Navigation – Plan du site
2/ Méthodologie

Modes de représentation des objets archéologiques non céramiques1

Franck Abert, Vincent Legros, Mathieu Linlaud, Michel Feugère et Émilie Millet
p. 19-25

Texte intégral

  • 1  Sauf objets à symétrie de révolution et industrie lithique.

1À la suite à la table ronde tenue à Valbonne en 1980 paraissait un numéro spécial des Documents d’archéologie méridionale consacré au dessin du mobilier non céramique (Feugère et al. 1982). Durant ces trente dernières années, l’archéologie a considérablement évolué. Les études d’objets archéologiques ont été développées et diversifiées, tandis que l’archéologie préventive permettait la mise au jour de lots d’objets de plus en plus importants dans de nouveaux types de sites. En 1995, lors d’un carrefour des métiers sur les dessinateurs en archéologie (dessinateurs d’objets, cartographes, topographes, etc.), fut constaté un vieillissement de la profession, ce qui posait le problème du renouvellement des postes(Carrefour des métiers 1996 : 7-9). Aujourd’hui, les dessinateurs professionnels d’objets sont rares et les spécialistes en étudient de plus en plus dans des temps relativement courts. Cette situation s’avère moins propice à l’utilisation des techniques traditionnelles de l’illustration auxquelles les archéologues ne sont du reste presque jamais formés. Depuis le début des années 1980, la révolution numérique a conduit au développement de la photographie numérique, du dessin assisté par ordinateur (Dao) et de la publication assistée par ordinateur (Pao), qui ont radicalement bouleversé les méthodes de travail en offrant de nouveaux outils performants et de nouveaux supports de publication. Ces changements, dont les prémices avaient déjà été perçues lors de la table ronde de 1995, ont pour conséquence la disparition progressive du format papier traditionnel au profit de nouveaux formats numériques. Ces outils ont bouleversé d’autres domaines de l’illustration scientifique, comme la botanique ou la zoologie qui semblent progressivement abandonner le dessin au profit de la photographie, non sans réactions. Face à ces progrès techniques, la documentation consacrée à l’illustration des objets archéologiques – essentiellement anglophone et francophone – n’a pas su renouveler son discours. Elle est presque totalement muette sur l’arrivée des technologies numériques. Seuls deux ouvrages abordent succinctement ces questions (Adkins & Adkins 1989 ; Pennacchioni 2004), constat qui amène à réfléchir sur les différents modes de représentations des objets archéologiques accessibles aujourd’hui.

2Si les modes de représentation ont évolué, la fonction de l’illustration d’objet en archéologie, elle, reste inchangée (Rapin 1983). L’illustration constitue un discours scientifique autonome qui permet de comprendre un objet difficile, de le rendre intelligible par sa seule description, surtout lorsque sa forme est complexe. Elle s’insère toujours dans un discours, une démonstration et un argumentaire dans lesquels texte et image sont complémentaires. Au sens étymologique, l’illustration s’efforce de « rendre clair » l’objet, de le rendre compréhensible. L’illustration sert également à présenter au lecteur de l’étude un objet inaccessible à la manipulation. Elle se propose de retranscrire sur un espace en deux dimensions un objet qui en possède trois.

3Du point de vue historique, on observe deux périodes dans l’illustration des objets archéologiques. Dans un premier temps, le dessin et les arts graphiques assimilés (aquarelle, gravure, etc.) étaient les seuls moyens techniques disponibles pour décrire et publier ces découvertes. Dans un second temps, l’arrivée de la photographie a amené un mode d’acquisition automatique de représentation. Tout d’abord trop onéreux et complexe à mettre en œuvre dans le cadre de la publication, la révolution numérique lui a permis de devenir un mode privilégié de représentation depuis quelques années. Parallèlement, le dessin intégrait certaines règles du dessin industriel et devenait progressivement une interprétation scientifique de l’objet, ce qui lui a permis de conserver tout son intérêt face à la photographie. Ainsi, les deux modes de représentations coexistent dans la pratique actuelle.

