Navigation – Plan du site
Dossier

Le comte de Caylus (1692-1765) et l’invention de l’archéologie

Irène Aghion et Alessia Zambon
p. 15-17

Texte intégral

1Le comte de Caylus (1692-1765) (fig. 1) fut un des personnages les plus influents de sa génération. Issu de la haute noblesse, il sert déjà brillamment dès sa quinzième année dans les armées du roi, mais abandonne très vite cette carrière qui visiblement ne lui plait guère. En 1714, il part pour l’Italie où il séjourne deux années. À son retour, Caylus fréquente assidûment l’hôtel du financier Pierre Crozat, sorte de phalanstère des arts, où il se lie avec Watteau, Rosalba Carriera, et surtout Pierre-Jean Mariette avec qui il collaborera à de nombreux projets. En 1731, Caylus est reçu à l’Académie de peinture et de sculpture où il fonde, pour les élèves, un prix d’expression de têtes. S’ouvre alors une période de sa vie qui va le voir se passionner de plus en plus pour l’Antiquité  ; lorsqu’en 1742, l’Académie des inscriptions le nomme à un poste honoraire, il propose un autre prix destiné à expliquer par les auteurs et par les monuments les usages des anciens peuples. On voit se dessiner le projet du Recueil d’Antiquités, alimenté par les collections d’objets antiques qu’il rassemble. Au moment de sa disparition, les sept tomes sont achevés.

Fig. 1

Fig. 1

Portrait du comte de Caylus (Recueil d’Antiquités…, 1767, VII, frontispice)

2L’exposition Caylus, mécène du roi (1692-1765). Collectionner les Antiquités au xviiie siècle, inaugurée en 2002, est née d’une collaboration entre l’Institut national d’histoire de l’art (Inha) et le Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France (Aghion 2002  ; Schnapp et Aghion 2002  : 40). Elle a été le premier volet d’une investigation plus ambitieuse portant sur le travail du comte de Caylus, et s’est poursuivie par la mise en place, dans le cadre du programme Area – Archives of European archaeology, d’un projet de recherche intitulé  : «  Le comte de Caylus et l’invention de l’archéologie ». Ce projetse propose d’explorer et d’analyser les documents liés aux activités antiquaires du comte, en partant de son œuvre archéologique majeure, le Recueil d’Antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises, paru en sept tomes entre 1752 et 1767 (le dernier étant posthume). Cet ouvrage est une sorte de musée de papier, présentant des objets et des monuments antiques (au total environ 2 300 pièces) qui, pour la plupart, lui ont appartenu. En donnant une description et une analyse détaillées de ces objets, le comte de Caylus construit et expose au fil des pages sa propre vision de l’Antiquité et de histoire de l’art des Anciens. Ses théories artistiques anticipent en partie le travail de Winckelmann, dont il est le précurseur reconnu (Décultot 2004  : 59-78  ; Pucci 1993  : 115  ; Potts 1994  : 72-81). Caylus étudie, interprète et classe les objets, en les comparant avec d’autres. Il jette ainsi les bases scientifiques de la discipline moderne de l’archéologie, ce qui lui permet de dépasser une vision exclusivement esthétique des antiquités (Schnapp 1993  : 242). Caylus insiste sur une méthode empirique, expérimentale et visuelle pour déterminer le style, l’origine et la date d’un objet  ; le texte antique devient un complément utile mais perd sa suprématie. Caylus, par son travail, a provoqué une véritable mutation dans l’étude de la science antiquaire  : il a énoncé la nécessité d’établir des lois pour classer géographiquement et chronologiquement les artefacts, en s’appuyant pour cela sur des critères propres à l’évolution typologique de chaque monument et à l’étude de l’espace culturel dont il était issu. Le comte était néanmoins en phase absolue avec l’esprit de son temps lorsqu’il proclamait la primauté de l’expérimentation et assimilait l’antiquaire au physicien.

3Alex Potts (1994  : 76-77) établit un parallèle judicieux entre la taxinomie de Buffon (1749-1767) et la typologie méthodique du comte de Caylus, de même qu’entre la présentation de l’Histoire naturelle et celle du Recueil d’Antiquités, qui paraissent à trois ans d’intervalle (1749/1752). Le naturaliste fait précéder ses séries de descriptions par des commentaires théoriques sur les différentes espèces d’animaux, de végétaux… De même, dans un texte, chaque fois différent, placé en tête de chacun des sept volumes du Recueil, texte qui précède les parties de notices descriptives et systématiques des objets, Caylus tient à rappeler sa méthode et les points qui lui tiennent particulièrement à cœur.

