Navigation – Plan du site
2/ Méthodologie

La quantification des mobiliers d’instrumentum

Matthieu Demierre, Émilie Dubreucq, Benjamin Girard et Émilie Roux
p. 10-14

Texte intégral

Une application récente

1La quantification est une démarche d’analyse des mobiliers utilisée de longue date dans des disciplines comme l’archéozoologie ou la céramologie à l’appui de méthodes et de protocoles précis et argumentés (Arcelin, Tuffreau-Libre 1998 ; Buchsenschutz et al. 1995 ; Poplin 1976). Les recherches sur l’instrumentum ont évolué moins rapidement dans ce domaine. Des procédures de comptage ont certes été mises en place, par exemple en France méditerranéenne à Lattes, dans le cadre général de la réalisation de Systèmes d’information archéologique (Sig) (Py 1990 : 911-930 ; 1997 : 235-241) avec des analyses quantitatives des « petits objets » basées sur la méthode du nombre minimum d’individus (Nmi) (par exemple Feugère 1993 ; Feugère, Manniez 1993 ; Raux 2008). Plus récemment, en France continentale, des protocoles de comptage utilisant le nombre de restes (Nr) et le nombre minimum d’individus ont été définis et exploités sous l’impulsion des travaux menés à Bibracte (par exemple Guillaumet 2003 ; Demierre 2005 ; Leconte 2005 ; Dubreucq 2007 ; Milcent 2007 ; Bataille 2008 ; Nillesse 2009 ; Girard 2010 ; Kaurin 2009 ; Roux 2013).

2En préalable, nous rappellerons un postulat fondamental pour appréhender les méthodes de quantification : les chiffres ne sont pas une fin en soi et ne constituent qu’une matière nourrissant la réflexion (Buchsenschutz et al. 1995 : 232-233). Notre objectif est donc juste de proposer quelques principes et quelques méthodes basiques, permettant éventuellement une analyse quantitative fondée sur une exploitation statistique des données à des fins historiques. Il va de soi que l’application de ces méthodes dépend du degré de précision recherché dans l’étude, de l’importance quantitative et des spécificités des corpus traités, des problématiques propres à chaque chercheur, et qu’elles sont susceptibles d’être adaptées et d’évoluer au gré des recherches.

Pourquoi quantifier ?

3La quantification du métal et de l’instrumentum a souvent été délaissée au profit d’une démarche qualitative, orientée vers la typologie, la fonctionnalité ou l’analyse socio-économique. Elle autorise pourtant une approche complémentaire dont l’application est indissociable des systèmes de classement fonctionnel. Ses multiples champs d’utilisation offrent différentes opportunités au chercheur :

  • normaliser les données primaires lors de la phase d’inventaire ;

  • évaluer la représentativité d’un corpus et définir les stratégies d’échantillonnage ;

  • définir les usages et les choix d’utilisation préférentielle des matériaux pour certains types de mobiliers ;

  • déterminer les variations de quantité des catégories, des types, des objets dans différents assemblages pour une phase d’occupation ;

  • observer l’évolution des assemblages d’une phase à l’autre d’un site ;

  • caractériser la fonction et le statut social des habitants, à l’aide des quantités de métal abandonné, de la qualité des matériaux, des variations de composition des assemblages selon les espaces occupés, etc. ;

  • interpréter les modes de consommation et de gestion du métal/de l’instrumentum à l’échelle d’une région, d’une société, d’une période ;

  • analyser l’évolution socio-économique et culturelle d’un site, d’une région ou d’une population.

Les données brutes : nombre de restes et masse

4Pour que les méthodes de quantification puissent être appliquées et développées, deux données brutes doivent être réunies au départ : le nombre de restes (Nr) et la masse de l’objet. Ces variables constituent à notre sens des données primaires, indispensables à tout inventaire de métal et d’instrumentum, préalablement à l’utilisation de modes de comptage adaptés.

