Navigation – Plan du site
Dossier

Archives de l’archéologie européenne (Area)

Pour une histoire de l’archéologie française
Alain Schnapp, Nathan Schlanger, Sonia Lévin et Noël Coye
p. 5-8

Texte intégral

Des archives du sol aux archives hors sol

1L’engouement pour l’archéologie est une des composantes de la modernité. Depuis la Renaissance, la maîtrise du passé est en Occident une des catégories de l’affirmation de soi, un des signes de la distance sociale autant qu’un outil de gouvernement. Cette prégnance du passé ne se limite pas aux traditions orales ou écrites, elle s’inscrit dans la continuité des habitats, des monuments et des paysages qui forment le cadre matériel de la mémoire. La compilation de manuscrits anciens, le recueil d’inscriptions, la collection de monnaies antiques, le relevé de monuments, deviennent dans le courant du xve siècle des pratiques courantes, d’abord en Italie et bientôt dans toute l’Europe, de la Scandinavie à l’Espagne en passant par la Grande-Bretagne. Le mot d’ordre «  Antiqua serva  : préserve les antiquités » fleurit alors auprès de tout ce que l’Europe compte de lettrés et cette recherche du passé se mêle à l’exploration du présent.

2La Renaissance est le moment d’une formidable dilatation des savoirs qui touche les sciences comme les lettres, la représentation du passé comme celle du futur, les techniques de la vie quotidienne autant que les façons de penser. Cet appétit de connaissance est en même temps une confrontation systématique avec le passé. L’époque a la tête faite à l’antique, elle redécouvre à travers les sources grecques, arabes et bientôt indiennes ou chinoises tout un savoir philologique, scientifique et médical qui est le socle même du développement d’une science nouvelle. Bientôt Francis Bacon proclamera qu’«  il est juste de dire que la vérité est la fille des temps et non de l’autorité [Recte enim Veritas Temporum filia dicitur, non Auctoritatis] ». Il n’est donc pas indifférent que les techniques d’exploration du passé qui relèvent aujourd’hui de l’archéologie, mais qu’on regroupe alors sous le terme de «  science des antiquités », se déploient au moment même où la culture européenne subit une mutation profonde.

3Faut-il en conclure que la recherche systématique des sources anciennes, qu’elles soient littéraires ou matérielles, est une invention de la Renaissance européenne  ? Ce serait faire bon marché du rapport des hommes du moyen âge avec le passé ou de la curiosité antiquaire des Égyptiens, des Mésopotamiens et des Chinois. L’Europe de la Renaissance a mis au point une nouvelle façon de considérer et d’étudier le passé, mais elle ne l’a pas inventée. Toutes les sociétés ont besoin du passé de même que tous les hommes ont besoin de mémoire. Même si la mémoire collective n’est pas la somme des mémoires individuelles, sans passé il n’y a pas de société. On désigne depuis l’Antiquité romaine par «  antiquaires » ceux qui, dans les différentes formes de sociétés humaines, ont entrepris de collecter, de conserver et d’interpréter les traces du passé, et il y a fort à penser que ce type d’hommes a été présent dans toutes les sociétés humaines et à toutes les époques.

Le sol comme livre d’histoire

4La vision moderne de l’archéologue est celle d’un homme qui, la truelle à la main, dégage du sol des objets anciens que son flair et son savoir lui ont permis de découvrir. L’excavation du sol apparaît comme le moment clé de la découverte, comme le résultat d’une action rationnelle et son aboutissement intellectuel. La longue chaîne d’actions et de réflexions qui rend la découverte possible et la tout aussi longue période d’identification, de restauration et de publication qui la suit sont souvent tenues pour insignifiantes. Pourtant, il y a dans l’activité de terrain, dans le processus de la fouille, un amont et un aval, une continuité de méthode et de recherche qui est éclipsée par le moment de la découverte. André Leroi-Gourhan, l’homme qui s’est le plus engagé en France pour le développement des techniques modernes de la fouille, conseillait, dans un manuel publié il y a plus de cinquante ans, de «  prendre le temps d’allumer une cigarette » au moment crucial de la découverte. Autrement dit, de réfléchir à la série de gestes irréversibles qui conduisent au dégagement de vestiges parfois enfouis depuis des millénaires et dont les traces seront immanquablement perturbées par la fouille. Tout le monde peut, par hasard ou curiosité, découvrir quelque chose d’inédit dans le sol, mais seul un archéologue connaît les précautions nécessaires à un dégagement efficace qui permet de saisir les vestiges dans leur contexte et de les insérer dans le temps et l’espace. Le paradoxe de la fouille est de détruire une grande partie de ce que le sol avait conservé, l’archéologue est comme un lecteur de manuscrit qui sauverait le texte sans pouvoir conserver le papyrus ou le papier sur lequel le scribe l’a inscrit.

