Navigation – Plan du site
Dossier

Les archives du Cabinet des Médailles

Irène Aghion et Mathilde Avisseau-Broustet
p. 9-14

Texte intégral

1Les archives du Cabinet des Médailles représentent d’une certaine manière, et au même titre que son musée, un trésor caché. Il est difficile d’imaginer plus riche chronique de l’histoire de France que ces archives et objets conservés au cœur de la Bibliothèque nationale de France. On peut considérer le roi Charles V comme le créateur du Cabinet du roi, lui qui fit dresser en 1379 le premier inventaire de la collection, conservée alors dans sa résidence du palais du Louvre (Labarte 1879). Trois camées au moins, décrits dans cet inventaire, sont parfaitement identifiables dans la collection actuelle. Il s’agit en particulier de l’importante gemme dite d’«  Athéna et Poséidon », œuvre du xiiie siècle que l’on a longtemps cru antique et qui, pour des raisons inconnues et à une époque elle-même inconnue, quitte la collection mais réintègre en 1685 celle de Louis XIV. Les collections restent au palais du Louvre jusqu’en 1666, date de l’assassinat du garde du Cabinet. Le roi décide alors de transférer son Cabinet à l’Hôtel de Colbert, auprès de la bibliothèque de Mazarin. Les toutes premières archives qui nous intéressent remontent à ce premier transfert (d’autres suivront à Versailles, avant un retour à Paris). Les documents alors conservés nous permettent de retracer l’histoire des objets et plus généralement des collections, comme dans le cas que nous venons d’évoquer.

Description du fonds

2Le fonds d’archives conservé au Cabinet des Médailles se compose de différents types de documents classés et conditionnés de manière hétérogène  : boîtes numérotées et ordonnées par ordre chronologique, boîtes thématiques  ; d’autres documents se présentent sous forme de registres reliés, en particulier les listes d’acquisitions, les inventaires et récolements du xviiie siècle jusqu’à nos jours. Des recueils de dessins annotés, d’objets archéologiques et de monnaies, pour la plupart conservés au Cabinet des Médailles, restent encore inexploités.

3Notre investigation s’est portée avant tout sur les boîtes numérotées de 1 à 36 qui concernent les années 1664 à 1938. Sur cette longue période, le Cabinet des Médailles joue un rôle central dans l’histoire du collectionnisme et des études anciennes et médiévales en France.

4Les documents ayant trait à l’Ancien Régime sont bien sûr les plus rares, les plus précieux, les plus étonnants. Ils permettent, par exemple, d’entrevoir l’évolution qui se produit entre le xviiie et le xixe siècle dans la politique d’acquisition des objets venant d’Orient. Nous évoquerons, pour illustrer cette question, le cas des voyages en Abyssinie de Paul Lucas, réalisés sur ordre du roi entre 1699 et 1717.

5Autre section de première importance, celle qui concerne la période de la Révolution française. Qu’il s’agisse du transfert des trésors ecclésiastiques, notamment de la Sainte-Chapelle et de la Basilique de Saint-Denis au Cabinet des Médailles, ou des mouvements de collections en provenance des pays conquis par les armées napoléoniennes puis de leur retour vers leurs lieux d’origine, les archives du Cabinet des Médailles se révèlent être d’une richesse insoupçonnée.

6Pour les périodes plus récentes, le fonds contient essentiellement des courriers adressés aux conservateurs du Cabinet et ayant trait à divers sujets liés aux collections. Les plus intéressants concernent les demandes de renseignements portant sur une pièce ou une autre ou, bien au contraire, le cas de correspondants qui apportent un éclaircissement sur un point précis d’érudition (lecture d’une inscription, attribution d’une monnaie, identification d’un faux…). On trouve également des lettres annonçant de nouvelles découvertes archéologiques, parfois accompagnées de dessins ou photographies, ou encore des listes d’acquisitions, des lettres proposant des achats, des échanges ou des dons, des rapports d’activité, des factures.

7Des sondages ont, d’autre part, été effectués dans les boîtes thématiques sans classement systématique, c’est-à-dire dans lesquelles les documents ne sont pas regroupés par dossiers mais conservés en vrac. On y trouve par exemple les fiches d’Ernest Babelon, préparatoires à ses différents ouvrages.

