Navigation – Plan du site
3/ Cas d'études: une approche, des matériaux, des corpus spécifiques

Outils et ustensiles lithiques

Méthodes de reconnaissance et problématiques
Maxence Pieters
p. 29-34

Texte intégral

  • 1  « Objet fabriqué, utilisé manuellement ou sur une machine, pour réaliser une opération donnée » (G (...)
  • 2  « Objet servant aux travaux domestiques, en particulier à la cuisine » (Grand Larousse universel).

1En 1816, Christian Jürgensen Thomsen, conservateur du Musée national danois, propose un système de classification des cultures archéologiques en trois âges : Pierre, Bronze et Fer (Gran-Aymerich 1998). Ce système des trois âges, qui semble opposer l’âge de la Pierre aux âges des Métaux, masque une réalité technique plus contrastée : loin de disparaître, la pierre continue d’être utilisée comme matériau pour la réalisation de nombre d’outils1 et d’ustensiles2. Malheureusement, pour les âges des Métaux, ces objets restent dans leur majorité peu ou pas étudiés. La raison principale réside à notre sens dans la division des études de mobilier en fonction du matériau : céramique, pierre, matières dures animales ou métal, et entre spécialiste du fer, spécialiste des alliages cuivreux, etc. Cette tradition archéologique, qui ne tient pas compte des catégories fonctionnelles des objets, aboutit à des incohérences, comme celle qui sépare vaisselle métallique et vaisselle céramique, alors que les deux possèdent la même fonction.

2Faute de lithiciens, les outils et instruments lithiques des âges des Métaux restent peu étudiés, à l’exception notable des meules. Celles-ci forment un fil d’Ariane technique entre le Paléolithique (de Beaune 2000) et le xxie siècle, certains moulins à meule étant toujours en activité en France. Les travaux réalisés sur ces outils ont donné lieu à de nombreuses publications détaillant les méthodes d’étude et les problématiques associées (Procopiou, Treuil 2002 ; Hamon 2006 ; Buchsenschutz et al. 2011) ; aussi ne reviendrons-nous pas sur ce sujet qui sort entièrement de notre domaine de compétence. Notre propos est ici de nous intéresser aux orphelins du mobilier lithique, au premier rang desquels les outils utilisés en métallurgie.

  • 3  L’expression « support de frappe » désigne les outils fonctionnant par répercussion, habituellemen (...)

3Nos travaux sur la métallurgie, notamment une thèse en cours à l’université de Bourgogne, nous ont conduit à un double constat : la nécessité d’une meilleure prise en compte des outils et ustensiles lithiques et l’importance d’abandonner le prima du matériau dans les études de mobilier. En effet, l’outillage lithique utilisé dans ce domaine d’activité n’a pour ainsi dire jamais été étudié. Il est pourtant abondant : abrasifs, brunissoirs, outils d’aiguisage, outils de broyage, pierres de touche et surtout supports de frappe3 (tables de concassage, bocards, enclumes, tas, matrices, étampes et marbres). À notre connaissance, les seuls travaux achevés consacrés à ce sujet sont un article sur les pierres de touche (Oddy 1993), un second consacré aux supports de frappe lithiques aux âges du Fer et à l’époque romaine (Pieters 2010) et une thèse portant sur les enclumes et marteaux en pierre de l’âge du Bronze (Boutoille 2012). Si l’on parle ici d’outillage lithique, il faut cependant préciser qu’il ne s’agit pas d’un matériau exclusif : les supports de frappe sont également réalisés en métal, les abrasifs et les outils d’aiguisage en céramique. Que l’on travaille à l’échelle du domaine d’activité ou de la catégorie fonctionnelle, une approche exhaustive n’est pas possible sans s’affranchir du matériau. Cette démonstration est valable dans d’autres domaines comme les militaria, les outils de pesée…

4L’objectif de cette contribution est simple : concourir à une meilleure prise en charge des outils et instruments lithiques des âges des Métaux, en mettant en avant leurs fonctions au détriment de leur matériau. Pour ce faire, nous présentons ici notre méthode d’analyse de mobilier qui s’appuie sur une conceptualisation de l’objet, depuis sa conception jusqu’à son enfouissement, en mettant l’accent sur l’outillage lithique.