5Entendue ainsi, l’archéologie est une science positive qui s’attache à l’interprétation des vestiges du passé, du triple point de vue de leur situation dans le sol (stratigraphie), de leur technique de fabrication (technologie) et de leurs date et lieu de production (typologie). L’archéologie n’est possible que quand ces trois faisceaux de données sont utilisés dans une démarche cohérente et complémentaire. Chacune de ces méthodes a cependant une longue histoire et a été utilisée à diverses périodes et en divers lieux du globe par des civilisations bien différentes pour comprendre les traces du passé. L’archéologie n’est donc pas une discipline partagée par toutes les civilisations en tout moment de l’histoire. Elle est le produit du développement des sciences positives qui s’affirment en Europe entre 1820 et 1850. Ce n’est d’ailleurs pas à proprement parler un hasard si à ce moment-là, dans les différentes langues d’Europe, le vieux mot grec un peu oublié «  archaiologia  : le discours sur ce qui est ancien » renaît sous la forme «  archéologie, archaeology, Archäologie » pour remplacer le vieux terme latin d’«  antiquitates  :antiquités », en même temps qu’apparaît un nouveau mot, «  Préhistoire, Prehistory, Vorgeschichte », qui désigne un temps si long que peu de gens pouvaient alors l’imaginer.

Traditions savantes

6Le projet Area «  Archives de l’archéologie européenne », dont nous présentons les résultats pour la partie française, est né d’une double question. Quels sont les liens entre l’archéologie moderne et les formes d’exploration du passé par des sociétés anciennes ou présentes qui n’ont pas développé une archéologie au sens positif du terme  ? Comment la continuité des observations est-elle assurée d’une génération à l’autre, d’un groupe de chercheurs à l’autre, au fil du temps  ? Ces deux interrogations, quoique complémentaires, réclament des approches diverses  ; la première relève d’une histoire de l’antiquarisme, à savoir des méthodes qui ont précédé l’archéologie. Comment, dans un pays fortement centralisé comme la France de l’Ancien Régime, la conscience du passé s’est-elle construite  ? À travers l’exploration des archives du Cabinet des Médailles, la plus ancienne institution antiquaire française, en tentant de reconstituer les travaux du comte de Caylus, le premier antiquaire européen à définir l’idée de type comme une variable à la fois chronologique et géographique, en établissant un catalogue systématique de la littérature antiquaire publiée en France entre les débuts de l’imprimerie et la fin du xviiie siècle, on s’est efforcé de répondre à cette question. Histoire des collections, histoire de la réception et histoire des idées structurent les différents champs de l’enquête. Les antiquaires ne sont pas seulement les prédécesseurs des archéologues, ils incarnent des pratiques et des curiosités qui touchent autant aux sciences de la nature qu’à celles de la société. Ils s’impliquent dans les débats politiques et religieux, ils contribuent à la mise en œuvre des techniques de description et de dessin. Dans les académies, les expéditions, les collections publiques ou privées, leur activité est conséquente  ; au point que certains, comme Denis Diderot ou James Douglas, l’un des compagnons du fameux capitaine Cook, s’insurgent contre un culte du passé qui leur paraît aussi vain que dispendieux. Les «  philosophes » critiquent volontiers les antiquaires de cabinet comme Montfaucon ou Caylus pour leur opposer les antiquaires de terrain qui, comme l’ingénieur des ponts Nicolas Antoine Boulanger, voit «  la multitude des substances diverses que la terre recèle dans son sein et qui atteste de son ancienneté » (Diderot, préface de l’Antiquité dévoilée de N. A. Boulanger, Amsterdam 1756).