4Ils se distinguent de manière fondamentale par leur mode d’acquisition – automatique (photographie) ou manuel (dessin) – et par leur mode de représentation utilisant respectivement la perspective ou la projection orthogonale. Ces caractéristiques techniques offrent six moyens de représenter l’objet archéologique. Leur choix dépend de plusieurs facteurs : le discours associé à l’objet, son matériau, son état de conservation ainsi que sa nature. Il est primordial de s’interroger sur ce que l’on cherche à représenter : son état de conservation actuel, un état d’analyse – en débarrassant l’objet des éléments superflus handicapant sa compréhension (comme les produits de corrosion du mobilier métallique) – ou un état schématique permettant de comprendre son fonctionnement ou sa fabrication.

La photographie

5L’image photographique résulte de la lumière renvoyée par l’objet et captée par l’objectif. Techniquement, elle est le plus souvent réalisée à partir d’un appareil photographique mais peut également être obtenue à partir d’un numériseur à plat.

6Deux avantages sont souvent octroyés à l’image photographique : elle est dite objective et son mode d’acquisition automatique permet de représenter rapidement un objet dans son état de conservation. La notion d’objectivité photographique doit cependant être relativisée. Sa technique d’acquisition tient de la perspective qui déforme les proportions de l’objet. Pour limiter les déformations et obtenir un cliché à vocation de documentation scientifique, une maîtrise des choix d’optique et de la distance est nécessaire. La gestion de la lumière est également importante, car c’est elle qui va sculpter les volumes de l’objet. Les notions de netteté, de point de vue et d’aberration chromatique doivent également être maîtrisées. Il faut noter que la dépendance de la photographie à un éclairage statique pendant la prise de vue ne permet pas toujours de faire apparaître l’ensemble des détails qui peuvent être vus sur un objet en le manipulant.

7La gestion de la couleur est un des points forts de la photographie. C’est pourquoi elle est particulièrement adaptée aux objets où la couleur est déterminante, d’autant plus que l’utilisation d’une prise de vue sur un gris neutre permet de retrouver des couleurs naturelles de l’objet par traitement informatique. Cette possibilité de restituer la couleur est un avantage majeur pour certains objets, telles que les perles en pâte de verre – surtout les polychromes, où les couleurs et les motifs constituent des critères typologiques et chronologiques importants. D’autres types d’artefacts, comme certaines pendeloques issues d’organismes vivants et très peu travaillés par l’homme (en général seulement un trou de perforation), qui ne font pas l’objet de typologies au sens archéologique du terme, ont avantage à être photographiés.

La photographie brute

8La prise de vue photographique brute est la forme la plus élémentaire et la moins complète de la représentation en vue d’une documentation scientifique. Dans sa forme la plus simple, elle est réalisée à l’aide d’un statif de reproduction et représente l’objet sous sa vue principale, qui définit le mieux ses caractéristiques géométriques, accompagné d’une mire (fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Exemple d’une photographie brute. La lampe à huile a été photographiée sous trois faces avec une lumière faisant ressortir ses décors. Une mire incrustée prise d’après les mesures de l’objet donne une échelle indicative

(© Artefacts).

9L’obtention de ce type de cliché nécessite une maîtrise des techniques de la photographie mais, malgré l’utilisation abondante de photographies d’objets archéologiques dans les publications et les rapports d’opérations, les techniques sont rarement exposées. Deux ouvrages (Dorrel 1989 ; Chéné et al. 1999 : 15-26) proposent cependant des conseils pour réaliser une bonne prise de vue d’un objet archéologique :

  • la gestion de l’effet de perspective : par l’installation (distance entre appareil photo et objet) et le matériel mis en place (type d’objectif), il est possible d’éviter au maximum les déformations optiques de l’objet sur la photographie. Les grands angles, voire les focales dites normales, sont à proscrire et il faut établir une distance suffisante entre l’objet photographié et l’appareil photographique. L’acquisition numérique doit faire l’objet de vérifications des mesures et des proportions de l’objet afin de s’assurer que la représentation de sa forme est respectée ;