Le concept d’objet : fonction, usage et réattribution fonctionnelle

5En anthropologie, l’artefact est un « produit ayant subi une transformation, même minime, par l’homme, et qui se distingue ainsi d’un autre provoqué par un phénomène naturel » (Grand Larousse universel). Si l’on entend cette définition au sens large, un objet peut être considéré comme un artefact. Pourtant, il existe une différence fondamentale entre une pierre portant des traces de percussion d’origine humaine et un percuteur utilisé pour le débitage du silex : la fonction attribuée à ce dernier. Celle-ci peut se définir comme « l’ensemble des finalités pour lesquelles l’objet est conçu ». Nous nous éloignons ici de la définition de nombreux auteurs, notamment François Sigaut, qui identifie la fonction à l’utilisation de l’objet (Sigaut 1991). Autrement dit, l’objet est conçu pour répondre à une problématique donnée, contrairement au simple artefact qui n’est que le produit des circonstances (une pierre ramassée pour briser une noix et abandonnée n’est pas un casse-noix). Aussi est-il plus pertinent d’entendre la définition d’artefact au sens strict de « produit » et de ne pas y inclure les objets. La notion de fonction est polymorphe. Trois aspects complémentaires doivent être pris en compte : technique, symbolique et esthétique.

6La fonction technique comprend toute action physique pour laquelle est conçu l’objet, action qui peut être plus ou moins complexe suivant le degré de spécialisation de l’objet : polyvalent, spécialisé ou multifonction. On distinguera ainsi la lame polyvalente du couteau de poche, dont la fonction se confond avec le fonctionnement (couper), la lame spécialisée du couteau à désosser, dont la fonction est de découper une pièce de viande pour en extraire l’os, et les lames multiples du couteau suisse qui réunit plusieurs fonctions en un seul outil (par exemple couper, limer, scier…).

7La fonction symbolique correspond au besoin de représenter une idée, un concept ou un message, qui s’exprime dans la forme de l’objet. Citons deux exemples qui intéressent particulièrement les archéologues : la représentation sociale, l’expression de l’appartenance au groupe, et la représentation idéelle. Ainsi, la fibule est un objet dont la fonction technique est de maintenir un pan de vêtement, mais sa valeur en fait également un élément d’expression du statut social de son propriétaire et sa morphologie peut permettre d’identifier le groupe culturel auquel il appartient. La fonction esthétique est une notion plus délicate à cerner, car si nos goûts sont influencés par le milieu auquel nous appartenons, ils restent néanmoins très largement le fruit de notre personnalité.

8La fonction d’un objet ne conditionne pas son utilisation. Un objet conçu pour une tâche donnée peut très facilement, dans ses limites physiques, être utilisé à une autre, pour laquelle il n’est pas conçu. Il convient donc de distinguer l’usage, qui correspond à l’utilisation effective de l’objet, de la fonction, qui est l’utilisation prévue par le concepteur de l’objet. L’usage peut être défini comme « l’ensemble des finalités pour lesquelles l’objet est mis en œuvre ». Cette notion est donc plus complexe que celle de fonction, car le contexte et l’objectif de l’utilisation doivent être pris en compte, alors qu’ils ne sont pas obligatoirement prévus lors de la conception de l’objet.

9Trois cas de figure peuvent être définis : usage approprié, détourné ou contrarié. L’usage approprié correspond à une utilisation normale de l’objet, telle que prévue par son concepteur. Par exemple un marteau à frapper devant, lourd marteau de 3 à 5 kg conçu pour les travaux de déformation plastique du fer et de l’acier, utilisé pour forger la verge d’une ancre de navire. L’usage détourné sort du cadre normal d’utilisation de l’objet, mais il respecte néanmoins son mode de fonctionnement. Il est ainsi fréquent de voir utiliser un marteau rivoir qui, comme son nom l’indique, est conçu pour mater la tête des rivets, pour enfoncer des pointes. Enfin, l’usage contrarié sort du cadre normal d’utilisation de l’objet sans respecter son mode de fonctionnement. L’utilisation n’a donc plus aucun rapport avec la fonction. L’exemple le plus parlant de ce cas de figure est celui d’une paire de tenailles utilisée pour mater une pointe que la rouille a rendu inarrachable.