5Le nombre de restes (Nr) correspond au nombre total de restes attestés dans la plus petite subdivision d’enregistrement sur le terrain, soit en principe l’unité stratigraphique (ou unité de fouille). Les restes conservés sont ainsi dénombrés sans tenir compte des cassures fraîches et quel que soit leur statut : objet, partie ou fragment d’objet.

6À l’exception des mobiliers en matériaux précieux, la pesée des objets est encore trop souvent oubliée. La masse (exprimée en grammes) permet pourtant de quantifier des catégories dont le dénombrement par la méthode du nombre minimal d’individus (Nmi) apparaît peu pertinent comme la quincaillerie, les déchets artisanaux et les restes indéterminés. Elle est utile pour rendre compte d’une manière simple des quantités de matériaux consommées sur un site, et pour relativiser leur dénombrement : la masse de cinquante fibules ne représente pas en effet la même valeur que celle de cinquante outils, lorsque l’on aborde les mécanismes liés à l’abandon ou au recyclage du métal et les questions de consommation.

7Dans l’idéal, l’enregistrement de la masse doit être effectué au moyen d’une balance électronique de précision au dixième de gramme, adaptée aux faibles dimensions de la grande majorité des objets. Naturellement, la masse d’un objet archéologique ne correspond pas à la masse réelle de métal utilisée et fournit donc une donnée relative. En ce sens, la corrosion des métaux ferreux ne doit pas constituer un obstacle à son utilisation.

Les données traitées : Nmi et Nmo

8Au préalable, il est nécessaire d’éclaircir trois aspects importants pour une bonne compréhension des méthodes de quantification.

9Le premier, propre au métal en particulier et à l’instrumentum en général, est la coexistence de deux statuts distincts liés à la constitution des objets : l’objet « simple », en une seule pièce, et l’objet « complexe », en deux ou plusieurs pièces, soit des parties complémentaires assemblées (utilitaires ou décoratives). L’objet complexe peut être constitué d’un seul matériau ou de plusieurs, et être attesté archéologiquement par un seul type de pièce ou plusieurs ; en outre, le nombre et la nature de ses pièces constitutives ne sont pas nécessairement connus (Guillaumet 2003 : 76-79). Cet aspect situe la quantification de l’instrumentum entre la céramologie, qui porte quasi exclusivement sur des objets simples, et l’archéozoologie où un squelette peut être assimilé à un objet complexe dont le nombre de parties constitutives est en l’occurrence connu au départ. De fait, il conditionne les méthodes de dénombrement et explique largement les difficultés que présente l’établissement d’un protocole adapté à la spécialité.

10Le deuxième aspect concerne la distinction entre l’individu et l’objet réel. Selon une norme établie implicitement par les travaux actuels, l’individu peut être défini comme un objet simple, un objet complexe ou une partie d’objet complexe. La notion s’applique ainsi à l’intégralité des catégories et des types d’objets attestés.

11En revanche, nous définissons l’objet réel comme un objet utilitaire et fonctionnel par lui-même dans sa forme complète. La notion concerne donc strictement des objets simples ou des objets complexes complets, et s’applique à une partie seulement des catégories et des types d’objets attestés : elle inclut la majorité des catégories communes (outil, parure, vaisselle, ustensile, récipient, arme, instrument d’écriture, etc.), mais exclut, par consensus, les matériaux artisanaux, la quincaillerie et les indéterminés.

12Les productions artisanales réunissent les matériaux bruts, les demi-produits (lingot, barre, etc.), les déchets (scories, chutes, ratés de fabrication, préformes, ébauches et pièces brutes de coulée, etc.). Nous proposons de les considérer non comme des « objets réels », mais en tant que vestiges des différentes étapes de la fabrication d’objets, quel que soit le stade de leur cycle de vie (réservé pour le recyclage, déposé, abandonné ou perdu).