  • la netteté : c’est la base d’une bonne photographie. Elle est assurée par l’utilisation du statif de reproduction qui stabilise la prise de vue et permet une bonne gestion de la profondeur de champ en rallongeant les temps de pause ;

  • l’éclairage : selon qu’il vienne du haut ou du bas, il inverse la perception des creux et des reliefs d’un objet. Ce phénomène est dû au fait que notre cerveau a l’habitude de concevoir les objets éclairés par le haut, que ce soit par le soleil ou l’éclairage domestique. Un éclairage diffus et zénithal est idéal ;

  • le point de vue : l’objet doit être situé bien en face de l’objectif et positionné selon le même axe que s’il était dessiné ;

  • la mire : les mesures d’un objet photographié ne doivent pas être déterminées par une mire posée à côté de l’objet au moment de la prise de vue. L’écrasement de la photographie mettant au même niveau la mire et l’objet, les mesures sont faussées (parfois plus de 20 %). Pour limiter les déformations de la mire dues à la perspective, il est préférable d’incruster sur la photographie une mire à partir de mesures prises sur l’objet. Elle ne reste cependant qu’indicative.

10Enfin, la numérisation à plat à l’aide d’un scanner peut également permettre une représentation rapide d’un objet. Le scanner a l’avantage de conserver l’échelle de la surface de l’objet en contact avec la vitre mais il comporte également des pièges. Tous les éléments surélevés, ne touchant pas directement la vitre sont déformés, et plus ils en sont éloignés, plus la déformation est importante. L’acquisition numérique d’objets épais par scanner ou photocopieur est donc à proscrire, ceux-ci doivent plutôt être photographiés. Seuls les objets plats verront leurs proportions respectées et sont donc susceptibles d’être concernés par cette technique. Pour corriger l’éclairage du scanner qui inverse les creux et les reliefs, il est possible d’utiliser un mode d’éclairage supplémentaire en lumière rasante mettant en valeur des reliefs selon l’orientation de la lumière (qu’il est souhaitable de placer en haut et à gauche, selon les normes définies par la table ronde de Valbonne).

La photographie interprétée

11Les moyens informatiques actuels permettent d’ajouter des informations sur un cliché photographique pour améliorer la compréhension de l’objet. Le but est de compléter les informations que la prise de vue brute ne permet pas de percevoir et de se rapprocher ainsi du dessin tout en étant moins chronophage (fig. 2). Il est ainsi possible :

  • d’ajouter les dessins des différentes sections de l’objet ;

  • d’effectuer des traitements de l’image permettant de distinguer les parties fonctionnelles d’un objet par surlignage en noir des contours de ses parties constituantes ou d’en souligner les décors en travaillant manuellement la densité des couleurs ;

  • de mettre l’objet photographié à une échelle (1/4, 1/2, etc.), bien qu’elle ne soit qu’indicative.

12L’objectif de ce type de photographie est d’améliorer la clarté du cliché en en proposant une interprétation. Dans ce sens, elle se rapproche du niveau d’analyse du dessin. Pour que ce choix soit pertinent, deux conditions sont nécessaires : le type d’objet et son état de conservation doivent permettre sa lisibilité par photographie et les considérations propres au dessin et à la photographie doivent être correctement respectées. Les protocoles de traitement photographique utilisés doivent être explicités en légende ou dans l’étude.

Fig. 2

Fig. 2

Exemple d’une photographie interprétée. La photographie originale du peigne a été détourée et a subi les traitements d’un logiciel photographique, transformant sa couleur en niveaux de gris, et mettant en valeur les décors de l’étui. En outre, de fins traits noirs surlignent les parties constituantes de l’objet. Une coupe et une vue schématiques permettent de comprendre sa construction, échelle 1/2

(F. Abert © Pair).