10Si l’usage d’un objet peut parfois le détourner de sa fonction, il faut également tenir compte des changements définitifs de fonction. Michael B. Schiffer a bien mis en évidence ce processus qui voit les changements successifs de fonction d’un objet (Schiffer 1987). C’est ce que nous appelons la réattribution fonctionnelle. Elle implique un changement de perception de l’objet : le retour à son ancienne fonction n’est plus envisagé. Ce changement peut se faire avec ou sans modification de l’objet. Il peut prendre de nombreuses formes : abandon/rejet, dépôt, remploi, réutilisation ou recyclage.

11La forme la plus simple de réattribution fonctionnelle est celle de la conversion de l’objet en déchet, qui est abandonné ou rejeté. Elle ne nécessite pas de modification physique, même si elle peut entraîner un bris, volontaire ou involontaire. Le dépôt peut prendre de nombreuses formes : dépôt de thésaurisation, dépôt cultuel, dépôt funéraire… Il peut parfois s’accompagner d’une modification de l’objet, comme dans les lieux de culte celtes où les armes subissent une destruction symbolique. Remploi et réutilisation ne se distinguent que par le degré d’éloignement de la nouvelle fonction de l’objet par rapport à celle d’origine, mineur dans le premier cas et extrême dans le second (Naizet 2003). Ces modes de réattribution fonctionnelle impliquent habituellement une modification au moins partielle de l’objet, même si elle n’est pas systématique. Le recyclage est le seul mode de réattribution fonctionnelle qui implique nécessairement une modification de l’objet, puisqu’il est utilisé comme matière première pour être réintégré au cycle de production dont il est issu (Naizet 2003). En conséquence, l’objet recyclé n’est plus reconnaissable, puisque entièrement transformé en fin de processus.

12Fonction, usage et réattribution fonctionnelle forment les axes directeurs de l’analyse de l’objet. Ils obligent à prendre en compte toutes ses composantes : non seulement l’objet en lui-même, mais également son contexte de découverte.

Détermination de la fonction

13L’étape élémentaire de l’analyse de l’objet est de déterminer sa fonction. Étant conçu pour répondre à une fonction, étudier sa conception permet de déduire cette dernière. Cinq critères sont à prendre en compte : la structure, le matériau, les dimensions, la masse et la silhouette.

14La structure de l’objet peut se définir comme « l’ensemble des éléments le composant et la manière dont ils s’agencent ». Il s’agit d’isoler chacune des parties de l’objet (parties actives, système de préhension…) et d’en déterminer la raison d’être pour comprendre son fonctionnement. Cette déconstruction a pour objectif d’éviter de focaliser l’attention sur la forme générale, qui entraîne des rapprochements inopportuns entre des objets à la silhouette identiques, mais de conceptions différentes. Les supports de frappe romains en tronc de pyramides sont ainsi habituellement interprétés comme des enclumes, alors que ces outils se déclinent en enclumes, tas et cloutières (voir notamment Rebière et al. 1995 ; Amarger 2009).

  • 4  Communication orale de Matthieu Demierre (doctorant, universités de Lausanne et Lyon 2).

15Une difficulté particulière, propre au mobilier lithique, est l’utilisation fréquente de formes naturelles pour la réalisation d’outils. Il faut donc être capable en amont de reconnaître qu’il s’agit d’un objet. En l’absence de traces d’utilisation, seule la nature allochtone de la roche peut permettre de pallier à cette difficulté. Les galets et graviers doivent faire l’objet d’une attention particulière, à cause de leur fréquente utilisation. Si les premiers sont souvent utilisés pour la fabrication d’outils de broyage ou de percuteurs, on ignore encore à quoi servaient les graviers, très rarement identifiés comme outils (une occurrence de brunissoir). Il est possible qu’il s’agisse d’un matériau collecté avec les galets, ou bien transporté avec des limons destinés à amender les terres4. Seul un prélèvement systématique nous permettra d’avancer sur cette question.

16L’outil étant conçu pour une action, le ou les matériaux le constituant doivent posséder des propriétés physiques adaptées. Mais, dans l’éventail des matériaux possibles, le choix peut être également dicté par des raisons symboliques.

