Navigation – Plan du site
Politique de la recherche

De nouveaux auteurs dans le champ de l’archéologie: les intellectuels d’organisme

Jean Chapelot
p. 62-63

Texte intégral

1Le numéro 127 de mars 2012 des Nouvelles de l’archéologie réunit une série d’articles « Autour d’une agitatrice de l’archéologie : Anick Coudart ». L’un d’eux, celui de Vincent Blouet et Laurence Manolakakis, « Archéologie préventive. Mettre fin à la concurrence commerciale », me met en cause, p. 14-15. Cet article est présenté ainsi dans l’introduction du volume, p. 4 : « On pourrait leur reprocher une certaine partialité, mais voyons plutôt leur force d’engagement, qui ne sera pas étrangère à Anick ». L’essentiel est dit, à deux points près : cet article est en contradiction avec la politique éditoriale des Nouvelles de l’archéologie de ces dernières années, et rien ne permet de savoir qui sont précisément ces deux auteurs qui se présentent comme rattachés au « service régional de l’Archéologie de Lorraine » pour l’un, à l’Umr 8215 pour l’autre.

2Il y a plusieurs années, Les Nouvelles de l’archéologie ont abandonné une politique éditoriale accordant une place significative à l’information et à la réflexion sur l’évolution législative et institutionnelle de l’archéologie. Ce renoncement traduisait une position politique implicite : puisqu’il existe désormais un établissement public administratif qui a le monopole de l’archéologie, l’histoire de cette discipline est « terminée », au sens de Francis Fukuyama théorisant en 1992 la fin de l’Histoire.

3En février 2011, l’un des membres du comité de rédaction écrivait, en réponse à une proposition d’article d’un membre fondateur de la revue, qu’« Après première lecture et discussion en comité de rédaction », la publication de ce texte était rejetée car « Si le thème est effectivement important et intéressant, la revue ne souhaite pas publier des points de vue personnels qui nécessiteraient des droits de réponse, en particulier des institutions qui y sont mises en cause directement ». Ce texte était une réflexion sur la déontologie en archéologie, une question que l’on peut difficilement traiter sans critiquer certaines pratiques administratives ou professionnelles. On ne peut que constater l’évidente contradiction qu’il y a entre ces prises de position successives du comité de rédaction des Nouvelles de l’archéologie et la publication de l’article de Vincent Blouet et Laurence Manolakakis.

4Deux réflexions complémentaires doivent être faites à propos de ce texte : son contenu et la personnalité de ses auteurs. À propos de ce second point, les choses doivent être claires. Ce qui suit ne disqualifie en rien la réflexion de ces auteurs, mais veut préciser ce que signifie la publication d’un tel article dans la conjoncture politique française de mars 2012.

  • 1  Jean-Paul Demoule, coauteur du rapport de 1998, aux origines de la création de cet établissement p (...)

5Anick Coudart a défini il y a peu et en quelques lignes le premier de ces deux auteurs : cet archéologue (naguère en effet en poste au service régional de l’Archéologie de Lorraine) était à la tête de l’un des syndicats qui ont participé aux Nouvelles de l’archéologie pendant des années et la création de l’Inrap « doit également à la connivence que l’un des trois rapporteurs1 a su entretenir avec ce syndicaliste »(Coudart 2009) qui est depuis des années secrétaire national de l’Union générale des fédérations de fonctionnaires Cgt-Culture. Le second auteur, chargée de recherche au Cnrs et protohistorienne, est, comme Anick Coudart, une proche de Jean-Paul Demoule.

6Il appartiendra, si elles le souhaitent, aux entreprises privées d’archéologie violemment mises en cause de répondre à cet article. Pour ce qui me concerne, je ne peux laisser passer sans répondre un paragraphe qui est, dans la démonstration des auteurs, une incise inutile et seulement destinée à me mettre en cause nominalement.