La radiographie

13La technique radiographique est un mode d’acquisition automatique. Contrairement à la photographie, il ne s’agit pas d’une image en perspective mais d’une image résultant de la projection conique des rayons X sur le plan formé par la plaque radiographique, ce qui la rapproche du dessin archéologique. Pour une définition et une explication plus complètes des pratiques de la radiographie, on peut consulter le travail récent de Céline Gargam sur le sujet (Gargam 2005). L’image exprime la structure de l’objet sous la forme d’un contraste de densité qui dépend du matériau et de son épaisseur, mais également de son état de conservation. Cette technique s’avère particulièrement efficace pour les objets métalliques présentant un état de corrosion important, surtout ceux en fer, mais elle peut être appliquée à d’autres matériaux. Une des principales applications de la radiographie est l’identification de l’objet, mais elle sert également à observer des détails techniques masqués par les produits de corrosion (partie creuse ou pleine, perforation, assemblage de plusieurs éléments, décors, hétérogénéité des matériaux entrant dans la composition de l’objet, traitement de surface, etc.).

14De même que pour la photographie, l’image de l’objet est légèrement déformée. Cette déformation est négligeable pour les objets plats mais peut commencer à être flagrante pour des objets d’une épaisseur supérieure à 5 cm. La lisibilité et la précision du cliché radiographique dépendent en grande partie de l’état de conservation de l’objet. Un objet dans un état de minéralisation avancé présentera des contours plus flous. Le dessin d’après radiographie doit donc être effectué avec précaution et signalé en légende. Les informations présentes sur le cliché radiographique sont ramenées sur un même plan, faisant ainsi disparaître la notion de volume. L’image n’est pas toujours lisible par le non-initié et nécessite une interprétation. Il est délicat dans ce cas d’utiliser la radiographie comme un mode de représentation autonome. Le cliché radiographique ne se suffit pas à lui-même et un dessin plus analytique de l’objet est souvent nécessaire pour le rendre compréhensible et mettre en évidence certaines caractéristiques morphologiques (cf. fig. 7).

Le dessin

15Actuellement, le dessin d’objets archéologiques est issu du dessin technique ou industriel. Il a pour principe de représenter l’objet par une ou plusieurs vues géométrales réalisées par projection orthogonale sur un plan. Les données géométriques (mesures, angles, etc.) sont donc respectées, contrairement à la perspective et à la projection conique.

16L’avantage du mode d’acquisition manuel est de permettre la subjectivité dans la représentation. Il permet de dégager ce qui est pertinent de ce qui ne l’est pas. « Un bon dessin vaut mieux qu’un long discours. » Cette maxime aurait pu être écrite pour l’archéologie où le dessin est considéré comme un mode d’expression privilégié (Feugère et al., 1982 ; Rapin 1983 ; Laurent 1986). Il permet de s’affranchir de la lumière fixe de la photographie et de représenter les détails d’un objet qui ne peuvent être perçus qu’en le manipulant. Cette part assumée d’interprétation permet de figurer plus d’informations sur un dessin que sur une photographie, celui-là est donc plus adapté au discours sur l’objet archéologique. Il illustre l’objet dans son sens étymologique : il le rend clair. L’ensemble des éléments pertinents d’un objet sont dessinés alors que ses altérations peuvent être mises au second plan, voire non figurées. Cette possibilité est particulièrement utile dans la représentation d’objets corrodés. Cela peut être le cas de décors très effacés sur des objets en alliage cuivreux ou en tabletterie par exemple, qui peuvent rester invisibles à la photographie. Le dessin est particulièrement adapté aux objets ferreux qui ne sont généralement restaurés que pour étude et restent partiellement recouverts d’une gangue de corrosion.

17Pour être analytique et considéré comme un document scientifique, le dessin doit respecter quelques règles :

  • le dessinateur doit prendre le temps de comprendre l’objet qu’il dessine pour le représenter ; le spécialiste est ainsi bien placé pour dessiner les objets qu’il étudie ;

  • le dessin doit reproduire précisément les caractéristiques de l’objet (forme, décor, etc.), tout en garantissant la réalité des mesures et des proportions ;

  • les trois dimensions de l’objet doivent être appréhendées par différentes vues et sections ;

  • le dessin doit suivre certaines normes pour être compris par tous, notamment dans la représentation des sections ; ces normes sont développées dans la publication issue de la table ronde de Valbonne (Feugère et al. 1982).