17Un outil ou un ustensile exerce et subit des contraintes de différentes natures (mécaniques, physiques, chimiques) auxquelles son matériau doit donc être apte à résister. En vertu de quoi les propriétés de la matière varient suivant sa fonction. Pour un support de frappe, ce seront la dureté (résistance à la déformation) et la résilience (résistance aux chocs) qui seront privilégiées. Pour un abrasif, ce seront l’abrasivité (capacité à user un autre matériau), la cohésion (capacité à maintenir ensemble ses constituants) et la taille du grain. Toutefois, il faut souligner que certains objets ne nécessitent pas une résistance particulière. C’est le cas des poids de balance à plateau, pour lesquels seule la masse volumique du matériau est prise en compte, d’où l’utilisation entre autres de roches tendres.

18La valeur symbolique du matériau influence également son choix. La recherche d’une matière de plus grande valeur peut être ainsi liée à la volonté d’exprimer un rang social plus élevé. Les roches vertes alpines côtoient ainsi le granite pour la fabrication de broyons culinaires sur le site du Lycée militaire à Autun (Saône-et-Loire).

19La recherche du matériau le plus adapté pour la fabrication des outils donne naissance à des réseaux d’approvisionnement. Il est possible de les reconstituer en traçant l’origine des roches. Avec l’aide de François Boyer (géologue, chercheur associé à Bibracte), nous avons ainsi pu mettre en évidence sur l’oppidum de Bibracte (Saône-et-Loire) une zone d’approvisionnement majeure sur le Mont Beuvray et ses alentours (rhyolite, granite notamment), un axe d’approvisionnement important vers Autun (grès de l’Autunois) et un dernier vers le Massif Central (pierre ponce).

20Les dimensions et la masse sont étroitement liées, puisque la masse dépend de la taille de l’objet et de la masse volumique de son matériau. Mais ces deux critères d’analyse ne possèdent pas la même pertinence selon l’objet considéré. La masse d’une enclume est plus importante que la taille de sa table de frappe. Au contraire, la longueur et la largeur d’une pierre à huile importent d’avantage que sa masse, puisqu’elle varie en fonction de la taille des lames à aiguiser.

21La silhouette d’un objet dépend en grande partie de sa structure. Mais les choix qui la commandent ne sont pas uniquement d’ordre technique, ils sont également symboliques, voire esthétiques. Deux objets aux fonctions identiques pourront présenter des aspects tout à fait différents, en vertu de choix d’ordre culturel. L’objet symbolise alors l’appartenance à un groupe. Cette différence de silhouette s’observe entre les abraseurs lithiques – ce terme est préférable à polissoir, qui sous-entend un rendu qui n’est pas forcément recherché ni possible avec ces outils – de Bibracte et de Stradonice en République Tchèque : les premiers sont en forme de petits blocs facettés et les seconds cylindriques, pour des fonctions identiques. Cette différence de silhouette peut être plus subtile, comme dans les enclumes contemporaines où seuls quelques détails non fonctionnels permettent de distinguer les formes locales.

22L’analyse de la conception d’un objet permet de déterminer sa fonction de manière plus ou moins précise, suivant sa complexité. Mais elle n’est pas toujours suffisante. L’analyse de l’usage peut apporter un complément d’information non négligeable à la reconstitution de la fonction.

Détermination de l’usage

23La diversité des usages possibles d’un même objet doit nous faire prendre conscience que nous ne pouvons jamais être certains d’être capables de les reconstituer dans toute leur complexité (Sigaut 1991), d’autant qu’ils peuvent varier dans le temps. Toutefois, de nombreuses données sont accessibles par l’étude des traces d’utilisation et du contexte de découverte, lorsque l’objet est trouvé en position primaire.

24Les traces d’utilisation sont le produit du fonctionnement de l’outil sur une matière et sont produites par leur usure simultanée. On distinguera les traces d’usure des résidus de matière travaillée.

25Les contraintes engendrées par le contact entre l’outil et le matériau sont déterminées par de multiples facteurs : le fonctionnement actif ou passif de l’outil, le mode et le vecteur, ou mouvement, d'application de la force, les surfaces en contact, la nature des matériaux, l’ajout d’élément intermédiaire… Elles engendrent une altération de l’objet, généralement visible à l’œil nu, même si elle peut être discrète. Cette altération peut prendre différentes formes : disparition de la patine de surface, lissé, lustré, écrasements, éclatements… jusqu’à la déformation de l’objet, comme dans le cas des broyons. Au contraire, d’autres outils ne subissent pas de contraintes et sont donc exempts d’altération de surface. À ce registre, on peut citer les poids de balances à plateau (fig. 1, n° 6) ou les lests de nasses, qui ne sont pas mobiles et ne subissent donc pas de frottements au niveau de leur système d’attache. La préservation de ces traces exige une certaine précaution lors du lavage : certaines roches, comme la ponce, sont sensibles à l’usure mécanique. De plus, le stockage à l’humidité et plus encore en extérieur provoque des altérations de la pierre qui peuvent aller jusqu’à sa destruction.

