Navigation – Plan du site
1/ Principes généraux

Cahier technique pour la prise en compte et l’étude de l’instrumentum

Luc Leconte, Mathias Higelin, Dorothée Lusson et Vanina Susini
p. 7-9

Texte intégral

1Le cahier technique présenté ici a été élaboré par des spécialistes de l’instrumentum. Il est destiné principalement aux responsables d’opération et aux personnes chargées de monter les opérations archéologiques. Il s’agit de définir les différentes étapes au cours desquelles le spécialiste intervient, les outils et la documentation qui lui sont nécessaires.

2La personne chargée de l’étude de l’instrumentum, archéologue au même titre que ses collègues, est soumise aux mêmes contraintes, notamment à celles du travail en équipe, et son action nécessite l’accès aux mêmes renseignements fournis par le contexte de la fouille. La qualité des apports scientifiques qu’elle sera à même de fournir sera tributaire du dialogue avec le responsable et l’équipe de fouille, à tous les stades du travail archéologique. Ce dialogue doit permettre une pleine intégration des données obtenues, par et de la part des deux parties, mais aussi une utilisation optimale des moyens et techniques de fouille, d’étude et d’analyse, en fonction des besoins de chacun.

Le montage de la fouille archéologique

3À ce stade, l’intervention prend la forme d’un travail d’expertise sur la quantité et la qualité du matériel connu par des fouilles ou des découvertes anciennes ou bien par un diagnostic. Le but est de caractériser le site afin d’évaluer et de spécifier les moyens nécessaires à la fouille. Il ne s'agit donc pas d'une étude spécifique, mais d’une identification rapide en vue d’orienter les choix de fouille. À partir du mobilier présent et, dans la mesure du possible, du type d’occupation défini, il faut prévoir d’éventuelles modalités particulières d’intervention. Ainsi le mobilier témoignant de la présence d’un atelier de fabrication, quel que soit le matériau concerné, conduit à souligner la future recherche de la matière première, de l’outillage, des espaces de travail, mais également à proposer l’utilisation de certains outils ou techniques.

4Le montage du projet de fouille se fait en lien avec le spécialiste de l’instrumentum en cas de mobilier particulier ou abondant afin de prendre des dispositions appropriées dès la phase de terrain (spatialisation des objets, protocole de prélèvement et de conditionnement, fouille spécifique), puis pour la phase d’étude (budgets éventuels pour la radiographie, le nettoyage, la restauration, ainsi qu’une estimation du nombre de jours de travail).

La phase de terrain

5Pour cette étape, il s’agit à nouveau d’un travail d’expertise et de conseil. Des découvertes abondantes peuvent amener à proposer une nouvelle stratégie de fouille, au moins pour une zone du site. Le spécialiste peut aussi intervenir comme fouilleur. Dans ce cas, sa connaissance de l’opération n’en sera que meilleure et il sera plus à même de dialoguer avec l’équipe de fouille, d’expliquer ses besoins et de proposer des solutions.

6Il faut rappeler l’importance du recours au détecteur de métaux (soumis à autorisation préfectorale). L’utilisation doit en être faite sur la terre végétale, pendant le décapage, en cours de fouille sur les structures et, enfin, sur les déblais. Lors de découvertes exceptionnelles mais fragmentaires, l’usage du détecteur peut guider le fouilleur (présence éventuelle de fragments d’objet dans la deuxième partie d’une structure par exemple). Le but est bien d’acquérir un certain nombre d’informations qui seraient perdues autrement, et non pas de partir à la recherche systématique des mobiliers métalliques. Les découvertes ainsi obtenues nécessitent un enregistrement spatial et/ou stratigraphique systématique, au même titre et aussi précisément que le reste du mobilier. Le maniement du détecteur de métaux doit être réservé à une personne rompue à cet exercice. De même, un aimant puissant est utile pour la recherche des battitures.

7Dans le cas d’objets abîmés, fragmentés ou complexes, ou d’ensembles d’objets, il est indispensable de réaliser des photos et/ou dessins in situ (croquis annotés précisément). Si le cas est trop complexe, il est préférable de demander un avis ou une intervention à des restaurateurs ou à des personnes ayant une bonne connaissance de la conservation et de la gestion des mobiliers. Le remontage du matériel et donc sa compréhension lors de l’étude en seront facilités.

