Navigation – Plan du site
2/ Méthodologie

Le classement fonctionnel des mobiliers d’instrumentum

Aline Briand, Émilie Dubreucq, Aurélie Ducreux, Michel Feugère, Céline Galtier , Benjamin Girard, Didier Josset, Agathe Mulot, Valérie Taillandier et Nicolas Tisserand
p. 14-19

Texte intégral

Contexte et objectif

1Le principe d’une adaptation de l’objet à sa fonction fonde la possibilité d’étudier n’importe quel artefact selon une approche anthropologique. C’est parce que la forme de l’objet évolue selon plusieurs critères, dont son utilité, qu’il est possible de construire sur ce type de mobilier un discours dans lequel l’archéologue va tenter de passer de sa description à son interprétation fonctionnelle, donc à des considérations sur le faciès d’un assemblage, et plus tard à des comparaisons de faciès basées sur des ensembles datés. Ce principe fondateur a émergé progressivement dans le courant du xxe siècle, principalement dans les pays anglo-saxons où l’étude des mobiliers de l’instrumentum a longtemps été pionnière. Elle s'est imposée assez tardivement en France, à partir de la fin des années 1970, mais a donné lieu depuis à une abondante littérature, le classement des objets en catégories fonctionnelles occupant depuis cette date une part importante du discours des archéologues spécialisés sur le sujet.

2Les réticences ont été nombreuses et les ouvrages pionniers comme celui de C. Boube-Piccot sur le mobilier du Maroc antique lié au char romain (Boube-Piccot 1980) ont eu à expliquer et argumenter les attributions proposées, renvoyant souvent aux travaux anglais et allemands qui les avaient précédés. Ces réticences tendent à disparaître depuis que les publications recourent de manière plus systématique à un classement par catégories fonctionnelles, mais elles rappellent aux spécialistes qu’il est important de revenir régulièrement sur les arguments qui fondent l’attribution de tel ou tel objet à une catégorie fonctionnelle ou à une autre.

3L’analyse qualitative et quantitative des données de l’instrumentum via un classement fonctionnel est une démarche qui a été particulièrement développée en France sur les corpus de l’âge du Fer et de l’Antiquité au sein de deux laboratoires : Lattes, sous l’impulsion des recherches de Michel Feugère et Michel Py, et Bibracte, sous l’impulsion des recherches de Jean-Paul Guillaumet, pionniers pour la discipline et ayant largement fait école.

4Le postulat de départ repose ainsi sur un double constat. Il existe d’une part une opposition traditionnelle, essentiellement historiographique et à l’évidence artificielle, entre deux régions, la Gaule méditerranéenne et la Gaule interne et, d’autre part, entre les méthodes élaborées par les écoles de Lattes et de Bibracte. Ces méthodes sont depuis couramment exploitées par les spécialistes avec leurs propres adaptations. Faute d’une grille d’analyse fonctionnelle commune, il est quasiment impossible de confronter les corpus et leurs analyses quantifiées alors qu'il ne semble pas y avoir d'incompatibilité majeure entre les deux systèmes. Parallèlement, la nécessité de se doter d’un outil transchronologique au sens large, permettant le classement et l’étude du mobilier non céramique, apparaît de plus en plus forte.

5L’objectif est donc de faire émerger les points de convergence entre différents systèmes de classification, la majorité d’entre eux résultant d’une adaptation de ces deux systèmes initiaux, et de définir des niveaux élevés englobants, afin d’établir un canevas général fédérant les points de vue et facilitant les comparaisons entre les diverses études de mobilier non céramique à travers des sites et des régions variés. Il ne s’agit en aucun cas d’imposer une méthode mais bien de livrer un schéma directeur fiable, susceptible d’être utilisé par le plus grand nombre et aisément adaptable.

Les systèmes pionniers

Le classement de Lattes : Syslat®

6Syslat a été conçu comme un système global de documentation et d’exploitation archéologique (Py 1997). Son but est donc de proposer une méthode grâce à laquelle des données décrites avec le même outil pourront être exploitées et comparées entre elles. L’outil entend couvrir une chronologie longue et des contextes culturels variés. Pour ce faire, les dénominations et les définitions utilisées doivent être les mêmes. Le but de Obj, le module dévolu aux objets dans Syslat, est de regrouper les catégories au maximum, en évitant de les disperser en de multiples domaines, afin de faciliter les comparaisons et d’aboutir à des ensembles significatifs.