8Le Cabinet des Médailles a rejoint le projet Area «  Archives de l’archéologie européenne » en mars 2000. Il a bénéficié de subventions substantielles pour conduire à son terme l’inventaire des archives, puis la description et l’analyse des documents les plus importants concernant l’archéologie et son histoire ainsi que l’histoire des collections pour la période 1664-1914. Les fiches réalisées ont été versées dans la base de données du projet Area. Le travail qui consistait à lire chaque document manuscrit (dont les écritures ne sont pas toujours faciles à déchiffrer) et à en extraire les éléments «  archéologiques » nécessaires à la rédaction d’une courte synthèse a été accompli successivement par Agnès Tapin, Estelle Schnapp et Delphine Lesbros.

9Il s’agissait, en premier lieu, de continuer l’inventaire dactylographié réalisé par Thierry Sarmant pour la période allant de 1664 à 1849 (étape «  pré-Area »), puis de sélectionner dans la masse des documents ceux qui intéressent l’archéologie et son histoire. Le travail a également permis de protéger les documents pour mieux assurer leur conservation. Les boîtes, dossiers et chemises contenant les archives, notamment les plus anciennes, ont été remplacés par des matériaux non acides. Les sceaux, dessins, frottis, photographies qui ont été découverts au fur et à mesure du dépouillement ont également été insérés dans les pochettes adaptées à leur conservation.

10Ce travail a permis de découvrir des documents originaux de première importance pour l’interprétation de certains objets et la détermination de leur origine. Il n’est pas question ici de présenter l’ensemble des découvertes, mais d’insister sur quelques cas particulièrement intéressants pour l’histoire de la collection et son rôle dans la constitution des savoirs.

Un antiquaire du Roi-Soleil en mission

11Comme nous l’avons évoqué plus haut, la politique de Louis XIV en matière d’acquisitions, et notamment en direction de l’Orient, fut très novatrice. Si jusqu’au xviie siècle des pièces prestigieuses arrivées d’Orient entrèrent dans les collections du Cabinet du roi par le hasard d’événements diplomatiques, politiques ou militaires, Louis XIV conduisit une politique délibérée destinée à enrichir les collections et plus généralement la connaissance de l’Orient.

  • 1  Louis Phélipeaux, comte de Maurepas et de Pontchartrain, secrétaire d’État à la marine et à la Mai (...)

12La mission de Paul Lucas relève de cette politique volontariste d’aller chercher objets et documents sur leur terrain d’origine. Les archives du Cabinet des Médailles conservent le protocole du voyage de 1714  : Mémoire pour servir d’instruction au sieur Paul Lucas que le roy envoye en Abissinie (fig. 1). Il s’agit des instructions données par le roi à Paul Lucas au sujet de son voyage au Levant  : «  […] dans les lieux où il découvrira des médailles, des pierres gravées et d’autres raretés, il observera les règles qui lui ont été autrefois prescrites en pareil cas et il ramassera comme il a fait jusqu’à présent tout ce qui sera digne du Cabinet du Roy ou de la Bibliothèque » (CdM, boîte n°  1, 1714  : doc. 1ACM51). Le document porte la signature du roi lui-même. Il est intéressant de remarquer que la signature de Maurepas 1 est placée tout en bas du feuillet (fig. 2).

Fig. 1

Fig. 1

Document d’archives : protocole du voyage de Paul Lucas en Abyssinie, 1714

13Un protocole extrêmement détaillé est confié à l’envoyé du roi, qui énumère non seulement l’ordre des étapes à suivre, mais aussi à qui le voyageur doit rendre visite, où il pourra trouver protection le cas échéant, quels monuments il devra mesurer… Il lui est recommandé de se présenter devant ses hôtes comme «  Médecin naturaliste », ce titre de commodité étant à la fois valorisant pour Paul Lucas et assez anodin pour ne pas laisser paraître le fait que le roi désire s’informer sur ce qui se passe en Abyssinie. À lire son programme de voyage, et surtout les lettres de l’abbé Bignon à son retour, on se persuade aisément de la complémentarité des deux missions  : mission de «  récoltes » d’antiquités, de manuscrits et de plantes, et mission de renseignement.

  • 2  Barthélémy d’Herbelot de Molainville (1625-1695), orientaliste français ; il fut secrétaire et int (...)
  • 3  Eusèbe Renaudot (1646-1720), homme d’Église, petit-fils de Théophraste le fondateur de la Gazette. (...)