8Enfin, lors de la phase de terrain, l’équipe veillera au meilleur conditionnement selon le degré de fragilité des objets et au séchage lent, voire à une consolidation des mobiliers fragiles, notamment les métaux, le verre ou les matières organiques. La présence au sein de chaque équipe d’une personne ayant connaissance des principes de conservation préventive est très souhaitable, en particulier pour la réalisation des prélèvements.

Après la fouille : le traitement du mobilier

9Dans un premier temps, il s’agit de préparer l’étude. Un nettoyage adapté à chaque matériau doit être réalisé avec des outils non destructeurs par une personne avertie ou un spécialiste ; cette phase du travail est plus importante qu’il n’y paraît, surtout pour la future conservation des objets (voir l’article de Brives et al., p. 25). Il s’agit de supprimer la partie la plus friable du sédiment induré conservé autour de l’objet, si possible avant un séchage complet du sédiment. Cette opération facilitera le remontage éventuel de fragments, au sein de chaque unité stratigraphique (US), comme à tout autre niveau d’enregistrement. La personne chargée de l’étude devra s’informer des gestes particuliers éventuellement réalisés sur le terrain (prélèvement en motte, plâtrage, application de consolidant…) et adapter son intervention en conséquence.

10Le spécialiste de l’instrumentum doit ensuite établir une liste du mobilier. Ce premier inventaire, prenant en compte l’ensemble des matériaux et des fragments, servira pour la sélection d’objets en vue de la radiographie (en procédant aux remontages avant la prise de vue), du sablage ou du nettoyage pour analyse, mais surtout pour l’estimation du temps d’étude. Ces décisions sont prises en collaboration avec le responsable d’opération et en fonction de la qualité et de la quantité du mobilier retrouvé. L’inventaire sera complété à l’issue des différentes phases d’approche du mobilier. Le remontage doit permettre un comptage fiable, en évitant notamment de surestimer le nombre de restes (NR). On utilisera la notion du nombre minimum d’individus (NMI) ou d’autres moyens de comptage (voir Demierre et al., p. 10). Elle autorise, si son principe est bien défini, une certaine évaluation du corpus. Cette méthode a également l’avantage de faciliter des comparaisons avec d’autres catégories d’objets, surtout la céramique. L’usage d’une base de données permet, dès cette phase d’inventaire, des présentations variées, adaptées à la gestion des différentes étapes de travail comme à celle de l’analyse archéologique du corpus.

11L’usage des représentations graphiques adaptées au discours présenté est essentiel. Si une photographie de travail peut suffire à illustrer un inventaire, un dessin est parfois nécessaire pour traduire une réflexion, but de tout travail archéologique, parce qu’il s’agit d’une présentation analytique (voir Abert et al., p. 19). L’usage des sections est obligatoire pour une bonne lecture des volumes et celui des restitutions paraît important pour aider à l’identification des restes incomplets. Les radiographies peuvent également renseigner sur la présence de différents matériaux, les épaisseurs, les assemblages, l’état de conservation de l’objet. Toutefois, comme les photographies, elles sont un témoin brut et non un document analytique, à moins d’être annotées. De plus, toute radiographie est une image de la densité d’un matériau traversé, avant d’être celle d’un objet. L’altération des matériaux, et particulièrement l’oxydation des métaux, nuit à la lecture des documents, qui exige un minimum d’apprentissage.

12Dès ce stade, si cela n’a pas été fait auparavant, une discussion doit être engagée avec le responsable d’opération en fonction de la problématique du site et du temps disponible. Si le spécialiste apporte sa connaissance spécifique du mobilier, son travail doit s’intégrer au travail collectif de l’étude d’un site. Rappelons que tous les corpus ne présentent pas le même intérêt et que, parfois, un simple inventaire avec dessins suffit sans qu’il soit nécessaire d’engager une étude complète. Celle-ci n’aura lieu que si une réflexion liée au site est menée.