4S’il est certain que Caylus a joué un rôle pionnier en établissant un système global de classification fondé avant tout sur l’observation et la comparaison des œuvres, il n’en reste pas moins qu’il ne réussit pas à se détacher de l’idée d’un progrès dans les arts, depuis l’ancienne Égypte jusqu’à l’apothéose grecque de la perfection. Ce cadre rigide, dont toute mutation ou influence extérieure propre à induire un changement est exclue, l’enferme dans un carcan dont il ne peut s’échapper, même en présence d’une évidence qu’il reconnaît pourtant. Il s’oblige, par exemple, à attribuer une petite tête égyptienne en bois d’époque Ptolémaïque à la sphère grecque tout en affirmant que l’objet «  […] a été trouvé en Égypte. Je le sais à n’en pouvoir douter, mais il a trop d’élégance et de correction pour l’attribuer à aucun artiste de ce pays. Je le crois de la main d’un Grec habile, qui a fort bien saisi l’air sauvage et africain de cette jeune personne » (Caylus 1752  : 132).

5Ce fut le génie de Winckelmann de briser cet étau, en établissant une distinction entre le point culminant de la perfection de l’art atteint à un moment donné de l’histoire, et la beauté d’un style  : «  Le Beau idéal ».

La «  Base Caylus »

6Notre programme de recherche a pour but d’établir une édition critique du Recueil d’Antiquités. Il s’agit d’une part d’établir un catalogue des œuvres figurant dans cet ouvrage, d’autre part de mettre en lumière le milieu social et artistique dans lequel évoluait le comte de Caylus ainsi que son réseau de contacts, ses rapports avec les collectionneurs. De cette étude devraient émerger quelques éléments utiles à la compréhension du mode de formation et d’accroissement des collections et de la relation des collectionneurs avec le marché de l’art au xviiie siècle.

7Le projet, actuellement en cours de réalisation, s’articule autour de deux axes  : d’une part la numérisation du Recueil d’Antiquités et d’autre part son dépouillement et son exégèse.

La numérisation du Recueil

8L’Institut national d’histoire de l’art a récemment terminé la numérisation du Recueil en mode image et le livre en format pdf est accessible à partir de la bibliothèque numérique de l’Inha (http://bibliotheque-numerique.inha.fr/​). La prochaine étape concernera la numérisation en mode texte, indispensable pour pouvoir effectuer une «  interrogation » de tout le contenu du livre.

L’exégèse et le dépouillement systématique du Recueil

9Ce riche thesaurus recèle une énorme quantité d’informations  ; pour les rendre accessibles au public, elles ont été indexées et insérées dans cinq bases de données  :

  • Le «  catalogue » des antiquités  : L’indexation de toutes les données relatives aux monuments analysés (historique de l’objet, lieu et date de découverte…) permet de réaliser un catalogue exhaustif et approfondi, où le commentaire de Caylus s’enrichit des nouvelles informations, conformes aux critères de l’archéologie moderne. Chacun des 2 300 monuments décrits dans le Recueil est ainsi analysé en deux fiches  : l’une restitue les renseignements fournis par le comte et l’autre rassemble tous les éléments actuellement disponibles quant à l’attribution et à la datation de l’objet ainsi que la bibliographie la plus récente qui s’y rattache. Chaque fiche comporte une illustration, gravure ou photo. Les monuments décrits dans le Recueil sont d’une grande variété typologique (monnaies, vases, bronzes, verres, marbres, inscriptions…), chronologique et géographique (antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises). Ces objets ont eu un destin très différent  : ceux qui proviennent des collections du comte, donnés par Caylus au roi Louis XV en 1762 ou légués après sa mort, sont aujourd’hui conservés pour la plupart au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France  ; d’autres sont dispersés dans les collections européennes, françaises, mais aussi espagnoles, russes, italiennes, anglaises  ; d’autres encore ont disparu.

  • Les sources du Recueil  : L’analyse et l’indexation des sources citées par Caylus, aussi bien les auteurs anciens que ses contemporains, permettent de reconstituer virtuellement la bibliothèque de ce savant et de répertorier ses lectures archéologiques et ses connaissances historiques. Il apparaît par exemple qu’il lisait sans problème le latin, mais qu’en revanche, il ne connaissait les textes grecs qu’en traduction française. Ce furent en effet des savants de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, M. Le Beau, secrétaire perpétuel de l’Académie, et l’abbé Jean-Jacques Barthélemy, garde du Cabinet du roi, qui le secondèrent pour la rédaction des notices épigraphiques ou numismatiques du Recueil.
    L’analyse des différents ouvrages dont sont tirées les citations figurant dans le Recueil constitue une autre source d’information  : à travers les commentaires du comte de Caylus, on peut apprécier son originalité, car il s’éloigne souvent des théories formulées par ses prédécesseurs ou ses contemporains pour fournir des nouveaux angles d’étude.