14Le 8 avril 1725, l’abbé Bignon, garde de la Bibliothèque royale, écrit  : «  […] ce qui est certain c’est que les manuscrits arabes qu’il [Paul Lucas] a rapportés sont les plus considérables de la Bibliothèque du Roy et ceux que les savants Messieurs Herbelot 2 et Renaudot 3 avaient le plus désiré d’y voir. Ce qui est certain encore c’est que quoique dans le grand nombre de Médailles qu’il a apportées nous n’en ayons trouvé que quatorze qui manquaient au Cabinet de Sa Majesté, il y en a deux principalement si rares et si curieuses qu’elles sont parfaitement uniques, n’y en ayant aucune de semblables dans aucun Cabinet et tous les livres de médailles n’en ayant jamais parlé… ». En dépit de l’enthousiasme du directeur de la Bibliothèque, beaucoup d’objets furent refusés par le comte de Maurepas qui contestait constamment les prix demandés par Paul Lucas. Peu d’objets sont identifiables aujourd’hui  ; cependant, une coupe hellénistique en sardonyx et un gobelet datant du ive siècle av. J.-C., rapportés par Lucas en 1714, sont exposés dans le musée du Cabinet. Contrairement à Antoine Galland (1646-1715) et au Père Wansleben (1635-1679), érudits reconnus, Lucas (1664-1736) était commerçant et aventurier. Il effectua quatre voyages en Orient pour le compte du roi, notamment en Égypte, en Syrie, en Grèce et dans l’Empire ottoman. Le premier voyage dura de 1699 et 1703, le second de 1704 à 1708, le troisième de 1714 à 1717, puis il repartit une nouvelle fois en 1723. En 1736, il se rendit en Espagne où il mourut quelques mois plus tard à l’âge de 72 ans (Duranton 1998  : 9). Ce rôle joué par des marchands prendra au fil du temps de plus en plus d’importance (Wolfzettel 1996).

Fig. 2

Fig. 2

Signature du roi Louis XIV. Au bas de la page figure celle de Louis Phélipeaux, comte de Maurepas et de Pontchartrain, secrétaire d’État à la marine et à la Maison du Roi (1674-1747)

Les antiquités de la Gaule

15Le Cabinet des Médailles est le lieu où le roi conserve des objets précieux souvent découverts au loin, mais ce n’est pas toujours le cas. Les trouvailles fortuites provenant du sol du royaume qui sont offertes au roi y sont aussi déposées. De ce point de vue, le rôle d’un esprit aussi fin et d’un organisateur aussi talentueux que l’abbé Barthélemy, garde du Cabinet de 1753 à sa mort en 1795, et l’un des hommes les plus influents du monde antiquaire européen du fait de son immense culture et du succès sans précédent de son roman antiquaire Le voyage du jeune Anacharsis, paru en 1788, a été décisif.

16Un document permet d’évoquer les conditions d’une importante acquisition du Cabinet au xviiie siècle. À Rennes, en mars 1774, des maçons chargés de démolir une maison, propriété de l’évêché de Rennes, trouvent une patère d’or. À l’intérieur de la coupe est insérée sur tout le pourtour une série de monnaies romaines également en or, des aurei qui illustrent les dynasties des Antonins et des Sévères, d’Hadrien à Geta, le fils de Septime Sévère. Le centre est occupé par un médaillon rapporté, bas-relief représentant un combat entre Bacchus et Hercule symbolisant le triomphe du vin sur la force. La coupe pèse environ 1,5 kilos et son diamètre est de 25 centimètres.

17À côté de la patère ont été trouvées d’autres monnaies romaines, une chaîne en or, une fibule, quatre monnaies de l’empereur Postume serties dans des montures ouvragées datées du iiie siècle, ainsi que des os humains. La réaction des chanoines est exemplaire  : ils envoient le trésor au gouverneur de la province en lui demandant d’en faire don au roi. Le trésor sitôt parvenu au Cabinet des Médailles, l’abbé Barthélemy et son assistant et neveu, l’abbé Barthélemy de Courçay, adressent au chapitre de Rennes un questionnaire précis, présenté sur deux colonnes (questions/réponses), pour déterminer avec le plus de précisions possible les circonstances de la découverte (fig. 3). Quelques exemples des questions posées donneront une idée de l’investigation  :