13Selon la définition la plus commune, la quincaillerie inclut toutes les pièces de fixation, d’assemblage et d’aménagement liées à l’immobilier et au mobilier (construction et aménagement de l’espace bâti, ameublement) et les autres pièces de quincaillerie de fonction incertaine ou polyvalente (rivets, anneaux, etc.). En ce sens, un clou, une penture ou un gond ne sont que des pièces constitutives d’un système complexe : ils sont dénombrés comme des individus, mais non comme des « objets réels ». La serrurerie et les éléments de l’ameublement sont des catégories spécifiques qui répondent à ce principe d’association : un coffret est un objet réel, mais non ses éléments constitutifs.

14Le troisième aspect concerne la conservation et la fragmentation des objets, puisque l’on retrouve en fouille tous les cas de figure : des objets simples complets, des fragments d’objets simples, des objets complexes complets, des parties complètes d’objets complexes, et enfin des fragments de parties d’objets complexes.

15Ces trois aspects impliquent d’adapter la méthode d’estimation des individus et des objets réels à chaque catégorie et type d’objet.

Le nombre minimum d’individus (Nmi)

16Le principe de l’estimation du nombre minimum d’individus a déjà été présenté dans ses grandes lignes dans divers travaux. Il est cependant nécessaire de clarifier certaines notions et d’en proposer de nouvelles afin d’atteindre le niveau de précision et de normalisation des autres disciplines spécialisées (céramologie, archéozoologie, etc.).

Le Nmi basique ou maximal

17La première étape de l’établissement du Nmi consiste en un dénombrement des individus par matière, catégorie et type d’objet au sein de chaque unité stratigraphique (US/UF). Le processus se poursuit ensuite par la comptabilisation des individus entiers, complétée par l’estimation du nombre d’individus représentés par les fragments d’objets identifiés selon le principe de la partie caractéristique la plus attestée pour le tout, puis par le dénombrement des individus représentés par les objets indéterminés. Tout au long du comptage, les associations fonctionnelles et typologiques cohérentes doivent être prises en considération.

181) Décompte des individus entiers :

19- objets complets (simples ou complexes) : un clou, un anneau, une hache, une épingle, un fourreau, un mors, etc. ;

20- parties complètes d’objets complexes : une anse de cruche, un boîtier de serrure, une penture de porte, une charnière de coffret, un élément décoratif de mors, etc.

212) Estimation des individus à partir des fragments identifiés :

22- objets simples fragmentaires : 4 têtes + 3 tiges de clou = 4 clous ; 4 ressorts + 3 arcs de fibule = 4 fibules, etc. ;

23- parties d’objets complexes fragmentaires : 3 attaches inférieures + 1 attache supérieure d’anse de cruche = 3 anses.

243) Estimation des individus à partir des objets indéterminés :

25- éléments ayant une forme spécifique mais non identifiés : en règle générale, 1 élément = 1 individu ;

26- objets fragmentaires et non identifiables : compter au minimum un individu par matière ; et éventuellement, au libre choix de chacun, compter au minimum un par forme générale : tiges, bandes, plaques, tôles, les fragments totalement informes n’étant pas comptabilisés.

27Cette première variable est définie comme un Nmi basique ou maximal. Selon ce protocole, si dans une même unité stratigraphique sont présentes deux ou plusieurs parties constitutives d’un objet complexe typologiquement compatibles, c’est pourtant toujours le nombre de parties qui prévaut : par exemple, 1 poucier + 1 doigtier de passoire + 1 foncet + 1 pêne de serrure = Nmi de 4. En outre, dans le cas du mobilier fragmentaire qui constitue l’essentiel des corpus, les conventions propres à chaque catégorie et chaque type d’objet n’étant pas toujours établies selon un consensus général, il incombe à l’auteur de l’étude de préciser la méthode utilisée.