7L’approche générale pour le classement des objets suit un parcours anthropologique, allant de l’individu à ses activités en passant par l’environnement domestique ou architectural : ces trois grands ensembles sont supposés englober la totalité des objets rencontrés. Le principe de base est que chaque type d’objet est adapté à une fonction unique ; dans certains cas, notre ignorance de cette fonction pousse à regrouper des fonctions ou des objets, mais cette imprécision est exclusivement due aux lacunes de notre interprétation et non pas au mobilier lui-même.

8Le classement des objets en catégories fonctionnelles utilise de manière classique trois niveaux : « domaine, fonction, objet ». Le principe est qu’un type d’objet bien identifié ne peut pas appartenir à plusieurs fonctions ou plusieurs domaines : on peut donc aller directement de l’objet à la fonction, et de la fonction au domaine. Le classement en cinq grands domaines rend compte de grands ensembles fonctionnels : domaine personnel (individu), domaine immobilier et domaine domestique (environnement), domaine économique et domaine socio-culturel (activités). À l’intérieur de ces domaines sont définies des « fonctions », regroupant elles-mêmes des objets. Pour résoudre les cas difficiles à identifier, Syslat utilise des catégories comme « divers-éco. » qui permettent de ranger, par exemple, les ustensiles polyvalents, ainsi que les outils mal identifiés. On utilise également, pour les cas encore plus obscurs, les catégories « divers » et « indéterminés », incluses dans un sixième domaine (« autres »). Dans tous les cas, Syslat évolue facilement puisque le classement « domaine / fonction / objet » est en ligne et directement accessible à tous les auteurs. Toute modification validée est donc accessible en permanence aux utilisateurs du système.

9Ce classement, défini au sein du « dictionnaire de référence » (Dicobj pour Syslat) qui couvre toutes les périodes et tous les matériaux, est donc susceptible de rencontrer la plus grande variété de cas. Il autorise une approche sur la longue durée qui permet de s’interroger sur l’évolution fonctionnelle éventuelle de certaines formes selon les époques. L’idée sous-jacente est qu’une forme d’objet est adaptée à une fonction et que la même morphologie ne saurait correspondre à des fonctions différentes, quel que soit l’usage secondaire ou détourné que l’on ait pu en faire. Cette démarche typologique, basée sur la morphologie de l’objet, est le préalable indispensable à une étude contextuelle qui doit pouvoir s’appuyer sur des classements fiables. L’identification répondant à une unique fonction constitue la première étape de toute approche des mobiliers d’instrumentum avant leur étude et interprétation en fonction de la chronologie, des assemblages et des contextes.

Le classement de Bibracte

10Il est peut-être abusif de parler d’un « classement de Bibracte » puisque la démarche choisie n’était pas à l’origine de figer la réflexion en imposant à l’analyse fonctionnelle des mobiliers du site un système unique et idéal. Cependant, la mise en place du système d’information du site sous la forme d’une base de données FileMaker Pro© imposait l’élaboration d’un classement croisant nature et fonction des mobiliers pour en assurer un enregistrement cohérent.

11Le système de classement actuel des mobiliers utilise deux arbres. Le premier est un classement général le plus descriptif possible qui tient compte d’abord de la nature des matériaux et des mobiliers. Il sert à l’enregistrement des données brutes et à l’établissement d’un inventaire préliminaire des mobiliers. Il croise des matières (métal, terre cuite, verre, minéral, organique, autre), des groupes (métal ferreux, métal non ferreux, métal monétaire ; céramique, terre cuite architecturale, terre cuite autre ; verre de construction, verre autre ; lapidaire, pierre autre ; organique non travaillé, organique travaillé ; autres) et des catégories. Le métal et l’instrumentum sont enregistrés avec les catégories suivantes : fer clous, fer déchets, fer battitures, scories, fer objets ; base cuivre déchets, base cuivre objets, autres métaux ; terre cuite objets ; verre parure, verre récipient ; pierre artisanale, pierre parure, pierre autre ; organique bois, organique os et coquilles, organique déchet artisanal, organique autre.