1) Si la maison dans laquelle on a trouvé ces monuments n’était pas autrefois un édifice public  ; 2) Si l’on a jamais rien trouvé précédemment dans cette maison ou dans les environs  ; 3) À quelle profondeur précise étaient les monuments en question  ; s’ils étaient placés sous l’escalier  ; 4) S’ils n’étaient pas dans quelque tombeau sous quelque maçonnerie  ; 5) S’il n’y avait aucune inscription  ; […] 7) Si les dits objets étaient tous à la même place, pêle-mêle, sans aucun arrangement  ; […] 10) Si la qualité de la terre annonce, soit par sa dureté, soit par quelque autre marque, qu’elle n’a pas été remuée depuis des siècles  ; 11) Si le bas-relief du vase, tenait au vase, lorsqu’on l’a trouvé et s’il n’aurait pas été détaché par un coup qu’il parait avoir reçu des maçons et qui a bossué le vase  ; 12) Si l’on peut rappeler la place qu’occupait ce bas-relief relativement au médailles de l’entourage  ; c’est-à-dire par exemple, à quelle médaille répondait la partie supérieure de ce bas-relief.

(CdM, boîte n°  3, 1774  : doc. 3ACM33)

18La structure et la précision du questionnaire traduisent une curiosité qui n’est pas si fréquente chez les antiquaires de l’époque. Barthélemy souhaite établir un lien entre la découverte et son contexte géographique, géologique et historique. L’objet ne se suffit pas à lui-même, il faut pour l’interpréter le replacer dans un contexte. La qualité du sol, la présence d’autres objets anciens sont des éléments considérés comme déterminants.

19Dans la seconde moitié du xviiie siècle, Barthélemy et son grand mécène et ami le comte de Caylus inventent une nouvelle manière d’analyser les vestiges archéologiques. Ils s’intéressent autant aux faits matériels, à la texture des objets, qu’à leurs conditions de découverte. Leur méthode se distingue progressivement de la curiosité exclusivement esthétique de certains de leurs prédécesseurs.

Fig 3

Fig 3

Document d’archives : questionnaire de Rennes

20Krzysztof Pomian (1997, II  : 2255) a souligné la date fondatrice de 1759 pour l’histoire de la conception de l’archéologie en France. À cette date en effet, le comte de Caylus ajoute les antiquités gauloises aux antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines dans l’édition du troisième volume de son recueil. Les travaux qui suivront se revendiquent comme un prolongement de son travail et de son livre, notamment ceux produits par Le Royer d’Artezet de la Sauvagère (1770).

Bouleversements et enrichissements pendant la Révolution française

21Les sources relatives à la Révolution française constituent un autre chapitre important de l’histoire du Cabinet des Médailles. Dès le début de la Révolution (1789/1790), il fut décidé que les biens des églises seraient sécularisés et rejoindraient les collections devenues nationales, et notamment le Cabinet des Médailles. Les archives conservent toutes les listes des différents dépôts de la rue de Beaune, de l’Hôtel de Nesle, de l’Hôtel des Monnaies, de l’abbaye Sainte-Geneviève.

22Le tout premier dépôt est dû à Louis XVI  : le Grand Camée de France, ainsi que le buste de Constantin, qui servait de bâton cantoral – insigne officiel du chantre de la Sainte-Chapelle – conservés dans le trésor de la Sainte-Chapelle, furent déposés dès 1791 sur ordre du roi, qui craignait pour leur intégrité. Le 1er mai 1791, Barthélemy délivre un accusé de réception desdits objets.

23Grâce à la réputation dont jouissait l’abbé et au rôle actif qu’il joua pour favoriser des dépôts prestigieux dans la collection dont il avait la charge, le Cabinet s’enrichit comme jamais auparavant. Il s’agissait d’une tâche très prenante. Il fallait préparer des listes d’œuvres, visiter les dépôts dans lesquels les objets étaient rassemblés et inventoriés avant d’être redistribués. Aux dépôts de la Sainte-Chapelle succédèrent les premiers prélèvements provenant du trésor de la basilique de Saint-Denis – sans doute l’une des plus extraordinaires collections européennes (fig. 4) – dont les archives nous livrent la liste précise (14 pièces dont 4 camées, 2 intailles, 5 vases de pierre dure, 2 manuscrits et le fauteuil de Dagobert). Mais on trouve aussi une lettre adressée par le maire de Saint-Denis au comité d’instruction publique qui donne droit à la plainte des habitants. Ceux-ci contestent le transfert du Trésor qui les prive de ressources économiques importantes et même vitales, puisque les voyageurs n’auront plus le désir de faire escale dans leur ville, s’il n’y a plus rien à y visiter. Une telle décision cause un tort considérable à la ville de Saint-Denis  : «  […] les antiques qui viennent d’être retirées du trésor sont précisément celles qui attiraient beaucoup d’étrangers et de savants à Saint-Denis, qui s’y arrêtaient pour y dîner, coucher et même y séjourner et y faisaient une consommation dont cette ville va se trouver privée » (CdM, boîte n°  4, 1780- 1793).

