Navigation – Plan du site
1/ Principes généraux

Projet de charte pour l’étude des objets archéologiques

Amélie Berthon, Karine Chanson-Bertolio, Michel Feugère et Jenny Kaurin
p. 5-6

Texte intégral

1Étudier l’instrumentum dans un cadre archéologique n’a jusqu’à maintenant pas fait l’objet de normes ni même d’une quelconque systématisation. Cet aspect de la post-fouille a été laissé au bon vouloir ou à l’intérêt que pouvait y porter un responsable scientifique ou un responsable d’opération. Ces derniers ont pu être confrontés à l’absence même de spécialiste, à des restrictions budgétaires, mais aussi à des choix délibérés, l’instrumentum ou petit mobilier n’étant pas considéré comme datant ou disert, apte à apporter des éléments à l’histoire du site. La rencontre de ces spécialistes favorise aujourd’hui une prise de conscience collective et plaide pour la valorisation d’une spécialité complexe et mal cernée, qui mêle savoir-faire polyvalent et problématiques anthropologiques.

La genèse d’une discipline : de l’objet isolé à l’objet en contexte

2Dès les débuts de l’archéologie, l’objet métallique a été traité différemment des autres matériaux. Les chercheurs ne contredisent pas le fait que l’étude de l’os humain ou animal, des graines ou des charbons nécessite des savoir-faire spécifiques. En effet, les premiers à avoir analysé ces matériaux sont des médecins, vétérinaires, biologistes ou spécialistes des sciences naturelles, ou bien des personnes reconnues comme détentrices d’un savoir scientifique que le commun ne possédait pas. L’objet archéologique, surtout lorsqu’il est en métal ou en verre, a d’abord été recherché pour sa valeur esthétique, décrit et représenté comme tel par des hommes de lettres, férus d’art et d’histoire, se constituant un savoir érudit le plus souvent sur une région, un terroir et non sur une période ou un type de production. Quand on regarde la bibliographie ancienne, on s’aperçoit que ce n’est pas seulement le bel objet qui était sélectionné, mais aussi l’objet curieux et anecdotique, celui qui permettait à l’érudit de se lancer dans une longue dissertation.

  • 1  Par manufacturé, nous entendons ici produit et façonné par les mains de l’homme.

3À la différence de la vaisselle en céramique qui a été constituée très tôt en objet d’étude nécessitant l’acquisition d’un savoir-faire et de méthodes d’analyses spécifiques (citons l’exemple de Dragendorff en 1912), la démarche qui conduit à la mise en place d’une spécialité « instrumentum » est passée par un déplacement de l’intérêt général et textuel à un intérêt précis pour les données factuelles : celles de l’objet (intrinsèques) et celles de son contexte (extrinsèques). Ce processus de constitution de l’étude du mobilier manufacturé1 non céramique en discipline scientifique est enclenché en France depuis une vingtaine d’années pour l’archéologie des périodes historiques (Py et al. 1991 ; Delestre & Périn dir. 1998 ; Colardelle & Verdel dir. 1993). Il s’est traduit par le développement de méthodes d’analyse et d’exploitation des données. Au vu du cloisonnement de la recherche en aires chrono-culturelles, ce développement est intimement lié aux problématiques et au dynamisme propres à chacune d’entre elles. Ainsi, la formalisation de ces méthodes est un processus plus récent encore, engagé depuis quelques années seulement. La poursuite de ce processus est à l’œuvre, comme le montrent les travaux du groupe « mobilier métallique et instrumentum ».

Définition des champs d’études

  • 2  La détermination anatomique et le choix du support relèvent de l’archéozoologie.

4Le champ de l’instrumentum se définit sur des critères anthropologiques qui seuls permettent de proposer un cadre logique lié à des fonctions et non à des matériaux. En effet, de nombreux objets sont composites (fer, alliage cuivreux, verre, corail, bois, cuir, etc.), d’autres existent en différents matériaux (lampes, parures, vaisselle qui, lorsqu’elle n’est pas en céramique, peut être en métal, verre ou bois). Ainsi, le champ de l’instrumentum renvoie à l’ensemble des productions manufacturées1 à l’exception du vaisselier céramique qui constitue une discipline en soi, du fabricat à l’objet fini, consommé puis abandonné, rejeté ou transformé. Les masses de matériaux résultant des processus d’acquisition et de préparation de la matière première en demi-produit en sont théoriquement exclues, tout comme les déchets résultants de la fabrication de l’objet fini. Dans le cas des objets métalliques, ces derniers relèvent plutôt de la paléométallurgie ou encore, dans le cas des objets en matière dure animale, d’une collaboration avec l’archéozoologie2. Une approche pluridisciplinaire (coopération avec des paléométallurgistes, des archéozoologues, etc.) ou des formations complémentaires peuvent permettre au spécialiste des objets manufacturés de traiter dans un second temps ces types spécifiques de vestiges. Elles peuvent également l’amener à appréhender des artefacts qui nécessitent des connaissances particulières propres à certains corps de métiers, comme les terres cuites architecturales, les pièces de construction ou d’huisserie qui requièrent des connaissances minimales en architecture, ou bien encore les instruments de chirurgie dans le domaine médical.