12Cet inventaire est ensuite complété par un classement particulier selon la fonction, qui comporte neuf catégories complétées par des types d’objets :

13quincaille : pièces de quincaillerie de tout type, sans distinction a priori entre la quincaillerie de construction, d’ameublement ou polyvalente ;

14résidu : scories, déchets artisanaux, demi-produits et fabricats (préformes, ébauches et pièces brutes de coulée) ;

15outil : production agricole, vivrière et artisanale ;

16culinaire : vaisselle, ustensiles culinaires et ustensiles de chauffage et d’éclairage, soit l’équipement domestique hors ameublement ;

17parure : parure, vêtement et soin du corps ;

18arme : armement et équipement militaire ;

19harnachement : attelage et harnachement, véhicules, équipement des animaux ;

20culturel : instruments d’écriture, de compte et de mesure, jetons, instruments de jeu, statuaire, offrandes et tout objet lié à la sphère « socio-culturelle » ;

21divers : tout objet inclassable ailleurs ou d’usage indéterminé.

22Par la suite, un classement analytique plus englobant a été proposé (Guillaumet 2003), qui intègre les objets en métal et les objets en tous matériaux qui lui sont liés fonctionnellement. Il utilise les catégories précédentes et de nouvelles, reformulées en neuf domaines : production, domestique, personnel, guerre, transport, commerce et échange, sacré, immobilier, non classifié. Il permet d’associer résidus et outils artisanaux, de redistribuer la quincaillerie selon l’interprétation de leur usage dans le domaine domestique (meubles et coffres), l’immobilier (construction du gros œuvre et des ouvertures, serrurerie) ou le non classifié, ou encore de distinguer parmi les éléments regroupés arbitrairement sous l’appellation « culturel » les objets du commerce et de l’échange (écriture, compte et mesure, jeu) des objets du sacré (statuaire, ex-voto, offrandes).

23Le premier système étant utilisé strictement pour l’enregistrement des mobiliers dans la base de données et n’ayant jamais été publié explicitement, c’est ce dernier classement qui a servi de base de réflexion aux étudiants et conduit à la mise en place d’une variété de grilles. Depuis deux ans, une nouvelle réflexion est engagée pour faire évoluer les protocoles et les outils d’enregistrement et d’étude de Bibracte. Le nouveau classement fonctionnel du métal et de l’instrumentum en cours d’élaboration à partir du système actuel et du système Syslat intégrera les propositions présentées ici au profit d’une méthode assurant la correspondance entre les modes de classement.

Exemples et confrontation
de quelques systèmes de classement

24Les participants à l'atelier de Bibracte ont consacré des journées à réfléchir collectivement au classement des objets et à confronter les systèmes existants, en vue d'aboutir à un consensus.

25La plupart manipulent des bases de données différentes, travaillent sur des périodes et dans des régions variées, et relèvent d'institutions diverses (Inrap, Cnrs, collectivités). Ils peuvent donc être considérés comme représentatifs de la discipline.

26Le choix des systèmes de classification retenus pour cette réflexion recèle pourtant une part de subjectivité puisqu’il est directement lié à l'expérience de leurs utilisateurs. Les systèmes présentés infra restent donc des exemples particuliers, dont la mise en place et l’utilisation relèvent d’un contexte précis (thèses, classements régionaux…). Il est cependant essentiel de souligner qu’ils reflètent, au-delà des choix individuels, une nécessaire adaptation de la méthode à la période chronologique et à la composition spécifique des corpus étudiés.

27Outre les deux systèmes de référence Syslat, utilisé par M. Feugère et A. Briand, et Bibracte, utilisé par B. Girard, les méthodes utilisées comme base de réflexion sont les suivantes :

28Umr 6298 : système issu de la méthode Bibracte, adapté différemment selon les chercheurs en fonction de leurs besoins spécifiques, utilisé par É. Dubreucq et A. Ducreux ;

29Dijon : adaptation par N. Tisserand et B. Fort, chercheurs à l’Inrap, du système de l’Umr 6298 associé à Syslat ;

306DPM : système documentaire en paléomanufacture métallique, mis en place en Rhône-Alpes dans le cadre de l’Arc 1722, coordonnée par C. Galtier, en croisant les méthodes Syslat, Bibracte et d’autres études monographiques.