Fig. 4

Fig. 4

Armoire du trésor de Saint-Denis (Félibien, Dom M., Histoire de l’abbaye royale de Saint-denys en France, Paris, 1706, pl IV)

24Avec ce premier lot prélevé en septembre 1791 pour être porté au Cabinet des Antiques, entrèrent alors deux des gemmes les plus prestigieuses que l’Antiquité nous ait léguées. La gemme de Julie, fille de l’empereur Titus, gravée en intaille dans une aigue-marine de 9 centimètres de hauteur, par l’artiste grec Evodos (Rome, ier siècle apr. J.-C.) (fig. 5) et le portrait d’Auguste gravé en camée dans une sardonyx de couleur ivoire de 8 centimètres de hauteur, par le graveur grec Dioscoridès (Rome, ier siècle av. J.-C.)

25La nationalisation des biens des émigrés avait été décidée à la suite de la fuite du roi à Varennes, et leur aliénation mise en place par décret en septembre 1792. Les étrangers qui fuyaient le pays par conviction ou par peur du danger tombaient sous le coup de la même loi  : ce fut une nouvelle source d’enrichissement pour le Cabinet. De nombreux petits vases antiques, sans décor, portent encore les étiquettes mentionnant le nom de leur ancien propriétaire et l’initiale du garde-meuble. Cependant, les confiscations sont très modestes au regard de la richesse des collections de certains protagonistes, tels le marquis de Créquy, la comtesse du Barry, le prince de Condé. Les collections les plus précieuses avaient visiblement déjà quitté la France.

Fig. 5

Fig. 5

Intaille de Julie, Rome ; ier siècle apr. J.-C.

CdM n° Chb. 2089

26Deux ans plus tard, la Commission temporaire des arts décida d’étendre les réquisitions aux pays conquis afin d’enrichir les collections de la République. Une fois encore des lettres indiquent clairement que des recherches préa-lables avaient permis au garde, Barthélemy de Courçay, et à ses collaborateurs de «  faire un choix » dans les collections étrangères et de réclamer des œuvres bien précises. Ce fut le cas pour la très célèbre Table Isiaque conservée à Turin. Un «  brouillon » de lettre (non daté, non signé) adressé au ministre demande qu’elle soit portée à Paris  : «  [...] je crois nécessaire de vous rappeler que ce monument célèbre et important pour l’explication d’une foule de particularités relatives aux antiquités égyptiennes, existe dans le Musée de Turin. Il serait intéressant de le faire venir pour le placer dans le Musée des Antiques déjà riche en monuments égyptiens… » (CdM, boîte n° 5, 1794- 1799).

27Durant tout le xvie siècle, le rôle du Cabinet des Médailles est sans conteste central dans l’organisation du savoir antiquaire en France. Au cours de la première partie du xixe siècle, cette fonction ne se dément pas. L’enseignement des Antiquités n’existait pas en France. C’est le garde du Cabinet des Médailles, Louis-Aubin Millin (1759-1818), qui occupa la première chaire d’archéologie, créée sur proposition de la Convention nationale le 2 juin 1795 dans le cadre du Cabinet des Médailles. Même après la création du Louvre en 1793, les collections continuèrent à affluer au Cabinet des Médailles, ainsi en 1797 les antiquités de l’abbaye Sainte-Geneviève. En 1819, comme en 1824, les objets rapportés par Cailliaud de ses fouilles en Égypte (CdM, boîte n°  8, 1820-1831) sont acquis par le ministère de l’Instruction publique pour le Cabinet. Après 1848, la politique commence à changer, en orientant les collections du Cabinet des Médailles vers les achats de monnaies et de pierres gravées.

28Depuis ses origines et jusqu’au début du xixe siècle, le Cabinet des Médailles est sans conteste l’institution majeure qui a en charge le développement des collections royales puis nationales et l’organisation d’un réseau d’échanges scientifiques consacrés à l’étude de l’Antiquité et du Moyen Âge (fig. 6). Nos premiers dépouillements nous ont permis de mieux cerner son rôle institutionnel et intellectuel. Il reste encore beaucoup à faire pour explorer ce fonds exceptionnel.