Le Nmi pondéré ou minimal

28Une deuxième étape est celle de l’évaluation d’un Nmi pondéré ou minimal, qui n’est rien d’autre qu’un Nmi réduit en fonction du contexte au sens large (stratigraphique, spatial et chronologique). Il s’agit de pondérer les effectifs en faisant des recollages et/ou des regroupements hypothétiques de fragments fonctionnellement et typologiquement compatibles, selon les contextes stratigraphiques et chronologiques cohérents du chantier : secteurs, structures et niveaux d’occupation, états, phases, horizons. Dans cette optique, dans le cas des indéterminés, l’augmentation de la probabilité de dénombrer les fragments d’un seul et même individu rend opportun de pondérer au mieux cette catégorie.

29Selon ces propositions, le Nmi basique constitue la méthode la plus « objective » possible et la plus susceptible d’être appliquée de façon cohérente, quels que soient le site et le corpus étudiés. Le Nmi pondéré est donc nettement moins normalisé et fiable, car il dépend de la nature du site, des conditions de la fouille, de l’interprétation des structures, de la mise en phases des contextes et de la périodisation de l'ensemble. Le temps disponible pour procéder à des recollages entre contextes stratigraphiques et plus largement à des regroupements d’ensembles cohérents est également à prendre en compte. En outre, cette étape n’est pertinente que sur des échantillons quantitativement importants. Dans tous les cas, compte tenu de la variabilité des conditions, il importe que toute étude précise au départ les méthodes et les choix effectués.

Le nombre minimum d’objets réels (Nmo)

30Selon la définition donnée à l’objet réel, le nombre minimum d’objets réels est une variable explicite correspondant au Nmi sans les matériaux artisanaux, la quincaillerie et les indéterminés. L’objectif de son utilisation est d’affiner l’analyse du faciès d’un assemblage en observant strictement les objets de la vie quotidienne. Simple proposition, la notion de Nmo n’est pas applicable de manière systématique sur tous les corpus. Elle n’est en effet pertinente que dans le cas d’échantillons suffisamment représentatifs en qualité et en quantité. Le seuil de représentativité est une autre notion complexe que nous n’aborderons pas ici en détail. En somme, les méthodes ne constituent aucunement un protocole idéal. Leur application ne peut et ne doit pas être effectuée directement et mécaniquement sur n’importe quelle série et n’importe quel assemblage, mais mérite d’être adaptée en fonction de la nature et de la constitution des collections traitées et des objectifs visés, l’important étant seulement que la méthode utilisée soit clairement énoncée et explicitée au commencement de toute étude.

L’évaluation et la pondération des données

31L’exploitation de la présence ou de l’absence de certains critères peut permettre de compléter l’examen global d’un corpus indépendamment des quantités absolues d’objets découverts. Cette méthode peut s’avérer particulièrement efficace pour comparer plusieurs sites ou contextes, ou encore effectuer une analyse diachronique intrasite.

32La matérialisation visuelle de ces données s’effectue en utilisant une matrice graphique (Desachy 2004 : 41). Une case noire représente la présence d’une catégorie fonctionnelle ou d’un type d’objet tandis qu’une case blanche signifie son absence.

33Le traitement d’un corpus selon les principes de quantification présentés précédemment est le point de départ pour l’application d’autres méthodes permettant de mieux cerner la composition d’un ensemble ou d’un lot de mobilier. Loin d’être indispensables à toute étude, ces procédés d’analyse constituent cependant un panel d’outils facilitant l’interprétation des corpus.

Le taux de détermination

34Le taux de détermination sert à évaluer globalement la part d’objets indéterminés dans un corpus ou un assemblage particulier. Facile à mettre en œuvre, il est défini comme le rapport entre le nombre de restes déterminés (identifiés Nrd) et le nombre de restes total (Nr) multiplié par 100, soit : NRd / NR x 100. Appliqué à l’échelle d’un site au niveau de l’unité stratigraphique ou de l’assemblage, le taux de détermination permet de relativiser l’interprétation des zones où il comporte une valeur faible, qui peut être due à une fragmentation élevée du mobilier.