31Pair : système en cours de mise en place en Alsace à partir de Syslat, Bibracte, Pactols (Frantiq du Cnrs) et d’autres études spécialisées ; il est utilisé par A. Mulot.

32Blois, site castral : mis en place ex nihilo pour répondre à un objectif très précis et utilisé par D. Josset.

33La plupart de ces systèmes témoignent d’une appropriation et d’une adaptation à un contexte particulier des deux méthodes initiales, tant sur le plan de la spécificité du corpus étudié que sur celui de la chronologie ou du contexte archéologique et/ou géographique. Ils ont donc été initiés dans le double souci de répondre à un besoin spécifique mais aussi de gagner du temps lors de la phase d’inventaire des objets.

34De leur confrontation ressortent majoritairement des convergences alors que les domaines d'activité individualisés vont de six pour Syslat à seize pour le Pair. Cependant, les catégories de certains classements sont inégalement détaillées, certaines intégrant dans une même grille de lecture des niveaux de précision variables ; de fait, si une partie des catégories proposées dans certains systèmes trouve un écho direct parmi celles des autres classements examinés, certaines n’ont pas d’équivalent. Nous avons donc établi une nouvelle proposition en croisant les systèmes existants, de façon à établir une grille qui soit compatible avec tous, quel que soit le contexte de l'étude.

Nouvelle proposition de classement fonctionnel

Méthode

35Les différents systèmes de classements servant de référence ont été réunis dans un tableau général afin d’en faciliter la confrontation et l’analyse. Cette démarche par regroupement et comparaison avait pour but de déterminer les niveaux communs aux utilisateurs et donc de cerner et définir les éléments englobants, pour aboutir à une nouvelle proposition de classement global permettant de raisonner tant sur les catégories fonctionnelles que sur les statistiques.

36De nombreux points ont été soulevés lors de cette confrontation. Nous pouvons mentionner à titre d’exemple la division des différents outils en fonction du matériau travaillé, d’autant plus que leur attribution à un artisanat particulier peut être sujette à caution (en particulier lorsqu’il n’y a pas de déchets associés), certains outils ayant pu être utilisés indifféremment dans le travail de l’un ou l’autre des matériaux.

37La proposition est donc faite de les regrouper, autant que faire se peut, dans une catégorie « artisanat ». De même, les termes de domaines « économie » et « socio-culturel » apparaissent trop vastes car ils incluent de fait toutes les activités humaines : toutes les catégories fonctionnelles peuvent donc s’y rapporter. Le terme « production » est donc préféré à celui d’« économie ». Aucun terme satisfaisant n’a en revanche été adopté concernant le domaine « socio-culturel », pour l’instant appelé « vie sociale ». Par ailleurs, la discussion reste ouverte sur certains objets précis dont la fonction nous semble discutable.

38L’atelier a procédé en se basant sur un schéma de raisonnement et de réflexion propre à l’étude de l’instrumentum, qui se fait en trois étapes successives mais indissociables :

39l’objet, correspondant à l’identification, et répondant à la question : « qu’est-ce que c’est » ? Cette étape préalable est indissociable de l’étape suivante ;

40la fonction primaire, correspondant à la catégorie, et répondant à la question : « à quoi ça sert » ? Est prise en compte l’idée qu’un objet correspond à une unique fonction primaire, quel que soit son contexte de découverte et sans tenir compte à ce stade de son utilisation secondaire, détournée ou particulière, dans un contexte spécifique : ainsi, une fibule a pour fonction primaire d’attacher un vêtement, même si elle est découverte dans un contexte de sanctuaire ou de nécropole. Les objets dont la fonction primaire est connue mais dont le contexte d’utilisation est sujet à caution ou indéterminable du fait des limites actuelles de nos connaissances sont classés dans la catégorie « divers / polyvalents » (par exemple les couteaux dont la fonction est de couper mais qui revêtent plusieurs champs d’activité possibles, les contenants, etc.) ;

41l’interprétation, correspondant au domaine, et répondant à la question : « quel est l’usage de cet objet dans ce contexte précis » ? Cette étape interprétative est plus indépendante des deux précédentes car elle s’adapte au contexte du site. Elle participe pleinement de la synthèse de l’étude des objets et tient compte des assemblages.