Fig. 6

Fig. 6

Document d’archives, daté du 28 Frimaire an IV (19 octobre 1795) concernant l »ouverture au public du cabinet des Médailles ; signatures de Barthélemy de Couçay et de Louis-Aubin Millin

Haut de page

Bibliographie

Aghion, I. 2002. «  Collecting antiquities in eighteenth-century France : Louis XV and Jean-Jacques Barthélemy », Journal of the History of Collections, 14, 2  : 193-203.

Balaye, S. 1988. La Bibliothèque nationale des origines à 1800.Genève, Droz, X-546 p.

Duranton, H. (éd.) 1998. Voyage du Sieur Paul Lucas dans le Levant, juin 1699-juillet 1703. Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Etienne, 270 p.

Labarte, J. 1879. Inventaire du mobilier de Charles V. Paris, Imprimerie nationale, 423 p.

Le Royer d’Artezet de la Sauvagère, F. 1770. Recueil d’Antiquités dans les Gaules. Paris, Hérissant, XIV-379 p.

Pomian, K. 1997 [1992]. «  Francs et Gaulois », in  : P. Nora, Les lieux de mémoire. t. II, Paris, Gallimard (Quarto)  : 2245-2300.

Sarmant, Th. 1994. Le Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale  : 1661-1848. Paris, École des Chartes, 403 p.

Wolfzettel, Fr. 1996. Le discours du voyageur  : pour une histoire littéraire du récit de voyage en France, du Moyen Âge au xviiiesiècle. Paris, Presses universitaires de France, 334 p.

Liste des archives citées

– CdM, boîte n°  1  : Archives du Cabinet des Médailles, boîte n°  1, 1664-1725

– CdM, boîte n°  5  : Archives du Cabinet des Médailles, boîte n°  5, 1794-1799

– CdM, boîte n°  8  : Archives du Cabinet des Médailles, boîte n°  8, 1820-1831

Haut de page

Notes

1  Louis Phélipeaux, comte de Maurepas et de Pontchartrain, secrétaire d’État à la marine et à la Maison du Roi (1674-1747).

2  Barthélémy d’Herbelot de Molainville (1625-1695), orientaliste français ; il fut secrétaire et interprète des langues orientales de Louis XIV ; il a travaillé toute sa vie à un ouvrage qu’il laissera inachevé : Bibliothèque orientale, ou dictionnaire universel contenant tout ce qui regarde la connaissance des peuples de l’Orient.

3  Eusèbe Renaudot (1646-1720), homme d’Église, petit-fils de Théophraste le fondateur de la Gazette. Historien et orientaliste, il fut élu en 1691 à l’Académie des inscriptions.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Document d’archives : protocole du voyage de Paul Lucas en Abyssinie, 1714
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 2
Légende Signature du roi Louis XIV. Au bas de la page figure celle de Louis Phélipeaux, comte de Maurepas et de Pontchartrain, secrétaire d’État à la marine et à la Maison du Roi (1674-1747)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/175/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig 3
Légende Document d’archives : questionnaire de Rennes
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/175/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 4
Légende Armoire du trésor de Saint-Denis (Félibien, Dom M., Histoire de l’abbaye royale de Saint-denys en France, Paris, 1706, pl IV)
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/175/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 5
Légende Intaille de Julie, Rome ; ier siècle apr. J.-C.
Crédits CdM n° Chb. 2089
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/175/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 6
Légende Document d’archives, daté du 28 Frimaire an IV (19 octobre 1795) concernant l »ouverture au public du cabinet des Médailles ; signatures de Barthélemy de Couçay et de Louis-Aubin Millin
URL http://nda.revues.org/docannexe/image/175/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Aghion et Mathilde Avisseau-Broustet, « Les archives du Cabinet des Médailles », Les nouvelles de l'archéologie, 110 | 2007, 9-14.

Référence électronique

Irène Aghion et Mathilde Avisseau-Broustet, « Les archives du Cabinet des Médailles », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 110 | 2007, mis en ligne le 05 mai 2011, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/175 ; DOI : 10.4000/nda.175

Haut de page

Auteurs

Irène Aghion

Chercheur associé au Centre Louis Gernet
aghioni@yahoo.fr

Articles du même auteur

Mathilde Avisseau-Broustet

Conservateur en chef du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France
mathilde.avisseau-broustet@bnf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org