Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Fondation Simone & Cino del Duca - Institut de France

p. 57-58

Notes de la rédaction

Communiqué de presse, www.institut-de-france.fr

Texte intégral

  • 1  Centre de recherches archéologiques indus-balochistan, Asie centrale et orientale, Cnrs, Mission a (...)

1Le prix d’archéologie 2012 de la Fondation Simone & Cino del Duca, d’un montant de 200 000 euros, a été attribué à la mission archéologique franco-turkmène d’Ulug Dépé, dirigée par Olivier Lecomte et Julio Bendezu-Sarmiento.1

2Le prix d’archéologie est décerné chaque année sur proposition de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Il est destiné à récompenser une mission archéologique française dont les travaux constituent un apport fondamental à la préservation du patrimoine mondial.

3Le jury a décidé de remettre le prix d’archéologie 2012 à la mission archéologique franco-turkmène d’Ulug Dépé pour ses travaux de recherche, de restauration et de mise en valeur du site d’Ulug Dépé, au Turkménistan. Impressionnés par l’importance de ce patrimoine méconnu, les membres de la commission ont estimé que ces travaux méritaient un réel soutien pour la poursuite de leurs activités de terrain.

Objectifs de la mission archéologique franco-turkmène

4Fondée en 1994 et dirigée par Olivier Lecomte, docteur en archéologie orientale, elle s’est fixé pour but d’étudier l’évolution du peuplement en Asie centrale méridionale, et plus particulièrement au Turkménistan, qui constitue une importante zone d’interaction entre les mondes syro-mésopotamien, irano-élamite et la civilisation de l’Indus. Comme l’ensemble des républiques d’Asie centrale, le Turkménistan était d’un accès très difficile jusqu’à son indépendance en 1991. La mission archéologique franco-turkmène travaille en étroite collaboration avec la direction turkmène pour la protection, l’étude et la restauration du patrimoine historique et culturel. Cette coopération a donné lieu, depuis 2011, à dix campagnes de fouilles sur le site d’Ulug Dépé, au cours desquelles le travail a essentiellement porté sur les périodes anciennes du site, du Chalcolithique à l’époque hellénistique.

5Durant les trois dernières campagnes, avec la codirection de Julio Bendezu-Sarmiento, docteur en archéologie centrasiatique, un effort particulier a été porté sur un important complexe urbain de l’âge du Fer dont la citadelle, qui jouxte le probable palais et un immense entrepôt, a été intégralement dégagée. Le résultat des dernières fouilles à proximité de ces constructions monumentales est déterminant car il renouvelle l’histoire de l’Iran ancien sur les origines de la dynastie achéménide.

Ulug Dépé, la ville qui réécrit l’histoire de l’Asie centrale

6Ulug Dépé, située dans la zone aride du sud-est du Turkmé-nistan actuel, représente l’un des plus grands sites proto-urbains d’Asie centrale. La fouille s’inscrit dans un vaste projet d’étude des relations entre l’Asie centrale méridionale et le plateau iranien du Chalcolithique (4800-3000 av. J.-C.) jusqu’à l’époque hellénistique (ive siècle av. J.-C. environ). En révélant de nombreux vestiges, cette fouille a entraîné une vraie redécouverte des civilisations orientales anciennes. Malgré l’antériorité d’Ulug Dépé (qui a cessé d’exister au ixe siècle av. J.-C.), la ville regroupe deux siècles plus tôt toutes les caractéristiques architecturales propres aux sites mèdes d’Iran. Elle s’en distingue cependant par l’existence d’un pouvoir central décisionnel : un emplacement de relais commercial, une administration hiérarchisée et un urbanisme typique (une ville haute où siège le pouvoir, qui surplombe une ville basse densément peuplée). Il ne fait aucun doute que ce site représente un modèle beaucoup plus développé que les petites résidences fortifiées des chefs tribaux fouillées en Iran occidental. Ulug Dépé constitue en effet la seule ville connue tant en Iran qu’en Irak pour la période dite « mède », ce qui lui confère une importance fondamentale car même Ecbatane, capitale supposée des Mèdes, n’a jamais été retrouvée.

7L’histoire des Mèdes, dont la légende était connue depuis Hérodote, est donc aujourd’hui remise en question. Le royaume mède ne serait donc pas né en Iran, mais trouverait ses racines dans les vastes plaines du Turkménistan. La stratigraphie du site d’Ulug Dépé prouve son antériorité et la ville révèle clairement la présence d’une culture « proto-iranienne », ancêtre et précurseur des Mèdes d’Iran.

8Le prix d’archéologie del Duca représente un apport majeur pour assurer l’entretien et l’amélioration de la conservation des structures architecturales mises à jour depuis 2001. Ce concours permettra d’assurer une conservation spécifique aux édifices de brique crue par des traitements efficaces et durables, l’entretien des vestiges du site d’Ulug Dépé étant nécessaire avant toute présentation au public. Enfin, les fonds serviront à développer l’équipement des laboratoires de restauration.

9Le prix a été remis par Monsieur Jean-François Jarrige, membre de l’Institut, Académie des inscriptions et belles-lettres, sous la Coupole de l’Institut de France, le mercredi 6 juin 2012, lors de la cérémonie annuelle de remise des grands prix des Fondations de l’Institut de France : Christophe & Rodolphe Mérieux, Louis D., Lefoulon-Delalande, NRJ, Simone & Cino del Duca.