Fig. 1

Fig. 1

Planche de synthèse des formes les plus fréquentes d’outils et ustensiles lithiques. 1 : abraseur facetté en grès (Lycée militaire à Autun, Saône-et-Loire) ; 2 : broyon culinaire en roche verte (Lycée militaire à Autun) ; 3 : tablette abrasive en pélite (la Pâture du Couvent, Bibracte, Saône-et-Loire) ; 4 : aiguisoir en grès (Lycée militaire à Autun) ; 5 : poids en pierre bleue de Givet (Voncq, Ardennes) ; 6 : enclume en grès (Bibracte, atelier de la porte du Rebout). Échelle 1/2, sauf le dessin 6 représenté au 1/4 (dessin et DAO Maxence Pieters).

26Les résidus présents à la surface des outils peuvent être de nature variable : métallique, minérale ou organique. Ils proviennent de l’usure du matériau au contact de la surface de l’objet. Des pollutions sont toutefois possibles, notamment dans le cas des résidus métalliques : le simple contact d’une pièce métallique à la surface de l’objet dans son contexte d’enfouissement peut entraîner l’apparition de taches d’oxydes. Les résidus exigent parfois l’emploi d’instruments de grossissement pour pouvoir être détectés. La préservation de ces traces d’usage nécessite de prendre des précautions lors du lavage, surtout lorsque la matière travaillée est susceptible d’être d’origine végétale, notamment pour la préservation des phytolithes (il convient alors de ne pas laver avant prélèvement de ces particules).

27Le contexte de découverte est un point essentiel pour analyser l’usage de l’objet. La découverte d’un outil n’a pas la même signification suivant l’endroit où il est trouvé et le mobilier qui lui est associé. Un même outil peut faire l’objet d’un usage domestique, artisanal ou industriel, en fonction de la structure de production à laquelle il se rattache. La compréhension des techniques et des savoir-faire implique d’apporter une attention particulière à la géolocalisation des objets et à leurs associations.

28Un outil est un marqueur d’activité. En tant que tel, une géolocalisation rigoureuse est indispensable pour tracer les activités auxquelles il est lié. Elle est particulièrement importante pour les pièces lithiques qui forment souvent une part importante de l’outillage identifiable sur les sites et sont donc de bons traceurs. Il faut porter une attention particulière aux outils fixes au sein des espaces de production, comme les supports de frappe, qui doivent être considérés comme appartenant à l’architecture et donc apparaître sur les relevés. Ils témoignent de l’existence d’un poste de travail ; or, le nombre d’occurrences d’un même poste de travail indique le nombre d’ouvriers œuvrant simultanément, ce qui est fondamental pour l’interprétation de la structure économique dans laquelle la production s’insère (autarcie, artisanat, manufacture, industrie).

29La notion d’ensemble est également particulièrement importante pour reconstituer les activités d’un site. L’outillage lithique, grâce à sa bonne conservation, occupe une place importante dans ces assemblages, avec un risque de surévaluation : la disparition de l’outillage métallique et la masse parfois importante de certains outils (des supports de frappe peuvent approcher la tonne) créent des biais qu’il faut corriger.

30Les traces d’utilisation sont d’un apport non négligeable pour l’analyse de la fonction d’un objet. Statistiquement, l’usage approprié d’un outil est le plus fréquent. On peut donc rapprocher les traces d’usage du fonctionnement normal de l’outil, à condition de posséder un échantillon statistique suffisant. Car à l’échelle de l’individu, l’existence de traces d’usage en contradiction avec la fonction de l’outil est fréquente. Ainsi, nous avons pu mettre en évidence des traces d’aiguisage sur l’enclume en grès de l’atelier de bronzier à Bibracte. Mais ces traces non concordantes peuvent également relever d’une réattribution fonctionnelle de l’outil.