La phase d’étude, d’analyse

13L’élaboration du catalogue et les illustrations (dessin, photographie ou tout autre support) sont préliminaires à l’étude mais l’analyse ne peut être réalisée qu’avec le phasage, le plan général du site, l’origine précise de chaque élément, voire d’autres renseignements selon la fouille. Les données du contexte peuvent être déterminantes pour l’analyse des mobiliers et de leurs assemblages, elles peuvent modifier totalement les conclusions. De même, il est nécessaire de prendre en compte l’ensemble du mobilier pouvant appartenir à des catégories déjà observées (par exemple des lampes en terre cuite, en alliage cuivreux ou en fer, des jetons en verre, en matériau lithique…), même s’il est étudié par plusieurs personnes. À l’initiative du responsable d’opération, une réunion des différents membres de l’équipe permet de discuter des résultats obtenus, de vérifier la pertinence des hypothèses avancées, voire d’en proposer de nouvelles en fonction de la convergence des analyses, d’intégrer pleinement chacun des apports spécifiques à l’étude globale du site.

14Le spécialiste doit veiller à expliquer sa méthodologie et l’étude de l’instrumentum devra, à côté des descriptions des ensembles de mobilier, comporter des parties synthétiques par périodes, par phases ou par thèmes, susceptibles d'être directement intégrées dans le rapport pour le responsable d’opération. Outre les renseignements bruts (description, comptage), toute étude doit fournir une analyse propre au site et le remettre dans un contexte régional ou plus large.

15La première approche du corpus est l’évaluation de ses caractéristiques et de son importance : composition, nombre et poids de chaque élément, regroupés ensuite par unité stratigraphique, faits, ensembles, phase ou à toute autre échelle d’analyse.

16L’étude devra donc analyser véritablement le mobilier et sa présence au sein d’un contexte défini. L’identification des individus, même très précise, n’est qu’un moyen d’aborder les activités qui se sont déroulées anciennement sur le site. Ces activités seront définies par un classement des objets en catégories (niveau restreint d’analyse) et en domaines (voir Briand et al., p. 14). Le spectre d’activités obtenu offrira une image partielle du site, une sorte de carte d’identité à comparer à celle d’autres sites.

17Les notions de richesse et/ou de statut social peuvent également être prises en compte à travers des matériaux, précieux ou communs, d’objets représentant un fort investissement en travail, un certain statut ou une fonction précise. La thésaurisation des biens, et notamment des monnaies, peut constituer une autre approche. De même, la gestion des différents matériaux, leur rejet courant ou au contraire leur forte récupération, peuvent traduire une aisance matérielle, ou une certaine pauvreté, mais aussi leur prise en compte réfléchie au sein de la chaîne de production.

18L’ensemble de ces approches contribue à définir le profil de consommation d’une population. Ces différentes caractéristiques peuvent varier suivant les zones mises en évidence lors la fouille. De même, il est possible qu’une occupation de longue durée voie évoluer les activités, ou du moins montre des variations quant au caractère principal ou annexe de chacune d’entre elles. Selon les sites, les directions d’étude sont variées : aspects techniques, économiques, sociaux.

Fig. 1

Fig. 1

Schéma synthétique des processus d’intervention du spécialiste

19Enfin, dès la rédaction du rapport, il faut envisager la publication, que ce soit au sein de la monographie du site ou de manière synthétique, à l’instar des publications sur la céramique par exemple. L’ensemble de ce processus peut être résumé par un schéma (fig. 1).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Schéma synthétique des processus d’intervention du spécialiste
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/1753/img-1.png
Fichier image/png, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Leconte, Mathias Higelin, Dorothée Lusson et Vanina Susini, « Cahier technique pour la prise en compte et l’étude de l’instrumentum », Les nouvelles de l'archéologie, 131 | 2013, 7-9.

Référence électronique

Luc Leconte, Mathias Higelin, Dorothée Lusson et Vanina Susini, « Cahier technique pour la prise en compte et l’étude de l’instrumentum », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 131 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://nda.revues.org/1753 ; DOI : 10.4000/nda.1753

Haut de page

Auteurs

Luc Leconte

Inrap, Umr 6298 ArTeHiS
luc.leconte@inrap.fr

Mathias Higelin

Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan
mathias.higelin@pair-archeologie.fr

Dorothée Lusson

Umr Citeres 7324-Lat,
dorothee.lusson@inrap.fr

Vanina Susini

Archéologue, Service d’archéologie d’Aix-en-Provence
vanina.susini@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org