7De ces tensions, de ces renversements, naît dans les premières décennies du xixe siècle l’archéologie. Les enquêtes présentées dans cette livraison s’attachent à retracer ces chantiers immenses dans leur diversité. Les antiquaires étaient des hommes de tradition et d’écriture  ; les archéologues se voudront des novateurs, tant dans leurs méthodes d’exploration et de dégagement que dans leurs techniques de publication. Le lien quasi naturel entre archives et expédition s’est progressivement distendu  : plus on enregistrait, plus il devenait difficile de tout publier et conserver  ; plus la documentation augmentait, plus sa mise en ordre et sa conservation devenaient aléatoires. En explorant les archives d’institutions comme l’Académie des inscriptions et belles-lettres ou de sociétés savantes comme la Société asiatique, en explorant l’énorme série F/17 des expéditions françaises à l’étranger ou de l’École d’Athènes, en participant au dépouillement des archives de l’Institut de paléontologie humaine ou d’une institution comme la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie (équipe «  Protohistoire européenne »), Area se veut un outil collectif au service de la mémoire des institutions et des chercheurs. Le travail accompli est encore mince face aux gisements documentaires, mais il indique la voie. La diversité des institutions et des personnes qui ont accepté de participer au projet fait le prix de ces résultats.

Archiver, écrire l’histoire de l’archéologie

8Les institutions qui ont pris part au projet Area l’ont fait en pleine conscience de leur rôle dans l’histoire de la science archéologique, ainsi que de l’importance que peuvent présenter leurs archives pour lire et écrire cette histoire. Celle-ci comprend bien plus que d’enthousiastes récits de découvertes ou de consciencieux prolégomènes à l’étude de tel ou tel site ou période. C’est bien en tant que démarche critique, en tant que réflexion porteuse de nouvelles interrogations, que l’histoire de la discipline prend place de plain-pied dans la pratique contemporaine de l’archéologie. Ce rôle fondamental a été perçu dès la fin du xixe siècle, avec les travaux de Karl Bernhardt Stark (1880) dans le domaine de l’archéologie classique, d’Adolphe Morlot (1861) puis, de Salomon Reinach (1889) pour l’archéologie préhistorique. Après une période de désintérêt, Glynn Daniel (1950) apporta une contribution historique décisive à la compréhension du système des trois âges. En France, les travaux d’Annette Laming-Emperaire (1964) furent suivis par de nouvelles interrogations sur les origines de la discipline préhistorique (Harvey 1984  ; Richard 1992  ; Coye 1997  ; Gran-Aymerich 1998), ainsi que par les ouvrages plus généraux de Bruce Trigger (1989) et d’Alain Schnapp (1993). À leur suite (Murray 1999-2001  ; Lucas 2001  ; Schlanger 2002  ; Schlanger et Nordbladh 2008), l’histoire de l’archéologie s’enrichit de nouvelles problématiques et perspectives, brassant l’histoire des idées et l’histoire culturelle avec de nouvelles études sociologiques des sciences et des techniques.

9Avec ces nouveaux horizons, et dès lors qu’il ne s’agit plus de retracer la marche triomphale de géants précurseurs vers la connaissance positive, la question des sources et de leur étude devient primordiale. À la simple lecture des publications scientifiques (genre littéraire à part entière, dont il faut savoir décrypter les conventions et les contraintes), s’ajoute l’analyse fine de l’iconographie archéologique, reconstructions de la vie d’antan autant que dessins techniques, tous deux à appréhender comme un véritable «  langage visuel » (Rudwick 1976  ; Moser 1998  ; Smiles et Moser 2005). Plus encore, ce sont les archives et leurs contenus qui retiennent l’attention des historiens de l’archéologie, tout comme d’ailleurs celle des historiens de la géologie et de la paléontologie, ou encore de l’anthropologie sociale et culturelle (voir, en France, Coeuré et Duclert 2001  ; Jamin et Zonabend 2002  ; Charmasson 2006  ; Welfelé 2006). Parce qu’ils n’ont pas a priori vocation à être du domaine public, les divers éléments de correspondance, carnets, notes de terrain, croquis, rapports, littérature grise, etc., enfouis et parfois oubliés dans les archives, s’avèrent être particulièrement révélateurs de plusieurs pans ignorés par l’historiographie conventionnelle. Pour dire vite, et sans chercher non plus à ériger les archives en panacée, on peut y trouver la «  zone de front » de la science archéologique, c’est-à-dire la genèse et la première expression d’idées ou d’intuitions qui se formaliseront et se figeront par la suite en théories systématiques ou en savoirs inébranlables. On y trouve aussi son «  noyau », les orientations et les contraintes idéologiques qui, même imperceptibles, font partie de près ou de loin de sa raison d’être. On y trouve enfin son «  substrat », trop souvent pris pour évident et indigne de mention, à savoir, les conditions matérielles, socio-économiques et logistiques dans lesquelles se déroule la pratique archéologique. Citons pour exemple les «  archives Henri Breuil »  : cette masse de documents manuscrits, tapuscrits et iconographiques produite par le «  pape de la préhistoire » (1877-1961), répartie à travers le monde au gré de ses voyages, a été récemment étudiée par plusieurs historiens et archéologues, publications et exposition à l’appui (Bon et al. 2004  ; Coye 2006a et 2006b).