18Le dessin peut s’effectuer sur papier d’après des prises de mesures ; mais dans certains cas, notamment pour les objets aux formes complexes, il peut s’appuyer sur une image photographique ou radiographique. L’avantage de cette technique est de faciliter le dessin en évitant de nombreuses prises de mesures qui peuvent s’avérer délicates sur des objets complexes. Contrairement à une idée reçue, ce type de dessin n’est pas « faux » et est abordé dans certains ouvrages (Brodribb 1970 ; Van den Driessche 1975 ; Adkins & Adkins 1989). Il faut juste s’assurer que l’acquisition de l’image suit les préceptes développés pour la prise de vue photographique brute et vérifier les proportions par des mesures. Les objets de faible volume engendrent des déformations minimes sur une photographie. Les erreurs de proportion dues à la perspective peuvent alors être considérées comme insignifiantes et similaires à la marge d’erreur admise lors de la prise de mesures dans un dessin par projection orthogonale. Les objets de grandes dimensions aux volumes complexes, surtout dans leur épaisseur, doivent quant à eux faire l’objet d’une attention très particulière. En respectant ces principes, le choix entre un dessin par prise de mesures ou d’après photographie, tout comme celui entre dessin à la main et dessin assisté par ordinateur, ne sont pas déterminants et dépendront surtout des facilités et du goût du dessinateur (fig. 3).

19On distingue aujourd’hui deux courants, tous deux inspirés du dessin industriel et technique, leur différence se situant dans la représentation des volumes. Le premier, issu des méthodes traditionnelles de l’illustration, exprime les volumes de l’objet par leur contact à la lumière. Le second, s’appuyant seulement sur la géométrie, ne gère pas la lumière.

Fig. 3

Fig. 3

Deux fibules mérovingiennes dessinées selon la technique du dessin plastique : à gauche, dessin à la main effectué d’après mesures (V. Legros) ; à droite, dessin effectué sur photographie par informatique, échelle 1/2

(F. Abert © Pair)

Le dessin plastique

20Est appelé ici « dessin plastique » celui où les informations de l’objet sont exprimées par leur contact à la lumière. Le dessin plastique est une forme de dessin très complète qui tire son origine du dessin artistique. Les contours sont effectués au trait et la texture de l’objet est exprimée sous forme de points ou de traits. Les creux et reliefs sont révélés par des ombrages plus ou moins denses selon l’impact de la lumière placée par convention en haut et à gauche de l’objet. Ce type de dessin mettant en jeu la lumière est proche de la photographie par son rendu. En revanche, contrairement à la photographie qui écrase les reliefs, il permet une excellente gestion des volumes et est particulièrement adapté aux objets de formes et de volumes complexes, comme les parures ou les objets moulés (les torques et les bracelets de l’âge du Fer ou les fibules mérovingiennes, par exemple).

21La forme la plus connue de ce type de dessin est le dessin traditionnel à la main, dit « au point ». Les différents matériaux peuvent être exprimés par des codes graphiques utilisés pour les ombrages (points pour le bronze, traits pour le fer, etc.). Cette solution, qui n’a pas été retenue dans les actes de Valbonne, est cependant couramment utilisée dans la littérature archéologique où elle donne de bons résultats, comme en Angleterre et en Allemagne. Les progrès de l’informatique permettent actuellement d'obtenir des dessins très proches de ceux réalisés à la main en suivant les mêmes techniques d’ombrage ou en s’appuyant sur de nouvelles techniques faisant appel à des nuances de gris (fig. 4). Dans le cas d’objets moulés aux formes complexes et ajourées, les ombrages portés sur le dessin permettent de les identifier rapidement et de les appréhender au plus près de leur réalité.