Résultat

42Le résultat obtenu est présenté dans une figure de classement général hiérarchisé à deux niveaux (fig. 1) regroupant au total 25 catégories (tabl. 1) réparties dans 10 domaines (tabl. 2).

Catégories pour le classement fonctionnel du mobilier

Tabl. 2

Tabl. 2

Domaines pour le classement fonctionnel du mobilier

Fig. 1

Fig. 1

Proposition de classement fonctionnel du mobilier en catégories et domaines

Conclusion

43Le classement élaboré est une proposition synthétique au sein de laquelle les catégories et les domaines sont clairement dissociés. Bien qu’en principe chaque catégorie se rapporte à un domaine, cette attribution peut varier selon les contextes et les assemblages. L’utilisation des domaines, présents dans la majorité des systèmes de classement, ne revêt ici aucun caractère obligatoire. La principale limite de la proposition est intrinsèque au principe même d’une approche fonctionnelle des mobiliers : l’attribution à une catégorie ou à un domaine de certains types d’objets est parfois hypothétique et discutable, au-delà des incertitudes dues à notre propre méconnaissance. En ce sens, le nouveau classement établi ne constitue qu’une proposition ouverte, les termes et les regroupements fonctionnels étant assez souples pour permettre à chacun une appropriation et une adaptation selon le contexte, le mobilier traité et ses propres questionnements. Cette grille d’analyse fonctionnelle doit néanmoins être commune et utilisable par le plus grand nombre afin de répondre plus aisément à une finalité : la confrontation des analyses des corpus.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tabl. 1
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1764/img-1.png
Fichier image/png, 269k
Légende Catégories pour le classement fonctionnel du mobilier
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1764/img-2.png
Fichier image/png, 116k
Titre Tabl. 2
Légende Domaines pour le classement fonctionnel du mobilier
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1764/img-3.png
Fichier image/png, 104k
Titre Fig. 1
Légende Proposition de classement fonctionnel du mobilier en catégories et domaines
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1764/img-4.png
Fichier image/png, 131k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aline Briand, Émilie Dubreucq, Aurélie Ducreux, Michel Feugère, Céline Galtier , Benjamin Girard, Didier Josset, Agathe Mulot, Valérie Taillandier et Nicolas Tisserand, « Le classement fonctionnel des mobiliers d’instrumentum », Les nouvelles de l'archéologie, 131 | 2013, 14-19.

Référence électronique

Aline Briand, Émilie Dubreucq, Aurélie Ducreux, Michel Feugère, Céline Galtier , Benjamin Girard, Didier Josset, Agathe Mulot, Valérie Taillandier et Nicolas Tisserand, « Le classement fonctionnel des mobiliers d’instrumentum », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 131 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://nda.revues.org/1764 ; DOI : 10.4000/nda.1764

Haut de page

Auteurs

Aline Briand

Inrap Grand Sud-Ouest, Umr 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes, Lattes-Montpellier
aline.briand@inrap.fr

Émilie Dubreucq

Umr 5608 Traces, Toulouse
emiliedubreucq@yahoo.fr

Articles du même auteur

Aurélie Ducreux

Umr 6298 ArTeHiS, Dijon / Université de Clermont-Ferrand
aurelie.ducreux@gmail.com

Michel Feugère

Umr 5138, Lyon
Michel.Feugere@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Céline Galtier 

Inrap Rhône-Alpes - Auvergne
celine.galtier@inrap.fr

Benjamin Girard

Umr 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes, Lattes-Montpellier,
bengirar@yahoo.fr

Articles du même auteur

Didier Josset

Inrap Centre - Île-de-France, Umr 7324 Citeres, Laboratoire archéologie et territoires
didier.josset@inrap.fr

Agathe Mulot

Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan (Pair)
agathe.mulot@pair-archeologie.fr

Articles du même auteur

Valérie Taillandier

Service municipal d’archéologie préventive, Besançon, Umr 6249 ChronoEnvironnement
valerie.taillandier@hotmail.fr

Nicolas Tisserand

Inrap Grand-Est sud, Umr 6298 ArTeHiS, Dijon
nicolas.tisserand@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org