  • Le réseau intellectuel  : Pour faire ressortir le réseau intellectuel qui entourait le comte, tous les noms propres cités dans le Recueil ont été extraits. Après indexation, seuls ceux de ses contemporains seront insérés dans une base biographique, qui rassemblera des éléments concernant ces différentes personnalités et les liens qui les unissaient au comte de Caylus (notamment leur apport à son œuvre). Il s’agit le plus souvent de collectionneurs, de savants, d’érudits, etc. Les sept tomes ont livré environ 500 patronymes.
    Une fois complétée, cette base nous offrira un aperçu de la société savante française du xviiie siècle et du réseau intellectuel de Caylus à l’échelle européenne.

  • Le récolement des documents disponibles  : Le repérage de tous les fonds manuscrits et imprimés (correspondances, textes, etc.) concernant le comte de Caylus en tant qu’antiquaire permet de reconstituer le milieu culturel et le cercle intellectuel à l’intérieur desquels furent énoncés pour la première fois les principes les plus importants de l’archéologie moderne. Les documents conservés dans les diverses institutions françaises ou italiennes (archives, bibliothèques, musées) ont été recensés et insérés dans une base de données qui rassemble également la bibliographie la plus récente concernant le travail antiquaire de Caylus. Cette base informatique contient à cette date environ 300 fiches. S’il est vrai que l’essentiel de l’enquête porte sur les manuscrits ou fragments de manuscrits des œuvres du comte, ses lettres, dessins et gravures n’ont pas été pour autant négligés. Les activités multiples et les centres d’intérêt diversifiés du comte de Caylus ont pour conséquence une dispersion des archives le concernant.

  • Les lieux géographiques  : Le dernier répertoire rassemble les noms des lieux  : il regroupe les lieux de conservation des anciennes collections, les sites archéologiques et les lieux de trouvaille. On ouvre ainsi un panorama des découvertes archéologiques du xviiie siècle. À titre d’exemple, la relation privilégiée du comte avec l’Italie, et le rôle primordial joué par ce pays à la fois dans la formation de sa collection et dans l’élaboration de son savoir, sont illustrés plus loin par Anna Rita Parente, à travers les cas de Veleia et d’Herculanum.

10La valorisation et l’exploitation de ces documents, de même que le dépouillement de la bibliographie moderne, permettent d’appréhender les différentes étapes qui précèdent ou participent à l’élaboration d’une collection et, plus généralement, aident à mieux comprendre les motivations de l’antiquaire. En approchant les éléments constitutifs du savoir du comte de Caylus et en reconstruisant le milieu culturel dans lequel ce savoir s’est élaboré et développé, nous espérons apporter une contribution nouvelle à l’histoire d’une discipline, l’archéologie, qui, au xviiie siècle, se transforme pour acquérir un statut scientifique.

Haut de page

Bibliographie

Aghion, I. (dir.). 2002. Caylus mécène du roi. Collectionner les Antiquités au xviiie siècle. Paris, Institut national d’histoire de l’art, 158 p.

Buffon, G.-L. Leclerc comte de. 1749-1767. Histoire naturelle, générale et particulière. I-XII, Paris, Imprimerie royale.

Caylus, comte de. 1752. Recueil d’Antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises. I, Paris, Duchesne, 348 p.

Décultot, É. 2004. «  Winckelmann et Caylus. Enquête sur les rapports de l’histoire de l’art au savoir antiquaire », in  : N. Cronk et K. Peeters (dir.), Le comte de Caylus. Les arts et les lettres. Actes du colloque d’Oxford (26 et 27 mai 2000). Amsterdam, Rodopi  : 59-78.

Potts, A. 1994. Flesh and the Ideal. Winckelmannand the Origins of Art History. New Haven et Londres, Yale University Press, 294 p.

Pucci, G. 1993. Il passato prossimo. La scienza dell’antichità alle origini della cultura moderna. Rome, La Nuova Italia Scientifica, 203 p.

Schnapp, A. 1993. La conquête du passé  : aux origines de l’archéologie. Paris, Carré, 384 p.

Schnapp, A. et I. Aghion. 2002. «  Compte rendu de l’exposition Caylus mécène du roi. Collectionner les Antiquités au xviiie siècle », Les Nouvelles de l’archéologie, 90  : 40.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Portrait du comte de Caylus (Recueil d’Antiquités…, 1767, VII, frontispice)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/178/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Aghion et Alessia Zambon, « Le comte de Caylus (1692-1765) et l’invention de l’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie, 110 | 2007, 15-17.

Référence électronique

Irène Aghion et Alessia Zambon, « Le comte de Caylus (1692-1765) et l’invention de l’archéologie », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 110 | 2007, mis en ligne le 05 mai 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/178 ; DOI : 10.4000/nda.178

Haut de page

Auteurs

Irène Aghion

Chercheur associé au Centre Louis Gernet
aghioni@yahoo.fr

Articles du même auteur

Alessia Zambon

Chargée d’études, Inha
alessia.zambon@inha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org