L’étude de mobilier : un dialogue entre le mobilier archéologique et son contexte

5Quel que soit le matériau, un objet ou fragment d’objet apporte un élément de réflexion à la compréhension du site dont il est issu. Le matériau qui le constitue n’est pas l’élément qui détermine son importance ou l’intérêt de son étude. C’est l’objet dans son contexte, le rapport avec le fait archéologique et l’assemblage avec les autres artefacts qui constituent le point de départ pour évaluer l’importance d’un corpus.

6Une étude des mobiliers manufacturés ne se limite pas à un inventaire : le catalogue des objets n’en constitue que la première phase. Sur la base de ces informations, en interaction avec les résultats apportés par les autres études, l’analyse des mobiliers manufacturés vise à contribuer à la compréhension globale du site, replacé dans son contexte culturel. Elle implique donc un dialogue entre le responsable d’opération et les spécialistes (déjà fréquemment mis en œuvre pour les spécialités reconnues) mais aussi entre les spécialistes eux-mêmes. Ce dialogue induit de part et d’autre le partage des données provisoires (contexte, datation, interprétation, etc.) et un séquençage des études suivant l’avancée des travaux :

  • inventaires (comme pour l’ensemble du mobilier, l’inventaire exhaustif est obligatoire, selon l’arrêté ministériel du 27 septembre 2004 « portant définition des normes de contenu et de présentation des rapports d’opérations archéologiques », art. 7-2°) ;

  • établissement de la chronologie du site, obtenue à partir de la stratigraphie et des éléments datants, basée notamment sur l’étude du vaisselier céramique et du reste du mobilier manufacturé ;

  • caractérisation de la nature des structures et des occupations du site, obtenue à partir des données structurelles et des particularités attribuées à chaque type de mobilier recueilli (céramologique, archéozoologique, anthropologique, etc.) ;

  • définition des problématiques intéressantes à développer dans le cadre de l’exploitation des données (intrinsèques ou communes aux différentes catégories de vestiges) ;

  • développement des problématiques privilégiées par le responsable d’opération, qui peut nécessiter un travail en commun si elles sont transversales à plusieurs catégories de mobiliers.

7Une telle stratégie est à même d’optimiser les moyens accordés aux études de spécialité, particulièrement à celle des mobiliers manufacturés, pour que l'exploitation des données gagne en pertinence. L’utilisation d’outils informatiques en réseau permet aujourd’hui ce type de mise à disposition, dont la centralisation, tout comme la gestion des modifications, doit évidemment revenir au responsable d’opération.

Mobiliser les compétences d’un spécialiste

8Tout comme le céramologue qui se limite à une aire chrono-culturelle particulière, le spécialiste de l’instrumentum devrait s’attacher à une période en particulier (les aires géographiques ont moins d’importance ici que pour la céramologie). Cette spécialisation chronologique ne doit pas cependant être un frein à l’intérêt pour les autres périodes, ceci afin de favoriser une approche qui permette une vision d’ensemble du mobilier, de favoriser la datation des assemblages et d’améliorer les typologies sur un temps long.

9Chacune des étapes de l’étude (voir ci-après l’article de Luc Leconte et al.) nécessite ainsi des compétences, à des degrés différents : niveau de spécialisation faible pour les étapes de fouilles et les prélèvements, utilisation éventuelle d’un détecteur, séchage et conditionnement du mobilier ; niveau élevé de spécialisation pour l’expertise (avant, pendant et après la fouille, pour établir des problématiques envisageables), radiographie, nettoyage et mesures sanitaires de stabilisation-conservation (pertinence du choix des objets, des informations recherchées et des mesures conservatoires) et la capacité à valoriser les recherches.

10Enfin, le spécialiste de l’instrumentum, même dans le cadre de l’archéologie préventive, peut et doit être capable de produire des études de synthèse sur les mobiliers qu’il étudie. En effet, les volumes de données qui sont traités autorisent la réalisation de tels travaux s'inscrivant dans une dynamique de recherche. De plus, la diffusion très large des matériels concernés permet d’obtenir des corpus plus importants ainsi que des possibilités de comparaisons d’objets ou de type de mobilier plus larges. En conséquence, il est important de rester en contact étroit avec la recherche plus générale sur l’instrumentum afin que les problématiques les plus novatrices soient envisagées.

Haut de page

Notes

1  Par manufacturé, nous entendons ici produit et façonné par les mains de l’homme.

2  La détermination anatomique et le choix du support relèvent de l’archéozoologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amélie Berthon, Karine Chanson-Bertolio, Michel Feugère et Jenny Kaurin, « Projet de charte pour l’étude des objets archéologiques », Les nouvelles de l'archéologie, 131 | 2013, 5-6.

Référence électronique

Amélie Berthon, Karine Chanson-Bertolio, Michel Feugère et Jenny Kaurin, « Projet de charte pour l’étude des objets archéologiques », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 131 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://nda.revues.org/1748 ; DOI : 10.4000/nda.1748

Haut de page

Auteurs

Amélie Berthon

Karine Chanson-Bertolio

Inrap,
karine.chanson-bertolio@inrap.fr

Michel Feugère

Cnrs, Umr 5138, Lyon
Michel.Feugere@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Jenny Kaurin

Chercheur associé, Umr 6298 ArTeHiS, Dijon
jennykaurin@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org