L’indice et le taux de fragmentation

35L’évaluation de l’état de conservation et de fragmentation du mobilier peut être effectuée au moyen de l’indice ou du taux de fragmentation. Chacune de ces méthodes peut être appliquée à des échelles variées, tant pour le contexte que pour le mobilier : à l’échelle d’un corpus ; par secteur, structure, ensembles clos, unité stratigraphique ; phase, état, horizon de l’occupation ; matière, catégorie fonctionnelle, type d’objet ; etc.

36L’indice de fragmentation correspond à la moyenne du nombre de restes pour un individu. Il se calcule simplement par le rapport entre le nombre de restes et le nombre minimum d’individus, soit : Nr / Nmi. Le résultat est un indice absolu de 1 à n qui permet d’évaluer la fragmentation différenciée des artefacts du corpus.

37Le taux de fragmentation est obtenu par le rapport du nombre minimum d’individus sur le nombre de restes multiplié par cent, soit : Nmi / Nr x 100. De l’importance du pourcentage fourni par ce calcul dépend le degré de fragmentation de l’ensemble étudié : en principe, plus il est faible, meilleure est la conservation. Mais le constat ne va pas de soi et peut être lié à une multiplicité de facteurs. Son interprétation ne peut donc faire l'économie d’un examen critique du contexte des mobiliers au sens le plus large : nature des structures et de l’occupation, trajectoire de pré-enfouissement, taphonomie.

38La perception de la fragmentation d’un corpus peut également être complétée par la moyenne et la médiane de la masse ou de la longueur des objets (Orengo 2003), l’application de cette dernière méthode étant toutefois assujettie à la mesure de la totalité des restes.

Le faciès global d’un ensemble

39Pour obtenir une vision synthétique d'un corpus englobant l'intégralité de l'instrumentum et établir le faciès global d'un ensemble, il est possible de confronter les données quantitatives des quatre groupes que constituent les matériaux artisanaux, la quincaillerie, les objets d’instrumentum et les indéterminés. Ce faciès peut être matérialisé en utilisant le Nr, le Nmi ou la masse et est donc accessible immédiatement au terme de l’inventaire par de simples comptages.

40À terme, l’examen croisé de ces données, générales et fines, doit permettre de caractériser les sites et de définir des faciès communs. Avec ces notions, nous touchons donc inévitablement à la question de la représentativité d’un ensemble.

La pondération en fonction des contextes de découverte

41La surface de fouille d’un site, son état de conservation et sa durée d’occupation, la nature des structures ainsi que les conditions de conservation dans le sol influent fortement sur la constitution des assemblages, indépendamment des gestes et des comportements durant la vie des objets et lors de leur rejet. Comparer des ensembles issus de phases d’occupation ou de sites distincts s’avère fréquemment périlleux en raison de la diversité des contextes qui empêchent souvent de le faire avec toute la pertinence nécessaire. La pondération des données quantitatives devient indispensable pour confronter ces corpus et répondre à nos questionnements. Parmi les nombreuses méthodes possibles, les propositions formulées ci-dessous offrent des moyens simples à mettre en œuvre.

42La pondération des quantités de mobilier en fonction des surfaces fouillées peut être réalisée en effectuant le rapport entre l’une ou l’autre des variables disponibles (masse, Nmi, Nmo) et la surface fouillée soit, par exemple : Nmi basique/surface de fouille = indice de densité de mobilier au mètre carré. Cette donnée fournit une première indication sur la concentration de mobilier au sein du site et permet de comparer des sites dont les surfaces de fouilles peuvent être très différentes. Dans l’idéal, il serait beaucoup plus pertinent d’effectuer cette pondération en fonction des volumes fouillés, mais cette donnée n’est pas calculable.

43Il est aussi possible de comparer les quantités d’instrumentum avec les quantités d’autres matériaux comme la céramique, présente sur la plupart des sites archéologiques (ex : Nr instrumentum / Nr céramique). Appliquée à Ambrussum ou encore à Bourges, cette méthode ouvre de multiples champs interprétatifs, notamment en matière de consommation des matériaux (Milcent 2007 : 225 ; Manniez 1989 : 134).