22Ces considérations positives sur le dessin plastique amènent sa principale limite d’utilisation : il est chronophage. Cette limite a souvent eu pour conséquence de l’éloigner des travaux archéologiques, à tort en comparaison des qualités qu’il propose. Les progrès de l’informatique permettent cependant d’améliorer peu à peu sa rapidité d’exécution. La principale difficulté du dessin plastique est la gestion des couleurs, qui reste complexe et mal adaptée.

Fig. 4

Fig. 4

Dessin plastique d’une boucle de ceinture romaine aux ombrages utilisant des outils de logiciel informatique, échelle ½

(V. Legros)

Le dessin épuré

23Contrairement au dessin plastique, le dessin épuré traduit le volume de l’objet par sa géométrie (arêtes, contours, sections, vues supplémentaires). La lumière n’est pas prise en compte dans le traitement graphique puisque aucune ombre n’est figurée. Le dessin épuré est directement issu du dessin industriel et n’emprunte aucune référence graphique à la photographie ou aux techniques traditionnelles des arts graphiques. Cette technique est particulièrement bien adaptée aux objets en fer (fig. 5). Ceux-ci possèdent en général des volumes simples exécutés à la forge (sections polygonales, plus rarement circulaires) qui ne nécessitent aucun traitement de lumière pour les rendre clairs. En revanche, cette méthode de dessin est moins bien adaptée aux objets « plastiques » présentant des reliefs complexes comme les objets en métal moulé (enseignes de pèlerinage, boucles de ceinture, etc.) ou les petits objets sculptés (pions d’échecs, figurines, etc.).

Fig. 5

Fig. 5

Exemple de dessin épuré d’une serrure. La non-représentation des produits de corrosion permet de restituer au mieux les parties pertinentes de l’objet, échelle 1/2

(M. Linlaud)

24Ce procédé s’affranchit des produits de corrosion qui handicapent la compréhension de l’objet métallique. Le dessin épuré est donc une méthode analytique assumée qui ne représente pas l’objet dans son état de conservation. Il permet de mettre en évidence les caractéristiques morphologiques et techniques de l’objet qui servent très souvent à dégager des critères de classifications typologiques. Il peut combiner les informations issues de l’observation et de la radiographie, permettant ainsi une interprétation plus fine. L’avantage de cette technique réside dans le faible temps nécessaire à sa réalisation mais, tout comme le dessin plastique, une observation minutieuse de l’objet reste nécessaire. Il ne s’agit pas d’un dessin simplifié, car l’ensemble des caractéristiques morphologiques doivent apparaître. Il est possible d’exécuter ce type de dessin directement sur support informatique d’après une photographie ou sur le papier par prise de mesures.

La schématisation

25La schématisation marque une étape supplémentaire dans le degré d’analyse et d’interprétation. Il s’agit du mode de représentation le plus analytique disponible pour l’archéologue. Contrairement aux modes de représentations décrits précédemment, il ne représente pas un objet issu d’une découverte mais l’ensemble des objets d’un même type. En tant que représentation simplifiée de la réalité, le schéma va à l’essentiel en fonction du discours qui y est associé. Les dimensions sont arrondies et les détails jugés sans importance dans la démonstration sont évacués (fig. 6).

Fig. 6

Fig. 6

Schéma en 3D de la serrure présentée à la figure 5, utile pour apporter une meilleure compréhension du fonctionnement du mécanisme, sans échelle

(M. Linlaud)

26Deux schématisations sont abondamment utilisées dans les études archéologiques : le schéma de fabrication qui décrit les étapes de fabrication de l’objet et le schéma de fonctionnement qui le replace dans son contexte d’utilisation. Seuls les objets techniques suffisamment complexes (serrure, clarine, armement mécanique, etc.) sont concernés par ce dernier type d’image. Les plus communs, comme les clous, ne se prêtent pas vraiment à de telles figurations.