7Après la publication de deux articles en janvier et juillet 2010 (Chapelot 2010a, 2010b), j’ai été violemment et publiquement attaqué, notamment à Douai le 5 octobre 2010, par deux salariées de l’Inrap (dont l’une est membre du comité de rédaction des Nouvelles de l’archéologie) devant une centaine de personnes et lors de la réception d’ouverture d’un colloque international d’archéologie médiévale. Il m’a alors été déclaré qu’une réponse syndicale serait faite au second de mes deux articles : l’incise dans le texte de Vincent Blouet et Laurence Manolakakis est cette réponse, courte dans l’argumentaire et malhonnête dans la formulation.

8– Mon texte, intitulé « Retour critique… » n’a pas été « largement diffusé par voie électronique », ce qui n’aurait d’ailleurs pas été critiquable : nous écrivons pour être lus. Il a été, avec d’autres, mis en ligne le 10 juillet 2010 sur le serveur de l’École des hautes études en sciences sociales par les éditeurs d’un colloque. Il est vrai qu’entre cette mise en ligne et le début décembre de la même année, soit en cinq mois, il a été lu 815 fois, ce qui montre qu’il y avait une attente.

9– Je ne me félicite pas de « cette nouvelle orientation donnée à l’archéologie française » par la loi votée en 2003, c’est-à-dire la création de sociétés privées. Dans le premier des deux articles publiés en 2010, j’avais consacré quelques lignes à ces sociétés en présentant, à partir de la documentation alors disponible, leurs activités comme marginales. Je me suis rapidement aperçu que j’avais donné un tableau dépassé, correspondant à l’actualité des années 2005-2006 : d’où des recherches complémentaires pendant le printemps 2010 lors de l’écriture du second texte, celui mis en ligne en juillet 2010.

10– Ce texte ne fait nullement l’apologie de la concurrence commerciale dans le domaine de l’archéologie et il ne s’appuie pas « principalement sur un document interne du “Syndicat national des professionnels de l’archéologie” qui regroupe la plupart des dirigeants des entreprises privées d’archéologie ». Pour décrire précisément tous les aspects de la situation, j’ai consulté le ministère de la Culture et de la Communication, interrogé l’Anact et d’autres intervenants, mais pour ce qui concerne les sociétés privées d’archéologie, le seul moyen était que ce syndicat demande à ses adhérents (et aux sociétés non membres de ce syndicat) de répondre à mes questions présentées sous forme d’un questionnaire. Il s’agit là d’une démarche normale dans une situation de ce genre. J’ajoute que j’ai contrôlé les réponses en utilisant Infogreffe et d’autres sources de ce type. À en juger par les réactions d’élus spécialisés et de nos diverses administrations de tutelle, la situation décrite dans cet article a été pour beaucoup une découverte. J’ajoute que les chiffres avancés par ce texte n’ont jamais été contestés.

11– J’écris en effet que les sociétés privées ont acquis dès 2009 un poids et une crédibilité croissants, ce qui est une évidence : cette année-là, elles ont exécuté 127 fouilles préventives contre 263 pour l’Inrap et leur personnel en équivalent temps plein a été d’environ 381 personnes contre 1 752 pour l’Inrap, dont seulement 1 357 dans la filière scientifique et technique.

12– Je n’ai jamais écrit, quoi qu’en disent Vincent Blouet et Laurence Manolakakis, qu’il convenait de renforcer les sociétés privées d’archéologie en les « intégrant pleinement dans les processus de décision ». Il existe un principe de réalité : en même temps que les collectivités territoriales, qui sont en concurrence directe avec l’Inrap – et non seulement pour la réalisation de fouilles préventives, mais aussi de diagnostics –, les sociétés privées d’archéologie ont recruté depuis 2006 plusieurs centaines de salariés. Tous ont été nos étudiants et sont désormais nos collègues croisés dans des séminaires ou des colloques : devons-nous les ostraciser et dire à nos étudiants qu’ils doivent refuser les emplois que proposent ces sociétés qui sont, avec les collectivités, leur plus important débouché depuis trois ou quatre ans ? Le ministère de la Culture, en intégrant deux salariés de sociétés privées d’archéologie dans des Commissions interrégionales de la recherche archéologique lors du renouvellement de ces dernières en 2011, a tenu compte de ce principe de réalité, de la même façon qu’avant lui, l’assemblée générale de la Société d’archéologie médiévale a élu comme trésorière, en juin 2010, une salariée d’Archeodunum. Contrairement à ce qu’avancent Vincent Blouet et Laurence Manolakakis, le ministère de la Culture et de la Communication n’avait pas besoin de solliciter mon avis d’« expert » pour prendre cette décision.