44Ces indices variés autorisent une représentation visuelle des différences entre les corpus et relativisent les interprétations selon des critères objectifs. Ils permettent aussi de juger de la pertinence de la comparaison entre différents sites ou secteurs d’une même fouille.

Les traitements statistiques

45Au cours d’une étude de mobilier, conjointement à l’analyse des contextes et de la chronologie, se dégagent des observations souvent difficiles à exploiter immédiatement. Cette constatation s’accentue lorsque l’on est confronté à des corpus quantitativement importants (plus d’un millier d’individus) ou que l’on procède à la comparaison d’une multitude de sites. Les outils statistiques permettent de pallier ces problèmes, à condition de connaître leur fonctionnement et de ne pas les utiliser comme une fin en soi. Il s’agit avant tout d’outils d’aide à la réflexion. Ils sont particulièrement utiles pour représenter concrètement des impressions que l’on peut formuler au cours d’une étude, en particulier les associations préférentielles entre un ensemble de mobilier et un type de variable (matériau, catégorie, technique de fabrication, etc.). Utilisés depuis de nombreuses années par les céramologues et les archéozoologues, ils sont encore rarement utilisés pour traiter des corpus d’instrumentum (Deschler-Erb 2006 : 453). Ces méthodes puissantes et faciles à mettre en œuvre avec un logiciel adapté permettent une meilleure compréhension visuelle des analyses effectuées, en particulier au-delà de deux variables (Desachy 2004 : 55). Plusieurs techniques peuvent être appliquées selon les questionnements : écarts types à l’indépendance, analyses factorielles des correspondances (Afc), classification ascendante hiérarchique (Cah), analyses en composantes principales (Acp).

46Le sériographe Eppm1 est un autre outil alliant directement représentation graphique et analyse statistique, permettant la visualisation intégrale d’un tableau de données (Cibois 2002 ; Desachy 2004). Quoique très proche des analyses multidimensionnelles citées précédemment, il présente l’avantage « de fournir des résultats immédiatement lisibles, sans le filtre de réductions de données et d’indicateurs statistiques que l’opérateur et le lecteur ne maîtrisent pas forcément » (Desachy 2004 : 55).

47Quoi qu’il en soit, les traitements analytiques ne peuvent être réalisés sans une compilation rigoureuse des données de base (Nr, masse, Nmi). Les outils utilisés ainsi que les choix dans les corpus doivent de même être explicités clairement en préambule de chaque étude afin d’être compris et exploitables par l’ensemble de la communauté scientifique.

Haut de page

Notes

1  Pour « écarts positifs aux pourcentages moyens », outil disponible sur http://le-nid-du-stratifiant.ouvaton.org/spip.php?article4

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Demierre, Émilie Dubreucq, Benjamin Girard et Émilie Roux, « La quantification des mobiliers d’instrumentum », Les nouvelles de l'archéologie, 131 | 2013, 10-14.

Référence électronique

Matthieu Demierre, Émilie Dubreucq, Benjamin Girard et Émilie Roux, « La quantification des mobiliers d’instrumentum », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 131 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://nda.revues.org/1759 ; DOI : 10.4000/nda.1759

Haut de page

Auteurs

Matthieu Demierre

Umr 8546, Cnrs-Ens; Umr 5138, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Université de Lausanne
matthieu.demierre@unil.ch

Émilie Dubreucq

Umr 5608 Traces, Toulouse
emiliedubreucq@yahoo.fr

Articles du même auteur

Benjamin Girard

Umr 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes, Lattes
bengirar@yahoo.fr

Articles du même auteur

Émilie Roux

Umr 8546, Cnrs-Ens, CeTHis, Université François-Rabelais, Tours
emilie.roux37@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org