27Les schémas utilisent majoritairement des représentations en volume des objets (perspective, restitution 3D informatique, etc.) et ne sont jamais contraints par des questions d’échelle, même si une notion de proportion peut y être introduite. L’informatique permet aujourd’hui de réaliser très facilement des schémas animés (vidéos, séquences animées) mais ces versions ne sont pas diffusables sur le support papier et interviennent sur des supports numériques annexes (Dvd-rom, sites internet). La schématisation typologique est le dernier type de schéma utilisé en archéologie. Cette sorte d’image sert à résumer les critères morphologiques de distinction sous forme d’une planche synthétique.

Conclusion

28Les modes de représentation des objets archéologiques sont étroitement liés à l’évolution technologique de ces dernières années. La révolution numérique a apporté certaines solutions aux problèmes soulevés il y a plus de 30 ans par la table ronde de Valbonne. La représentation de la couleur en est un bon exemple. En 1982, la publication des actes témoignait : « la représentation des couleurs par des symboles graphiques ne constitue qu’une solution provisoire » (Feugère et al. 1982 : 28.). La photographie couleur, aujourd’hui peu onéreuse, plus facile d’accès et d’utilisation, règle ce problème. Les méthodes de travail actuelles produisent facilement des illustrations publiables faisant disparaître la différence entre les notions d’illustration destinée à l’étude et celle destinée à la publication. Le dessin assisté par ordinateur et celui réalisé à la main ne s’opposent pas. Cette évolution technologique permet aujourd’hui d’obtenir aisément une complémentarité entre des modes de représentations apportant des informations différentes. Techniquement, un même objet peut être illustré par une photographie et un dessin de manière systématique, voire complété par une radiographie dans le cas des objets métalliques. Notre connaissance des objets s’en voit améliorée (fig. 7).

Fig. 7

Fig. 7

Partie de gantelet représentée par trois techniques différentes (photographie, dessin épuré et radiographie) permettant d’obtenir une information très complète de l’objet, échelle 1/2

(M. Linlaud)

29Tels qu’ils ont été édités à Valbonne, les principes du dessin d’objet (orientation, projection et choix des vues, réalisation des sections, etc.) sont toujours valables. Les normes graphiques ont quant à elles évolué. Plus libres à l’heure actuelle, elles sont trop nombreuses pour obtenir un consensus autour d’une normalisation commune. Elles doivent cependant être harmonieuses et cohérentes au sein d’une même étude où leur choix doit être justifié sous la forme d’un protocole rédigé en préambule. Les difficultés de mise en œuvre de la représentation de l’objet ne doivent pas être un frein à sa réalisation, car celle-ci est un élément indispensable du discours archéologique.

30Même si la prospective s’avère un exercice complexe, certaines orientations technologiques peuvent être envisagées pour les trente années à venir. La révolution numérique est en train de s’accentuer et un nouveau mode d’acquisition de l’information se développe et se démocratise progressivement : la numérisation 3D par acquisition automatique (topologique ou photogrammétrique) va remplacer, à terme, la numérisation à plat des objets. Encore très confidentielle et réservée aux objets exceptionnels (Delevoie et al. 2012), cette technique est déjà utilisée en paléontologie (Emma et al. 2009), en paléoanthropologie et au sein des organismes muséographiques (Noel et al. 2006). Qu’elle repose sur le relevé laser ou la photogrammétrie, elle se propagera vraisemblablement à l’étude de la culture matérielle des périodes historiques. Cette tendance, déjà amorcée, a l’avantage de supprimer la déformation géométrique et d’obtenir d’un modèle numérique géométriquement fiable et précis de l’objet archéologique. Il est envisageable de penser que l’édition papier ne sera plus à terme le principal moyen de diffusion des informations archéologiques. Certains pays ont déjà développé des rapports d’opérations purement numériques dans lesquels il est possible de naviguer selon des technologies web. C’est le cas par exemple du service d’archéologie de la ville de Malmö (Suède), qui en a mené l’expérience dès 2001. Ces nouveaux formats d’édition permettront de publier des copies numériques en 3D des objets archéologiques qui seront virtuellement éditables, manipulables, mesurables et sécables. Actuellement, on constate que l’ère de l’imprimé s’éteint progressivement pour laisser place à une ère numérique dans laquelle les dessinateurs professionnels en archéologie risquent d’évoluer progressivement vers des profils de techniciens / ingénieurs en imagerie numérique. Malgré cela, il est prématuré d’imaginer que des modes de représentation ayant fait leurs preuves disparaîtront rapidement. Les progrès qu’ils ont accomplis au niveau de l’analyse codifiée en font des outils propices au discours scientifique. Les nouveaux outils numériques seront obligés de rattraper ce retard s’ils veulent les remplacer.