10C’est, dans cette optique historiographique, un véritable transect linéaire (pour emprunter un terme à l’archéologie des grands travaux) de l’archéologie française à travers ses archives qui est présenté dans ce dossier. Du Cabinet de Médailles à l’après-mai 1968, ce sondage représentatif, sinon systématique, devrait déjà permettre de se faire une bonne idée des rôles des individus et des institutions impliqués dans le développement de l’archéologie française. Sans se priver bien sûr de sources publiées, les documents d’archives consultés et analysés à travers les articles ici réunis apportent justement des éclairages nouveaux sur la gamme d’opportunités et de considérations, matérielles et idéelles, sociales, économiques et diplomatiques, impliquées dans la production du savoir sur le passé, puis dans sa transmission et sa stabilisation.

11En même temps, ce transect nous laisse percevoir la richesse des fonds en question. Richesse potentielle, avouons-le, car il faudrait encore – et c’est un des objectifs du projet Area que d’alerter et de sensibiliser les institutions qui en ont la charge patrimoniale – que ces archives soient conservées, protégées, inventoriées, numérisées et plus généralement rendues consultables et accessibles à la communauté des chercheurs, archéologues, historiens et gestionnaires du patrimoine.

12Ce dossier représente bien sûr un effort considérable dans ce sens. Puisque c’est la question de la construction du savoir qui nous préoccupe en tant qu’historiens de l’archéologie, il n’est pas hors de propos de présenter en quelques mots le modus operandi de ces études d’archives. Dans la plupart des cas, ce sont de jeunes chercheurs (une quinzaine au total) qui ont bénéficié de mois de vacations pour consulter, inventorier et dépouiller des centaines de dossiers et de documents d’archives. Avec les responsables des institutions concernées, ils ont rédigé une grande partie des fiches descriptives des fonds – adaptées aux normes Isad (g) – qui ont alimenté la base de données des fonds d’archives à l’échelle européenne, riche de près de 4 000 notices, et consultable sur http://www.area-archives.org.

13Tout ceci, on l’a dit, s’inscrit dans le cadre du projet européen AreaArchives of European Archaeology. Lancé en 1998, il en est aujourd’hui à sa quatrième phase d’activité avec le soutien du programme «  Culture 2000 » de la commission européenne. Après la Maison des sciences de l’homme et l’Institut national d’histoire de l’art, c’est actuellement le Cnrs (la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie René Ginouvès à Nanterre) qui en est le chef de file. Les douze institutions partenaires, en Italie, Pologne, Suède, Grèce, Royaume-Uni, Allemagne, République tchèque, Espagne, Portugal, Roumanie et France, œuvrent à des activités et des thématiques de recherches communes, notamment autour des thèmes «  sites de mémoire », «  traditions antiquaires », «  l’archéologie à l’étranger » et «  archéologies sous dictatures ». Ces activités font l’objet de colloques et de réunions plénières entre partenaires  : la dernière en date, à Fribourg (Allemagne) en juillet 2007, avait pour sujet «  quelles sources pour l’histoire de l’archéologie  ? ». Outre diverses publications – dont ce numéro des Nouvelles de l’archéologie, initiative du partenariat français –, le projet Area prépare une exposition itinérante sur l’histoire de l’archéologie qui sera présentée à partir du début de l’année 2008 à Poznan, Jaen, Bucarest, Prague, Leipzig et, en France, à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie ainsi qu’à l’Institut national d’histoire de l’art.

Haut de page

Bibliographie

Bon, F., F.-X. Fauvelle, Y. Potin et N. Richard. 2004. «  Archives Breuil. Entre préhistoire européenne et africanisme. Un univers intellectuel et institutionnel au xxe siècle », Bulletin de la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme (Bsfsh), 26  : 6-23.

Charmasson, T. 2006. «  Archives scientifiques ou archives des sciences  : des sources pour l’histoire », La Revue pour l’histoire du Cnrs, 14  : 34-39.