La Fondation Simone & Cino del Duca - Institut de France

10Créée en 1975 et abritée à l’Institut de France depuis 2005, la Fondation Simone & Cino del Duca œuvre, en France et à l’étranger, dans le domaine des arts, des lettres et des sciences, par le moyen de subventions, de prix et d’aides attribués sur proposition des Académies de l’Institut de France. Chaque année, elle décerne trois grands prix : un prix scientifique et un prix mondial d’un montant de 300 000 euros chacun, et un prix d’archéologie, doté de 200 000 euros. Le prix d’archéologie a été créé par Simone del Duca en 1969.

Derniers lauréats du prix d’archéologie

11• 2011 : le Centre de Siem Reap, acteur de la restauration de sites angkoriens et du développement des études khmers.

12• 2010 : la mission archéologique franco-tunisienne de Haïdra (ancienne Ammaedara) dirigée par François Baratte et Fathi Bejaoui.

13• 2009 : la mission archéologique de Xanthos-Letôon (Turquie), dirigée par Jacques des Courtils.

14• 2008 : la mission franco-saoudienne de Madâ’in Sâlih, ancienne Hégra (Arabie saoudite), dirigée par Laïla Nehmé.

15• 2007 : la mission archéologique chargée de la restauration de la citerne El-Nabih à Alexandrie, dirigée par Jean-Yves Empereur.

16• 2006 : la Délégation archéologique française en Afghanistan (Dafa), dirigée par Roland Besenval.

17• 2005 : le Centre franco-égyptien des temples de Karnak (Cfeetk), Égypte.

Composition du jury 2012

18• Président du jury : Jean-Pierre Mahé, président de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

19• Azedine Beschaouch, associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

20• Mounir Bouchenaki, ancien directeur de l’Iccrom (Rome).

21• Glen Bowersok, associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, professeur à Princetown.

22• Jean-Marie Dentzer, vice-président de l’Académie des ins--criptions et belles-lettres.

23• Jean-François Jarrige, Académie des inscriptions et belles-lettres, secrétaire général de la commission des fouilles.

24• Christian Robin, Académie des inscriptions et belles-lettres.

25• Michel Valloggia, correspondant étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

26• Michel Zink, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

L’Institut de France

27Créé en 1795, véritable « parlement des savants », l’Institut de France a pour mission initiale de contribuer au perfectionnement et au rayonnement des arts, des sciences et des lettres, notamment grâce aux cinq académies qui le composent :

28• L’Académie française assure la sauvegarde et l’enrichissement de la langue française.

29• L’Académie des inscriptions et belles-lettres exerce des missions touchant à l’histoire, l’archéologie ou la linguistique.

30• L’Académie des sciences soutient la recherche et favorise le progrès en sciences.

31• L’Académie des beaux-arts encourage tous les champs artistiques qu’elle regroupe (peinture, sculpture, musique, cinéma, photographie…).

32• L’Académie des sciences morales et politiques traite des questions économiques, sociales et juridiques.

33Personne morale de droit public placée sous la protection du président de la République, l’Institut de France encourage toutes les actions dans les domaines de la connaissance, en décernant des prix et des subventions grâce aux dons, legs et concours que lui confient des particuliers ou des entreprises. Les fondations abritées bénéficient de l’expérience et de l’expertise dans les domaines du mécénat et de la philan-thropie de cette institution séculaire, de l’expertise des académiciens, ainsi que de structures administratives et financières autonomes. Grâce aux prix et aux subventions qu’il décerne, l’Institut de France joue un rôle incomparable dans le mécénat moderne.

34Les actions soutenues par les Fondations de l’Institut de France se déploient dans divers domaines :

35• La recherche scientifique : attribution de récompenses à des chercheurs confirmés, soutien à de jeunes talents et à des laboratoires.

36• Les actions humanitaires : aide à la lutte contre les maladies endémiques et la pauvreté.

37• Le patrimoine culturel : conservation d’œuvres d’art, encouragement à l’expression artistique.

38• Les projets d’éducation et de formation : attribution de bourses d’études ou de recherche, soutien à des formations uni--versitaires.

39• Les projets de développement durable ou environnemental : sauvegarde du patrimoine naturel.

40• La réflexion sociétale : organisation de colloques et sou--tien de publications sur les grands enjeux de la société contemporaine.

Haut de page

Notes

1  Centre de recherches archéologiques indus-balochistan, Asie centrale et orientale, Cnrs, Mission archéologique franco-turkmène d’Ulug Dépé. Olivier Lecomte, 01 47 23 76 70, olivier.lecomte@udr.1.cnrs.fr - Julio Bendezu-Sarmiento, 01 46 69 25 01, julio.bendezu@mae.cnrs.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Fondation Simone & Cino del Duca - Institut de France », Les nouvelles de l'archéologie, 128 | 2012, 57-58.

Référence électronique

« Fondation Simone & Cino del Duca - Institut de France », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 128 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://nda.revues.org/1687 ; DOI : 10.4000/nda.1687

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Revues.org