Identification des réattributions fonctionnelles

31Les cas de réattribution fonctionnelle sont trop nombreux pour en proposer un exposé détaillé. Nous nous concentrerons ici sur deux aspects : l’économie de l’objet et les indices physiques de réattribution fonctionnelle.

32L’outil lithique considéré comme déchet et rejeté est particulièrement intéressant car il permet d’aborder la question de son économie : quelle est sa valeur, comment est-il entretenu, pourquoi est-il rejeté ? L’absence d’altération de la pierre pendant l’enfouissement et la faible fragmentation des outils lithiques lors du rejet permettent de considérer que l’état de découverte est identique à celui de l’abandon. Il est donc possible d’identifier la cause du rejet si celle-ci a une origine physique. Nous avons ainsi pu mettre en évidence le soin accordé à prolonger la durée de vie des abrasifs en ponce, avec des exemplaires complets découverts en zone de rejet sur le site du Lycée militaire pesant 0,1 g, quand les exemplaires complets pèsent de 20 à 50 g.

33Les indices de réattribution fonctionnelle peuvent également se lire sur l’outil modifié pour être adapté à sa nouvelle fonction. Un contexte ou une position de découverte anormaux peuvent également être des indices de réattribution fonctionnelle. Une enclume découverte dans l’atelier de bronzier de la porte du Rebout à Bibracte portait ainsi des traces de retailles et était posée sur le sol, alors que ce type d’outil est habituellement enchâssé dans la terre. Ces indices ont permis de l’interpréter comme une enclume réutilisée en servante ou en tas de décochage.

Conclusion

34Comme nous l’avons vu, la nature du matériau n’est pas sans importance pour l’étude d’un outil, mais elle n’est qu’un des nombreux critères d’analyse à prendre en compte. Les méthodes d’étude des outils lithiques par rapport aux autres ne varient que marginalement et ne justifient pas le développement de spécialités sur la base du matériau. Seules les analyses tracéologiques poussées relèvent de spécialistes, mais cette compétence n’est pas plus indispensable que ne l’est la maîtrise de la métallographie pour l’étude du mobilier métallique. Il est beaucoup plus pertinent de travailler par domaine d’activité ou par catégorie fonctionnelle, ce qui implique une prise en compte systématique de l’outillage lithique, au même titre que l’outillage métallique notamment. Seule une approche multi-matériaux peut permettre une étude cohérente du mobilier. Pour finir, nous aimerions insister sur le fait que la pierre est un matériau largement utilisé dans l’outillage des âges des Métaux. Si l’on ajoute sa capacité de conservation largement supérieure à celle du métal et sa moindre récupération, on mesure son importance qualitative et quantitative. L’exemple du Lycée militaire illustre cet état de fait avec un total impressionnant de 251 outils représentant 4,4 tonnes de mobilier (meules et mortiers exclus).

Haut de page

Notes

1  « Objet fabriqué, utilisé manuellement ou sur une machine, pour réaliser une opération donnée » (Grand Larousse universel).

2  « Objet servant aux travaux domestiques, en particulier à la cuisine » (Grand Larousse universel).

3  L’expression « support de frappe » désigne les outils fonctionnant par répercussion, habituellement regroupés sous le terme « enclume », ce qui constitue une erreur : le particulier ne peut désigner le général.

4  Communication orale de Matthieu Demierre (doctorant, universités de Lausanne et Lyon 2).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Planche de synthèse des formes les plus fréquentes d’outils et ustensiles lithiques. 1 : abraseur facetté en grès (Lycée militaire à Autun, Saône-et-Loire) ; 2 : broyon culinaire en roche verte (Lycée militaire à Autun) ; 3 : tablette abrasive en pélite (la Pâture du Couvent, Bibracte, Saône-et-Loire) ; 4 : aiguisoir en grès (Lycée militaire à Autun) ; 5 : poids en pierre bleue de Givet (Voncq, Ardennes) ; 6 : enclume en grès (Bibracte, atelier de la porte du Rebout). Échelle 1/2, sauf le dessin 6 représenté au 1/4 (dessin et DAO Maxence Pieters).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1785/img-1.png
Fichier image/png, 335k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxence Pieters, « Outils et ustensiles lithiques », Les nouvelles de l'archéologie, 131 | 2013, 29-34.

Référence électronique

Maxence Pieters, « Outils et ustensiles lithiques », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 131 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/1785 ; DOI : 10.4000/nda.1785

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org