Coeuré, S. et V. Duclert, 2001. Les archives. Paris, La Découverte, 123 p.

Coye, N. 1997. La préhistoire en parole et en acte. Méthodes et enjeux de la pratique archéologique (1830-1950). Paris, L’Harmattan, 338 p.

Coye, N. (dir.). 2006a. Sur les chemins de la préhistoire. L’abbé Breuil, du Périgord à l’Afrique du Sud. Paris, Somogy, 224 p.

Coye, N. (dir.). 2006b. «  Dans l’ombre de l’abbé Breuil  : filiation et réseaux réels et imaginaires », Les Nouvelles de l’archéologie, 106  : 5-33.

Daniel, G. 1950. A Hundred Years of Archaeology. London, Duckworth, 410 p.

Gran-Aymerich, E. 1998. Naissance de l’archéologie moderne 1798-1945. Paris, Cnrs Éditions, 533 p.

Harvey, J. 1984. «  L’évolution transformée  : positivistes et matérialistes dans la Société d’anthropologie de Paris du Second Empire à la IIIe République », in  : B. Rupp-Einseinreich (dir.), Histoires de l’anthropologie, xvi-xixe siècle. Paris, Klincksieck  : 388-410.

Jamin, J. et F. Zonabend (dir.). 2002. Archives et anthropologie (dossier), Gradhiva, Revue d’histoire et d’archives de l’anthropologie, 30/31  : 57-196.

Laming-Emperaire, A. 1964. Origines de l’archéologie préhistorique en France. Paris, Picard, 243 p.

Lucas, G. 2001. Critical Approaches to Fieldwork  : Contemporary and Historical Archaeological Practice. London, Routledge, 246 p.

Morlot, A. 1861. «  General Views on Archaeology », Annual Report of the Smithsonian Institution for 1860  : 284-343.

Moser, S. 1998. Ancestral Images. The Iconography of Human Origins. Ithaca, Cornell University press, 200 p.

Murray, T. (ed). 1999-2001. Encyclopedia of ArchaeologyThe great Archaeologists, Histories and Discoveries. Oxford, ABC/Clio, 5 volumes.

Reinach, S. 1889. Description raisonnée du musée de Saint-Germain-en-Laye. I – Époque des alluvions et des cavernes. Paris, Firmin-Didot, 322 p.

Richard, N. (dir.). 1992. L’invention de la préhistoire. Une anthologie. Paris, Press Pocket, 352 p.

Rudwick, M. 1976. «  The Emergence of Visual Language for Geological Science, 1760-1840 », History of Science, 14  : 149-195.

Schlanger, N. (ed). 2002. Ancestral Archives. Explorations in the History of Archaeology, Antiquity, 76  : 127-238.

Schlanger, N. et J. Nordbladh (dir.). À paraître (2008). Archives, Ancestors, Practices  : Archaeology in the Light of its History. Oxford-New York, Berghahn Books.

Schnapp, A. 1993. La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie. Paris, Carré, 384 p.

Smiles, S. et S. Moser (ed.). 2005. Envisioning the Past. Archaeology and the Image. London, Blackwell, 246 p.

Stark, K. B. 1880. Handbuch der Archäologie der Kunst  : Systematik und Geschichte der Archäologie der Kunst. Leipzig, W. Engelmann, 400 p.

Trigger, B. 2006 [1989]. A History of Archaeological Thought. Cambridge, Cambridge University Press, 710 p.

Welfelé, O. 2006. «  Les Archives du Cnrs », La Revue pour l’histoire du Cnrs, 14  : 90-93.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Schnapp, Nathan Schlanger, Sonia Lévin et Noël Coye, « Archives de l’archéologie européenne (Area) », Les nouvelles de l'archéologie, 110 | 2007, 5-8.

Référence électronique

Alain Schnapp, Nathan Schlanger, Sonia Lévin et Noël Coye, « Archives de l’archéologie européenne (Area) », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 110 | 2007, mis en ligne le 05 mai 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://nda.revues.org/170 ; DOI : 10.4000/nda.170

Haut de page

Auteurs

Alain Schnapp

Inha, université de Paris-I
alain.schnapp@inha.fr

Articles du même auteur

Nathan Schlanger

Inrap, Paris
schlanger@inrap.fr

Articles du même auteur

Sonia Lévin

Université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
sonia.levin@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Noël Coye

Ums 844-cnrs, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, Nanterre
noel-coye@Wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org