Navigation – Plan du site
Dossier

Avant-propos

Bérangère Fort et Nicolas Tisserand
p. 3-4

Notes de l’auteur

Nota : Tous les articles renvoient à la bibliographie cumulée en fin de volume.

Texte intégral

1La publication, dans Les Nouvelles de l’archéologie, d’un dossier thématique portant sur le mobilier métallique et l’instrumentum est le résultat d’une série de rencontres et d’échanges plus informels, liés tant au dynamisme de certaines équipes de recherches « historiques » qu’à l’émergence d’une nouvelle génération d’archéologues spécialistes de la discipline, concomitante au développement de l’archéologie préventive.

2Il nous a ainsi paru intéressant de proposer, dès 2010, des rencontres à Bibracte, puis à Lattes et Amiens les années suivantes, autour de la thématique spécifique du mobilier métallique et de l’instrumentum, indépendantes mais en bonne entente avec l’association Instrumentum (groupe de travail européen sur l’artisanat et les mobiliers manufacturés) existant depuis plusieurs années. Au-delà de la ferveur qu’ont reçue ces trois rencontres, s’est vite dégagée la nécessité de réfléchir, avant l’exploitation scientifique des corpus, à une mise en perspective des aspects méthodologiques qui nous permettent de réaliser les études. Car si, dans d’autres spécialités de l’archéologie, on a depuis longtemps réfléchi et théorisé les protocoles de manière collégiale, le « petit mobilier » apparaissait encore comme une discipline dont la méthodologie reposait essentiellement sur les travaux d’une ou deux écoles. Ainsi cette nouvelle génération, sans rien renier de l’héritage qui l’a forgée, s’est fédérée dans ce groupe de travail afin de théoriser la discipline à la lumière des évolutions de l’archéologie préventive et des nombreux travaux universitaires qui ont émergé depuis une dizaine d’années. Il s’agit donc ici d’en poser les bases épistémologiques en proposant des principes généraux.

3Si la charte pose les fondations d’une définition de métier, le protocole d’étude de l’instrumentum apparaît comme un ensemble de documents par lesquels sont abordées les questions de méthodologie et qui est destiné au plus grand nombre. Ce volet comporte une historiographie de la discipline et traite des méthodes de classement et de comptage, ainsi que de la normalisation des documents graphiques. Le protocole de conservation préventive du matériel est également présenté, dans la mesure où il intéresse tant l’archéologue dans son appréhension du mobilier que les futures générations pour sa préservation dans le temps.

4La seconde partie du volume est consacrée à une série d’articles s’appliquant à présenter des mobiliers dans des matériaux peu connus et souvent délaissés, comme l’outillage lithique dont l’intérêt dans la perception des activités artisanales est ici démontré, mais également des matériaux dont les artefacts sont difficiles à identifier et à comprendre, comme le plomb ou les déchets liés à la métallurgie des alliages cuivreux.

5Il nous a également semblé intéressant d’aborder le thème du métal dans la construction afin de montrer l’intérêt d’étudier des objets, parfois très spécifiques, et qui apportent grandement à la compréhension de l’architecture monumentale. Enfin, puisque l’archéologie est un tout composé de multiples facettes, l’article sur Bordeaux illustre parfaitement l’importance de la rigueur sur le terrain et de la nécessaire corrélation entre le mobilier et son contexte, notamment sa spatialisation.

6Ce volume des Nouvelles de l’archéologie n’est pas une fin en soi et il permettra, à n’en pas douter, de parfaire, à partir des bases posées ici, la démarche méthodologique qui représente une part importante du travail quotidien du spécialiste de ces mobiliers. Il s’agit d’un bilan non figé, parfois critiquable, assurément perfectible, qui repose sur la corrélation, à parts égales, d’années de recherches de quelques scientifiques très actifs qui ont su imposer la discipline et de la multiplication des corpus étudiés par une nouvelle génération dont le nombre d’acteurs a sensiblement augmenté ces dernières années en raison du développement de l’archéologie préventive.

7Enfin, si ce volume apparaît comme un outil utile aux spécialistes, il éclairera, espérons-le en toute modestie, le difficile chemin de l’étudiant qui se passionnera pour ces mobiliers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bérangère Fort et Nicolas Tisserand, « Avant-propos », Les nouvelles de l'archéologie, 131 | 2013, 3-4.

Référence électronique

Bérangère Fort et Nicolas Tisserand, « Avant-propos », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 131 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nda.revues.org/1744

Haut de page

Auteurs

Bérangère Fort

Inrap
berangere.fort@inrap.fr

Nicolas Tisserand

Inrap
nicolas.tisserand@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org