficile par la différence de constitution des dépôts – accidentelle à Herculanum, volontaire à Pompéi. Cependant, l’avancement des recherches nous permet déjà de prendre conscience de la gestion très précise et économe de la matière première à disposition. Ainsi, bien que les déchets que nous avons étudiés mesurent entre 2 et 85 mm de longueur, la majeure partie d’entre eux oscille entre 5 et 25 mm seulement. Les poids sont également très éloquents. Le fragment le plus léger pèse moins de 0,1 g, alors que le plus lourd atteint 90 g. Cependant, le poids moyen (mathématique) est de 2,1 g et seule une trentaine de pièces dépasse les 10 g. Encore faut-il noter que ces « grosses » pièces sont surreprésentées d’un point de vue statistique : perceptibles dès la fouille manuelle, elles ont été immédiatement isolées ; de ce fait, alors que seul un échantillon des petits déchets a été étudié, tous les « gros » fragments l’ont été.

25Cette régie scrupuleuse de la matière première va de pair avec une maîtrise des différents gestes techniques. De ce point de vue, les déchets métalliques du crassier de Pompéi nous ont permis de mettre en évidence la pratique de la fonte, du moulage, de la brasure et de la mise en forme de feuilles de plomb. En outre, la pratique de la réparation de récipients en alliage cuivreux, attestée par la découverte de quelques déchets métalliques et fragments de vaisselle, probablement associée à de petits travaux de coulée, souligne la diversité des activités et de la production de cette officine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Travail du plomb et déchets métalliques. Comparaison entre les chutes contemporaines (2) et les chutes antiques (3) avec coupe schématique des déchets (4) en fonction des différents outils observés à Versailles (1) : cisailles (A), griffe (B) et burin (C)
Crédits clichés : A. Duvauchelle
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1787/img-1.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Fig. 2
Légende Contenu du crassier de l’officine de plombier de Pompéi VII 5, 28. (A) Distribution par matière en fonction du poids ; coulure et objets en alliages cuivreux provenant du crassier. (B) Distribution des seuls déchets de plomb dans l’échantillon étudié (environ 1/3) ; pied de situle en plomb ; pastilles de perçage ; gouttes et dégoulinures en plomb (à dr.) et en alliage étain/plomb (à g.). (C) Moule en sable de fonderie, fragment vu en coupe et granulométrie. (D) Éléments du moule en calcaire silicieux réutilisé comme dégraissant. Les flèches indiquent les points de percussion et l’emplacement des contre-bulbes qui signent une percussion sur enclume. Des arrachements de matière sont visibles au niveau de ces points de percussion, liés à l’application d’une force importante. L’intention est donc bien de briser ces éclats de calcaire et non de les débiter
Crédits clichés : J.-P. Bracco, A. Duvauchelle et N. Monteix
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1787/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anika Duvauchelle et Nicolas Monteix, « Comprendre la métallurgie du plomb », Les nouvelles de l'archéologie, 131 | 2013, 34-39.

Référence électronique

Anika Duvauchelle et Nicolas Monteix, « Comprendre la métallurgie du plomb », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 131 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://nda.revues.org/1787 ; DOI : 10.4000/nda.1787

Haut de page

Auteurs

Anika Duvauchelle

Site et Musée romain d’Avenches, Suisse
atduvauchelle@yahoo.fr

Nicolas Monteix

Université de Rouen
nicolas.monteix@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org