13Le texte de Vincent Blouet et Laurence Manolakakis est une plateforme revendicative qui reflète l’état d’esprit d’un petit groupe facile à identifier. Antonio Gramsci distinguait les intellectuels organiques et les intellectuels indépendants. Les auteurs de ce texte, qui avancent par ailleurs masqués, appartiennent à une catégorie nouvelle : celles des intellectuels d’organisme. Leur préoccupation n’est pas de réfléchir sur une discipline, les conditions de travail de ceux qui la pratiquent et la production de résultats à destination de tous les publics ; ce qui leur importe est la prospérité financière d’un établissement public administratif. Ils demandent aux parlementaires le retour à la situation créée par la loi de 2001 et abrogée en 2003 : la réattribution à l’Inrap du monopole de l’archéologie préventive, ce qui signifierait la disparition des sociétés privées, mais aussi des services de collectivités.

14Douze années se sont écoulées depuis l’examen par le Parlement de la première loi sur l’archéologie préventive. Les députés et les sénateurs, alors presque tous ignorants de la réalité des problèmes sur lesquels ils légiféraient, et désinformés par un exécutif qui a élaboré cette loi avec un amateurisme total, ont dépassé ce stade. Il existe aujourd’hui dans tous les partis politiques des élus qui ont eu depuis dix ans des expériences directes, parfois douloureuses, de l’archéologie préventive et quelques-uns plus spécialisés qui connaissent désormais très bien la situation dans toutes ses composantes. Certains de ces élus se sont constitué un réseau d’experts qui leur permet de contrôler les informations qui peuvent leur être fournies. Les temps ont changé : en admettant qu’il s’en soit trouvé un jour une dans le milieu des archéologues, il ne se retrouvera jamais plus au Parlement une majorité d’adorateurs de Tout-en-Inrap.

Haut de page

Bibliographie

Coudart, A. 2009. « Le rôle de la revue Les Nouvelles de l’archéologie », in : J.-P. Demoule & C. Landes, La fabrique de l’archéologie en France. Paris, Inha, La Découverte, Inrap : 176.

Chapelot, J. 2010a. « L’archéologie médiévale en France au début du xxie s. ou comment changer d’époque », in : J. Chapelot (dir.), Trente ans d’archéologie médiévale en France. Un bilan pour un avenir. Caen, Crham : 393-436.

2010b. « Retour critique sur l’évolution des dispositifs de recherche dans l’archéologie médiévale », in : E. Brilli, P.-O. Dittmar & B. Dufal (éd.), Faire l’anthropologie historique du Moyen Âge, colloque international organisé par le Centre de recherches historiques de l’Ehess, 21-22 novembre 2008, L’Atelier du Centre de recherches historiques, Revue électronique du Crh, mis en ligne le 10 juillet 2010. Volume téléchargeable : http://acrh.revues.org/index1911.html. Adresse directe de l’article: http://acrh.revues.org/index2734.html

Haut de page

Notes

1  Jean-Paul Demoule, coauteur du rapport de 1998, aux origines de la création de cet établissement public administratif dont il est devenu ensuite le président.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Chapelot, « De nouveaux auteurs dans le champ de l’archéologie: les intellectuels d’organisme », Les nouvelles de l'archéologie, 128 | 2012, 62-63.

Référence électronique

Jean Chapelot, « De nouveaux auteurs dans le champ de l’archéologie: les intellectuels d’organisme », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 128 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://nda.revues.org/1688 ; DOI : 10.4000/nda.1688

Haut de page

Auteur

Jean Chapelot

Centre de recherches historiques, Umr 8558, Ehess/Cnrs, Paris
Jeanchapelot@aol.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org