Haut de page

Notes

1  Sauf objets à symétrie de révolution et industrie lithique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Exemple d’une photographie brute. La lampe à huile a été photographiée sous trois faces avec une lumière faisant ressortir ses décors. Une mire incrustée prise d’après les mesures de l’objet donne une échelle indicative
Crédits (© Artefacts).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1771/img-1.png
Fichier image/png, 620k
Titre Fig. 2
Légende Exemple d’une photographie interprétée. La photographie originale du peigne a été détourée et a subi les traitements d’un logiciel photographique, transformant sa couleur en niveaux de gris, et mettant en valeur les décors de l’étui. En outre, de fins traits noirs surlignent les parties constituantes de l’objet. Une coupe et une vue schématiques permettent de comprendre sa construction, échelle 1/2
Crédits (F. Abert © Pair).
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1771/img-2.png
Fichier image/png, 470k
Titre Fig. 3
Légende Deux fibules mérovingiennes dessinées selon la technique du dessin plastique : à gauche, dessin à la main effectué d’après mesures (V. Legros) ; à droite, dessin effectué sur photographie par informatique, échelle 1/2
Crédits (F. Abert © Pair)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1771/img-3.png
Fichier image/png, 116k
Titre Fig. 4
Légende Dessin plastique d’une boucle de ceinture romaine aux ombrages utilisant des outils de logiciel informatique, échelle ½
Crédits (V. Legros)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1771/img-4.png
Fichier image/png, 213k
Titre Fig. 5
Légende Exemple de dessin épuré d’une serrure. La non-représentation des produits de corrosion permet de restituer au mieux les parties pertinentes de l’objet, échelle 1/2
Crédits (M. Linlaud)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1771/img-5.png
Fichier image/png, 77k
Titre Fig. 6
Légende Schéma en 3D de la serrure présentée à la figure 5, utile pour apporter une meilleure compréhension du fonctionnement du mécanisme, sans échelle
Crédits (M. Linlaud)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1771/img-6.png
Fichier image/png, 95k
Titre Fig. 7
Légende Partie de gantelet représentée par trois techniques différentes (photographie, dessin épuré et radiographie) permettant d’obtenir une information très complète de l’objet, échelle 1/2
Crédits (M. Linlaud)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1771/img-7.png
Fichier image/png, 245k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Abert, Vincent Legros, Mathieu Linlaud, Michel Feugère et Émilie Millet, « Modes de représentation des objets archéologiques non céramiques », Les nouvelles de l'archéologie, 131 | 2013, 19-25.

Référence électronique

Franck Abert, Vincent Legros, Mathieu Linlaud, Michel Feugère et Émilie Millet, « Modes de représentation des objets archéologiques non céramiques », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 131 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/1771 ; DOI : 10.4000/nda.1771

Haut de page

Auteurs

Franck Abert

Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan (Pair)
franck.abert@pair-archeologie.fr

Vincent Legros

Service régional archéologique de Picardie
vincent.legros@culture.gouv.fr

Mathieu Linlaud

Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Université de Poitiers
linlaudmathieu@yahoo.fr

Michel Feugère

Cnrs, Umr 5138, Lyon
Michel.Feugere@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Émilie Millet

Inrap, Umr 6298 Artehis
emilie.millet@inrap.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org